Archives de catégorie : CONTEMPORAIN

Comtesse Mathieu de Noailles, Les éblouissements, 1907

Les éblouissements est un recueil de poésie qui a été écrit par la Comtesse Mathieu de Noailles et publié en 1907. Le poème Les bords de la Seine se situe dans ce recueil et porte sur la vision des bords de la Seine au printemps, pendant une matinée ensoleillée. Le fleuve est décrit par la lenteur de l’écoulement de son eau ainsi que son emplacement et forme, dans ce poème, une atmosphère de plénitude.
 
 
 
 

LES BORDS DE LA SEINE

Calme matin de mai, détendu dans la joie !
Le jour est vert et bleu par l’arbre et par le ciel,
Le pré délicieux fait lui-même son miel,
Tout l’univers s’élance et c’est l’azur qui ploie…

La Seine illustre coule, eau douce qui sourit
Par tous ses lents frissons charmants comme des lèvres,
Eau qui tend un miroir aux collines de Sèvres
Et baigne mollement Saint-Cloud près de Paris.

Ah ! que le jour est beau ! Je crois que je peux prendre
Tout ce bonheur sur moi d’un geste immense et rond.
Comme le jour est doux ! Et l’odeur du goudron
Luit comme une aile noire au-dessus du flot tendre…

Comtesse Mathieu de Noailles, Les éblouissements, éditeurs Calmann-Lévy, 1907, p.201

AUTEUR  : Comtesse Mathieu de Noailles  (Anna da Noailles)
ŒUVRE  : Les éblouissements
GENRE  : Poésie
ÉPOQUE  : XXe
LIEU  : Hors lieux

STRATE  : AU BORD

THÉMATIQUE 4  : HORS-LIEUX

-Le fleuve

Alfred Capus, Qui perd gagne, 1900

Qui perd gagne est un récit d’aventure qui a été écrit par Alfred Capus et publié en 1900. Dans cet extrait, un couple parisien décide d’emménager dans une maison située à la campagne, non loin de Mantes et en aval de la Seine. La vie au bord du fleuve attire ainsi ces personnages qui viennent s’installer près de la Seine et qui pourront profiter du paysage ainsi que de plusieurs activités comme le canotage.

<<— Si ça marche encore un peu, lui dit-elle, nous louerons quelque chose sur le bord de la Seine, pendant les grandes chaleurs. Il n’y a rien à faire à Paris, à ce moment-là, et la vie sera plus économique. >>

[…]

<< On leur indiqua, à quatre kilomètres de Mantes, en aval de la Seine, une maison de campagne qui était en location. Ils allèrent la visiter le dimanche suivant. On l’appelait la Maison Verte ; elle appartenait à un peintre qui, ayant été décoré au dernier Salon, devait passer l’été dans des villes d’eaux. Le propriétaire la louait toute meublée. Il y avait, en bas, la cuisine, la salle à manger et une autre petite pièce ; en haut, trois chambres et l’atelier, éclairé par une large baie d’où l’on apercevait la Seine. Le jardin s’étendait jusqu’aux bords du fleuve et contenait un verger, un potager et une tonnelle sous laquelle on pouvait déjeuner. Farjolle déclara que le paysage était beau. En leur montrant la tonnelle, le jardinier leur dit :

— Monsieur l’a mise dans le tableau qui lui a valu la croix de la Légion d’honneur.

Il insista sur les légumes.

— Il y en a pour toute la saison. Monsieur n’en achetait jamais à la ville.

— Ce sera une rude économie, fit observer Farjolle à sa femme.

Emma admira un grand carré de salades. La vue d’un cerisier où plusieurs cerises commençaient à mûrir, les décida. Farjolle accepta le prix : quinze cents francs pour la saison. De plus, les gages du jardinier qu’ils gardèrent à leur service.

— Voici l’adresse de Monsieur, à Paris.

— J’irai le voir demain et nous emménagerons dans huit jours.

Ils visitèrent encore la maison, puis descendirent le jardin jusqu’à la Seine. Au bout de l’allée un ponton servait à amarrer deux canots, compris dans la location, un gros, ventru et court, où l’on était très à son aise, et un plus mince pour la course.

Farjolle n’osa pas monter avec Emma dans celui-ci, « parce que, dit-il, les costumes de ville ne sont pas commodes pour ramer ». Le jardinier leur fit faire une petite promenade dans l’autre. Emma se mouilla en embarquant, ce qui lui causa une véritable joie. >>

Alfred Capus, Qui perd gagne, Librairie Paul Ollendorff, 1900, p.55 et p.141-143

AUTEUR  :  Alfred Capus
ŒUVRE  : Qui perd gagne
GENRE  : Récit d’aventure
ÉPOQUE  : XXe
LIEU  : Mantes

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Loisirs

THÉMATIQUE 3  : SEINE A LOISIRS

-Canoter

Bateaux-Mouches, Eddy de Pretto, 2021

Eddy de Pretto est un auteur-compositeur-interprète et acteur français qui s’est découvert notamment par son album Cure (2018). 

Pour la sortie de son nouvel album À tous les bâtards (2021), il publie « Bateaux-Mouche ». Il revient sur ses petits jobs avant son envol musical, où il chantait sur les bateaux-mouches, le long de balades sur la Seine. 

 

 

 

[Couplet 1]

Quand j’étais gars trop moche, chantant sur bateaux-mouches

Avec rien dans les poches, j’faisais moins la fine bouche

J’prenais toutes les avances, de sourires pas très cash

Fallait bien que je mange pour apaiser ma soif

Entrée, plat et dessert, je reculais l’attente

Des gros ventres a remplir avec chansons badantes

Sur mon estrade en toc que je prenais pour scène

J’me sеntais comme un coq mais j’flottais que sur la Seinе

Maquillé au pinceau, un solo pour mariage, avec costume Celio et l’odeur du fromage

Je posais comme il faut et j’en menais pas large

J’me sentais parfois d’trop entre rêves et noyade

J’étais lui qu’on ne voit pas, qui s’glisse entre les tables

Chantant du Rihanna avec un accent grave

Qui sourit a chaque fois pour faire plaisir mesdames

Faudrait pas que messieurs se sentent dragués par moi

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Couplet 2]

Je découvrais Paris, comme les couples étrangers

Tu viens d’où il fait gris, où on laisse tout trop laid

Des monuments crari, m’emporter comme jamais

J’avais qu’une envie, m’installer sur ce pavé

À chanter toute ma vie, pas les chansons des autres

J’en avait dans le ventre, pas du saumon Lenôtre

J’attendais patiemment, de monter sur le trône

Qu’on reprenne mes chansons, comme je reprend « vie en rose »

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Couplet 3]

J’devais quitter mes Nike, les laisser sous l’bateau

T’étais pas assez classe, pour l’image de ce show

Je n’avais qu’une hâte, de montrer ce que je vaux

Montrer combien je fake, que gentleman à l’eau

Le soir je m’improvisais, la vedette du bateau

En maquillant mes souhaits au parfum du ghetto

Tous les soirs je trinquais, rêvais fou de mon égo

En attendant j’réglais mes grands rêves au chapeau

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Outro]

Quand j’étais gars trop moche, chantant sur bateaux-mouches

Avec un rien dans les poches, j’faisais moins la fine bouche

J’prenais toutes les avances, de sourires pas très cash

Fallait bien que je mange pour apaiser ma soif

https://genius.com/Eddy-de-pretto-bateaux-mouches-lyrics

LA FÊTE DE PARIS-HEMINGWAY-1964

La Fête de Paris (A moveable feast) est un récit autobiographique d’Ernest Hemingway. écrit entre 1957 et 1960, l’auteur témoigne de sa première année d’écrivain  à Paris dans les années 1920, un jeune journaliste qui abandonne son travail et tente d’écrire pour gagner sa vie. Lui et sa charmante épouse Hadley Richardson en arrivant dans la capitale française

Les gens de la Seine

À la pointe de l’île de la Cité, au-dessous du Pont-Neuf, où se trouvait la statue d’Henry IV, l’île finissait en pointe comme l’étrave aiguisée d’un navire, et il y avait là un petit parc, au bord de l’eau […] et dans les trous et les remous qu’engendrait le mouvement de l’eau contre les rives, il y avait d’excellents coins pour la pêche. […]

Les endroits poissonneux changeaient selon le niveau du fleuve, et les pêcheurs utilisaient de longues cannes mises bout à bout […] Ils attrapaient toujours quelque chose et faisaient souvent de forts bonnes pêches de goujons. Ceux-ci se mangent frits, tout entiers, et je pouvais en dévorer des platées. Leur chair était tendre et douce, avec un parfum meilleur encore que celui de la sardine fraîche, et pas du tout huileuse, et nous les mangions avec les arêtes, sans rien en laisser.
L’un des meilleurs endroits, pour en manger, était un restaurant en plein air, construit au-dessus du fleuve, dans le Bas-Meudon. Nous y allions quand nous avions de quoi nous payer un petit voyage hors du quartier. On l’appelait « La Pêche miraculeuse » et l’on y buvait un délicieux vin blanc qui ressemblait à un muscadet. Le cadre était digne d’un conte de Maupassant, et l’on y avait une vue sur le fleuve, comme Sisley en a peint. 

People of the Seine

At the head of the Ile de la cité below the Pont Neuf where there was the statue of Henri Quatre, the island ended in a point like the sharp bow of a ship and there, huge and spreading, and in the currents and backwaters that the Seine made flowing past, there were excellent places to fish.

You went down a stairway to the park and watched the fishermen there and under the great bridge. The good spots to fish changed with the height of the river and the fishermen used long,  jointed, cane poles but fished with very fine leaders and light gear and quill floats and experty baited the piece of water that they fished. They alway caught some fish, and often they made excellent catches of the dace-like fish that were called goujons. They ware delicious fried whole and I could eat a plateful. They were plomp and sweaet-fleshed with a finer flavour than bones and all. And were not at all oily, and we ate them bones and all. One of the best places to eat them was at an open-air restaurant built out over the river at Bas Meudon where we would go when we had money for a trip away from our quarter. It was called La Pêche Miraculeuse and has a spendid white wine that was a sort of muscadet. It was a place out of a Maupassant story with the view over the river as Sisley had painted it.

Ernest HEMINGWAY, Paris est une fête, Traduit par Marc Saporta, Paris, Gallimard, 1964. Citation extraite du volume Folio, 1993, p. 58

 

La Seine (chanson)-Matthieu Chedid-2011

la Seine est une chanson dont les paroles et la musique sont écrite par Matthieu Chedid, interpréter aux prêts de Vanessa ParadisVenant du dessin animé en images de synthèse réalisé par Bibo Bergeron en 2011,  « un monstre à Parisdont Vanessa Paradisest la voix du personnage LucilleL’intrigue se déroule à Paris durant la crue de la Seine de 1910.

« Elle sort de son lit

Tellement sûre d’elle

La Seine, la Seine, la Seine

Tellement jolie, elle m’ensorcelle

La Seine, la Seine, la Seine

Extralucide, la lune est sûre

La Seine, la Seine, la Seine

Tu n’es pas saoul

Paris est sous

La Seine, la Seine, la Seine

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça, la Seine et moi

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça la Seine et moi

Extra Lucille* quand tu es sur

La scène, la scène, la scène

Extravagante quand l’ange est sur

La scène, la scène, la scène

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça, la Seine et moi

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça la Seine et moi

Sur le pont des arts

Mon cœur vacille

Entre deux eaux

L’air est si bon

Cet air si pur

Je le respire

Nos reflets perchés

Sur ce pont

[…] On s’aime comme ça, la Seine et moi (4 fois) »

Paroles et musique de Matthieu Chedid-2011.

Interprétation: Vanessa Paradis.

Ecoute:https://www.youtube.com/watch?v=vlPZLE2g0Kc

 

Jean Giraudoux, La première disparition de Jérôme Bardini, 1926

Le récit La Première Disparition de Jérôme Bardini a été écrit par Jean Giraudoux et publié en 1926. Dans cet extrait, le protagoniste Jérôme Bardini met en œuvre un plan auquel il avait beaucoup réfléchi qui est de feindre sa propre disparition pour quitter son quotidien et vivre d’une toute autre manière.

<< Bardini avait mûri depuis si longtemps son projet qu’il agit comme en hypnose. Sans chapeau, il était obligé de répondre par des sourires ou des signes aux épiciers, à la notairesse, au garde-champêtre qui le saluaient pour la dernière fois et il regrettait d’avoir à donner ce congé vraiment trop personnel à ces fantômes. Par le bourg, puis les champs, il gagna à six kilomètres la jeune courbe par laquelle la Seine répète presque à sa source la courbe de la Concorde, se déshabilla dans le pré déjà repéré, laissa ses vêtements sur la berge, comme il l’indiquait à sa femme dans la lettre pour qu’elle choisît à son gré de le faire passer pour disparu ou pour mort, et plongea. Il nagea avec délices. L’affaire ne serait pas si mauvaise, d’homme devenir poisson. Tout ce qui avait pu rester sur lui du parfum de Renée s’écoulait déjà sur Paris, remplacé par l’odeur prise au cśur des plateaux de Saint-Germain-La-Feuille. Il s’amusa à contrarier le courant ; il était agréable de refaire ses premiers gestes dans un nouvel élément, il s’amusa à lui céder, à taquiner la mort, mode de disparition peut-être à cultiver. Il dut sortir de l’eau pour venir prendre dans son portefeuille le petit sac imperméable avec les deux mille dollars qu’il emportait, dollars économisés un à un depuis trois ans, comme pour un cadeau de fête, — cadeau de sa seconde vie. Ses vêtements étendus avaient de loin sa forme ; il ne s’émut pas trop devant cette dépouille, devant son faux cadavre ; il se félicita d’en avoir fini avec ces deux boutons à chaînettes offerts par Fontranges, avec cette même épingle de cravate offerte par Bellita. Veston et pantalon, qui n’auraient plus chaque jour comme forme l’être pour lequel ils avaient été faits, étaient avachis pour toujours. Il avait là le premier désespoir, la première dépravation que causerait son départ. Il toucha cette étoffe, il toucha ces boutonnières avec un peu de pitié comme il eût touché la peau, la bouche de Jérôme mort. Il vit les places un peu usées, celles par lesquelles il avait un peu trop appuyé contre sa première vie. Il caressa son coude, si lustré, par lequel il avait pu, souvent, soutenir cette tête maintenant évadée. Mais on n’embrasse pas son cadavre privé de sa tête. Il replongea, le sac entre les dents, il aborda l’autre rive en naufragé qui fuit son radeau pour gagner l’île. Dans un de ces saules creux où les Parisiens en vacances croient que se logent les hiboux, il trouva les vêtements cachés voilà huit jours et la petite valise en cuir dur avec laquelle Wilson se promenait à Paris. Il s’habilla. Malgré lui il avait pris une allure d’Américain en franchissant la Seine, à croire que c’était l’Océan… Vraiment, c’est seulement en Américain qu’on peut se promener incognito parmi les hommes, et dans l’art, la musique, — et même, il le constatait, parmi les arbres Voilà enfin que sa personnalité de Bardini n’apparaissait plus dans ses rapports avec les pommiers, les pruniers ! Il n’eût pas été devant des orangers de Marrakech plus tendre, plus neuf ! Il les étreignit. Une minute il fut, non comme s’il avait changé, mais comme si les êtres qui l’environnaient s’étaient changés en arbres. Pourquoi n’était-ce pas l’époque de la floraison ? Il eût aimé les fleurs de Renée, les fleurs de Fontranges ! Il goûta leurs fruits, fruits encore verts, fruits toujours amers. >>

Jean Giraudoux, La Première Disparition de Jérôme Bardini, Sagittaire, 1926, p.56-60

Colette Yver, Rouen pendant la guerre, Revue des Deux Mondes tome 38, 1917

Le texte Rouen pendant la guerre se situe dans le tome 38 de la Revue des Deux Mondes. Le sujet central de ce récit est la ville de Rouen au temps de la première Guerre Mondiale qui avait eu lieu de 1914 à 1918. Le texte a été écrit en 1917 par Colette Yver, qui est une autrice politique dont la plupart de ses écrits s’adresse aux femmes.


<< Une neige fine tombe depuis la veille. Le ciel est bas ; le dégel fait la terre boueuse. Les bords de la Seine sont loin maintenant, et Rouen s’estompe dans le brouillard d’où pointent les clochers gothiques de ses églises, la couronne ducale à fleurons de la tour Saint-Ouen, et l’aiguille aérienne que lance vers le ciel la cathédrale, — flèche de fonte que Flaubert appela malicieusement « l’œuvre d’un chaudronnier en délire, » et qui allège si réellement de son jet hardi la silhouette de la ville que, sans elle, désormais Rouen serait à nos yeux comme un navire démâté.

Ici plus de collines boisées aux jeux pittoresques offrant des coteaux pleins de jardins et de villas, de fraîches vallées entrecroisées, des croupes rondes ou des murailles de craie taillées à pic. Voici la plaine morne, et, dans cette plaine, la grande cité militaire anglaise. >>

Colette Yver, Rouen pendant la guerre, Revue des deux Mondes tome 38, 1917, p.811

AUTEUR  : COLETTE YVER

ŒUVRE  : Rouen pendant la guerre

GENRE  : Historiographie

ÉPOQUE  : XX

LIEU  : Rouen

STRATE : AU BORD

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-Guerroyer



Amédée Fraigneau, Rouen-Bizarre, 1888

Rouen-Bizarre est un livre qui a été écrit par Amédée Fraigneau, un journaliste pour le Nouvelliste de Rouen. Le livre a été publié en 1888 et porte, dans son ensemble, sur la ville de Rouen. Une partie du livre s’intitule Les métiers bizarres et plusieurs métiers, qui ne sont pas les plus communs y sont évoqués.

 

<< LES CHERCHEURS DE « MACHABÉS »


La désignation du noyé par le mot « machabé » n’est peut-être pas très-respectueuse, mais nous sommes obligé de laisser à chaque métier tout son pittoresque, même dans l’horrible. D’ailleurs, l’expression est bien connue et employée un peu partout, en France. Quel est le créateur du mot ? Nous l’ignorons ; mais c’est certainement un homme peu ordinaire et qui avait fait des études classiques.

Ceux qui lisent la chronique locale de nos journaux ont vu sûrement des centaines de fois un entrefilet débutant ainsi :

« La série des suicides continue. Hier, un sieur X… s’est jeté à la Seine, etc… »

Ou bien encore : « Un bien triste accident s’est produit hier à la hauteur du quai… Un homme est tombé à la Seine, en déchargeant un bateau… »

Deux ou trois fois par semaine, le même entrefilet qu’on essaye de varier dans la forme, mais qui dans le fond est le même, apparaît aux lecteurs. Ce qui permet d’établir une statistique d’au moins 130 ou 140 noyés par an, à Rouen, dans la Seine. >>

Amédée Fraigneau, Rouen Bizarre, 1888, p.202

 

<< LES TIRE-BOUCHONS
Il ne s’agit pas d’un instrument, mais d’un homme. Le tire-bouchon rouennais, comme le graisseux et le pirate du Robec, gagne sa vie dans l’eau et il la gagne même assez largement.

Il est bien au courant des heures de la marée et, selon ces heures, il monte ou descend avec la Seine. Tantôt il est en amont du nouveau pont, mais le plus souvent en aval. Il affectionne les endroits ou le fleuve forme un coude brusque ; il adore les roseaux dont les tiges réunies forment pour lui une sorte de grillage naturel ; mais sa prédilection est pour les petites baies temporaires engendrées sur les quais par les travaux du port. C’est là que le courant dépose les bouteilles vides et les bouchons. Notre homme n’a qu’à les ramasser et, quand il y a beaucoup d’ouvriers travaillant aux alentours, la récolte est toujours des plus fructueuses. >>

Amédée Fraigneau, Rouen Bizarre, 1888, p.198

 

AUTEUR  : AMEDEE FRAIGNEAU

ŒUVRE  : Rouen-Bizarre

GENRE  : Historiographie

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : Rouen

STRATE  : DANS

THÉMATIQUE 2  : FAIRE EN SEINE

-métiers

THÉMATIQUE 4  : SEINE INTERLOPE

-noyade

 

Francis Carco, Au pied des tours de Notre-Dame, 1952

Francis Carco est un poète, écrivain, journaliste et auteur de chansons. Il s’est rendu à Paris à partir de 1910, lorsqu’il était âgé de 24 ans, a découvert la ville et a donc écrit à son sujet. En 1950, Charles Dumont a arrangé ce poème sous forme de musique.

Au pied des tours de Notre-Dame,
La Seine coule entre les quais.
Ah ! le gai, le muguet coquet !
Qui n’a pas son petit bouquet ?
Allons, fleurissez-vous, mesdames !
Mais c’était toi que j’évoquais
Sur le parvis de Notre-Dame ;
N’y reviendras-tu donc jamais ?
Voici le joli moi de mai…

Je me souviens du bel été,
Des bateaux-mouches sur le fleuve
Et de nos nuits de la Cité.
Hélas ! qu’il vente, grêle ou pleuve,
Ma peine est toujours toute neuve :
Elle chemine à mon côté…

De ma chambre du Quai aux Fleurs,
Je vois s’en aller, sous leurs bâches,
Les chalands aux vives couleurs
Tandis qu’un petit remorqueur
Halète, tire, peine et crache
En remontant, à contre-coeur,
L’eau saumâtre de ma douleur…

Francis Carco, Au pied des tours de Notre-Dame, 1952

AUTEUR : FRANCIS CARCO
ŒUVRE: Au Pied des tours de Notre-Dame
GENRE: POÉSIE
ÉPOQUE : XX
LIEU: Paris

STRATE:
AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR
-Se promener
-naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-loisirs
-métiers


THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS
-Amours
-se promener

Annie ernaux, la place, 1983

Annie Ernaux a écrit La Place, roman autobiographique qui retrace ses souvenirs d’enfance à travers la figure de son père, le récit s’ouvre d’ailleurs sur sa mort. Née à Lillebonne, elle grandit à Yvetot en Seine-Maritime où la Seine se déploie en fond pour servir de décor ou encore de contexte au géniteur qui y a travaillé.

<< Au repas de mariage, dans un restaurant avec vue sur la Seine, il se tient la tête un peu en arrière, les deux mains sur sa serviette étalée sur les genoux et il sourit légèrement, dans le vague, comme tous les gens qui s’ennuient en attendant les plats. Ce sourire veut dire aussi que tout, ici, aujourd’hui, est très bien. Il porte un costume bleu à rayures, qu’il s’est fait faire sur mesures, une chemise blanche avec, pour la première fois, des boutons de manchette. >>

[…]

<< Le café-épicerie de la Vallée ne rapportait pas plus qu’une paye d’ouvrier. Mon père a dû s’embaucher sur un chantier de construction de la basse Seine. Il travaillait dans l’eau avec des grandes bottes. On n’était pas obligé de savoir nager. Ma mère tenait seule le commerce dans la journée.

Mi-commerçant, mi-ouvrier, des deux bords à la fois, voué donc à la solitude et à la méfiance. Il n’était pas syndiqué. Il avait peur des Croix-de-Feu qui défilaient dans L… et des rouges qui lui prendraient son fonds. Il gardait ses idées pour lui. Il n’en faut pas dans le commerce. >>

Annie Ernaux, La Place, éditions folio, 1883

AUTEUR  : ANNIE ERNAUX

ŒUVRE  : La place

GENRE  : Roman

ÉPOQUE  : XX

LIEU  : Lillebonne

STRATE  :

AU BORD / DANS

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-métiers

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

  • Restaurants & guinguettes

Victor Hugo, les contemplations, 1856

Les Contemplations est un recueil de poèmes qui a été écrit par Victor Hugo et publié en 1856. Ce recueil est composé de six livres qui sont eux-mêmes divisés en deux parties. La première partie est nommée Autrefois et la deuxième partie est nommée Aujourd’hui . Le sujet principal du recueil est la mort de la fille du poète, Léopoldine Hugo, qui s’était noyée dans la Seine à Villequier.

Le poème intitulé Charles Vacquerie , qui est le dernier du livre IV (Pauca Meae) rend hommage à Charles Vacquerie, le gendre de Léopoldine Hugo qui avait également perdu la vie après s’être noyé dans la Seine avec elle.

Dans le poème VI de la partie du recueil intitulée À celle qui est restée en France, le poète associe le décès de sa fille et le lieu où l’accident s’était déroulé et il oppose Paris, qui renvoie au vivant à la Seine, Villequier, etc… qui renvoient à la mort et au deuil car, pour lui, sa fille est toujours là où elle s’était noyée.

Livre IV – Pauca  Meae, poème XVII, Charles Vacquerie :

<< Il ne sera pas dit que ce jeune homme, ô deuil !
Se sera de ses mains ouvert l’affreux cercueil
Où séjourne l’ombre abhorrée,
Hélas ! et qu’il aura lui-même dans la mort
De ses jours généreux, encor pleins jusqu’au bord,
Renversé la coupe dorée,

Et que sa mère, pâle et perdant la raison,
Aura vu rapporter au seuil de sa maison,
Sous un suaire aux plis funèbres,
Ce fils, naguère encor pareil au jour qui naît,
Maintenant blême et froid, tel que la mort venait
De le faire pour les ténèbres ;

Il ne sera pas dit qu’il sera mort ainsi,
Qu’il aura, cœur profond et par l’amour saisi,
Donné sa vie à ma colombe,
Et qu’il l’aura suivie au lieu morne et voilé,
Sans que la voix du père à genoux ait parlé
À cette âme dans cette tombe !

En présence de tant d’amour et de vertu,
Il ne sera pas dit que je me serai tu,
Moi qu’attendent les maux sans nombre !
Que je n’aurai point mis sur sa bière un flambeau,
Et que je n’aurai pas devant son noir tombeau
Fait asseoir une strophe sombre !

N’ayant pu la sauver, il a voulu mourir.
Sois béni, toi qui, jeune, à l’âge où vient s’offrir
L’espérance joyeuse encore,
Pouvant rester, survivre, épuiser tes printemps,
Ayant devant les yeux l’azur de tes vingt ans
Et le sourire de l’aurore,

À tout ce que promet la jeunesse, aux plaisirs,
Aux nouvelles amours, aux oublieux désirs
Par qui toute peine est bannie,
À l’avenir, trésor des jours à peine éclos,
À la vie, au soleil, préféras sous les flots
L’étreinte de cette agonie !

Oh ! quelle sombre joie à cet être charmant
De se voir embrassée au suprême moment,
Par ton doux désespoir fidèle !
La pauvre âme a souri dans l’angoisse, en sentant
À travers l’eau sinistre et l’effroyable instant
Que tu t’en venais avec elle !

Leurs âmes se parlaient sous les vagues rumeurs.
– Que fais-tu ? disait-elle. – Et lui, disait : – Tu meurs ;
Il faut bien aussi que je meure ! –
Et, les bras enlacés, doux couple frissonnant,
Ils se sont en allés dans l’ombre ; et, maintenant,
On entend le fleuve qui pleure.

Puisque tu fus si grand, puisque tu fus si doux
Que de vouloir mourir, jeune homme, amant, époux,
Qu’à jamais l’aube en ta nuit brille !
Aie à jamais sur toi l’ombre de Dieu penché !
Sois béni sous la pierre où te voilà couché !
Dors, mon fils, auprès de ma fille !

Sois béni ! que la brise et que l’oiseau des bois,
Passants mystérieux, de leur plus douce voix
Te parlent dans ta maison sombre !
Que la source te pleure avec sa goutte d’eau !
Que le frais liseron se glisse en ton tombeau
Comme une caresse de l’ombre !

Oh ! s’immoler, sortir avec l’ange qui sort,
Suivre ce qu’on aima dans l’horreur de la mort,
Dans le sépulcre ou sur les claies,
Donner ses jours, son sang et ses illusions !… –
Jésus baise en pleurant ces saintes actions
Avec les lèvres de ses plaies.

Rien n’égale ici-bas, rien n’atteint sous les cieux
Ces héros, doucement saignants et radieux,
Amour, qui n’ont que toi pour règle ;
Le génie à l’œil fixe, au vaste élan vainqueur,
Lui-même est dépassé par ces essors du cœur ;
L’ange vole plus haut que l’aigle.

Dors ! – Ô mes douloureux et sombres bien-aimés !
Dormez le chaste hymen du sépulcre ! dormez !
Dormez au bruit du flot qui gronde,
Tandis que l’homme souffre, et que le vent lointain
Chasse les noirs vivants à travers le destin,
Et les marins à travers l’onde !

Ou plutôt, car la mort n’est pas un lourd sommeil,
Envolez-vous tous deux dans l’abîme vermeil,
Dans les profonds gouffres de joie,
Où le juste qui meurt semble un soleil levant,
Où la morte au front pâle est comme un lys vivant,
Où l’ange frissonnant flamboie !

Fuyez, mes doux oiseaux ! évadez-vous tous deux
Loin de notre nuit froide et loin du mal hideux !
Franchissez l’éther d’un coup d’aile !
Volez loin de ce monde, âpre hiver sans clarté,
Vers cette radieuse et bleue éternité,
Dont l’âme humaine est l’hirondelle !

Ô chers êtres absents, on ne vous verra plus
Marcher au vert penchant des coteaux chevelus,
Disant tout bas de douces choses !
Dans le mois des chansons, des nids et des lilas,
Vous n’irez plus semant des sourires, hélas !
Vous n’irez plus cueillant des roses !

On ne vous verra plus, dans ces sentiers joyeux,
Errer, et, comme si vous évitiez les yeux
De l’horizon vaste et superbe,
Chercher l’obscur asile et le taillis profond
Où passent des rayons qui tremblent et qui font
Des taches de soleil sur l’herbe !

Villequier, Caudebec, et tous ces frais vallons,
Ne vous entendront plus vous écrier : « Allons,
Le vent est bon, la Seine est belle ! »
Comme ces lieux charmants vont être pleins d’ennui !
Les hardis goélands ne diront plus : C’est lui !
Les fleurs ne diront plus : C’est elle !

Dieu, qui ferme la vie et rouvre l’idéal,
Fait flotter à jamais votre lit nuptial
Sous le grand dôme aux clairs pilastres ;
En vous prenant la terre, il vous prit les douleurs ;
Ce père souriant, pour les champs pleins de fleurs,
Vous donne les cieux remplis d’astres !

Allez des esprits purs accroître la tribu.
De cette coupe amère où vous n’avez pas bu,
Hélas ! nous viderons le reste.
Pendant que nous pleurons, de sanglots abreuvés,
Vous, heureux, enivrés de vous-mêmes, vivez
Dans l’éblouissement céleste !

Vivez ! aimez ! ayez les bonheurs infinis.
Oh ! les anges pensifs, bénissant et bénis,
Savent seuls, sous les sacrés voiles,
Ce qu’il entre d’extase, et d’ombre, et de ciel bleu,
Dans l’éternel baiser de deux âmes que Dieu
Tout à coup change en deux étoiles ! >>

Victor Hugo, Les Contemplations, éditions classiques, 1972, p.303

 

À celle qui est restée en France, VI :

<< Je ne puis plus reprendre aujourd’hui dans la plaine
Mon sentier d’autrefois qui descend vers la Seine ;
Je ne puis plus aller où j’allais ; je ne puis,
Pareil à la laveuse assise au bord du puits,
Que m’accouder au mur de l’éternel abîme ;
Paris m’est éclipsé par l’énorme Solime ;
La haute Notre-Dame à présent, qui me luit,
C’est l’ombre ayant deux tours, le silence et la nuit,
Et laissant des clartés trouer ses fatals voiles ;
Et je vois sur mon front un panthéon d’étoiles ;
Si j’appelle Rouen, Villequier, Caudebec,
Toute l’ombre me crie : Horeb, Cédron, Balbeck !
Et, si je pars, m’arrête à la première lieue,
Et me dit: Tourne-toi vers l’immensité bleue !
Et me dit : Les chemins où tu marchais sont clos.
Penche-toi sur les nuits, sur les vents, sur les flots !
A quoi penses-tu donc ? que fais-tu, solitaire ?
Crois-tu donc sous tes pieds avoir encor la terre ?
Où vas-tu de la sorte et machinalement ?
Ô songeur ! penche-toi sur l’être et l’élément !
Écoute la rumeur des âmes dans les ondes !
Contemple, s’il te faut de la cendre, les mondes ;
Cherche au moins la poussière immense, si tu veux
Mêler de la poussière à tes sombres cheveux,
Et regarde, en dehors de ton propre martyre,
Le grand néant, si c’est le néant qui t’attire !
Sois tout à ces soleils où tu remonteras !
Laisse là ton vil coin de terre. Tends les bras,
Ô proscrit de l’azur, vers les astres patries !
Revois-y refleurir tes aurores flétries ;
Deviens le grand œil fixe ouvert sur le grand tout.
Penche-toi sur l’énigme où l’être se dissout,
Sur tout ce qui naît, vit, marche, s’éteint, succombe,
Sur tout le genre humain et sur toute la tombe !

Mais mon cœur toujours saigne et du même côté.
C’est en vain que les cieux, les nuits, l’éternité,
Veulent distraire une âme et calmer un atome.
Tout l’éblouissement des lumières du dôme
M’ôte-t-il une larme ? Ah ! l’étendue a beau
Me parler, me montrer l’universel tombeau,
Les soirs sereins, les bois rêveurs, la lune amie ;
J’écoute, et je reviens à la douce endormie. >>

Victor Hugo, Les Contemplations, éditions classiques, 1972, p.534

 

AUTEUR  : VICTOR HUGO

ŒUVRE  : Les contemplations

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : Paris, Rouen, Villequier

STRATE  :

DANS

THÉMATIQUE 4  : SEINE INTERLOPE

-noyade

Auguste de châtillon, promenade à l’île saint-ouen-saint-denis (partant des batignolles), 1857

L’ouvrage << Promenade à l’île de Saint-Ouen-Saint-Denis partant des Batignolles >>, Auguste de Châtillon regroupe plusieurs textes à travers lesquels le lecteur peut se promener sur l’île Saint-Ouen-Saint-Denis.

III

<< À la Maison Blanche on s’arrête.
En descendant de la banquette
À gauche on traverse Saint-Ouen ;
On suit un parc qui s’étend loin
Et jusque vers l’eau se projette.

Lors, c’est un beau spectacle a voir ;
Cette île, ainsi qu’en un miroir,
Dans la Seine au loin se reflète,
Et, comme fait une coquette,
Se mire du matin au soir.

Tout scintille sous la lumière,
Tout retentit sur la rivière,
Tout est musique avec l’écho ;
Le bruit de la rame sur l’eau,
Le battoir de la lavandière.

Malgré l’éclat du pont nouveau,
Je préfère l’ancien bateau
Là, chaque coup de rame berce,
Pendant le temps que l’on traverse
On laisse aller sa main dans l’eau.

Cette île semble un coin de terre
Pour l’amour et pour le mystère…
On doit visiter avec soin
Cette île Saint-Denis-Saint-Ouen !
C’est comme une île de Cythère

Où vont s’éparpiller, nombreux,
De belles grappes d’amoureux
En plein soleil de la jeunesse !
Le temps mûrit, le temps nous presse…
— Aimons pour trois plus que pour deux. >>

Auguste de Châtillon, Promenade à l’île Saint-Ouen-Saint-Denis, imp. de Pilloy, 1875, p.5-6

 

AUTEUR  : AUGUSTE DE CHÂTILLON

ŒUVRE  : Promenade à l’île Saint-Ouen-Saint-Denis (partant des Batignolles)

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : SAINT-OUEN-SAINT-DENIS

STRATE  :

AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 3  : LOISIRS EN SEINE

-Amours

Paris est une fête-Ernest Hemingway-1964

Dans les années 1920, lorsque Hemingway et sa jeune épouse Hadley sont arrivés dans la capitale,  vous n’aviez pas besoin d’argent pour rendre chaque instant unique.  Que ce soit en se promenant le long de la Seine et en rencontrant des libraires ou au bistrot de Montmartre, l’auteur nous invite à découvrir ce Paris abordable et  où il est facile de faire des  rencontres.

L’un des meilleurs endroits,  pour en manger, était un restaurant en plein air,  construit au-dessus du fleuve, dans le Bas-Meudon. Nous y allions quand nous avions de quoi nous payer un petit voyage hors du quartier.

On l’appelait  » La Pêche miraculeuse » et l’on y buvait un merveilleux vin blanc qui ressemblait à du muscadet.  Le cadre était digne d’un conte de Maupassant, et l’on y avait une vue sur le fleuve, comme Sisley en a peint. Mais ce n’était pas la peine d’aller si loin pour déguster une friture de goujons. Il y en avait de délicieuses dans l’île Saint-Louis.

Je connaissais plusieurs des pêcheurs qui écumaient les coins poissonneux de la Seine,  entre l’île Saint-Louis et la place du Vert-Galant, et parfois,  si le ciel était clair,  il m’arrivait d’acheter un litre de vin,  un morceau de pain et de la charcuterie et je m’asseyais au soleil et lisais l’un des livres que je venais d’acheter et observais les pêcheurs. »

Hemingway Ernest, Paris est une fête, éditions Gallimard, 1964, p 58-59.

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006 (2)

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La jeune Paloma est impressionnée par le spectacle industriel de Port-Jerôme, et plus encore par l’existence des oléoducs qui relient la Seine à la mer. Les deux personnages naviguent sur une pilotine.

Plus que les jolies façades du front de Seine du petit village de Quillebeuf, le regard de Paloma, et son odorat, furent attirés par l’autre rive. Elle reste sans voix devant l’incroyable complexe pétrolier de Port-Jérôme… Une véritable forêt de cheminées d’usines… Une incroyable jungle industrielle.

-Un souterrain que Leblanc n’avait pas imaginé, ironisa Bergton.

-Lequel ?

-Un souterrain qui part d’Etretat, court sous le pays de Caux, pour aboutir ici, face à la Seine.

-Lequel ! insista Paloma intriguée.

-Les oléoducs ! les oléoducs qui relient le terminal pétrolier d’Antifer, en front de mer, aux raffineries du bord de Seine… Le plus important complexe en France !

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 113

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, 2013

Pascal QUIGNARD, dans un texte appelé « l’Estuaire » (2013) où il raconte son enfance havraise, évoque la traversée de la Seine à bord d’un bac avant la construction du pont de Tancarville.

Quand on arrive aux enfers la rive des vivants est toujours trop étroite. C’est un ponton de bois. C’est un quai. J’ai quatre ans. On prend le bac pour traverser la Seine déjà mêlée de mer. J’aimais beaucoup monter sur ce bac en bois qui franchissait beaucoup plus lentement l’estuaire. Tout est pâques en ce monde, passage, barque à nocher, bac de rive à rive. Étrange lac crevé que les reflux et les marées meuvent, que les barques et les voilent sillonnent. Ostie. Il est une porte que l’âge ouvre davantage sur l’océan infini parce que la mort, insensiblement, prend le même visage. J’avais quatre ans, j’avais cinq ans, j’aimais être sur le pont de bois du bac avec les vaches, avec les Juvaquatre, les Quatre-chevaux, les chevaux de trait, les poules qui cognaient de la tête dans leur panier d’osier, les porcs qui hurlaient. J’évoque un temps qui se passait avant que le pont de Tancarville fût édifié sur la baie entre Saint-Nicolas-de-la-Taille et le Marais-Vernier. C’était en 1952, en 1953.

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, Rouen, L’Echo des vagues, 2013.