Archives de catégorie : TEXTES

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006 (2)

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La jeune Paloma est impressionnée par le spectacle industriel de Port-Jerôme, et plus encore par l’existence des oléoducs qui relient la Seine à la mer. Les deux personnages naviguent sur une pilotine.

Plus que les jolies façades du front de Seine du petit village de Quillebeuf, le regard de Paloma, et son odorat, furent attirés par l’autre rive. Elle reste sans voix devant l’incroyable complexe pétrolier de Port-Jérôme… Une véritable forêt de cheminées d’usines… Une incroyable jungle industrielle.

-Un souterrain que Leblanc n’avait pas imaginé, ironisa Bergton.

-Lequel ?

-Un souterrain qui part d’Etretat, court sous le pays de Caux, pour aboutir ici, face à la Seine.

-Lequel ! insista Paloma intriguée.

-Les oléoducs ! les oléoducs qui relient le terminal pétrolier d’Antifer, en front de mer, aux raffineries du bord de Seine… Le plus important complexe en France !

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 113

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, 2013

Pascal QUIGNARD, dans un texte appelé « l’Estuaire » (2013) où il raconte son enfance havraise, évoque la traversée de la Seine à bord d’un bac avant la construction du pont de Tancarville.

Quand on arrive aux enfers la rive des vivants est toujours trop étroite. C’est un ponton de bois. C’est un quai. J’ai quatre ans. On prend le bac pour traverser la Seine déjà mêlée de mer. J’aimais beaucoup monter sur ce bac en bois qui franchissait beaucoup plus lentement l’estuaire. Tout est pâques en ce monde, passage, barque à nocher, bac de rive à rive. Étrange lac crevé que les reflux et les marées meuvent, que les barques et les voilent sillonnent. Ostie. Il est une porte que l’âge ouvre davantage sur l’océan infini parce que la mort, insensiblement, prend le même visage. J’avais quatre ans, j’avais cinq ans, j’aimais être sur le pont de bois du bac avec les vaches, avec les Juvaquatre, les Quatre-chevaux, les chevaux de trait, les poules qui cognaient de la tête dans leur panier d’osier, les porcs qui hurlaient. J’évoque un temps qui se passait avant que le pont de Tancarville fût édifié sur la baie entre Saint-Nicolas-de-la-Taille et le Marais-Vernier. C’était en 1952, en 1953.

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, Rouen, L’Echo des vagues, 2013.

Maylis de KERANGAL, Réparer les vivants, 2014

Dans Réparer les vivants (2014) de Maylis de Kerangal, Marianne et Sean apprennent la mort cérébrale de leur jeune fils Simon. À l’hôpital, on leur a demandé s’ils acceptaient de donner ses organes. Les parents, éperdus, quittent Le Havre et roulent jusqu’à l’estuaire, comme « happés », « aimantés » par le fleuve, dont ils rejoignent la berge, passé Gonfreville.

« Ils roulent sur la route au bas des falaises, longent ce coteau grevé de cavernes où traînent vagabonds isolés et bandes de gosses – shit et bombes de peinture -, passent les baraques taies au bas de la pente, la raffinerie de Gonfreville-l’Orcher, enfin obliquent vers le fleuve, comme si happés par l’échancrure soudaine de l’espace, et maintenant c’est l’estuaire.

Ils roulent encore deux ou trois kilomètres, puis sont à bout de bitume alors coupent le moteur : c’est vide autour d’eux, désaffecté, un espace de zone industrielle et près du pacage, et l’on comprend mal pourquoi ils s’arrêtent là sous un ciel parcheminé de fumées denses, rapides, tire-bouchonnées au-dessus des cheminées de la raffinerie puis dilatés en traînées mornes, distillant alors poussière et monoxyde de carbone, un ciel d’apocalypse. […]

Ils arrivent enfin en vue du fleuve, largeur de ciel dingue, ils sont surpris, ont le souffle court, les pieds trempés, mais avancent vers la berge, approchent tout près du bord comme si aimantés, ne freinent que lorsque le pré commence à verser lentement dans l’eau »

Maylis de KERANGAL, Réparer les vivants, Paris, Les Verticales, 2014, p. 145, 150.

Jean ROLIN, Terminal Frigo, 2005

Terminal Frigo (2005) narre les pérégrinations d’un personnage dans de grandes villes portuaires. Dans le port du Havre, il croise la route de Riton qui, quelque part entre le Pont de Normandie et le grand canal du Havre, a construit et défend son gabion dans les marais, qu’il considère comme son territoire.

A quatre-vingt-cinq ans, Riton n’est pas d’humeur à se laisser bercer par la propagande au sujet des « déménagements de biotopes » et autres oxymorons, dans laquelle il voit plutôt l’instrument d’un complot unissant écologistes et technocrates contre les seuls usagers légitimes du marais. Cette légitimité, lui-même a payé de sa personne pour l’asseoir : outre ses anciens faits d’armes pour la « défense du marais », il n’a pas mis moins de cinq ans, avec l’aide d’un de ses fils, pour creuser la mare de son gabion, et frayer le chemin, fait de planches et de plaques métalliques, qui permet d’y accéder à pied plus ou moins sec. Le gabion est situé à un kilomètre ou deux après le pont de Normandie, sur la côté gauche de la route de l’Estuaire, quelque part entre celle-ci et le cul-de-sac dans lequel se termine le grand canal du Havre. De là où Riton a garé sa voiture, au pied d’aubépines dont on sent qu’elle est sur le point de refleurir, on aperçoit dans le fond du paysage les superstructures d’une cimenterie, dominant de vastes étendues de roseaux flétris. Serpentant sur plusieurs centaines de mètres parmi ces roseaux, le chemin du gabion, en équilibre instable au-dessus des eaux, est souillé de loin en loin par des crottes de renard ou de ragondins. Dans la végétation s’active d’autre part une importante population de mésanges à moustaches.

Jean ROLIN, Terminal Frigo, Paris, POL, 2005. Citation extraite du volume Folio, p. 206.

Jean-Baptiste Del Amo, Une éducation libertine, 2009

Gaspard, personnage principal du roman Une Éducation libertine, quitte sa ville natale quimpéroise après le décès de son père pour monter à la conquête de Paris. Il rencontre la Seine après avoir déambulé dans les rues de la capitale, et c’est un véritable tableau que Jean-Baptiste Del Amo peint sous les yeux « ébahis » de son personnage et de ses lecteurs :

Puis la Seine fut là, son odeur de vase, la monstruosité de son agitation portuaire. Gaspard s’arrêta, ébahi. Le flot noir exhalait une frénésie qui s’étendait, une pieuvre lançant ses tentacules à l’assaut de la ville. Fiacres et carrosses se talonnaient sur les rives. Les cochers, véritables harpies, fouettaient et hurlaient à plein gosier. La populace se massait là, grouillait comme d’une termitière, avançait par vagues sur les berges. À quai, les bateaux dégorgeaient de marchandises dans des caisses de bois que des marins musculeux et braillards soulevaient à bout de bras. […] Au bord de l’eau, les lingères, fichus vissés sur leurs crânes furibonds, plongeaient jusqu’aux coudes draps et haillons, savonnaient, frottaient, essoraient. Elles répandaient une mousse à la couleur indéfinissable qui descendait pesamment le Fleuve. […] Plus loin, on ouvrait les guinguettes, les auberges se vidaient de leurs hôtes à demi reposés et parfaitement fauchés. Montant et descendant les rives, les porteurs d’eau feintaient la cadence infernale, se jetaient à l’eau, emplissaient les seaux, s’arrachaient des flots, couraient en sens inverse. Les passeurs plantaient leurs barques entre les bateaux. Ils embarquaient la foule des travailleurs de l’autre rive, s’engueulaient, frappaient l’eau à grands coups de pagaie, filaient au travers du Fleuve, évitaient l’inévitable : la collision, l’accident, le naufrage. Il n’était pas rare qu’un homme tombât à l’eau, fût entraîné par le courant ou les profondeurs du Fleuve. On usait alors de perches en bois. Mais la longueur et le poids de l’instrument rendaient le maniement périlleux, et il arrivait qu’à défaut de sauver le miséreux, la perche le transperçât ou l’assommât, achevant ainsi d’en faire un noyé.

Jean-Baptiste Del Amo, Une éducation libertine, Gallimard, 2009, p. 37

Alice BAUDE, Les Eaux mauvaises (collectif), 2019

Les Eaux mauvaises est un recueil de textes composés par de jeunes écrivains à l’occasion d’un séminaire d’écriture au Moulin d’Andé, pendant l’automne 2018. Il s’agissait d’explorer le thème des « fluidités », et d’écrire sur la Seine depuis les rives du fleuve. Alice Baude a immergé ses feuilles dans la Seine. Son texte rend compte d’un fleuve « noir » et d’eaux menacées.

J’ai coulé mon eau d’aquarelle dans le marasme âcre de la Seine après Paris. Ce n’est qu’un peu de pus de plus. Je glisse mes mots ces écailles sous la bruine sur ma feuille l’encre s’efface. J’écris sous l’eau, l’encre perle, l’encre coagule. Il y a rouge il y a vert il y a gris il y a tache. Un cygne plisse la surface.

Par ce brouillard bruineux je t’écris la poiscaille mordue par l’acide.

La goulée petite goulée d’eau de la langue à la glotte je la bois elle claque l’eau saine. Je guette ce qu’elle me dit. Et elle me dit les cagouilles les bétonnades les pisses en continu dans son vivier le passage malin dans les turbines les refroidissements électriques et les synapses nucléaires. Elle me dit la calfeutre dans du plastique la calfeutre dans des berges, des étreintes à l’empoumonade et des dégueulis à même la molécule.

Tu parles d’une vase. […]

Elles ont dû en brasser les eaux, des bouillons de miasmes, des vapeurs méphitiques aux souvenances métropoles. Elles ont dû en brasser, colporter sarcler emmener pétrir, des semelles et des boîtes, des bacs et des plastiques. Les eaux souillées, les eaux mordues à l’acier, pourries à l’intime. 

Alice BAUDE, Les Eaux mauvaises (collectif), Le Havre, Editions de l’ESADHaR, 2019.

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La clé de l’énigme se trouve peut-être dans les hauteurs de Caudebec-en-Caux, plus précisément dans la chapelle La Barre-y-va…

Victor Hugo, Maurice Leblanc, Michel Bussi: trois écrivains convoqués autour d’un même lieu.

« -La clé de l’énigme, c’est le fameux phénomène de la Barre-y-va. On l’appelle aujourd’hui plus souvent le mascaret. C’est la marée qui remontait la Seine, jusqu’à Rouen jadis. Jusqu’aux années 1960, lors des grandes marées, le mascaret, ou la Barre-y-va si vous préférez, était un véritable petit raz-de-marée, particulièrement dangereux, inondant les rives, renversant les bateliers imprudents, mouillant les badauds…

-Je me souviens. C’est ainsi que Léopoldine, la fille de Victor Hugo, trouva la mort en face de leur propriété de Villequier.

-Et c’est pour elle qu’il composera son émouvant poème, qui raconte sa marche aveugle sur les rives de la Seine, « demain dès l’aube… ». Mais tous les bateliers craignaient la Barre-y-va. C’est également le nom d’un hameau juste en aval de Caudebec-en-Caux, en face du pilotage de la Seine, où est érigée la fameuse et adorable petite chapelle dont je vous ai parlé tout à l’heure… Et avant elle, sur le même site au-dessus de la Seine, les bateliers priaient la vierge dans une étrange chapelle bleue, qui existe encore…

-Encore des mystères ? »

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 116

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984) (2)

La Seine figure de façon récurrente dans les romans policiers et romans noirs, comme scène de crime ou décor du récit.

L’auteur contemporain Didier Daeninckx, dans Meurtres pour mémoire (1984), revient sur le massacre perpétré à l’encontre de manifestants algériens en octobre 1961, dont les corps furent jetés dans la Seine. Ces événements rappellent que, dans son histoire, la Seine à charrié des hommes et des femmes assassinés pour des raisons politiques, pendant la Saint-Barthélemy ou la Commune. On peut parler alors d’une « Seine sanglante ».

Dans cet extrait, les manifestants se sont regroupés au pont de Neuilly.

Il était près de huit heures. Sur les quais situés en contrebas du pont de Neuilly, deux immenses colonnes formées par les habitants des bidonvilles de Nanterre, Argenteuil, Bezons, Courbevoie, se mirent en mouvement. Des responsables du FLN les encadraient et canalisaient les groupes qui ne cessaient de se joindre à eux. Ils étaient au moins six mille ; les quatre voies du pont ne semblaient pas assez larges pour assurer l’écoulement du cortège. Ils dépassèrent la pointe de l’île de Puteaux, sous leurs pieds, et pénétrèrent dans Neuilly.

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris, Folio Policier, 2016, p. 33

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984)

La Seine figure de façon récurrente dans les romans policiers et romans noirs, comme scène de crime ou décor du récit.

L’auteur contemporain Didier Daeninckx, dans Meurtres pour mémoire (1984), revient sur le massacre perpétré à l’encontre de manifestants algériens en octobre 1961, dont les corps furent jetés dans la Seine. Ces événements rappellent que, dans son histoire, la Seine à charrié des hommes et des femmes assassinés pour des raisons politiques, pendant la Saint-Barthélemy ou la Commune. On peut parler alors d’une « Seine sanglante ».

Dans cet extrait, le personnage se trouve à Aubervilliers et se dirige vers Saint-Denis, en longeant le Saint-Denis, dans un espace où l’ébullition industrielle a cédé la place à une atmosphère d’abandon.

Il lui fallait traverser le canal Saint-Denis et longer les cabanes de bois et de tôle qui avaient envahi les berges. Le pont faisait une bosse, et par temps clair, on voyait le Sacré-Cœur en entier, derrière l’énorme cheminée en brique rouge de Saint-Gobain. Il ralentissait et s’amusait à bouger la tête pour placer la Basilique sur les collines de soufre entreposées dans l’enceinte de l’usine. En contrebas, sur le quai, une grue extrayait des profondeurs d’une péniche des blocs de métal qu’un Fenwick emmenait aussitôt vers les hangars de Prosilor.

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris, Folio Policier, 2016, p. 14

Jacques ROUBAUD, Je suis un crabe ponctuel, Anthologie personnelle, 2016

Le poète contemporain Jacques Roubaud consacre ici un texte à Raymond Queneau, qu’il imagine marchant en bord de Seine à Paris, plongé dans la composition d’un poème combinatoire, fait de lettres et de chiffres. Les feuilles d’automne et les feuilles du carnet à poème prennent pareillement l’eau de novembre et du fleuve.

Queneau en novembre

Je le vois au bord de la Seine

Couleur d’un ciel couleur de l’eau

Il rêve d’un monde rêvé

Où les nombres succombent mieux

Aux manigances du poème

Je vois, les feuilles sont tombées

Aux flaques de basse lumière

Est-ce décembre ou bien novembre ?

Dès que les feuilles sont tombées

On sort son carnet à poèmes

On marche sur le bord de Seine

C’est le soir : la pauvre lumière

Solaire faiblit. Il vaut mieux

Laisser son ombre prendre l’eau

Sous les averses de novembre

En rêvant du nombre rêvé

Notre ombre en automne prend l’eau

Nos pompes ne valent pas mieux

Gluantes des feuilles tombées

Dans les caniveaux de novembre

Le soir dirige sa lumière

Vers le calepin à poème

Où s’inscrit le nombre rêvé

En marchant sur les bords de Seine

[…]

Etait-ce décembre ou novembre

Je le vois sur le bord de Seine

Levant sa page à la lumière

Noircie de chiffres, molle d’eau

Il va sur les feuilles tombées

Il rêve du monde rêvé

Où nombres et mots du poème

Se plaisent et s’accordent mieux

[…]

Envoi

Tombe d’un rêve de novembre

J’ai mis ce poème à l’eau de Seine

Du mieux que j’ai pu, en lumière

Jacques ROUBAUD, Je suis un crabe ponctuel, Anthologie personnelle, Paris, Gallimard, 2016, p. 95.

Un fauteuil sur la Seine, Amin maalouf, 2016

Résultat de recherche d'images pour "amin maalouf un fauteuil sur la seine"Tous droits réservés.®

Sur les bords de la Seine, Amin Maalouf, l’auteur du roman Un fauteuil sur la Seine, nous raconte et nous fait redécouvrir l’histoire de la France et notamment la vie de 18 personnages qui se sont succédé au 29e fauteuil de l’Académie française depuis 1634. Il nous raconte l’histoire de divers rois, cardinaux, mais aussi d’auteurs comme Hugo en nous faisant parcourir la Seine :

[…]

« Huit jours après avoir prononcé cette harangue, l’académicien se noyait dans la Seine. Il avait quarante ans. »

[…]

« L’accident qui lui coûta la vie eut lieu près de Paris, à Charenton, le samedi 29 mai 1635. Bardin s’est comporté ce jour-là de manière impulsive, et passablement irréfléchie. Mais avec générosité, et même, pourrait-on dire, avec héroïsme. C’est ainsi, en tout cas, qu’il fut jugé à son époque, comme en témoigne un ouvrage de ce temps-là, d’auteur anonyme, intitulé De la prudence ou des bonnes règles de la vie : « Si l’on veut parler des hommes qui ont employés leurs vies pour ceux qu’ils aiment en d’autres occasions que les combats, je n’en vois point de plus bel exemple que celui du sieur Bardin, un des savants hommes de notre siècle. Étant précepteur du marquis d’Humières en sa jeunesse, il avait tant de soin de la conservation de sa personne qu’il ne l’abandonnait en aucun lieu. Comme il pris envie un jour au marquis de s’aller baigner dans la rivière de Seine près de Charenton, Bardin fut de la partie, mais le marquis s’aventura tellement qu’il se trouva en un endroit fort dangereux. »

Amin Maalouf, Un fauteuil sur la Seine : quatre siècles d’histoire de France, Grasset, 2016, p.336. 

PARIS-AUTERLITZ DE RAFAEL CHIRBES

Dans le roman de l’auteur contemporain Raphael CHIRBES, Paris-Austerlitz (2015), des trajets en train servent de décor à l’intrigue, qui narre un amour passionnel. La Seine se donne à voir à travers l’espace mobile du train, qui réunit ou éloigne les amants, notamment à Ivry, dans une double mobilité ferroviaire et fluviale. La Seine devient « propriété sentimentale ». Ce sont également d’autres d’autres, d’autres trains, d’autres villes qui affleurent, dans la figuration d’une « Seine-monde ».

Tous droits réservés ®

Pendant que le train de nuit traversait une Castille Glacée, j’écrivis sur le capricieux (et généreux) fleuve de la vie qui nous avait unis, et sur les deux rails luisants sur lesquels avançait le train qui allait nous réunir. J’écrivis aussi sur cet autre fleuve, la Seine, que nous rencontrions continuellement dans nos parcours : suburbains aux abords d’Ivry ; triste blessure entre deux jachères en chantier – les monstrueux édifices publics voulus par Mitterrand – à la sortie de la gare d’Austerlitz et, de l’autre côté, sur le quai de Bercy ; le plus beau fleuve du monde dans son avancée entre les vieilles pierres de la ville que je trouvais encore la plus belle de toutes les villes. Je décrivis dans les pages de mon cahier les voies du train comme un fleuve qui nous réunissait : elles sont notre fleuve, elles vont toujours de toi à moi, solides rubans d’acier de gare à gare : Madrid-Chamartin/ Paris-Austerlitz.

[…]

Avec les premières lumières du jour, la Seine apparut juste un instant entre les arbres qui couraient parallèles à la voie. C’était Ivry, où travaillait Michel. Le train arrivait dans quelques petites minutes à Paris. De l’eau montait de la brume qui faisait comme un nuage de fumée. Je reconnus dans le paysage quelque chose qui m’appartenait, une propriété sentimentale.

Rafael CHIRBES, Paris-Austerlitz [2015], Payot & Rivages, Paris, 2017, p. 89-95

Les Parisiens – Olivier Py

 

       Tous droits réservés ®

« Il voit sur la Seine les miroitements éparpillés des grandes maisons luxueuses, et il rêve aux tréfonds du fleuve sale, ses cadavres, ses ordures, ses secrets, ses charognes que la brigade fluviale qui passe sur un bateau d’argent a pour mission de recueillir ; l’un vaut par l’autre, l’or et l’ordure sont l’Alpha et l’Oméga des villes. La splendeur haussmannienne est construite sur le charnier de la colonisation, et on peut toujours, par les soupiraux de la Préfecture, entendre les plaintes des Africains en détention par-dessus le râle de la ville tout entière qui jouit de sa supériorité culturelle. L’or et la pourriture brodés chez Lesage et jetés à la gueule effarée du monde, Paris est la capitale de l’élégance parce qu’elle sait que le monde est un charnier, Paris est la capitale de l’élégance parce que rien n’y a de sens et qu’elle sait faire de ce non-sens la splendide affirmation que les poèmes et les systèmes hésitent à prononcer. L’homme n’est rien, rien n’est rien, la mort est la seule connaissance et il faut vivre dans les applaudissements du soir, dans les victoires éphémères, dans cette écume faite de rien, de renoncement, de haute conscience  et de frivolité, une seule tache sur le gilet rose et c’est déjà l’apocalypse.

Et Paris traverse le temps et broie les âmes, la ville se nourrit des espoirs et des extravagances de ses peuples.  »

Olivier PY, Les Parisiens, Actes Sud, Paris, 2016, p. 11

« Et Aurélien s’assoit dans un café des bords de Seine, entre l’épave fantastique de la Samaritaine et la colonnade du Louvre, le café est splendidement dévoré de miroirs et de lumière angulaire, c’est idéal pour prendre une décision qui engage son destin.

Mais il faut tout d’abord qu’il réfléchisse encore à cette idée : Paris c’est nier la mort, Paris c’est oublier, ignorer, la mort, c’est donc que le Christ est impuissant et que Paris, dans sa crasse divine, a recouvert toute Miséricorde. Le Christ ou Paris ? Au fond, le plus sage serait peut-être de tirer aux dés. Et Aurélien a presque un fou rire en pensant à cette idée, du Christ ou de Paris, qui est le plus grand ? Cela ne se décide pas intellectuellement, cela ne ferait pas l’objet d’une dispute sérieuse à la Sorbonne entre un néomarxiste et un catholique de gauche. »

Olivier PY, Les Parisiens, Actes Sud, Paris, 2016, p. 12

 

« — Je veux tout. J’aurai tout. Si je n’ai pas tout dans un an, je me tuerai, je me jetterai dans la Seine avec les mains menottées, j’aurai annulé la philosophie et la religion. Je ne suis pas un professeur de philosophie, je suis un aventurier, dit Aurélien à la ville qui devant lui entre dans l’ombre. »

Olivier PY, Les Parisiens, Actes Sud, Paris, 2016, p. 15

 

« — Peut-être que nous devrions quitter cet endroit, il fait froid ici, et les lumières se rallument, toute la crasse va nous ensevelir. Viens, fuyons, viens, fuyons jusqu’à L’Étoile, ils ne ferment pas avant le jour, nous pourrons boire un verre. Comme si la jeunesse n’avait pas de fin.

— Et demain, je t’anéantirai, dit calmement Touraine.

— Si tu veux, comme tu veux, mais je te le demande, allons boire un verre tous les deux, pendant que Paris dort, allons voir les lumières qui filent dans l’eau de la Seine, allons à L’Étoile, j’ai soif. J’ai soif et j’ai mal à ma jeunesse.

Sarazac a dit tout cela avec une presque joie qui l’étonne lui-même.

— Boire ton foutre, ça ne me gêne pas, c’est même agréable, mais ta sentimentalité, je ne la supporterai pas, je me sens jeune depuis que je suis en rémission, et je ne suis pas d’humeur nostalgique. Allons boire un verre à L’Étoile, j’ai toujours détesté ce bar, encore une bonne raison d’y aller.

En remontant des Enfers, ils voient les trois présidents endormis les uns contre les autres à la manière d’enfants. Après des jeux d’adolescents ils ont achevé leur régression jusqu’au sommeil des innocents. Déjà les lumières se rallument et, comme promis, toute l’ordure, tout l’abject, toute la crasse éblouissante leur sautent au visage et, sans doute pour presser le pas et échapper à la lucidité blafarde des néons, Sarazac prend la main de Touraine. […]

Tout autour d’eux la nuit est devenue transparente, les étoiles se sont levées, le couvercle de pollution jauni par l’irradiation de la ville a été dissous par une légère brise. Parfois au point du jour Paris se souvient de la nature, du ciel et du fleuve. C’est comme un moment d’innocence que la ville par temps clair offre aux mendiants et aux insomniaques, mais le matin lancera dans ce moment de vérité toutes les guerres et tous les désirs qui l’enivrent. 

Il y a peu de circulation et les derniers touristes sont allés s’effondrer dans leur lit. Un peu avant cinq heures, on entend une rumeur qui est proprement la respiration de la ville, son souffle est grave et, harmoniques propagées par le fleuve ou lointaines fuites des camions de la périphérie, la résonance profonde est comme une musique ensorcelante. C’est l’heure où on ne peut échapper à la Vérité, et les deux amants qui marchent vers le bar nocturne de leur jeunesse y vont, le pas solennel, comme au procès de leur destin. »

Olivier PY, Les Parisiens, Actes Sud, Paris, 2016, p. 300-301

 

« — Tout à l’heure quand nous marcherons sur les bords de Seine, je te dirai pourquoi je ne suis pas venu, dit Sarazac. Pourquoi je t’ai abandonné. Je te le dirai, il faut que tu le saches, cela jettera un soleil noir de plus dans notre ciel, mais tu dois tout savoir… 

[…]

Ils marchent dans les rues de Paris, entre les façades haussmanniennes et jusqu’à la Seine agrandie par l’automne, un grand coup de pinceau noir où quelques étoiles tombent, vertes et rouges, et s’en vont en passant sous les ponts. Les berges sont éclairées d’halogènes orange, et le son du fleuve, presque inaudible dans la journée, tombe de l’éternité dans le temps, fait de la ville au-dessus des berges un paradis de tristesse. Ils marchent très silencieusement pour aller jusqu’à ce lieu où Sarazac dira enfin sa lâcheté et son remords. Il a essayé plusieurs fois déjà mais l’humour moqueur de son interlocuteur a retardé la scène. Et maintenant le fleuve les unit dans la cruauté du temps, dans l’impossibilité de dire l’amour et dans la nuit qui sauve.

[…]

Il y a un silence d’environ une demi-heure entre les deux hommes, celui qui est assis et celui qui est debout, celui qui demande et celui qui refuse. Et Touraine finit par dire :

— Crève ! Crève ! Crève ! Maintenant ! Devant moi. Crève en gémissant, souffre toutes les souffrances de l’enfer, je ne te pardonnerai jamais, jamais !

Et le coup de poing part, horizontal comme un alexandrin classique, et casse le nez de Sarazac avec un bruit ridicule. Au sol, Sarazac crie un long cri monotone et Touraine immobile s’apprête à recommencer. Le sang gicle sur le pavé des berges et, dans la lumière orange, le sang a une couleur artificielle sur les chaussures vernies de Touraine. »

Olivier PY, Les Parisiens, Actes Sud, Paris, 2016, p. 305-309

Nino dans la nuit, Capucine et Simon Johannin

Nino dans la nuit est l’histoire d’une épopée urbaine à travers les milieux populaires et interlopes de Paris.

Nino enchaîne les misères à travers la capitale. La Seine n’apparaît qu’une fois dans le roman comme support à la métaphore mais rejoint la thématique des noyés et des suicidés, ce qui renforce l’idée que, dans l’esprit collectif, la Seine est un fleuve macabre :

” Mais qu’est-ce que tu veux épicier, celui-là ou un autre pot, quand t’as ton karma dans la merde ça change pas grand chose, alors je paye un clou pour la mosquée que d’autres auraient foutu dans une fontaine. Mais pas de fontaine ici, et j’attends pas de la Seine qu’elle réalise mes désirs sauf celui de me faire boire les poumons si un jour je saute dedans. C’est ton épicerie ma fontaine et j’ose même pas faire un voeu, de peur que quelqu’un l’entende et use de sa force pour empêcher que ça arrive. ”

Simon et Capucine Johannin, Nino dans la nuit, Allia, 2019, page 220-221

Ça raconte Sarah, Pauline Delabroy-Allard 2018

Tous droits réservés aux Éditions de Minuit ©http://www.leseditionsdeminuit.fr/livre-Ca_raconte_Sarah-3272-1-1-0-1.html

Pauline DELABROY-ALLARD, Ça raconte Sarah, Les Éditions de Minuit, Paris, 2018

Ça raconte Sarah, l’histoire d’une rencontre, d’un amour passionnel, d’une relation amoureuse déchirante, prenante et exclusive aux Lilas, aux quatre coins du monde et à Paris où la Seine fait office de décor, de cadre spatial et de repères.

Voici quelques extraits où le fleuve apparaît :

« Dans le RER, je m’endors vite. Ça fait plusieurs jours que je marche dans Paris pour qu’on ne me retrouve pas, que je m’abrite dans les librairies pour échapper aux averses glaciales qui contrastent avec les nuits brûlantes que je passe sur les quais de Seine, à somnoler près de l’eau qui gigote comme si elle se débattait dans un combat avec un ennemi obscur. » (p. 109)

« Et tant pis si la vie est bizarre, tant pis si rive droite rive gauche on ne sait plus très bien où on est, tant pis si on passe la Seine comme on enjambe un caniveau, tant pis si elle comme moi, nous sommes parfois maussades, souvent mélancoliques. » (p. 149-150)