Archives de catégorie : Les fleuves européens

Il pleut sur la Seine-Maurice Carême

Poème écrit par Maurice Carêmepoète et écrivain belge de langue française. Venant d’une série de 25 poèmes mis en musique dans un cd-livre et chanté par Domitille, ces poèmes regroupent l’imaginaire et les émotions de l’enfance.

« Depuis des semaines,

Il pleut sur la Seine.

Assis sur un banc,

Je chante pourtant

La faridondaine.

Pourquoi m’en ferais-je ?

Qu’il pleuve ou qu’il neige,

J’écoute mon cœur.

Comme moi, il aime

Chanter dans la pluie

De vieilles rengaines

Où il pleut ainsi

Depuis des semaines;

Où il pleut aussi

Au bord de la Seine. »

Il pleut sur la Seine-Maurice Carême

Interprété par Domitille.

Ecoute: https://www.youtube.com/watch?v=LkFxRlAwK4E

 

Front de Seine-Jacques Charpentreau

 Jacques Charpentreau est un poète français, nouvelliste, romancier et écrivain en prose. L’auteur met en lumière la Seine dans un poème condamnant la «réification» du fleuve.

« La Seine a mal au front

Ah! Ce n’est pas de veine

Il lui vient des bétons

De Javel à Grenelle

C’est comme une éruption

Une fièvre malsaine

C’est bête le béton

ça entête la Seine

Car ses démangeaisons

Lui donne la migraine

Bêtise du béton

Malaise de la Seine

Dans son lit de son long 

Elle cache sa peine

Sa honte des bétons

Soyer bon avec elle

La Seine a mal au front. »

Front de Seine-Jacques Charpentreau  » Paris des enfants « 

 

 

 

Congés payés-Jean L’Anselm-1952

Jean l’Anselme, est un poète assez atypique, comme on le dit parfois des auteurs qui déconcertent, celui-ci n’entrent pas dans les catégories normalisées. Ainsi, l’auteur fait référence à la seine à la fin de ce poème de façon original.

« Moi dit la cathédrale je voudrais être coureur à pied pour

pouvoir lâcher mes béquilles

Moi dit le pont je voudrais être suspendu pour pouvoir sauter

A la corde

Moi dit l’imagination je voudrais être riche pour pouvoir

emmener l’Anselme en vacances

Moi dit le Seine je voudrais être mer pour avoir des enfants 

qui jouent dans le sable »

Jean L’Anselme (« Il fera beau demain » -Editions Caractère/ Imprimerie de Poème, 1952)

 

Le crapaud-Robert Desnos

Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et rejoint en 1922 l’aventure surréaliste. Son œuvre comprend un certain nombre de recueils de poèmes publiés de 1923 à 1943 avec des  textes sur l’art, le cinéma ou la musique, regroupés dans des éditions posthumes.

« Sur le bord de la Marne,

Un crapaud il y a,

Qui pleure à chaudes larmes

Sous un acacia.

-Dis-moi pourquoi tu pleures

Mon joli crapaud ?

-C’est que j’ai le malheur

De n’être pas beau.

Sur les bords de la Seine

Un crapaud il y a,

Qui chante à perdre haleine

Dans son charabia

-Dis-moi pourquoi tu chantes

Mon vilain crapaud ?

-Je chante à voix plaisante.

Car je suis très beau,

Des bords de la marne aux bords de la Seine

Avec les sirènes. »

Le Crapaud-Robers Desnos




La Seine et la Tamise (Chanson)-Petula Clark-1961

 

La Tamise est l’un des plus longs chenaux fluviaux avec une longueur totale de 346 kilomètresson chenal est entièrement situé en Angleterre et se termine en mer du NordPoint commun avec la Seine qui se jette dans la mancheTous deux se rejoignent après avoir parcouru de nombreux kilomètreset confluent dans deux mers prochesAinsi Pierre Delanoëparolier français écrit c’est parole qui seront interprétée par Petula Clark en 1961.

« Elles ont toutes deux

La Seine et la Tamise

Les mêmes rives grises

Où l´on va pour rêver

Où l´on va s´embrasser

Elles ont toutes deux

La Seine et la Tamise

Vers le temps des cerises

Des bateaux de badauds

De badauds sur le dos

Elles ne sont pas trop pressées

D´aller mourir en mer

Elles parcourent émerveillées

La France et l´Angleterre

C´est bien vrai qu’elles ont

La Seine et la Tamise

Des grâces de marquises

Quand le vent de l´été

Les invite à danser

Et je mélange dans mon cœur

Le cours de ces rivières

Ici ou là, c´est le bonheur

C´est la même lumière

Car elles ont, c´est vrai,

La Seine et la Tamise

Les mêmes rives grises

Qui seront pour toujours

Mes amours, mes amours

Oui, mes amours (2X) »

paroles de Pierre Delanoë, musique de Petula Clark-1961.

interprétation : Petula Clark.

Ecoute: https://www.youtube.com/watch?v=3NBkxpu9Bog

 

Miquel Barceló, Hervé Guibert, Entretien [1990], Yvon Lambert, 2012

Miquel Braceló, ami d’Hervé Guibert et peintre, a retranscrit dans cet ouvrage cinq entretiens avec son ami, entre Palma de Majorque, Paris et Ségou au Mali entre 1990 et 1991. Ils évoquent leur rapport aux lieux et à la peinture. Dans cet entretien de 1990 à Paris, Hervé Guibert revient sur son séjour au Portugal, lorsqu’il rencontre la jeune fille en noir. Elle était arrivée en cherchant une chambre pour dormir. Il raconte à Miquel Braceló qu’il allait sur le fleuve portugais (à définir, potentiellement Douro) avec la jeune fille en noir pour la peindre. 

 

Comment as-tu fait la cour à la jeune fille en noir ?

Ça a duré une éternité avant qu’il se passe quelque chose. Nous passions ensemble des journées très paisibles, j’avais loué un petit bateau, et on partait sur le fleuve avec du papier. Je travaillais dans des salines avec de la boue, des dépôts végétaux. Comment peut-on travailler en plein air d’après le vrai ? Quels rapports peut-il y avoir entre le regard et la peinture d’après nature ? Ni le cinéma ni la photographie ne peuvent s’approcher de ce rapport entre le regard et la main. Au Portugal, j’avais ce regard absolu de mer, de ciel et de terre. Avec les grandes marées la mer est très impressionnante : sur des kilomètres les gens cherchent des crabes, dans une odeur très forte de vase et de goémons. Géologiquement, les rochers sont coupés, à pic avec des strates, ce sont des choses que j’ai beaucoup appliquées dans les peintures que j’ai faites cet été-là, en 83 au Portugal. Elles ont un aspect organique, avec les mouvements de mer et de rochers, et elles ont aussi quelque chose de cartographique. 

MIQUEL BARCELÓ, HERVÉ GUIBERT, ENTRETIEN [1990], YVON LAMBERT, 2012, p. 46

Lettre XXXIII, Le Rhin, lettres à un ami, Victor HUGO,1842

Sur la Cataracte du Rhin, aussi appelée la chute du Rhin (Suisse).

« Je suis descendu un peu plus bas, vers le gouffre. Le ciel était gris et voilé. La cascade fait un rugissement de tigre. Bruit effrayant, rapidité terrible. Poussière d’eau, tout à la fois fumée et pluie. A travers cette brume on voit la cataracte dans tout son développement. Cinq gros rochers la coupent en cinq nappes d’aspects divers et de grandeurs différentes. On croit voir les cinq piles rongées d’un pont de titan. L’hiver, les glaces font des arches bleues sur ces culées noires.

Le plus rapproché de ces rochers est d’une forme étrange ; il semble voir sortir de l’eau pleine de rage la tête hideuse et impassible d’une idole hindoue, à trompe d’éléphant. Des arbres et des broussailles qui s’entremêlent à son sommet lui font des cheveux hérissés et horribles. A l’endroit le plus épouvantable de la chute, un grand rocher disparait et reparait sous l’écume comme le crâne d’un géant englouti, battu depuis six mille ans de cette douche effroyable. Le guide continue son monologue. -la chute du Rhin est à une lieue de Schaffhouse. La masse du fleuve tout entière tombe là d’une hauteur de « septante pieds »
. »

HUGO, Victor, Lettre XXXIII, Le Rhin, lettres à un ami, Paris, Ollendorf, 1842

Le Rhin, Lettres à un ami, Victor HUGO, 1842

Lettre XIV, à Saint-Goar

« Vous savez, je vous l’ai dit souvent, j’aime les fleuves. Les fleuves charrient les idées aussi bien que les marchandises. Tout a son rôle magnifique dans la création. Les fleuves, comme d’immenses clairons, chantent à l’océan la beauté de la terre, la culture des champs, la splendeur des villes et la gloire des hommes.
     Et, je vous l’ai dit aussi, entre tous les fleuves, j’aime le Rhin. La première fois que j’ai vu le Rhin, c’était il y a un an, à Kehl, en passant le pont de bateaux. La nuit tombait, la voiture allait au pas. Je me souviens que j’éprouvai alors un certain respect en traversant le vieux fleuve…
     …Ce soir-là… je contemplai longtemps ce fier et noble fleuve, violent, mais sans fureur, sauvage, mais majestueux. ïl était enflé et magnifique au moment où je le traversais. Il essuyait aux bateaux du pont sa crinière fauve, sa barbe limoneuse, comme dit Boileau. Ses deux rives se perdaient dans le crépuscule. Son bruit était un rugissement puissant et paisible. Je lui trouvais quelque chose de la grande mer.
     Oui, mon ami, c’est un noble fleuve, féodal, républicain, impérial, digne d’être à la fois français et allemand. Il y a toute l’histoire de l’Europe considérée sous ses deux grands aspects, dans ce fleuve des guerriers et des penseurs, dans cette vague superbe qui fait bondir la France, dans ce murmure profond qui fait rêver l’Allemagne. »

HUGO, Victor, Le Rhin, Lettres à un ami,  Paris, Ollendorf,1842,

Page de la BNF à ce sujet : ici

Le Rhin dans « La Loreleï », Heinrich HEINE, 1824

« Je ne sais dire d’où me vient
La tristesse que je ressens
Un conte des siècles anciens
hante mon esprit et mes sens

L’air frais et sombre est le ciel,
Le Rhin coule paisiblement
Les sommets sont couleur de miel
Aux rayons du soleil couchant.

Là-haut assisse est la plus belle
Des jeunes filles, une merveille .
Sa parure d’or étincelle,
Sa chevelure qu’elle peigne

Avec un peigne d’or, est pareille
Au blond peigne d’or du soleil,
Et l’étrange chant qu’elle chante
Est une mélodie puissante.

Le batelier sur son esquif
Est saisi de vives douleurs,
Il ne regarde pas le récif,
Il a les yeux vers les hauteurs.

Et la vague engloutit bientôt
La batelier et son bateau
C’est ce qu’a fait au soir couchant


« La Lorelei, avec son chant », 
HEINE, Heinrich, « La Loreleï », 1824
Traduction de YVELDIR, Mishakal.
i

« Rhénanes », Alcools, Guillaume APOLLINAIRE, 1913

« Mai »

« Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
Des dames regardaient du haut de la montagne
Vous êtes si jolies mais la barque s’éloigne
Qui donc a fait pleurer les saules riverains ?

Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
Les pétales tombés des cerisiers de mai
Sont les ongles de celle que j’ai tant aimée
Les pétales flétris sont comme ses paupières

Sur le chemin du bord du fleuve lentement
Un ours un singe un chien menés par des tziganes
Suivaient une roulotte traînée par un âne
Tandis que s’éloignait dans les vignes rhénanes 
Sur un fifre lointain un air de régiment

Le mai le joli mai a paré les ruines
De lierre de vigne vierge et de rosiers
Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes »

APOLLINAIRE, Guillaume, « Mai », Alcools, 1913.

« Nuit Rhénane »

« Mon verre est plein d’un vin trembleur comme une flamme
Écoutez la chanson lente d’un batelier
Qui raconte avoir vu sous la lune sept femmes
Tordre leurs cheveux verts et longs jusqu’à leurs pieds

Debout chantez plus haut en dansant une ronde
Que je n’entende plus le chant du batelier
Et mettez près de moi toutes les filles blondes
Au regard immobile aux nattes repliées

Le Rhin le Rhin est ivre où les vignes se mirent
Tout l’or des nuits tombe en tremblant s’y refléter
La voix chante toujours à en râle-mourir
Ces fées aux cheveux verts qui incantent l’été

Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire »

APOLLINAIRE, Guillaume ,  « Nuit Rhénane », Alcools, 1913.

« La Synagogue »

« Ottomar Scholem et Abraham Loeweren
Coiffés de feutres verts le matin du sabbat
Vont à la synagogue en longeant le Rhin
Et les coteaux où les vignes rougissent là-bas

Ils se disputent et crient des choses qu’on ose à peine traduire
Bâtard conçu pendant les règles ou Que le diable entre dans ton père
Le vieux Rhin soulève sa face ruisselante et se détourne pour sourire
Ottomar Scholem et Abraham Loeweren sont en colère

Parce que pendant le sabbat on ne doit pas fumer
Tandis que les chrétiens passent avec des cigares allumés
Et parce qu’Ottomar et Abraham aiment tous deux
Lia aux yeux de brebis et dont le ventre avance un peu

Pourtant tout à l’heure dans la synagogue l’un après l’autre
Ils baiseront la thora en soulevant leur beau chapeau
Parmi les feuillards de la fête des cabanes Ottomar en chantant sourira à Abraham

Ils déchanteront sans mesure et les voix graves des hommes
Feront gémir un Léviathan au fond du Rhin comme une voix d’automne Et dans la synagogue pleine de chapeaux on agitera les loulabim Hanoten ne Kamoth bagoim tholahoth baleoumim « 

APOLLINAIRE, Guillaume ,  « La Synagogue », Alcools, 1913.

« La Loreley »

« À Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d’amour tous les hommes à la ronde

Devant son tribunal l’évêque la fit citer
D’avance il l’absolvit à cause de sa beauté

Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie

Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m’ont regardé évêque en ont péri

Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie

Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley 
Qu’un autre te condamne tu m’as ensorcelé

À Bacharach il y avait une sorcière blonde
Qui laissait mourir d’amour tous les hommes à la ronde

Devant son tribunal l’évêque la fit citer
D’avance il l’absolvit à cause de sa beauté

Ô belle Loreley aux yeux pleins de pierreries
De quel magicien tiens-tu ta sorcellerie

Je suis lasse de vivre et mes yeux sont maudits
Ceux qui m’ont regardé évêque en ont péri

Mes yeux ce sont des flammes et non des pierreries
Jetez jetez aux flammes cette sorcellerie

Je flambe dans ces flammes ô belle Loreley 
Qu’un autre te condamne tu m’as ensorcelé

Évêque vous riez Priez plutôt pour moi la Vierge
Faites-moi donc mourir et que Dieu vous protège

Mon amant est parti pour un pays lointain
Faites-moi donc mourir puisque je n’aime rien

Mon cœur me fait si mal il faut bien que je meure
Si je me regardais il faudrait que j’en meure

Mon cœur me fait si mal depuis qu’il n’est plus là
Mon cœur me fit si mal du jour où il s’en alla

L’évêque fit venir trois chevaliers avec leurs lances
Menez jusqu’au couvent cette femme en démence

Va-t’en Lore en folie va Lore aux yeux tremblants
Tu seras une nonne vêtue de noir et blanc

Puis ils s’en allèrent sur la route tous les quatre
La Loreley les implorait et ses yeux brillaient comme des astres

Chevaliers laissez-moi monter sur ce rocher si haut
Pour voir une fois encore mon beau château

Pour me mirer une fois encore dans le fleuve
Puis j’irai au couvent des vierges et des veuves

Là-haut le vent tordait ses cheveux déroulés
Les chevaliers criaient Loreley Loreley

Tout là-bas sur le Rhin s’en vient une nacelle
Et mon amant s’y tient il m’a vue il m’appelle

Mon cœur devient si doux c’est mon amant qui vient
Elle se penche alors et tombe dans le Rhin

Pour avoir vu dans l’eau la belle Loreley
Ses yeux couleur du Rhin ses cheveux de soleil »

APOLLINAIRE, Guillaume ,  « La Loreley », Alcools, 1913.