Archives de catégorie : Pierre-Philippe Urbain Thomas

L’histoire des villes de la Seine coloniale à travers un parcours d’écriture : les papiers de Pierre-Philippe Urbain Thomas

Justification de l’étude

Boulevard naturel entre Paris et la Manche, la vallée  de la Seine est porteuse d’une histoire sociale et culturelle dont les caractéristiques fortes sont la précocité de l’industrialisation et du développement urbain, le rôle de l’influence des activités maritimes et portuaires dans l’activité économique et, à partir du XVIe siècle notamment, la forte ouverture sociétale aux espaces coloniaux. Vallée détentrice d’une personnalité historique singulière donc, c’est cette singularité  que reflètent parfaitement les parcours de vie et d’écriture de l’intellectuel Pierre-Philippe Urbain Thomas, lesquels qui est au cœur de ce projet de recherche et de publication.

Rien ne prédisposait ce fonctionnaire de la marine né au Havre né le 10 septembre 1776 à être le médiateur de cette histoire séquanienne. Fils d’un capitaine de navire, ce simple commis de la marine quitta en effet sa ville natale en 1798 et s’éloigna durant près de 30 ans des rives de la Seine. L’expédition d’Égypte de 1798 à 1802, Brest, à son retour en 1802, Flessingue de 1806 à 1809, puis Rochefort de 1809 à 1815, Thomas a la vie gyrovague de nombre de fonctionnaires de la marine jusqu’à 40 ans.

Le destin bascule, « se séquanise » en quelque sorte avec la chute de Napoléon en 1815, quand, saisissant une opportunité politique, Thomas est nommé ordonnateur à l’île Bourbon de novembre 1817 à 1824. C’est là, avec l’intérêt naturel porté par celui qui est devenu le n°2 de l’administration aux moyens d’améliorer la colonie, avec la fréquentation des cercles de sociabilité bourbonnais, avec surtout la mission reçue d’écrire un mémoire de synthèse pour donner un état de la colonie à son successeur, qu’il entre dans un parcours d’écriture marqué par une forte capacité à épouser les préoccupations culturelles dominantes des intellectuels nés ou habitant la vallée de la Seine. Prenant des notes déposées à la Bibliothèque municipale du Havre (sous le titre « Mémoires sur l’administration coloniale (…) île Bourbon, 1817 à 1824 »), il publie deux œuvres importantes pour la connaissance de l’histoire et pour la résolution du problème de la fin de l’esclavage à Bourbon : Essai de statistique de l’île Bourbon (Paris,1828)  ; Essai sur l’Affranchissement des Noirs dans les colonies (Le Havre, 1833).

De retour au Havre, s’il s’éloigne de nouveau de la Normandie pour Paris, il continue sa carrière d’écrivant. Le succès de son Essai lui ayant les portes de la Société des méthodes d’enseignement, de la Société libre de statistique de France et de la Société Française de statistique universelle, Thomas s’intéresse alors à l’économie politique, contribuant de façon importante à la réflexion sociale qui agite les cercles de réflexion haut-normands. Sa contribution est d’autant plus importante qu’il revient à Rouen en 1834. Il écrit alors des textes sur le progrès industriel qu’il présente à la Société libre d’Émulation dont il devient président (1835).

Problématiques coloniales, description de l’industrialisation et de ses conséquences, il restait à Thomas, pour présenter véritablement un destin d’intellectuel séquanien, à écrire, sur les  villes portuaires et sur l’ouverture maritime. L’occasion lui est donnée à partir de 1836 avec son arrivée à Honfleur où il occupe de surcroît la fonction de bibliothécaire de la ville, entre 1842 et 1847, puis d’archiviste secrétaire archiviste de la chambre de commerce.

Durant la moitié de sa vie, à côté d’une brillante carrière dans l’administration maritime, Thomas a donc écrit autour des trois préoccupations principales qui intéressent l’évolution des sociétés séquaniennes. Ce sont donc les trois axes du travail d’exploitation de ces riches papiers  dont la liste figure en annexe que proposent trois historiens spécialistes de l’histoire de la Normandie séquanienne.

Organisation du travail

Hervé Chabannes, archiviste paléographe, docteur en histoire, prendra en charge le travail de transcription et d’appareillage critique du manuscrit inédit relatant cette histoire déposé à la Bibliothèque municipale du Havre (Souvenirs d’un Vieillard).

Eric Wauters, professeur d’histoire moderne, spécialiste de la presse normande et de la Normandie, s’intéressera aux écrits produits de Thomas durant les années passées au sein de la Société Libre d’Emulation puis comme Bibliothécaire à Honfleur.

Eric Saunier, maître de conférences en histoire moderne, également spécialiste de l’histoire de la Normandie et de l’esclavage et qui a déjà mis en valeur une partie des manuscrits coloniaux de Thomas, en lien avec le colloque sur les Legs coloniaux programmé dans le RIN Normonde que dirige le professeur Jean-François Klein, prendra en charge le travail sur les textes bourbonnais de Thomas.

Réalisation souhaitée

L’objectif principal du volet historique est un projet de publication de deux ouvrages ou mieux d’un ouvrage en deux parties sur Thomas et ses écrits. Sur le modèle des études de Vincent Milliot sur les papiers Lenoir et plus anciennement de Daniel Roche, sur le vitrier Ménétra, on pourrait en effet concevoir un ouvrage divisé en deux parties, la première, pris en charge par Eric Wauters et Eric Saunier synthétisant de façon thématique  le parcours d’écriture de Thomas, la seconde comportant la transcription critique d’Hervé Chabannes des Souvenirs d’un Vieillard.

Valorisation possible

L’exposition réalisée par l’historienne Marlène Tolède auprès d’Eric Saunier  (université de la Réunion, CRESOI) pourrait faire l’objet d’une démarche de valorisation des manuscrits Thomas dans l’une des bibliothèques de la ville du Havre.

Présentation d’Éric SAUNIER.