Archives de catégorie : XVI-XVII E

Pierre Corneille, Poésies diverses, XVII

Ensemble de traductions d’inscriptions latines, composé pour les fontaines de Paris inspiré par des textes anciens et plusieurs fois traduite notamment par Corneille, Périer ou encore Charpentier durant le 17ème siècle. Ces inscriptions semblent faire l’éloge du dieu/déesse de la Seine et expliquent que les fontaines ne sont qu’une extension de celle-ci.

 

LXXVI

 

Sur la pompe du pont Notre-Dame.

Traduction par Pierre Corneille.

 

Que le dieu de la Seine a d’amour pour Paris !

Dès qu’il en peut baiser les rivages chéris,

De ses flots suspendus la descente plus douce

Laisse douter aux yeux s’il avance ou rebrousse :

Lui-même à son canal il dérobe ses eaux,

 

Qu’il y fait rejaillir par de secrètes veines,

Et le plaisir qu’il prend à voir des lieux si beaux,

De grand fleuve qu’il est, le[1] transforme en fontaines.

 

In Sequanæ fontes ex ipso fluvio eductos.

 

Sequana cum primum reginæ[2] allabitur urbi,

Tardat præcipites ambitiosus aquas.

Captus amore loci, cursum obliviscitur, anceps

Quo fluat, et dulces nectit in urbe moras.

Hinc varios implens fluctu subeunte canales,

Fons fieri gaudet, qui modo flumen erat.

 

Traduction par du Périer.

 

Éprise d’un lieu si charmant

Je coule bien plus lentement ;

Je m’arrête partout, et mon onde incertaine

Semble même oublier son cours :

Ainsi ces longs canaux, où je coule sans peine,

Font qu’après mille détours,

De fleuve que j’étois, je me change en fontaine.

 

Autre par Charpentier de l’Académie Française.

 

Aussitôt que la Seine en sa course tranquille

Joint les superbes murs de la royale ville,

Pour ces lieux fortunés elle brûle d’amour :

Elle arrête ses flots, elle avance avec peine,

Et par mille canaux se transforme en fontaine,

Pour ne sortir jamais d’un si charmant séjour.

 

Autre.

 

Aussitôt que la Seine, après ses longs détours,

Baigne enfin de Paris le superbe rivage,

Fière du beau séjour qui lui tombe en partage,

De son onde rapide elle suspend le cours :

L’éclat du lieu l’enchante et la rend incertaine

Où pour n’en point sortir doivent couler ses eaux ;

Enfin s’ouvrant le sein de cent vastes canaux,

Elle y coule, et de fleuve elle devient fontaine.

 

Pierre Corneille, Poésies diverses, Texte établi par Charles Marty-Laveaux, 1862, 10 (p. 242-243).

 

 

AUTEUR : DE SANTEUL, Jean / CORNEILLE, Pierre / Charpentier, François

ÉPOQUE : XVII

GENRE : Transcription latine

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

Madame Deshoulières , Oeuvres de Madame Deshoulières et de Mlle D. Tome 2, 1672.

Madame Deshoulières est la première femme élue à l’Académie française en 1684. Elle tient un salon de grande renommée dans le milieu des lettres qui réunit les grands écrivains du siècle, dont Voltaire, à qui elle écrit qu’elle boit l’eau de Seine, qui est la source de ses vers, moins élevés que ceux de Voltaire qui boit les eaux d’Hippocrène.

Ce sonnet contraste avec l’attrait tragique de la Seine et de tous les fleuves sur les personnages des œuvres pastorales qui se donnent la mort lorsque l’amour est impossible, par vengeance ou désespoir. La bergère est un personnage qui s’affirme ici dans son individualité et sa vitalité.
La Seine est un miroir qui renvois nettement à l’esprit de la bergère ce que signifie la mort.

La passion vaincue

La bergère Liris, sur le bord de la Seine,
Se plaignait l’autre jour d’un volage berger.
Après tant de serments, peux-tu rompre ta chaîne ;
Perfide, disait-elle, oses-tu bien changer ?

Puisqu’au mépris des dieux tu peux te dégager,
Que ta flamme est éteinte et ma honte certaine ;
Sur moi-même, de toi je saurai me venger,
Et ces flots finiront mon amour et ma peine.

A ces mots, résolue à se précipiter,
Elle hâta ses pas, et, sans plus consulter,
Elle allait satisfaire une fatale envie ;

Mais bientôt, s’effrayant des horreurs de la mort :
Je suis folle, dit-elle, en s’éloignant du bord :
Il est tant de bergers, et je n’ai qu’une vie !

 

Mme et Mlle Deshoulières, La passion vaincue dans Oeuvres de Mme et Mlle D., Paris: Paulin, Libraire-éditeur, 1841. p. 149. Disponible sur: https://archive.org/details/chefsdoeuvrepo00buso/page/n5/mode/2up/search/seine

AUTEUR: Antoinette Deshoulières et Mlle Deshoulières

EPOQUE: XVII

GENRE: Poésie

LIEU: Le bord de la Seine

STRATE: Au bord

 

SEINE A LOISIRS : 

  • amours

SEINE INTERLOPE : 

 

Pierre de Marbeuf, Recueil de vers, 1628

Cet extrait est une mise en abîme de l’inspiration poétique : Pierre de Marbeuf imagine que le cadre du Pont de l’Arche situé entre la Seine et la forêt inspire des vers à son personnage Siluandre, avec l’amour qui le saisit en même temps que son devoir professionnel. Celui-ci s’adresse tantôt au fleuve et tantôt à la forêt, lieux qui abritent typiquement les amours pastoraux, en les priant de fuir car cet amour est un incendie.


Les Amours, les changements et les désespoirs de Siluandre.

L’amour surprit violemment Siluandre à mesme temps que la conservation des forest qu’il a dessous sa charge l’obligeoit à demeurer au Pont de l’Arche. La situation de ce lieu qui s’élève entre la riviere de Seine & la forest luy donna la matiere de ces vers.

Maintenant que l’amour, achevant son dessein
De me rendre amoureux, a mis dedans mon sein
Et la flamme & la fleche :
Seine n’approchez plus si près de mon séjour,
Helas je crains pour vous que le feu d’un amoureux
Trop chaut ne vous asseche.

Et vous cheres forests dont je suis trop prochain,
Pourrez-vous point trouver quelque fatale main
Qui de moy vous recule :
Avecque mes soûpirs j’exale tant de feux,
Que je n’ose éventer ce brasier amoureux
De peur qu’il ne vous brûle.

Pierre de Marbeuf, Les Amours de Siluandre, Ouvrage: Recueil de vers, Rouen: De l’imprimerie de David du Petit Val, 1628. Disponible sur Gallica: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k118331z/f10.item.r=Seine

AUTEUR: Mr DE MARBEUF Pierre

Epoque: XVII

Genre: Poésie

Lieu: Pont de l’Arche

Strate: Au Bord

 

Cassan, La Nymphe de Chanceaux, 1699

Ce poème prête vie à la Seine en nous décrivant de manière détaillée et presque cartographique le cheminement de son cours d’eau, depuis sa source jusqu’à son arrivée à Paris. Après le détail de son parcours dans la capitale, la Seine incarnée sous les traits de la Nymphe, est alors maltraitée par les travaux d’endiguement de la ville.

Du fond d’un petit bois l’on voit sortir la Seine,

Qui d’abord jaillissant par de petits bouillons,

S’en va de quelques champs arroser les sillons, (…)

La Nymphe qui réside au fond de cette source, (…)

Elle sort à l’instant et sous l’ombre des Saules,

Tresse les longs Cheveux flottants sur ses épaules,

Mets sa Robe, et de fruits prends en bouquet en main,

Et quitte son séjour pour se mettre en chemin. (…)

Elle vient à Bagneux, où dans une vallée

Son Canal s’élargit et déjà sur ses Eaux

L’aviron fit voguer quelques légers Bateaux.

Alors de quelques flots élevant la surface,

La Nymphe en un instant se forme un char de glace,

Et Montant sur son siège elle va lentement

Suivre le fil de l’eau par un doux mouvement. (…)

Ainsi tranquillement elle fait son voyage,

Et remarque les lieux, qui bordent son rivage ; (…)

Enfin à la faveur de l’Onde qui la mène

Elle entre dans Paris sans détour ni sans peine, (…)

 

Ainsi se voit de loin la Machine effroyable

Ouvrage de nos jours qui parait incroyable,

Avec tout l’attirail de son corps hérissé

De rouages et de Ponts l’un sur l’autre exhaussé,

Dont les bras s’étendant vers le haut de la Cote

Meuvent les Balanciers comme on voit une Flotte,

Que la Vague entretient dans le balancement,

Incliner tous les Mâts à chaque mouvement :

Quoi dit-elle, en voyant la Machine étonnante,

Serai-je contrainte à poursuivre ma pente,

Et de me faire rouer parmi tous les ressorts,

Que je vois remuer par de si grands efforts ! (…)

Alors par ces efforts, elle sent qu’elle monte

Vers le haut du Coteau dans des tuyaux de fonte,

Qui vont la revomir au prochain réservoir,

Où cent autres Tuyaux viennent la recevoir. (…)

Enfin elle descend par des tuyaux de fer

Dans un long réservoir appelé trou d’Enfer (…)

Cassan, La Nymphe de Chanceaux ou l’arrivée de la Seine au château de Marly, Paris : A. Chrétien, 1699 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54292141.r=la%20nymphe%20de%20chanceaux?rk=21459;2

 

AUTEUR : M. Cassan

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU 1 : Chanceaux

LIEU 2 : Bagneux

LIEU 3 : Paris

Etc

STRATE : DANS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– usine / industrie

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-se promener

-plaisirs

Jean Racine, La Nymphe de la Seine, 1660

Dans cette célébration de la reine Marie-Thérèse d’Autriche, l’auteur présente la Seine personnifiée en une créature merveilleuse, une Nymphe, qui se lamente et dépérit car la guerre à rendue ses eaux troubles et mauvaises. Amour descend des cieux pour mieux lui apprendre que la reine Thérèse et le roi Louis XIV pacifient tous ses bords par leur amour, le fleuve ici deviens le lieu d’accueil de l’amour royal.

Je suis la nymphe de la Seine ;

C’est moi dont les illustres bords

Doivent posséder les trésors

Qui rendoient l’Espagne si vaine.

Ils sont des plus grands rois l’agréable séjour ;

Ils le sont des plaisirs, ils le sont de l’amour ;

Il n’est rien de si doux que l’air qu’on y respire ;

Je reçois les tributs de cent fleuves divers ;

Mais de couler sous votre empire,

C’est plus que de régner sur l’empire des mers. (…)

 

De tant de malheurs affligée,

Je parus un jour sur mes bords,

Pensant aux funestes discords

Qui m’ont si longtemps outragée ;

Lorsque d’un vol soudain je vis fondre des cieux

Amour, qui me flattant de la voix et des yeux :

Triste nymphe, dit-il, ne te mets plus en peine ;

Je te préparer un sort si charmant et si doux,

Que bientôt je veux que la Seine

Rende tout l’univers de sa gloire jaloux. (…)

 

Les dieux mêmes viendront passer ici leurs jours.

Ton repos en durée égalera ton cours.

Mars de ses cruautés n’y fera plus d’épreuves ;

La gloire de ton nom remplira l’univers :

Et la Seine sur tous les fleuves

Sera ce que Thétis est sur toutes les mers.

Jean Racine, La Nymphe de la Seine à la Reyne, ode, Paris : A. Courbé, 1660

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5529720q/f314.image.r=nymphe%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Jean Racine

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU : Inconnu (bord de Seine)

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– plaisirs

– amours

Edme boursault, La feste de la Seine, 1694

Dans cette courte pièce de théâtre nous sont présentés au Palais d’Océan divers fleuves orientaux, occidentaux et antiques : tous attendent l’arrivée de la Seine, personnage principal, afin de célébrer sa magnificence. En effet ses eaux sont les seules à couler paisiblement, loin de la souffrance et de la guerre des Hommes. S’il apparaît assez rapidement que le poète honore le règne de Louis XIV, la Seine à qui l’on prête voix se présente comme une source paisible de joies et de jeux amoureux.  

LA SEINE

Que mon sort est heureux !

Je vois en sortant de ma Source

Folâtrer sur mes bords les Amours, et les Jeux :

Et je trouve au bout de ma course

D’autres Plaisirs qui préviennent mes vœux.

Que mon sort est heureux !

 

Tant que dure le jour

Le Rossignol sur mon rivage

Attire à ses accents les Bergers d’alentour :

Et touchez de son doux ramage

A son exemple ils chantent leur amour

Tant que dure le jour. (…)

 

LE GANGE à la Seine

On ne voit sur nos bords que carnage, et qu’horreur :

On ne voit que plaisirs régner sur vos rivages :

Vous goûtez de la Paix la tranquille douceur ;

Et le Ciel nous expose à mille affreux ravages

 

Aimable Nymphe, apprenez-nous

Par quel bonheur, ou par quels charmes,

Vous jouissez d’un sort si doux

Pendant que l’Univers éprouve tant d’alarmes. (…)

 

LE PACTOLE

Nous ne sentons plus l’haleine

Des doux, et charmants Zéphires :

Ce n’est qu’auprès de la Seine

Où règnent tous les Plaisirs. 

Edme Boursault, Méléagre : tragédie, mis en musique ; précédé de La feste de la Seine : petit divertissement en musique, Paris, 1694 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85941w.r=la%20feste%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Edme Boursault

EPOQUE : XVII

GENRE : Théâtre

LIEU : Fictif (dans le palais d’Océan)

STRATE : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

Guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– se baigner

– se promener

– plaisirs

– amours

THÉMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • fleuve
  •  

 

 

Remy BELLEAU, Épithalame chanté par les Nymphes de Seine, 1559

 

L’auteur de la Pléiade compose ce chant poétique en invoquant la Nymphe de la Seine, personnification merveilleuse du fleuve, lui permettant par l’entremise de son évocation, de célébrer la fille du roi Henri II, Madame Claude, pour son mariage à venir avec le duc de Lorraine. L’heureux poème offre une Seine enchantée, propice à la fête, aux amours et à la musique.

 Nymphes qui vos tresses blondes

Mignotez dessus les bords,

Des claires et belles ondes,

De la Seine au plis retors,

Si quelque flamme amoureuse

Vous échauffe sous les eaux,

Chantez les chastes flambeaux,

De cette nuit bienheureuse. (…)

 

Serre ta robe ondoyante

D’un long repli blanchissant,

Et d’une agrafe mordante

Ton brodequin jaunissant, (…)

 

Et toi Ciel, que l’on répande

Par l’air un fleuve d’odeurs,

Une moisson de lavande,

De lys, de roses, de fleurs,

Tant que la terre enivrée

Du nectar de ces présents,

Toujours grosse d’un printemps,

Fasse une saison d’orée.

 

Nymphe des eaux citoyennes,

Nymphettes aux beaux talons,

Aux gorges musiciennes,

Dansez dessus vos sablons (…)

 

Autant les Nymphes sacrées,

Les Nymphettes aux yeux vers,

De leur bouchettes sucrées,

Au lit chantèrent ces vers,

Prenant la boucle fatale

De leur belle, et blanche main,

La bouclèrent sous le sein

De cette Nymphe Royale.

 

BELLEAU Rémy, Épithalame sur le mariage de Monseigneur le duc de Lorraine et de Madame Claude Fille du Roy, chanté par les Nymphes de Seine et de Meuse, Paris : A. Wechel, 1559 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k713025.r=epithalame%20lorraine%20madame%20claude?rk=42918;4

 

AUTEUR : Rémy Belleau

 

EPOQUE : XVI

 

GENRE : Poésie

 

LIEU : Inconnu

 

STRATE : AU BORD / DANS

 

THEMATIQUE 3 : SEINE à LOISIRS

– se baigner

– plaisirs

– amours

 

THEMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • le fleuve

 

Jean de la Fontaine, « L’enfant et le Maître d’école »

Dans la fable « L’enfant et le maître d’école », Jean de La Fontaine prête sa voix à un écolier qui, « badinant sur les bords de Seine », tombe dans l’eau du fleuve. Le Maître d’école passe en cet endroit fort heureusement, mais il ne faudrait pas que ses remontrances durent trop longtemps…

Dans ce récit je prétends faire voir

D’un certain sot la remontrance vaine.

Un jeune enfant dans l’eau se laissa choir,

En badinant sur les bords de la Seine.

Le Ciel permit qu’un saule se trouva

Dont le branchage, après Dieu, le sauva.

S’étant pris, dis-je, aux branches de ce saule ;

Par cet endroit passe un Maître d’école.

L’Enfant lui crie : Au secours, je péris.

Le Magister se tournant à ses cris,

D’un ton fort grave à contre-temps s’avise

De le tancer. Ah le petit babouin !

Voyez, dit-il, où l’a mis sa sotise !

Et puis prenez de tels fripons le soin.

Que les parents sont malheureux, qu’il faille

Toujours veiller à semblable canaille !

Qu’ils ont de maux, et que je plains leur sort !

Ayant tout dit, il mit l’enfant à bord.

Je blâme ici plus de gens qu’on ne pense.

Tout babillard, tout censeur, tout pédant,

Se peut connaître au discours que j’avance :

Chacun des trois fait un peuple fort grand ;

Le Créateur en a béni l’engeance.

En toute affaire ils ne font que songer

Aux moyens d’exercer leur langue.

Hé, mon ami, tire-moi de danger :

Tu feras après ta harangue.

Jean DE LA FONTAINE, « L’Enfant et le Maître d’école », Fables, Livre I[1668], FOLIO, 1986, p. 56.

Nicolas Boileau, « épître VI »

En 1667, le poète classique Nicolas BOILEAU (1636-1711) passa une partie de l’été à la campagne, dans le village d’Haute-Isle. Il y reçut une lettre d’un ami, M. de Lamoignon, qui se plaignait de son absence et l’engageait à revenir à Paris.

Boileau lui répond par une épître, « La campagne et la ville » dans laquelle il décrit les plaisirs de la vie champêtre en bord de Seine et le village enchanteur où il séjourne.

Oui, Lamoignon, je fuis les chagrins de la ville,

Et contre eux la campagne est mon unique asile.

Du lieu qui m’y retient veux-tu voir le tableau ?

C’est un petit village ou plutôt un hameau,

Bâti sur le penchant d’un long rang de collines,

D’où l’œil s’égare au loin dans les plaines voisines.

La Seine, au pied des monts que son flot vient laver,

Voit du sein de ses eaux vingt îles s’élever,

Qui, partageant son cours en diverses manières,

D’une rivière seule y forment vingt rivières.

Tous ses bords sont couverts de saules non plantés,

Et de noyers souvent du passant insultés.

Le village au-dessus forme un amphithéâtre :

[…]

C’est là, cher Lamoignon, que mon esprit tranquille

Met à profit les jours que la Parque me file.

Ici, dans un vallon bornant tous mes désirs,

J’achète à peu de frais de solides plaisirs.

Tantôt, un livre en main, errant dans les prairies,

J’occupe ma raison d’utiles rêveries :

Tantôt, cherchant la fin d’un vers que je construi,

Je trouve au coin d’un bois le mot qui m’avoit fui ;

Quelquefois, aux appas d’un hameçon perfide,

J’amorce en badinant le poisson trop avide ;

Ou d’un plomb qui suit l’œil, et part avec l’éclair,

Je vais faire la guerre aux habitans de l’air.

[…]

Nicolas BOILEAU, « Epître VI » [1676], Œuvres poétiques, Paris, Imprimerie générale, 1872, p. 37.

Pierre de Ronsard, La Franciade

Pierre de RONSARD écrit la Franciade (1572), poème épique inachevé qui conte la fondation de la monarchie française par Francus, fils d’Hector. Paris est le « siège royal » de France, pourtant, ce n’est pas sans épreuves et combats sanglants que Francus devra conquérir la ville bordée par la Seine.

Tout flamboyant en l’esclair du harnois,

Descampera du rivage gaulois ;

Comme un torrent qui s’enfle et renouvelle,

Viendra couvrir les champs de la Mozelle

Puis, en l’honneur de son oncle Pâris,

Aux bords de Seine ira fonder Paris,

Siege royal d’un sceptre si superbe.

Or, ce Paris, qui maintenant n’est qu’herbe,

Isle serrée entre deux flots tortuz,

Dedans le ciel envoirra ses vertuz

Et ses maisons en marbre elabourées

Voisineront les estoiles dorées.

Devant le mur maint combat se fera ;

Seine de meurtre à bouillons s’enflera,

Tournant sanglante, à courses vagabondes

Hommes, chevaux et armes sous ses ondes.

Pierre de Ronsard, Œuvres complètes de P. de Ronsard (Nouvelle édition, publiée sur les textes les plus anciens avec les variantes et des notes), Gallica, BNF, 1857-1867, p. 50

Rabelais, Gargantua

L’éducation du géant Gargantua, personnage créé par François RABELAIS, exige qu’un soin particulier soit accordé aux exercices physiques, conformément aux principes d’éducation humaniste. Alors Gargantua nage fougueusement dans la Seine. Cet épisode du roman ne bénéficie pas d’une localisation précise. Mais on peut se plaire à s’imaginer que ces séances de nage ont lieu à Boulogne, par exemple, où Ponocrates, le précepteur, conduit parfois son jeune élève pour se reposer de la grande ville.

Ponocrates, pour le reposer de cette violente tension des esprits, choisissait une fois par mois un jour bien clair et serein où ils quittaient la ville au matin pour aller à Gentilly, à Boulogne, à Montrouge, au pont de Charenton, à Vanves ou à Saint-Cloud.

[…]

Gargantua nageait en eau profonde, à l’endroit, à l’envers, sur le côté, de tous les membres, ou seulement des pieds ; avec une main en l’air, portant un livre, il traversait toute la Seine sans le mouiller, en traînant son manteau avec les dents comme faisait Jules César. Puis, à la force du poignet, il montait dans un bateau d’un seul effort ; de là il se jetait de nouveau à l’eau, la tête la première, sondait le fond, explorait le creux des rochers, plongeait dans les trous et les gouffres.

François RABELAIS, Gargantua [1534], Paris, Seuil, 1973, p. 118, 114.

La Franciade, Pierre de Ronsard, 1572

 

     La Franciade devait être le Magnus opus du grand auteur du XVIème. Mais le soudain décès de son commanditaire, Henri II, poussa son auteur, Pierre de Ronsard a cessé son œuvre, puis, de disgrâce, l’écriture. Dans cet extrait du quatrième et dernier livre, Ronsard évoque un épisode de la vie de Clovis II : celui de la tentative de renversement, orchestrée par ses fils, ancrée dans l’imaginaire collectif,  notamment grâce au tableau des Énervés de Jumièges d’Évariste-Vital Luminais. Les fils, remis par leur mère à la Seine comme à la providence après la brûlure de leurs nerfs, dérivèrent jusqu’à l’Abbaye de Jumièges où ils furent reconnus et accueillis par son fondateur Saint-Philibert. De cet épisode légendaire Ronsard tire une leçon pour les enfants, ne pas aller à l’encontre de ses géniteurs, où la Seine est le lieu de l’abandon, d’une épreuve mais aussi de la preuve d’une miséricorde divine.

     « Outre la mer bien loin de sa patrie
Tiendra des juifs l’heureuse seigneurie,
Et son ost brave et luy brave à la main
Boiront sept ans les ondes du Jourdain :
Puis retourné pour quelque trouble en France,
De ses enfants punira l’arrogance,
Qui par flateurs par jeunes gens deceus
Vers celle ingrats qui les avoit conceus
De tout honneur degraderont leur mere,
Et donneront la bataille à leur père.
     Leur mere adonc, ah ! mere sans merci,
Fera bouillir leurs jambes, et ainsi
Tous mehaignez les doit jetter en Seine.
Sans guide iront où le fleuve les meine
A l’abandon des vagues et des vens :
Grave supplice ! à fin que les enfans
Par tel exemple apprennent à ne faire
Chose qui soit à leurs parens contraire. »

Pierre de Ronsard, Œuvres Complètes vol. I, La bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1993, p. 1143 (v1417-1434)