Archives de catégorie : XVIII E

Jean-Pierre Claris de Florian, La Carpe et les Carpillons, Fables de Florian,1793

Fable de Jean Pierre Claris de Florian, publiée en 1793, « La Carpe et les Carpillons » nous conte l’histoire d’une mère Carpe et de ses Carpillons. Si la mère conjure ses enfants de ne pas approcher les rives et de faire attention, les Carpillons voyant la montée des eaux en avril de la Seine, ceux-ci croyant au déluge n’écoute plus leur mère et se dirige vers les rives. Mais cette montée des eaux du fleuve n’est que de courte durée et les carpillons se retrouve piégés. L’auteur montre ainsi qu’il faut rester humble et écouter ses parents et ainés.

 

FABLE II

La Carpe & les Carpillons

 

Prenez garde, mes fils, côtoyez moins le bord,
Suivez le fond de la rivière ;
Craignez la ligne meurtrière,
Ou l’épervier plus dangereux encor.
C’est ainsi que parloit une carpe de Seine
À de jeunes poissons qui l’écoutoient à peine.
C’étoit au mois d’avril : les neiges, les glaçons,
Fondus par les zéphyrs, descendoient des montagnes.
Le fleuve, enflé par eux, s’élève à gros bouillons,
Et déborde dans les campagnes.
Ah ! ah ! crioient les carpillons,
Qu’en dis-tu, carpe radoteuse ?
Crains-tu pour nous les hameçons ?
Nous voilà citoyens de la mer orageuse ;
Regarde : on ne voit plus que les eaux & le ciel,
Les arbres sont cachés sous l’onde,
Nous sommes les maîtres du monde,
C’est le déluge universel.
Ne croyez pas cela, répond la vieille mère ;
Pour que l’eau se retire il ne faut qu’un instant :
Ne vous éloignez point, &, de peur d’accident,
Suivez, suivez toujours le fond de la rivière.

Bah ! disent les poissons, tu répètes toujours
Mêmes discours.
Adieu, nous allons voir notre nouveau domaine.
Parlant ainsi, nos étourdis
Sortent tous du lit de la Seine,
Et s’en vont dans les eaux qui couvrent le pays.
Qu’arriva-t-il ? Les eaux se retirèrent,
Et les carpillons demeurèrent ;
Bientôt ils furent pris,
Et frits.
Pourquoi quittoient-ils la rivière ?
Pourquoi ? je le sais trop, hélas !
C’est qu’on se croit toujours plus sage que sa mère
C’est qu’on veut sortir de sa sphère,
C’est que… c’est que… je ne finirai pas.

 

Jean-Pierre Claris de Florian, La Carpe et les Carpillons, Fables de Florian, Louis Fauche-Borel, 1793, Volume 9 (p. 37-38).

 

AUTEUR : CLARIS DE FLORIAN, Jean-Pierre

ÉPOQUE : XVIII

GENRE : Fable

LIEU : Seine

STRATE : DANS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-nager

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-pêcher

La Chute du Pont de bois, Poème en II Chants, 1710

Un auteur anonyme, signant Le Br. écrit un poème de deux chants, mêlant l’épique au burlesque, racontant comment un bateau marchand transportant du vin sur la Seine se fracasse sur un pont en arrivant à Paris. Les hommes à bord, hargneux, somment le dieu Bacchus de venir leur rendre justice : ce dernier convoquant la fureur des vents et de la Seine détruit le pont.

Où la Seine étonnée, arrosant de son onde

Une Ville superbe en merveilles féconde,

Étends deux vastes bras, et par un long détour

Dans ces lieux enchantés prolonge son séjour ;

S’élève un pont formé d’une antique structure :

Dans son industrieuse, et rare architecture,

Qui semble commander à l’humide élément (…)

 

Mille forts Pilotis dans le sable enfoncés

Bravent l’onde écumante, et les vents courroucés. (…)

Ses larges flancs ouverts, comme autant de canaux,

Donnent libre passage aux plus vastes bateaux.

L’un porte dans son sein la liqueur sans pareille,

Par qui l’ennui s’endort, et le plaisir s’éveille,

Et l’autre renfermant de précieux trésors,

Des présents de Cérès vient enrichir nos ports.

 

La Seine dans un lieu si digne de lui plaire

Promène lentement une onde pure, et claire ;

Sur ce rivage orné de verdure, et de fleurs,

Ses eaux n’exhalent point de nuisibles vapeurs. (…)

 

Le bateau heurte une arche, et le brise en éclats.

Les tonneaux dispersés suivant l’eau qui les guide

Flottent au gré des vents sur la plaine liquide (…)

L’un maudissant la Seine, et son cruel rivage,

Fait éclater son zèle et se jette à la nage,

Et l’autre sur les bords content de soupirer,

Regrette tant de biens qu’on ne peut recouvrer.

 

Va, cours, sans différer, sur les bords de la Seine,

Signaler les transports de ta rage inhumaine,

Et secondant l’ardeur de mes ressentiments,

De ce pont que tu vois frappe les fondements (…)

De la Seine bientôt l’onde écume, bouillonne,

Tout frémit d’épouvante, et d’effroi tout frissonne : (…)

Quel désastre fatal ! les Naïades timides

En sentirent trembler leurs cavernes humides.

 

Quand on vit sur les eaux flotter de toutes parts

Les débris de ce pont confusément épars.

De Pilotis brisés la rive était couverte (…)

 

Apprends, nouveau Léandre, apprends vite à nager.

Abrège ton chemin par ce moyen facile,

De la Seine pour toi l’eau deviendra docile. (…)

Le Br., La Chute du Pont de bois, poème en II chants, Paris : G. Lamesle, 1710 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54551482/f2.image.r=pont%20la%20Seine

 

AUTEUR : Anonyme (Le Br.)

EPOQUE : XVIII

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATES : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– commercer

– transporter

– métiers

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– accident

– noyade

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage en Normandie, [1775] (2)

À la fin de l’hiver 1775, Bernardin de Saint-Pierre entreprend un voyage en Normandie, qui va le conduire de Paris à l’abbaye de La Trappes, en longeant les boucles de la Seine. Il observe les paysages, le spectacle de la nature, les habitants et parsème son journal de notations.

Le 1 avril, il contemple la Seine depuis les hauteurs de Caudebec, s’émerveille de la saveur des aliments en pays de Caux.

« J’ai descendu aux Trois Marchands. A Caudebec la vue est grande et noble du haut de la montagne. La rivière au-dessous de la ville forme un coude. Au loin, des montagnes boisées.

Mangé un pigeon, 1er du mois dédié à Vénus.

Dans le pays de Caux, pain a plus de saveur. Poules, hommes, bestiaux mieux nourris, plus forts. »

BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, Voyage de Normandie, 1775, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 49.

« La Seine » dans l’Encyclopédie dirigée par Denis Diderot

Dans L’Encyclopédie dirigée par Denis DIDEROT et Jean Le Rond D’Alembert au XVIIIe siècle (1751-1772), on doit l’article Seine au Chevalier de JONCOURT.

Il y est question de géographie et de géologie, des villes et des affluents associés au fleuve, mais également des eaux, définies comme « bonnes, saines et pures », ce qui témoigne des préoccupations hygiénistes associées à la Seine à partir de cette époque.

SEINE, la, (Géog. mod.) en latin Sequana ; rivière ou fleuve de France. Il prend sa source en Bourgogne près de Chanceaux, à 6 lieues de Dijon, traverse la Champagne, arrose Troyes, & commence à porter bateau à Méry. Ensuite la Seine après avoir reçu l’Yonne & le Loing, traverse l’île de France, où elle arrose Melun, Corbeil & Paris. À deux petites lieues au-dessus de cette dernière ville, elle reçoit la Marne qui la grossit considérablement, & à 5 lieues au-dessous elle reçoit l’Oise. Enfin, après avoir séparé le Vexin de la Beauce, & avoir arrosé Vernon, Pont-de-l’Arche, Rouen, Caudebec, Quillebœuf & Honfleur, elle va se jeter dans l’Océan par une grande embouchure au Hâvre-de-Grace. La Seine fait dans son cours mille méandres, & forme sur son passage quelques îles agréables. Ses bords sont assez bien proportionnés pour causer rarement du désordre. Ses eaux sont bonnes, saines & pures (D. J.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers [1751-1772], Article « SEINE » crée en 1761 / Source www.gallica.fr

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, L’Arcadie [1781]

Dans son roman épique L’Arcadie, Bernardin de Saint-Pierre retrace le récit mythique de la transformation de la nymphe Seine en fleuve, à l’embouchure de l’océan. Il associe la Seine à la nymphe Héva, amie de la Seine, dont la falaise de La Hève, au Havre serait le tombeau.

La Seine, fille de Bacchus et nymphe de Cérès, avait suivi dans les Gaules la déesse des blés, lorsqu’elle cherchait sa fille Proserpine par toute la terre. Quand Cérès eut mis fin à ses courses, la Seine la pria de lui donner, en récompense de ses services, ces prairies que vous voyez là-bas. La déesse y consentit, et accorda de plus à la fille de Bacchus de faire croître des blés partout où elle porterait ses pas. Elle laissa donc la Seine sur ces rivages, et lui donna pour compagne et pour suivante la nymphe Héva, qui devait veiller près d’elle, de peur qu’elle ne fût enlevée par quelque dieu de la mer, comme sa fille Proserpine l’avait été par celui des enfers. Un jour que la Seine s’amusait à courir sur ces sables en cherchant des coquilles, et qu’elle fuyait, en jetant de grands cris, devant les flots de la mer qui quelquefois lui mouillaient la plante des pieds, et quelques fois l’atteignaient jusqu’aux genoux, Héva sa compagne aperçut sous les ondes les cheveux blancs, le visage empourpré et la robe bleue de Neptune. Ce dieu venait des Orcades après un grand tremblement de terre, et il parcourait les rivages de l’Océan, examinant, avec son trident, si leurs fondements n’avaient point été ébranlés. À sa vue, Héva jeta un grand cri, et avertit la Seine, qui s’enfuit aussitôt vers les prairies. Mais le dieu des mers avait aperçu la nymphe de Cérès, et, touché de sa bonne grâce et de sa légèreté, il poussa sur le rivage ses chevaux marins après elle. Déjà il était près de l’atteindre, lorsqu’elle invoqua Bacchus son père et Cérès sa maîtresse. L’un et l’autre l’exaucèrent : dans le temps que Neptune tendait les bras pour la saisir, tout le corps de la Seine se fondit en eau ; son voile et ses vêtements verts, que les vents poussaient devant elle, devinrent des flots couleur d’émeraude ; elle fut changée en un fleuve de cette couleur, qui se plaît encore à parcourir les lieux qu’elle a aimés étant nymphe. Ce qu’il y a de plus remarquable, c’est que Neptune, malgré sa métamorphose, n’a cessé d’en être amoureux, comme on dit que le fleuve Alphée l’est encore en Sicile de la fontaine Aréthuse. Mais si le dieu des mers a conservé son amour pour la Seine, la Seine garde encore son aversion pour lui. Deux fois par jour, il la poursuit avec de grands mugissements, et chaque fois la Seine s’enfuit dans les prairies en remontant vers sa source, contre le cours naturel des fleuves. En tout temps, elle sépare ses eaux vertes des eaux azurées de Neptune.

Héva mourut du regret de la perte de sa maîtresse. Mais les Néréides, pour la récompenser de sa fidélité, lui élevèrent sur le rivage un tombeau de pierres blanches et noires, qu’on aperçoit de fort loin. Par un art céleste, elles y enfermèrent même un écho, afin qu’Héva, après sa mort, prévint par l’ouïe et par la vue les marins des dangers de la terre, comme, pendant sa vie, elle avait averti la nymphe de Cérès des dangers de la mer. Vous voyez d’ici son tombeau. C’est cette montagne escarpée, formée de couches funèbres de pierres blanches et noires. Elle porte toujours le nom de Héva (Il y a en effet, à l’embouchure de la Seine, sur la rive gauche, une montagne formée de couches de pierres noires et blanches qui s’appelle la Hève [Note de l’auteur]) […] Pour Amphitrite, touchée du malheur de la Seine, elle pria les Néréides de creuser cette petite baie que vous voyez sur votre gauche, à l’embouchure du fleuve ; et elle voulut qu’elle fût en tout temps un havre assuré contre les fureurs de son époux. Entrez-y donc maintenant, si vous m’en croyez, pendant qu’il fait jour. Je puis vous certifier que j’ai vu souvent le dieu des mers poursuivre la Seine avant dans les campagnes, et renverses tout ce qui se rencontrait sur son passage.

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, L’Arcadie [1781], Œuvres complètes, tome I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2014.

Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, [1772]

Louis-Sébastien MERCIER, dans l’œuvre qu’il consacre à dresser le Tableau de Paris (1772) de son temps, évoque ce qu’il considère comme la vertu « purgative » de l’eau de Seine. Si l’action se situe à Paris, il est question de l’eau du fleuve de façon beaucoup générale, et le lieu n’est pas l’élément essentiel ici. Ce texte rappelle la préoccupation hygiéniste qui se développe au XVIIIe, que l’on retrouvera aussi dans l’article SEINE de L’Encyclopédie.

Quand la rivière est trouble, on boit l’eau trouble. On ne sait trop ce qu’on avale ; mais on boit toujours. L’eau de la Seine relâche l’estomac, pour quiconque n’y est pas accoutumé. Les étrangers ne manquent presque jamais l’incommodité d’une petite diarrhée ; mais ils l’éviteraient, s’ils avaient la précaution de mettre une cuillerée de bon vinaigre blanc dans chaque chopine d’eau.

Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, [1772], Paris, Le Mercure de France, 1994, p. 35.

Voltaire à Madame Denis (2162)

2162. — À MADAME DENIS.

À Berlin, au château, le 26 décembre.

Je vous écris à côté d’un poêle, la tête pesante et le cœur triste, en jetant les yeux sur la rivière de la Sprée, parce que la Sprée tombe dans l’Elbe, l’Elbe dans la mer, et que la mer reçoit la Seine, et que notre maison de Paris est assez près de cette rivière de Seine ; et je dis : Ma chère enfant, pourquoi suis-je dans ce palais, dans ce cabinet qui donne sur cette Sprée, et non pas au coin de notre feu ? 

Voltaire, « Correspondance : année 1750, lettre 2162 à Madame Denis », Œuvres complètes de Voltaire, 37, Garnier, 1877, p. 217

Source : https://fr.wikisource.org/wiki/Correspondance_de_Voltaire/1750/Lettre_2162

Dissertation sur la nature des eaux de la Seine, Antoine Augustin PARMENTIER, 1787

BNF©

« Reproches faits à l’Eau de la Seine.

L’eau joue un trop grand rôle dans
les différentes circonstances de la vie,
pour laisser subsister le moindre doute
sur la nature & les effets de celle qui
sert de boisson à la plupart des citoyens
d’une ville immense comme Paris;
[…]
Dans le nombre des reproches faits à
l’Eau dont il s’agit, un des plus graves,
sans doute & des plus connus, c’est qu’elle
donne la diarrhée aux personnes qui en
font usage dans le commencement de
leur séjour à Paris
« 

PARMENTIER, Antoine Auguste , Dissertation sur la nature des eaux de la Seine, Paris, 1787

Les rêveries du promeneur solitaire, Jean-Jacques ROUSSEAU, 1782

Jean-Jacques ROUSSEAU, Les rêveries du promeneur solitaire, [1782], Paris, GF, 1964, p. 167.

« Neuvième promenade »

« Quand par hasard j’en rencontre quelqu’un qui a échappé aux instructions communes, ou qui ne connaissant pas ma figure ne me montre aucune aversion, l’honnête salutation de ce seul-là me dédommage du maintien rébarbatif des autres. Je les oublie pour ne m’occuper que de lui, et je m’imagine qu’il a une de ces âmes comme la mienne où la haine ne saurait pénétrer. J’eus encore ce plaisir l’année dernière en passant l’eau pour m’aller promener à l’île aux Cygnes. Un pauvre vieil invalide dans un bateau attendait compagnie pour traverser. Je me présentai et je dis au batelier de partir. L’eau était forte et la traversée fut longue. Je n’osais presque pas adresser la parole à l’invalide de peur d’être rudoyé et rebuté comme à l’ordinaire, mais son air honnête me rassura. Nous causâmes. Il me parut homme de sens et de mœurs. Je fus surpris et charmé de son ton ouvert et affable, je n’étais pas accoutumé à tant de faveur ; ma surprise cessa quand j’appris qu’il arrivait tout nouvellement de province. Je compris qu’on ne lui avait pas encore montré ma figure et donné ses instructions. Je profitai de cet incognito pour converser quelques moments avec un homme et je sentis à la douceur que j’y trouvais combien la rareté des plaisirs les plus communs est capable d’en augmenter le prix. En sortant du bateau, il préparait ses deux pauvres liards. Je payai le passage et le priai de les resserrer en tremblant de le cabrer. Cela n’arriva point ; au contraire il parut sensible à mon attention et surtout à celle que j’eus encore, comme il était plus vieux que moi, de lui aider à sortir du bateau. Qui croirait que je fus assez enfant pour en pleurer d’aise ? »