Archives de catégorie : TEXTES

Patrick Modiano, Dora Bruder, 1997

Récit biographique et autobiographique, Patrick Modiano dans Dora Bruder écrit en 1997,  tente de restituer l’histoire d’une jeune fille juive à Paris, disparue en 1941. La Seine est principalement un cadre spatial dans l’œuvre mais dans l’extrait ci-dessous, elle se fait l’écho géographique de celle de Hugo dans Les Misérables (1862) :

 

J’ai relu les livres cinquième et sixième des Misérables. Victor Hugo y décrit la traversée nocturne de Paris que font Cosette et Jean Valjean, traqués par Javert, depuis le quartier de la barrière Saint-Jacques jusqu’au Petit Picpus. On peut suivre sur un plan une partie de leur itinéraire. Ils approchent de la Seine. Cosette commence à se fatiguer. Jean Valjean la porte dans ses bras. Ils longent le Jardin des Plantes par les rues basses, ils arrivent sur le quai. Ils traversent le pont d’Austerlitz. À peine Jean Valjean a-t-il mis le pied sur la rive droite qu’il croit que des ombres s’engagent sur le pont. La seule manière de leur échapper – pense-t-il – c’est de suivre la petite rue du Chemin-Vert-Saint-Antoine.
Et soudain, on éprouve une sensation de vertige, comme si Cosette et Jean Valjean, pour échapper à Javert et à ses policiers, basculaient dans le vide : jusque-là, ils traversaient les vraies rues du Paris réel, et brusquement ils sont projetés dans le quartier d’un Paris imaginaire que Victor Hugo nomme le Petit Picpus. Cette sensation d’étrangeté est la même que celle qui vous prend lorsque vous marchez en rêve dans un quartier inconnu. Au réveil, vous réalisez peu à peu que les rues de ce quartier étaient décalquées sur celles qui vous sont familières le jour. 

Patrick Modiano, Dora Bruder, Folio, 1999, p. 51

 

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, 1924

Ecrit entre les deux grandes guerres, Ernest Raynaud nous fait, dans le poème « Seine », issue de son livre « A l’ombre de mes dieux » et écrit en 1924, une ode à la Seine et à Paris. La ville, illuminée de bonheur, ne mettant ainsi que mieux en valeur la Seine.

 

LA SEINE

 

Loin des remous de la cohue et des bruits laids,

Je te regarde luire en ce jour de lumière,

Ô mon fleuve, ô ma Seine ! et glisser, d’une eau fière,

Dans une perspective ouverte de palais.

 

Chaque pont, arche souple, ébloui de reflets,

Clame un nom de victoire avec sa voix de pierre,

Tandis qu’une ombre drue, à la berge ouvrière,

Gazouille un vieux refrain rustique où je me plais.

 

Un renouveau d’espoirs se dénoue en volutes ;

Et, comme l’Âge d’or sommeille au cœur des flûtes,

Tout un bonheur perdu respire en ce tableau.

 

Ici, Paris n’est plus que joie, azur, espace,

Et pour fleurir sa gloire, il y cueille avec grâce

Tous les frissons épars du feuillage et de l’eau.

 

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, Librairie Garnier frères, 1924 (p. 18).

 

 

AUTEUR : RAYNAUD, Ernest

ÉPOQUE : XX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

-amours

D. Bussilet, F. Persil, Seine du Passé, 1999

Les deux auteurs livrent, d’après divers écrits personnels ou romancés d’auteurs français du XIX siècle, un tableau littéraire et pictural de la Seine et des villages normands qui la bordent.

Si Paris a ses banlieues (Saint-Cloud, Neuilly, les bords de la Marne…) la Normandie offre mille ressources au promeneur de l’époque. Une des « bonnes adresses », en cette année 1925, pour le Rouennais avides d’air pur, c’est la rive droite de la Seine, avec ses îles, qui sont autant de « restaurants champêtres » (…) et ses auberges. Et il faut voir, le dimanche, les promeneurs débarquer au ponton en rang serrés, venus de Rouen par « vapeur », tandis que les voitures progressent paisiblement sur la route qui longe la Seine. Les plus pauvres d’entre eux se contenteront de remplir leurs yeux et leurs poumons, en se promenant le long du fleuve, en famille ou avec des amis, ou en amoureux, et en s’asseyant dans l’herbe fraîche qui habille les talus. (…) Ici et là, on reconnaît quelques peintres à leur attirail, chevalets et boîtes de couleurs. Ils goûtent un repos bien mérité, après avoir reproduit sur leurs toiles encore fraîches de peinture les brumes matinales et la luminosité douce de ce coin de Normandie ; et peut-être ne résisteront-ils pas, tout à l’heure, à l’envie d’immortaliser les lueurs finissantes du soleil irradiant la Seine et ses méandres. (…)

Laissons Eugène Noel en décrire le site, en 1894, dans son livre : Rouen, Rouennais, Rouenneries :

« Assise poétiquement au bord de la Seine, les pieds dans l’eau, sur un coteau faisant face au midi, la vieille ville, Rouen (autrefois Ratumakos) voit son beau fleuve décrire devant elle ses courbes gracieuses. (…) Que de voyageurs à Rouen, sur cette rive gauche de la Seine, ont été saisis de vertige en visitant ces ateliers immenses où tout s’agite et tourne sous vos yeux, tremble sous vos pas, où l’on a le bruit infernal de centaines de métiers dirigés par des centaines d’ouvriers ou d’ouvrières.

Quel contraste entre cette rive manufacturière, tôt industrialisée, et la vieille rive droite, qui voit, au sortir de Rouen, se blottir les villages fleuris de Croisset, Dieppedalle, Biessard et le Val de La Haye, entre fleuve et falaise. C’est d’ailleurs cette falaise qui fait obstacle à l’envahissement de l’industrie. Certes, quelques usines se sont déjà bien implantées, et cela parait bien normal à une époque où l’industrialisation semble la solution idéale pour le progrès et le bien-être de tous, mais l’ampleur du paysage offert par la Seine, les navires et bateaux à cette rive droite du fleuve tout son charme et son attrait. »

Dominique Bussillet, Fabien Persil, Seine du passé : Promenade littéraire et picturale au fil de la Seine de Rouen au Val de la Haye, Vire : C. Corlet, 1999 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33209763/f3.image.r=Seine%20du%20pass%C3%A9%20%20promenade%20litt%C3%A9raire

 

AUTEUR : Dominique Bussillet, Fabien Persil

EPOQUE : XX

GENRE :  Ecrits de voyages

LIEU 1 : Rouen

LIEU 2 : La Haye

LIEU 3 : Canteleu

Etc

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– nager

– se promener

– naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

métier

– industrie

– commerce

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS

– plaisirs

– canoter

– restaurants et guinguettes

Julio CORTAZAR, El Rio, 1964

XX-CORTÁZAR-El RíO

Dans ce court conte, Julio Cortázar met en scène un couple malheureux. Le monologue du mari dévoile leurs violentes disputes inextricablement mêlées à leur désir sexuel, une routine morbide dans laquelle le couple est enfermé. Le cœur du texte s’attache à unir le corps de l’épouse qui se noie dans la réalité au désir sexuel de son mari, rêvant d’elle dans leur lit. L’auteur par l’intermédiaire du fleuve fusionne à la perfection le moment de la mort et celui de l’amour.

Y sí, parece que es así, que te has ido diciendo no sé qué cosa, que te ibas a tirar al Sena, algo por el estilo, una de esas frases de plena noche, mezcladas de sábana y boca pastosa, casi siempre en la oscuridad o con algo de mano o de pie rozando el cuerpo del que apenas escucha, porque hace tanto que apenas te escucho cuando dices cosas así, eso viene del otro lado de mis ojos cerrados, del sueño que otra vez me tira hacia abajo. Entonces está bien, qué me importa si te has ido, si te has ahogado o todavía andas por los muelles mirando el agua, y además no es cierto porque estás aquí dormida y respirando entrecortadamente, pero entonces no te has ido cuando te fuiste en algún momento de la noche antes de que yo me perdiera en el sueño, porque te habías ido diciendo alguna cosa, que te ibas a ahogar en el Sena, o sea que has tenido miedo, has renunciado y de golpe estás ahí casi tocándome, y te mueves ondulando como si algo trabajara suavemente en tu sueño, como si de verdad soñaras que has salido y que después de todo llegaste a los muelles y te tiraste al agua. (…)
         Pero si es así me pregunto qué estás haciendo en esta cama que habías decidido abandonar por la otra más vasta y más huyente. Ahora resulta que duermes, que de cuando en cuando mueves una pierna que va cambiando el dibujo de la sábana, pareces enojada por alguna cosa, no demasiado enojada, es como un cansancio amargo, tus labios esbozan una mueca de desprecio, dejan escapar el aire entrecortadamente, lo recogen a bocanadas breves, y creo que si no estaría tan exasperado por tus falsas amenazas admitiría que eres otra vez hermosa, como si el sueño te devolviera un poco de mi lado donde el deseo es posible y hasta reconciliación o nuevo plazo, algo menos turbio que este amanecer donde empiezan a rodar los primeros carros y los gallos abominablemente desnudan su horrenda servidumbre. (…) De la sábana que apenas te cubría alcanzo a entrever la ráfaga instantánea que surca el aire para perderse en la sombra y ahora estamos desnudos, el amanecer nos envuelve y reconcilia en una sola materia temblorosa, pero te obstinas en luchar, encogiéndote, lanzando los brazos por sobre mi cabeza, abriendo como en un relámpago los muslos para volver a cerrar sus tenazas monstruosas que quisieran separarme de mí mismo. Tengo que dominarte lentamente (y eso, lo sabes, lo he hecho siempre con una gracia ceremonial), sin hacerte daño voy doblando los juncos de tus brazos, me ciño a tu placer de manos crispadas, de ojos enormemente abiertos, ahora tu ritmo al fin se ahonda en movimientos lentos de muaré, de profundas burbujas ascendiendo hasta mi cara, vagamente acaricio tu pelo derramado en la almohada, en la penumbra verde miro con sorpresa mi mano que chorrea, y antes de resbalar a tu lado sé que acaban de sacarte del agua, demasiado tarde, naturalmente, y que yaces sobre las piedras del muelle rodeada de zapatos y de voces, desnuda boca arriba con tu pelo empapado y tus ojos abiertos.

Julio Cortázar, Final del Juego (El río)Sudamericana, 1964, p. 19

 

AUTEUR : Cortázar, Julio

ÉPOQUE : XX

GENRE : Conte

LIEU : Inconnu (bord de Seine)

STRATE : DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– Suicide par noyade

– Activités sexuelles

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957 (2)

Dans son roman D’un château l’autre, l’écrivain-narrateur évoque le spectacle de la Seine depuis la maison du haut- Meudon où il vit et écrit. Le spectacle est aussi très beau depuis le domicile de sa vieille voisine Mme Niçois. Céline rappelle combien il a toujours été « sensible aux mouvements des fleuves ».

« Oh, le trafic du fleuve demeure… tout le mouvement !… remorqueurs et leurs ribambelles, haut-bords, ras de l’eau, charbons, sables, décombres… queue leu leu leu… aval… amont… de chez Mme Niçois vous pouvez tout voir… elle est pas intéressée… cela dépend évidemment de la sensibilité que vous êtes ?… les mouvements des fleuves touchent… touchent pas !… les façons des convois des arches… cache-cache… là, de chez Mme Niçois, de sa fenêtre, vous les voyez s’engager… presque de l’île des Cygnes !… et de l’autre côté… passé Saint-Cloud… pensez ce bief ! du pont Mirabeau à Suresnes !… la vue des dîneurs !… »

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957. Citation extraite de Romans, III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990, p. 59

Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, La Prisonnière [1923]

Dans La Prisonnière de Marcel Proust, le narrateur et Albertine, dont il est éperdument épris, quittent leur appartement de l’ouest parisien pour une promenade au Bois de Boulogne. En chemin, la Seine, et au loin Saint-Cloud, se donnent à contempler.

Ailleurs une bande nombreuse jouait au ballon. Toutes ces fillettes avaient voulu profiter du soleil, car ces journées de février, même quand elles sont si brillantes, ne durent pas tard et la splendeur de leur lumière ne retarde pas la venue de son déclin.

Avant qu’il fût encore proche, nous eûmes quelque temps de pénombre, parce qu’après avoir poussé jusqu’à la Seine, où Albertine admira, et par sa présence m’empêcha d’admirer, les reflets de voiles rouges sur l’eau hivernale et bleue, une maison blottie au loin comme un seul coquelicot dans l’horizon clair dont Saint-Cloud semblait plus loin la pétrification fragmentaire, friable et côtelée, nous descendîmes de voiture et marchâmes longtemps; même pendant quelques instants je lui donnai le bras, et il me semblait que cet anneau que le sien faisait sous le mien unissait en un seul être nos deux personnes et attachait l’une à l’autre nos deux destinées.

À nos pieds, nos ombres parallèles, rapprochées et jointes, faisaient un dessin ravissant. Sans doute il me semblait déjà merveilleux à la maison qu’Albertine habitât avec moi, que ce fût elle qui s’étendît sur mon lit. Mais c’en était comme l’exportation au dehors, en pleine nature, que devant ce lac du Bois que j’aimais tant, au pied des arbres, ce fût justement son ombre, l’ombre pure et simplifiée de sa jambe, de son buste, que le soleil eût à peindre au lavis à côté de la mienne sur le sable de l’allée. Et je trouvais un charme plus immatériel sans doute, mais non pas moins intime, qu’au rapprochement, à la fusion de nos corps, à celle de nos ombres.

Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, La Prisonnière [1923], Paris, Flammarion, 1984, p. 272 (« GF »)

Henry MILLER, « Lettre à Emil, 1er avril 1930 », Lettres à Emil

L’écrivain américain Henry Miller séjourne dans les années 1930 à Clichy. Depuis un restaurant de la ville voisine de Suresnes, il écrit à son ami Emil Schnellock, resté aux États-Unis, à qui il confie ses impressions sur la France, alors qu’il compose son roman « parisien » Tropique du Cancer. Le spectacle de la Seine génère des associations avec d’autres lieux en Amérique, rappelle aussi d’autres voyages et d’autres fleuves, notamment le Rhin.

1er avril 1930

Retaurant Louis Varnier

12 rue du Pont

Suresnes, France

« Bon ! Saint-Cloud. J’y suis ! Comment la décrire ? À moins que tu aies déjà vu une petite ville française au bord d’une rivière, c’est presque impossible de s’en faire une idée. C’est, un tout petit peu, comme chez nous la baie de Sheepshead, sans être aussi coloré. L’activité est réduite sur la Seine, il y a moins de monde. Les ouvriers sont affalés sur la rive et prennent leur repas. Bouteilles, salamis, grosses miches de pain sont déballés. Ils se reposent. Nous ne savons pas ce que ce mot veut dire. Comme ils se reposent ! Cela te rendrait jaloux ! Chalands, péniches, remorqueurs, sont amarrés. L’un de ces bateaux est baptisé Surprise – mais je doute que cela signifie une surprise. On ne sait jamais ce que les mots usuels signifient en fin de compte.

Maintenant je marche. Je marche en direction de la localité voisine. Suresnes. Un court trajet. J’ai emporté mon manuscrit. […] Des gars flemmardent sur la rive, en tricots et pantalons kaki. Ça rappelle le Rhin et l’envie qui me prenaient en regardant les cyclistes qui roulaient au niveau du bateau sur lequel nous voyagions. Oui, il n’y a rien de tel au monde que de voyager – d’aller çà et là, avec un sac à dos et une couverture – peut-être un bout de saucisson et une bouteille de vin rouge. »

Henry MILLER, « Lettre à Emil, 1er avril 1930 », Lettres à Emil [1944, 1995 pour la traduction française], Paris, Christian Bourgeois, 1999, p. 76 (collection « 10/18 »)

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, 1957

Dans son roman D’un château l’autre, l’écrivain-narrateur évoque le spectacle de la Seine depuis la maison du haut- Meudon où il vit et écrit. Il se remémore le restaurant « La pêche miraculeuse », en bord de Seine, dans les premières décennies du XXe siècle, et le « tir aux pigeons » de l’Ile Seguin à Boulogne-Billancourt, qu’il a fréquenté enfant

Le temps de la « Pêche miraculeuse » c’était le moment de la vogue des yoles et des grands tricots à rayures, des rameurs à dardantes moustaches… je vois mon père, en dardantes moustaches !… je vois l’Achille en yole, calot, tricot, biscotos !… je vois tous les dabes…clientes gloussantes pour embarquer ! le tour de « l’île aux pigeons » !… putt ! putt ! le Tir ! mille petits cris, froufrous, frayeurs !… bas de soie, fleurs, fritures, monocles, duels !… la « Pêche », les balcons, là, maintenant à foutre à la Seine !… vermoulue la « Pêche »

« Je m’en souviens comme si j’y étais du « tir au pigeons »… de ces peupliers ! les cimes au vent ! pensez, j’ai pris assez de gifles, que j’étais pas sage, sur le bateau-mouche « Pont-Royal-Suresnes !… » le vrai bateau-mouche ! pas les simili d’à présent !… »

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957. Citation extraite de Romans, III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990, p.

Jean COCTEAU, La Difficulté d’être [1947]

Dans son récit La Difficulté d’être (1947), Jean COCTEAU évoque son lieu de naissance Maisons-Laffitte. La Seine fait partie du décor de l’enfance, à l’aurore du XXe siècle, sublimé par le souvenir.

Je suis né le 5 juillet 1889, place Sully, à Maisons-Laffitte.

Maisons-Laffitte est une manière de parc d’entraîneurs semé de villas, de jardins, d’avenues de tilleuls, de pelouses, de plates-bandes, de jets d’eau sur les places. Le cheval de course et la bicyclette y régnaient en maîtres. On y jouait au tennis les uns chez les autres, dans un monde bourgeois que l’affaire Dreyfus divisait. La Seine, l’allée d’entraînement, le mur de la forêt de Saint-Germain où l’on pénètre par une petite porte, des coins à l’abandon où jouer aux détectives, le camp en contrebas, les guinguettes à tonnelles, la foire du village, le feu d’artifice, les prouesses des pompiers, le château de Mansart, ses herbes folles et ses bustes d’empereurs romains, tout composait pour l’enfance un domaine propre à flatter cette illusion qu’elle a de vivre dans des lieux uniques au monde.

Jean COCTEAU, La Difficulté d’être [1947], ??

Blaise CENDRARS, « Paris, Port-de-Mer », Bourlinguer, 1948

Dans son récit « Paris-Port-de-mer », extrait du recueil Bourlinguer (1948), Blaise Cendrars imagine un Paris qui formerait un grand port, ouvert sur la mer via la Seine. Mais le paysage désolé des berges entre Argenteuil et Gennevilliers, en passant par Ivry, et sa population de clochards, laisse à penser que cette réalisation reste bien lointaine.

Certes, il y a des amorces, des ébauches de travaux exécutés sur le terrain […] des palissades et des barbelés éparpillés dans la nature et envahis par les mauvaises herbes, dans un immense secteur qui s’étend tentaculaire d’Argenteuil et Gennevilliers, à Ivry et jusqu’aux approches de Villeneuve-Saint-Georges, mais cet immense chantier de travail sans lendemain et d’entreprise sans échéance est la plupart du temps à l’abandon, les dragues, les maries-salopes, les chalands envasés dans les eaux noires de rouille où mijote et se détériore une machinerie en panne, les poteaux de mine, les barrières, le toit des baraques inoccupées renversées ou croulant sous le monceau de détritus de la grande ville que les bennes automobiles y déversent chaque fois que les excavatrices sont à l’œuvre ; et chaque fois que j’ai visité au mois d’août ces lieux sinistres, dont le paysage à jamais désespéré eût enchanté J.-K. Huysmans – sa promenade préférée était d’errer sur les grèves de la Bièvre ou sur les buttes pelées des fortifs – j’ai trouvé s’ébattant sur ces plages de galets rapportés ou faisant trempette dans l’eau pestilentielle suintant on ne sait d’où, tout un monde de clochards venus de Paris, ceux des Halles, et ceux de Maubert, ceux de Bercy et ceux de Javel qui logent habituellement sous les ponts, se pouiller, boire, se chamailler, faire le gros dos et le ventre au soleil d’été, soigner leurs plaies, leurs chancres, vider une querelle ou en train de faire l’amour avec des chineuses en vacances et des radeuses sur le trimard. »

Blaise CENDRARS, « Paris, Port-de-Mer », Bourlinguer, Paris, Denoël, 1948. Citation extraite du volume Folio, p. 380.

Simone de BEAUVOIR, La Force de l’âge, 1960

Dans La Force de l’âge, Simone de Beauvoir relate son expérience de professeure de philosophie à Rouen entre 1932 et 1937.

À l’occasion d’une visite de Jean-Paul Sartre, elle visite le Musée des Beaux-arts, et est saisie par le spectacle d’une toile de Luminais représentant la légende des Enervés de Jumièges.

La légende raconte le châtiment que le roi Clovis II a infligé à ses deux fils pour avoir tenté d’usurper le trône alors qu’il était en croisade. Il leur fait trancher les tendons, et, depuis Paris, les laisse dériver sur un bateau sur la Seine. Le bateau finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (A la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

« Je tombai en arrêt devant un tableau dont j’avais vu, enfant, une reproduction sur la couverture du Petit Français illustré et qui m’avait fait une grande impression : Les Énervés de Jumièges. J’avais été troublée par le paradoxe du mot énervé, pris d’ailleurs dans un sens impropre puisqu’on avait en fait tranché les tendons des deux moribonds. Ils gisaient côte à côte sur une barque plate, leur inertie imitait la béatitude alors que, torturés par la soif et la faim, ils glissaient au fil de l’eau vers une fin affreuse. Peu importait que la peinture fût détestable ; je suis restée longtemps sensible à la calme horreur qu’elle évoquait. »

Simone de BEAUVOIR, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, p. 210.

Guillaume APOLLINAIRE, Le Flâneur des deux rives, 1918

Dans Le Flâneur des deux rives (1918), qui narre la promenade rêveuse du poète à Paris, figure cette mention nostalgique des berges à Auteuil, autrefois habitées de bouges et de guinguettes. Apollinaire rappelle combien il a aimé chanter la Seine et évoque le Pont Mirabeau.

Mais descendons vers la Seine. C’est un fleuve adorable. On ne se lasse point de le regarder. Je l’ai chantée bien souvent en ses aspects diurnes et nocturnes. Après le pont Mirabeau la promenade n’attire que les poètes, les gens du quartier et les ouvriers endimanchés.

Peu de Parisiens connaissent le nouveau quai d’Auteuil. En 1909 il n’existait pas encore. Les berges aux bouges crapuleux qu’aimait Jean Lorrain ont disparu. « Grand Neptune », « Petit Neptune », guinguettes du bord de l’eau, qu’êtes-vous devenus ? Le quai s’est élevé à la hauteur du premier étage. Les rez-de-chaussée sont enterrés et l’on entre maintenant par les fenêtres.

Guillaume APOLLINAIRE, Le Flâneur des deux rives, Paris, Editions de la Sirène, 1918, p. 20.

Guillaume APOLLINAIRE, Il y a [1915]

L’île des impressionnistes de Croissy est célèbre pour avoir abrité le cabaret flottant La Grenouillère, lieu de loisirs célébré par de nombreux peintres et écrivains de la seconde moitié du XIXe.

Dans Calligrammes (1918), Guillaume Apollinaire, auteur du célèbre poème sur la Seine « Le Pont Mirabeau », fait revivre le temps passé de façon mélancolique.

Au bord de l’île on voit

Les canots vides qui s’entre-cognent

Et maintenant

Ni le dimanche ni les jours de la semaine

Ni les peintres ni Maupassant ne se promènent

Bras nus sur leurs canots avec des femmes à grosses poitrines

Et bêtes comme chou

Petits bateaux vous me faites bien de la peine

Au bord de l’île

Guillaume APOLLINAIRE, Il y a [1915], Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, 1965, p. 352.

Souvenirs d’une morte vivante, Victorine Brocher, 1909

 

C’est en 1909 qu’est publié pour la première fois Souvenirs d’une morte vivante, un des seuls témoignages direct d’une femme du peuple entièrement impliquée dans la Commune de Paris. Fille de militants, elle a participé comme ambulancière à toutes les victoires et les défaites des fédérés, partageant tous leurs espoirs et toutes leurs souffrances. La Seine, dans ce décor d’un Paris insurrectionnel, est toujours présente en toile de fond, et souvent comparée par l’auteure aux rives de sa Loire natale qui, elle, coule loin de la violence subit au quotidien par les insurgés.

« La Seine, ce tombeau des désespérés, ne rends pas toujours ceux qu’elle engloutit dans son sein. »

BROCHER Victorine, Souvenirs d’une morte vivante, Libertalia, 2017, p. 81

Poète… VOS PAPIERS !, Léo Ferré, 1957

Léo Ferré est de ces noms qui résonnent familièrement aux oreilles des francophones, aussi familièrement que sa voix qui continue de résonner plus de 25 ans après sa disparition. Ferré était une force de la nature et un poète de la dureté humaine, un anarchiste jusqu’à dans son art, et cette métaphore qu’il nous offre dans son recueil au nom d’injonction : Poète… VOS PAPIERS, publié en 1957, en conclusion de« La muse en carte » n’en est que le reflet : un fleuve qui dévalant la France de la capitale à la mer dans un chant puissant finit par s’échouer dans la réalité.

« […]

Je suis le fleuve doux le mors aux dents sans brides
Qui s’en vas vers Le Havre en couleur de chansons
Je me prends pour la Seine et me retrouve humide
Au creux d’un lit crasseux parmi des rêves de cons »

FERRE Léo, Poète… VOS PAPIERS !, Points, 2013, p. 23