Archives de catégorie : XXI

La Seine (chanson)-Matthieu Chedid-2011

la Seine est une chanson dont les paroles et la musique sont écrite par Matthieu Chedid, interpréter aux prêts de Vanessa ParadisVenant du dessin animé en images de synthèse réalisé par Bibo Bergeron en 2011,  “un monstre à Parisdont Vanessa Paradisest la voix du personnage LucilleL’intrigue se déroule à Paris durant la crue de la Seine de 1910.

“Elle sort de son lit

Tellement sûre d’elle

La Seine, la Seine, la Seine

Tellement jolie, elle m’ensorcelle

La Seine, la Seine, la Seine

Extralucide, la lune est sûre

La Seine, la Seine, la Seine

Tu n’es pas saoul

Paris est sous

La Seine, la Seine, la Seine

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça, la Seine et moi

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça la Seine et moi

Extra Lucille* quand tu es sur

La scène, la scène, la scène

Extravagante quand l’ange est sur

La scène, la scène, la scène

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça, la Seine et moi

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça la Seine et moi

Sur le pont des arts

Mon cœur vacille

Entre deux eaux

L’air est si bon

Cet air si pur

Je le respire

Nos reflets perchés

Sur ce pont

[…] On s’aime comme ça, la Seine et moi (4 fois)”

Paroles et musique de Matthieu Chedid-2011.

Interprétation: Vanessa Paradis.

Ecoute:https://www.youtube.com/watch?v=vlPZLE2g0Kc

 

Stanislas de Guaita, Rosa Mystica, 1885

Stanislas de Guaita se pose, par ce poème, écrit en 1885, en défenseur de la Seine face aux Parisiens, qui la critiquent alors qu’ils l’enlaidissent par leurs actions.

 

Je me suis dit, (voyant la Seine

Rouler sous les ponts ses flots verts,

Calme, à travers

Tes détritus, cité malsaine,)

Que les poètes, en leurs chants,

Sont bien méchants !

 

Laisse gronder la calomnie,

Ô fleuve ! Si, dans ton miroir

On a pu voir

Les hideurs et la vilenie

Que reflète, avec un sanglot,

Ton triste flot ;

 

Ô tombe errante, es-tu complice,

Quand, sous un ciel noir, l’assassin

Rougit ton sein,

Et, narguant l’affre du supplice,

Jette sa victime au courant

Qui fuit, pleurant ?…

 

Moi, je te sais innocent, Fleuve !

Prolonge ton murmure amer

Jusqu’à la mer !

À ton cours un peuple s’abreuve…

Mais l’enfant mord le sein maigri

Qui l’a nourri !

 

Paris ingrat qui te bafoue

Ne songe point — le gueux pervers —

Que tes flots verts

Lavent son front taché de boue,

Et daignent blanchir, en passant,

Ses mains de sang !

 

Novembre 1883.

 

Stanislas de Guaita, Rosa Mystica, Alphonse Lemerre, éditeur, 1885 (p. 247-249).

 

 

AUTEUR : DE GUAITA, Stanislas

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : DANS / AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

– se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-meurtre

-la Seine putride

Les inconnues de la seine, Frédérique molay, 2018

Résultat de recherche d'images pour "frédérique molay les inconnues de la seine"Tous droits réservés.®

Dans Les inconnues de La Seine (2018) de Frédérique Molay, le commissaire Nico Sirsky, chef de la brigade criminelle de Paris et ses hommes doivent faire face à un tueur en série. Ils découvrent le corps d’une jeune femme, jetée dans le fleuve, la Seine : 

“Nico emprunta la rive gauche jusqu’à l’entrée du port industriel, puis descendit vers le fleuve et les cimenteries.”

[…]

“Un plus loin sur la berge, un agent montait la garde auprès d’une bâche de protection qui recouvrait la victime.”

[…] 

” – Puisque la Seine entre dans Paris depuis les 12e et 13e arrondissements, pour en sortir par les 15e et 16e, cela signifie que le corps a pu être balancé en proche banlieue, plus à l’est, avant de venir s’empêtrer dans cette péniche, précisa le lieutenant d’Almeida.”

Frédérique Molay , Les inconnues de la Seine : une enquête de Nico Sirsky. Thomas & Mercer, 2018, p. 353. 

Un fauteuil sur la Seine, Amin maalouf, 2016

Résultat de recherche d'images pour "amin maalouf un fauteuil sur la seine"Tous droits réservés.®

Sur les bords de la Seine, Amin Maalouf, l’auteur du roman Un fauteuil sur la Seine, nous raconte et nous fait redécouvrir l’histoire de la France et notamment la vie de 18 personnages qui se sont succédé au 29e fauteuil de l’Académie française depuis 1634. Il nous raconte l’histoire de divers rois, cardinaux, mais aussi d’auteurs comme Hugo en nous faisant parcourir la Seine :

[…]

“Huit jours après avoir prononcé cette harangue, l’académicien se noyait dans la Seine. Il avait quarante ans.”

[…]

“L’accident qui lui coûta la vie eut lieu près de Paris, à Charenton, le samedi 29 mai 1635. Bardin s’est comporté ce jour-là de manière impulsive, et passablement irréfléchie. Mais avec générosité, et même, pourrait-on dire, avec héroïsme. C’est ainsi, en tout cas, qu’il fut jugé à son époque, comme en témoigne un ouvrage de ce temps-là, d’auteur anonyme, intitulé De la prudence ou des bonnes règles de la vie : “Si l’on veut parler des hommes qui ont employés leurs vies pour ceux qu’ils aiment en d’autres occasions que les combats, je n’en vois point de plus bel exemple que celui du sieur Bardin, un des savants hommes de notre siècle. Étant précepteur du marquis d’Humières en sa jeunesse, il avait tant de soin de la conservation de sa personne qu’il ne l’abandonnait en aucun lieu. Comme il pris envie un jour au marquis de s’aller baigner dans la rivière de Seine près de Charenton, Bardin fut de la partie, mais le marquis s’aventura tellement qu’il se trouva en un endroit fort dangereux.”

Amin Maalouf, Un fauteuil sur la Seine : quatre siècles d’histoire de France, Grasset, 2016, p.336. 

Clepsydre sur Seine, Bertrand Puard, 2019

Alors qu’Ewan Lahuppe découvre sur ses écrans radars un microscopique village nommé Heurteauville aux abords de l’abbaye de Jumièges, son père décide d’aller s’y installer avec toute sa famille. Perdu au milieu de nulle part, une communauté scientifique et de nombreux milliardaires s’y cachent, ils découvrent alors un gisement de cristaux de temps piégé dans des dépôts alluvionnaires de la Seine. Son père Antoine tente de convaincre son fils :

 

— Nous en avons déjà discuté des dizaines de fois, Ewan, dit Claude en s’agenouillant devant son fils. Tu me parles toujours du négatif, sans voir tout ce que nous allons gagner à vivre là-bas. Et toi qui aimes tant les mystères et les légendes, tu seras servi avec l’abbaye de Jumièges qui se situe de l’autre côté de la Seine… Fais-moi confiance, fils, je t’assure que tu seras heureux là-bas… Si je pensais le contraire, je ne vous aurais pas fait venir, Marie, Chloris et toi, et nous aurions continué à vivre séparés, même si cette situation nous rendait tous tristes. Et pour ce qui est de tes copains parisiens que tu vas laisser derrière toi, eh bien ils viendront chez nous prendre le bon air normand le week-end…

 

Bertrand Puard, Clepsydre sur Seine, Editions du Rocher, 2019, p.2