Archives par mot-clé : Au bord

Alfred Capus, Qui perd gagne, 1900

Qui perd gagne est un récit d’aventure qui a été écrit par Alfred Capus et publié en 1900. Dans cet extrait, un couple parisien décide d’emménager dans une maison située à la campagne, non loin de Mantes et en aval de la Seine. La vie au bord du fleuve attire ainsi ces personnages qui viennent s’installer près de la Seine et qui pourront profiter du paysage ainsi que de plusieurs activités comme le canotage.

<<— Si ça marche encore un peu, lui dit-elle, nous louerons quelque chose sur le bord de la Seine, pendant les grandes chaleurs. Il n’y a rien à faire à Paris, à ce moment-là, et la vie sera plus économique. >>

[…]

<< On leur indiqua, à quatre kilomètres de Mantes, en aval de la Seine, une maison de campagne qui était en location. Ils allèrent la visiter le dimanche suivant. On l’appelait la Maison Verte ; elle appartenait à un peintre qui, ayant été décoré au dernier Salon, devait passer l’été dans des villes d’eaux. Le propriétaire la louait toute meublée. Il y avait, en bas, la cuisine, la salle à manger et une autre petite pièce ; en haut, trois chambres et l’atelier, éclairé par une large baie d’où l’on apercevait la Seine. Le jardin s’étendait jusqu’aux bords du fleuve et contenait un verger, un potager et une tonnelle sous laquelle on pouvait déjeuner. Farjolle déclara que le paysage était beau. En leur montrant la tonnelle, le jardinier leur dit :

— Monsieur l’a mise dans le tableau qui lui a valu la croix de la Légion d’honneur.

Il insista sur les légumes.

— Il y en a pour toute la saison. Monsieur n’en achetait jamais à la ville.

— Ce sera une rude économie, fit observer Farjolle à sa femme.

Emma admira un grand carré de salades. La vue d’un cerisier où plusieurs cerises commençaient à mûrir, les décida. Farjolle accepta le prix : quinze cents francs pour la saison. De plus, les gages du jardinier qu’ils gardèrent à leur service.

— Voici l’adresse de Monsieur, à Paris.

— J’irai le voir demain et nous emménagerons dans huit jours.

Ils visitèrent encore la maison, puis descendirent le jardin jusqu’à la Seine. Au bout de l’allée un ponton servait à amarrer deux canots, compris dans la location, un gros, ventru et court, où l’on était très à son aise, et un plus mince pour la course.

Farjolle n’osa pas monter avec Emma dans celui-ci, « parce que, dit-il, les costumes de ville ne sont pas commodes pour ramer ». Le jardinier leur fit faire une petite promenade dans l’autre. Emma se mouilla en embarquant, ce qui lui causa une véritable joie. >>

Alfred Capus, Qui perd gagne, Librairie Paul Ollendorff, 1900, p.55 et p.141-143

AUTEUR  :  Alfred Capus
ŒUVRE  : Qui perd gagne
GENRE  : Récit d’aventure
ÉPOQUE  : XXe
LIEU  : Mantes

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Loisirs

THÉMATIQUE 3  : SEINE A LOISIRS

-Canoter

Guy de Maupassant, Mouche, 1890

Mouche est une nouvelle issue de L’Inutile Beauté qui a été écrite par Guy de Maupassant et publiée en 1890. Dans le texte ci-dessous, le personnage qui prend la parole exprime son affection pour la Seine. Il remarque dans un premier temps que le fleuve est putride, ce qui ne l’empêche tout de même pas d’y être attaché. Il évoque ensuite plusieurs souvenirs  qui lui sont positifs comme les promenades autour du fleuve, la vision du paysage à différents horaires ou encore les soirées et les aventures qu’il a pu expérimenter avec ses amis.

<< Il nous dit :

En ai-je vu, de drôles de choses et de drôles de filles aux jours passés où je canotais. Que de fois j’ai eu envie d’écrire un petit livre, titré « Sur la Seine », pour raconter cette vie de force et d’insouciance, de gaieté et de pauvreté, de fête robuste et tapageuse que j’ai menée de vingt à trente ans.

J’étais un employé sans le sou ; maintenant, je suis un homme arrivé qui peut jeter des grosses sommes pour un caprice d’une seconde. J’avais au cœur mille désirs modestes et irréalisables qui me doraient l’existence de toutes les attentes imaginaires. Aujourd’hui, je ne sais pas vraiment quelle fantaisie me pourrait faire lever du fauteuil où je somnole. Comme c’était simple, et bon, et difficile de vivre ainsi, entre le bureau à Paris et la rivière à Argenteuil. Ma grande, ma seule, mon absorbante passion, pendant dix ans, ce fut la Seine. Ah l la belle, calme, variée et puante rivière pleine de mirage et d’immondices. Je l’ai tant aimée ; je crois, parce qu’elle m’a donné, me semble-t-il, le sens de la vie. Ah l les promenades le long des berges fleuries, mes amies les grenouilles qui rêvaient, le ventre au frais, sur une feuille de nénuphar, et les lis d’eau coquets et frêles, au milieu des grandes herbes fines qui m’ouvraient soudain, derrière un saule, un feuillet d’album japonais quand le martin-pêcheur fuyait devant moi comme une flamme bleue ! Ai-je aimé tout cela, d’un amour instinctif des yeux qui se répandait dans tout mon corps en une joie naturelle et profonde.

Comme d’autres ont des souvenirs de nuits tendres, j’ai des souvenirs de levers de soleil dans les brumes matinales, flottantes, errantes vapeurs, blanches comme des mortes avant l’aurore, puis, au premier rayon glissant sur les prairies, illuminées de rose à ravir le cœur ; et j’ai des souvenirs de lune argentant l’eau frémissante et courante, d’une lueur qui faisait fleurir tous les rêves.

Et tout cela, symbole de l’éternelle illusion, naissait pour moi sur de l’eau croupie qui charriait vers la mer toutes les ordures de Paris.

Puis quelle vie gaie avec les camarades. Nous étions cinq, une bande, aujourd’hui des hommes graves ; et comme nous étions tous pauvres, nous avions fondé, dans une affreuse gargote d’Argenteuil, une colonie inexprimable qui ne possédait qu’une chambre-dortoir où j’ai passé les plus folles soirées, certes, de mon existence. Nous n’avions souci de rien que de nous amuser et de ramer, car l’aviron pour nous, sauf pour un, était un culte. Je me rappelle de si singulières aventures, de si invraisemblables farces, inventées par ces cinq chenapans, que personne aujourd’hui ne les pourrait croire. On ne vit plus ainsi, même sur la Seine, car la fantaisie enragée qui nous tenait en haleine est morte dans les âmes actuelles. >>

Guy de Maupassant, Mouche, L’Inutile Beauté, Louis Conard, libraire-éditeur, 1908, p.99-101

 

AUTEUR  :  Guy de Maupassant
ŒUVRE  : L’Inutile Beauté
GENRE  : Nouvelle
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Argenteuil

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-canoter

-se promener

-restaurants et guinguettes

-loisirs

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-la Seine putride

 

 

Alphonse Allais, Pour cause de fin de bail, 1899

Le livre Pour cause de fin de bail a été écrit par Alphonse Allais et publié en 1899. Dans cet ouvrage, le texte Légère modification à apporter dans le cours de la Seine aborde le principal problème lié à la Seine qui est l’hygiène du fait que le fleuve soit contaminé par les égouts et impacte également la propreté de la ville de Paris. Dans ce texte, l’auteur décrit plusieurs solutions qui pourraient être mises en place pour résoudre le problème posé au début de l’extrait ainsi que les réactions que ses propositions ont pu susciter.

LÉGÈRE MODIFICATION À APPORTER DANS LE COURS DE LA SEINE

<< L’hygiène de notre capitale au cours des hautes températures, provoquées par l’été, est, au dire des meilleurs connaisseurs, déplorable en tous points, déplorable, déplorable…

Un des facteurs les plus importants de cet affligeant état de choses consiste en la traversée de Paris par la Seine (la malseine, comme dit notre vaillant maître Aurélien Scholl).

Contaminée par les égouts, dès son entrée dans Paris, la rivière charrie les miasmes les plus putrides, les brouillards les plus pernicieux avec, brochant sur le tout, un petit fumet de bouillon de culture peu piqué des hannetons.

Il y a longtemps que j’ai proposé la suppression radicale de cet inconvénient, et combien simple !

1º Établir à Charenton un barrage qui prohibe à la Seine son entrée dans Paris ;

2º Diviser le fleuve en deux courants qu’on canalisera dans les fossés des fortifications (élargis au besoin) ;

3º Réunir au Point-du-Jour ces deux courants qui, à partir de ce moment, reprendront en commun leur ancien cours.

Les avantages que présenterait la réalisation de ce projet sont innombrables et, peut-être même, incalculables.

D’abord, assainissement de Paris.

Ensuite, importance énorme et plus-value données à toute cette zone inutile, ridicule et périphérique qui enserre les fortifs.

Et puis (c’est là le clou charmant de l’entreprise), quel parc miraculeux, unique au monde, ce serait pour Paris que celui qu’on pourrait ainsi créer dans le lit abandonné de la Seine, depuis Charenton jusqu’à Auteuil !

Sans compter qu’en cas de siège, ce parc servirait à la culture de mille céréales et autres légumes nutritifs, ainsi qu’à la pâture de toutes sortes de bestiaux alimentaires.

Je vous entends d’ici, les gros malins, ricaner et me foudroyer de votre objection :

— Et les égouts ? Les ferez-vous couler dans votre magnifique parc, cher monsieur Allais ? Eh bien, alors, il sera chouette, votre magnifique parc, et parfumé !

Calmez-vous, bonnes gens, calmez-vous.

Rien de ce qui est humain ne saurait me demeurer étranger, même la question des égouts.

Loin d’être une nuisance, les égouts de Paris, dans mon nouveau projet, joueront un rôle décoratif, d’agrément et de charme.

Connaissez-vous ces filtres au charbon qui transforment le barbotage le plus nauséeux en onde cristalline ?

Voilà ce que j’utiliserai (en plus grand, naturellement).

Je filtrerai les égouts et j’amènerai l’eau claire ainsi obtenue dans de gracieux ruisselets au doux murmure, émaillés de coquettes rocailles.

Si ces messieurs des ponts et chaussées veulent se mettre, dès lundi prochain, à l’ouvrage, le travail pourra se trouver terminé au jour de l’ouverture de l’Exposition, en 1900.

Oui, mais voilà, la routine, les bureaux !… >>

Alphonse Allais, Pour cause de fin de bail, édition de la Revue Blance, 1899, p.279-282

 

AUTEUR  : Alphonse Allais
ŒUVRE  : Pour cause de fin de bail
GENRE  : Recueil de nouvelles
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Paris

STRATE  : AU BORD / DANS

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Industrie

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-La Seine putride

Il pleut sur la Seine-Maurice Carême

Poème écrit par Maurice Carêmepoète et écrivain belge de langue française. Venant d’une série de 25 poèmes mis en musique dans un cd-livre et chanté par Domitille, ces poèmes regroupent l’imaginaire et les émotions de l’enfance.

« Depuis des semaines,

Il pleut sur la Seine.

Assis sur un banc,

Je chante pourtant

La faridondaine.

Pourquoi m’en ferais-je ?

Qu’il pleuve ou qu’il neige,

J’écoute mon cœur.

Comme moi, il aime

Chanter dans la pluie

De vieilles rengaines

Où il pleut ainsi

Depuis des semaines;

Où il pleut aussi

Au bord de la Seine. »

Il pleut sur la Seine-Maurice Carême

Interprété par Domitille.

Ecoute: https://www.youtube.com/watch?v=LkFxRlAwK4E

 

Front de Seine-Jacques Charpentreau

 Jacques Charpentreau est un poète français, nouvelliste, romancier et écrivain en prose. L’auteur met en lumière la Seine dans un poème condamnant la «réification» du fleuve.

« La Seine a mal au front

Ah! Ce n’est pas de veine

Il lui vient des bétons

De Javel à Grenelle

C’est comme une éruption

Une fièvre malsaine

C’est bête le béton

ça entête la Seine

Car ses démangeaisons

Lui donne la migraine

Bêtise du béton

Malaise de la Seine

Dans son lit de son long 

Elle cache sa peine

Sa honte des bétons

Soyer bon avec elle

La Seine a mal au front. »

Front de Seine-Jacques Charpentreau  » Paris des enfants « 

 

 

 

Le crapaud-Robert Desnos

Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et rejoint en 1922 l’aventure surréaliste. Son œuvre comprend un certain nombre de recueils de poèmes publiés de 1923 à 1943 avec des  textes sur l’art, le cinéma ou la musique, regroupés dans des éditions posthumes.

« Sur le bord de la Marne,

Un crapaud il y a,

Qui pleure à chaudes larmes

Sous un acacia.

-Dis-moi pourquoi tu pleures

Mon joli crapaud ?

-C’est que j’ai le malheur

De n’être pas beau.

Sur les bords de la Seine

Un crapaud il y a,

Qui chante à perdre haleine

Dans son charabia

-Dis-moi pourquoi tu chantes

Mon vilain crapaud ?

-Je chante à voix plaisante.

Car je suis très beau,

Des bords de la marne aux bords de la Seine

Avec les sirènes. »

Le Crapaud-Robers Desnos




LA FÊTE DE PARIS-HEMINGWAY-1964

La Fête de Paris (A moveable feast) est un récit autobiographique d’Ernest Hemingway. écrit entre 1957 et 1960, l’auteur témoigne de sa première année d’écrivain  à Paris dans les années 1920, un jeune journaliste qui abandonne son travail et tente d’écrire pour gagner sa vie. Lui et sa charmante épouse Hadley Richardson en arrivant dans la capitale française

Les gens de la Seine

À la pointe de l’île de la Cité, au-dessous du Pont-Neuf, où se trouvait la statue d’Henry IV, l’île finissait en pointe comme l’étrave aiguisée d’un navire, et il y avait là un petit parc, au bord de l’eau […] et dans les trous et les remous qu’engendrait le mouvement de l’eau contre les rives, il y avait d’excellents coins pour la pêche. […]

Les endroits poissonneux changeaient selon le niveau du fleuve, et les pêcheurs utilisaient de longues cannes mises bout à bout […] Ils attrapaient toujours quelque chose et faisaient souvent de forts bonnes pêches de goujons. Ceux-ci se mangent frits, tout entiers, et je pouvais en dévorer des platées. Leur chair était tendre et douce, avec un parfum meilleur encore que celui de la sardine fraîche, et pas du tout huileuse, et nous les mangions avec les arêtes, sans rien en laisser.
L’un des meilleurs endroits, pour en manger, était un restaurant en plein air, construit au-dessus du fleuve, dans le Bas-Meudon. Nous y allions quand nous avions de quoi nous payer un petit voyage hors du quartier. On l’appelait « La Pêche miraculeuse » et l’on y buvait un délicieux vin blanc qui ressemblait à un muscadet. Le cadre était digne d’un conte de Maupassant, et l’on y avait une vue sur le fleuve, comme Sisley en a peint. 

People of the Seine

At the head of the Ile de la cité below the Pont Neuf where there was the statue of Henri Quatre, the island ended in a point like the sharp bow of a ship and there, huge and spreading, and in the currents and backwaters that the Seine made flowing past, there were excellent places to fish.

You went down a stairway to the park and watched the fishermen there and under the great bridge. The good spots to fish changed with the height of the river and the fishermen used long,  jointed, cane poles but fished with very fine leaders and light gear and quill floats and experty baited the piece of water that they fished. They alway caught some fish, and often they made excellent catches of the dace-like fish that were called goujons. They ware delicious fried whole and I could eat a plateful. They were plomp and sweaet-fleshed with a finer flavour than bones and all. And were not at all oily, and we ate them bones and all. One of the best places to eat them was at an open-air restaurant built out over the river at Bas Meudon where we would go when we had money for a trip away from our quarter. It was called La Pêche Miraculeuse and has a spendid white wine that was a sort of muscadet. It was a place out of a Maupassant story with the view over the river as Sisley had painted it.

Ernest HEMINGWAY, Paris est une fête, Traduit par Marc Saporta, Paris, Gallimard, 1964. Citation extraite du volume Folio, 1993, p. 58

 

Denis Diderot, L’Encyclopédie, 1re éd, 1751

L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts est des métiers est une encyclopédie française qui a été dirigée par Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert et dont la première édition a été publiée en 1751.

L’article ci-dessous porte sur les << bachoteurs >> au XVIIIème siècle ; il décrit en quoi consiste leur métier, quelles sont les différentes conditions et les condamnations auxquelles ils peuvent faire face en cas de non-respect des règles.

 

<< * BACHOTEURS, sub. m. (Police.) ce sont des bateliers occupés sur les ports de Paris & en autres endroits des rives de la Seine, à voiturer le public sur l’eau & dans des bachots au-dessus & au-dessous de la ville. Ils sont obligés de se faire recevoir à la ville : ils ne peuvent commettre des garçons à leur place : leurs bachots doivent être bien conditionnés. Il leur est defendu de recevoir plus de seize personnes à la fois ; leurs salaires sont réglés ; ils doivent charger par rang ; cependant le particulier choisit tel bachoteur qu’il lui plaît. Ils sont obligés d’avoir des numeros à leurs bachots. Un officier de ville fait de quinze en quinze jours la visite des bachots ; & il est détendu aux femmes & aux enfans des bachoteurs de se trouver sur les ports. On paye par chaque personne quatre sous pour Seve & S. Cloud ; deux sous pour Chaillot & Passy ; deux sous six deniers pour Auteuil ; & ainsi à proportion de la distance, & à raison de deux sols pour chaque lieue, tant en descendant qu’en remontant. Le bachoteur convaincu d’avoir commis à sa place quelqu’homme sans expérience, ou d’avoir reçu plus de seize personnes, est condamné pour la premiere fois à cinquante livres d’amende, confiscation des bachots, trois mois de prison ; il y a punition corporelle en cas de récidive & exclusion du bachotage. C’est au lieutenant de police à veiller que les bachoteurs ne se prêtent à aucun mauvais commerce. Il leur est enjoint par ce tribunal de fermer leurs bachots avec une chaîne & un cadenat pendant la nuit.>>

Denis Diderot, L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1re éd, texte établi par D’Alembert, Diderot, 1751 (Tome 2, p.8).

AUTEUR  :  Denis Diderot
ŒUVRE  : Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.
GENRE  : Encyclopédie
ÉPOQUE  : XVIII
LIEU  : Paris

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-métiers

-transporter

Ernest Renan, Lettres du séminaire (1838-1846)

Cette lettre a été écrite par Ernest Renan à Gentilly, le 25 juillet 1840. Il  s’adresse à sa mère et lui fait part de ses promenades qui se sont déroulées pendant ses vacances. L’auteur y écrit qu’il a choisi de longer la Seine pour se rendre à Saint-Cloud après être allé à Suresnes. Il décrit par la suite le déroulement de la rencontre inattendue qu’il a eu avec le roi au cours de son voyage ainsi que l’impression qu’il en a eu avant de reprendre son trajet, de manger au bord du fleuve et de visiter le village de Sèvres.
 
 

XV

Gentilly, 25 juillet 1840.
<< Très chère et très bonne maman,

Je ne sais pourquoi, depuis que je suis en vacances, j’aime surtout à penser à vous. C’est sans doute parce que mon esprit libre de tout souci se porte naturellement vers ce qu’il aime, ou que mon cœur a besoin de vous voir ce qu’il y a de bien sûr, c’est que mon plus grand plaisir est de penser à vous, et surtout de recevoir de vos lettres. Écrivez-moi souvent, je vous en supplie, très chère maman, c’est mon plus grand bonheur, ne me le refusez pas.

Du reste, bonne et chère maman, je m’amuse beaucoup, grâce aux soins de tous ces messieurs, qui prennent toutes les peines du monde pour nous procurer quelque délassement. Nous avons fait trois grandes promenades du plus grand intérêt. La première, qui a été la moins considérable, a eu pour but le château de Vincennes, cette antique demeure de Saint-Louis. Mais ce qui nous a surtout intéressés, c’est l’exercice d’artillerie dont nous avons été témoins, car derrière le château se trouve un très beau parc d’artillerie. Rien de plus intéressant que de voir ainsi faire l’exercice au boulet ce que nous avons vu peut nous donner une parfaite idée d’un siège aussi y sommes-nous retournés une seconde fois. La seconde promenade nous a encore plus enchantés par son extrême variété. Partis à cinq heures du matin, nous nous sommes d’abord rendus au bois de Boulogne, où nous avons déjeuné sous l’ombrage. Le bois de Boulogne est célèbre par le nombre de ses promeneurs. Aussi à chaque porte du Bois y a-t-il un grand nombre de chevaux pour la commodité des personnes qui veulent y faire des cavalcades. On nous a procuré ce plaisir, et les uns montés sur des chevaux, les autres sur de plus humbles montures (des ânes) nous voilà trottant, galopant à travers les allées de la forêt. Moi-même, ma chère maman, je montais un coursier, mais rassurez-vous, il n’y avait rien à craindre, car vous sentez que ce ne sont pas les chevaux les plus fringants que l’on met ainsi aux portes du bois de Boulogne. De là nous nous sommes rendus au petit village de Suresnes, où nous avons passé la Seine. Ce petit village est situé au pied du Mont-Valérien que nous n’avons pu visiter, car il faut pour cela un billet du ministre, et nous n’avions pas songé à nous en procurer. Nous nous contentâmes donc de côtoyer la Seine qui devait nous mener jusqu’à Saint-Cloud, mais voici le plus bel incident de la promenade. Déjà nous avions remarqué sur la route plusieurs piquets de gendarmerie, plusieurs soldats qui allaient et venaient à cheval. Tout à coup nous entendons partir d’une bouche ce mot Le roi va passer. Et en effet après avoir attendu une heure environ, nous avons vu dans le lointain un nuage de poussière ; c’était la voiture du roi qui allait de Neuilly à SaintCloud. Le roi a une figure assez bonne et surtout très fine, mais il m’a semblé très vieux. Du reste rien de plus ressemblant que son effigie sur les monnaies ; à cela seul on pourrait le reconnaître. Une réflexion m’a frappé en le voyant ainsi réduit à ne pouvoir se promener qu’en voiture, très rapidement, entouré et suivi d’une escorte : c’est qu’un roi de France ne puisse pas seulement se promener tranquillement comme un de ses sujets, de peur des attentats. Voilà un triste sort, et un triste peuple à conduire ! La suite n’est pas très brillante et n’a pas la majesté des anciennes cours. J’ai été bien content d’avoir vu le roi parce qu’après tout c’est un personnage historique dont on parle et dont on parlera beaucoup, et qu’il faut respecter, ou, au moins, la place qu’il occupe, soit justement soit injustement. Aussi Alfred Foulon et moi, nous indignions-nous de voir la majesté royale ainsi avilie et méconnue parmi la nation française, autrefois si fidèle à son roi.

Telles étaient nos réflexions sur les bords de la Seine mais continuons notre route vers Saint-Cloud. Après avoir dîné sous ses charmants ombrages, nous allons visiter la charmante manufacture de Sèvres, d’où sortent ces merveilleuses porcelaines, que les souverains seuls peuvent acheter, tant elles sont précieuses. J’y ai vu des ouvrages d’une délicatesse, d’un fini incroyable. Un petit tableau en porcelaine long tout au plus de trois pieds, large de deux pieds, est estimé cinquante mille francs. Je n’en finirais pas, si je voulais vous faire l’énumération de toutes les pièces curieuses que j’y ai vues, et tout ce que je pourrais vous en dire, ne pourrait guère vous en donner une idée. Les belles terrasses de Meudon ont, après Sèvres, attiré nos pas, et de là nous sommes revenus à Gentilly ; il était onze heures du soir, quand nous nous sommes couchés. >>

Ernest Renan, Lettres du séminaire (1838-1846), Calmann-Lévy, 1902, (p.105-109)

 

AUTEUR  :  Ernest Renan
ŒUVRE  : Lettres du séminaire (1838-1846)
GENRE  : Correspondance
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Suresne / Saint-Cloud / Sèvres

STRATE  : AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS

-se promener

Victor Hugo, œuvres complètes de Victor Hugo En voyage, tome II, 1910

Dans cette lettre qui a été écrite à Elbeuf, le 10 septembre 1837, Victor Hugo fait part à sa femme, Adèle Foucher, de son voyage dans plusieurs villes et villages en Normandie. Il lui décrit le trajet qu’il a parcouru, les différents endroits qu’il a visité et insiste sur leur beauté. Victor Hugo a pu voyager sur la Seine entre la ville du Havre et Elbeuf. Il a également pu admirer les bords de la Seine ainsi que son flux au cours de son voyage.
 
 
Elbeuf, 10 septembre, 9 heures du soir.
 

<< Je me hâte, chère amie, de finir cette lettre. De Dieppe je suis allé au Havre, et du Havre je suis descendu jusqu’à Elbeuf par le bateau à vapeur. C’est un beau couronnement à mon voyage que ces admirables bords de la Seine.

Ce matin à quatre heures le bateau sortait du Havre. La mer était houleuse, il faisait encore nuit ; au point du jour nous atteignions Honfleur et au soleil levant Quillebœuf. À midi nous étions à Rouen.

Je n’avais encore vu le cours de la Seine que par la route de terre. Le papier me manque pour te dire combien c’est beau, je te le dirai de vive voix à Paris. Par moments il y a des petites falaises qui imitent les grandes et des petites vagues qui copient les grosses. Ils ont aussi, vers Tancarville, des petites tempêtes et de grands naufrages. Pendant des lieues les collines, hautes et escarpées, ont des ondulations gigantesques. On croirait côtoyer des fosses de Titans.

Je t’ai déjà dit, dans mes autres voyages, combien Rouen est admirable, je ne t’en reparlerai donc pas. J’ai revu Villequier, Caudebec, la Meilleraye. Il y avait un singe dans le bateau, ce qui fait que personne n’a regardé Jumièges.

La sortie de Rouen est magnifique. On longe une série de quinze à vingt énormes collines qui s’enchaînent comme des vertèbres. Tout ce chemin par eau jusqu’à Elbeuf est merveilleux. Il y a ici deux églises, Saint-Jean et Saint-Étienne, fort dégradées. Saint Jean plus encore que Saint-Étienne. Dans toutes deux de beaux vitraux. Dans Saint-Étienne j’en ai remarqué un qui est superbe et qui porte cette inscription : « En l’an mil cinq cent vingt et trois, Pierres Grisel et Marion sa femme on donné cette verrière. Priés Dieu pour leurz âmes. » Au-dessus sont peints les donateurs, Pierre Grisel dans son digne costume d’échevin, accompagné de son fils, tout jeune enfant, et, dans l’autre panneau, sa femme avec ses trois filles. Marion est charmante. — La verrière représente la généalogie de la Vierge, sujet qui est pour les vitraux ce que la descente de croix est pour les tableaux, une chose souvent traitée et presque toujours réussie. — Je ne sais quel architecte stupide a mis aux vieux piliers de Saint-Étienne des couronnes de marquis en guise de chapiteaux.

Il y a encore quelques vieilles maisons dans Elbeuf, entre autres une boucherie à côté de ma fenêtre. Mais les manufactures prospèrent trop pour que les anciennes maisons ne fassent pas place à des maisons blanches dignes d’un siècle de lumière où le plâtre est en honneur.

Je pars demain pour Louviers. Je finis ma lettre en t’embrassant bien tendrement, mon Adèle. Dis bien à ma chère petite Didine que dans quatre jours je serai près de vous. Dis-le bien à tous. >>

Victor Hugo, Œuvres complètes de Victor Hugo En voyage, tome II, texte établi par G. Simon, Librairie Ollendorff, 1910, p.146-147

AUTEUR  : Victor Hugo
ŒUVRE  : Œuvres complètes de Victor Hugo En voyage
GENRE  : Correspondance
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Elbeuf

STRATE  :
AU BORD / SUR

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR
-se promener

-traverser la Seine

-naviguer

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS
-se promener

-plaisirs

Jacques-Imbert Galloix, Les Rêves du passé, 1834

Poésies est un recueil de poésie classique qui a été écrit par Jacques-Imbert Galloix et publié en 1834. Le poème du recueil qui est cité ci-dessous, intitulé Les Rêves du passé, porte sur l’absence des rêves qui, dans le passé, animaient le poète. La disparition de ces rêves est caractérisée par l’opposition du passé, associé au printemps, à l’été et du présent, associé à l’hiver. Dans cet extrait, la Seine est évoquée à la fin de l’avant dernière strophe. Les rives de ce fleuve est associé au présent et ne représente donc pas un endroit qui pourrait soulager la peine du poète.

 

Les Rêves du passé

 

<< Alors les fleurs croissaient dans la verte prairie,
Dans un ciel glorieux triomphait le soleil.
Des songes printanniers erraient dans mon sommeil,
Le ciel n’était pas froid, l’eau n’était pas tarie.
Alors… Mais aujourd’hui tout est morne et glacé ;
Le cœur est desséché, la nature est flétrie !
Où sont les rêves du passé ?


Soleil, tu nous rendras tes splendeurs matinales ;
Astres, vaisseaux du ciel, vous voguerez encor,
Jours d’azur de juillet, verts coteaux, moisson d’or,
Horizon du Léman, vieux monts, Alpes natales,
Comme un aveugle errant, je voudrais vous revoir.
Ô mes jours de bonheur ! ô mes jeunes années !
Entre nous dès long-temps l’adieu s’est prononcé.
J’aime à voir, triste et seul, pâlir mes destinées
Avec les rêves du passé.

Pressy, riant village, asile solitaire,
Le plus cher à mes vœux, le plus doux de la terre,
Sous tes arbres en fleurs n’irai-je plus rêver ?
Blancs rochers du Salève, où j’ai caché des larmes,
Genève si chérie et si pleine de charmes,
N’irai-je pas vous retrouver ?

Hélas ! depuis long-temps je végète et je pleure ;
Depuis long-temps, hélas ! je redis d’heure en heure :
« Encore une heure de malheur ! »

Mais les cieux paternels abritaient mieux ma peine ;
Et l’étranger n’a pas, aux rives de la Seine,
D’asile pour les maux du cœur.

Aux rives de mon lac je croyais à la gloire ;
D’avenir et d’espoir l’amour m’avait bercé.
L’amour ! — Je n’y crois plus. Mon cœur est délaissé ;
La gloire me dédaigne… Oublie, ô ma mémoire,
Les tristes rêves du passé ! >>

Jacques-Imbert Galloix, Poésies, Cherbuliez, 1834, p.189-191

AUTEUR  : JACQUES-IMBERT Galloix
ŒUVRE  : Poésies
GENRE  : Poésie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Hors lieux

STRATE  :
AU BORD

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS
-se promener

 

Louis-Laurent Simonin, Les Grands Ports de commerce de la France, 1878

Les Grands Ports de commerce de la France a été écrit par Louis-Laurent Simonin et publié en 1878. Cet ouvrage, qui porte sur les différents ports commerciaux français est divisé en quatre parties ; la première partie concerne Marseille et le golfe de Lyon, la deuxième partie concerne Bordeaux et le bassin de la Gironde, la troisième partie porte sur Nantes et la bassin de la Loire et la dernière partie porte sur Le Havre et le bassin de la Seine. L’extrait, qui est issu de la quatrième partie aborde la construction du port du Havre qui est situé à l’embouchure de la Seine, le choix de ce lieu et de ses avantages ainsi que le début des échanges commerciaux qui avaient lieu sur le fleuve.

<< En 1516, il y avait à l’embouchure de la Seine, sur la rive droite, une humble chapelle dédiée à Notre-Dame-de-Grâce ; à côté, un hameau de pêcheurs et un petit port appelé l’Eure (ora, rivage), où avaient jadis existé des salines. Les apports du fleuve ensablaient ces parages et les exhaussaient peu à peu. Cependant on y voyait une sorte de crique qui pénétrait dans l’intérieur des terres. François Ier eut l’idée de tirer parti de cette passe naturelle et de construire là un port « pour y recueillir, loger et maréer les grands navires tant du royaume que aultres des alliés. » Le lieu était plus à proximité, beaucoup plus accessible de Paris que les ports de Saint-Malo, de Dieppe, de Dunkerque, que la France occupait ou avec lesquels elle commerçait dans la Manche. L’endroit semblait aussi mieux choisi, l’atterrissage plus sûr et plus profond qu’à Harfleur et Honfleur, deux havres très anciens que les sables de la Seine menaçaient de combler, mais qui avaient eu et avaient même encore leurs jours de gloire. Le premier, « port souverain de Normandie, » était situé sur la rive droite, le second sur la rive gauche du fleuve, et ils semblaient en garder tous les deux l’embouchure, de part et d’autre du vaste estuaire qu’il forme en arrivant à la mer. Quant au port de Rouen, il manquait aussi de profondeur, et il était situé beaucoup trop avant sur la Seine. De tout temps, toutes ces localités avaient été adonnées au trafic de la mer. Harfleur existait dès l’époque romaine, peut-être dès l’époque gauloise. Il était très florissant au temps de Guillaume le Conquérant, qui préféra cependant partir de Dieppe pour sa descente en Angleterre. Sous les premiers Capétiens, les Castillans, les Pisans, venaient y trafiquer. Le cap de la Hève, que l’on éclairait la nuit, leur signalait l’embouchure de la Seine. Les Castillans apportaient à Harfleur du vin et du blé d’Espagne, de la cire, du sel (les salines de l’Eure avaient disparu), du cuir de Cordoue, — les Pisans les soies et les draps de Florence. Ces marchands rapportaient entre autres choses des laines et des toiles. Au commencement du XVIe siècle, ce commerce s’agrandit singulièrement, […]. >>


Louis-Laurent Simonin, Les Grands Ports de commerce de la France, Revue des Deux Mondes, 3e période, tome 25, 1878, p.834.

AUTEUR  : LOUIS-LAURENT SIMONIN
ŒUVRE  : Les Grands Ports de commerce de la France
GENRE  : Géographie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Le Havre

STRATE  :
SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 2  : FAIRE EN SEINE
-Commercer
-Transporter

Jean Giraudoux, La première disparition de Jérôme Bardini, 1926

Le récit La Première Disparition de Jérôme Bardini a été écrit par Jean Giraudoux et publié en 1926. Dans cet extrait, le protagoniste Jérôme Bardini met en œuvre un plan auquel il avait beaucoup réfléchi qui est de feindre sa propre disparition pour quitter son quotidien et vivre d’une toute autre manière.

<< Bardini avait mûri depuis si longtemps son projet qu’il agit comme en hypnose. Sans chapeau, il était obligé de répondre par des sourires ou des signes aux épiciers, à la notairesse, au garde-champêtre qui le saluaient pour la dernière fois et il regrettait d’avoir à donner ce congé vraiment trop personnel à ces fantômes. Par le bourg, puis les champs, il gagna à six kilomètres la jeune courbe par laquelle la Seine répète presque à sa source la courbe de la Concorde, se déshabilla dans le pré déjà repéré, laissa ses vêtements sur la berge, comme il l’indiquait à sa femme dans la lettre pour qu’elle choisît à son gré de le faire passer pour disparu ou pour mort, et plongea. Il nagea avec délices. L’affaire ne serait pas si mauvaise, d’homme devenir poisson. Tout ce qui avait pu rester sur lui du parfum de Renée s’écoulait déjà sur Paris, remplacé par l’odeur prise au cśur des plateaux de Saint-Germain-La-Feuille. Il s’amusa à contrarier le courant ; il était agréable de refaire ses premiers gestes dans un nouvel élément, il s’amusa à lui céder, à taquiner la mort, mode de disparition peut-être à cultiver. Il dut sortir de l’eau pour venir prendre dans son portefeuille le petit sac imperméable avec les deux mille dollars qu’il emportait, dollars économisés un à un depuis trois ans, comme pour un cadeau de fête, — cadeau de sa seconde vie. Ses vêtements étendus avaient de loin sa forme ; il ne s’émut pas trop devant cette dépouille, devant son faux cadavre ; il se félicita d’en avoir fini avec ces deux boutons à chaînettes offerts par Fontranges, avec cette même épingle de cravate offerte par Bellita. Veston et pantalon, qui n’auraient plus chaque jour comme forme l’être pour lequel ils avaient été faits, étaient avachis pour toujours. Il avait là le premier désespoir, la première dépravation que causerait son départ. Il toucha cette étoffe, il toucha ces boutonnières avec un peu de pitié comme il eût touché la peau, la bouche de Jérôme mort. Il vit les places un peu usées, celles par lesquelles il avait un peu trop appuyé contre sa première vie. Il caressa son coude, si lustré, par lequel il avait pu, souvent, soutenir cette tête maintenant évadée. Mais on n’embrasse pas son cadavre privé de sa tête. Il replongea, le sac entre les dents, il aborda l’autre rive en naufragé qui fuit son radeau pour gagner l’île. Dans un de ces saules creux où les Parisiens en vacances croient que se logent les hiboux, il trouva les vêtements cachés voilà huit jours et la petite valise en cuir dur avec laquelle Wilson se promenait à Paris. Il s’habilla. Malgré lui il avait pris une allure d’Américain en franchissant la Seine, à croire que c’était l’Océan… Vraiment, c’est seulement en Américain qu’on peut se promener incognito parmi les hommes, et dans l’art, la musique, — et même, il le constatait, parmi les arbres Voilà enfin que sa personnalité de Bardini n’apparaissait plus dans ses rapports avec les pommiers, les pruniers ! Il n’eût pas été devant des orangers de Marrakech plus tendre, plus neuf ! Il les étreignit. Une minute il fut, non comme s’il avait changé, mais comme si les êtres qui l’environnaient s’étaient changés en arbres. Pourquoi n’était-ce pas l’époque de la floraison ? Il eût aimé les fleurs de Renée, les fleurs de Fontranges ! Il goûta leurs fruits, fruits encore verts, fruits toujours amers. >>

Jean Giraudoux, La Première Disparition de Jérôme Bardini, Sagittaire, 1926, p.56-60

Pierre Corneille, Poésies Diverses, XVIIème

Poésies diverses est un recueil qui regroupe des inscriptions latines traduites par Pierre Corneille au cours du XVIIème siècle. Cet ouvrage a été publié en 1862 par Charles Marty-Laveaux, un historien littéraire qui a regroupé les textes. Le poème ci-dessous présente une éloge du Louvre, dont la vue est si spectaculaire que les Nymphes de Seine, (qui sont des divinités issues de la mythologie grecque et romaine vivant dans l’eau) voudraient l’apercevoir.

POEME LXXVII


POUR LA FONTAINE DES QUATRE-NATIONS, VIS-À-VIS LE LOUVRE.


TRADUCTION PAR PIERRE CORNEILLE.

<< C’est trop gémir, Nymphes de Seine,
Sous le poids des bateaux qui cachent votre lit,
Et qui ne vous laissoient entrevoir qu’avec peine
Ce chef-d’oeuvre étonnant dont Paris s’embellit,
Dont la France s’enorgueillit.
Par une route aisée, aussi bien qu’imprévue,
Plus haut que le rivage un roi vous fait monter :
Qu’avez-vous plus à souhaiter ?
Nymphes, ouvrez les yeux, tout le Louvre est en vue. >>

INSCRIPTION DE SANTEUL.
<< Sequanides flebant imo sub gurgite Nymphæ,
Cum premerent densæ pigra fluenta rates ;
Ingentem Luparam nec jam aspectare potestas,
Tarpeii cedat cui domus alta Jovis.
Hue alacres, Rex ipse vocat, succedite, Nymphæ :
Hinc Lupara adverso litlore tota patet. >>

Poésies diverses, texte établi par Charles Marty-Laveaux en 1862, page 244.

AUTEUR  : PIERRE CORNEILLE

ŒUVRE  : Poésies diverses

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XVII

LIEU  : Paris

STRATE  : DANS / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-Naviguer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-Se promener

Colette Yver, Rouen pendant la guerre, Revue des Deux Mondes tome 38, 1917

Le texte Rouen pendant la guerre se situe dans le tome 38 de la Revue des Deux Mondes. Le sujet central de ce récit est la ville de Rouen au temps de la première Guerre Mondiale qui avait eu lieu de 1914 à 1918. Le texte a été écrit en 1917 par Colette Yver, qui est une autrice politique dont la plupart de ses écrits s’adresse aux femmes.


<< Une neige fine tombe depuis la veille. Le ciel est bas ; le dégel fait la terre boueuse. Les bords de la Seine sont loin maintenant, et Rouen s’estompe dans le brouillard d’où pointent les clochers gothiques de ses églises, la couronne ducale à fleurons de la tour Saint-Ouen, et l’aiguille aérienne que lance vers le ciel la cathédrale, — flèche de fonte que Flaubert appela malicieusement « l’œuvre d’un chaudronnier en délire, » et qui allège si réellement de son jet hardi la silhouette de la ville que, sans elle, désormais Rouen serait à nos yeux comme un navire démâté.

Ici plus de collines boisées aux jeux pittoresques offrant des coteaux pleins de jardins et de villas, de fraîches vallées entrecroisées, des croupes rondes ou des murailles de craie taillées à pic. Voici la plaine morne, et, dans cette plaine, la grande cité militaire anglaise. >>

Colette Yver, Rouen pendant la guerre, Revue des deux Mondes tome 38, 1917, p.811

AUTEUR  : COLETTE YVER

ŒUVRE  : Rouen pendant la guerre

GENRE  : Historiographie

ÉPOQUE  : XX

LIEU  : Rouen

STRATE : AU BORD

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-Guerroyer