Archives par mot-clé : Au-dessous

Le métro sous la Seine: L’histoire de la ligne 4

À l’époque de sa constructionla ligne 4 est la première à traverser Paris du nord au sud. Au début du XXème siècle sous la direction de l’ingénieur Fulgence Bienvenüeil ose le défis de franchir la SeinePour la première foisun transport en commun doit réussir le défi de joindre la rive droite et la rive gauche.

Pour pouvoir faire cela deux options se distinguentla première consiste à arrêter la ligne avant la Seinece qui serait considéré comme un échecQuant à la secondeelle consiste à faire passer le métro au-dessus de l’eauPour celaon songe à construire des rails sur le Pont au Change et le Pont Saint-Michel mais il s’agirait alors de modifiervoire défigurerune partie importante du patrimoine de Paris.

L’option qui sera donc choisie et de construire sous la Seine, on utilise des tunnels à submerger, ont les installé sur l’eau, ont vider la cavité en dessous du tunnel, puis on inséré de l’air à très haute pression. Ainsil’eau et la boue ne s’infiltrer plusOn envoie donc des ouvriers qui creusent le sol en dessous et enfuit petit à petit le tunnel au fond de la terre.

Ensuiteles ingénieurs ont eu l’idée de congeler le sol pour le durcir et donc creuser sur les côtés sans risquer de faire tomber les habitationsPour celanous utilisons l’injection de saumurec’est-à-dire une solution aqueuse congelée à 24°. Il n’est plus nécessaire de remuer la bouetout ce que vous avez à faire est de briser la glacePar conséquentles travailleurs peuvent transporter l’énorme pièce métallique tubulaire sur le sol avec eux

La ligne 4, première ligne à relier la rive droite de la Seine à la rive gauche de la Seine par une ligne transversale sous le fleuve, qui a donné lieu à des projets spectaculaires de 1905 à 1907 au cœur de la capitale.

 

Archives France-Premier passage du métro sous la Seine:  https://francearchives.fr/commemo/recueil-2010/39495

A. Dumas, « Le métropolitain de Paris. Situation des nouvelles lignes projetées et état des travaux des lignes en cours d’exécution », dans Le Génie civil, 21 avril 1906, tome XLVIII, no 25, no 1245.

Jean TricoireLe métro de Paris : 1899-1911 : images de la construction, Paris Arles, Paris-Musées RATP Diff. Actes sud, , 215 p.

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, 2013

Pascal QUIGNARD, dans un texte appelé « l’Estuaire » (2013) où il raconte son enfance havraise, évoque la traversée de la Seine à bord d’un bac avant la construction du pont de Tancarville.

Quand on arrive aux enfers la rive des vivants est toujours trop étroite. C’est un ponton de bois. C’est un quai. J’ai quatre ans. On prend le bac pour traverser la Seine déjà mêlée de mer. J’aimais beaucoup monter sur ce bac en bois qui franchissait beaucoup plus lentement l’estuaire. Tout est pâques en ce monde, passage, barque à nocher, bac de rive à rive. Étrange lac crevé que les reflux et les marées meuvent, que les barques et les voilent sillonnent. Ostie. Il est une porte que l’âge ouvre davantage sur l’océan infini parce que la mort, insensiblement, prend le même visage. J’avais quatre ans, j’avais cinq ans, j’aimais être sur le pont de bois du bac avec les vaches, avec les Juvaquatre, les Quatre-chevaux, les chevaux de trait, les poules qui cognaient de la tête dans leur panier d’osier, les porcs qui hurlaient. J’évoque un temps qui se passait avant que le pont de Tancarville fût édifié sur la baie entre Saint-Nicolas-de-la-Taille et le Marais-Vernier. C’était en 1952, en 1953.

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, Rouen, L’Echo des vagues, 2013.