Archives par mot-clé : Chanson

Bateaux-Mouches, Eddy de Pretto, 2021

Eddy de Pretto est un auteur-compositeur-interprète et acteur français qui s’est découvert notamment par son album Cure (2018). 

Pour la sortie de son nouvel album À tous les bâtards (2021), il publie “Bateaux-Mouche”. Il revient sur ses petits jobs avant son envol musical, où il chantait sur les bateaux-mouches, le long de balades sur la Seine. 

 

 

 

[Couplet 1]

Quand j’étais gars trop moche, chantant sur bateaux-mouches

Avec rien dans les poches, j’faisais moins la fine bouche

J’prenais toutes les avances, de sourires pas très cash

Fallait bien que je mange pour apaiser ma soif

Entrée, plat et dessert, je reculais l’attente

Des gros ventres a remplir avec chansons badantes

Sur mon estrade en toc que je prenais pour scène

J’me sеntais comme un coq mais j’flottais que sur la Seinе

Maquillé au pinceau, un solo pour mariage, avec costume Celio et l’odeur du fromage

Je posais comme il faut et j’en menais pas large

J’me sentais parfois d’trop entre rêves et noyade

J’étais lui qu’on ne voit pas, qui s’glisse entre les tables

Chantant du Rihanna avec un accent grave

Qui sourit a chaque fois pour faire plaisir mesdames

Faudrait pas que messieurs se sentent dragués par moi

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Couplet 2]

Je découvrais Paris, comme les couples étrangers

Tu viens d’où il fait gris, où on laisse tout trop laid

Des monuments crari, m’emporter comme jamais

J’avais qu’une envie, m’installer sur ce pavé

À chanter toute ma vie, pas les chansons des autres

J’en avait dans le ventre, pas du saumon Lenôtre

J’attendais patiemment, de monter sur le trône

Qu’on reprenne mes chansons, comme je reprend “vie en rose”

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Couplet 3]

J’devais quitter mes Nike, les laisser sous l’bateau

T’étais pas assez classe, pour l’image de ce show

Je n’avais qu’une hâte, de montrer ce que je vaux

Montrer combien je fake, que gentleman à l’eau

Le soir je m’improvisais, la vedette du bateau

En maquillant mes souhaits au parfum du ghetto

Tous les soirs je trinquais, rêvais fou de mon égo

En attendant j’réglais mes grands rêves au chapeau

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Outro]

Quand j’étais gars trop moche, chantant sur bateaux-mouches

Avec un rien dans les poches, j’faisais moins la fine bouche

J’prenais toutes les avances, de sourires pas très cash

Fallait bien que je mange pour apaiser ma soif

https://genius.com/Eddy-de-pretto-bateaux-mouches-lyrics

Sur le bord de la Seine, La Chanson française du XVe au XXe siècle, Texte établi par Jean Gillequin, La Renaissance du livre, 1910

Issue d’une compilation de chanson populaire établie par Jean Gillequin en 1910, la chanson « Sur le bord de Seine » nous raconte la beauté des bords de Seine face au deuil de l’auteur.

 

SUR LE BORD DE LA SEINE

 

Sur le bord de la Seine

Me suis lavé les pieds :

D’une feuille de chêne

Me les suis essuyés ;

Que ne m’a-t-on donné

Celui que j’ai tant aimé !

 

D’une feuille de chêne

Me les suis essuyés ;

J’ai entendu la voix

D’un rossignol chanter.

Que ne, etc.

 

J’ai entendu la voix

D’un rossignol chanter.

Chante, rossignol, chante,

Tu as le cœur tant gai.

Que ne, etc.

 

Chante, rossignol, chante,

Tu as le cœur tant gai ;

Tu as le cœur tant gai

Et moi je l’ai navré ;

Que ne, etc.

 

Tu as le cœur tant gai

Et moi je l’ai navré ;

C’est de mon ami Pierre

Qui s’en est en allé ;

Que ne, etc.

 

Sur le bord de la Seine, La Chanson française du XVe au XXe siècle, Texte établi par Jean Gillequin, La Renaissance du livre, 1910 (p. 126).

 

AUTEUR : GILLEQUIN Jean

ÉPOQUE : XX

GENRE : Chanson

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se baigner

-amours

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, XIX

Chanson de cabaret, écrite par Maurice Mac-Nab durant la fin du 19ème siècle, probablement pour se produire au cabaret du Chat Noir à Paris. Elle utilise la saleté de la Seine comme ressort comique à une histoire. La Seine nous est présentée sous toutes ses couleurs face au chanteur qui la remonte patiemment en quête d’une eau claire pour pouvoir nager mais finit par se rendre compte qu’un cadavre de chien se trouve dans les eaux de Billancourt le forçant à abandonner sa quête.

 

La s’maine et surtout l’ dimanche,

Ça devrait pas êt’ permis

De nager et d’ fair’ la planche

Dans l’eau qui coule à Paris.

 

À Paris, la Seine est trouble

Et ça n’est pas drôl’ du tout,

D’ barboter dans du gras double :

J’ m’en vas m’ baigner à Chatou.

 

À Chatou, près d’ la rivière,

Je me transporte aussitôt ;

Mais j’ me dis : « L’eau n’est pas claire,

Allons nous baigner plus haut. »

 

Je marche et j’arrive en face

Du dépotoir de Saint-Ouen ;

Alors je fais un’ grimace,

La Seine est jaun’ comme un coing.

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plus haut, près du pont d’Asnières,

J’ m’apprête à faire un plongeon ;

Mais le fleuv’, chos’ singulière.

Est plus noir que du charbon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Au détour de Courbevoie

Je m’écri’ : « C’est là, parbleu,

Que j’ me baign’rais avec joie,

Mais le liquide est tout bleu ! »

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Bientôt j’arrive à Suresnes

Près d’un site ravissant ;

Mais soudain je vois la Seine

Qui devient couleur de sang !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plein d’une ardeur opiniâtre,

Je pousse jusqu’à Meudon ;

Mais là le fleuve est blanchâtre

Et roul’ des flots d’amidon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Enfin, trouvant l’eau moins grasse,

Je m’ décide à Billancourt :

J’ pique un’ têt’ dans la carcasse

D’un chien crevé d’puis quinz’ jours !

 

Depuis c’ jour-là je m’ méfie

Et, chaqu’ soir, de huit à neuf,

J’ m’en vais sans cérémonie

Tirer ma coup’ sous l’ Pont-Neuf !

 

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, Henri Heugel, s.d. (p. 99-108).

 

 

AUTEUR : MAC NAB, Maurice

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Chanson

LIEU : Paris et région parisienne (Chatou, Billancourt, Meudon, Courbevoie, Asnières, Saint-Ouen, Suresnes)

STRATE : DANS / AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-la Seine putride