Archives par mot-clé : Faire en Seine

Alfred Capus, Qui perd gagne, 1900

Qui perd gagne est un récit d’aventure qui a été écrit par Alfred Capus et publié en 1900. Dans cet extrait, un couple parisien décide d’emménager dans une maison située à la campagne, non loin de Mantes et en aval de la Seine. La vie au bord du fleuve attire ainsi ces personnages qui viennent s’installer près de la Seine et qui pourront profiter du paysage ainsi que de plusieurs activités comme le canotage.

<<— Si ça marche encore un peu, lui dit-elle, nous louerons quelque chose sur le bord de la Seine, pendant les grandes chaleurs. Il n’y a rien à faire à Paris, à ce moment-là, et la vie sera plus économique. >>

[…]

<< On leur indiqua, à quatre kilomètres de Mantes, en aval de la Seine, une maison de campagne qui était en location. Ils allèrent la visiter le dimanche suivant. On l’appelait la Maison Verte ; elle appartenait à un peintre qui, ayant été décoré au dernier Salon, devait passer l’été dans des villes d’eaux. Le propriétaire la louait toute meublée. Il y avait, en bas, la cuisine, la salle à manger et une autre petite pièce ; en haut, trois chambres et l’atelier, éclairé par une large baie d’où l’on apercevait la Seine. Le jardin s’étendait jusqu’aux bords du fleuve et contenait un verger, un potager et une tonnelle sous laquelle on pouvait déjeuner. Farjolle déclara que le paysage était beau. En leur montrant la tonnelle, le jardinier leur dit :

— Monsieur l’a mise dans le tableau qui lui a valu la croix de la Légion d’honneur.

Il insista sur les légumes.

— Il y en a pour toute la saison. Monsieur n’en achetait jamais à la ville.

— Ce sera une rude économie, fit observer Farjolle à sa femme.

Emma admira un grand carré de salades. La vue d’un cerisier où plusieurs cerises commençaient à mûrir, les décida. Farjolle accepta le prix : quinze cents francs pour la saison. De plus, les gages du jardinier qu’ils gardèrent à leur service.

— Voici l’adresse de Monsieur, à Paris.

— J’irai le voir demain et nous emménagerons dans huit jours.

Ils visitèrent encore la maison, puis descendirent le jardin jusqu’à la Seine. Au bout de l’allée un ponton servait à amarrer deux canots, compris dans la location, un gros, ventru et court, où l’on était très à son aise, et un plus mince pour la course.

Farjolle n’osa pas monter avec Emma dans celui-ci, « parce que, dit-il, les costumes de ville ne sont pas commodes pour ramer ». Le jardinier leur fit faire une petite promenade dans l’autre. Emma se mouilla en embarquant, ce qui lui causa une véritable joie. >>

Alfred Capus, Qui perd gagne, Librairie Paul Ollendorff, 1900, p.55 et p.141-143

AUTEUR  :  Alfred Capus
ŒUVRE  : Qui perd gagne
GENRE  : Récit d’aventure
ÉPOQUE  : XXe
LIEU  : Mantes

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Loisirs

THÉMATIQUE 3  : SEINE A LOISIRS

-Canoter

Guy de Maupassant, Mouche, 1890

Mouche est une nouvelle issue de L’Inutile Beauté qui a été écrite par Guy de Maupassant et publiée en 1890. Dans le texte ci-dessous, le personnage qui prend la parole exprime son affection pour la Seine. Il remarque dans un premier temps que le fleuve est putride, ce qui ne l’empêche tout de même pas d’y être attaché. Il évoque ensuite plusieurs souvenirs  qui lui sont positifs comme les promenades autour du fleuve, la vision du paysage à différents horaires ou encore les soirées et les aventures qu’il a pu expérimenter avec ses amis.

<< Il nous dit :

En ai-je vu, de drôles de choses et de drôles de filles aux jours passés où je canotais. Que de fois j’ai eu envie d’écrire un petit livre, titré « Sur la Seine », pour raconter cette vie de force et d’insouciance, de gaieté et de pauvreté, de fête robuste et tapageuse que j’ai menée de vingt à trente ans.

J’étais un employé sans le sou ; maintenant, je suis un homme arrivé qui peut jeter des grosses sommes pour un caprice d’une seconde. J’avais au cœur mille désirs modestes et irréalisables qui me doraient l’existence de toutes les attentes imaginaires. Aujourd’hui, je ne sais pas vraiment quelle fantaisie me pourrait faire lever du fauteuil où je somnole. Comme c’était simple, et bon, et difficile de vivre ainsi, entre le bureau à Paris et la rivière à Argenteuil. Ma grande, ma seule, mon absorbante passion, pendant dix ans, ce fut la Seine. Ah l la belle, calme, variée et puante rivière pleine de mirage et d’immondices. Je l’ai tant aimée ; je crois, parce qu’elle m’a donné, me semble-t-il, le sens de la vie. Ah l les promenades le long des berges fleuries, mes amies les grenouilles qui rêvaient, le ventre au frais, sur une feuille de nénuphar, et les lis d’eau coquets et frêles, au milieu des grandes herbes fines qui m’ouvraient soudain, derrière un saule, un feuillet d’album japonais quand le martin-pêcheur fuyait devant moi comme une flamme bleue ! Ai-je aimé tout cela, d’un amour instinctif des yeux qui se répandait dans tout mon corps en une joie naturelle et profonde.

Comme d’autres ont des souvenirs de nuits tendres, j’ai des souvenirs de levers de soleil dans les brumes matinales, flottantes, errantes vapeurs, blanches comme des mortes avant l’aurore, puis, au premier rayon glissant sur les prairies, illuminées de rose à ravir le cœur ; et j’ai des souvenirs de lune argentant l’eau frémissante et courante, d’une lueur qui faisait fleurir tous les rêves.

Et tout cela, symbole de l’éternelle illusion, naissait pour moi sur de l’eau croupie qui charriait vers la mer toutes les ordures de Paris.

Puis quelle vie gaie avec les camarades. Nous étions cinq, une bande, aujourd’hui des hommes graves ; et comme nous étions tous pauvres, nous avions fondé, dans une affreuse gargote d’Argenteuil, une colonie inexprimable qui ne possédait qu’une chambre-dortoir où j’ai passé les plus folles soirées, certes, de mon existence. Nous n’avions souci de rien que de nous amuser et de ramer, car l’aviron pour nous, sauf pour un, était un culte. Je me rappelle de si singulières aventures, de si invraisemblables farces, inventées par ces cinq chenapans, que personne aujourd’hui ne les pourrait croire. On ne vit plus ainsi, même sur la Seine, car la fantaisie enragée qui nous tenait en haleine est morte dans les âmes actuelles. >>

Guy de Maupassant, Mouche, L’Inutile Beauté, Louis Conard, libraire-éditeur, 1908, p.99-101

 

AUTEUR  :  Guy de Maupassant
ŒUVRE  : L’Inutile Beauté
GENRE  : Nouvelle
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Argenteuil

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-canoter

-se promener

-restaurants et guinguettes

-loisirs

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-la Seine putride

 

 

Denis Diderot, L’Encyclopédie, 1re éd, 1751

L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts est des métiers est une encyclopédie française qui a été dirigée par Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert et dont la première édition a été publiée en 1751.

L’article ci-dessous porte sur les << bachoteurs >> au XVIIIème siècle ; il décrit en quoi consiste leur métier, quelles sont les différentes conditions et les condamnations auxquelles ils peuvent faire face en cas de non-respect des règles.

 

<< * BACHOTEURS, sub. m. (Police.) ce sont des bateliers occupés sur les ports de Paris & en autres endroits des rives de la Seine, à voiturer le public sur l’eau & dans des bachots au-dessus & au-dessous de la ville. Ils sont obligés de se faire recevoir à la ville : ils ne peuvent commettre des garçons à leur place : leurs bachots doivent être bien conditionnés. Il leur est defendu de recevoir plus de seize personnes à la fois ; leurs salaires sont réglés ; ils doivent charger par rang ; cependant le particulier choisit tel bachoteur qu’il lui plaît. Ils sont obligés d’avoir des numeros à leurs bachots. Un officier de ville fait de quinze en quinze jours la visite des bachots ; & il est détendu aux femmes & aux enfans des bachoteurs de se trouver sur les ports. On paye par chaque personne quatre sous pour Seve & S. Cloud ; deux sous pour Chaillot & Passy ; deux sous six deniers pour Auteuil ; & ainsi à proportion de la distance, & à raison de deux sols pour chaque lieue, tant en descendant qu’en remontant. Le bachoteur convaincu d’avoir commis à sa place quelqu’homme sans expérience, ou d’avoir reçu plus de seize personnes, est condamné pour la premiere fois à cinquante livres d’amende, confiscation des bachots, trois mois de prison ; il y a punition corporelle en cas de récidive & exclusion du bachotage. C’est au lieutenant de police à veiller que les bachoteurs ne se prêtent à aucun mauvais commerce. Il leur est enjoint par ce tribunal de fermer leurs bachots avec une chaîne & un cadenat pendant la nuit.>>

Denis Diderot, L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1re éd, texte établi par D’Alembert, Diderot, 1751 (Tome 2, p.8).

AUTEUR  :  Denis Diderot
ŒUVRE  : Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.
GENRE  : Encyclopédie
ÉPOQUE  : XVIII
LIEU  : Paris

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-métiers

-transporter

Franchir la Seine : Une variété de ponts

Comme nous le savons, la Seine est un fleuve long de 774,76 kilomètres, et qui arrose Paris, Rouen et Le Havre. La Seine divise souvent les villes, c’est le cas de Paris et de Rouen. Afin de pouvoir franchir et habiter les deux rives, la construction du pont était incontournable.

Ainsi, on dénombre 257 ponts, de différentes sortes (routières, ferrées ou bien piétonnes). Certains sont en ruine ou bien infranchissables, mais d’autres sont inscrits ou classés aux Monuments historiques, ou encore répertoriés dans l’Inventaire général du patrimoine du ministère de la Culture.

Nous pouvons citer des ponts qui se trouvent dans le département de la Seine-Maritime, d’abord des ponts routiers, tel que le pont de Tancarville (Quillebeuf-sur-Seine/Tancarville), le pont de Normandie (Harfleur/LeHavre), le pont de Brotonne ( Arelaune-en-Seine/Rive-en-Seine) ou encore le pont Guillaume-le-Conquérant (Rouen/Rouen).

Pour les voies ferrées, de nombreux viaducs sont construits, pour en citer quelques-uns, il y a le viaduc d’Eauplet (Sotteville-Lés-Rouen/Bonsecour)ou le viaduc de Tourneville (Île aux bœufs/Tourneville-la-rivière).

Et pour terminer en ce qui concerne les ponts pour piéton, nous pouvons en citer de très célèbres, tels que la passerelle de l’Avre (Saint-Cloud/ Paris,16ème), œuvre de Gustave Eiffel ou bien, le Pont des Arts, communément surnommé « le Pont aux cadenas », connu pour représenter l’amour entre deux personnes. Les deux parties gravent sur le cadenas une date qui leur tient à cœur puis, la tradition est de jeter la clé dans le fleuve. Mais en 2015, la structure étant fragilisée par les tonnes de cadenas, la ville décide de remplacer les grillages par des panneaux en verre.

« Passent les jours et passent les semaines ni temps passé ni les amours reviennent sous le pont Mirabeau coule la Seine”- Guillaume Apollinaire.

H. FrèreLes Ponts de Rouen, leur histoire (1025-1868), Rouen, 1868

Henry-Louis DublyPonts de Paris à travers les siècles, Paris, Henri Veyrier, 1973  p. 143-147.

Bernard MarreyLes Ponts modernes. XVIII-XIXe siècles, Paris, Picard Éditeur, 1990 p. 109-112.

Les drôles de métiers de la Seine

A la fin du Moyen Âge, de nombreux documents parisiens mentionnent la Seine, dont les activités sont liées aux fleuves: transport fluvial ou grand commerce, utilisation des eaux fluviales (comme la teinture ou le tannage), la pêche et la meunerie. En conséquence, de nombreuses occupations ont lieu le long de la Seine, et les ouvriers sont surnommés «gens du bord de l’eau ».

Comme métier aujourd’hui étonnant, nous pouvons tout d’abord citer la loueuse de sangsues. Cette femme, pour la somme de 30 sous, installait des sangsues sur le corps, cela dans un but thérapeutique. Pour les pécher elle plongeait ses jambes dans la Seine pour que les annélides s’y accrochent.

Les salons de toilettage utilisent aussi l’eau de la Seine. Avant le XXème siècle, c’est au bord de l’eau que les chiens se faisaient toiletter, des hommes tondaient puis lavaient les chiens dans le fleuve.

Mais la Seine comptait aussi des métiers officiels, comme le sablier qui recueillait le sable du fleuve. Comme vous pouvez l’imaginer, pour exercer cette profession, vous devez avoir une autorisation de la ville. De plus, selon un arrêté de 1840, ils devaient se tenir à l’écart du pont: 50 mètres en amont, 30 mètres en aval, mais aussi à l’écart de la berge (12 mètres).

La Seine comptait aussi plusieurs ouvriers, il y avait les ravageurs, qui fouillaient les berges pour y trouver des petites pièces, objets semi-précieux dans les décombres. De même, il y avait les tafouilleux qui ramassaient tout ce qui pouvait dériver sur les flots : bûches, fruits, vêtements, chapeaux…tout ce qui dérivait le long de la Seine. Puis nous pouvons citer les carapatas. Ils allaient de bateaux en bateaux, nageant dans l’eau pour les rejoindre. Ils offraient alors leurs services : aider à franchir les écluses, tirer le bois, rouler des tonneaux, etc.

La Seine regorge de nombreux métiers insolites aujourd’hui disparus.

 

Histoires de Paris-Les travailleurs de la Seine: https://www.histoires-de-paris.fr/travailleurs-de-la-seine/

Erudit-La Seine du crime et les petits métiers parisiens: https://www.erudit.org/fr/revues/arbo/2018-n8-arbo04278/1055882ar/

Vivre Paris-Les métiers parisiens oubliés: https://vivreparis.fr/dictionnaires-des-metiers-parisiens-oublies/

 

Louis-Laurent Simonin, Les Grands Ports de commerce de la France, 1878

Les Grands Ports de commerce de la France a été écrit par Louis-Laurent Simonin et publié en 1878. Cet ouvrage, qui porte sur les différents ports commerciaux français est divisé en quatre parties ; la première partie concerne Marseille et le golfe de Lyon, la deuxième partie concerne Bordeaux et le bassin de la Gironde, la troisième partie porte sur Nantes et la bassin de la Loire et la dernière partie porte sur Le Havre et le bassin de la Seine. L’extrait, qui est issu de la quatrième partie aborde la construction du port du Havre qui est situé à l’embouchure de la Seine, le choix de ce lieu et de ses avantages ainsi que le début des échanges commerciaux qui avaient lieu sur le fleuve.

<< En 1516, il y avait à l’embouchure de la Seine, sur la rive droite, une humble chapelle dédiée à Notre-Dame-de-Grâce ; à côté, un hameau de pêcheurs et un petit port appelé l’Eure (ora, rivage), où avaient jadis existé des salines. Les apports du fleuve ensablaient ces parages et les exhaussaient peu à peu. Cependant on y voyait une sorte de crique qui pénétrait dans l’intérieur des terres. François Ier eut l’idée de tirer parti de cette passe naturelle et de construire là un port « pour y recueillir, loger et maréer les grands navires tant du royaume que aultres des alliés. » Le lieu était plus à proximité, beaucoup plus accessible de Paris que les ports de Saint-Malo, de Dieppe, de Dunkerque, que la France occupait ou avec lesquels elle commerçait dans la Manche. L’endroit semblait aussi mieux choisi, l’atterrissage plus sûr et plus profond qu’à Harfleur et Honfleur, deux havres très anciens que les sables de la Seine menaçaient de combler, mais qui avaient eu et avaient même encore leurs jours de gloire. Le premier, « port souverain de Normandie, » était situé sur la rive droite, le second sur la rive gauche du fleuve, et ils semblaient en garder tous les deux l’embouchure, de part et d’autre du vaste estuaire qu’il forme en arrivant à la mer. Quant au port de Rouen, il manquait aussi de profondeur, et il était situé beaucoup trop avant sur la Seine. De tout temps, toutes ces localités avaient été adonnées au trafic de la mer. Harfleur existait dès l’époque romaine, peut-être dès l’époque gauloise. Il était très florissant au temps de Guillaume le Conquérant, qui préféra cependant partir de Dieppe pour sa descente en Angleterre. Sous les premiers Capétiens, les Castillans, les Pisans, venaient y trafiquer. Le cap de la Hève, que l’on éclairait la nuit, leur signalait l’embouchure de la Seine. Les Castillans apportaient à Harfleur du vin et du blé d’Espagne, de la cire, du sel (les salines de l’Eure avaient disparu), du cuir de Cordoue, — les Pisans les soies et les draps de Florence. Ces marchands rapportaient entre autres choses des laines et des toiles. Au commencement du XVIe siècle, ce commerce s’agrandit singulièrement, […]. >>


Louis-Laurent Simonin, Les Grands Ports de commerce de la France, Revue des Deux Mondes, 3e période, tome 25, 1878, p.834.

AUTEUR  : LOUIS-LAURENT SIMONIN
ŒUVRE  : Les Grands Ports de commerce de la France
GENRE  : Géographie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Le Havre

STRATE  :
SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 2  : FAIRE EN SEINE
-Commercer
-Transporter

La Seine, le XXI ème arrondissement de Paris ?

« La Seine, c’est le XXIe arrondissement », c’est ce que disent les Parisiens. Un lieu à part, certes niché au beau milieu de la ville, mais obéissant à ses propres règles.

À partir du XVIIIe siècle, le bateau en bois appelé péniche devient un lieu de travail et d’habitation des mariniers. Nous avons comme exemple le peintre Charles François Daubigny qui se fit construire Le Botin, une péniche dans laquelle il vécut et travailla tout en explorant la Seine au milieu du XIXème siècle. Par la suite, la population aisée et aristocratique de Paris acquit ce genre de bien et l’améliora en installant un groupe électrogène ou encore des réservoirs sur le toit pour avoir l’eau courante. Alors que de nombreuses zones rurales à cette époque n’étaient pas équipées en électricité, eau, égouts ou téléphone, les péniches jouissaient d’un confort et de la Révolution industrielle. 

En 1929, Georges Simenon fit le tour des canaux français à bord de sa péniche, puis l’installe sur les bords de la Seine parisienne pendant trois ans. Après la Deuxième Guerre mondiale, ce fut au tour des Américains restés à Paris, dont l’acteur Sterling Hayden, de s’établir sur les bords de la Seine.

En 1975, des pénichards parisiens résistant à leur expulsion, créent une association de défense de l’habitat fluvial. Ce n’est que vingt ans plus tard qu’ils obtinrent une certaine reconnaissance et un statut.

Dans les années 1980 et 1990, des personnalités du show-biz et des médias, ainsi que des cadres, des diplomates et bien d’autres se laissèrent séduire par l’habitat fluvial. Cette formule permettait de disposer d’une grande surface habitable au cœur de Paris pour un prix dérisoire.

Aujourd’hui, ce phénomène est en pleine expansion. Le marché de l’habitat flottant se développe alors très vite après les années 1970, pour son aspect marginal et son accessibilité financière. Il permet de résider à « moindre coût » dans les grandes villes, très prisées et où le marché de l’immobilier est exorbitant.

Point judiciaire: selon la loi française, les habitats flottants sont assimilés à de petits bateaux. Ce qui signifie, qu’ils sont liés par les règlements du navire, et s’ils doivent se déplacer, ils doivent se conformer aux règlements de navigation. Pour le coup, il n’est plus nécessaire d’adopter les règles classiques d’habitat terrestre prévues dans la loi sur la construction et le logement .

L’habitat flottant en France : cadre juridique et perspectives – Léa Bréard: https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02095013/document

L’histoire de l’habitat flottant – Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-lhabitat-flottant.html

L’histoire de la « Péniche »- Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-la-peniche.html

 

Colette Yver, Rouen pendant la guerre, Revue des Deux Mondes tome 38, 1917

Le texte Rouen pendant la guerre se situe dans le tome 38 de la Revue des Deux Mondes. Le sujet central de ce récit est la ville de Rouen au temps de la première Guerre Mondiale qui avait eu lieu de 1914 à 1918. Le texte a été écrit en 1917 par Colette Yver, qui est une autrice politique dont la plupart de ses écrits s’adresse aux femmes.


<< Une neige fine tombe depuis la veille. Le ciel est bas ; le dégel fait la terre boueuse. Les bords de la Seine sont loin maintenant, et Rouen s’estompe dans le brouillard d’où pointent les clochers gothiques de ses églises, la couronne ducale à fleurons de la tour Saint-Ouen, et l’aiguille aérienne que lance vers le ciel la cathédrale, — flèche de fonte que Flaubert appela malicieusement « l’œuvre d’un chaudronnier en délire, » et qui allège si réellement de son jet hardi la silhouette de la ville que, sans elle, désormais Rouen serait à nos yeux comme un navire démâté.

Ici plus de collines boisées aux jeux pittoresques offrant des coteaux pleins de jardins et de villas, de fraîches vallées entrecroisées, des croupes rondes ou des murailles de craie taillées à pic. Voici la plaine morne, et, dans cette plaine, la grande cité militaire anglaise. >>

Colette Yver, Rouen pendant la guerre, Revue des deux Mondes tome 38, 1917, p.811

AUTEUR  : COLETTE YVER

ŒUVRE  : Rouen pendant la guerre

GENRE  : Historiographie

ÉPOQUE  : XX

LIEU  : Rouen

STRATE : AU BORD

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-Guerroyer



Amédée Fraigneau, Rouen-Bizarre, 1888

Rouen-Bizarre est un livre qui a été écrit par Amédée Fraigneau, un journaliste pour le Nouvelliste de Rouen. Le livre a été publié en 1888 et porte, dans son ensemble, sur la ville de Rouen. Une partie du livre s’intitule Les métiers bizarres et plusieurs métiers, qui ne sont pas les plus communs y sont évoqués.

 

<< LES CHERCHEURS DE « MACHABÉS »


La désignation du noyé par le mot « machabé » n’est peut-être pas très-respectueuse, mais nous sommes obligé de laisser à chaque métier tout son pittoresque, même dans l’horrible. D’ailleurs, l’expression est bien connue et employée un peu partout, en France. Quel est le créateur du mot ? Nous l’ignorons ; mais c’est certainement un homme peu ordinaire et qui avait fait des études classiques.

Ceux qui lisent la chronique locale de nos journaux ont vu sûrement des centaines de fois un entrefilet débutant ainsi :

« La série des suicides continue. Hier, un sieur X… s’est jeté à la Seine, etc… »

Ou bien encore : « Un bien triste accident s’est produit hier à la hauteur du quai… Un homme est tombé à la Seine, en déchargeant un bateau… »

Deux ou trois fois par semaine, le même entrefilet qu’on essaye de varier dans la forme, mais qui dans le fond est le même, apparaît aux lecteurs. Ce qui permet d’établir une statistique d’au moins 130 ou 140 noyés par an, à Rouen, dans la Seine. >>

Amédée Fraigneau, Rouen Bizarre, 1888, p.202

 

<< LES TIRE-BOUCHONS
Il ne s’agit pas d’un instrument, mais d’un homme. Le tire-bouchon rouennais, comme le graisseux et le pirate du Robec, gagne sa vie dans l’eau et il la gagne même assez largement.

Il est bien au courant des heures de la marée et, selon ces heures, il monte ou descend avec la Seine. Tantôt il est en amont du nouveau pont, mais le plus souvent en aval. Il affectionne les endroits ou le fleuve forme un coude brusque ; il adore les roseaux dont les tiges réunies forment pour lui une sorte de grillage naturel ; mais sa prédilection est pour les petites baies temporaires engendrées sur les quais par les travaux du port. C’est là que le courant dépose les bouteilles vides et les bouchons. Notre homme n’a qu’à les ramasser et, quand il y a beaucoup d’ouvriers travaillant aux alentours, la récolte est toujours des plus fructueuses. >>

Amédée Fraigneau, Rouen Bizarre, 1888, p.198

 

AUTEUR  : AMEDEE FRAIGNEAU

ŒUVRE  : Rouen-Bizarre

GENRE  : Historiographie

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : Rouen

STRATE  : DANS

THÉMATIQUE 2  : FAIRE EN SEINE

-métiers

THÉMATIQUE 4  : SEINE INTERLOPE

-noyade

 

Annie ernaux, la place, 1983

Annie Ernaux a écrit La Place, roman autobiographique qui retrace ses souvenirs d’enfance à travers la figure de son père, le récit s’ouvre d’ailleurs sur sa mort. Née à Lillebonne, elle grandit à Yvetot en Seine-Maritime où la Seine se déploie en fond pour servir de décor ou encore de contexte au géniteur qui y a travaillé.

<< Au repas de mariage, dans un restaurant avec vue sur la Seine, il se tient la tête un peu en arrière, les deux mains sur sa serviette étalée sur les genoux et il sourit légèrement, dans le vague, comme tous les gens qui s’ennuient en attendant les plats. Ce sourire veut dire aussi que tout, ici, aujourd’hui, est très bien. Il porte un costume bleu à rayures, qu’il s’est fait faire sur mesures, une chemise blanche avec, pour la première fois, des boutons de manchette. >>

[…]

<< Le café-épicerie de la Vallée ne rapportait pas plus qu’une paye d’ouvrier. Mon père a dû s’embaucher sur un chantier de construction de la basse Seine. Il travaillait dans l’eau avec des grandes bottes. On n’était pas obligé de savoir nager. Ma mère tenait seule le commerce dans la journée.

Mi-commerçant, mi-ouvrier, des deux bords à la fois, voué donc à la solitude et à la méfiance. Il n’était pas syndiqué. Il avait peur des Croix-de-Feu qui défilaient dans L… et des rouges qui lui prendraient son fonds. Il gardait ses idées pour lui. Il n’en faut pas dans le commerce. >>

Annie Ernaux, La Place, éditions folio, 1883

AUTEUR  : ANNIE ERNAUX

ŒUVRE  : La place

GENRE  : Roman

ÉPOQUE  : XX

LIEU  : Lillebonne

STRATE  :

AU BORD / DANS

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-métiers

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

  • Restaurants & guinguettes

Paul Verlaine, L’Aube à l’envers, Jadis et Naguère, 1884

Issus du recueil de poèmes « Jadis et Naguère », écrit et publié en 1884 par Paul Verlaine, « L’Aube à l’envers » nous rappelle avec mélancolie l’épisode de la Semaine Sanglante entre les troupes Versaillaise et la commune de Paris (Le Point-du-Jour étant la porte par laquelle les troupes versaillaises sont entrés dans Paris). Paul Verlaine ayant été un défenseur de la Commune, il se remémore ce moment où sur les bords de Seine l’on tirait et buvait, en attendant l’heure fatidique. Le poème reste toutefois assez obscur car il mêle passé et présent, et parle des évènements de la Commune à demi-mot, laissant un doute sur la temporalité du poème. Louis Dumoulin, à qui il est dédié, pourrait être Louis-Jules Dumoulin, un célèbre artiste français de la fin du 19ème siècle.

 

VII

 

L’AUBE À L’ENVERS

 

À Louis Dumoulin

 

Le Point-du-Jour avec Paris au large,

Des chants, des tirs, les femmes qu’on « rêvait »,

La Seine claire et la foule qui fait

Sur ce poème un vague essai de charge.

 

On danse aussi, car tout est dans la marge

Que fait le fleuve à ce livre parfait.

Et si parfois l’on tuait ou buvait

Le fleuve est sourd et le vin est litharge.

 

Le Point-du-Jour, mais c’est l’Ouest de Paris !

Un calembour a béni son histoire

D’affreux baisers et d’immondes paris.

 

En attendant que sonne l’heure noire

Où les bateaux-omnibus et les trains

Ne partent plus, tirez, tirs, fringuez, reins !

 

Paul Verlaine, L’Aube à l’envers (1884), Jadis et Naguère, Léon Vanier, 1891 (p. 112).

 

AUTEUR : VERLAINE, Paul

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Guerroyer

-métiers

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

Jules César, La guerre des Gaules, Antiquité

Dans cet extrait de la guerre des Gaules de Jules César écrit durant le milieu du 1er siècle avant JC, César nous décrit la bataille de Lutèce qui est une bataille pour le contrôle de la région de Lutèce : Les Gaulois et leur chef Camulogène sachant que les Romains excellent dans l’art des sièges, choisissent de mettre en œuvre une stratégie de la terre brûlée et de redoubler les escarmouches sur les légions, mais cela les oblige à se disperser afin de pouvoir réagir ; Cette stratégie fonctionne dans un premier temps, mais un orage empêche de voir l’avancée romaine par la Seine. Face à l’armée romaine concentrée et disciplinée, les Gaulois sont vaincus et sont forcés à fuir.

 

57. Tandis que ces événements se déroulent du côté de César, Labiénus, laissant à Agédincum, pour garder les bagages, les troupes de renfort qu’il venait de recevoir d’Italie part vers Lutèce avec quatre légions. C’est la ville des Parisii, située dans une île de la Seine. Quand l’ennemi sut qu’il approchait, d’importants contingents venus des cités voisines se rassemblèrent. On donne le commandement en chef à l’Aulerque Camulogène; il était presque épuisé par l’âge, mais sa particulière connaissance de l’art militaire lui valut cet honneur. Ayant observé l’existence d’un marais continu qui déversait ses eaux dans la Seine et rendait l’accès de toute la région fort difficile, il s’y établit et entreprit de nous interdire le passage. (…)

61. Là, les éclaireurs ennemis – on en avait disposé tout le long du fleuve – sont surpris par notre arrivée, car un orage avait éclaté soudain, et ils périssent sous nos coups ; l’infanterie et la cavalerie, sous la direction des chevaliers romains à qui Labiénus avait confié cette tâche, sont transportées rapidement sur l’autre rive. A l’aube, l’ennemi apprend presque simultanément qu’une agitation inaccoutumée règne dans le camp romain, qu’une importante colonne remonte le fleuve, que du même côté on entend le bruit des rames, et qu’un peu en aval il y a des navires qui transportent des soldats d’une rive à l’autre. A cette nouvelle, pensant que les légions franchissaient le fleuve en trois endroits et qu’effrayés par la défection des Héduens les Romains préparaient une fuite générale, ils divisèrent, eux aussi, leurs troupes en trois corps. Laissant un poste en face du camp et envoyant un petit détachement dans la direction de Metlosédum, avec mission de n’avancer qu’autant que l’auraient fait les embarcations, ils menèrent le reste de leurs forces à la rencontre de Labiénus.

62. Au lever du jour, tous les nôtres avaient franchi le fleuve, et on voyait en face la ligne ennemie. Labiénus, adressant la parole à ses soldats, les exhorte à se souvenir de leur valeur, si souvent éprouvée et de tant de glorieuses victoires, enfin à se conduire comme si César en personne, lui qui maintes fois les avaient menés à la victoire, assistait à la bataille ; puis il donne le signal du combat. Au premier choc, à l’aile droite, où avait pris position la septième légion, l’ennemi est enfoncé et mis en déroute ; à gauche, où était la douzième, les premiers rangs ennemis avaient été abattus par les javelots ; mais le reste opposait une résistance farouche, et pas un n’eût pu être soupçonné de songer à fuir. Le chef ennemi, Camulogène, était là auprès des siens, et les encourageait. Mais, tandis que la victoire était encore incertaine, les tribuns de la septième légion, ayant appris ce qui se passait à l’aile gauche, firent paraître leur légion sur les derrières de l’ennemi et la portèrent à l’attaque. Même alors, personne ne lâcha pied, mais ils furent tous enveloppés et massacrés. Camulogène partagea le sort commun. Quant à ceux qui avaient été laissés en face du camp de Labiénus, ayant appris que l’on se battait, ils allèrent au secours des leurs et s’emparèrent d’une colline ; mais ils ne purent soutenir le choc de nos soldats victorieux. Ils se mêlèrent donc aux autres Gaulois qui fuyaient, et ceux que les bois et les collines ne dérobèrent pas à notre poursuite furent tués par nos cavaliers. Cette action terminée, Labiénus retourne à Agédincum, où avaient été laissés les bagages de toute l’armée ; puis, avec toutes ses troupes, il rejoint César.

 

Jules César, La guerre des Gaules, traduction par L.-A. Constans en 1926

 

AUTEUR : Jules César

ÉPOQUE : Antiquité

GENRE : Récit de Campagne

LIEU : Région de Lutèce (entre Sens et Paris)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Guerroyer

G.Bruno, Le Tour de la France par deux enfants, 1904

Manuel scolaire écrit en 1877 par G. Bruno à des fins éducatives : « Le Tour de France par deux enfants » nous décrit le voyage de deux orphelins fuyant la lorraine suite à l’annexion allemande, à travers la France. Le livre a une visée éducative et nous présente les régions de France ainsi que ses activités mais sert aussi d’exemple aux jeunes écoliers de la IIIème République : les deux orphelins apprennent tout ce dont un citoyen doit connaitre.

 

CXIV. — Paris autrefois et aujourd’hui. — Notre-Dame de Paris.

 

Paris est l’image en raccourci de la France, et son histoire se confond avec celle de notre pays.

 

On quitta les Halles et on se dirigea vers la Cité, qui est une île formée par la Seine au milieu de Paris. Pour s’y rendre on traversa la Seine sur l’un des trente ponts que Paris possède. Au milieu, Frantz fit arrêter les enfants.

— Regardez, leur dit-il, voilà la Cité, le berceau de Paris. C’est là qu’il y a deux mille ans s’élevait une petite bourgade appelée Lutèce : on ne voyait alors en ce lieu qu’une centaine de pêcheurs, s’abritant à l’ombre des grands arbres et de la verdure que fertilisait le limon du fleuve. La Seine leur servait de défense et de rempart, et deux ponts placés de chaque côté du fleuve permettaient de le traverser.

Peu à peu Paris s’est agrandi. Son histoire a été celle de la France. A mesure que la France sortait de la barbarie, Paris, séjour du gouvernement, s’élevait et prenait une importance rapide. Nul événement heureux ou malheureux pour la patrie, dont Paris et ses habitants n’aient subi le contre-coup. Et tout dernièrement encore enfants, rappelez-vous que Paris, mal approvisionné, souffrant de la faim et du froid, a résisté six mois aux Allemands quand on ne le croyait pas capable de tenir plus de quinze jours. Séparé de tout le pays par le cercle de fer des ennemis, il n’avait point d’autres nouvelles de la patrie que celles qui lui arrivaient sur l’aile des pigeons messagers échappés aux balles allemandes.

LUTÈCE OU LE PARIS D’AUTREFOIS. — Lutèce était dans une île de la Seine qui est la Cité d’aujourd’hui. Elle était habitée par une peuplade gauloise appelée les Parisiens, d’où est venu le nom de Paris.

— Oh ! j’aime Paris, dit Julien, et je suis bien content de le connaître… Mon oncle, ajouta-t-il ingénument, quand nous serons aux champs, nous ferons pousser du blé nous aussi pour nourrir la France et le grand Paris.

Tout en causant on avait traversé le pont et l’on arriva en face de Notre-Dame, l’église métropolitaine de Paris. Ce fut le tour d’André de dire ce qu’il savait.

 

G.Bruno, Le Tour de la France par deux enfants, Belin, 1904 (p. 283-285).

 

AUTEUR : FOUILLEE Augustine, appelée G. Bruno

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THEMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THEMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-se promener

Émile Zola, AUX CHAMPS, « Le Capitaine Burle », 1883

Texte issu du recueil de nouvelles « Le capitaine Burle », publié en 1883. Emile Zola nous montre dans « Au Champs », la vie dans les alentours de la Seine. Nouvelle naturaliste, le narrateur redécouvre le plaisir de la vie dans la campagne au bord de Seine. Le narrateur se sent là en paix et montre la beauté et l’importance de la Seine dans cette période de sa vie. Pour autant le lieu exact du nouveau reste assez indéfini. Nous savons que nous trouvons en bord de Seine et le Havre et mentionné, mais, nous n’avons pas le nom du lieu où se trouve l’auteur comme si les bords de Seine était une explication suffisante.

 

LA RIVIÈRE

 

IV

 

Puis, nous nous calmions, nous goûtions le charme profond de la rivière.

Les deux rives s’écartent ; la nappe d’eau s’élargit en un vaste bassin ; et, là, trois îles se présentent de front au courant. La première, à gauche, très longue, descend à près d’une demi-lieue ; la seconde ménage un bras de trois cents mètres au plus ; et, quant à la troisième, elle n’est qu’une butte de gazon, couverte de grands arbres. Derrière, d’autres touffes de verdure, d’autres petites îles, s’en vont à la débandade, coupées par des bras étroits de rivière. Sur la gauche du fleuve, des plaines cultivées s’étendent ; sur la droite, se dresse un coteau, planté au sommet d’un bois chevelu.

Nous remontions le courant, longeant les berges, pour éviter la fatigue ; puis, quand nous étions en haut du bassin, nous prenions le milieu et nous laissions aller notre barque à la dérive. Elle descendait lentement d’elle-même, sans un bruit. Nous, étendus sur les bancs, nous causions, pris de paresse. Mais, chaque fois que la barque arrivait en vue des îles, par les temps calmes, la conversation tombait, un recueillement invincible nous envahissait peu à peu.

En face, au-dessus de l’eau blanche, les trois îles se présentaient sur une même ligne, avec leurs pointes arrondies, leurs proues énormes de verdures. C’étaient, sur le couchant empourpré, trois bouquets d’arbres, au jet puissant, aux cimes vertes, endormies dans l’air. On aurait dit trois navires à l’ancre, trois Léviathans, dont les mâtures se seraient miraculeusement couvertes de feuillages. Et, dans la nappe d’eau, dans le miroir d’argent qui s’étendait, démesuré, sans une ride, les îles se reflétaient, enfonçant leurs arbres, prolongeant leurs rives. Une sérénité, une majesté, venaient de ces deux azurs, le ciel et le fleuve, où le sommeil des arbres était si pur. Le soir surtout, quand pas une feuille ne remuait, quand la nappe d’eau prenait le poli bleuâtre de l’acier, le spectacle s’élargissait encore et faisait rêver d’infini. (…)

 

Émile Zola, AUX CHAMPS, Le Capitaine Burle, G. Charpentier, 1883 (p. 218-230).

 

 

AUTEUR : Emile Zola

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Nouvelle

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-canoter

-plaisir

Ernest d’Hervilly, Une jeune femme à la mer, « Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux », 1876

Représentant du mouvement Parnassien, Ernest d’Hervilly nous montre par ce poème l’essence de la thématique des Parnasses : le beau. Usant de Romantisme, d’Hervilly acclame la beauté d’une femme qui regarde la Seine et conseille, avec humour, à la jeune femme de faire attention car la Seine pourrait bien lui voler son reflet/beauté, effrayant les pêcheurs havrais qui la retrouveraient dans leurs filets.

 

UNE JEUNE FEMME A LA MER

 

Suspendue aux rameaux plus qu’obligeants d’un frêne,

Tu t’inclines vers l’eau limpide de la Seine :

Ton visage charmant s’y reflète, et tu ris.

Très-bien. C’est un miroir qui vaut ceux de Paris.

Mais, prends bien garde, enfant ! si tout à coup le fleuve

Te volait ton image exquise et toute neuve,

Et s’en allait, joyeux, la porter à la mer !…

Vois-tu cela d’ici, mon souci le plus cher ?

Si la Seine emportait la radieuse trace

De ton minois rieur… jusqu’au Havre de Grâce !

Ton reflet pourrait bien alors être emmené

Juste près du bateau d’un pêcheur de la Manche,

Qui hale son filet et sur le flot se penche…

 

Hein ! comme il aurait peur, le bon vieux goudronné !

 

Ernest d’Hervilly, Une jeune femme à la mer, Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux, Alphonse Lemerre [Slatkine Reprints], 1876, III. 1876 (p. 196).

 

AUTEUR : D’HERVILLY, Ernest

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poèsie

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se promener

-amours