Archives par mot-clé : fleuve

Miquel Barceló, Hervé Guibert, Entretien [1990], Yvon Lambert, 2012

Miquel Braceló, ami d’Hervé Guibert et peintre, a retranscrit dans cet ouvrage cinq entretiens avec son ami, entre Palma de Majorque, Paris et Ségou au Mali entre 1990 et 1991. Ils évoquent leur rapport aux lieux et à la peinture. Dans cet entretien de 1990 à Paris, Hervé Guibert revient sur son séjour au Portugal, lorsqu’il rencontre la jeune fille en noir. Elle était arrivée en cherchant une chambre pour dormir. Il raconte à Miquel Braceló qu’il allait sur le fleuve portugais (à définir, potentiellement Douro) avec la jeune fille en noir pour la peindre. 

 

Comment as-tu fait la cour à la jeune fille en noir ?

Ça a duré une éternité avant qu’il se passe quelque chose. Nous passions ensemble des journées très paisibles, j’avais loué un petit bateau, et on partait sur le fleuve avec du papier. Je travaillais dans des salines avec de la boue, des dépôts végétaux. Comment peut-on travailler en plein air d’après le vrai ? Quels rapports peut-il y avoir entre le regard et la peinture d’après nature ? Ni le cinéma ni la photographie ne peuvent s’approcher de ce rapport entre le regard et la main. Au Portugal, j’avais ce regard absolu de mer, de ciel et de terre. Avec les grandes marées la mer est très impressionnante : sur des kilomètres les gens cherchent des crabes, dans une odeur très forte de vase et de goémons. Géologiquement, les rochers sont coupés, à pic avec des strates, ce sont des choses que j’ai beaucoup appliquées dans les peintures que j’ai faites cet été-là, en 83 au Portugal. Elles ont un aspect organique, avec les mouvements de mer et de rochers, et elles ont aussi quelque chose de cartographique. 

MIQUEL BARCELÓ, HERVÉ GUIBERT, ENTRETIEN [1990], YVON LAMBERT, 2012, p. 46

Remy BELLEAU, Épithalame chanté par les Nymphes de Seine, 1559

 

L’auteur de la Pléiade compose ce chant poétique en invoquant la Nymphe de la Seine, personnification merveilleuse du fleuve, lui permettant par l’entremise de son évocation, de célébrer la fille du roi Henri II, Madame Claude, pour son mariage à venir avec le duc de Lorraine. L’heureux poème offre une Seine enchantée, propice à la fête, aux amours et à la musique.

 Nymphes qui vos tresses blondes

Mignotez dessus les bords,

Des claires et belles ondes,

De la Seine au plis retors,

Si quelque flamme amoureuse

Vous échauffe sous les eaux,

Chantez les chastes flambeaux,

De cette nuit bienheureuse. (…)

 

Serre ta robe ondoyante

D’un long repli blanchissant,

Et d’une agrafe mordante

Ton brodequin jaunissant, (…)

 

Et toi Ciel, que l’on répande

Par l’air un fleuve d’odeurs,

Une moisson de lavande,

De lys, de roses, de fleurs,

Tant que la terre enivrée

Du nectar de ces présents,

Toujours grosse d’un printemps,

Fasse une saison d’orée.

 

Nymphe des eaux citoyennes,

Nymphettes aux beaux talons,

Aux gorges musiciennes,

Dansez dessus vos sablons (…)

 

Autant les Nymphes sacrées,

Les Nymphettes aux yeux vers,

De leur bouchettes sucrées,

Au lit chantèrent ces vers,

Prenant la boucle fatale

De leur belle, et blanche main,

La bouclèrent sous le sein

De cette Nymphe Royale.

 

BELLEAU Rémy, Épithalame sur le mariage de Monseigneur le duc de Lorraine et de Madame Claude Fille du Roy, chanté par les Nymphes de Seine et de Meuse, Paris : A. Wechel, 1559 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k713025.r=epithalame%20lorraine%20madame%20claude?rk=42918;4

 

AUTEUR : Rémy Belleau

 

EPOQUE : XVI

 

GENRE : Poésie

 

LIEU : Inconnu

 

STRATE : AU BORD / DANS

 

THEMATIQUE 3 : SEINE à LOISIRS

– se baigner

– plaisirs

– amours

 

THEMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • le fleuve

 

Lord BYRON, « Âge de bronze » dans Œuvres complètes de Lord Byron

Dans L’Âge de bronze (1823), satire en vers de la politique européenne, le poète romantique anglais Lord Byron se réfère aux guerres napoléoniennes. La Seine incarne ici la France, dont les soldats ont déserté les rives pour aller verser leur sang dans les batailles.

Thou other Element! as strong and stern,

To teach a lesson conquerors will not learn!—

Whose icy wing flapped o’er the faltering foe,

Till fell a hero with each flake of snow;

How did thy numbing beak and silent fang,

Pierce, till hosts perished with a single pang!

In vain shall Seine look up along his banks

For the gay thousands of his dashing ranks!

In vain shall France recall beneath her vines

Her Youth—their blood flows faster than her wines;

Lord BYRON, “Age of Bronze” in The Works of Lord Byron [1823], A new, revised, and enlarged edition, with illustrations, V, Ed. Ernest Hartley Coleridge, Londres, 1910, p. 552

Seul tu restes sans rivaux jusqu’aux feux à venir

Dans lequel doivent finir tous les empires !

Et toi, antagoniste du feu ! Indomptable et rude puissance qui

Donnas aux conquérants des leçons dont ils n’ont point profité !…

Ton aile de glace s’étendit sur l’ennemi chancelant,

Et pour chaque flocon de ta neige, il tomba un héros ;

Sous les coups stupéfiants de ton bec et de tes serres silencieuses, des bataillons expirèrent À la fois en une seule palpitation d’agonie !

En vain la Seine cherchera sur ses rives ses milliers de braves si brillants et si gais

En vain la France rappellera ses jeunes hommes sous l’abri de ses treilles ;

Leur sang coule à flots plus pressés que ses vins ;

Lord BYRON, « Âge de bronze » dans Œuvres complètes de Lord Byron / traduction de Louis Barré, Paris, Ed. Bry Ainé, 1856, p. 109

Guy de MAUPASSANT, Bel-Ami [1885]

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

Dans le roman Bel-Ami, Georges Duroy va présenter sa jeune épouse à ses parents à Canteleu. Sur la route, les époux sont saisis par le spectacle panoramique de la ville de Rouen.

« On dominait l’immense vallée, longue et large que le fleuve parcourait d’un bout à l’autre, avec de grandes ondulations. On le voyait venir de là-bas, taché par des îles nombreuses et décrivant une boucle avant de traverser Rouen. Puis la ville apparaissait sur la rive droite, un peu noyée dans la brume matinale, avec des éclats de soleil sur les toits, et ses mille clochers légers, pointus ou trapus, frêles et travaillés comme des bijoux géants, ses tours carrées rondes coiffées de couronnes héraldiques, ses beffrois, ses clochetons, tout le peuple gothique des sommets d’églises que dominait la flèche aigue de la cathédrale […] en face, de l’autre côté du fleuve, s’élevaient, rondes et renflées à leur faîte, les minces cheminées d’usine du vaste faubourg Saint-Sever.

Plus nombreuses que leurs frères les clochers, elles dressaient jusque dans la campagne lointaine leurs longues colonnes de briques et soufflaient dans le ciel bleu leur haleine noire de charbon. […]

Et la Seine, ayant passé entre les deux cités, continuait sa route, longeait une grande côte onduleuse boisée en haut et montrant par places ses os de pierre blanche, puis elle disparaissait à l’horizon après avoir encore décrit une longue courbe arrondie. On voyait des navires montant et descendant le fleuve traînés par des barques à vapeur grosses comme des mouches, et qui crachaient une fumée épaisse. Des îles, étalées sur l’eau, s’alignaient toujours l’une au bout de l’autre, ou bien laissant entre elles de grands intervalles, comme les grains inégaux d’un chapelet verdoyant. »

Guy de MAUPASSANT, Bel-Ami [1885], Romans, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1987, p. 356.

PARIS-AUTERLITZ DE RAFAEL CHIRBES

Dans le roman de l’auteur contemporain Raphael CHIRBES, Paris-Austerlitz (2015), des trajets en train servent de décor à l’intrigue, qui narre un amour passionnel. La Seine se donne à voir à travers l’espace mobile du train, qui réunit ou éloigne les amants, notamment à Ivry, dans une double mobilité ferroviaire et fluviale. La Seine devient « propriété sentimentale ». Ce sont également d’autres d’autres, d’autres trains, d’autres villes qui affleurent, dans la figuration d’une « Seine-monde ».

Tous droits réservés ®

Pendant que le train de nuit traversait une Castille Glacée, j’écrivis sur le capricieux (et généreux) fleuve de la vie qui nous avait unis, et sur les deux rails luisants sur lesquels avançait le train qui allait nous réunir. J’écrivis aussi sur cet autre fleuve, la Seine, que nous rencontrions continuellement dans nos parcours : suburbains aux abords d’Ivry ; triste blessure entre deux jachères en chantier – les monstrueux édifices publics voulus par Mitterrand – à la sortie de la gare d’Austerlitz et, de l’autre côté, sur le quai de Bercy ; le plus beau fleuve du monde dans son avancée entre les vieilles pierres de la ville que je trouvais encore la plus belle de toutes les villes. Je décrivis dans les pages de mon cahier les voies du train comme un fleuve qui nous réunissait : elles sont notre fleuve, elles vont toujours de toi à moi, solides rubans d’acier de gare à gare : Madrid-Chamartin/ Paris-Austerlitz.

[…]

Avec les premières lumières du jour, la Seine apparut juste un instant entre les arbres qui couraient parallèles à la voie. C’était Ivry, où travaillait Michel. Le train arrivait dans quelques petites minutes à Paris. De l’eau montait de la brume qui faisait comme un nuage de fumée. Je reconnus dans le paysage quelque chose qui m’appartenait, une propriété sentimentale.

Rafael CHIRBES, Paris-Austerlitz [2015], Payot & Rivages, Paris, 2017, p. 89-95