Archives par mot-clé : îles de la Seine

Auguste de châtillon, promenade à l’île saint-ouen-saint-denis (partant des batignolles), 1857

L’ouvrage << Promenade à l’île de Saint-Ouen-Saint-Denis partant des Batignolles >>, Auguste de Châtillon regroupe plusieurs textes à travers lesquels le lecteur peut se promener sur l’île Saint-Ouen-Saint-Denis.

III

<< À la Maison Blanche on s’arrête.
En descendant de la banquette
À gauche on traverse Saint-Ouen ;
On suit un parc qui s’étend loin
Et jusque vers l’eau se projette.

Lors, c’est un beau spectacle a voir ;
Cette île, ainsi qu’en un miroir,
Dans la Seine au loin se reflète,
Et, comme fait une coquette,
Se mire du matin au soir.

Tout scintille sous la lumière,
Tout retentit sur la rivière,
Tout est musique avec l’écho ;
Le bruit de la rame sur l’eau,
Le battoir de la lavandière.

Malgré l’éclat du pont nouveau,
Je préfère l’ancien bateau
Là, chaque coup de rame berce,
Pendant le temps que l’on traverse
On laisse aller sa main dans l’eau.

Cette île semble un coin de terre
Pour l’amour et pour le mystère…
On doit visiter avec soin
Cette île Saint-Denis-Saint-Ouen !
C’est comme une île de Cythère

Où vont s’éparpiller, nombreux,
De belles grappes d’amoureux
En plein soleil de la jeunesse !
Le temps mûrit, le temps nous presse…
— Aimons pour trois plus que pour deux. >>

Auguste de Châtillon, Promenade à l’île Saint-Ouen-Saint-Denis, imp. de Pilloy, 1875, p.5-6

 

AUTEUR  : AUGUSTE DE CHÂTILLON

ŒUVRE  : Promenade à l’île Saint-Ouen-Saint-Denis (partant des Batignolles)

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : SAINT-OUEN-SAINT-DENIS

STRATE  :

AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 3  : LOISIRS EN SEINE

-Amours

Guillaume APOLLINAIRE, Il y a [1915]

L’île des impressionnistes de Croissy est célèbre pour avoir abrité le cabaret flottant La Grenouillère, lieu de loisirs célébré par de nombreux peintres et écrivains de la seconde moitié du XIXe.

Dans Calligrammes (1918), Guillaume Apollinaire, auteur du célèbre poème sur la Seine « Le Pont Mirabeau », fait revivre le temps passé de façon mélancolique.

Au bord de l’île on voit

Les canots vides qui s’entre-cognent

Et maintenant

Ni le dimanche ni les jours de la semaine

Ni les peintres ni Maupassant ne se promènent

Bras nus sur leurs canots avec des femmes à grosses poitrines

Et bêtes comme chou

Petits bateaux vous me faites bien de la peine

Au bord de l’île

Guillaume APOLLINAIRE, Il y a [1915], Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, 1965, p. 352.

Guy de MAUPASSANT, Bel-Ami [1885]

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

Dans le roman Bel-Ami, Georges Duroy va présenter sa jeune épouse à ses parents à Canteleu. Sur la route, les époux sont saisis par le spectacle panoramique de la ville de Rouen.

« On dominait l’immense vallée, longue et large que le fleuve parcourait d’un bout à l’autre, avec de grandes ondulations. On le voyait venir de là-bas, taché par des îles nombreuses et décrivant une boucle avant de traverser Rouen. Puis la ville apparaissait sur la rive droite, un peu noyée dans la brume matinale, avec des éclats de soleil sur les toits, et ses mille clochers légers, pointus ou trapus, frêles et travaillés comme des bijoux géants, ses tours carrées rondes coiffées de couronnes héraldiques, ses beffrois, ses clochetons, tout le peuple gothique des sommets d’églises que dominait la flèche aigue de la cathédrale […] en face, de l’autre côté du fleuve, s’élevaient, rondes et renflées à leur faîte, les minces cheminées d’usine du vaste faubourg Saint-Sever.

Plus nombreuses que leurs frères les clochers, elles dressaient jusque dans la campagne lointaine leurs longues colonnes de briques et soufflaient dans le ciel bleu leur haleine noire de charbon. […]

Et la Seine, ayant passé entre les deux cités, continuait sa route, longeait une grande côte onduleuse boisée en haut et montrant par places ses os de pierre blanche, puis elle disparaissait à l’horizon après avoir encore décrit une longue courbe arrondie. On voyait des navires montant et descendant le fleuve traînés par des barques à vapeur grosses comme des mouches, et qui crachaient une fumée épaisse. Des îles, étalées sur l’eau, s’alignaient toujours l’une au bout de l’autre, ou bien laissant entre elles de grands intervalles, comme les grains inégaux d’un chapelet verdoyant. »

Guy de MAUPASSANT, Bel-Ami [1885], Romans, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1987, p. 356.

Guy de MAUPASSANT, « La femme de Paul », La Maison Tellier [1881]

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

L’action de la nouvelle « La Femme de Paul » se déroule sur l’île de Croissy abritant le cabaret flottant La Grenouillère, lieu de loisirs célébré par de nombreux peintres et écrivains de la seconde moitié du XIXe.

Aux abords de la Grenouillère, une foule de promeneurs circulait sous les arbres géants qui font de ce coin d’île le plus délicieux parc du monde. Des femmes, des filles aux cheveux jaunes, aux seins démesurément rebondis, à la croupe exagérée, au teint plâtré de fard, aux yeux charbonnés, aux lèvres sanguinolentes, lacées, sanglées en des robes extravagantes, traînaient sur les frais gazons le mauvais goût criard de leurs toilettes; tandis qu’à côté d’elles des jeunes gens posaient en leurs accoutrements de gravures de modes, avec des gants clairs, des bottes vernies, des badines grosses comme un fil et des monocles ponctuant la niaiserie de leur sourire.

L’île est étranglée juste à la Grenouillère, et sur l’autre bord, où un bac aussi fonctionne amenant sans cesse les gens de Croissy, le bras rapide, plein de tourbillons, de remous, d’écume, roule avec des allures de torrent. Un détachement de pontonniers, en uniforme d’artilleurs, est campé sur cette berge, et les soldats, assis en ligne sur une longue poutre, regardaient couler l’eau.

Dans l’établissement flottant, c’était une cohue furieuse et hurlante. Les tables de bois, où les consommations répandues faisaient de minces ruisseaux poisseux, étaient couvertes de verres à moitié vides et entourées de gens à moitié pris. Toute cette foule criait, chantait, braillait. Les hommes, le chapeau en arrière, la face rougie, avec des yeux luisants d’ivrognes, s’agitaient en vociférant par un besoin de tapage naturel aux brutes. Les femmes, cherchant une proie pour le soir, se faisaient payer à boire en attendant; et, dans l’espace libre entre les tables, dominait le public ordinaire du lieu, un bataillon de canotiers chahuteurs avec leurs compagnes en courte jupe de flanelle.

Guy de MAUPASSANT, « La femme de Paul », La Maison Tellier [1881], Paris, Gallimard, 1990, p. 209 (FOLIO)

Octave MIRBEAU, Dans le ciel

Octave MIRBEAU (1848-1917) venait d’acheter Les Tournesols et les Iris de Vincent VAN GOGH (1853-1890) lorsqu’il écrit Dans le ciel où Lucien, un des deux personnages principaux du roman, est librement inspiré de ce dernier. Lucien envoie cette lettre à son ami Georges pour lui décrire à la fois ses nouvelles inspirations pour la peinture et ses états d’âmes.

Depuis que je t’ai quitté, j’ai beaucoup marché, et j’ai rencontré des motifs inouïs, des paysages épatants, un entre autres, mazette ! Figure-toi dans une vallée resserrée, entre des coteaux, moitié craie rose, moitié pins, et d’une merveilleuse ondulation, la Seine très large. Parmi les eaux laiteuses, sous le ciel doux, des quantités de petites îles plantées de peupliers. De loin, à mi-côte, cela ressemble à de vagabondes cathédrales, à de gigantesques escadres, ou plutôt à des Atlantides, victorieuses de leur engloutissement séculaire, et resurgies, des fonds noirs de fucus, dans l’éclatant soleil de la vie. Oui, mais va donc rendre la majesté de ça !

Octave MIRBEAU, Dans le ciel, Les Éditions du Boucher, Société Octave Mirbeau, 2003, p. 108

Émile ZOLA, Thérèse Raquin [1867]

Émile ZOLA a aimé séjourner en bord de Seine. En 1878, il fit l’acquisition d’une maison à Médan, où il vécut et écrivit jusqu’en 1902.

Dans le roman Thérèse Raquin, Thérèse et Laurent, qui sont amants, décident d’assassiner Camille, devenu un époux encombrant. Ils profitent d’un dîner dans une guinguette sur les rives de Saint-Ouen pour proposer une promenade en canotier. Laurent va noyer Camille. La scène du meurtre est précédée par une évocation oppressante et crépusculaire eu fleuve.

Laurent prit les rames. Le canot quitta la rive, se dirigeant vers les îles avec lenteur. Le crépuscule venait. De grandes ombres tombaient des arbres, et les eaux étaient noires sur les bords. Au milieu de la rivière, il y avait de larges traînées d’argent pâle. La barque fut bientôt en pleine Seine. Là, tous les bruits des quais s’adoucissaient; les chants, les cris arrivaient, vagues et mélancoliques, avec des langueurs tristes. On ne sentait plus l’odeur de friture et de poussière. Des fraîcheurs traînaient. Il faisait froid. Laurent cessa de ramer et laissa descendre le canot au fil du courant. En face, se dressait le grand massif rougeâtre des îles. Les deux rives, d’un brun sombre taché de gris, étaient comme deux larges bandes qui allaient se rejoindre à l’horizon. L’eau et le ciel semblaient coupés dans la même étoffe blanchâtre. Rien n’est plus douloureusement calme qu’un crépuscule d’automne. Les rayons pâlissent dans l’air frissonnant, les arbres vieillis jettent leurs feuilles. La campagne, brûlée par les rayons ardents de l’été, sent la mort venir avec les premiers vents froids. Et il y a, dans les cieux, des souffles plaintifs de désespérance. La nuit descend de haut, apportant des linceuls dans son ombre. Les promeneurs se taisaient. Assis au fond de la barque qui coulait avec l’eau, ils regardaient les dernières lueurs quitter les hautes branches. Ils approchaient des îles. Les grandes masses rougeâtres devenaient sombres; tout le paysage se simplifiait dans le crépuscule; la Seine, le ciel, les îles, les coteaux n’étaient plus que des taches brunes et grises qui s’effaçaient au milieu d’un brouillard laiteux.

Camille, qui avait fini par se coucher à plat ventre, la tête au-dessus de l’eau, trempa ses mains dans la rivière.

–Fichtre! que c’est froid! s’écria-t-il. Il ne ferait pas bon de piquer une tête dans ce bouillon-là.

Laurent ne répondit pas. Depuis un instant il regardait les deux rives avec inquiétude ; il avançait ses grosses mains sur ses genoux, enserrant les lèvres. Thérèse, roide, immobile, la tête un peu renversée, attendait. »

Émile ZOLA, Thérèse Raquin [1867], citation extraite du « Livre de poche », 1984, p. 87

“Les chiens d’Asnières”, Raymond QUENEAU, 1943

Dans son recueil Les Ziaux, Raymond QUENEAU consacre un poème au cimetière des animaux d’Asnières. Et c’est vers Le Havre, où finit le fleuve, qui représente aussi le lieu de l’origine (la poète y est né), que chemine la rêverie mélancolique sur la Seine.

On enterre les chiens on enterre les chats

on enterre les chevaux on enterre les hommes

on enterre l’espoir on enterre la vie

on enterre l’amour — les amours

on enterre les amours — l’amour

on enterre en silence le silence

on enterre en paix — la paix

la paix — la paix la plus profonde

sous une couche de petits graviers multicolores

de coquilles Saint-Jacques et de fleurs multicolores

il y a une tombe pour tout

à condition d’attendre

il fait nuit il fait jour

à condition d’attendre

la Seine descend vers la mer

l’île immobile ne descend pas

la Seine remontera vers sa source

à condition d’attendre

et l’île naviguera vers le Havre de Grâce

à condition d’attendre

on enterre les chiens on enterre les chats

deux espèces qui ne s’aiment pas

Raymond QUENEAU, Les Ziaux, Paris, Gallimard, 1948. Citation extraite de L’instant fatal, précédé de Les Ziaux, Paris, Gallimard, « Poésie / Gallimard », 1992, p. 53.