Archives par mot-clé : La seine interlope

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, « L’Année terrible », 1872

Victor Hugo fait dans son poème, « En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens », écrit en 1872, une description du siège de Paris par la Prusse en 1871. Enfermé dans Paris durant le siège, Hugo fait une ode à la défense parisienne. Les Prussiens s’enhardissent de pouvoir prendre Paris aussi facilement qu’une prostituée, mais Hugo remarque, avec une pointe d’ironie, que s’ils espèrent qu’elle leur « ouvrira ses bras », c’est la Seine qui accueille dans son lit les cadavres des soldats ennemis, jouant ainsi d’ironie et du jeu de mots entre le lit d’une prostituée et celui du fleuve.

V

Oui, vous êtes venus et vous voilà couchés ;
Vous voilà caressés, portés, baisés, penchés,
Sur le souple oreiller de l’eau molle et profonde ;
Vous voilà dans les draps froids et mouillés de l’onde ;
C’est bien vous, fils du Nord, nus sur le flot dormant !
Vous fermez vos yeux bleus dans ce doux bercement.
Vous aviez dit : « – Allons chez la prostituée.
Babylone, aux baisers du monde habituée,
Est là-bas ; elle abonde en rires, en chansons ;
C’est là que nous aurons du plaisir ; ô Saxons,
O Germains, vers le Sud tournons notre œil oblique,
Vite ! en France ! Paris, cette ville publique,
Qui pour les étrangers se farde et s’embellit,
Nous ouvrira ses bras… » – Et la Seine son lit.

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, L’Année terrible, Michel Lévy, frères, 1872 (p. 64)


AUTEUR : HUGO, Victor
ÉPOQUE : XIX
GENRE : Poème
LIEU : Paris 
STRATE : Dans / Au bord

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-guerroyer

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE
-meurtre

Guy de Maupassant, « Sur l’eau » [1876], La Maison Tellier, [1888]

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.  A partir de 1873, Maupassant avait loué une chambre à Argenteuil en bordure de Seine.

La nouvelle « Sur l’eau » n’évoque pas un lieu précis, on sait seulement que la scène se déroule à « plusieurs lieues de Paris ». Deux éléments attirent l’attention dans la peinture du fleuve : la passion du canotage ; l’évocation de la pêche, qui se colore d’une dimension fantastique et horrifique ici (c’est le cadavre d’une femme noyée, une pierre attachée à son coup, qu’il lui arrivera de pêcher).

Le narrateur discute avec un vieux canotier rencontré à l’occasion d’une promenade au bord de l’eau.

J’avais loué, l’été dernier, une petite maison de campagne au bord de la Seine, à plusieurs lieues de Paris, et j’allais y coucher tous les soirs. Je fis, au bout de quelques jours, la connaissance d’un de mes voisins, […]. C’était un vieux canotier, mais un canotier enragé, toujours près de l’eau, toujours sur l’eau, toujours dans l’eau. Il devait être né dans un canot, et il mourra bien certainement dans le canotage final. Un soir que nous nous promenions au bord de la Seine, je lui demandai de me raconter quelques anecdotes de sa vie nautique. Voilà immédiatement mon bonhomme qui s’anime, se transfigure, devient éloquent, presque poète. Il avait dans le cœur une grande passion, une passion dévorante, irrésistible : la rivière.

– Ah ! me dit-il, combien j’ai de souvenirs sur cette rivière que vous voyez couler là près de nous ! […] Pour [un pêcheur], c’est la chose mystérieuse, profonde, inconnue, le pays des mirages et des fantasmagories, où l’on voit, la nuit, des choses qui ne sont pas, où l’on entend des bruits que l’on ne connaît point, où l’on tremble sans savoir pourquoi, comme en traversant un cimetière : et c’est en effet le plus sinistre des cimetières, celui où l’on n’a point de tombeau. La terre est bornée pour le pêcheur, et dans l’ombre, quand il n’y a pas de lune, la rivière est illimitée. […] Elle ne gronde pas, elle coule toujours sans bruit, et ce mouvement éternel de l’eau qui coule est plus effrayant pour moi que les hautes vagues de l’Océan.

MAUPASSANT, Guy de, « Sur l’eau » [1876], La Maison Tellier, [1888], citation extraite du volume Folio, 1990, p. 114. 

Souvenirs d’une morte vivante, Victorine Brocher, 1909

 

C’est en 1909 qu’est publié pour la première fois Souvenirs d’une morte vivante, un des seuls témoignages direct d’une femme du peuple entièrement impliquée dans la Commune de Paris. Fille de militants, elle a participé comme ambulancière à toutes les victoires et les défaites des fédérés, partageant tous leurs espoirs et toutes leurs souffrances. La Seine, dans ce décor d’un Paris insurrectionnel, est toujours présente en toile de fond, et souvent comparée par l’auteure aux rives de sa Loire natale qui, elle, coule loin de la violence subit au quotidien par les insurgés.

« La Seine, ce tombeau des désespérés, ne rends pas toujours ceux qu’elle engloutit dans son sein. »

BROCHER Victorine, Souvenirs d’une morte vivante, Libertalia, 2017, p. 81

Gesta Normannorum Ducum, Guillaume de Jumièges, 1060

La Gesta Normannorum ducum, « Exploits des Ducs Normands », est l’oeuvre du moine Guillaume de Jumièges, retraçant l’histoire de la Normandie et des Normands depuis les invasions vikings. Cette oeuvre à été continuée sur ordre de Guillaume le Conquérant  par Orderic Vital et Robert de Torigni et s’inscrit à la suite du De moribus et actis primorum Normanniae ducum de Dudon de Saint-Quentin. Dans cet ouvrage essentiel aux historiens de la Normandie sont illustrées les utilisations de la Seine comme vecteur de déplacement, de délimitation de territoire, mais aussi d’un point de vue militaire tout en évoquant des instants de vie sur ses rives.

« Tout couverts du sang de ces libations et poussés par un vent favorable, ces hommes donc abordent à un port du Vermandois, l’an 851 de l’Incarnation du Seigneur. S’élançant alors hors de leurs navires, ils livrent aussitôt tout le comté aux feux de Vulcain. Dans leur fureur brutale ils incendient en outre le monastère de Saint-Quentin et commettent sur le peuple chrétien d’horribles cruautés. L’êvéque de Noyon, Emmon, et ses diacres périssent sous leurs glaives et le petit peuple, privé de son pasteur, est massacré. De là allant attaquer les rives de la Seine, Les Danois s’arrêtent avec leur flotte devant Jumièges et commencent à l’assiéger. Ce lieu est à bon droit appelé Gemeticus ; car ils y gémissent sur leurs péchés, ceux qui n’auront point à gémir dans les flammes vengeresses. Quelques-uns pensent qu’il a été appelé ainsi Gemmeticus à raison du mot gemme, pierre précieuse, et parce que la beauté de son site et l’abondance de ses productions le font resplendir comme resplendit  une pierre précieuse sur un anneau. […] »

De Jumièges Guillaume, Histoire des Normands, trad. F. Guizot, Paleo, 2004, Livre I, Chap. 6, p. 22

« Après cela, fendant les eaux du fleuve de la Seine, ces hommes se rendent à Rouen, détruisent cette ville par le  feu, et font  un horrible carnage du peuple chrétien. Pénétrant ensuite plus avant  dans l’intérieur de la France, ils envahissent avec une férocité de Normands presque tout le pays de Neustrie, qui s’étend en ligne transversale depuis la ville d’Orléans jusqu’à Lutèce, cité des Parisiens. […] »

Op. cit. Livre I, Chap. 7, p. 23

« Les choses ainsi terminées, Les Danois et leur duc Rollon livrèrent leurs voiles au vent, et abandonnant le fleuve de l’Escaut pour naviguer à travers la mer, l’an 876 de l’Incarnation du Seigneur, ils entrèrent dans les eaux de la Seine, poussés par un vent favorable, arrivèrent à Jumièges, et déposèrent le corps de la sainte vierge Ameltrude, qu’ils avaient transporté de Bretagne, sur l’autel de la chapelle de saint-Waastn situé au-delà du fleuve. Cette chapelle a porté jusqu’à présent le nom de cette vierge. […] Après cela, les Daces empressés dirigèrent promptement vers les remparts de la ville leurs navires chargés de nombreux chevaliers, et abordèrent à la porte qui touche à l’église de Saint-Martin. Considérant, dans la sagacité de leur esprit, que la citadelle de la ville était bien défendue par terre et par mer, et pouvait être aisément approvisionnée avec les épargnes, ils résolurent d’un commun accord d’en faire la capitale de tout leur comté.

Rollon doc s’étant emparé de Rouen méditait en son cœur artificieux la ruine de la ville de Paris, et s’en occupait avec les siens, semblable à un loup dévorant, et ayant soif dans sa fureur païenne, du sang des Chrétiens. Détachant alors leurs navires, et sillonnant les flots de la Seine, ils vinrent s’arrêter auprès de Hasdans, que l’on appelle aussi Arques. Renaud, duc de toute la France, ayant appris l’arrivée inopinée des Païens, se porta au-devant d’eux sur le fleuve de l’Eure…[…] »

Op. cit. Livre II, Chap. 9, p. 52

« Renaud ne pouvant supporter la honte de sa fuite, rassembla de nouveau une plus grande armée et alla tout à coup attaquer Rollon. Mais celui-ci marchant à sa rencontre fit périr quelques-uns de ses hommes par le glaive, et les autres ayant pris honteusement la fuite, il les poursuivit ; Renaud lui-même tomba mort, percé d’un trait par un pêcheur de la Seine qui s’était donné à Rollon. Alors Rollon levant les ancres, fit force de rames vers Paris, mit le siège autour de cette ville, et y fit conduire le butin enlevé de tous côtés. […] »

Op. cit. Livre II, Chap 12, p. 57

« De là ayant rassemblé de nouveau une multitude de jeunes gens d’élite, et emportant de très grands présents qu’il reçut du roi, il retourna en France, et détachant aussitôt les comtes de son armée, il les envoya par eau, les uns sur le fleuve de le Seine, d’autres sur celui de la Loire, d’autres sur celui de la Gironde, pour qu’ils eussent à dévaster les provinces intermédiaires. Lui-même se rendit ensuite à Paris, recommença le siège de cette ville, et se mit à dévaster le territoire de ses ennemies. […] »

Op. cit. Livre II, Chap. 13, p. 60

 » On raconte encore dans le people au sujet de ce duc beaucoup d’autres choses digne d’être rapportées, mais je me bornerai au fait suivant. Après avoir chassé dans la forêt qui s’élève sur les bords de la Seine tout près de Rouen, le duc, entouré de la foule de ses serviteurs, mangeait et était assis au-dessus du lac que  nous appelons en langage familier la mare, lorsqu’il suspendit à un chêne des bracelets d’or. Ces bracelets demeurèrent trois ans à la même place et intacts, tant on avait une grande frayeur du duc ; et comme ce fait mémorable e passe auprès de la mare, aujourd’hui encore  cette forêt elle-même est appelée la Mare de Rollon. […] »

Op. Cit. Livre II, Chap. 20, p. 70

“Nous savons que Hugues-le-Grand a été longtemps d’intelligence avec les Normands, et c’est pourquoi il convient que tu cherches à le séduire par tes présents. Concède-lui donc le duché de Normandie, depuis la Seine jusqu’à la mer, en te réservant la ville de Rouen, afin que, privée de son assistance, cette race perfide soit enfin forcée à sortir du pays. […] »

Op. cit. Livre IV, Chap. 5, p. 99

« Il fit à celui-ci toutes sortes de promesses pour n’être pas livré en trahison à son ennemi ; et enfin le chevalier cédant aux larmes du Roi le conduisit en secret et le cacha dans une certaine île de la Seine. […] »

Op. cit. Livre IV, Chap 7, p. 105

 » […] Ensuite, au jour fixé, les drapeaux furent dressés dans les airs, les voiles livrées au soufflé favorable des vents, et les navires ayant rapidement traversé la mer, vinrent aborder auprès de l’embouchure de la Seine. Ayant appris leur arrivée, le duc, transporté de joie, alla aussitôt à leur rencontre, et tandis qu’il marchait devant eux, leur navires remontaient à force de rames le fleuve de la Seine; ils arrivèrent promptement au fossé de Givold, et après qu’ils eurent jetés les ancres, on tint conseil sur la destruction de la France. […] »

Op. cit. Livre IV, Chap. 16, p. 118

Les Déliquescences D’Adoré Floupette, Henri Beauclair, 1885

Henri Beauclair, caché aux côtés de son acolyte de plume derrière le pseudonyme d’Adoré Floupette, publia en 1885 un recueil satirique nommé Les Déliquescences. Ici y sont tournés en dérision le symbolisme et le décadentisme, courants majeurs de ce siècle. Ainsi Sergio Cigada, grand critique et essayiste, qualifiera Les Déliquescences de « Brillante parodie du maniérisme décadent-symboliste. » dans Études sur le symbolisme.  Un poème parmi les autres se détache car y est mis en scène, sur ce ton parodique propre au recueil, la légende des énervés de Jumièges dérivant posément sur la Seine.

« L’Horizon s’emplit
De lueurs flambantes,
Aux lignes tombantes
Comme un Ciel de Lit.

L’Horizon s’envole,
Rose, Orange et Vert,
Comme un cœur ouvert
Qu’un relent désole.

Autour du bateau
Un remous clapote ;
La brise tapote
Son petit manteau,

Et, lente, très lente
En sa pâmoison
La frêle prison
Va sur l’eau dolente.

Ô Doux énervés,
Que je vous envie
Le soupçon de vie
Que vous conservez !

Pas de clameur vaine,
Pas un mouvement !
Un susurrement
Qui bruit à peine !

Vous avez le flou
Des choses fanées,
Âmes très vannées,
Allant Dieu sait où !

Comme sur la grève,
Le vent des remords,
Passe, en vos yeux morts,
Une fleur de rêve !

Et, toujours hanté
D’un ancien Corrège,
Je dis : Quand aurai-je
Votre Exquisité ? »

BEAUCLAIR Henri & VICAIRE Gabriel, Les Déliquescences : poèmes décadents d’Adoré Floupette avec sa vie par Marius Tapora, Lion Vanné, 1885, p. 53

Le Testament Français, Andreï Makine, 1995

Entre réminiscences d’une vie entière, questionnement de l’identité, et retour à la source d’une vocation, Le Testament Français est un voyage intense entre la Russie natale et la France d’accueil de son auteur, Andreï Makine. L’oeuvre se verra même récompensée du Goncourt 1995, année de sa parution au Mercure de France.  Dans cet extrait deux enfants se perdent en attention, avant de voir apparaître telle une rêverie les souvenirs que leur grand-mère leur conte. Le souvenir en question est celui de la crue de la Seine de 1910, où Paris  fut inondé au point de cacher l’épaule du zouave du pont de l’Alma, et que les députés se rendirent à l’assemblée en barque.

« Cependant, elle semblait ne pas même remarquer notre présence tendue. Ses mains restaient toujours immobiles sur ses genoux, son regard fondait dans la transparence du ciel. Un reflet de sourire éclairait ses lèvres…
Peu à peu nous nous abandonnâmes à ce silence. Penchés par-dessus la rampe, nous écarquillions les yeux en essayant de voir le plus de ciel possible. Le balcon tanguait légèrement, se dérobant sous nos pieds, se mettant à planer. L’horizon se rapprocha comme si nous nous élancions à travers le souffle de la nuit.
C’est au-dessus de sa ligne que nous discernâmes ce miroitement pâle – on eut dit des paillettes de petites vagues sur la surface d’une rivière. Incrédules, nous scrutâmes l’obscurité qui déferlait sur notre balcon volant. Oui, une étendue d’eau sombre scintillait au fond des steppes, montait, répandant la fraîcheur âpre des grandes pluies. Sa nappe semblait s’éclaircir progressivement – d’une lumière mate, hivernale.
Nous voyions maintenant sortir de cette marée fantastique les conglomérats noirs des immeubles, les flèches des cathédrales, les poteaux des réverbères – une ville ! Géant, harmonieuse malgré les eaux qui inondaient ses avenues, une ville fantôme émergeait sous notre regard.
Soudain, nous nus rendîmes compte que quelqu’un nous parlait depuis déjà un moment. Notre grand-mère nous parlait !
-Je devais avoir à l’époque presque le même âge que vous. C’était en hiver 1910, La Seine s’était transformée en une vraie mer. Les Parisiens naviguaient en barque. Les rues ressemblaient à des rivières, les places – des grands lacs. Et ce qui m’étonnait le plus, c’était le silence…
Sur notre balcon, nous entendions ce silence sommeillant de Paris inondé. Quelques clapotis de vagues au passage d’une barque, une voix assourdie au bout d’une avenue noyée.
La France de notre grand-mère, telle une Atlantide brumeuse, sortait des flots. »

MAKINE Andreï, Le testament français, Gallimard 2007, p. 28

Les inconnues de la seine, Frédérique molay, 2018

Résultat de recherche d'images pour "frédérique molay les inconnues de la seine"Tous droits réservés.®

Dans Les inconnues de La Seine (2018) de Frédérique Molay, le commissaire Nico Sirsky, chef de la brigade criminelle de Paris et ses hommes doivent faire face à un tueur en série. Ils découvrent le corps d’une jeune femme, jetée dans le fleuve, la Seine : 

« Nico emprunta la rive gauche jusqu’à l’entrée du port industriel, puis descendit vers le fleuve et les cimenteries. »

[…]

« Un plus loin sur la berge, un agent montait la garde auprès d’une bâche de protection qui recouvrait la victime. »

[…] 

 » – Puisque la Seine entre dans Paris depuis les 12e et 13e arrondissements, pour en sortir par les 15e et 16e, cela signifie que le corps a pu être balancé en proche banlieue, plus à l’est, avant de venir s’empêtrer dans cette péniche, précisa le lieutenant d’Almeida. »

Frédérique Molay , Les inconnues de la Seine : une enquête de Nico Sirsky. Thomas & Mercer, 2018, p. 353. 

Un fauteuil sur la Seine, Amin maalouf, 2016

Résultat de recherche d'images pour "amin maalouf un fauteuil sur la seine"Tous droits réservés.®

Sur les bords de la Seine, Amin Maalouf, l’auteur du roman Un fauteuil sur la Seine, nous raconte et nous fait redécouvrir l’histoire de la France et notamment la vie de 18 personnages qui se sont succédé au 29e fauteuil de l’Académie française depuis 1634. Il nous raconte l’histoire de divers rois, cardinaux, mais aussi d’auteurs comme Hugo en nous faisant parcourir la Seine :

[…]

« Huit jours après avoir prononcé cette harangue, l’académicien se noyait dans la Seine. Il avait quarante ans. »

[…]

« L’accident qui lui coûta la vie eut lieu près de Paris, à Charenton, le samedi 29 mai 1635. Bardin s’est comporté ce jour-là de manière impulsive, et passablement irréfléchie. Mais avec générosité, et même, pourrait-on dire, avec héroïsme. C’est ainsi, en tout cas, qu’il fut jugé à son époque, comme en témoigne un ouvrage de ce temps-là, d’auteur anonyme, intitulé De la prudence ou des bonnes règles de la vie : « Si l’on veut parler des hommes qui ont employés leurs vies pour ceux qu’ils aiment en d’autres occasions que les combats, je n’en vois point de plus bel exemple que celui du sieur Bardin, un des savants hommes de notre siècle. Étant précepteur du marquis d’Humières en sa jeunesse, il avait tant de soin de la conservation de sa personne qu’il ne l’abandonnait en aucun lieu. Comme il pris envie un jour au marquis de s’aller baigner dans la rivière de Seine près de Charenton, Bardin fut de la partie, mais le marquis s’aventura tellement qu’il se trouva en un endroit fort dangereux. »

Amin Maalouf, Un fauteuil sur la Seine : quatre siècles d’histoire de France, Grasset, 2016, p.336. 

Clepsydre sur Seine, Bertrand Puard, 2019

Alors qu’Ewan Lahuppe découvre sur ses écrans radars un microscopique village nommé Heurteauville aux abords de l’abbaye de Jumièges, son père décide d’aller s’y installer avec toute sa famille. Perdu au milieu de nulle part, une communauté scientifique et de nombreux milliardaires s’y cachent, ils découvrent alors un gisement de cristaux de temps piégé dans des dépôts alluvionnaires de la Seine. Son père Antoine tente de convaincre son fils :

 

— Nous en avons déjà discuté des dizaines de fois, Ewan, dit Claude en s’agenouillant devant son fils. Tu me parles toujours du négatif, sans voir tout ce que nous allons gagner à vivre là-bas. Et toi qui aimes tant les mystères et les légendes, tu seras servi avec l’abbaye de Jumièges qui se situe de l’autre côté de la Seine… Fais-moi confiance, fils, je t’assure que tu seras heureux là-bas… Si je pensais le contraire, je ne vous aurais pas fait venir, Marie, Chloris et toi, et nous aurions continué à vivre séparés, même si cette situation nous rendait tous tristes. Et pour ce qui est de tes copains parisiens que tu vas laisser derrière toi, eh bien ils viendront chez nous prendre le bon air normand le week-end…

 

Bertrand Puard, Clepsydre sur Seine, Editions du Rocher, 2019, p.2

Guy de Maupassant, « Mademoiselle Cocotte » [1883], Clair de lune et autres nouvelles

GUY DE MAUPASSANT, clair de lune
E. Monnier, Paris, 1884
Tous droits réservés ©

 

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

La nouvelle « Mademoiselle Cocotte » (1883) narre la noyade de la chienne Cocotte. Le cocher François est très attaché à Cocotte, même si elle devient embarrassante pour ses maîtres lorsqu’elle met au monde une multitude de chiots envahissant la propriété parisienne. À l’occasion d’un séjour dans la maison que ses maîtres possèdent à Biessard, dans la commune de Canteleu, François, en se baignant dans la Seine, découvre la charogne de sa chienne assassinée.

C’était une charogne énorme, gonflée, pelée, qui s’en venait, les pattes en l’air en suivant le courant.

François s’en approcha en faisant des brasses ; et, continuant ses plaisanteries :

– Cristi ! elle n’est pas fraîche. Quelle prise ! mon vieux. Elle n’est pas maigre non plus.

Et il tournait autour, se maintenant à distance de l’énorme bête en putréfaction.

Puis, soudain, il se tut et il la regarda avec une attention singulière ; puis il s’approcha encore comme pour la toucher, cette fois. Il examinait fixement le collier, puis il avança le bras, saisit le cou, fit pivoter la charogne, l’attira tout près de lui, et lut sur le cuivre verdi qui restait adhérent au cuir décoloré : “Mademoiselle Cocotte, au cocher François.”

La chienne morte avait retrouvé son maître à soixante lieues de leur maison !

Il poussa un cri épouvantable et il se mit à nager de toute sa force vers la berge, en continuant à hurler ; et, dès qu’il eut atteint la terre, il se sauva éperdu, tout nu, par la campagne. Il était fou !

MAUPASSANT, Guy de « Mademoiselle Cocotte » [1883], Clair de lune et autres nouvelles, Citation extraite du volume Folio, 1998, p. 96

Guy de Maupassant, La Maison Tellier

 

Auguste Renoir, Bain à la Grenouillère, 1869    La Bibliothèque électronique du Québec
Collection À tous les vents
Volume 192 : version 1.01.                                    Tous droits réservés ©

 

 

Plusieurs passages évoquent la Seine dans la nouvelle de Guy de Maupassant « La maison Tellier ». En voici quelques extraits :

« J’avais loué, l’été dernier, une petite maison de campagne au bord de la Seine, à plusieurs lieues de Paris, et j’allais y coucher tous les soirs. Je fis, au bout de quelques jours, la connaissance d’un de mes voisins, un homme de trente à quarante ans, qui était bien le type le plus curieux que j’eusse jamais vu. C’était un vieux canotier, mais un canotier enragé, toujours près de l’eau, toujours sur l’eau, toujours dans l’eau. Il devait être né dans un canot, et il mourra bien certainement dans le canotage final. Un soir que nous nous promenions au bord de la Seine, je lui demandai de me raconter quelques anecdotes de sa vie nautique. Voilà immédiatement mon bonhomme qui s’anime, se transfigure, devient éloquent, presque poète. Il avait dans le cœur une grande passion, une passion dévorante, irrésistible : la rivière.

– Ah ! me dit-il, combien j’ai de souvenirs sur cette rivière que vous voyez couler là près de nous ! Vous autres, habitants des rues, vous ne savez pas ce qu’est la rivière. Mais écoutez un pêcheur prononcer ce mot. Pour lui, c’est la chose mystérieuse, profonde, inconnue, le pays des mirages et des fantasmagories, où l’on voit, la nuit, des choses qui ne sont pas, où l’on entend des bruits que l’on ne connaît point, où l’on tremble sans savoir pourquoi, comme en traversant un cimetière : et c’est en effet le plus sinistre des cimetières, celui où l’on n’a point de tombeau. La terre est bornée pour le pêcheur, et dans l’ombre, quand il n’y a pas de lune, la rivière est illimitée. Un marin n’éprouve point la même chose pour la mer. Elle est souvent dure et méchante, c’est vrai, mais elle crie, elle hurle, elle est loyale, la grande mer ; tandis que la rivière est silencieuse et perfide. Elle ne gronde pas, elle coule toujours sans bruit, et ce mouvement éternel de l’eau qui coule est plus effrayant pour moi que les hautes vagues de l’Océan. »

[…]

« Des rêveurs prétendent que la mer cache dans son sein d’immenses pays bleuâtres, où les noyés roulent parmi les grands poissons, au milieu d’étranges forêts et dans des grottes de cristal. La rivière n’a que des profondeurs noires où l’on pourrit dans la vase. Elle est belle pourtant quand elle brille au soleil levant et qu’elle clapote doucement entre ses berges couvertes de roseaux qui murmurent. »

[…]

« Enfin, on avait traversé la Seine une seconde fois, et, sur le pont, ç’avait été un ravissement. La rivière éclatait de lumière ; une buée s’en élevait, pompée par le soleil, et l’on éprouvait une quiétude douce, un rafraîchissement bienfaisant à respirer enfin un air plus pur qui n’avait point balayé la fumée noire des usines ou les miasmes des dépotoirs. »

Dans un passage intitulé « Sur l’eau », une reprise d’une courte nouvelle de 1876 nommée « En canot », Maupassant utilise l’expérience effrayante d’un pécheur qui raconte l’une de ses mésaventures sur la Seine, entre la paranoïa et l’épouvante :

«Pendant quelque temps, je demeurai tranquille, mais bientôt les légers mouvements de la barque m’inquiétèrent. Il me sembla qu’elle faisait des embardées gigantesques, touchant tour à tour les deux berges du fleuve ; puis je crus qu’un être ou qu’une force invisible l’attirait doucement au fond de l’eau et la soulevait ensuite pour la laisser retomber. J’étais ballotté comme au milieu d’une tempête ; j’entendis des bruits autour de moi ; je me dressai d’un bond : l’eau brillait, tout était calme.»

[…]

«Cependant, la rivière s’était peu à peu couverte d’un brouillard blanc très épais qui rampait sur l’eau fort bas, de sorte que, en me dressant debout, je ne voyais plus le fleuve, ni mes pieds, ni mon bateau, mais j’apercevais seulement les pointes des roseaux, puis, plus loin, la plaine toute pâle de la lumière de la lune, avec de grandes taches noires qui montaient dans le ciel, formées par des groupes de peupliers d’Italie. J’étais comme enseveli jusqu’à la ceinture dans une nappe de coton d’une blancheur singulière, et il me venait des imaginations fantastiques. Je me figurais qu’on essayait de monter dans ma barque que je ne pouvais plus distinguer, et que la rivière, cachée par ce brouillard opaque, devait être pleine d’être étranges qui nageaient autour de moi. J’éprouvais un malaise horrible, j’avais les tempes serrées, mon cœur battait à m’étouffer ; et, perdant la tête, je pensai à me sauver à la nage ; puis aussitôt cette idée me fit frissonner d’épouvante. Je me vis, perdu, allant à l’aventure dans cette brume épaisse, me débattant au milieu des herbes et des roseaux que je ne pourrais éviter, râlant de peur, ne voyant pas la berge, ne retrouvant plus mon bateau, et il me semblait que je me sentirais tiré par les pieds tout au fond de cette eau noire.»

[…]

«alors, peu à peu, l’ancre céda. Elle montait, mais doucement, doucement, et chargée d’un poids considérable. Enfin nous aperçûmes une masse noire, et nous la tirâmes à mon bord :
C’était le cadavre d’une vieille femme qui avait une grosse pierre au cou.»

 

 

 

GUY DE MAUPASSANT, La maison Tellier, recueil de nouvelles homonyme, 1881, A tous les vents (col), 192e réédition, p. 82 à 94 et p. 213.

« Nocturne parisien », Paul VERLAINE, 1866

Dans la première partie de « Nocturne parisien », Verlaine se réfère à plusieurs fleuves, avant de revenir à la Seine :

« Roule, roule ton flot indolent, morne Seine. —
Sur tes ponts qu’environne une vapeur malsaine
Bien des corps ont passé, morts, horribles, pourris,
Dont les âmes avaient pour meurtrier Paris.
Mais tu n’en traînes pas, en tes ondes glacées,
Autant que ton aspect m’inspire de pensées !

[…]

— Toi, Seine, tu n’as rien. Deux quais, et voilà tout,
Deux quais crasseux, semés de l’un à l’autre bout
D’affreux bouquins moisis et d’une foule insigne
Qui fait dans l’eau des ronds et qui pêche à la ligne.

[…]

— Et tu coules toujours, Seine, et, tout en rampant,
Tu traînes dans Paris ton cours de vieux serpent,
De vieux serpent boueux, emportant vers tes havres
Tes cargaisons de bois, de houille et de cadavres ! »

VERLAINE, Paul, « Nocturne parisien », Poèmes Saturniens, 1866

Dissertation sur la nature des eaux de la Seine, Antoine Augustin PARMENTIER, 1787

BNF©

« Reproches faits à l’Eau de la Seine.

L’eau joue un trop grand rôle dans
les différentes circonstances de la vie,
pour laisser subsister le moindre doute
sur la nature & les effets de celle qui
sert de boisson à la plupart des citoyens
d’une ville immense comme Paris;
[…]
Dans le nombre des reproches faits à
l’Eau dont il s’agit, un des plus graves,
sans doute & des plus connus, c’est qu’elle
donne la diarrhée aux personnes qui en
font usage dans le commencement de
leur séjour à Paris
« 

PARMENTIER, Antoine Auguste , Dissertation sur la nature des eaux de la Seine, Paris, 1787