Archives par mot-clé : Le fleuve

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883

Mme Caroline et Mlle Louise Morlent viennent tout juste de Paris pour s’installer dans la petite ville de Z*** au bord de la Seine entre Rouen et Le Havre. Mme Morlent appartient à une famille aristocratique et riche de la Touraine, mais en décidant de se marier à Philippe Morlent, un roturier sans aucune fortune personnelle, elle se trouve déshéritée, coupée de sa noble lignée et faiblement dotée. Or son mari meurt subitement de maladie et désargentées, elles essayent de retrouver une situation dans l’humble condition dans laquelle elles tombent en acquérant un bureau de tabac. Mme Morlent a un important mystérieux entre la tristesse et la peur et s’habitue avec peine au nouveau climat. Elle va être ici frappée d’un accident avec la barre de Seine, qui constitue une nouvelle épreuve pour les deux Morlent.

Elie Berthet nous donne d’abord une information scientifique sur le phénomène de la barre de Seine. Puis il la met en scène dans l’extrait littéraire qui suit.


On sait que la Seine, aux approches de la Manche, est remontée, à chaque marée, par le flux, qu’on appelle « barre » ou « mascaret ». Ce flux, qui se fait sentir jusqu’à Jumièges, quelquefois même jusqu’au dessous de Rouen, acquiert une extrême violence aux marées d’équinoxe et lorsque soufflent certains vents. Alors le courant marin, couronné d’écume blanche, refoule avec une impétuosité irrésistible la majestueuse rivière, qui paraît refluer vers sa source. L’eau douce et l’eau salée se livrent bataille ; une sorte de montagne liquide se précipite, avec un bruit formidable, vers l’intérieur du pays, couvrant les îles, inondant les rives, causant parfois de graves accidents aux habitants du littoral. Par bonheur, ce phénomène ne dure pas longtemps. La barre une fois passée, tout redevient calme ; il faut de l’attention pour remarquer le changement survenu dans le niveau du fleuve. Au bout de quelques heures, l’eau de mer est refoulée à son tour et la Seine reprend son aspect accoutumé.

(…)


– Sauvez-vous ! Prenez garde ! Montez sur la route !

Les deux dames ne savaient toujours pas ce qu’on leur voulait. Enfin, s’étant retournées, elles comprirent la cause de ces démonstrations.
Depuis quelques instants, un bruit sourd et lointain se faisait entendre derrière elles. Ce bruit croissait de minute en minute, jusqu’à former un mugissement formidable ; mais (…) elles n’y avaient donné aucune attention, et ne soupçonnaient pas le péril dont elles étaient menacées.
Sur toute la largeur du fleuve, si calme naguère, glissait une ligne d’écume que le soleil faisait paraître éblouissante. Les eaux brusquement troublées, se redressaient en un immense bourrelet que remontait le courant, avec la rapidité d’un cheval de course et en produisant ce grondement profond, puissant, continuel, assez semblable à celui d’une grandiose cascade. Plusieurs grosses barques, éparses sur la rivière, manœuvraient précipitamment pour ne pas être renversées, tandis que d’autres, plus petites, disparaissaient tout à coup, comme si, surprises par le tourbillon, elles venaient d’être englouties.
Mais ce qui se passait sur les rives devaient surtout préoccuper les promeneuses. La barre d’écume s’avançait avec une majestueuse régularité en travers du fleuve et débordait au loin sur les grèves arides, s’irritant contre les moindres obstacles, rugissant, franchissant les roches, rebondissant dans les airs, sans s’arrêter jamais. Or évidemment, cette vague enragée, poussée par une force irrésistible, allait balayer la plage, et déjà elle frappait à quelque distance le pied des arbres qui bordaient la voie publique.
(…)
La montagne d’eau s’abattit sur Louise et sur elle avec fracas, les engloutit, et sembla devoir les emporter dans son impétueux tourbillon. (…) Le fleuve continua sa marche triomphante, sans s’attarder pour si peu de choses que de misérables existences humaines.

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883, Paris: E. Dentu, Librairie de la société des gens de lettres. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205589g/f188.item.r=Antoinette+Deshoulières.langFR

 

AUTEUR: BERTHET Elie

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Entre Rouen et Le Havre

STRATE: Au bord/ Sur/Dans

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

  • Se promener
  • Naviguer

THEMATIQUE 4: HORS LIEUX

  • Données phénoménales de la barre de Seine
  • Tropes
  • Le fleuve : impétueux 

Guy de Maupassant, « Sur l’eau » [1876], La Maison Tellier, [1888]

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.  A partir de 1873, Maupassant avait loué une chambre à Argenteuil en bordure de Seine.

La nouvelle « Sur l’eau » n’évoque pas un lieu précis, on sait seulement que la scène se déroule à « plusieurs lieues de Paris ». Deux éléments attirent l’attention dans la peinture du fleuve : la passion du canotage ; l’évocation de la pêche, qui se colore d’une dimension fantastique et horrifique ici (c’est le cadavre d’une femme noyée, une pierre attachée à son coup, qu’il lui arrivera de pêcher).

Le narrateur discute avec un vieux canotier rencontré à l’occasion d’une promenade au bord de l’eau.

J’avais loué, l’été dernier, une petite maison de campagne au bord de la Seine, à plusieurs lieues de Paris, et j’allais y coucher tous les soirs. Je fis, au bout de quelques jours, la connaissance d’un de mes voisins, […]. C’était un vieux canotier, mais un canotier enragé, toujours près de l’eau, toujours sur l’eau, toujours dans l’eau. Il devait être né dans un canot, et il mourra bien certainement dans le canotage final. Un soir que nous nous promenions au bord de la Seine, je lui demandai de me raconter quelques anecdotes de sa vie nautique. Voilà immédiatement mon bonhomme qui s’anime, se transfigure, devient éloquent, presque poète. Il avait dans le cœur une grande passion, une passion dévorante, irrésistible : la rivière.

– Ah ! me dit-il, combien j’ai de souvenirs sur cette rivière que vous voyez couler là près de nous ! […] Pour [un pêcheur], c’est la chose mystérieuse, profonde, inconnue, le pays des mirages et des fantasmagories, où l’on voit, la nuit, des choses qui ne sont pas, où l’on entend des bruits que l’on ne connaît point, où l’on tremble sans savoir pourquoi, comme en traversant un cimetière : et c’est en effet le plus sinistre des cimetières, celui où l’on n’a point de tombeau. La terre est bornée pour le pêcheur, et dans l’ombre, quand il n’y a pas de lune, la rivière est illimitée. […] Elle ne gronde pas, elle coule toujours sans bruit, et ce mouvement éternel de l’eau qui coule est plus effrayant pour moi que les hautes vagues de l’Océan.

MAUPASSANT, Guy de, « Sur l’eau » [1876], La Maison Tellier, [1888], citation extraite du volume Folio, 1990, p. 114. 

« La Seine » dans l’Encyclopédie dirigée par Denis Diderot

Dans L’Encyclopédie dirigée par Denis DIDEROT et Jean Le Rond D’Alembert au XVIIIe siècle (1751-1772), on doit l’article Seine au Chevalier de JONCOURT.

Il y est question de géographie et de géologie, des villes et des affluents associés au fleuve, mais également des eaux, définies comme « bonnes, saines et pures », ce qui témoigne des préoccupations hygiénistes associées à la Seine à partir de cette époque.

SEINE, la, (Géog. mod.) en latin Sequana ; rivière ou fleuve de France. Il prend sa source en Bourgogne près de Chanceaux, à 6 lieues de Dijon, traverse la Champagne, arrose Troyes, & commence à porter bateau à Méry. Ensuite la Seine après avoir reçu l’Yonne & le Loing, traverse l’île de France, où elle arrose Melun, Corbeil & Paris. À deux petites lieues au-dessus de cette dernière ville, elle reçoit la Marne qui la grossit considérablement, & à 5 lieues au-dessous elle reçoit l’Oise. Enfin, après avoir séparé le Vexin de la Beauce, & avoir arrosé Vernon, Pont-de-l’Arche, Rouen, Caudebec, Quillebœuf & Honfleur, elle va se jeter dans l’Océan par une grande embouchure au Hâvre-de-Grace. La Seine fait dans son cours mille méandres, & forme sur son passage quelques îles agréables. Ses bords sont assez bien proportionnés pour causer rarement du désordre. Ses eaux sont bonnes, saines & pures (D. J.

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers [1751-1772], Article « SEINE » crée en 1761 / Source www.gallica.fr

Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, [1772]

Louis-Sébastien MERCIER, dans l’œuvre qu’il consacre à dresser le Tableau de Paris (1772) de son temps, évoque ce qu’il considère comme la vertu « purgative » de l’eau de Seine. Si l’action se situe à Paris, il est question de l’eau du fleuve de façon beaucoup générale, et le lieu n’est pas l’élément essentiel ici. Ce texte rappelle la préoccupation hygiéniste qui se développe au XVIIIe, que l’on retrouvera aussi dans l’article SEINE de L’Encyclopédie.

Quand la rivière est trouble, on boit l’eau trouble. On ne sait trop ce qu’on avale ; mais on boit toujours. L’eau de la Seine relâche l’estomac, pour quiconque n’y est pas accoutumé. Les étrangers ne manquent presque jamais l’incommodité d’une petite diarrhée ; mais ils l’éviteraient, s’ils avaient la précaution de mettre une cuillerée de bon vinaigre blanc dans chaque chopine d’eau.

Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, [1772], Paris, Le Mercure de France, 1994, p. 35.

Histoires, Ammien Marcellin, IVe

Après une carrière dans l’armée romaine, Ammien Marcellin, bilingue et lettré se consacre à l’histoire et à sa transmission dès la deuxième moitié du IVème siècle. Seuls 17 des 31 livres de ses Histoires nous sont parvenus, ceux contenant les événements contemporains à l’auteur, ne comptant pas pour plus d’un demi-siècle. Par son passé militaire, il a essentiellement développé les différentes guerres menées en Orient et en Occident, le tout mêlé à des portraits, des considérations éthiques et de nombreuses digressions. Il aimait aussi à décrire les peuples et les géographies étrangères, ce qui nous permet de lire cette description de la Gaule par les fleuves qui la délimitent.

« Au temps jadis où ces régions demeuraient dans l’obscurité, comme des régions barbares, elles furent divisées en trois parties, croit-on, entre les Celtes et les Gaulois, les Aquitains et les Belges, qui diffèrent de langue, de coutumes et de lois. Les Gaulois, qui sont des Celtes, sont séparés des Aquitains par la Garonne, fleuve né des hauteurs des Pyrénées, et qui, après avoir traversé nombre de ville, se perd dans l’Océan. La même nation est séparée des Belges par la Marne et la Seine, fleuves de semblable importance. Coulant à travers la Lyonnaise, après avoir enfermé dans son île la place des Parisiens, qui a pour nom Lutèce, elles unissent leurs eaux et, poursuivant leur course tout droit, elles se jettent dans la mer près du camp de Constance. »

« Temporibus priscis cum laterent hae partes ut barbarae, tripertitae fuisse creduntur in Celtas eosdemque Gallos diuisae et Aquitanos et Belgas, lingua institutis legibusque discrepantes. Et Gallos quidem, qui Celtae sunt, ab Aquitanis Garumna disterminat flumen, a Pyrenaeis oriens collibus postque oppida multa transcursa in oceano delitescens. A Belgis uero eandem gentem Matrona discindit et Sequana, amnes magnitudinis geminae: qui fluentes per Lugdunensem post circumclausum ambitu insulari Parisiorum castellum, Lutetiam nomine, consociatim meantesque protinus prope Castra Constantia funduntur in mare. »

MARCELLIN Ammien, Histoires, Tome I., Trad. E. Galletier, Les Belles Lettres, 2002, Livre XV, Chap. 11, p. 140

Le Siège de Paris par les Normands, Abbon de Saint-Germain-Des-Prés, IXe

Abbon de Saint- Germain-des-Prés était un moine quand il a vue l’arrivée des Normands, et le siège qu’ils livrèrent dans l’espoir de faire tomber la cathédrale. Le Siège de Paris par les Normands est donc l’œuvre d’un témoin direct, et de fait la plus précise que l’on ait eue sur les incursions vikings du neuvième siècle. Il y relate de nombreux événements, dont la crue de la Seine de 886, et les considérations qu’avaient certains seigneurs pour ce fleuve, aussi nécessaire à la vie du territoire qu’elle est une voie d’invasion aisée.

« Ô douleur! voilà tout-à-coup que pendant le silence de la nuit le milieu du ponts s’écroule, entraîné par la colère des ondes furieuses, qui s’enflent et débordent. La Seine, en effet, avait étendu de tous côtés les limites de son humide empire, et couvrait les vastes plaines des débris du pont, qui, du côté du midi, ne portait que sur un point où le fleuve s’abîme dans un gouffre ; il n’en fut pas de même de la citadelle qui, bâtie sur une terre appartenant au bienheureux saint Germain, resta debout sur ses fondements. L’un et l’autre tenaient au reste au côté droit de la cité de Paris. Aussitôt que le jour se lève, les cruels Danois se lèvent aussi, montent sur leurs vaisseaux, les remplissent d’armes et de boucliers, passent la Seine, cernent la malheureuse tour, et l’assaillent à plusieurs reprises de grêles de traits. La ville tremble, les clairons sonnent, les larmes inondent les murs, la terre gémit, et l’onde lui répond par des mugissements; les pierres et les dards se croisent dans l’air qu’ils obscurcissent. »

Abbon de Saint-Germain-des-Prés, Le siège de Paris par les Normands 885-892, Paleo 2010, Livre I, p. 50

« Cependant Sigefroi, ce roi dont on a déjà parlé, accepte soixante livres de l’argent le plus pur, consent à ce prix à se retirer loin de nous, veut que tous les Normands l’accompagnent, et brûle du désir de comparer la douceur des eaux de la tranquille Seine à l’amertume des flots de la mer, et de montrer aux siens comment la bouche de l’Océan engloutit la queue blanchissante du fleuve, et comment celui-ci frappe de ses nageoires la tête du dieu des mers. »

Op. cit. Livre II, p. 63

Le Testament Français, Andreï Makine, 1995

Entre réminiscences d’une vie entière, questionnement de l’identité, et retour à la source d’une vocation, Le Testament Français est un voyage intense entre la Russie natale et la France d’accueil de son auteur, Andreï Makine. L’oeuvre se verra même récompensée du Goncourt 1995, année de sa parution au Mercure de France.  Dans cet extrait deux enfants se perdent en attention, avant de voir apparaître telle une rêverie les souvenirs que leur grand-mère leur conte. Le souvenir en question est celui de la crue de la Seine de 1910, où Paris  fut inondé au point de cacher l’épaule du zouave du pont de l’Alma, et que les députés se rendirent à l’assemblée en barque.

« Cependant, elle semblait ne pas même remarquer notre présence tendue. Ses mains restaient toujours immobiles sur ses genoux, son regard fondait dans la transparence du ciel. Un reflet de sourire éclairait ses lèvres…
Peu à peu nous nous abandonnâmes à ce silence. Penchés par-dessus la rampe, nous écarquillions les yeux en essayant de voir le plus de ciel possible. Le balcon tanguait légèrement, se dérobant sous nos pieds, se mettant à planer. L’horizon se rapprocha comme si nous nous élancions à travers le souffle de la nuit.
C’est au-dessus de sa ligne que nous discernâmes ce miroitement pâle – on eut dit des paillettes de petites vagues sur la surface d’une rivière. Incrédules, nous scrutâmes l’obscurité qui déferlait sur notre balcon volant. Oui, une étendue d’eau sombre scintillait au fond des steppes, montait, répandant la fraîcheur âpre des grandes pluies. Sa nappe semblait s’éclaircir progressivement – d’une lumière mate, hivernale.
Nous voyions maintenant sortir de cette marée fantastique les conglomérats noirs des immeubles, les flèches des cathédrales, les poteaux des réverbères – une ville ! Géant, harmonieuse malgré les eaux qui inondaient ses avenues, une ville fantôme émergeait sous notre regard.
Soudain, nous nus rendîmes compte que quelqu’un nous parlait depuis déjà un moment. Notre grand-mère nous parlait !
-Je devais avoir à l’époque presque le même âge que vous. C’était en hiver 1910, La Seine s’était transformée en une vraie mer. Les Parisiens naviguaient en barque. Les rues ressemblaient à des rivières, les places – des grands lacs. Et ce qui m’étonnait le plus, c’était le silence…
Sur notre balcon, nous entendions ce silence sommeillant de Paris inondé. Quelques clapotis de vagues au passage d’une barque, une voix assourdie au bout d’une avenue noyée.
La France de notre grand-mère, telle une Atlantide brumeuse, sortait des flots. »

MAKINE Andreï, Le testament français, Gallimard 2007, p. 28

La Seine à Paris, Maxime Du Camp, 1879

Dans La Seine à Paris (1879) de Maxime Du Camp, la Seine a joué un rôle important dans l’évolution historique de Paris. Tout échange, dépôt de marchandises se faisaient par la Seine d’où son importance, notamment en temps de guerre :

 

« C’était le fleuve nourricier par excellence, et jusque sur les marchés publics il déposait le blé, le vin, le bois et les fruits. Quand son cours était interrompu, il n’apportait plus que la famine, la contagion et la mort. »

[…]

« La Seine a connu toutes nos discordes civiles et, si je puis dire, elle y a pris part. Les Normands l’ont envahie sur leurs barques d’osier recouvertes de peau[3] ; elle a reçu le corps de Louis de Bois-Bourdon, l’amant d’Isabeau de Bavière : « Laissez passer la justice du roi ! » elle s’est refermée sur les cadavres des Armagnacs, lors du grand massacre de 1418 que commandait Capeluche ; à la Saint-Barthélémi, pendant que Charles IX (…) »

 

Maxime Du Camp, La Seine à Paris, « Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du XIXe siècle », Hachette, 1879, p. 283-346.

Gaieté parisienne – Benoît Duteurtre

Dans Gaieté parisienne, Benoît Duteurtre peint le Paris à la veille des années 2000. La Seine et ses bords sont non seulement une bordure géographique mais aussi un lieu de drague gay.

® Tous droits réservés 

Benoît Duteurtre, Gaieté parisienne, Gallimard, 1998

Extrait 1 (p.11-12)

« Nicolas marche sur les berges de la Seine. 

Les anciennes péniches sont transformées en théâtres flottants, pianos-bars, musées des mariniers. Deux pêcheurs silencieux lancent leurs lignes dans l’eau trouble. Rien, à première vue, ne les distingue du traditionnel pêcheur à la ligne ; sauf ce détail : l’un des hommes porte, sous sa casquette, une longue natte grise tressée de vieux hippie. 
Nicolas se remet en marche, quand son oreille est attirée par une musique au loin. Il reconnaît une cornemuse, les accents d’une bourrée paysanne. Il marche encore, passe le pont de la Tournelle et découvre au bord de l’eau une foule de campagnards de tous âges, buvant, dansant, s’activant autour d’une machine agricole. 
[…]
Des bateaux-mouches glissent sur l’eau, diffusant leurs commentaires touristiques en multiples langues. Sur le quai, indifférents, les paysans charrient des bottes de foin parmi les jets de fumée. Le moteur gronde. L’engin mécanique, surgi du fond du temps, égrène les céréales, divise les épis de blé, souffle une poussière dorée dans le ciel de Paris. […]
Nicolas suppose qu’il s’agit du tournage d’un film. Il cherche les projecteurs, les caméras, l’équipe de production… Rien. Promeneurs, joggers, hommes, femmes et chiens s’arrêtent comme lui devant la batteuse à vapeur et observent l’antique tribu, établie sur la rive gauche du fleuve. « 

Extrait 2 (p.22)

« Sur les graviers du jardin des Tuileries, il a observé les dragueurs qui se suivent, se flairent à distance, à la recherche d’une sauvagerie moderne. Nicolas s’est senti mal à l’aise parmi ces hommes s’épiant entre eux, tous revêtus des mêmes jeans moulants, harnachés des mêmes sacs à dos. Sur les berges de la Seine, d’autres homosexuels assis sous les arbres s’alignaient en longues rangées, prenant le soleil. »

Extrait 3 (p. 45)

« Seul dans son appartement, Nicolas déprime. Il feuillette un livre de peintures sur Paris, l’hiver. La Seine était encombrée de glaçons ; des chevaux trottaient sur les quais enneigés où brûlaient des feux de bois ; il faisait froid… » 

Extrait 4 (p. 117-118)

« Un soleil d’automne baignait les corps qui entraient et sortaient par les deux portails. Quelques-uns s’attardaient sur le pont, regardaient passer les bateaux-mouches, dont les enceintes acoustiques racontaient l’histoire de la Cité; Le troupeau d’autocars ronronnait au loin, protecteur. 
Sur la place, des acrobates, dessinateurs de rues, animaient une petite foire. Juché sur une borne de circulation, un homme grimé en personnage du XVIIIe siècle imitait les mouvements lents et décomposés d’un vieil automate. Assis sur des tabourets devant leurs chevalets, des peintres peignaient Notre-Dame et son bras de fleuve, dans un style impressionniste. » 

Extrait 5 (p. 141)

« Pour donner du piquant à leur sortie, Michel entraînait parfois ses amis au quai d’Austerlitz. Derrière la gare brillait, en contrebas, l’eau noire de la Seine. Michel descendait sur la berge déserte, franchissait les barrières d’un chantier, suivi par Julien, lui-même suivi par Nicolas, qui les suivait tout en affirmant qu’il ne voulait pas les suivre. […] Sur l’autre rive du fleuve se dressaient les bureaux de banques et de compagnies d’assurances ; minibuildings en verre fumée dont les lumières se reflétaient sur la rivière morte. 
Avançant dans ce paysage glauque au bord de l’eau, Michel s’exclamait : 
– Êtes-vous sensibles à cette magie ? On se croirait à Manhattan. » 

Extrait 6 (p. 185)

« Le Boeing 747 tournait au-dessus de la capitale, avant d’atterrir sur la piste d’Orly. Paris brillait sous le soleil comme un petit théâtre, traversé par le ruban argenté de la Seine. On discernait nettement, depuis cette altitude, la ville légendaire : ce scintillement de pierre blanche et de toits de zinc, cette unité variée du style, cet équilibre des rues et des boulevards, des jardins et du fleuve baignant dans le bleu du ciel. » 

Extrait 7 (p. 186-187)

« L’après-midi était suave. Le Pont-Neuf, les immeubles de la pointe de l’île de la Cité scintillaient au-dessus de l’eau dans une poudre de lumière. Des feuillages printaniers prêtaient au fleuve les reflets vert calme d’une rivière de campagne. Nicolas contempla les murs chauds et silencieux des vieilles pierres, l’exacte proportion des hauteurs. Le centre de Paris semblait recouvert d’un voile de beauté ancienne. […]
Retournant vers la rive droite, il changea brutalement de registre. Le soleil brillait sur les embouteillages. Les moteurs grondaient ; des gardiens de paix tentaient de canaliser la circulation dans les rues trop étroites  ; des coups de klaxon éclataient par grandes déflagrations, comme des crises nerveuses. « 

 

Extrait 8 (p. 190-191)

« Quelques semaines après son retour, Nicolas reçut une invitation pour une fête à la piscine Deligny. […] Quelques mots clés jetés sur le carton, dans une langue franco-aéricaine, donnaient le ton de la soirée : « House garage », « Disco 70’s », « Sexy fun ». Cette nuit était organisée, pour fêter les beaux jours, par plusieurs associations de jeunesse homosexuelle : Adolescence gaie, Sœurs lesbiennes, Jeunes gays du Val-de-Marne. 

[…]

Vers onze heurs du soir, il arriva à pied devant la vieille piscine parisienne flottant sur la Seine, amarrée près de la Concorde. Construits à la fin du XIXe siècle sur une couple de péniches, les Bains Deligny furent l’une des plus jolies inventions de cette ville ; l’une des rares qui, un siècle plus tard, n’avaient pas été transformées en musées, mais assuraient toujours leur fonction vitale : offrir aux citadins les plaisirs du bain dans un décor de théâtre. « 

Extrait 9 (p. 202)

« Nicolas aime accomplir des promenades au bord de la Seine, marcher sur les berges, aller d’un pars rapide à contre-courant. […] L’hivers, sur les mêmes massifs nus, piaillent des colonies d’oiseaux qui s’envolent ensemble d’un coup, accomplissent un grand cercle au-dessus du fleuve pour se réchauffer, puis reviennent se poser sur les branchages. 

Extrait 10 (p. 203)


« La nuit tombe. La semaine dernière, la piscine Deligny a coulé au fond de la Seine. En pleine nuit, le vieux théâtre s’est enfoncé et fracassé dans l’eau sale. Les bois peints et les colonnes sculptées ont éclaté en morceaux sous le fleuve. Certains journaux parlent d’accident ; d’autres d’usure ; à moins que les propriétaires n’aient fait couler eux-mêmes ce vieux bibelot trop couteux… Assis sur un banc au bord de la Seine, Nicolas chantonne ce refrain : Sometimes I’m happy. « 

Extrait 11 (p. 204)

« Soudain des voix hurlent dans des micros. Des torches jaunes, vertes, éblouissantes, glissent sur l’eau. Un monstre s’est engagé sur cet étroit bras de fleuve, entre la rive gauche et l’île de la Cité. Un gros insecte s’avance, chargé de centaines de touristes hilares hurlants. Le bateau-mouche amiral, entreprise flottante de dépoétisation, éclaire de ses millions de watts chaque recoin du quai. Édith Piaf (c’est le nom du bateau, peint en grosses lettres noires) déshabille Notre-Dame. » 

 

Gaston BACHELARD, Poétique de la rêverie

Il est des mots où le féminin imprègne toutes les syllabes. De tels mots sont des mots à rêverie. Ils appartiennent au langage d’anima. […]

Je passais aux noms de choses où j’étais sûr de bien rêver. J’aimais savoir qu’en français les noms des fleuves sont généralement au féminin. C’est si naturel ! L’Aube et la Seine, la Moselle et la Loire sont mes seuls rivières. Le Rhône et le Rhin sont, pour moi, des monstres linguistiques. Ils charrient l’eau des glaciers. Ne faut-il pas des nomes féminins pour respecter la féminité de l’eau véritable ?

Ce n’est là qu’un premier exemple de mes rêveries de mots.

Gaston BACHELARD, Poétique de la rêverie, Paris, PUF, 1960, p. 26.

« Chanson de la Seine », Jacques Prévert, 1945

Jacques Prévert décrit le fleuve dans sa « Chanson de la Seine », qui apparaît dans le court métrage “AUBERVILLIERS” réalisé en 1945 et distribué en complément de programme de « LA BATAILLE DU RAIL » de René Clément.
Le poème s’inscrit dans cette tradition de représenter dans la poésie la Seine comme une figure féminine courtisée par les parisiens et les touristes.

Chanson de la Seine.

« La Seine a de la chance
Elle n’a pas de souci
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et elle sort de sa source
Tout doucement, sans bruit,
Et sans se faire de mousse
Sans sortir de son lit
Elle s’en va vers la mer
En passant par Paris

La Seine a de la chance
Elle n’a pas de soucis
Et quand elle se promène
Tout le long de ses quais
Avec sa belle robe verte
Et ses lumières dorées
Notre-Dame jalouse
Immobile et sévère
Du haut de toutes ses pierres
La regarde de travers
Mais la Seine s’en balance
Elle n’a pas de soucis
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et s’en va vers le Havre
Et s’en va vers la mer
En passant comme un rêve
Au milieu des mystères
Des misères de Paris. »

 

PRÉVERT Jacques, « Chanson de la Seine » ( poème mis en chanson en 1945 dans le court métrage « AUBERVILLIERS »), Spectacles (recueil), Gallimard, 1951. Tous droits réservés ©

 

 

 

Guy de Maupassant, La Maison Tellier

 

Auguste Renoir, Bain à la Grenouillère, 1869    La Bibliothèque électronique du Québec
Collection À tous les vents
Volume 192 : version 1.01.                                    Tous droits réservés ©

 

 

Plusieurs passages évoquent la Seine dans la nouvelle de Guy de Maupassant « La maison Tellier ». En voici quelques extraits :

« J’avais loué, l’été dernier, une petite maison de campagne au bord de la Seine, à plusieurs lieues de Paris, et j’allais y coucher tous les soirs. Je fis, au bout de quelques jours, la connaissance d’un de mes voisins, un homme de trente à quarante ans, qui était bien le type le plus curieux que j’eusse jamais vu. C’était un vieux canotier, mais un canotier enragé, toujours près de l’eau, toujours sur l’eau, toujours dans l’eau. Il devait être né dans un canot, et il mourra bien certainement dans le canotage final. Un soir que nous nous promenions au bord de la Seine, je lui demandai de me raconter quelques anecdotes de sa vie nautique. Voilà immédiatement mon bonhomme qui s’anime, se transfigure, devient éloquent, presque poète. Il avait dans le cœur une grande passion, une passion dévorante, irrésistible : la rivière.

– Ah ! me dit-il, combien j’ai de souvenirs sur cette rivière que vous voyez couler là près de nous ! Vous autres, habitants des rues, vous ne savez pas ce qu’est la rivière. Mais écoutez un pêcheur prononcer ce mot. Pour lui, c’est la chose mystérieuse, profonde, inconnue, le pays des mirages et des fantasmagories, où l’on voit, la nuit, des choses qui ne sont pas, où l’on entend des bruits que l’on ne connaît point, où l’on tremble sans savoir pourquoi, comme en traversant un cimetière : et c’est en effet le plus sinistre des cimetières, celui où l’on n’a point de tombeau. La terre est bornée pour le pêcheur, et dans l’ombre, quand il n’y a pas de lune, la rivière est illimitée. Un marin n’éprouve point la même chose pour la mer. Elle est souvent dure et méchante, c’est vrai, mais elle crie, elle hurle, elle est loyale, la grande mer ; tandis que la rivière est silencieuse et perfide. Elle ne gronde pas, elle coule toujours sans bruit, et ce mouvement éternel de l’eau qui coule est plus effrayant pour moi que les hautes vagues de l’Océan. »

[…]

« Des rêveurs prétendent que la mer cache dans son sein d’immenses pays bleuâtres, où les noyés roulent parmi les grands poissons, au milieu d’étranges forêts et dans des grottes de cristal. La rivière n’a que des profondeurs noires où l’on pourrit dans la vase. Elle est belle pourtant quand elle brille au soleil levant et qu’elle clapote doucement entre ses berges couvertes de roseaux qui murmurent. »

[…]

« Enfin, on avait traversé la Seine une seconde fois, et, sur le pont, ç’avait été un ravissement. La rivière éclatait de lumière ; une buée s’en élevait, pompée par le soleil, et l’on éprouvait une quiétude douce, un rafraîchissement bienfaisant à respirer enfin un air plus pur qui n’avait point balayé la fumée noire des usines ou les miasmes des dépotoirs. »

Dans un passage intitulé « Sur l’eau », une reprise d’une courte nouvelle de 1876 nommée « En canot », Maupassant utilise l’expérience effrayante d’un pécheur qui raconte l’une de ses mésaventures sur la Seine, entre la paranoïa et l’épouvante :

«Pendant quelque temps, je demeurai tranquille, mais bientôt les légers mouvements de la barque m’inquiétèrent. Il me sembla qu’elle faisait des embardées gigantesques, touchant tour à tour les deux berges du fleuve ; puis je crus qu’un être ou qu’une force invisible l’attirait doucement au fond de l’eau et la soulevait ensuite pour la laisser retomber. J’étais ballotté comme au milieu d’une tempête ; j’entendis des bruits autour de moi ; je me dressai d’un bond : l’eau brillait, tout était calme.»

[…]

«Cependant, la rivière s’était peu à peu couverte d’un brouillard blanc très épais qui rampait sur l’eau fort bas, de sorte que, en me dressant debout, je ne voyais plus le fleuve, ni mes pieds, ni mon bateau, mais j’apercevais seulement les pointes des roseaux, puis, plus loin, la plaine toute pâle de la lumière de la lune, avec de grandes taches noires qui montaient dans le ciel, formées par des groupes de peupliers d’Italie. J’étais comme enseveli jusqu’à la ceinture dans une nappe de coton d’une blancheur singulière, et il me venait des imaginations fantastiques. Je me figurais qu’on essayait de monter dans ma barque que je ne pouvais plus distinguer, et que la rivière, cachée par ce brouillard opaque, devait être pleine d’être étranges qui nageaient autour de moi. J’éprouvais un malaise horrible, j’avais les tempes serrées, mon cœur battait à m’étouffer ; et, perdant la tête, je pensai à me sauver à la nage ; puis aussitôt cette idée me fit frissonner d’épouvante. Je me vis, perdu, allant à l’aventure dans cette brume épaisse, me débattant au milieu des herbes et des roseaux que je ne pourrais éviter, râlant de peur, ne voyant pas la berge, ne retrouvant plus mon bateau, et il me semblait que je me sentirais tiré par les pieds tout au fond de cette eau noire.»

[…]

«alors, peu à peu, l’ancre céda. Elle montait, mais doucement, doucement, et chargée d’un poids considérable. Enfin nous aperçûmes une masse noire, et nous la tirâmes à mon bord :
C’était le cadavre d’une vieille femme qui avait une grosse pierre au cou.»

 

 

 

GUY DE MAUPASSANT, La maison Tellier, recueil de nouvelles homonyme, 1881, A tous les vents (col), 192e réédition, p. 82 à 94 et p. 213.

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836]

 

Dans son récit de voyage pittoresque La Seine et ses bords (1836), Charles Nodier suit le cours du fleuve, dont il s’attache à retracer l’histoire et la morphologie, tout en célébrant sa beauté, dans le style en vogue à l’époque romantique.

À ce stade du voyage, la Seine va bientôt rejoindre la mer. Il est question notamment de Tancarville.

La Seine fléchit pour la première fois sous le poids des vaisseaux. Elle s’enfle d’orgueil, elle accélère sa course, elle est impatiente de sentir les eaux de la mer se confondre avec les siennes. Rien ne peut la retenir, ni les jardins délicieux de la Meilleraie, ni les ruines pittoresques de Tancarville, ni les doux paysages aux frondes verdoyantes qui se pressent sur ses bords. Elle a entendu la grande voix du flux qui l’appelle et qui la repousse. Elle s’élance, elle bondit, elle lutte, elle triomphe, elle se perd dans le reflux qui l’emporte.

Tel est l’aspect sous lequel la Seine se présente à la poésie, spectacle toujours nouveau, toujours divers, qui se modifie pour s’embellir à tous les détours du fleuve, et qui réunit toutes les grâces à toutes les magnificences, comme ce tableau qu’Apelles suspendit aux rivages de Neptune.

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836], Les Éditions de Paris, coll. « Paris insolite », Paris, 1992, p. 8