Archives par mot-clé : Le Havre

Guy de Maupassant, Un Normand, 1882

La promenade du narrateur et de son compagnon dans cette nouvelle introduit une vision du paysage normand avec, face à nous, la Seine et sa vie portuaire.

Nous venions de sortir de Rouen et nous suivions au grand trot la route de Jumièges. La légère voiture filait, traversant les prairies ; puis le cheval se mit au pas pour monter la côte de Canteleu. C’est là un des horizons les plus magnifiques qui soient au monde. Derrière nous Rouen, la ville aux églises, aux clochers gothiques, travaillés comme des bibelots d’ivoire ; en face, Saint-Sever, le faubourg aux manufactures qui dresse ses mille cheminées fumantes sur le grand ciel vis-à-vis des mille clochetons sacrés de la vieille cité.
Ici la flèche de la cathédrale, le plus haut sommet des monuments humains ; et là-bas, la « Pompe à feu » de la « Foudre », sa rivale presque aussi démesurée, et qui passe d’un mètre la plus géante des pyramides d’Égypte.
Devant nous la Seine se déroulait, ondulante, semée d’îles, bordée à droite de blanches falaises que couronnait une forêt, à gauche de prairies immenses qu’une autre forêt limitait, là-bas, tout là-bas. De place en place, des grands navires à l’ancre le long des berges du large fleuve. Trois énormes vapeurs s’en allaient, à la queue leu leu, vers le Havre ; et un chapelet de bâtiments, formé d’un trois-mâts, de deux goélettes et d’un brick, remontait vers Rouen, traîné par un petit remorqueur vomissant un nuage de fumée noire.

MAUPASSANT, Guy de, « Un Normand » [1882], Contes de la bécasse [1883], citation extraite de la Bibliothèque électronique du Québec, collection A tous les vents, volume 123 : version 1,02, p. 127.

AUTEUR : Guy de MAUPASSANT

EPOQUE : XIX

GENRE : Nouvelle

LIEU : Entre Rouen et St-Severs

STRATE : Au bord


THEMATIQUE : SE MOUVOIR

– Se promener

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883

Mme Caroline et Mlle Louise Morlent viennent tout juste de Paris pour s’installer dans la petite ville de Z*** au bord de la Seine entre Rouen et Le Havre. Mme Morlent appartient à une famille aristocratique et riche de la Touraine, mais en décidant de se marier à Philippe Morlent, un roturier sans aucune fortune personnelle, elle se trouve déshéritée, coupée de sa noble lignée et faiblement dotée. Or son mari meurt subitement de maladie et désargentées, elles essayent de retrouver une situation dans l’humble condition dans laquelle elles tombent en acquérant un bureau de tabac. Mme Morlent a un important mystérieux entre la tristesse et la peur et s’habitue avec peine au nouveau climat. Elle va être ici frappée d’un accident avec la barre de Seine, qui constitue une nouvelle épreuve pour les deux Morlent.

Elie Berthet nous donne d’abord une information scientifique sur le phénomène de la barre de Seine. Puis il la met en scène dans l’extrait littéraire qui suit.


On sait que la Seine, aux approches de la Manche, est remontée, à chaque marée, par le flux, qu’on appelle « barre » ou « mascaret ». Ce flux, qui se fait sentir jusqu’à Jumièges, quelquefois même jusqu’au dessous de Rouen, acquiert une extrême violence aux marées d’équinoxe et lorsque soufflent certains vents. Alors le courant marin, couronné d’écume blanche, refoule avec une impétuosité irrésistible la majestueuse rivière, qui paraît refluer vers sa source. L’eau douce et l’eau salée se livrent bataille ; une sorte de montagne liquide se précipite, avec un bruit formidable, vers l’intérieur du pays, couvrant les îles, inondant les rives, causant parfois de graves accidents aux habitants du littoral. Par bonheur, ce phénomène ne dure pas longtemps. La barre une fois passée, tout redevient calme ; il faut de l’attention pour remarquer le changement survenu dans le niveau du fleuve. Au bout de quelques heures, l’eau de mer est refoulée à son tour et la Seine reprend son aspect accoutumé.

(…)


– Sauvez-vous ! Prenez garde ! Montez sur la route !

Les deux dames ne savaient toujours pas ce qu’on leur voulait. Enfin, s’étant retournées, elles comprirent la cause de ces démonstrations.
Depuis quelques instants, un bruit sourd et lointain se faisait entendre derrière elles. Ce bruit croissait de minute en minute, jusqu’à former un mugissement formidable ; mais (…) elles n’y avaient donné aucune attention, et ne soupçonnaient pas le péril dont elles étaient menacées.
Sur toute la largeur du fleuve, si calme naguère, glissait une ligne d’écume que le soleil faisait paraître éblouissante. Les eaux brusquement troublées, se redressaient en un immense bourrelet que remontait le courant, avec la rapidité d’un cheval de course et en produisant ce grondement profond, puissant, continuel, assez semblable à celui d’une grandiose cascade. Plusieurs grosses barques, éparses sur la rivière, manœuvraient précipitamment pour ne pas être renversées, tandis que d’autres, plus petites, disparaissaient tout à coup, comme si, surprises par le tourbillon, elles venaient d’être englouties.
Mais ce qui se passait sur les rives devaient surtout préoccuper les promeneuses. La barre d’écume s’avançait avec une majestueuse régularité en travers du fleuve et débordait au loin sur les grèves arides, s’irritant contre les moindres obstacles, rugissant, franchissant les roches, rebondissant dans les airs, sans s’arrêter jamais. Or évidemment, cette vague enragée, poussée par une force irrésistible, allait balayer la plage, et déjà elle frappait à quelque distance le pied des arbres qui bordaient la voie publique.
(…)
La montagne d’eau s’abattit sur Louise et sur elle avec fracas, les engloutit, et sembla devoir les emporter dans son impétueux tourbillon. (…) Le fleuve continua sa marche triomphante, sans s’attarder pour si peu de choses que de misérables existences humaines.

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883, Paris: E. Dentu, Librairie de la société des gens de lettres. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205589g/f188.item.r=Antoinette+Deshoulières.langFR

 

AUTEUR: BERTHET Elie

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Entre Rouen et Le Havre

STRATE: Au bord/ Sur/Dans

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

  • Se promener
  • Naviguer

THEMATIQUE 4: HORS LIEUX

  • Données phénoménales de la barre de Seine
  • Tropes
  • Le fleuve : impétueux 

Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844

Honoré de Balzac a décrit la Seine sous ses angles, à Paris comme à la campagne, dans l’ensemble de son œuvre.
Dans ce roman, il veut faire le tableau d’une ville portuaire et choisit Le Havre.

La vue de la Seine pousse à la méditation et à la réflexion quatre personnages sur le ravissement que donne la nature qui fait l’inspiration poétique et artistique des hommes, comparé à la vision que donne à voir Paris. C’est une comparaison entre la culture parisienne qui porte une forme de vanité et de superficialité, et la nature telle qu’elle se présente originellement.

Balzac décrit encore la Seine à Rouen et au Havre.

Les quatre cavaliers, se trouvant dans un chemin assez large, allèrent de front et gagnèrent le plateau d’où la vue planait sur le riche bassin de la Seine, vers Rouen, tandis qu’à l’autre horizon les yeux pouvaient encore apercevoir la mer.

– Butscha, je crois, avait raison, Dieu est un grand paysagiste, dit Canalis en contemplant ce point de vue unique parmi ceux qui rendent les bords de la Seine si justement célèbres.

– C’est surtout à la chasse, mon cher baron, répondit le duc, quand la nature est animée par une voix, par un tumulte dans le silence, que les paysages, aperçus alors rapidement, semblent vraiment sublimes avec leurs changeants effets.

– Le soleil est une inépuisable palette, dit Modeste en regardant le poète avec une sorte de stupéfaction.

À une observation de Modeste sur l’absorption où elle voyait Canalis, il répondit qu’il se livrait à ses pensées, une excuse que les auteurs ont de plus à donner que les autres hommes.

– Sommes-nous bien heureux en transportant notre vie au sein du monde, en l’agrandissant de mille besoins factices et de nos vanités surexcitées ? dit Modeste à l’aspect de cette coite et riche campagne qui conseillait une philosophique tranquillité d’existence.

– Cette bucolique, mademoiselle, s’est toujours écrite sur des tables d’or, dit le poète.

– Et peut-être conçue dans les mansardes, répliqua le colonel.

Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844, La Bibliothèque électronique du Québec Collection À tous les vents Volume 1074. Disponible sur: https://beq.ebooksgratuits.com/balzac/Balzac-22.pdf

AUTEUR: DE BALZAC Honoré

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Vers Rouen

STRATE: Au bord

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

-Se promener

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, 2013

Pascal QUIGNARD, dans un texte appelé « l’Estuaire » (2013) où il raconte son enfance havraise, évoque la traversée de la Seine à bord d’un bac avant la construction du pont de Tancarville.

Quand on arrive aux enfers la rive des vivants est toujours trop étroite. C’est un ponton de bois. C’est un quai. J’ai quatre ans. On prend le bac pour traverser la Seine déjà mêlée de mer. J’aimais beaucoup monter sur ce bac en bois qui franchissait beaucoup plus lentement l’estuaire. Tout est pâques en ce monde, passage, barque à nocher, bac de rive à rive. Étrange lac crevé que les reflux et les marées meuvent, que les barques et les voilent sillonnent. Ostie. Il est une porte que l’âge ouvre davantage sur l’océan infini parce que la mort, insensiblement, prend le même visage. J’avais quatre ans, j’avais cinq ans, j’aimais être sur le pont de bois du bac avec les vaches, avec les Juvaquatre, les Quatre-chevaux, les chevaux de trait, les poules qui cognaient de la tête dans leur panier d’osier, les porcs qui hurlaient. J’évoque un temps qui se passait avant que le pont de Tancarville fût édifié sur la baie entre Saint-Nicolas-de-la-Taille et le Marais-Vernier. C’était en 1952, en 1953.

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, Rouen, L’Echo des vagues, 2013.

Jean ROLIN, Terminal Frigo, 2005

Terminal Frigo (2005) narre les pérégrinations d’un personnage dans de grandes villes portuaires. Dans le port du Havre, il croise la route de Riton qui, quelque part entre le Pont de Normandie et le grand canal du Havre, a construit et défend son gabion dans les marais, qu’il considère comme son territoire.

A quatre-vingt-cinq ans, Riton n’est pas d’humeur à se laisser bercer par la propagande au sujet des « déménagements de biotopes » et autres oxymorons, dans laquelle il voit plutôt l’instrument d’un complot unissant écologistes et technocrates contre les seuls usagers légitimes du marais. Cette légitimité, lui-même a payé de sa personne pour l’asseoir : outre ses anciens faits d’armes pour la « défense du marais », il n’a pas mis moins de cinq ans, avec l’aide d’un de ses fils, pour creuser la mare de son gabion, et frayer le chemin, fait de planches et de plaques métalliques, qui permet d’y accéder à pied plus ou moins sec. Le gabion est situé à un kilomètre ou deux après le pont de Normandie, sur la côté gauche de la route de l’Estuaire, quelque part entre celle-ci et le cul-de-sac dans lequel se termine le grand canal du Havre. De là où Riton a garé sa voiture, au pied d’aubépines dont on sent qu’elle est sur le point de refleurir, on aperçoit dans le fond du paysage les superstructures d’une cimenterie, dominant de vastes étendues de roseaux flétris. Serpentant sur plusieurs centaines de mètres parmi ces roseaux, le chemin du gabion, en équilibre instable au-dessus des eaux, est souillé de loin en loin par des crottes de renard ou de ragondins. Dans la végétation s’active d’autre part une importante population de mésanges à moustaches.

Jean ROLIN, Terminal Frigo, Paris, POL, 2005. Citation extraite du volume Folio, p. 206.

Alexandre DUMAS, Pauline, [1838]

Au Havre, l’estuaire de la Seine est parfois évoqué en tant qu’il sépare la Seine-Maritime du Calvados. Alors, ce sont aussi Trouville, Deauville et Honfleur qui sont évoqués.

Dans le roman d’Alexandre Dumas, Pauline (1838), le narrateur arrive au Havre où il doit embarquer pour l’Amérique. Apprenant que deux de ses amis de trouvent à Trouville, « de l’autre côté de la Seine », il décide de les y rejoindre pour leur faire ses adieux.

Au Havre j’appris que Dauzats et Jadin étaient de l’autre côté de la Seine, dans un petit village nommé Trouville : je ne voulus pas quitter la France sans serrer la main à deux camarades d’atelier. Je pris le paquebot ; deux heures après j’étais à Honfleur et le lendemain matin à Trouville : malheureusement ils étaient partis depuis la veille.

Tu connais ce petit port avec sa population de pêcheurs ; c’est un des plus pittoresques de la Normandie. J’y restai quelques jours, que j’employai à visiter les environs ; puis, le soir, assis au coin du feu de ma respectable hôtesse, Mme Oseraie, j’écoutais le récit d’aventures assez étranges, dont, depuis trois mois, les départements du Calvados, du Loiret et de la Manche étaient le théâtre.

Alexandre DUMAS, Pauline, [1838], La Bibliothèque électronique du Québec, Collection Littérature québécoise, Volume 1363: version 1.0, Édition de référence Michel Lévy Frères, 1863, p. 20-21

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, L’Arcadie [1781]

Dans son roman épique L’Arcadie, Bernardin de Saint-Pierre retrace le récit mythique de la transformation de la nymphe Seine en fleuve, à l’embouchure de l’océan. Il associe la Seine à la nymphe Héva, amie de la Seine, dont la falaise de La Hève, au Havre serait le tombeau.

La Seine, fille de Bacchus et nymphe de Cérès, avait suivi dans les Gaules la déesse des blés, lorsqu’elle cherchait sa fille Proserpine par toute la terre. Quand Cérès eut mis fin à ses courses, la Seine la pria de lui donner, en récompense de ses services, ces prairies que vous voyez là-bas. La déesse y consentit, et accorda de plus à la fille de Bacchus de faire croître des blés partout où elle porterait ses pas. Elle laissa donc la Seine sur ces rivages, et lui donna pour compagne et pour suivante la nymphe Héva, qui devait veiller près d’elle, de peur qu’elle ne fût enlevée par quelque dieu de la mer, comme sa fille Proserpine l’avait été par celui des enfers. Un jour que la Seine s’amusait à courir sur ces sables en cherchant des coquilles, et qu’elle fuyait, en jetant de grands cris, devant les flots de la mer qui quelquefois lui mouillaient la plante des pieds, et quelques fois l’atteignaient jusqu’aux genoux, Héva sa compagne aperçut sous les ondes les cheveux blancs, le visage empourpré et la robe bleue de Neptune. Ce dieu venait des Orcades après un grand tremblement de terre, et il parcourait les rivages de l’Océan, examinant, avec son trident, si leurs fondements n’avaient point été ébranlés. À sa vue, Héva jeta un grand cri, et avertit la Seine, qui s’enfuit aussitôt vers les prairies. Mais le dieu des mers avait aperçu la nymphe de Cérès, et, touché de sa bonne grâce et de sa légèreté, il poussa sur le rivage ses chevaux marins après elle. Déjà il était près de l’atteindre, lorsqu’elle invoqua Bacchus son père et Cérès sa maîtresse. L’un et l’autre l’exaucèrent : dans le temps que Neptune tendait les bras pour la saisir, tout le corps de la Seine se fondit en eau ; son voile et ses vêtements verts, que les vents poussaient devant elle, devinrent des flots couleur d’émeraude ; elle fut changée en un fleuve de cette couleur, qui se plaît encore à parcourir les lieux qu’elle a aimés étant nymphe. Ce qu’il y a de plus remarquable, c’est que Neptune, malgré sa métamorphose, n’a cessé d’en être amoureux, comme on dit que le fleuve Alphée l’est encore en Sicile de la fontaine Aréthuse. Mais si le dieu des mers a conservé son amour pour la Seine, la Seine garde encore son aversion pour lui. Deux fois par jour, il la poursuit avec de grands mugissements, et chaque fois la Seine s’enfuit dans les prairies en remontant vers sa source, contre le cours naturel des fleuves. En tout temps, elle sépare ses eaux vertes des eaux azurées de Neptune.

Héva mourut du regret de la perte de sa maîtresse. Mais les Néréides, pour la récompenser de sa fidélité, lui élevèrent sur le rivage un tombeau de pierres blanches et noires, qu’on aperçoit de fort loin. Par un art céleste, elles y enfermèrent même un écho, afin qu’Héva, après sa mort, prévint par l’ouïe et par la vue les marins des dangers de la terre, comme, pendant sa vie, elle avait averti la nymphe de Cérès des dangers de la mer. Vous voyez d’ici son tombeau. C’est cette montagne escarpée, formée de couches funèbres de pierres blanches et noires. Elle porte toujours le nom de Héva (Il y a en effet, à l’embouchure de la Seine, sur la rive gauche, une montagne formée de couches de pierres noires et blanches qui s’appelle la Hève [Note de l’auteur]) […] Pour Amphitrite, touchée du malheur de la Seine, elle pria les Néréides de creuser cette petite baie que vous voyez sur votre gauche, à l’embouchure du fleuve ; et elle voulut qu’elle fût en tout temps un havre assuré contre les fureurs de son époux. Entrez-y donc maintenant, si vous m’en croyez, pendant qu’il fait jour. Je puis vous certifier que j’ai vu souvent le dieu des mers poursuivre la Seine avant dans les campagnes, et renverses tout ce qui se rencontrait sur son passage.

Henri BERNARDIN DE SAINT-PIERRE, L’Arcadie [1781], Œuvres complètes, tome I, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 2014.

Marguerite Duras, L’Eté 80, 1980

Dans L’été 80 de Marguerite Duras, une petite fille contemple, depuis la plage de Trouville, trois pieux noirs à marée basse, trois arbres respectivement orientés vers la mer, le fleuve et le Havre. La marée monte, et, peu à peu, la Seine et la mer se mêlent dans l’embouchure du fleuve.

« La jeune fille et l’enfant ont traversé les sables découverts et ils ont allés dans la baie, du côté des pieux noirs, vers le chenal. […] Déjà la lumière s’allongeait vers la surface de la mer, elle était plus dorée, plus lente. […] Les voici, trois arbres hauts comme des mâts, à quelques mètres les uns des autres, au bord du fleuve. […] Leurs têtes sont sculptées de cannelures verticales coupées d’entailles régulières et profondes, cela pour que les cordages adhèrent mieux au bois. […] ils sont tournés vers trois directions différentes, celle de la haute mer, celle du fleuve, celle du Havre. […] Puis la mer petit à petit s’est ancrée de vert. La longue file des pétroliers d’Antifer est devenue plus épaisse, plus sombre. C’était le soir qui venait. Et ce léger brouillement de la lumière, ces souffles qui passaient, ces montées de brume, cet air mouillé tout à coup, c’était la marée. Et les eaux de la Seine ont commencé à être envahies par celles de la mer » (p. 83)

DURAS Marguerite, L’Été 80, Paris, ©Les Editions de Minuit, 1980, p. 83

« Les chiens d’Asnières », Raymond QUENEAU, 1943

Dans son recueil Les Ziaux, Raymond QUENEAU consacre un poème au cimetière des animaux d’Asnières. Et c’est vers Le Havre, où finit le fleuve, qui représente aussi le lieu de l’origine (la poète y est né), que chemine la rêverie mélancolique sur la Seine.

On enterre les chiens on enterre les chats

on enterre les chevaux on enterre les hommes

on enterre l’espoir on enterre la vie

on enterre l’amour — les amours

on enterre les amours — l’amour

on enterre en silence le silence

on enterre en paix — la paix

la paix — la paix la plus profonde

sous une couche de petits graviers multicolores

de coquilles Saint-Jacques et de fleurs multicolores

il y a une tombe pour tout

à condition d’attendre

il fait nuit il fait jour

à condition d’attendre

la Seine descend vers la mer

l’île immobile ne descend pas

la Seine remontera vers sa source

à condition d’attendre

et l’île naviguera vers le Havre de Grâce

à condition d’attendre

on enterre les chiens on enterre les chats

deux espèces qui ne s’aiment pas

Raymond QUENEAU, Les Ziaux, Paris, Gallimard, 1948. Citation extraite de L’instant fatal, précédé de Les Ziaux, Paris, Gallimard, « Poésie / Gallimard », 1992, p. 53.