Archives par mot-clé : Naviguer

Jules César, La guerre des Gaules, Antiquité

Dans cet extrait de la guerre des Gaules de Jules César écrit durant le milieu du 1er siècle avant JC, César nous décrit la bataille de Lutèce qui est une bataille pour le contrôle de la région de Lutèce : Les Gaulois et leur chef Camulogène sachant que les Romains excellent dans l’art des sièges, choisissent de mettre en œuvre une stratégie de la terre brûlée et de redoubler les escarmouches sur les légions, mais cela les oblige à se disperser afin de pouvoir réagir ; Cette stratégie fonctionne dans un premier temps, mais un orage empêche de voir l’avancée romaine par la Seine. Face à l’armée romaine concentrée et disciplinée, les Gaulois sont vaincus et sont forcés à fuir.

 

57. Tandis que ces événements se déroulent du côté de César, Labiénus, laissant à Agédincum, pour garder les bagages, les troupes de renfort qu’il venait de recevoir d’Italie part vers Lutèce avec quatre légions. C’est la ville des Parisii, située dans une île de la Seine. Quand l’ennemi sut qu’il approchait, d’importants contingents venus des cités voisines se rassemblèrent. On donne le commandement en chef à l’Aulerque Camulogène; il était presque épuisé par l’âge, mais sa particulière connaissance de l’art militaire lui valut cet honneur. Ayant observé l’existence d’un marais continu qui déversait ses eaux dans la Seine et rendait l’accès de toute la région fort difficile, il s’y établit et entreprit de nous interdire le passage. (…)

61. Là, les éclaireurs ennemis – on en avait disposé tout le long du fleuve – sont surpris par notre arrivée, car un orage avait éclaté soudain, et ils périssent sous nos coups ; l’infanterie et la cavalerie, sous la direction des chevaliers romains à qui Labiénus avait confié cette tâche, sont transportées rapidement sur l’autre rive. A l’aube, l’ennemi apprend presque simultanément qu’une agitation inaccoutumée règne dans le camp romain, qu’une importante colonne remonte le fleuve, que du même côté on entend le bruit des rames, et qu’un peu en aval il y a des navires qui transportent des soldats d’une rive à l’autre. A cette nouvelle, pensant que les légions franchissaient le fleuve en trois endroits et qu’effrayés par la défection des Héduens les Romains préparaient une fuite générale, ils divisèrent, eux aussi, leurs troupes en trois corps. Laissant un poste en face du camp et envoyant un petit détachement dans la direction de Metlosédum, avec mission de n’avancer qu’autant que l’auraient fait les embarcations, ils menèrent le reste de leurs forces à la rencontre de Labiénus.

62. Au lever du jour, tous les nôtres avaient franchi le fleuve, et on voyait en face la ligne ennemie. Labiénus, adressant la parole à ses soldats, les exhorte à se souvenir de leur valeur, si souvent éprouvée et de tant de glorieuses victoires, enfin à se conduire comme si César en personne, lui qui maintes fois les avaient menés à la victoire, assistait à la bataille ; puis il donne le signal du combat. Au premier choc, à l’aile droite, où avait pris position la septième légion, l’ennemi est enfoncé et mis en déroute ; à gauche, où était la douzième, les premiers rangs ennemis avaient été abattus par les javelots ; mais le reste opposait une résistance farouche, et pas un n’eût pu être soupçonné de songer à fuir. Le chef ennemi, Camulogène, était là auprès des siens, et les encourageait. Mais, tandis que la victoire était encore incertaine, les tribuns de la septième légion, ayant appris ce qui se passait à l’aile gauche, firent paraître leur légion sur les derrières de l’ennemi et la portèrent à l’attaque. Même alors, personne ne lâcha pied, mais ils furent tous enveloppés et massacrés. Camulogène partagea le sort commun. Quant à ceux qui avaient été laissés en face du camp de Labiénus, ayant appris que l’on se battait, ils allèrent au secours des leurs et s’emparèrent d’une colline ; mais ils ne purent soutenir le choc de nos soldats victorieux. Ils se mêlèrent donc aux autres Gaulois qui fuyaient, et ceux que les bois et les collines ne dérobèrent pas à notre poursuite furent tués par nos cavaliers. Cette action terminée, Labiénus retourne à Agédincum, où avaient été laissés les bagages de toute l’armée ; puis, avec toutes ses troupes, il rejoint César.

 

Jules César, La guerre des Gaules, traduction par L.-A. Constans en 1926

 

AUTEUR : Jules César

ÉPOQUE : Antiquité

GENRE : Récit de Campagne

LIEU : Région de Lutèce (entre Sens et Paris)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Guerroyer

Émile Zola, AUX CHAMPS, « Le Capitaine Burle », 1883

Texte issu du recueil de nouvelles « Le capitaine Burle », publié en 1883. Emile Zola nous montre dans « Au Champs », la vie dans les alentours de la Seine. Nouvelle naturaliste, le narrateur redécouvre le plaisir de la vie dans la campagne au bord de Seine. Le narrateur se sent là en paix et montre la beauté et l’importance de la Seine dans cette période de sa vie. Pour autant le lieu exact du nouveau reste assez indéfini. Nous savons que nous trouvons en bord de Seine et le Havre et mentionné, mais, nous n’avons pas le nom du lieu où se trouve l’auteur comme si les bords de Seine était une explication suffisante.

 

LA RIVIÈRE

 

IV

 

Puis, nous nous calmions, nous goûtions le charme profond de la rivière.

Les deux rives s’écartent ; la nappe d’eau s’élargit en un vaste bassin ; et, là, trois îles se présentent de front au courant. La première, à gauche, très longue, descend à près d’une demi-lieue ; la seconde ménage un bras de trois cents mètres au plus ; et, quant à la troisième, elle n’est qu’une butte de gazon, couverte de grands arbres. Derrière, d’autres touffes de verdure, d’autres petites îles, s’en vont à la débandade, coupées par des bras étroits de rivière. Sur la gauche du fleuve, des plaines cultivées s’étendent ; sur la droite, se dresse un coteau, planté au sommet d’un bois chevelu.

Nous remontions le courant, longeant les berges, pour éviter la fatigue ; puis, quand nous étions en haut du bassin, nous prenions le milieu et nous laissions aller notre barque à la dérive. Elle descendait lentement d’elle-même, sans un bruit. Nous, étendus sur les bancs, nous causions, pris de paresse. Mais, chaque fois que la barque arrivait en vue des îles, par les temps calmes, la conversation tombait, un recueillement invincible nous envahissait peu à peu.

En face, au-dessus de l’eau blanche, les trois îles se présentaient sur une même ligne, avec leurs pointes arrondies, leurs proues énormes de verdures. C’étaient, sur le couchant empourpré, trois bouquets d’arbres, au jet puissant, aux cimes vertes, endormies dans l’air. On aurait dit trois navires à l’ancre, trois Léviathans, dont les mâtures se seraient miraculeusement couvertes de feuillages. Et, dans la nappe d’eau, dans le miroir d’argent qui s’étendait, démesuré, sans une ride, les îles se reflétaient, enfonçant leurs arbres, prolongeant leurs rives. Une sérénité, une majesté, venaient de ces deux azurs, le ciel et le fleuve, où le sommeil des arbres était si pur. Le soir surtout, quand pas une feuille ne remuait, quand la nappe d’eau prenait le poli bleuâtre de l’acier, le spectacle s’élargissait encore et faisait rêver d’infini. (…)

 

Émile Zola, AUX CHAMPS, Le Capitaine Burle, G. Charpentier, 1883 (p. 218-230).

 

 

AUTEUR : Emile Zola

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Nouvelle

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-canoter

-plaisir

Amand Silvestre, En pleine fantaisie, « Ouverture de la pêche », 1884

Le poète défend la sensualité naturelle de l’Homme face à la moralisation publique de la société française du 19e siècle. Sur la Seine, le printemps suscite les rêveries du pêcheur qui repense à ses amours finis, et ces souvenirs trop fragiles affecte l’homme qui se retrouve réveillée en plein dans la vie, sur la vulgaire Seine, ce théâtre banal hors du rêve.

La Seine, la vulgaire Seine de banlieue, avec son horizon d’usines aux formidables tuyaux de pipe et sa flottille de bachots hérissés de lignes, avec ses remorqueurs bruyants qui secouent des chaînes comme les damnés et ses lourdes péniches aux sabords plantés de clématites, voilà le théâtre banal qui s’offrait, seul à mes premiers exploits [la pêche].

(…)

[Le lendemain] Le spectacle du jour levant était le plus beau du monde. Comme d’un œuf qui se brise et dont l’or se répand, le soleil s’élançait de l’horizon en ouvrant ses deux grandes ailes de lumière. Par derrière, et à l’occident encore à demi- noyé dans l’ombre, les vitres des maisons s’incendiaient de reflets éclatants, et l’on eût dit une illumination féérique. Les martinets se poursuivaient sur le fleuve, égratignant l’eau comme des flèches noires et y traçant des arabesques d’argent aussitôt effacés par le courant. (…) L’eau avait des odeurs vivantes comme celle d’une femme qui se réveille ; des musiques lointaines, faites de chants d’oiseaux et de dianes sonnées dans les casernes, exécutaient une aubade tout imprégnée d’espoir et de mélancolie.

(…)

Dans cette atmosphère alourdie et flottante, mon rêve évoqua des visions qui prirent des formes de plus en plus nettes en demeurant aériennes toutefois et prêtes à s’évanouir au premier souffle. La coupe du ciel, coupe de lapis clair et veiné de blanc, les accidents du paysage, les silhouettes de toute choses m’apparaissant retournées dans l’eau, ma propre image s’y déforma et il me sembla que j’étais moi-même, hôte paisible d’une mystérieuse rivière, poursuivi par un pêcheur que je reconnu bien vite [Amour]. (…) Cette fois, mon coeur lui-même était atteint et le pêcheur Amour riait de tout l’éclat méchant de ses dents gourmandes.

 

Amand Silvestre, En pleine Fantaisies, « Ouverture de la pêche », Paris: C. Marpon et E. Flammarion, 1884. P. 135. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/advancedSearch/

AUTEUR: SILVESTRE Amand

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Sur la Seine

STRATE: Sur

THEMATIQUE 3: SEINE A LOISIRS

  • Pêcher
  •  amours

FAIRE EN SEINE : 

  • usine/industrie 
  • naviguer

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883

Mme Caroline et Mlle Louise Morlent viennent tout juste de Paris pour s’installer dans la petite ville de Z*** au bord de la Seine entre Rouen et Le Havre. Mme Morlent appartient à une famille aristocratique et riche de la Touraine, mais en décidant de se marier à Philippe Morlent, un roturier sans aucune fortune personnelle, elle se trouve déshéritée, coupée de sa noble lignée et faiblement dotée. Or son mari meurt subitement de maladie et désargentées, elles essayent de retrouver une situation dans l’humble condition dans laquelle elles tombent en acquérant un bureau de tabac. Mme Morlent a un important mystérieux entre la tristesse et la peur et s’habitue avec peine au nouveau climat. Elle va être ici frappée d’un accident avec la barre de Seine, qui constitue une nouvelle épreuve pour les deux Morlent.

Elie Berthet nous donne d’abord une information scientifique sur le phénomène de la barre de Seine. Puis il la met en scène dans l’extrait littéraire qui suit.


On sait que la Seine, aux approches de la Manche, est remontée, à chaque marée, par le flux, qu’on appelle « barre » ou « mascaret ». Ce flux, qui se fait sentir jusqu’à Jumièges, quelquefois même jusqu’au dessous de Rouen, acquiert une extrême violence aux marées d’équinoxe et lorsque soufflent certains vents. Alors le courant marin, couronné d’écume blanche, refoule avec une impétuosité irrésistible la majestueuse rivière, qui paraît refluer vers sa source. L’eau douce et l’eau salée se livrent bataille ; une sorte de montagne liquide se précipite, avec un bruit formidable, vers l’intérieur du pays, couvrant les îles, inondant les rives, causant parfois de graves accidents aux habitants du littoral. Par bonheur, ce phénomène ne dure pas longtemps. La barre une fois passée, tout redevient calme ; il faut de l’attention pour remarquer le changement survenu dans le niveau du fleuve. Au bout de quelques heures, l’eau de mer est refoulée à son tour et la Seine reprend son aspect accoutumé.

(…)


– Sauvez-vous ! Prenez garde ! Montez sur la route !

Les deux dames ne savaient toujours pas ce qu’on leur voulait. Enfin, s’étant retournées, elles comprirent la cause de ces démonstrations.
Depuis quelques instants, un bruit sourd et lointain se faisait entendre derrière elles. Ce bruit croissait de minute en minute, jusqu’à former un mugissement formidable ; mais (…) elles n’y avaient donné aucune attention, et ne soupçonnaient pas le péril dont elles étaient menacées.
Sur toute la largeur du fleuve, si calme naguère, glissait une ligne d’écume que le soleil faisait paraître éblouissante. Les eaux brusquement troublées, se redressaient en un immense bourrelet que remontait le courant, avec la rapidité d’un cheval de course et en produisant ce grondement profond, puissant, continuel, assez semblable à celui d’une grandiose cascade. Plusieurs grosses barques, éparses sur la rivière, manœuvraient précipitamment pour ne pas être renversées, tandis que d’autres, plus petites, disparaissaient tout à coup, comme si, surprises par le tourbillon, elles venaient d’être englouties.
Mais ce qui se passait sur les rives devaient surtout préoccuper les promeneuses. La barre d’écume s’avançait avec une majestueuse régularité en travers du fleuve et débordait au loin sur les grèves arides, s’irritant contre les moindres obstacles, rugissant, franchissant les roches, rebondissant dans les airs, sans s’arrêter jamais. Or évidemment, cette vague enragée, poussée par une force irrésistible, allait balayer la plage, et déjà elle frappait à quelque distance le pied des arbres qui bordaient la voie publique.
(…)
La montagne d’eau s’abattit sur Louise et sur elle avec fracas, les engloutit, et sembla devoir les emporter dans son impétueux tourbillon. (…) Le fleuve continua sa marche triomphante, sans s’attarder pour si peu de choses que de misérables existences humaines.

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883, Paris: E. Dentu, Librairie de la société des gens de lettres. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205589g/f188.item.r=Antoinette+Deshoulières.langFR

 

AUTEUR: BERTHET Elie

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Entre Rouen et Le Havre

STRATE: Au bord/ Sur/Dans

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

  • Se promener
  • Naviguer

THEMATIQUE 4: HORS LIEUX

  • Données phénoménales de la barre de Seine
  • Tropes
  • Le fleuve : impétueux 

Jules Claretie, Le Petit Jacques, 1873

Noël Rambert et son fils, le petit Jacques, vivent dans une grande pauvreté jusqu’à ce que l’ouvrier perde son travail suite à un accident. Afin de sauver son fils de la misère, Rambert se laisse accuser d’un meurtre, le coupable ayant promis de donner une solide éducation à son fils. Cet extrait livre une vision de la Seine et de la ville de Paris particulièrement mauvaise, amère et étrange.

Le soir, il se sentit lassé. Il se trouva justement sur ce pont, le pont d’Austerlitz (…) Machinalement Arthez regarda.

Le crépuscule tombait. La Seine roulait livide, avec des remous tristes, éclairée par les derniers reflets du jour, tandis qu’à l’horizon le ciel, où se heurtaient les nuages, s’assombrissait, roux en bas, en haut d’un bleu livide. Une bande brune où rien n’apparaissait parfait du quai, droite et comme tirée au cordeau le long de la rive, tandis qu’elle se découpait de façon bizarre sur le ciel troublé. (…)

A vos pieds le fleuve roule, perdu lui-même, vers Notre-Dame, dans on ne sait quelle ombre noire piquée de scintillements, et coule avec des aspects de mercure, des flots de vif-argent. De grands bateaux s’avancent lentement noirs, avec leur pilote en avant, debout, et dont la silhouette se détache sur l’eau grise, tandis qu’un bateau à vapeur arrive lançant son sillon de fumée cotonneuse, avec deux lumières rouges et une prunelle verte et fixe qui grandit, fantastique.

– C’est Paris, cela ! pensait Arthez. Paris qui ne se doute pas de ses plaies, de ses misères, de ses hontes, de ses crimes : Paris qui danse, qui rit, Paris qui aime, Paris qui oublie, Paris qui chante, Paris qui jouit, Paris qui va s’incendier de mille feux, ouvrir ses théâtres, ses bals, ses cafés, ses gouffres chauds, ses antres de plaisir ; Paris qui ne sait pas que l’injustice veille, que la pauvreté frappe et fauche, que la mort décime, qu’on a faim, qu’on a soif, qu’on est malade, abattu, vaincu, courbé, qu’on appelle, qu’on râle et qu’on meurt, dans cette Babel, Paris qui ne se sent pas inondé comme moi du sang versé hier sur l’échafaud, c’est Paris cela !

Jules Claretie, Le Petit-Jacques, Le Roman : journal des feuilletons marseillais, Marseille : J.-F. Raynaud, 1873

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5552695r/f7.image.r=roman%20la%20Seine?rk=42918;4

 

AUTEUR : Jules Claretie

EPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– métiers

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– canoter

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– la Seine putride

La Chute du Pont de bois, Poème en II Chants, 1710

Un auteur anonyme, signant Le Br. écrit un poème de deux chants, mêlant l’épique au burlesque, racontant comment un bateau marchand transportant du vin sur la Seine se fracasse sur un pont en arrivant à Paris. Les hommes à bord, hargneux, somment le dieu Bacchus de venir leur rendre justice : ce dernier convoquant la fureur des vents et de la Seine détruit le pont.

Où la Seine étonnée, arrosant de son onde

Une Ville superbe en merveilles féconde,

Étends deux vastes bras, et par un long détour

Dans ces lieux enchantés prolonge son séjour ;

S’élève un pont formé d’une antique structure :

Dans son industrieuse, et rare architecture,

Qui semble commander à l’humide élément (…)

 

Mille forts Pilotis dans le sable enfoncés

Bravent l’onde écumante, et les vents courroucés. (…)

Ses larges flancs ouverts, comme autant de canaux,

Donnent libre passage aux plus vastes bateaux.

L’un porte dans son sein la liqueur sans pareille,

Par qui l’ennui s’endort, et le plaisir s’éveille,

Et l’autre renfermant de précieux trésors,

Des présents de Cérès vient enrichir nos ports.

 

La Seine dans un lieu si digne de lui plaire

Promène lentement une onde pure, et claire ;

Sur ce rivage orné de verdure, et de fleurs,

Ses eaux n’exhalent point de nuisibles vapeurs. (…)

 

Le bateau heurte une arche, et le brise en éclats.

Les tonneaux dispersés suivant l’eau qui les guide

Flottent au gré des vents sur la plaine liquide (…)

L’un maudissant la Seine, et son cruel rivage,

Fait éclater son zèle et se jette à la nage,

Et l’autre sur les bords content de soupirer,

Regrette tant de biens qu’on ne peut recouvrer.

 

Va, cours, sans différer, sur les bords de la Seine,

Signaler les transports de ta rage inhumaine,

Et secondant l’ardeur de mes ressentiments,

De ce pont que tu vois frappe les fondements (…)

De la Seine bientôt l’onde écume, bouillonne,

Tout frémit d’épouvante, et d’effroi tout frissonne : (…)

Quel désastre fatal ! les Naïades timides

En sentirent trembler leurs cavernes humides.

 

Quand on vit sur les eaux flotter de toutes parts

Les débris de ce pont confusément épars.

De Pilotis brisés la rive était couverte (…)

 

Apprends, nouveau Léandre, apprends vite à nager.

Abrège ton chemin par ce moyen facile,

De la Seine pour toi l’eau deviendra docile. (…)

Le Br., La Chute du Pont de bois, poème en II chants, Paris : G. Lamesle, 1710 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54551482/f2.image.r=pont%20la%20Seine

 

AUTEUR : Anonyme (Le Br.)

EPOQUE : XVIII

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATES : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– commercer

– transporter

– métiers

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– accident

– noyade

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006 (2)

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La jeune Paloma est impressionnée par le spectacle industriel de Port-Jerôme, et plus encore par l’existence des oléoducs qui relient la Seine à la mer. Les deux personnages naviguent sur une pilotine.

Plus que les jolies façades du front de Seine du petit village de Quillebeuf, le regard de Paloma, et son odorat, furent attirés par l’autre rive. Elle reste sans voix devant l’incroyable complexe pétrolier de Port-Jérôme… Une véritable forêt de cheminées d’usines… Une incroyable jungle industrielle.

-Un souterrain que Leblanc n’avait pas imaginé, ironisa Bergton.

-Lequel ?

-Un souterrain qui part d’Etretat, court sous le pays de Caux, pour aboutir ici, face à la Seine.

-Lequel ! insista Paloma intriguée.

-Les oléoducs ! les oléoducs qui relient le terminal pétrolier d’Antifer, en front de mer, aux raffineries du bord de Seine… Le plus important complexe en France !

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 113

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, 2013

Pascal QUIGNARD, dans un texte appelé « l’Estuaire » (2013) où il raconte son enfance havraise, évoque la traversée de la Seine à bord d’un bac avant la construction du pont de Tancarville.

Quand on arrive aux enfers la rive des vivants est toujours trop étroite. C’est un ponton de bois. C’est un quai. J’ai quatre ans. On prend le bac pour traverser la Seine déjà mêlée de mer. J’aimais beaucoup monter sur ce bac en bois qui franchissait beaucoup plus lentement l’estuaire. Tout est pâques en ce monde, passage, barque à nocher, bac de rive à rive. Étrange lac crevé que les reflux et les marées meuvent, que les barques et les voilent sillonnent. Ostie. Il est une porte que l’âge ouvre davantage sur l’océan infini parce que la mort, insensiblement, prend le même visage. J’avais quatre ans, j’avais cinq ans, j’aimais être sur le pont de bois du bac avec les vaches, avec les Juvaquatre, les Quatre-chevaux, les chevaux de trait, les poules qui cognaient de la tête dans leur panier d’osier, les porcs qui hurlaient. J’évoque un temps qui se passait avant que le pont de Tancarville fût édifié sur la baie entre Saint-Nicolas-de-la-Taille et le Marais-Vernier. C’était en 1952, en 1953.

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, Rouen, L’Echo des vagues, 2013.

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957 (2)

Dans son roman D’un château l’autre, l’écrivain-narrateur évoque le spectacle de la Seine depuis la maison du haut- Meudon où il vit et écrit. Le spectacle est aussi très beau depuis le domicile de sa vieille voisine Mme Niçois. Céline rappelle combien il a toujours été « sensible aux mouvements des fleuves ».

« Oh, le trafic du fleuve demeure… tout le mouvement !… remorqueurs et leurs ribambelles, haut-bords, ras de l’eau, charbons, sables, décombres… queue leu leu leu… aval… amont… de chez Mme Niçois vous pouvez tout voir… elle est pas intéressée… cela dépend évidemment de la sensibilité que vous êtes ?… les mouvements des fleuves touchent… touchent pas !… les façons des convois des arches… cache-cache… là, de chez Mme Niçois, de sa fenêtre, vous les voyez s’engager… presque de l’île des Cygnes !… et de l’autre côté… passé Saint-Cloud… pensez ce bief ! du pont Mirabeau à Suresnes !… la vue des dîneurs !… »

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957. Citation extraite de Romans, III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990, p. 59

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, 1957

Dans son roman D’un château l’autre, l’écrivain-narrateur évoque le spectacle de la Seine depuis la maison du haut- Meudon où il vit et écrit. Il se remémore le restaurant « La pêche miraculeuse », en bord de Seine, dans les premières décennies du XXe siècle, et le « tir aux pigeons » de l’Ile Seguin à Boulogne-Billancourt, qu’il a fréquenté enfant

Le temps de la « Pêche miraculeuse » c’était le moment de la vogue des yoles et des grands tricots à rayures, des rameurs à dardantes moustaches… je vois mon père, en dardantes moustaches !… je vois l’Achille en yole, calot, tricot, biscotos !… je vois tous les dabes…clientes gloussantes pour embarquer ! le tour de « l’île aux pigeons » !… putt ! putt ! le Tir ! mille petits cris, froufrous, frayeurs !… bas de soie, fleurs, fritures, monocles, duels !… la « Pêche », les balcons, là, maintenant à foutre à la Seine !… vermoulue la « Pêche »

« Je m’en souviens comme si j’y étais du « tir au pigeons »… de ces peupliers ! les cimes au vent ! pensez, j’ai pris assez de gifles, que j’étais pas sage, sur le bateau-mouche « Pont-Royal-Suresnes !… » le vrai bateau-mouche ! pas les simili d’à présent !… »

Louis-Ferdinand CELINE, D’un château l’autre, Paris, Gallimard, 1957. Citation extraite de Romans, III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1990, p.

Simone de BEAUVOIR, La Force de l’âge, 1960

Dans La Force de l’âge, Simone de Beauvoir relate son expérience de professeure de philosophie à Rouen entre 1932 et 1937.

À l’occasion d’une visite de Jean-Paul Sartre, elle visite le Musée des Beaux-arts, et est saisie par le spectacle d’une toile de Luminais représentant la légende des Enervés de Jumièges.

La légende raconte le châtiment que le roi Clovis II a infligé à ses deux fils pour avoir tenté d’usurper le trône alors qu’il était en croisade. Il leur fait trancher les tendons, et, depuis Paris, les laisse dériver sur un bateau sur la Seine. Le bateau finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (A la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

« Je tombai en arrêt devant un tableau dont j’avais vu, enfant, une reproduction sur la couverture du Petit Français illustré et qui m’avait fait une grande impression : Les Énervés de Jumièges. J’avais été troublée par le paradoxe du mot énervé, pris d’ailleurs dans un sens impropre puisqu’on avait en fait tranché les tendons des deux moribonds. Ils gisaient côte à côte sur une barque plate, leur inertie imitait la béatitude alors que, torturés par la soif et la faim, ils glissaient au fil de l’eau vers une fin affreuse. Peu importait que la peinture fût détestable ; je suis restée longtemps sensible à la calme horreur qu’elle évoquait. »

Simone de BEAUVOIR, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, p. 210.

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836] (2)

Dans son récit de voyage pittoresque La Seine et ses bords (1836), l’écrivain Charles Nodier suit le cours du fleuve, dont il s’attache à retracer l’histoire et la morphologie, tout en célébrant sa beauté, dans le style en vogue à l’époque romantique.

Il y décrit son arrivée, par bateau à vapeur, dans la ville d’Elbeuf, dont il va brosser l’histoire.

Au-dessous de Pont-de-l’Arche, LA SEINE, après avoir passé au petit port de Criquebeuf, se multiplie pour enceindre plusieurs îles verdoyantes ; puis elle entre, à hauteur de Freneuse, dans le département de la Seine-Inférieure, qu’elle ne doit plus quitter, et se hâte d’aller vivifier la riche et commerçante ville d’Elbeuf. Malgré le coup fatal que la révocation de l’édit de Nantes a porté à son industrie, cette ville a toujours soutenu la réputation qu’elle s’est acquise par ses manufactures de draps, rivales de celle de Louviers. Elle fut longtemps un duché-pairie, appartenant à la maison de Lorraine ; maintenant elle est devenue simple chef-lieu de canton.

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836], Les Éditions de Paris, coll. « Paris insolite », Paris, 1992, p. 142

Lord BYRON, « Âge de bronze » dans Œuvres complètes de Lord Byron

Dans L’Âge de bronze (1823), satire en vers de la politique européenne, le poète romantique anglais Lord Byron se réfère aux guerres napoléoniennes. La Seine incarne ici la France, dont les soldats ont déserté les rives pour aller verser leur sang dans les batailles.

Thou other Element! as strong and stern,

To teach a lesson conquerors will not learn!—

Whose icy wing flapped o’er the faltering foe,

Till fell a hero with each flake of snow;

How did thy numbing beak and silent fang,

Pierce, till hosts perished with a single pang!

In vain shall Seine look up along his banks

For the gay thousands of his dashing ranks!

In vain shall France recall beneath her vines

Her Youth—their blood flows faster than her wines;

Lord BYRON, “Age of Bronze” in The Works of Lord Byron [1823], A new, revised, and enlarged edition, with illustrations, V, Ed. Ernest Hartley Coleridge, Londres, 1910, p. 552

Seul tu restes sans rivaux jusqu’aux feux à venir

Dans lequel doivent finir tous les empires !

Et toi, antagoniste du feu ! Indomptable et rude puissance qui

Donnas aux conquérants des leçons dont ils n’ont point profité !…

Ton aile de glace s’étendit sur l’ennemi chancelant,

Et pour chaque flocon de ta neige, il tomba un héros ;

Sous les coups stupéfiants de ton bec et de tes serres silencieuses, des bataillons expirèrent À la fois en une seule palpitation d’agonie !

En vain la Seine cherchera sur ses rives ses milliers de braves si brillants et si gais

En vain la France rappellera ses jeunes hommes sous l’abri de ses treilles ;

Leur sang coule à flots plus pressés que ses vins ;

Lord BYRON, « Âge de bronze » dans Œuvres complètes de Lord Byron / traduction de Louis Barré, Paris, Ed. Bry Ainé, 1856, p. 109

Alexandre DUMAS, Pauline, [1838]

Au Havre, l’estuaire de la Seine est parfois évoqué en tant qu’il sépare la Seine-Maritime du Calvados. Alors, ce sont aussi Trouville, Deauville et Honfleur qui sont évoqués.

Dans le roman d’Alexandre Dumas, Pauline (1838), le narrateur arrive au Havre où il doit embarquer pour l’Amérique. Apprenant que deux de ses amis de trouvent à Trouville, « de l’autre côté de la Seine », il décide de les y rejoindre pour leur faire ses adieux.

Au Havre j’appris que Dauzats et Jadin étaient de l’autre côté de la Seine, dans un petit village nommé Trouville : je ne voulus pas quitter la France sans serrer la main à deux camarades d’atelier. Je pris le paquebot ; deux heures après j’étais à Honfleur et le lendemain matin à Trouville : malheureusement ils étaient partis depuis la veille.

Tu connais ce petit port avec sa population de pêcheurs ; c’est un des plus pittoresques de la Normandie. J’y restai quelques jours, que j’employai à visiter les environs ; puis, le soir, assis au coin du feu de ma respectable hôtesse, Mme Oseraie, j’écoutais le récit d’aventures assez étranges, dont, depuis trois mois, les départements du Calvados, du Loiret et de la Manche étaient le théâtre.

Alexandre DUMAS, Pauline, [1838], La Bibliothèque électronique du Québec, Collection Littérature québécoise, Volume 1363: version 1.0, Édition de référence Michel Lévy Frères, 1863, p. 20-21

Jules et Edmond de GONCOURT, Manette Salomon (1869)

Dans le roman des frères Goncourt Manette Salomon (1869), le peintre et son modèle, Manette, s’adonnent à une partie de canotage, et traversent la ville de Meudon, sur les rives de laquelle cohabitent plages de baignades et cabarets.

Sur les coteaux, le jour splendide laissait tomber des douceurs de bleu velouté dans le creux des ombres et  le vert des arbres; une brume de soleil effaçait le Mont-Valérien un rayonnement de midi semblait mettre un peu de Sorrente au Bas-Meudon. Les petites îles aux maisons rouges, à volets verts, allongeaient leurs vergers pleins de linges étincelants. Le blanc des villas brillait sur les hauteurs penchées et le long jardin montant de Bellevue. Dans les tonnelles des cabarets, sur le chemin de halage, le jour jouait sur les nappes, sur les verres, sur la gaieté des robes d’été. Des poteaux peints, indiquant l’endroit du bain froid, brûlaient de clarté sur de petites langues de sable; et dans l’eau, des gamins d’enfants, de petits corps grêles et gracieux, avançaient souriants et frissonnants, penchant devant eux un reflet de chair sur les rides du courant. Souvent aux petites anses herbues, aux places de fraîcheur sous les saules, dans le pré dru d’un bord de l’eau, l’équipage se débandait; la troupe s’éparpillait et laissait passer la lourdeur du chaud, dans une de ces siestes débraillées, étendues sur la verdure, allongées sous des ombres de branches, et ne montrant d’une société qu’un morceau de chapeau de paille, un bout de vareuse rouge, un volant de jupon, ce qui flotte et surnage d’un naufrage en Seine.

Jules et Edmond de GONCOURT, Manette Salomon (1869), Paris, Gallimard, 1995, p. 182 (FOLIO)