Archives par mot-clé : Nicolas Boileau

Nicolas Boileau, “épître VI”

En 1667, le poète classique Nicolas BOILEAU (1636-1711) passa une partie de l’été à la campagne, dans le village d’Haute-Isle. Il y reçut une lettre d’un ami, M. de Lamoignon, qui se plaignait de son absence et l’engageait à revenir à Paris.

Boileau lui répond par une épître, « La campagne et la ville » dans laquelle il décrit les plaisirs de la vie champêtre en bord de Seine et le village enchanteur où il séjourne.

Oui, Lamoignon, je fuis les chagrins de la ville,

Et contre eux la campagne est mon unique asile.

Du lieu qui m’y retient veux-tu voir le tableau ?

C’est un petit village ou plutôt un hameau,

Bâti sur le penchant d’un long rang de collines,

D’où l’œil s’égare au loin dans les plaines voisines.

La Seine, au pied des monts que son flot vient laver,

Voit du sein de ses eaux vingt îles s’élever,

Qui, partageant son cours en diverses manières,

D’une rivière seule y forment vingt rivières.

Tous ses bords sont couverts de saules non plantés,

Et de noyers souvent du passant insultés.

Le village au-dessus forme un amphithéâtre :

[…]

C’est là, cher Lamoignon, que mon esprit tranquille

Met à profit les jours que la Parque me file.

Ici, dans un vallon bornant tous mes désirs,

J’achète à peu de frais de solides plaisirs.

Tantôt, un livre en main, errant dans les prairies,

J’occupe ma raison d’utiles rêveries :

Tantôt, cherchant la fin d’un vers que je construi,

Je trouve au coin d’un bois le mot qui m’avoit fui ;

Quelquefois, aux appas d’un hameçon perfide,

J’amorce en badinant le poisson trop avide ;

Ou d’un plomb qui suit l’œil, et part avec l’éclair,

Je vais faire la guerre aux habitans de l’air.

[…]

Nicolas BOILEAU, « Epître VI » [1676], Œuvres poétiques, Paris, Imprimerie générale, 1872, p. 37.