Archives par mot-clé : noyade

Prosper Mérimée, Chroniques du règne de Charles IX, 1829

Mérimée expérimente ici le roman historique romantique et l’évocation de la Seine représente le défi particulier pour le romancier de ramener le lecteur à la Seine du 16e siècle. La Seine occupe un véritable rôle : celui de porter les ressorts dramatiques de cette intrigue des guerres de religion du 16e siècle dont le massacre de Saint-Barthélémy. La Seine est présentée comme une frontière à traverser, un axe ténébreux qui scinde la ville en deux mondes distincts pour mieux souligner le contexte de guerre civile entre les catholiques et les protestants, à travers notamment les figures qui lui sont associées, tels que les ponts qui la surplombent et les bateaux qui la traversent. « La Seine de Mérimée et ses ressorts dramatiques » est analysé par Janine Gallant dans la revue Arborescence.

L’avertissement de Béville montre que la Seine revêt tout à fait les couleurs d’un axe central qu’il faut franchir pour passer d’un monde à un autre. Le héros ne l’écoute pas et ne pourra plus s’échapper.

Le passage de la Seine bloquée qui vient ensuite fait du fleuve le symbole brutal de l’événement historique de 1572 en s’imprégnant du sang des victimes, ainsi qu’en convient Mérimée.


Mais déjà le massacre avait commencé ; le tumulte, la presse des assassins, et les chaînes tendues au milieu des rues l’arrêtaient à chaque pas. Il fut forcé de passer auprès du Louvre, et c’était là que le fanatisme déployait toutes ses fureurs. Un grand nombre de protestants habitaient ce quartier, envahi en ce moment par les bourgeois catholiques et les soldats des gardes, le fer et la flamme à la main. Là, selon l’expression énergique d’un écrivain contemporain, le sang courait de tous côtés cherchant la rivière, et l’on ne pouvait traverser les rues sans courir le risque d’être écrasé à tout moment par les cadavres que l’on précipitait des fenêtres. Par une prévoyance infernale, la plupart des bateaux qui d’ordinaire étaient amarrés le long du Louvre avaient été conduits sur l’autre rive ; de sorte que beaucoup de fugitifs qui couraient au bord de la Seine, espérant s’y embarquer et se dérober aux coups de leurs ennemis, se trouvaient n’avoir à choisir qu’entre les flots ou les hallebardes des soldats qui les poursuivaient. Cependant, à l’une des fenêtres de son palais, on voyait, dit-on, Charles IX armé d’une longue arquebuse, qui giboyait aux pauvres passants. Le capitaine, enjambant des corps morts, et s’éclaboussant avec du sang, poursuivait son chemin, exposé à chaque pas à tomber victime de la méprise d’un massacreur. Il avait remarqué que les soldats et les bourgeois armés portaient tous une 166 écharpe blanche au bras et une croix blanche au chapeau. Il aurait pu facilement prendre ce signe de reconnaissance ; mais l’horreur que lui inspiraient les assassins s’étendait jusqu’aux marques qui leur servaient à se faire reconnaître. Sur le bord de la rivière, près du Châtelet, il s’entendit appeler. Il tourna la tête, et vit un homme armé jusqu’aux dents, mais qui ne paraissait pas faire usage de ses armes, portant d’ailleurs la croix blanche à son chapeau, et roulant un morceau de papier entre ses doigts d’un air tout à fait dégagé. C’était Béville. Il regardait froidement les cadavres et les hommes vivants que l’on jetait dans la Seine par-dessus le pont au Meunier.

 

Prosper Mérimée, Chroniques du règne de Charles IX, 1829, Freeditorial, p. 209. Disponible sur : file:///C:/Users/Utilisateur/AppData/Local/Packages/Microsoft.MicrosoftEdge_8wekyb3d8bbwe/TempState/Downloads/CHRONIQUE_DU_RÈGNE_DE_CHARLES_IX%20(1).pdf

 

AUTEUR: MERIMEE Prosper

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Paris

STRATE: Au bord/ Sur

 

THEMATIQUE 4: SEINE INTERLOPE

-Meurtre

-Noyade

-Seine noire

THEMATIQUE 5: HORS LIEUX

-Seine symbolique

-Seine du 16e siècle

 

Xavier de Montépin, Les Pirates de la Seine, 1866

L’auteur rapporte dans ce roman deux histoires qui s’entrecroisent, celle des pirates de la Seine, trafiquants, pourchassés par les soldats de la maréchaussée et celle de Pauline, marquise d’Hérouville, malheureuse en son mariage : le fleuve coule, se faisant le complice malicieux de ces destins entremêlés. 

Les bandits, au nombre de quatorze (y compris le
capitaine et le lieutenant) prirent place dans trois
bateaux plats peints en noir. Les avirons, enveloppés
de linges afin de ne produire aucun bruit en frappant
les eaux, furent bordés, Lascars donna le signal et
les embarcations glissèrent, invisibles et muettes, sur
la surface sombre du fleuve. La nuit semblait prêter
au crime résolu sa discrète complicité. Jamais obscurité plus profonde n’avait pesé sur la terre endormie
des ténèbres compactes, impénétrables, –enveloppaient la Seine et ses rives, et nulle lueur phosphorescente ne brillait dans le faible sillage dos trois barques. Lascars fut obligé de se rendre compte par induction du chemin parcouru, et lorsqu’il crut avoir franchi
la distance qui le séparait du château de Port-Marly, il
donna l’ordre d’atterrir et d’amarrer les embarcations.

 

Xavier de Montépin, Les Pirates de la Seine,  Marseille : Roman, Journal des feuilletons illustres, 1866 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5559838k/f5.image.r=la%20Seine%20roman

 

AUTEUR : Xavier de Montépin

EPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : DANS / SUR / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– canoter

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– noyade

– trafic

– la Seine putride

La Chute du Pont de bois, Poème en II Chants, 1710

Un auteur anonyme, signant Le Br. écrit un poème de deux chants, mêlant l’épique au burlesque, racontant comment un bateau marchand transportant du vin sur la Seine se fracasse sur un pont en arrivant à Paris. Les hommes à bord, hargneux, somment le dieu Bacchus de venir leur rendre justice : ce dernier convoquant la fureur des vents et de la Seine détruit le pont.

Où la Seine étonnée, arrosant de son onde

Une Ville superbe en merveilles féconde,

Étends deux vastes bras, et par un long détour

Dans ces lieux enchantés prolonge son séjour ;

S’élève un pont formé d’une antique structure :

Dans son industrieuse, et rare architecture,

Qui semble commander à l’humide élément (…)

 

Mille forts Pilotis dans le sable enfoncés

Bravent l’onde écumante, et les vents courroucés. (…)

Ses larges flancs ouverts, comme autant de canaux,

Donnent libre passage aux plus vastes bateaux.

L’un porte dans son sein la liqueur sans pareille,

Par qui l’ennui s’endort, et le plaisir s’éveille,

Et l’autre renfermant de précieux trésors,

Des présents de Cérès vient enrichir nos ports.

 

La Seine dans un lieu si digne de lui plaire

Promène lentement une onde pure, et claire ;

Sur ce rivage orné de verdure, et de fleurs,

Ses eaux n’exhalent point de nuisibles vapeurs. (…)

 

Le bateau heurte une arche, et le brise en éclats.

Les tonneaux dispersés suivant l’eau qui les guide

Flottent au gré des vents sur la plaine liquide (…)

L’un maudissant la Seine, et son cruel rivage,

Fait éclater son zèle et se jette à la nage,

Et l’autre sur les bords content de soupirer,

Regrette tant de biens qu’on ne peut recouvrer.

 

Va, cours, sans différer, sur les bords de la Seine,

Signaler les transports de ta rage inhumaine,

Et secondant l’ardeur de mes ressentiments,

De ce pont que tu vois frappe les fondements (…)

De la Seine bientôt l’onde écume, bouillonne,

Tout frémit d’épouvante, et d’effroi tout frissonne : (…)

Quel désastre fatal ! les Naïades timides

En sentirent trembler leurs cavernes humides.

 

Quand on vit sur les eaux flotter de toutes parts

Les débris de ce pont confusément épars.

De Pilotis brisés la rive était couverte (…)

 

Apprends, nouveau Léandre, apprends vite à nager.

Abrège ton chemin par ce moyen facile,

De la Seine pour toi l’eau deviendra docile. (…)

Le Br., La Chute du Pont de bois, poème en II chants, Paris : G. Lamesle, 1710 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54551482/f2.image.r=pont%20la%20Seine

 

AUTEUR : Anonyme (Le Br.)

EPOQUE : XVIII

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATES : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– commercer

– transporter

– métiers

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– accident

– noyade

Julio CORTAZAR, El Rio, 1964

XX-CORTÁZAR-El RíO

Dans ce court conte, Julio Cortázar met en scène un couple malheureux. Le monologue du mari dévoile leurs violentes disputes inextricablement mêlées à leur désir sexuel, une routine morbide dans laquelle le couple est enfermé. Le cœur du texte s’attache à unir le corps de l’épouse qui se noie dans la réalité au désir sexuel de son mari, rêvant d’elle dans leur lit. L’auteur par l’intermédiaire du fleuve fusionne à la perfection le moment de la mort et celui de l’amour.

Y sí, parece que es así, que te has ido diciendo no sé qué cosa, que te ibas a tirar al Sena, algo por el estilo, una de esas frases de plena noche, mezcladas de sábana y boca pastosa, casi siempre en la oscuridad o con algo de mano o de pie rozando el cuerpo del que apenas escucha, porque hace tanto que apenas te escucho cuando dices cosas así, eso viene del otro lado de mis ojos cerrados, del sueño que otra vez me tira hacia abajo. Entonces está bien, qué me importa si te has ido, si te has ahogado o todavía andas por los muelles mirando el agua, y además no es cierto porque estás aquí dormida y respirando entrecortadamente, pero entonces no te has ido cuando te fuiste en algún momento de la noche antes de que yo me perdiera en el sueño, porque te habías ido diciendo alguna cosa, que te ibas a ahogar en el Sena, o sea que has tenido miedo, has renunciado y de golpe estás ahí casi tocándome, y te mueves ondulando como si algo trabajara suavemente en tu sueño, como si de verdad soñaras que has salido y que después de todo llegaste a los muelles y te tiraste al agua. (…)
         Pero si es así me pregunto qué estás haciendo en esta cama que habías decidido abandonar por la otra más vasta y más huyente. Ahora resulta que duermes, que de cuando en cuando mueves una pierna que va cambiando el dibujo de la sábana, pareces enojada por alguna cosa, no demasiado enojada, es como un cansancio amargo, tus labios esbozan una mueca de desprecio, dejan escapar el aire entrecortadamente, lo recogen a bocanadas breves, y creo que si no estaría tan exasperado por tus falsas amenazas admitiría que eres otra vez hermosa, como si el sueño te devolviera un poco de mi lado donde el deseo es posible y hasta reconciliación o nuevo plazo, algo menos turbio que este amanecer donde empiezan a rodar los primeros carros y los gallos abominablemente desnudan su horrenda servidumbre. (…) De la sábana que apenas te cubría alcanzo a entrever la ráfaga instantánea que surca el aire para perderse en la sombra y ahora estamos desnudos, el amanecer nos envuelve y reconcilia en una sola materia temblorosa, pero te obstinas en luchar, encogiéndote, lanzando los brazos por sobre mi cabeza, abriendo como en un relámpago los muslos para volver a cerrar sus tenazas monstruosas que quisieran separarme de mí mismo. Tengo que dominarte lentamente (y eso, lo sabes, lo he hecho siempre con una gracia ceremonial), sin hacerte daño voy doblando los juncos de tus brazos, me ciño a tu placer de manos crispadas, de ojos enormemente abiertos, ahora tu ritmo al fin se ahonda en movimientos lentos de muaré, de profundas burbujas ascendiendo hasta mi cara, vagamente acaricio tu pelo derramado en la almohada, en la penumbra verde miro con sorpresa mi mano que chorrea, y antes de resbalar a tu lado sé que acaban de sacarte del agua, demasiado tarde, naturalmente, y que yaces sobre las piedras del muelle rodeada de zapatos y de voces, desnuda boca arriba con tu pelo empapado y tus ojos abiertos.

Julio Cortázar, Final del Juego (El río)Sudamericana, 1964, p. 19

 

AUTEUR : Cortázar, Julio

ÉPOQUE : XX

GENRE : Conte

LIEU : Inconnu (bord de Seine)

STRATE : DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– Suicide par noyade

– Activités sexuelles

Jean-Baptiste Del Amo, Une éducation libertine, 2009

Gaspard, personnage principal du roman Une Éducation libertine, quitte sa ville natale quimpéroise après le décès de son père pour monter à la conquête de Paris. Il rencontre la Seine après avoir déambulé dans les rues de la capitale, et c’est un véritable tableau que Jean-Baptiste Del Amo peint sous les yeux « ébahis » de son personnage et de ses lecteurs :

Puis la Seine fut là, son odeur de vase, la monstruosité de son agitation portuaire. Gaspard s’arrêta, ébahi. Le flot noir exhalait une frénésie qui s’étendait, une pieuvre lançant ses tentacules à l’assaut de la ville. Fiacres et carrosses se talonnaient sur les rives. Les cochers, véritables harpies, fouettaient et hurlaient à plein gosier. La populace se massait là, grouillait comme d’une termitière, avançait par vagues sur les berges. À quai, les bateaux dégorgeaient de marchandises dans des caisses de bois que des marins musculeux et braillards soulevaient à bout de bras. […] Au bord de l’eau, les lingères, fichus vissés sur leurs crânes furibonds, plongeaient jusqu’aux coudes draps et haillons, savonnaient, frottaient, essoraient. Elles répandaient une mousse à la couleur indéfinissable qui descendait pesamment le Fleuve. […] Plus loin, on ouvrait les guinguettes, les auberges se vidaient de leurs hôtes à demi reposés et parfaitement fauchés. Montant et descendant les rives, les porteurs d’eau feintaient la cadence infernale, se jetaient à l’eau, emplissaient les seaux, s’arrachaient des flots, couraient en sens inverse. Les passeurs plantaient leurs barques entre les bateaux. Ils embarquaient la foule des travailleurs de l’autre rive, s’engueulaient, frappaient l’eau à grands coups de pagaie, filaient au travers du Fleuve, évitaient l’inévitable : la collision, l’accident, le naufrage. Il n’était pas rare qu’un homme tombât à l’eau, fût entraîné par le courant ou les profondeurs du Fleuve. On usait alors de perches en bois. Mais la longueur et le poids de l’instrument rendaient le maniement périlleux, et il arrivait qu’à défaut de sauver le miséreux, la perche le transperçât ou l’assommât, achevant ainsi d’en faire un noyé.

Jean-Baptiste Del Amo, Une éducation libertine, Gallimard, 2009, p. 37

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La clé de l’énigme se trouve peut-être dans les hauteurs de Caudebec-en-Caux, plus précisément dans la chapelle La Barre-y-va…

Victor Hugo, Maurice Leblanc, Michel Bussi: trois écrivains convoqués autour d’un même lieu.

« -La clé de l’énigme, c’est le fameux phénomène de la Barre-y-va. On l’appelle aujourd’hui plus souvent le mascaret. C’est la marée qui remontait la Seine, jusqu’à Rouen jadis. Jusqu’aux années 1960, lors des grandes marées, le mascaret, ou la Barre-y-va si vous préférez, était un véritable petit raz-de-marée, particulièrement dangereux, inondant les rives, renversant les bateliers imprudents, mouillant les badauds…

-Je me souviens. C’est ainsi que Léopoldine, la fille de Victor Hugo, trouva la mort en face de leur propriété de Villequier.

-Et c’est pour elle qu’il composera son émouvant poème, qui raconte sa marche aveugle sur les rives de la Seine, « demain dès l’aube… ». Mais tous les bateliers craignaient la Barre-y-va. C’est également le nom d’un hameau juste en aval de Caudebec-en-Caux, en face du pilotage de la Seine, où est érigée la fameuse et adorable petite chapelle dont je vous ai parlé tout à l’heure… Et avant elle, sur le même site au-dessus de la Seine, les bateliers priaient la vierge dans une étrange chapelle bleue, qui existe encore…

-Encore des mystères ? »

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 116

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984) (2)

La Seine figure de façon récurrente dans les romans policiers et romans noirs, comme scène de crime ou décor du récit.

L’auteur contemporain Didier Daeninckx, dans Meurtres pour mémoire (1984), revient sur le massacre perpétré à l’encontre de manifestants algériens en octobre 1961, dont les corps furent jetés dans la Seine. Ces événements rappellent que, dans son histoire, la Seine à charrié des hommes et des femmes assassinés pour des raisons politiques, pendant la Saint-Barthélemy ou la Commune. On peut parler alors d’une « Seine sanglante ».

Dans cet extrait, les manifestants se sont regroupés au pont de Neuilly.

Il était près de huit heures. Sur les quais situés en contrebas du pont de Neuilly, deux immenses colonnes formées par les habitants des bidonvilles de Nanterre, Argenteuil, Bezons, Courbevoie, se mirent en mouvement. Des responsables du FLN les encadraient et canalisaient les groupes qui ne cessaient de se joindre à eux. Ils étaient au moins six mille ; les quatre voies du pont ne semblaient pas assez larges pour assurer l’écoulement du cortège. Ils dépassèrent la pointe de l’île de Puteaux, sous leurs pieds, et pénétrèrent dans Neuilly.

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris, Folio Policier, 2016, p. 33

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984)

La Seine figure de façon récurrente dans les romans policiers et romans noirs, comme scène de crime ou décor du récit.

L’auteur contemporain Didier Daeninckx, dans Meurtres pour mémoire (1984), revient sur le massacre perpétré à l’encontre de manifestants algériens en octobre 1961, dont les corps furent jetés dans la Seine. Ces événements rappellent que, dans son histoire, la Seine à charrié des hommes et des femmes assassinés pour des raisons politiques, pendant la Saint-Barthélemy ou la Commune. On peut parler alors d’une « Seine sanglante ».

Dans cet extrait, le personnage se trouve à Aubervilliers et se dirige vers Saint-Denis, en longeant le Saint-Denis, dans un espace où l’ébullition industrielle a cédé la place à une atmosphère d’abandon.

Il lui fallait traverser le canal Saint-Denis et longer les cabanes de bois et de tôle qui avaient envahi les berges. Le pont faisait une bosse, et par temps clair, on voyait le Sacré-Cœur en entier, derrière l’énorme cheminée en brique rouge de Saint-Gobain. Il ralentissait et s’amusait à bouger la tête pour placer la Basilique sur les collines de soufre entreposées dans l’enceinte de l’usine. En contrebas, sur le quai, une grue extrayait des profondeurs d’une péniche des blocs de métal qu’un Fenwick emmenait aussitôt vers les hangars de Prosilor.

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris, Folio Policier, 2016, p. 14

Simone de BEAUVOIR, La Force de l’âge, 1960

Dans La Force de l’âge, Simone de Beauvoir relate son expérience de professeure de philosophie à Rouen entre 1932 et 1937.

À l’occasion d’une visite de Jean-Paul Sartre, elle visite le Musée des Beaux-arts, et est saisie par le spectacle d’une toile de Luminais représentant la légende des Enervés de Jumièges.

La légende raconte le châtiment que le roi Clovis II a infligé à ses deux fils pour avoir tenté d’usurper le trône alors qu’il était en croisade. Il leur fait trancher les tendons, et, depuis Paris, les laisse dériver sur un bateau sur la Seine. Le bateau finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (A la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

« Je tombai en arrêt devant un tableau dont j’avais vu, enfant, une reproduction sur la couverture du Petit Français illustré et qui m’avait fait une grande impression : Les Énervés de Jumièges. J’avais été troublée par le paradoxe du mot énervé, pris d’ailleurs dans un sens impropre puisqu’on avait en fait tranché les tendons des deux moribonds. Ils gisaient côte à côte sur une barque plate, leur inertie imitait la béatitude alors que, torturés par la soif et la faim, ils glissaient au fil de l’eau vers une fin affreuse. Peu importait que la peinture fût détestable ; je suis restée longtemps sensible à la calme horreur qu’elle évoquait. »

Simone de BEAUVOIR, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, p. 210.

Guy de Maupassant, « Voyage de Paris à Rouen » [1883], Chroniques. Anthologie

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

Dans une chronique qu’il fait paraître dans le journal Gil Blas en 1883, « De Paris à Rouen » (« Notes de deux navigateurs trouvées dans une bouteille, au fil de l’eau »), Maupassant imagine les péripéties de deux personnages qui parcourent la Seine yole. À Medan, ils descendent saluer Emile Zola, où l’écrivain avait une demeure et recevait ses amis.

Le fleuve s’élargit, peuplé d’îles ravissantes. Des arbres énormes couvrent les petits bras. On sent enfin la campagne. Le courant galope dans les cours d’eau peu profonds ; la yole légère glisse et court, évite les pieux d’un ancien moulin, passe comme un trait sous un petit pont qui paraît, de loin, large comme un trou d’aiguille et fait frissonner les voyageurs.

Deux hommes debout sur la berge nous appellent. Ils cherchent un noyé qu’on a vu traverser Villennes et qui suit le même chemin que nous. On le recommande à nos soins, et nous voilà rôdant le long des buissons des rives, guettant tout ce qui flotte, penchés sur l’eau. Nous ne trouvons pas le macchabée.’

Médan. Nous descendons pour saluer Zola. Il nous apparaît au milieu d’un peuple de maçons et de jardiniers, dirigeant l’installation de sa basse-cour. Il est gai, heureux de voir pousser ses arbres. Car les joies les plus fortes qu’un homme puisse éprouver sont celles que donne la propriété.

Guy de Maupassant, « Voyage de Paris à Rouen » [1883], Chroniques. Anthologie, Paris, Le Livre de Poche, 2008 (« La Pochothèque »)

Guy de Maupassant, « Sur l’eau » [1876], La Maison Tellier, [1888]

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.  A partir de 1873, Maupassant avait loué une chambre à Argenteuil en bordure de Seine.

La nouvelle « Sur l’eau » n’évoque pas un lieu précis, on sait seulement que la scène se déroule à « plusieurs lieues de Paris ». Deux éléments attirent l’attention dans la peinture du fleuve : la passion du canotage ; l’évocation de la pêche, qui se colore d’une dimension fantastique et horrifique ici (c’est le cadavre d’une femme noyée, une pierre attachée à son coup, qu’il lui arrivera de pêcher).

Le narrateur discute avec un vieux canotier rencontré à l’occasion d’une promenade au bord de l’eau.

J’avais loué, l’été dernier, une petite maison de campagne au bord de la Seine, à plusieurs lieues de Paris, et j’allais y coucher tous les soirs. Je fis, au bout de quelques jours, la connaissance d’un de mes voisins, […]. C’était un vieux canotier, mais un canotier enragé, toujours près de l’eau, toujours sur l’eau, toujours dans l’eau. Il devait être né dans un canot, et il mourra bien certainement dans le canotage final. Un soir que nous nous promenions au bord de la Seine, je lui demandai de me raconter quelques anecdotes de sa vie nautique. Voilà immédiatement mon bonhomme qui s’anime, se transfigure, devient éloquent, presque poète. Il avait dans le cœur une grande passion, une passion dévorante, irrésistible : la rivière.

– Ah ! me dit-il, combien j’ai de souvenirs sur cette rivière que vous voyez couler là près de nous ! […] Pour [un pêcheur], c’est la chose mystérieuse, profonde, inconnue, le pays des mirages et des fantasmagories, où l’on voit, la nuit, des choses qui ne sont pas, où l’on entend des bruits que l’on ne connaît point, où l’on tremble sans savoir pourquoi, comme en traversant un cimetière : et c’est en effet le plus sinistre des cimetières, celui où l’on n’a point de tombeau. La terre est bornée pour le pêcheur, et dans l’ombre, quand il n’y a pas de lune, la rivière est illimitée. […] Elle ne gronde pas, elle coule toujours sans bruit, et ce mouvement éternel de l’eau qui coule est plus effrayant pour moi que les hautes vagues de l’Océan.

MAUPASSANT, Guy de, « Sur l’eau » [1876], La Maison Tellier, [1888], citation extraite du volume Folio, 1990, p. 114. 

George SAND, Indiana [1832]

Elle descendit le quai depuis l’Institut jusqu’au Corps Législatif ; mais elle oublia de traverser le pont, et continua à longer la rivière, absorbée dans une rêverie stupide, dans une méditation sans idées, et poursuivant l’action sans but de marcher devant elle.

Insensiblement elle se trouva au bord de l’eau, qui charriait des glaçons à ses pieds et les brisait avec un bruit sec et froid sur les pierres de la rive. Cette eau verdâtre exerçait une force attractive sur les sens d’Indiana. On s’accoutume aux idées terribles ; à force de les admettre, on s’y plaît. Il y avait si longtemps que l’exemple du suicide de Noun apaisait les heures de son désespoir, qu’elle s’était fait du suicide une sorte de volupté tentatrice. Une seule pensée, une pensée religieuse, l’avait empêchée de s’y arrêter définitivement ; mais dans cet instant aucune pensée complète ne gouvernait plus son cerveau épuisé. […] et elle marchait, se rapprochant toujours de la rive, obéissant à l’instinct du malheur et au magnétisme de la souffrance.

Quand elle sentit le froid cuisant de l’eau qui baignait déjà sa chaussure, elle s’éveilla comme d’un état de somnambulisme, et, cherchant des yeux où elle était, elle vit Paris derrière elle, et la Seine qui fuyait sous ses pieds, emportant dans sa masse huileuse le reflet blanc des maisons et le bleu grisâtre du ciel. Ce mouvement continu de l’eau et l’immobilité du sol se confondirent dans ses perceptions troublées, et il lui sembla que l’eau dormait et que la terre fuyait. […] Alors un homme qui accourait, guidé par la voix du chien, la saisit par le corps, l’entraîna, et la déposa sur les débris d’un bateau abandonné à la rive.

George SAND, Indiana [1832], Michel-Lévy Frères Éditeurs, Paris, 1861, p. 209-210

Jean de la Fontaine, « L’enfant et le Maître d’école »

Dans la fable « L’enfant et le maître d’école », Jean de La Fontaine prête sa voix à un écolier qui, « badinant sur les bords de Seine », tombe dans l’eau du fleuve. Le Maître d’école passe en cet endroit fort heureusement, mais il ne faudrait pas que ses remontrances durent trop longtemps…

Dans ce récit je prétends faire voir

D’un certain sot la remontrance vaine.

Un jeune enfant dans l’eau se laissa choir,

En badinant sur les bords de la Seine.

Le Ciel permit qu’un saule se trouva

Dont le branchage, après Dieu, le sauva.

S’étant pris, dis-je, aux branches de ce saule ;

Par cet endroit passe un Maître d’école.

L’Enfant lui crie : Au secours, je péris.

Le Magister se tournant à ses cris,

D’un ton fort grave à contre-temps s’avise

De le tancer. Ah le petit babouin !

Voyez, dit-il, où l’a mis sa sotise !

Et puis prenez de tels fripons le soin.

Que les parents sont malheureux, qu’il faille

Toujours veiller à semblable canaille !

Qu’ils ont de maux, et que je plains leur sort !

Ayant tout dit, il mit l’enfant à bord.

Je blâme ici plus de gens qu’on ne pense.

Tout babillard, tout censeur, tout pédant,

Se peut connaître au discours que j’avance :

Chacun des trois fait un peuple fort grand ;

Le Créateur en a béni l’engeance.

En toute affaire ils ne font que songer

Aux moyens d’exercer leur langue.

Hé, mon ami, tire-moi de danger :

Tu feras après ta harangue.

Jean DE LA FONTAINE, « L’Enfant et le Maître d’école », Fables, Livre I[1668], FOLIO, 1986, p. 56.

Le Miracle de Sainte Bautheuch (3)

L’Abbaye de Jumièges abrite une légende diffusée à partir du XIIe siècle. Elle raconte le châtiment que le roi Clovis II et son épouse Bathilde, future sainte, ont infligé à leurs deux fils pour avoir tenté d’accaparer le trône : ils leur font brûler les tendons, et, depuis Paris, les laissent dériver sur une barque sur la Seine. La barque finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (À la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

Au Moyen Âge, plusieurs versions du récit ont été composées. Au XIVe siècle, le Miracle de Sainte Bautheuch propose une version une version théâtralisée de la légende. Dans le texte qui suit, le fils aîné racontent leur histoire, et leur pénible sur la Seine (« l’iaue de Saine ») à Saint-Philibert, fondateur de l’abbaye de Jumièges.

L’AINSNÉ

Pére, nostre estat vous veuil dire :

C’est voir que nous deux jounes hommes

Enfans du roy de France sommes,

Qui si orgueilleux devenismes

Qu’a tort guerroier le voulsismes

Et jetter de son regne hors,

Et en la guerre nous prist lors.

Or devez vous, sire, savoir,

De nous venjance voult avoir ;

Mais nulz ne nous osoit jugier,

Quant nostre mére, pour purgier

Ce qu’avions envers eulx mespris,

Nous jugea, qui estions pris,

Que jamais ne tendrions terre ;

Oultre, pour le fait de la guerre,

Que perdrions les vertuz des corps :

Si nous cuit on les jarrez lors ;

Et après elle a ordené

Qu’en ce batel fumes mené,

Puis nous laissa, a brief parler,

Aval l’iaue de Saine aler

Sanz perche et sanz gouvernement,

Fors que de Dieu tant seulement,

Qui nous a saux amenez ci.

Sire, si vous requier merci,

Qu’a l’onneur Dieu premiérement,

Et au salut secondement

De noz ames vous nous veilliez

Adviser, et nous conseilliez

Que pourrons faire.

Miracle de Sainte Bautheuch dans Les Miracles de Nostre Dame par personnages, édition de Gaston Paris et Ulysse Robert, F. Didot pour la Société des Anciens Textes Français, 1881, t. 6, p. 163-164, v. 2504-2534

LE MIRACLE DE SAINTE BAUTHEUCH (2)

L’Abbaye de Jumièges abrite une légende diffusée à partir du XIIe siècle. Elle raconte le châtiment que le roi Clovis II et son épouse Bathilde, future sainte, ont infligé à leurs deux fils pour avoir tenté d’accaparer le trône : ils leur font brûler les tendons, et, depuis Paris, les laissent dériver sur une barque sur la Seine. La barque finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (A la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

Au Moyen Âge, plusieurs versions du récit ont été composées. Au XIVe siècle, le Miracle de Sainte Bautheuch propose une version théâtralisée de la légende. Dans le texte qui suit, la Reine Bathilde demande à un valet d’accompagner ses fils jusqu’à la Seine (« l’iaue de Saine »), et de leur laisser des vivres, pour qu’ils puissent survivre s’ils trouvent un asile et le salut.

BAUTHEUCH

Je veuil qu’avec mes filz alez

En l’aventure ou il iront.

Je ne scé s’il y fineront,

Mais n’aront que vous seulement ;

Si que servez les bonnement,

Ainsi comme a euls appartient.

Et toutesvoies s’ils avient

Que Dieu par my l’iaue de Saine

A port de salut les amaine,

Que tantost le me veignés dire.

Alons veoir noz enfans, sire,

Et savoir comment partiront,

Ne se jamais il nous verront

Après ce jour.

Miracle de Sainte Bautheuch dans Les Miracles de Nostre Dame par personnages, édition de Gaston Paris et Ulysse Robert, F. Didot p