Archives par mot-clé : Paris

Albert Delpit, Le Crime de Bernardin, 1883

Le Crime de Bernardin est un roman qui a été écrit par Albert Delpit et publié en 1883. L’intrigue se déroule principalement autour du personnage Bernardin Morel qui a tué l’amant de sa femme à coups de barre de fer. Il se déroule après que le crime ait été commis et la Seine est évoquée comme une scène de crime dans laquelle le corps de la victime de ce crime a été jeté. Dans ces deux textes, le personnage principal est pris par un sentiment de culpabilité et rêve à plusieurs reprises du moment où il a commis ce crime. Il en devient hanté par ses propres souvenirs et, dans le deuxième extrait, la Seine est représentée comme le réceptacle du corps de la victime et lui rappelle l’acte qu’il a commis lorsqu’il emprunte un pont qui arpente le fleuve.

 

<< Aussitôt, un cauchemar épouvantable le prit. Il rêva le crime, exactement comme il s’était passé. Il dînait chez le père Virgile, avec son frère et sa belle-sœur, puis il montait dans le train de Rueil; puis on guettait le malheureux. On le tuait à coups de barre de fer; on traînait le corps dans une petite voiture jusqu’à la Seine, et là, on jetait à l’eau le cadavre. Toute la nuit, ce même cauchemar chevaucha le cerveau du malheureux. Au matin, il s’éveilla baigné de sueur, les membres rompus, secoué par la fièvre. Le grand soleil le calma peu à peu. Il sortit et s’en alla du côté du bois de Boulogne. Il avait besoin de la verdure, de l’air frais, de l’odeur pénétrante des branches mouillées. >>

(…)

<< Une superbe nuit de juin : des langueurs délicieuses couraient dans l’air. Une de ces nuits où les amoureux enlacés vont rêver sous les feuillées épaisses. L’eau du fleuve coulait, joyeuse, reflétant un ciel exquis. Bernardin, accoudé au pont, sentait ses terreurs augmenter. Une hallucination épouvantable le hantait. Il ne voyait ni les splendeurs de la nuit ni les gaîtés de l’eau courante. Il lui semblait, au contraire, que la Seine s’entr’ouvrait, et qu’un cadavre en sortait, montrant sa face livide. L’infortuné ne se tenait plus debout. Ses dents claquaient; il avait peur, il avait effroyablement peur. Il lui fallut une énergie suprême pour ramasser toute sa force et s’enfuir comme un fou, sans retourner la tête.

A minuit, il rentrait chez lui, il se couchait et s’endormait lourdement comme la veille. Comme la veille, le même cauchemar venait le hanter. Il rêvait le crime pendant son sommeil, comme il l’avait revécu pendant la soirée. Ce fut la même chose le lendemain et la nuit suivante. Et tous les soirs, à quelque endroit de Paris qu’il se trouvât, il recommençait la sinistre promenade. Il allait au restaurant du père « Virgile, il prenait le train, il descendait à Rueil, il rôdait autour de la maison. Quand il s’accoudait au pont, la Seine s’entr’ouvrait pour lui offrir le cadavre de sa victime. Ensuite, la nuit, il rêvait le crime, après l’avoir vécu pendant la soirée. Les hommes avaient pu l’acquitter : sa conscience ne l’acquittait pas. C’était le remords sous sa forme la plus aiguë : le remords hantant une cervelle, sans trêve, ni repos. Une espèce de désarticulation psychologique dédoublait l’âme de ce malheureux; pour le punir de son crime, que n’avaient point puni les hommes, elle le lui faisait recommencer tous les soirs et toutes les nuits ! >>

Albert Delpit, Le Crime de Bernardin, Revue des Deux Mondes, 3ème période, tome 58, 1883, p.646-648

AUTEUR  :  Albert Delpit
ŒUVRE  : Le Crime de Bernardin
GENRE  : Roman
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Paris

STRATE  : DANS

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-meurtre

Jean Fleury, La Question des égouts, 1892

La Question des égouts a été écrit par Jean Fleury et publié en 1892. Ce récit s’intéresse aux égouts en France et, dans les deux extraits, la Seine est présentée comme un fleuve qui est directement pollué par le déversement des égouts. L’auteur aborde cette idée comme un problème et évoque les différentes causes de cette pollution qu’il dénonce dans  son texte.

<< Amenées dans la ville par les magnifiques aqueducs de la Dhuis, de la Vanne et bientôt de l’Avre, et consacrées aux usages multiples de l’habitation, ou bien pompées dans la Seine pour le service de la voie publique et les emplois industriels, toutes ces eaux se sont promptement souillées. Il faut les éloigner en toute hâte. Leur volume annuel n’est pas moindre, en ce moment, de 162 millions de mètres cubes. C’est une moyenne journalière de 455,000 mètres cubes ; plus de 5 mètres 1/2 par seconde. Beaucoup de rivières n’ont pas en tout temps un pareil débit, et nous avons vu qu’une très prochaine augmentation s’imposait. Il faut aussi se débarrasser de la pluie. L’eau du ciel, en ruisselant sur nos toits et nos pavés, perd bien vite sa pureté. Le climat de Paris est essentiellement incertain. Tous les quartiers ne reçoivent pas la même quantité de pluie. La Monnaie en a plus que Ménilmontant ou Vaugirard. Les mois d’été en fournissent plus que ceux d’hiver, quoique le nombre de jours de mauvais temps soit à peu près le même dans les deux saisons. En résumé, la quantité de pluie tombée sur Paris en un an équivaut à peu près à une couche d’eau de 489 millimètres d’épaisseur, épandue sur les 7,802 hectares de la superficie de la ville, supposée pour un instant parfaitement horizontale. C’est un volume de 38 millions de mètres cubes. Si la pluie tombait régulièrement chaque jour, on en aurait un volume quotidien de 104,000 mètres. Mais il n’y a en moyenne que 120 jours de pluie par an, et qui sont loin de se ressembler. >>

(…)

<<Une aération forcément insuffisante, la concentration, et surtout la stagnation y sont favorables à la pullulation des fermens morbides, dangereuses semences des plus redoutables contagions. Les tuyaux d’évent les répandent dans l’atmosphère en vivantes poussières, souvent avec d’insupportables odeurs. Par les inévitables fissures d’une maçonnerie qui est rarement étanche, quoi qu’on fasse, ils pénètrent dans le sol environnant, s’y propagent, réserves toujours mobilisables de l’invasion épidémique. Les procédés d’extraction et de transport ont été perfectionnés autant que possible ; ils n’en restent pas moins des opérations tout au moins désagréables, souvent et à bon droit suspectes d’insalubrité. L’industrie enfin ne peut travailler ces hideux produits qu’en incommodant le voisinage dans un rayon assez étendu ; elle n’en traite d’ailleurs économiquement que la partie la plus riche en ammoniaque : et ses dépotoirs, souvent combles, envoient leur superflu se perdre dans la Seine.

Le maintien de ce système arriéré est pour tous les hygiénistes l’une des principales causes de la fréquence et de l’intensité à Paris de certaines maladies dues aux fermens, et pour cela appelées zymotiques : telles sont la fièvre typhoïde et la diphtérie qui font chaque année chez nous plus de victimes que partout ailleurs.

On demande la suppression de ce procédé répugnant et inhumain. Suivant une formule qu’il ne faut pas se lasser de répéter, on pose comme condition nécessaire de tout assainissement, l’écoulement sans stagnation possible et le rejet au loin, avant toute fermentation, des matières impures et des eaux usées de la vie et de l’industrie. C’est le tout à l’égout. >>

Jean Fleury, La Question des égouts, Revue des Deux Mondes, 3ème période, tome 114, 1892, p.137-138 et 139-140

AUTEUR  :  Jean Fleury
ŒUVRE  : La Question des égouts
GENRE  : Géographie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Paris

STRATE  : DANS

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTELROPE 

-La Seine putride

Alphonse Allais, Pour cause de fin de bail, 1899

Le livre Pour cause de fin de bail a été écrit par Alphonse Allais et publié en 1899. Dans cet ouvrage, le texte Légère modification à apporter dans le cours de la Seine aborde le principal problème lié à la Seine qui est l’hygiène du fait que le fleuve soit contaminé par les égouts et impacte également la propreté de la ville de Paris. Dans ce texte, l’auteur décrit plusieurs solutions qui pourraient être mises en place pour résoudre le problème posé au début de l’extrait ainsi que les réactions que ses propositions ont pu susciter.

LÉGÈRE MODIFICATION À APPORTER DANS LE COURS DE LA SEINE

<< L’hygiène de notre capitale au cours des hautes températures, provoquées par l’été, est, au dire des meilleurs connaisseurs, déplorable en tous points, déplorable, déplorable…

Un des facteurs les plus importants de cet affligeant état de choses consiste en la traversée de Paris par la Seine (la malseine, comme dit notre vaillant maître Aurélien Scholl).

Contaminée par les égouts, dès son entrée dans Paris, la rivière charrie les miasmes les plus putrides, les brouillards les plus pernicieux avec, brochant sur le tout, un petit fumet de bouillon de culture peu piqué des hannetons.

Il y a longtemps que j’ai proposé la suppression radicale de cet inconvénient, et combien simple !

1º Établir à Charenton un barrage qui prohibe à la Seine son entrée dans Paris ;

2º Diviser le fleuve en deux courants qu’on canalisera dans les fossés des fortifications (élargis au besoin) ;

3º Réunir au Point-du-Jour ces deux courants qui, à partir de ce moment, reprendront en commun leur ancien cours.

Les avantages que présenterait la réalisation de ce projet sont innombrables et, peut-être même, incalculables.

D’abord, assainissement de Paris.

Ensuite, importance énorme et plus-value données à toute cette zone inutile, ridicule et périphérique qui enserre les fortifs.

Et puis (c’est là le clou charmant de l’entreprise), quel parc miraculeux, unique au monde, ce serait pour Paris que celui qu’on pourrait ainsi créer dans le lit abandonné de la Seine, depuis Charenton jusqu’à Auteuil !

Sans compter qu’en cas de siège, ce parc servirait à la culture de mille céréales et autres légumes nutritifs, ainsi qu’à la pâture de toutes sortes de bestiaux alimentaires.

Je vous entends d’ici, les gros malins, ricaner et me foudroyer de votre objection :

— Et les égouts ? Les ferez-vous couler dans votre magnifique parc, cher monsieur Allais ? Eh bien, alors, il sera chouette, votre magnifique parc, et parfumé !

Calmez-vous, bonnes gens, calmez-vous.

Rien de ce qui est humain ne saurait me demeurer étranger, même la question des égouts.

Loin d’être une nuisance, les égouts de Paris, dans mon nouveau projet, joueront un rôle décoratif, d’agrément et de charme.

Connaissez-vous ces filtres au charbon qui transforment le barbotage le plus nauséeux en onde cristalline ?

Voilà ce que j’utiliserai (en plus grand, naturellement).

Je filtrerai les égouts et j’amènerai l’eau claire ainsi obtenue dans de gracieux ruisselets au doux murmure, émaillés de coquettes rocailles.

Si ces messieurs des ponts et chaussées veulent se mettre, dès lundi prochain, à l’ouvrage, le travail pourra se trouver terminé au jour de l’ouverture de l’Exposition, en 1900.

Oui, mais voilà, la routine, les bureaux !… >>

Alphonse Allais, Pour cause de fin de bail, édition de la Revue Blance, 1899, p.279-282

 

AUTEUR  : Alphonse Allais
ŒUVRE  : Pour cause de fin de bail
GENRE  : Recueil de nouvelles
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Paris

STRATE  : AU BORD / DANS

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Industrie

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-La Seine putride

Bateaux-Mouches, Eddy de Pretto, 2021

Eddy de Pretto est un auteur-compositeur-interprète et acteur français qui s’est découvert notamment par son album Cure (2018). 

Pour la sortie de son nouvel album À tous les bâtards (2021), il publie « Bateaux-Mouche ». Il revient sur ses petits jobs avant son envol musical, où il chantait sur les bateaux-mouches, le long de balades sur la Seine. 

 

 

 

[Couplet 1]

Quand j’étais gars trop moche, chantant sur bateaux-mouches

Avec rien dans les poches, j’faisais moins la fine bouche

J’prenais toutes les avances, de sourires pas très cash

Fallait bien que je mange pour apaiser ma soif

Entrée, plat et dessert, je reculais l’attente

Des gros ventres a remplir avec chansons badantes

Sur mon estrade en toc que je prenais pour scène

J’me sеntais comme un coq mais j’flottais que sur la Seinе

Maquillé au pinceau, un solo pour mariage, avec costume Celio et l’odeur du fromage

Je posais comme il faut et j’en menais pas large

J’me sentais parfois d’trop entre rêves et noyade

J’étais lui qu’on ne voit pas, qui s’glisse entre les tables

Chantant du Rihanna avec un accent grave

Qui sourit a chaque fois pour faire plaisir mesdames

Faudrait pas que messieurs se sentent dragués par moi

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Couplet 2]

Je découvrais Paris, comme les couples étrangers

Tu viens d’où il fait gris, où on laisse tout trop laid

Des monuments crari, m’emporter comme jamais

J’avais qu’une envie, m’installer sur ce pavé

À chanter toute ma vie, pas les chansons des autres

J’en avait dans le ventre, pas du saumon Lenôtre

J’attendais patiemment, de monter sur le trône

Qu’on reprenne mes chansons, comme je reprend « vie en rose »

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Couplet 3]

J’devais quitter mes Nike, les laisser sous l’bateau

T’étais pas assez classe, pour l’image de ce show

Je n’avais qu’une hâte, de montrer ce que je vaux

Montrer combien je fake, que gentleman à l’eau

Le soir je m’improvisais, la vedette du bateau

En maquillant mes souhaits au parfum du ghetto

Tous les soirs je trinquais, rêvais fou de mon égo

En attendant j’réglais mes grands rêves au chapeau

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Outro]

Quand j’étais gars trop moche, chantant sur bateaux-mouches

Avec un rien dans les poches, j’faisais moins la fine bouche

J’prenais toutes les avances, de sourires pas très cash

Fallait bien que je mange pour apaiser ma soif

https://genius.com/Eddy-de-pretto-bateaux-mouches-lyrics

Denis Diderot, L’Encyclopédie, 1re éd, 1751

L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts est des métiers est une encyclopédie française qui a été dirigée par Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert et dont la première édition a été publiée en 1751.

L’article ci-dessous porte sur les << bachoteurs >> au XVIIIème siècle ; il décrit en quoi consiste leur métier, quelles sont les différentes conditions et les condamnations auxquelles ils peuvent faire face en cas de non-respect des règles.

 

<< * BACHOTEURS, sub. m. (Police.) ce sont des bateliers occupés sur les ports de Paris & en autres endroits des rives de la Seine, à voiturer le public sur l’eau & dans des bachots au-dessus & au-dessous de la ville. Ils sont obligés de se faire recevoir à la ville : ils ne peuvent commettre des garçons à leur place : leurs bachots doivent être bien conditionnés. Il leur est defendu de recevoir plus de seize personnes à la fois ; leurs salaires sont réglés ; ils doivent charger par rang ; cependant le particulier choisit tel bachoteur qu’il lui plaît. Ils sont obligés d’avoir des numeros à leurs bachots. Un officier de ville fait de quinze en quinze jours la visite des bachots ; & il est détendu aux femmes & aux enfans des bachoteurs de se trouver sur les ports. On paye par chaque personne quatre sous pour Seve & S. Cloud ; deux sous pour Chaillot & Passy ; deux sous six deniers pour Auteuil ; & ainsi à proportion de la distance, & à raison de deux sols pour chaque lieue, tant en descendant qu’en remontant. Le bachoteur convaincu d’avoir commis à sa place quelqu’homme sans expérience, ou d’avoir reçu plus de seize personnes, est condamné pour la premiere fois à cinquante livres d’amende, confiscation des bachots, trois mois de prison ; il y a punition corporelle en cas de récidive & exclusion du bachotage. C’est au lieutenant de police à veiller que les bachoteurs ne se prêtent à aucun mauvais commerce. Il leur est enjoint par ce tribunal de fermer leurs bachots avec une chaîne & un cadenat pendant la nuit.>>

Denis Diderot, L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1re éd, texte établi par D’Alembert, Diderot, 1751 (Tome 2, p.8).

AUTEUR  :  Denis Diderot
ŒUVRE  : Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.
GENRE  : Encyclopédie
ÉPOQUE  : XVIII
LIEU  : Paris

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-métiers

-transporter

Jean Cocteau, Paris [1921], Grasset, 2013

Les textes de Jean Cocteau qui composent Paris  proviennent tous de sources différentes et ont été recueillis par Grasset pour le présent volume. Le plus ancien des textes « Le Théâtre nouveau » est extrait d’une Introduction à la vie de Paris publiée en 1921. Les textes issus de cette Introduction étaient adressés à des étrangers cultivés. Il s’agit avant tout de petits guides en prose. La Seine définit, dans cet extrait, par analogie, le boulevard, caractéristique de la capitale. 

Paris a deux fleuves. L’autre est le boulevard. Ce fleuve coule dans un grand désordre, il arrive même qu’il stagne ou remonte vers sa source. Le théâtre dit « théâtre du Boulevard » et qui, maintenant, ne peut plus se localiser sur le boulevard même, se trouve en mauvaise posture. 

Tant de marches à reculons, de stérilité, d’eau croupie, de paludisme, découragent les navigateurs. De temps en temps, un succès de boulevard remue la boue, réveille les crocodiles.  […]

*

À Paris, sur la rive gauche et la rive droite du fleuve Boulevard, deux hommes creusent des citernes d’eau potable. L’un est Jacques Copeau, l’autre son aîné. 

JEAN COCTEAU, PARIS [1921], GRASSET, 2013, p. 45/51

 

 

Mac-Nab, Poèmes mobiles ; Monologues, 1890

Mac-Nab a écrit un recueil intitulé Poèmes mobiles ; Monologues qui a été publié en 1890. Ce recueil est divisé en trois parties qui regroupent trois types de récits : la première partie se nomme Poèmes mobiles, la deuxième partie se nomme Monologues en prose et la dernière partie se nomme Simples chansons. La Mort du Poète est une chanson qui se situe à la fin de la dernière partie du livre. Le suicide d’un poète qui se jette dans la Seine depuis le pont des Saint-Pères, à Paris y est mis en scène et la Seine y est décrite comme celle qui lui donne la mort.

 

Simples chansons ;

La Mort du Poète.

A Eugène Mesplès.

C’était un homme long, déhanché, sec et blême,

Vêtu d’un habit vieux autant que l’univers ;

Sa vie était un mythe et sa bourse un problème :

Chacun le croyait fou, car il chantait des vers !

 

Or cet homme, songeant à des jours plus prospères,

S’en allait à pas lents sur le pont des Saint-Pères :

(Ce pont que fait trembler le poids des omnibus

Ainsi qu’un régiment sous le choc des obus !…)

 

Il regardait la Seine, infâme pourvoyeuse

De la mort ! cette Seine à la chanson joyeuse,

Plus perfide que les sirènes de jadis,

Dont le murmure lent n’est qu’un De profundis !

—————————————————————-

Je ne connaissais pas ce malheureux bohème.

Et, pourtant, j’ai pleuré, quand j’ai su le soir même

Qu’on avait retrouvé son cadavre à Puteaux.

<< Homo sum, et nihil humani a me alienum puto ! >>

Mac-Nab, Poèmes mobiles ; Monologue, éditeur des Modernes, édité par Léon Vanier, 1880, p139

 

AUTEUR  : MAC-NAB

ŒUVRE  : Poèmes mobiles ; Monologue

GENRE  : POÉSIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : Paris

STRATE  : SUR

 

THÉMATIQUE 4  : LA SEINE INTERLOPE

-Noyade

La Seine, le XXI ème arrondissement de Paris ?

« La Seine, c’est le XXIe arrondissement », c’est ce que disent les Parisiens. Un lieu à part, certes niché au beau milieu de la ville, mais obéissant à ses propres règles.

À partir du XVIIIe siècle, le bateau en bois appelé péniche devient un lieu de travail et d’habitation des mariniers. Nous avons comme exemple le peintre Charles François Daubigny qui se fit construire Le Botin, une péniche dans laquelle il vécut et travailla tout en explorant la Seine au milieu du XIXème siècle. Par la suite, la population aisée et aristocratique de Paris acquit ce genre de bien et l’améliora en installant un groupe électrogène ou encore des réservoirs sur le toit pour avoir l’eau courante. Alors que de nombreuses zones rurales à cette époque n’étaient pas équipées en électricité, eau, égouts ou téléphone, les péniches jouissaient d’un confort et de la Révolution industrielle. 

En 1929, Georges Simenon fit le tour des canaux français à bord de sa péniche, puis l’installe sur les bords de la Seine parisienne pendant trois ans. Après la Deuxième Guerre mondiale, ce fut au tour des Américains restés à Paris, dont l’acteur Sterling Hayden, de s’établir sur les bords de la Seine.

En 1975, des pénichards parisiens résistant à leur expulsion, créent une association de défense de l’habitat fluvial. Ce n’est que vingt ans plus tard qu’ils obtinrent une certaine reconnaissance et un statut.

Dans les années 1980 et 1990, des personnalités du show-biz et des médias, ainsi que des cadres, des diplomates et bien d’autres se laissèrent séduire par l’habitat fluvial. Cette formule permettait de disposer d’une grande surface habitable au cœur de Paris pour un prix dérisoire.

Aujourd’hui, ce phénomène est en pleine expansion. Le marché de l’habitat flottant se développe alors très vite après les années 1970, pour son aspect marginal et son accessibilité financière. Il permet de résider à « moindre coût » dans les grandes villes, très prisées et où le marché de l’immobilier est exorbitant.

Point judiciaire: selon la loi française, les habitats flottants sont assimilés à de petits bateaux. Ce qui signifie, qu’ils sont liés par les règlements du navire, et s’ils doivent se déplacer, ils doivent se conformer aux règlements de navigation. Pour le coup, il n’est plus nécessaire d’adopter les règles classiques d’habitat terrestre prévues dans la loi sur la construction et le logement .

L’habitat flottant en France : cadre juridique et perspectives – Léa Bréard: https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02095013/document

L’histoire de l’habitat flottant – Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-lhabitat-flottant.html

L’histoire de la « Péniche »- Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-la-peniche.html

 

Pierre Corneille, Poésies Diverses, XVIIème

Poésies diverses est un recueil qui regroupe des inscriptions latines traduites par Pierre Corneille au cours du XVIIème siècle. Cet ouvrage a été publié en 1862 par Charles Marty-Laveaux, un historien littéraire qui a regroupé les textes. Le poème ci-dessous présente une éloge du Louvre, dont la vue est si spectaculaire que les Nymphes de Seine, (qui sont des divinités issues de la mythologie grecque et romaine vivant dans l’eau) voudraient l’apercevoir.

POEME LXXVII


POUR LA FONTAINE DES QUATRE-NATIONS, VIS-À-VIS LE LOUVRE.


TRADUCTION PAR PIERRE CORNEILLE.

<< C’est trop gémir, Nymphes de Seine,
Sous le poids des bateaux qui cachent votre lit,
Et qui ne vous laissoient entrevoir qu’avec peine
Ce chef-d’oeuvre étonnant dont Paris s’embellit,
Dont la France s’enorgueillit.
Par une route aisée, aussi bien qu’imprévue,
Plus haut que le rivage un roi vous fait monter :
Qu’avez-vous plus à souhaiter ?
Nymphes, ouvrez les yeux, tout le Louvre est en vue. >>

INSCRIPTION DE SANTEUL.
<< Sequanides flebant imo sub gurgite Nymphæ,
Cum premerent densæ pigra fluenta rates ;
Ingentem Luparam nec jam aspectare potestas,
Tarpeii cedat cui domus alta Jovis.
Hue alacres, Rex ipse vocat, succedite, Nymphæ :
Hinc Lupara adverso litlore tota patet. >>

Poésies diverses, texte établi par Charles Marty-Laveaux en 1862, page 244.

AUTEUR  : PIERRE CORNEILLE

ŒUVRE  : Poésies diverses

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XVII

LIEU  : Paris

STRATE  : DANS / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-Naviguer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-Se promener

Francis Carco, Au pied des tours de Notre-Dame, 1952

Francis Carco est un poète, écrivain, journaliste et auteur de chansons. Il s’est rendu à Paris à partir de 1910, lorsqu’il était âgé de 24 ans, a découvert la ville et a donc écrit à son sujet. En 1950, Charles Dumont a arrangé ce poème sous forme de musique.

Au pied des tours de Notre-Dame,
La Seine coule entre les quais.
Ah ! le gai, le muguet coquet !
Qui n’a pas son petit bouquet ?
Allons, fleurissez-vous, mesdames !
Mais c’était toi que j’évoquais
Sur le parvis de Notre-Dame ;
N’y reviendras-tu donc jamais ?
Voici le joli moi de mai…

Je me souviens du bel été,
Des bateaux-mouches sur le fleuve
Et de nos nuits de la Cité.
Hélas ! qu’il vente, grêle ou pleuve,
Ma peine est toujours toute neuve :
Elle chemine à mon côté…

De ma chambre du Quai aux Fleurs,
Je vois s’en aller, sous leurs bâches,
Les chalands aux vives couleurs
Tandis qu’un petit remorqueur
Halète, tire, peine et crache
En remontant, à contre-coeur,
L’eau saumâtre de ma douleur…

Francis Carco, Au pied des tours de Notre-Dame, 1952

AUTEUR : FRANCIS CARCO
ŒUVRE: Au Pied des tours de Notre-Dame
GENRE: POÉSIE
ÉPOQUE : XX
LIEU: Paris

STRATE:
AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR
-Se promener
-naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-loisirs
-métiers


THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS
-Amours
-se promener

Patrick Modiano, Dora Bruder, 1997

Récit biographique et autobiographique, Patrick Modiano dans Dora Bruder écrit en 1997,  tente de restituer l’histoire d’une jeune fille juive à Paris, disparue en 1941. La Seine est principalement un cadre spatial dans l’œuvre mais dans l’extrait ci-dessous, elle se fait l’écho géographique de celle de Hugo dans Les Misérables (1862) :

 

J’ai relu les livres cinquième et sixième des Misérables. Victor Hugo y décrit la traversée nocturne de Paris que font Cosette et Jean Valjean, traqués par Javert, depuis le quartier de la barrière Saint-Jacques jusqu’au Petit Picpus. On peut suivre sur un plan une partie de leur itinéraire. Ils approchent de la Seine. Cosette commence à se fatiguer. Jean Valjean la porte dans ses bras. Ils longent le Jardin des Plantes par les rues basses, ils arrivent sur le quai. Ils traversent le pont d’Austerlitz. À peine Jean Valjean a-t-il mis le pied sur la rive droite qu’il croit que des ombres s’engagent sur le pont. La seule manière de leur échapper – pense-t-il – c’est de suivre la petite rue du Chemin-Vert-Saint-Antoine.
Et soudain, on éprouve une sensation de vertige, comme si Cosette et Jean Valjean, pour échapper à Javert et à ses policiers, basculaient dans le vide : jusque-là, ils traversaient les vraies rues du Paris réel, et brusquement ils sont projetés dans le quartier d’un Paris imaginaire que Victor Hugo nomme le Petit Picpus. Cette sensation d’étrangeté est la même que celle qui vous prend lorsque vous marchez en rêve dans un quartier inconnu. Au réveil, vous réalisez peu à peu que les rues de ce quartier étaient décalquées sur celles qui vous sont familières le jour. 

Patrick Modiano, Dora Bruder, Folio, 1999, p. 51

 

Paul Verlaine, L’Aube à l’envers, Jadis et Naguère, 1884

Issus du recueil de poèmes « Jadis et Naguère », écrit et publié en 1884 par Paul Verlaine, « L’Aube à l’envers » nous rappelle avec mélancolie l’épisode de la Semaine Sanglante entre les troupes Versaillaise et la commune de Paris (Le Point-du-Jour étant la porte par laquelle les troupes versaillaises sont entrés dans Paris). Paul Verlaine ayant été un défenseur de la Commune, il se remémore ce moment où sur les bords de Seine l’on tirait et buvait, en attendant l’heure fatidique. Le poème reste toutefois assez obscur car il mêle passé et présent, et parle des évènements de la Commune à demi-mot, laissant un doute sur la temporalité du poème. Louis Dumoulin, à qui il est dédié, pourrait être Louis-Jules Dumoulin, un célèbre artiste français de la fin du 19ème siècle.

 

VII

 

L’AUBE À L’ENVERS

 

À Louis Dumoulin

 

Le Point-du-Jour avec Paris au large,

Des chants, des tirs, les femmes qu’on « rêvait »,

La Seine claire et la foule qui fait

Sur ce poème un vague essai de charge.

 

On danse aussi, car tout est dans la marge

Que fait le fleuve à ce livre parfait.

Et si parfois l’on tuait ou buvait

Le fleuve est sourd et le vin est litharge.

 

Le Point-du-Jour, mais c’est l’Ouest de Paris !

Un calembour a béni son histoire

D’affreux baisers et d’immondes paris.

 

En attendant que sonne l’heure noire

Où les bateaux-omnibus et les trains

Ne partent plus, tirez, tirs, fringuez, reins !

 

Paul Verlaine, L’Aube à l’envers (1884), Jadis et Naguère, Léon Vanier, 1891 (p. 112).

 

AUTEUR : VERLAINE, Paul

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Guerroyer

-métiers

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, 1924

Ecrit entre les deux grandes guerres, Ernest Raynaud nous fait, dans le poème « Seine », issue de son livre « A l’ombre de mes dieux » et écrit en 1924, une ode à la Seine et à Paris. La ville, illuminée de bonheur, ne mettant ainsi que mieux en valeur la Seine.

 

LA SEINE

 

Loin des remous de la cohue et des bruits laids,

Je te regarde luire en ce jour de lumière,

Ô mon fleuve, ô ma Seine ! et glisser, d’une eau fière,

Dans une perspective ouverte de palais.

 

Chaque pont, arche souple, ébloui de reflets,

Clame un nom de victoire avec sa voix de pierre,

Tandis qu’une ombre drue, à la berge ouvrière,

Gazouille un vieux refrain rustique où je me plais.

 

Un renouveau d’espoirs se dénoue en volutes ;

Et, comme l’Âge d’or sommeille au cœur des flûtes,

Tout un bonheur perdu respire en ce tableau.

 

Ici, Paris n’est plus que joie, azur, espace,

Et pour fleurir sa gloire, il y cueille avec grâce

Tous les frissons épars du feuillage et de l’eau.

 

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, Librairie Garnier frères, 1924 (p. 18).

 

 

AUTEUR : RAYNAUD, Ernest

ÉPOQUE : XX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

-amours

Pierre Corneille, Poésies diverses, XVII

Ensemble de traductions d’inscriptions latines, composé pour les fontaines de Paris inspiré par des textes anciens et plusieurs fois traduite notamment par Corneille, Périer ou encore Charpentier durant le 17ème siècle. Ces inscriptions semblent faire l’éloge du dieu/déesse de la Seine et expliquent que les fontaines ne sont qu’une extension de celle-ci.

 

LXXVI

 

Sur la pompe du pont Notre-Dame.

Traduction par Pierre Corneille.

 

Que le dieu de la Seine a d’amour pour Paris !

Dès qu’il en peut baiser les rivages chéris,

De ses flots suspendus la descente plus douce

Laisse douter aux yeux s’il avance ou rebrousse :

Lui-même à son canal il dérobe ses eaux,

 

Qu’il y fait rejaillir par de secrètes veines,

Et le plaisir qu’il prend à voir des lieux si beaux,

De grand fleuve qu’il est, le[1] transforme en fontaines.

 

In Sequanæ fontes ex ipso fluvio eductos.

 

Sequana cum primum reginæ[2] allabitur urbi,

Tardat præcipites ambitiosus aquas.

Captus amore loci, cursum obliviscitur, anceps

Quo fluat, et dulces nectit in urbe moras.

Hinc varios implens fluctu subeunte canales,

Fons fieri gaudet, qui modo flumen erat.

 

Traduction par du Périer.

 

Éprise d’un lieu si charmant

Je coule bien plus lentement ;

Je m’arrête partout, et mon onde incertaine

Semble même oublier son cours :

Ainsi ces longs canaux, où je coule sans peine,

Font qu’après mille détours,

De fleuve que j’étois, je me change en fontaine.

 

Autre par Charpentier de l’Académie Française.

 

Aussitôt que la Seine en sa course tranquille

Joint les superbes murs de la royale ville,

Pour ces lieux fortunés elle brûle d’amour :

Elle arrête ses flots, elle avance avec peine,

Et par mille canaux se transforme en fontaine,

Pour ne sortir jamais d’un si charmant séjour.

 

Autre.

 

Aussitôt que la Seine, après ses longs détours,

Baigne enfin de Paris le superbe rivage,

Fière du beau séjour qui lui tombe en partage,

De son onde rapide elle suspend le cours :

L’éclat du lieu l’enchante et la rend incertaine

Où pour n’en point sortir doivent couler ses eaux ;

Enfin s’ouvrant le sein de cent vastes canaux,

Elle y coule, et de fleuve elle devient fontaine.

 

Pierre Corneille, Poésies diverses, Texte établi par Charles Marty-Laveaux, 1862, 10 (p. 242-243).

 

 

AUTEUR : DE SANTEUL, Jean / CORNEILLE, Pierre / Charpentier, François

ÉPOQUE : XVII

GENRE : Transcription latine

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

Sur le bord de la Seine, La Chanson française du XVe au XXe siècle, Texte établi par Jean Gillequin, La Renaissance du livre, 1910

Issue d’une compilation de chanson populaire établie par Jean Gillequin en 1910, la chanson « Sur le bord de Seine » nous raconte la beauté des bords de Seine face au deuil de l’auteur.

 

SUR LE BORD DE LA SEINE

 

Sur le bord de la Seine

Me suis lavé les pieds :

D’une feuille de chêne

Me les suis essuyés ;

Que ne m’a-t-on donné

Celui que j’ai tant aimé !

 

D’une feuille de chêne

Me les suis essuyés ;

J’ai entendu la voix

D’un rossignol chanter.

Que ne, etc.

 

J’ai entendu la voix

D’un rossignol chanter.

Chante, rossignol, chante,

Tu as le cœur tant gai.

Que ne, etc.

 

Chante, rossignol, chante,

Tu as le cœur tant gai ;

Tu as le cœur tant gai

Et moi je l’ai navré ;

Que ne, etc.

 

Tu as le cœur tant gai

Et moi je l’ai navré ;

C’est de mon ami Pierre

Qui s’en est en allé ;

Que ne, etc.

 

Sur le bord de la Seine, La Chanson française du XVe au XXe siècle, Texte établi par Jean Gillequin, La Renaissance du livre, 1910 (p. 126).

 

AUTEUR : GILLEQUIN Jean

ÉPOQUE : XX

GENRE : Chanson

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se baigner

-amours