Archives par mot-clé : plaisirs

Paul Verlaine, L’Aube à l’envers, Jadis et Naguère, 1884

Issus du recueil de poèmes « Jadis et Naguère », écrit et publié en 1884 par Paul Verlaine, « L’Aube à l’envers » nous rappelle avec mélancolie l’épisode de la Semaine Sanglante entre les troupes Versaillaise et la commune de Paris (Le Point-du-Jour étant la porte par laquelle les troupes versaillaises sont entrés dans Paris). Paul Verlaine ayant été un défenseur de la Commune, il se remémore ce moment où sur les bords de Seine l’on tirait et buvait, en attendant l’heure fatidique. Le poème reste toutefois assez obscur car il mêle passé et présent, et parle des évènements de la Commune à demi-mot, laissant un doute sur la temporalité du poème. Louis Dumoulin, à qui il est dédié, pourrait être Louis-Jules Dumoulin, un célèbre artiste français de la fin du 19ème siècle.

 

VII

 

L’AUBE À L’ENVERS

 

À Louis Dumoulin

 

Le Point-du-Jour avec Paris au large,

Des chants, des tirs, les femmes qu’on « rêvait »,

La Seine claire et la foule qui fait

Sur ce poème un vague essai de charge.

 

On danse aussi, car tout est dans la marge

Que fait le fleuve à ce livre parfait.

Et si parfois l’on tuait ou buvait

Le fleuve est sourd et le vin est litharge.

 

Le Point-du-Jour, mais c’est l’Ouest de Paris !

Un calembour a béni son histoire

D’affreux baisers et d’immondes paris.

 

En attendant que sonne l’heure noire

Où les bateaux-omnibus et les trains

Ne partent plus, tirez, tirs, fringuez, reins !

 

Paul Verlaine, L’Aube à l’envers (1884), Jadis et Naguère, Léon Vanier, 1891 (p. 112).

 

AUTEUR : VERLAINE, Paul

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Guerroyer

-métiers

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, 1924

Ecrit entre les deux grandes guerres, Ernest Raynaud nous fait, dans le poème « Seine », issue de son livre « A l’ombre de mes dieux » et écrit en 1924, une ode à la Seine et à Paris. La ville, illuminée de bonheur, ne mettant ainsi que mieux en valeur la Seine.

 

LA SEINE

 

Loin des remous de la cohue et des bruits laids,

Je te regarde luire en ce jour de lumière,

Ô mon fleuve, ô ma Seine ! et glisser, d’une eau fière,

Dans une perspective ouverte de palais.

 

Chaque pont, arche souple, ébloui de reflets,

Clame un nom de victoire avec sa voix de pierre,

Tandis qu’une ombre drue, à la berge ouvrière,

Gazouille un vieux refrain rustique où je me plais.

 

Un renouveau d’espoirs se dénoue en volutes ;

Et, comme l’Âge d’or sommeille au cœur des flûtes,

Tout un bonheur perdu respire en ce tableau.

 

Ici, Paris n’est plus que joie, azur, espace,

Et pour fleurir sa gloire, il y cueille avec grâce

Tous les frissons épars du feuillage et de l’eau.

 

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, Librairie Garnier frères, 1924 (p. 18).

 

 

AUTEUR : RAYNAUD, Ernest

ÉPOQUE : XX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

-amours

Émile Zola, AUX CHAMPS, « Le Capitaine Burle », 1883

Texte issu du recueil de nouvelles « Le capitaine Burle », publié en 1883. Emile Zola nous montre dans « Au Champs », la vie dans les alentours de la Seine. Nouvelle naturaliste, le narrateur redécouvre le plaisir de la vie dans la campagne au bord de Seine. Le narrateur se sent là en paix et montre la beauté et l’importance de la Seine dans cette période de sa vie. Pour autant le lieu exact du nouveau reste assez indéfini. Nous savons que nous trouvons en bord de Seine et le Havre et mentionné, mais, nous n’avons pas le nom du lieu où se trouve l’auteur comme si les bords de Seine était une explication suffisante.

 

LA RIVIÈRE

 

IV

 

Puis, nous nous calmions, nous goûtions le charme profond de la rivière.

Les deux rives s’écartent ; la nappe d’eau s’élargit en un vaste bassin ; et, là, trois îles se présentent de front au courant. La première, à gauche, très longue, descend à près d’une demi-lieue ; la seconde ménage un bras de trois cents mètres au plus ; et, quant à la troisième, elle n’est qu’une butte de gazon, couverte de grands arbres. Derrière, d’autres touffes de verdure, d’autres petites îles, s’en vont à la débandade, coupées par des bras étroits de rivière. Sur la gauche du fleuve, des plaines cultivées s’étendent ; sur la droite, se dresse un coteau, planté au sommet d’un bois chevelu.

Nous remontions le courant, longeant les berges, pour éviter la fatigue ; puis, quand nous étions en haut du bassin, nous prenions le milieu et nous laissions aller notre barque à la dérive. Elle descendait lentement d’elle-même, sans un bruit. Nous, étendus sur les bancs, nous causions, pris de paresse. Mais, chaque fois que la barque arrivait en vue des îles, par les temps calmes, la conversation tombait, un recueillement invincible nous envahissait peu à peu.

En face, au-dessus de l’eau blanche, les trois îles se présentaient sur une même ligne, avec leurs pointes arrondies, leurs proues énormes de verdures. C’étaient, sur le couchant empourpré, trois bouquets d’arbres, au jet puissant, aux cimes vertes, endormies dans l’air. On aurait dit trois navires à l’ancre, trois Léviathans, dont les mâtures se seraient miraculeusement couvertes de feuillages. Et, dans la nappe d’eau, dans le miroir d’argent qui s’étendait, démesuré, sans une ride, les îles se reflétaient, enfonçant leurs arbres, prolongeant leurs rives. Une sérénité, une majesté, venaient de ces deux azurs, le ciel et le fleuve, où le sommeil des arbres était si pur. Le soir surtout, quand pas une feuille ne remuait, quand la nappe d’eau prenait le poli bleuâtre de l’acier, le spectacle s’élargissait encore et faisait rêver d’infini. (…)

 

Émile Zola, AUX CHAMPS, Le Capitaine Burle, G. Charpentier, 1883 (p. 218-230).

 

 

AUTEUR : Emile Zola

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Nouvelle

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-canoter

-plaisir

Jean Racine, La Nymphe de la Seine, 1660

Dans cette célébration de la reine Marie-Thérèse d’Autriche, l’auteur présente la Seine personnifiée en une créature merveilleuse, une Nymphe, qui se lamente et dépérit car la guerre à rendue ses eaux troubles et mauvaises. Amour descend des cieux pour mieux lui apprendre que la reine Thérèse et le roi Louis XIV pacifient tous ses bords par leur amour, le fleuve ici deviens le lieu d’accueil de l’amour royal.

Je suis la nymphe de la Seine ;

C’est moi dont les illustres bords

Doivent posséder les trésors

Qui rendoient l’Espagne si vaine.

Ils sont des plus grands rois l’agréable séjour ;

Ils le sont des plaisirs, ils le sont de l’amour ;

Il n’est rien de si doux que l’air qu’on y respire ;

Je reçois les tributs de cent fleuves divers ;

Mais de couler sous votre empire,

C’est plus que de régner sur l’empire des mers. (…)

 

De tant de malheurs affligée,

Je parus un jour sur mes bords,

Pensant aux funestes discords

Qui m’ont si longtemps outragée ;

Lorsque d’un vol soudain je vis fondre des cieux

Amour, qui me flattant de la voix et des yeux :

Triste nymphe, dit-il, ne te mets plus en peine ;

Je te préparer un sort si charmant et si doux,

Que bientôt je veux que la Seine

Rende tout l’univers de sa gloire jaloux. (…)

 

Les dieux mêmes viendront passer ici leurs jours.

Ton repos en durée égalera ton cours.

Mars de ses cruautés n’y fera plus d’épreuves ;

La gloire de ton nom remplira l’univers :

Et la Seine sur tous les fleuves

Sera ce que Thétis est sur toutes les mers.

Jean Racine, La Nymphe de la Seine à la Reyne, ode, Paris : A. Courbé, 1660

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5529720q/f314.image.r=nymphe%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Jean Racine

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU : Inconnu (bord de Seine)

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– plaisirs

– amours

Edme boursault, La feste de la Seine, 1694

Dans cette courte pièce de théâtre nous sont présentés au Palais d’Océan divers fleuves orientaux, occidentaux et antiques : tous attendent l’arrivée de la Seine, personnage principal, afin de célébrer sa magnificence. En effet ses eaux sont les seules à couler paisiblement, loin de la souffrance et de la guerre des Hommes. S’il apparaît assez rapidement que le poète honore le règne de Louis XIV, la Seine à qui l’on prête voix se présente comme une source paisible de joies et de jeux amoureux.  

LA SEINE

Que mon sort est heureux !

Je vois en sortant de ma Source

Folâtrer sur mes bords les Amours, et les Jeux :

Et je trouve au bout de ma course

D’autres Plaisirs qui préviennent mes vœux.

Que mon sort est heureux !

 

Tant que dure le jour

Le Rossignol sur mon rivage

Attire à ses accents les Bergers d’alentour :

Et touchez de son doux ramage

A son exemple ils chantent leur amour

Tant que dure le jour. (…)

 

LE GANGE à la Seine

On ne voit sur nos bords que carnage, et qu’horreur :

On ne voit que plaisirs régner sur vos rivages :

Vous goûtez de la Paix la tranquille douceur ;

Et le Ciel nous expose à mille affreux ravages

 

Aimable Nymphe, apprenez-nous

Par quel bonheur, ou par quels charmes,

Vous jouissez d’un sort si doux

Pendant que l’Univers éprouve tant d’alarmes. (…)

 

LE PACTOLE

Nous ne sentons plus l’haleine

Des doux, et charmants Zéphires :

Ce n’est qu’auprès de la Seine

Où règnent tous les Plaisirs. 

Edme Boursault, Méléagre : tragédie, mis en musique ; précédé de La feste de la Seine : petit divertissement en musique, Paris, 1694 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85941w.r=la%20feste%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Edme Boursault

EPOQUE : XVII

GENRE : Théâtre

LIEU : Fictif (dans le palais d’Océan)

STRATE : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

Guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– se baigner

– se promener

– plaisirs

– amours

THÉMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • fleuve
  •  

 

 

Remy BELLEAU, Épithalame chanté par les Nymphes de Seine, 1559

 

L’auteur de la Pléiade compose ce chant poétique en invoquant la Nymphe de la Seine, personnification merveilleuse du fleuve, lui permettant par l’entremise de son évocation, de célébrer la fille du roi Henri II, Madame Claude, pour son mariage à venir avec le duc de Lorraine. L’heureux poème offre une Seine enchantée, propice à la fête, aux amours et à la musique.

 Nymphes qui vos tresses blondes

Mignotez dessus les bords,

Des claires et belles ondes,

De la Seine au plis retors,

Si quelque flamme amoureuse

Vous échauffe sous les eaux,

Chantez les chastes flambeaux,

De cette nuit bienheureuse. (…)

 

Serre ta robe ondoyante

D’un long repli blanchissant,

Et d’une agrafe mordante

Ton brodequin jaunissant, (…)

 

Et toi Ciel, que l’on répande

Par l’air un fleuve d’odeurs,

Une moisson de lavande,

De lys, de roses, de fleurs,

Tant que la terre enivrée

Du nectar de ces présents,

Toujours grosse d’un printemps,

Fasse une saison d’orée.

 

Nymphe des eaux citoyennes,

Nymphettes aux beaux talons,

Aux gorges musiciennes,

Dansez dessus vos sablons (…)

 

Autant les Nymphes sacrées,

Les Nymphettes aux yeux vers,

De leur bouchettes sucrées,

Au lit chantèrent ces vers,

Prenant la boucle fatale

De leur belle, et blanche main,

La bouclèrent sous le sein

De cette Nymphe Royale.

 

BELLEAU Rémy, Épithalame sur le mariage de Monseigneur le duc de Lorraine et de Madame Claude Fille du Roy, chanté par les Nymphes de Seine et de Meuse, Paris : A. Wechel, 1559 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k713025.r=epithalame%20lorraine%20madame%20claude?rk=42918;4

 

AUTEUR : Rémy Belleau

 

EPOQUE : XVI

 

GENRE : Poésie

 

LIEU : Inconnu

 

STRATE : AU BORD / DANS

 

THEMATIQUE 3 : SEINE à LOISIRS

– se baigner

– plaisirs

– amours

 

THEMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • le fleuve

 

Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, La Prisonnière [1923]

Dans La Prisonnière de Marcel Proust, le narrateur et Albertine, dont il est éperdument épris, quittent leur appartement de l’ouest parisien pour une promenade au Bois de Boulogne. En chemin, la Seine, et au loin Saint-Cloud, se donnent à contempler.

Ailleurs une bande nombreuse jouait au ballon. Toutes ces fillettes avaient voulu profiter du soleil, car ces journées de février, même quand elles sont si brillantes, ne durent pas tard et la splendeur de leur lumière ne retarde pas la venue de son déclin.

Avant qu’il fût encore proche, nous eûmes quelque temps de pénombre, parce qu’après avoir poussé jusqu’à la Seine, où Albertine admira, et par sa présence m’empêcha d’admirer, les reflets de voiles rouges sur l’eau hivernale et bleue, une maison blottie au loin comme un seul coquelicot dans l’horizon clair dont Saint-Cloud semblait plus loin la pétrification fragmentaire, friable et côtelée, nous descendîmes de voiture et marchâmes longtemps; même pendant quelques instants je lui donnai le bras, et il me semblait que cet anneau que le sien faisait sous le mien unissait en un seul être nos deux personnes et attachait l’une à l’autre nos deux destinées.

À nos pieds, nos ombres parallèles, rapprochées et jointes, faisaient un dessin ravissant. Sans doute il me semblait déjà merveilleux à la maison qu’Albertine habitât avec moi, que ce fût elle qui s’étendît sur mon lit. Mais c’en était comme l’exportation au dehors, en pleine nature, que devant ce lac du Bois que j’aimais tant, au pied des arbres, ce fût justement son ombre, l’ombre pure et simplifiée de sa jambe, de son buste, que le soleil eût à peindre au lavis à côté de la mienne sur le sable de l’allée. Et je trouvais un charme plus immatériel sans doute, mais non pas moins intime, qu’au rapprochement, à la fusion de nos corps, à celle de nos ombres.

Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, La Prisonnière [1923], Paris, Flammarion, 1984, p. 272 (« GF »)

Jules et Edmond de GONCOURT, Manette Salomon (1869)

Dans le roman des frères Goncourt Manette Salomon (1869), le peintre et son modèle, Manette, s’adonnent à une partie de canotage, et traversent la ville de Meudon, sur les rives de laquelle cohabitent plages de baignades et cabarets.

Sur les coteaux, le jour splendide laissait tomber des douceurs de bleu velouté dans le creux des ombres et  le vert des arbres; une brume de soleil effaçait le Mont-Valérien un rayonnement de midi semblait mettre un peu de Sorrente au Bas-Meudon. Les petites îles aux maisons rouges, à volets verts, allongeaient leurs vergers pleins de linges étincelants. Le blanc des villas brillait sur les hauteurs penchées et le long jardin montant de Bellevue. Dans les tonnelles des cabarets, sur le chemin de halage, le jour jouait sur les nappes, sur les verres, sur la gaieté des robes d’été. Des poteaux peints, indiquant l’endroit du bain froid, brûlaient de clarté sur de petites langues de sable; et dans l’eau, des gamins d’enfants, de petits corps grêles et gracieux, avançaient souriants et frissonnants, penchant devant eux un reflet de chair sur les rides du courant. Souvent aux petites anses herbues, aux places de fraîcheur sous les saules, dans le pré dru d’un bord de l’eau, l’équipage se débandait; la troupe s’éparpillait et laissait passer la lourdeur du chaud, dans une de ces siestes débraillées, étendues sur la verdure, allongées sous des ombres de branches, et ne montrant d’une société qu’un morceau de chapeau de paille, un bout de vareuse rouge, un volant de jupon, ce qui flotte et surnage d’un naufrage en Seine.

Jules et Edmond de GONCOURT, Manette Salomon (1869), Paris, Gallimard, 1995, p. 182 (FOLIO)

Charles demailly, Jules et Edmond de Goncourt

Les frères De Goncourt nous raconte l’histoire de Charles Demailly, rédacteur au journal « Le Scandale », homme de lettres et « triste héros », qui s’oppose aux idées de ses amis du cercle littéraire où il évolue. Au sein d’une société d’idées et d’art, il nous emmène dans l’intimité d’un cercle de lettrés et nous présente une véritable « visite » de Paris, dans les théâtres, les bals et les cafés, avec des scènes qui se situent auprès du fleuve et qui incarnent une multitude de sentiments. Une fois embarqué avec sa compagne, la description détaille le paysage alentour :

 

Ils passaient, ils glissaient de longues heures ainsi entre les arbres, dont l’ombre au loin, se serrant contre la rive, ouvrait à leur regard et à leur promenade une grande avenue lumineuse où jouait le ciel bleu. Autour d’eux, les moires de l’eau, répétées au fond du fleuve, traînaient dans le courant un réseau tremblant de lumière, dont les mailles de soleil emprisonnaient l’onde, les herbes et les poissons. À cette heure, la Seine rayonnait éblouissante ; soleil clignotant, le regard perdu dans l’incendie rayé par le sillon de la barque, ne percevaient plus que des éclairs çà et là, les ricochets de feu le long des troncs de saules et des estacades, la ligne de feu qui lignait le bord d’une nacelle, la raie de feu d’un jonc droit dans l’eau.

 

Edmond DE GONCOURT, Les hommes de lettres, E.Dentu, 1860.

(Deuxième édition/ Edmond DE GONCOURT, Charles Demailly, A.Lacroix : Verboeckoven et Cie, 1868)