Archives par mot-clé : Poésie

Paul Verlaine, L’Aube à l’envers, Jadis et Naguère, 1884

Issus du recueil de poèmes « Jadis et Naguère », écrit et publié en 1884 par Paul Verlaine, « L’Aube à l’envers » nous rappelle avec mélancolie l’épisode de la Semaine Sanglante entre les troupes Versaillaise et la commune de Paris (Le Point-du-Jour étant la porte par laquelle les troupes versaillaises sont entrés dans Paris). Paul Verlaine ayant été un défenseur de la Commune, il se remémore ce moment où sur les bords de Seine l’on tirait et buvait, en attendant l’heure fatidique. Le poème reste toutefois assez obscur car il mêle passé et présent, et parle des évènements de la Commune à demi-mot, laissant un doute sur la temporalité du poème. Louis Dumoulin, à qui il est dédié, pourrait être Louis-Jules Dumoulin, un célèbre artiste français de la fin du 19ème siècle.

 

VII

 

L’AUBE À L’ENVERS

 

À Louis Dumoulin

 

Le Point-du-Jour avec Paris au large,

Des chants, des tirs, les femmes qu’on « rêvait »,

La Seine claire et la foule qui fait

Sur ce poème un vague essai de charge.

 

On danse aussi, car tout est dans la marge

Que fait le fleuve à ce livre parfait.

Et si parfois l’on tuait ou buvait

Le fleuve est sourd et le vin est litharge.

 

Le Point-du-Jour, mais c’est l’Ouest de Paris !

Un calembour a béni son histoire

D’affreux baisers et d’immondes paris.

 

En attendant que sonne l’heure noire

Où les bateaux-omnibus et les trains

Ne partent plus, tirez, tirs, fringuez, reins !

 

Paul Verlaine, L’Aube à l’envers (1884), Jadis et Naguère, Léon Vanier, 1891 (p. 112).

 

AUTEUR : VERLAINE, Paul

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Guerroyer

-métiers

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, 1924

Ecrit entre les deux grandes guerres, Ernest Raynaud nous fait, dans le poème « Seine », issue de son livre « A l’ombre de mes dieux » et écrit en 1924, une ode à la Seine et à Paris. La ville, illuminée de bonheur, ne mettant ainsi que mieux en valeur la Seine.

 

LA SEINE

 

Loin des remous de la cohue et des bruits laids,

Je te regarde luire en ce jour de lumière,

Ô mon fleuve, ô ma Seine ! et glisser, d’une eau fière,

Dans une perspective ouverte de palais.

 

Chaque pont, arche souple, ébloui de reflets,

Clame un nom de victoire avec sa voix de pierre,

Tandis qu’une ombre drue, à la berge ouvrière,

Gazouille un vieux refrain rustique où je me plais.

 

Un renouveau d’espoirs se dénoue en volutes ;

Et, comme l’Âge d’or sommeille au cœur des flûtes,

Tout un bonheur perdu respire en ce tableau.

 

Ici, Paris n’est plus que joie, azur, espace,

Et pour fleurir sa gloire, il y cueille avec grâce

Tous les frissons épars du feuillage et de l’eau.

 

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, Librairie Garnier frères, 1924 (p. 18).

 

 

AUTEUR : RAYNAUD, Ernest

ÉPOQUE : XX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

-amours

André Chénier, Élégie, 1889

Poème écrit en 1819. André Chénier fait de la Seine une divinité/nymphe, reprenant le mythe de Sequana, une déesse mineure gallo-romaine de la Seine. La Seine nous apparait comme une nymphe timide, loin du Pinde (la montagne des Dieux, dédiée aux Muses et proche du Parnasse), qui vient prendre, humblement, sa place de déesse devant l’assemblée de dieux.

 

Mais que les premiers pas ont d’alarmes craintives !

Nymphe de Seine, on dit que Paris sur tes rives

Fait asseoir vingt conseils de critiques nombreux,

Du Pinde partagé despotes soupçonneux

Affaiblis de leurs yeux la vigilance amère.

Dis-leur que sans s’armer d’un front dur et sévère,

Ils peuvent négliger les pas et les douceurs

D’une muse timide, et qui parmi ses sœurs,

Rivale de personne et sans demander grâce,

Vient, le regard baissé, solliciter sa place ;

Dont la main est sans tache, et n’a connu jamais

Le fiel dont la satire envenime ses traits.

 

Œuvres complètes d’André Chénier, 1889 / Élégie, IX

 

AUTEUR : CHENIER, André

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Paris et un lieu indéfini

STRATE : Aucune

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, 1889

Ecrit par André Chénier, un poète du 18ème siècle qui s’est illustré comme un opposant à Robespierre durant la Révolution, et fut guillotiné. « Aux Frères de Pange » fut probablement écrit vers les dernières années de sa vie, peut-être même durant sa captivité, au vu de l’aspect testamentaire du poème. Né à Constantinople/Istanbul, la ville entre deux mers, Chénier montre par son poème l’importance de la mer et des fleuves dans sa vie usant d’un style préromantique et mettant en avant une imagerie hellénistique dont il fut très inspiré. Il conjure ainsi à ses amis, les Pange (famille de la noblesse), de rester heureux et de se souvenir de lui.

 

VI

 

AUX FRÈRES DE PANGE

 

Vous restez, mes amis, dans ces murs où la Seine

Voit sans cesse embellir les bords dont elle est reine,

Et près d’elle partout voit changer tous les jours

Les fêtes, les niveaux, les belles, les amours.

Moi, l’espoir du repos et du bonheur peut-être,

Cette fureur d’errer, de voir et de connaître,

La santé que j’appelle et qui fuit mes douleurs

(Bien sans qui tous les biens n’ont aucunes douceurs),

À mes pas inquiets tout me livre et m’engage.

C’est au milieu des soins compagnons du voyage,

Que m’attend une sainte et studieuse paix

Que les flèches d’amour ne troubleront jamais.

Je suivrai des amis[2] ; mais mon âme d’avance ;

Vous, mes autres amis, pleure de votre absence,

Et voudrait, partagée en des penchants si doux,

Et partir avec eux et rester près de vous.

Ce couple fraternel, ces âmes que j’embrasse

D’un lien qui du temps craignant peu les menaces,

Se perd dans notre enfance, unit nos premiers jours

Sont mes guides encore ; ils le furent toujours.

Toujours leur amitié, généreuse, empressée,

À porté mes ennuis et ne s’est point lassée.

Quand Phébus, que l’hiver chasse de vos remparts,

Va de loin vous jeter quelques faibles regards,

Nous allons, sur ses pas, visiter d’autres rives,

Et poursuivre au Midi ses chaleurs fugitives.

Nous verrons tous ces lieux dont les brillants destins

Occupent la mémoire ou les yeux des humains :

Marseille où l’Orient amène la fortune ;

Et Venise élevée à l’hymen de Neptune ;

Le Tibre fleuve-roi ; Rome fille de Mars,

Qui régna par le glaive et règne par les arts ;

Athènes qui n’est plus, et Byzance ma mère ;

Smyrne qu’habite encor le souvenir d’Homère.

Croyez, car en tous lieux mon cœur m’aura suivi,

Que partout où je suis vous avez un ami.

Mais le sort est secret ! Quel mortel peut connaître

Ce que lui porte l’heure et l’instant qui va naître ?

Souvent ce souffle pur dont l’homme est animé,

Esclave d’un climat, d’un ciel accoutumé,

Redoute un autre ciel, et ne veut plus nous suivre

Loin des lieux où le temps l’habitua de vivre.

Peut-être errant au loin, sous de nouveaux climats,

Je vais chercher la mort qui ne me cherchait pas.

Alors, ayant sur moi versé des pleurs fidèles,

Mes amis reviendront, non sans larmes nouvelles,

Vous conter mon destin, nos projets, nos plaisirs

Et mes derniers discours et mes derniers soupirs.

 

Vivez heureux ! gardez ma mémoire aussi chère,

Soit que je vive encor, soit qu’en vain je l’espère.

Si je vis, le soleil aura passé deux fois

Dans les douze palais où résident les mois,

D’une double moisson la grange sera pleine,

Avant que dans vos bras la voile nous ramène.

Si long-temps autrefois nous n’étions point perdus !

Aux plaisirs citadins tout l’hiver assidus,

Quand les jours repoussaient leurs bornes circonscrites,

Et des nuits à leur tour usurpaient les limites,

Comme oiseaux du printemps, loin du nid paresseux,

Nous visitons les bois et les coteaux vineux,

Les peuples, les cités, les brillantes naïades ;

Et l’humide départ des sinistres pléiades

Nous renvoyait chercher la ville et ses plaisirs,

On souvent rassemblés, livrés à nos loisirs,

Honteux d’avoir trouvé nos amours infidèles,

Disputer des beaux-arts, de la gloire et des belles.

Ah ! nous ressemblions, arrêtés ou flottants,

Aux fleuves comme nous voyageurs inconstants.

Ils courent à grand bruit ; ils volent, ils bondissent ;

Dans les vallons riants leurs flots se ralentissent.

Quand l’hiver accourant du blanc sommet des monts,

Vient mettre un frein de glace à leurs pas vagabonds,

Ils luttent vainement, leurs ondes sont esclaves :

Mais le printemps revient amollir leurs entraves,

Leur frein s’use et se brise au souffle du zéphyr

Et l’onde en liberté recommence à courir.

 

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, Texte établi par Louis Moland, Garnier, 1889, Volume 1 (p. 174-176).

 

 

AUTEUR : CHENIER, André

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Lieux multiples et non définis (Paris, Istanbul, Rome, Lieux hellénistiques imaginé par l’auteur)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-amours

Ernest d’Hervilly, Une jeune femme à la mer, « Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux », 1876

Représentant du mouvement Parnassien, Ernest d’Hervilly nous montre par ce poème l’essence de la thématique des Parnasses : le beau. Usant de Romantisme, d’Hervilly acclame la beauté d’une femme qui regarde la Seine et conseille, avec humour, à la jeune femme de faire attention car la Seine pourrait bien lui voler son reflet/beauté, effrayant les pêcheurs havrais qui la retrouveraient dans leurs filets.

 

UNE JEUNE FEMME A LA MER

 

Suspendue aux rameaux plus qu’obligeants d’un frêne,

Tu t’inclines vers l’eau limpide de la Seine :

Ton visage charmant s’y reflète, et tu ris.

Très-bien. C’est un miroir qui vaut ceux de Paris.

Mais, prends bien garde, enfant ! si tout à coup le fleuve

Te volait ton image exquise et toute neuve,

Et s’en allait, joyeux, la porter à la mer !…

Vois-tu cela d’ici, mon souci le plus cher ?

Si la Seine emportait la radieuse trace

De ton minois rieur… jusqu’au Havre de Grâce !

Ton reflet pourrait bien alors être emmené

Juste près du bateau d’un pêcheur de la Manche,

Qui hale son filet et sur le flot se penche…

 

Hein ! comme il aurait peur, le bon vieux goudronné !

 

Ernest d’Hervilly, Une jeune femme à la mer, Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux, Alphonse Lemerre [Slatkine Reprints], 1876, III. 1876 (p. 196).

 

AUTEUR : D’HERVILLY, Ernest

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poèsie

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se promener

-amours

Henri Chantavoine, La petite Seine, XIX

Il est difficile de donner une localisation précise du lieu, ainsi qu’une date mais Henri Chantavoine, un poète du 20ème siècle, compare dans son poème « La petite Seine », la petite rivière de village (la petite Seine) à la grande Seine, bruyante et mouvementé, de la ville parisienne. En montrant les différences entre la campagne et la ville, et en faisant une ode à la province.

 

La Petite Seine

 

L’humble rivière de chez nous

Ne mène pas un grand tapage ;

Avec un bruit paisible et doux

Elle fait le tour du village.

 

Des saules et des peupliers

Qui sont à peu près du même âge,

Comme des voisins familiers,

Bruissent le long du rivage ;

Et le chuchotement des eaux

Accompagne la voix légère

De la fauvette des roseaux

Qui fait son nid sur la rivière.

 

Ainsi coule de son air doux,

Sans aventure et sans tapage,

En faisant le tour du village,

L’humble rivière de chez nous.

 

Henri Chantavoine, La petite Seine

 

AUTEUR : CHANTAVOINE, Henri

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Indéfini

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-amour

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, « L’Année terrible », 1872

Victor Hugo fait dans son poème, « En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens », écrit en 1872, une description du siège de Paris par la Prusse en 1871. Enfermé dans Paris durant le siège, Hugo fait une ode à la défense parisienne. Les Prussiens s’enhardissent de pouvoir prendre Paris aussi facilement qu’une prostituée, mais Hugo remarque, avec une pointe d’ironie, que s’ils espèrent qu’elle leur « ouvrira ses bras », c’est la Seine qui accueille dans son lit les cadavres des soldats ennemis, jouant ainsi d’ironie et du jeu de mots entre le lit d’une prostituée et celui du fleuve.

V

Oui, vous êtes venus et vous voilà couchés ;
Vous voilà caressés, portés, baisés, penchés,
Sur le souple oreiller de l’eau molle et profonde ;
Vous voilà dans les draps froids et mouillés de l’onde ;
C’est bien vous, fils du Nord, nus sur le flot dormant !
Vous fermez vos yeux bleus dans ce doux bercement.
Vous aviez dit : « – Allons chez la prostituée.
Babylone, aux baisers du monde habituée,
Est là-bas ; elle abonde en rires, en chansons ;
C’est là que nous aurons du plaisir ; ô Saxons,
O Germains, vers le Sud tournons notre œil oblique,
Vite ! en France ! Paris, cette ville publique,
Qui pour les étrangers se farde et s’embellit,
Nous ouvrira ses bras… » – Et la Seine son lit.

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, L’Année terrible, Michel Lévy, frères, 1872 (p. 64)


AUTEUR : HUGO, Victor
ÉPOQUE : XIX
GENRE : Poème
LIEU : Paris 
STRATE : Dans / Au bord

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-guerroyer

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE
-meurtre

Madame Deshoulières , Oeuvres de Madame Deshoulières et de Mlle D. Tome 2, 1672.

Madame Deshoulières est la première femme élue à l’Académie française en 1684. Elle tient un salon de grande renommée dans le milieu des lettres qui réunit les grands écrivains du siècle, dont Voltaire, à qui elle écrit qu’elle boit l’eau de Seine, qui est la source de ses vers, moins élevés que ceux de Voltaire qui boit les eaux d’Hippocrène.

Ce sonnet contraste avec l’attrait tragique de la Seine et de tous les fleuves sur les personnages des œuvres pastorales qui se donnent la mort lorsque l’amour est impossible, par vengeance ou désespoir. La bergère est un personnage qui s’affirme ici dans son individualité et sa vitalité.
La Seine est un miroir qui renvois nettement à l’esprit de la bergère ce que signifie la mort.

La passion vaincue

La bergère Liris, sur le bord de la Seine,
Se plaignait l’autre jour d’un volage berger.
Après tant de serments, peux-tu rompre ta chaîne ;
Perfide, disait-elle, oses-tu bien changer ?

Puisqu’au mépris des dieux tu peux te dégager,
Que ta flamme est éteinte et ma honte certaine ;
Sur moi-même, de toi je saurai me venger,
Et ces flots finiront mon amour et ma peine.

A ces mots, résolue à se précipiter,
Elle hâta ses pas, et, sans plus consulter,
Elle allait satisfaire une fatale envie ;

Mais bientôt, s’effrayant des horreurs de la mort :
Je suis folle, dit-elle, en s’éloignant du bord :
Il est tant de bergers, et je n’ai qu’une vie !

 

Mme et Mlle Deshoulières, La passion vaincue dans Oeuvres de Mme et Mlle D., Paris: Paulin, Libraire-éditeur, 1841. p. 149. Disponible sur: https://archive.org/details/chefsdoeuvrepo00buso/page/n5/mode/2up/search/seine

AUTEUR: Antoinette Deshoulières et Mlle Deshoulières

EPOQUE: XVII

GENRE: Poésie

LIEU: Le bord de la Seine

STRATE: Au bord

 

SEINE A LOISIRS : 

  • amours

SEINE INTERLOPE : 

 

Pierre de Marbeuf, Recueil de vers, 1628

Cet extrait est une mise en abîme de l’inspiration poétique : Pierre de Marbeuf imagine que le cadre du Pont de l’Arche situé entre la Seine et la forêt inspire des vers à son personnage Siluandre, avec l’amour qui le saisit en même temps que son devoir professionnel. Celui-ci s’adresse tantôt au fleuve et tantôt à la forêt, lieux qui abritent typiquement les amours pastoraux, en les priant de fuir car cet amour est un incendie.


Les Amours, les changements et les désespoirs de Siluandre.

L’amour surprit violemment Siluandre à mesme temps que la conservation des forest qu’il a dessous sa charge l’obligeoit à demeurer au Pont de l’Arche. La situation de ce lieu qui s’élève entre la riviere de Seine & la forest luy donna la matiere de ces vers.

Maintenant que l’amour, achevant son dessein
De me rendre amoureux, a mis dedans mon sein
Et la flamme & la fleche :
Seine n’approchez plus si près de mon séjour,
Helas je crains pour vous que le feu d’un amoureux
Trop chaut ne vous asseche.

Et vous cheres forests dont je suis trop prochain,
Pourrez-vous point trouver quelque fatale main
Qui de moy vous recule :
Avecque mes soûpirs j’exale tant de feux,
Que je n’ose éventer ce brasier amoureux
De peur qu’il ne vous brûle.

Pierre de Marbeuf, Les Amours de Siluandre, Ouvrage: Recueil de vers, Rouen: De l’imprimerie de David du Petit Val, 1628. Disponible sur Gallica: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k118331z/f10.item.r=Seine

AUTEUR: Mr DE MARBEUF Pierre

Epoque: XVII

Genre: Poésie

Lieu: Pont de l’Arche

Strate: Au Bord

 

Marie-Joseph de Chenier, La Promenade à Auteuil, 1817

Cette poésie, mêlant lyrisme et politique, dépeint la Seine comme la confidente des déboires du poète qui dans la période troublée de la Restauration, avoue au fleuve son profond désespoir.

Roule avec majesté tes ondes fugitives,

Seine ; j’aime à rêver sur tes paisibles rives,

En laissant comme toi la Reine des Cités.

Ah ! lorsque la Nature, à mes yeux attristés,

Le front orné de fleurs, brille en vain renaissante,

Lorsque du renouveau l’haleine caressante

Rafraîchit l’Univers de jeunesse paré,

Sans ranimer mon front pâle et décoloré,

Du moins, auprès de toi que je retrouve encore

Ce calme inspirateur que le poète implore,

Et la mélancolie errante au bord des eaux !

Jadis, il m’en souvient, du fond de leurs roseaux

Tes Nymphes répétaient le chant plaintif et tendre,

Qu’aux échos de Passi ma voix faisait entendre.

Jours heureux ! Temps lointain, mais jamais oublié !

Où les Arts consolants, où la douce Amitié,

Et tout ce dont le charme intéresse à la vie,

Égayaient mes destins ignorés de l’envie. (…)

Là, Racine évoquait Andromaque et Pyrrhus ;

Contre Néron puissant faisait tonner Burrhus,

Peignait de Phèdre en pleurs le tragique délire :

Ces pleurs harmonieux que modulait sa lyre,

Ont mouillé le rivage, et de ses vers sacrés

La flamme anime encore les échos inspirés. (…)

Et cet astre plus doux, qui luit au haut des cieux,

Argente mollement les flots silencieux.

Ce feu qui me brûlait, a besoin de s’éteindre ;

Ce qui m’en reste encore n’est qu’un morne flambeau,

Éclairant à mes yeux le chemin du tombeau.

Que je repose en paix sous le gazon rustique,

Sur les bords du ruisseau pur et mélancolique ! (…)

 

Marie-Joseph de Chénier, La promenade à Auteuil, élégie composée sous le régime impérial, et trouvée dans un bosquet de cette campagne classique de la poésie française, par un auteur qui se fait reconnaître comme les grands peintres, Paris : Delaunay et Nepveu, 1817 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5450690t?rk=21459;2

 

AUTEUR : Marie-Joseph de Chénier

EPOQUE : XIX

GENRE : Poésie

LIEU : Auteuil

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– se promener

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

– la Seine putride

 

Cassan, La Nymphe de Chanceaux, 1699

Ce poème prête vie à la Seine en nous décrivant de manière détaillée et presque cartographique le cheminement de son cours d’eau, depuis sa source jusqu’à son arrivée à Paris. Après le détail de son parcours dans la capitale, la Seine incarnée sous les traits de la Nymphe, est alors maltraitée par les travaux d’endiguement de la ville.

Du fond d’un petit bois l’on voit sortir la Seine,

Qui d’abord jaillissant par de petits bouillons,

S’en va de quelques champs arroser les sillons, (…)

La Nymphe qui réside au fond de cette source, (…)

Elle sort à l’instant et sous l’ombre des Saules,

Tresse les longs Cheveux flottants sur ses épaules,

Mets sa Robe, et de fruits prends en bouquet en main,

Et quitte son séjour pour se mettre en chemin. (…)

Elle vient à Bagneux, où dans une vallée

Son Canal s’élargit et déjà sur ses Eaux

L’aviron fit voguer quelques légers Bateaux.

Alors de quelques flots élevant la surface,

La Nymphe en un instant se forme un char de glace,

Et Montant sur son siège elle va lentement

Suivre le fil de l’eau par un doux mouvement. (…)

Ainsi tranquillement elle fait son voyage,

Et remarque les lieux, qui bordent son rivage ; (…)

Enfin à la faveur de l’Onde qui la mène

Elle entre dans Paris sans détour ni sans peine, (…)

 

Ainsi se voit de loin la Machine effroyable

Ouvrage de nos jours qui parait incroyable,

Avec tout l’attirail de son corps hérissé

De rouages et de Ponts l’un sur l’autre exhaussé,

Dont les bras s’étendant vers le haut de la Cote

Meuvent les Balanciers comme on voit une Flotte,

Que la Vague entretient dans le balancement,

Incliner tous les Mâts à chaque mouvement :

Quoi dit-elle, en voyant la Machine étonnante,

Serai-je contrainte à poursuivre ma pente,

Et de me faire rouer parmi tous les ressorts,

Que je vois remuer par de si grands efforts ! (…)

Alors par ces efforts, elle sent qu’elle monte

Vers le haut du Coteau dans des tuyaux de fonte,

Qui vont la revomir au prochain réservoir,

Où cent autres Tuyaux viennent la recevoir. (…)

Enfin elle descend par des tuyaux de fer

Dans un long réservoir appelé trou d’Enfer (…)

Cassan, La Nymphe de Chanceaux ou l’arrivée de la Seine au château de Marly, Paris : A. Chrétien, 1699 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54292141.r=la%20nymphe%20de%20chanceaux?rk=21459;2

 

AUTEUR : M. Cassan

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU 1 : Chanceaux

LIEU 2 : Bagneux

LIEU 3 : Paris

Etc

STRATE : DANS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– usine / industrie

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-se promener

-plaisirs

La Chute du Pont de bois, Poème en II Chants, 1710

Un auteur anonyme, signant Le Br. écrit un poème de deux chants, mêlant l’épique au burlesque, racontant comment un bateau marchand transportant du vin sur la Seine se fracasse sur un pont en arrivant à Paris. Les hommes à bord, hargneux, somment le dieu Bacchus de venir leur rendre justice : ce dernier convoquant la fureur des vents et de la Seine détruit le pont.

Où la Seine étonnée, arrosant de son onde

Une Ville superbe en merveilles féconde,

Étends deux vastes bras, et par un long détour

Dans ces lieux enchantés prolonge son séjour ;

S’élève un pont formé d’une antique structure :

Dans son industrieuse, et rare architecture,

Qui semble commander à l’humide élément (…)

 

Mille forts Pilotis dans le sable enfoncés

Bravent l’onde écumante, et les vents courroucés. (…)

Ses larges flancs ouverts, comme autant de canaux,

Donnent libre passage aux plus vastes bateaux.

L’un porte dans son sein la liqueur sans pareille,

Par qui l’ennui s’endort, et le plaisir s’éveille,

Et l’autre renfermant de précieux trésors,

Des présents de Cérès vient enrichir nos ports.

 

La Seine dans un lieu si digne de lui plaire

Promène lentement une onde pure, et claire ;

Sur ce rivage orné de verdure, et de fleurs,

Ses eaux n’exhalent point de nuisibles vapeurs. (…)

 

Le bateau heurte une arche, et le brise en éclats.

Les tonneaux dispersés suivant l’eau qui les guide

Flottent au gré des vents sur la plaine liquide (…)

L’un maudissant la Seine, et son cruel rivage,

Fait éclater son zèle et se jette à la nage,

Et l’autre sur les bords content de soupirer,

Regrette tant de biens qu’on ne peut recouvrer.

 

Va, cours, sans différer, sur les bords de la Seine,

Signaler les transports de ta rage inhumaine,

Et secondant l’ardeur de mes ressentiments,

De ce pont que tu vois frappe les fondements (…)

De la Seine bientôt l’onde écume, bouillonne,

Tout frémit d’épouvante, et d’effroi tout frissonne : (…)

Quel désastre fatal ! les Naïades timides

En sentirent trembler leurs cavernes humides.

 

Quand on vit sur les eaux flotter de toutes parts

Les débris de ce pont confusément épars.

De Pilotis brisés la rive était couverte (…)

 

Apprends, nouveau Léandre, apprends vite à nager.

Abrège ton chemin par ce moyen facile,

De la Seine pour toi l’eau deviendra docile. (…)

Le Br., La Chute du Pont de bois, poème en II chants, Paris : G. Lamesle, 1710 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54551482/f2.image.r=pont%20la%20Seine

 

AUTEUR : Anonyme (Le Br.)

EPOQUE : XVIII

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATES : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– commercer

– transporter

– métiers

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– accident

– noyade

Jean Racine, La Nymphe de la Seine, 1660

Dans cette célébration de la reine Marie-Thérèse d’Autriche, l’auteur présente la Seine personnifiée en une créature merveilleuse, une Nymphe, qui se lamente et dépérit car la guerre à rendue ses eaux troubles et mauvaises. Amour descend des cieux pour mieux lui apprendre que la reine Thérèse et le roi Louis XIV pacifient tous ses bords par leur amour, le fleuve ici deviens le lieu d’accueil de l’amour royal.

Je suis la nymphe de la Seine ;

C’est moi dont les illustres bords

Doivent posséder les trésors

Qui rendoient l’Espagne si vaine.

Ils sont des plus grands rois l’agréable séjour ;

Ils le sont des plaisirs, ils le sont de l’amour ;

Il n’est rien de si doux que l’air qu’on y respire ;

Je reçois les tributs de cent fleuves divers ;

Mais de couler sous votre empire,

C’est plus que de régner sur l’empire des mers. (…)

 

De tant de malheurs affligée,

Je parus un jour sur mes bords,

Pensant aux funestes discords

Qui m’ont si longtemps outragée ;

Lorsque d’un vol soudain je vis fondre des cieux

Amour, qui me flattant de la voix et des yeux :

Triste nymphe, dit-il, ne te mets plus en peine ;

Je te préparer un sort si charmant et si doux,

Que bientôt je veux que la Seine

Rende tout l’univers de sa gloire jaloux. (…)

 

Les dieux mêmes viendront passer ici leurs jours.

Ton repos en durée égalera ton cours.

Mars de ses cruautés n’y fera plus d’épreuves ;

La gloire de ton nom remplira l’univers :

Et la Seine sur tous les fleuves

Sera ce que Thétis est sur toutes les mers.

Jean Racine, La Nymphe de la Seine à la Reyne, ode, Paris : A. Courbé, 1660

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5529720q/f314.image.r=nymphe%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Jean Racine

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU : Inconnu (bord de Seine)

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– plaisirs

– amours

Remy BELLEAU, Épithalame chanté par les Nymphes de Seine, 1559

 

L’auteur de la Pléiade compose ce chant poétique en invoquant la Nymphe de la Seine, personnification merveilleuse du fleuve, lui permettant par l’entremise de son évocation, de célébrer la fille du roi Henri II, Madame Claude, pour son mariage à venir avec le duc de Lorraine. L’heureux poème offre une Seine enchantée, propice à la fête, aux amours et à la musique.

 Nymphes qui vos tresses blondes

Mignotez dessus les bords,

Des claires et belles ondes,

De la Seine au plis retors,

Si quelque flamme amoureuse

Vous échauffe sous les eaux,

Chantez les chastes flambeaux,

De cette nuit bienheureuse. (…)

 

Serre ta robe ondoyante

D’un long repli blanchissant,

Et d’une agrafe mordante

Ton brodequin jaunissant, (…)

 

Et toi Ciel, que l’on répande

Par l’air un fleuve d’odeurs,

Une moisson de lavande,

De lys, de roses, de fleurs,

Tant que la terre enivrée

Du nectar de ces présents,

Toujours grosse d’un printemps,

Fasse une saison d’orée.

 

Nymphe des eaux citoyennes,

Nymphettes aux beaux talons,

Aux gorges musiciennes,

Dansez dessus vos sablons (…)

 

Autant les Nymphes sacrées,

Les Nymphettes aux yeux vers,

De leur bouchettes sucrées,

Au lit chantèrent ces vers,

Prenant la boucle fatale

De leur belle, et blanche main,

La bouclèrent sous le sein

De cette Nymphe Royale.

 

BELLEAU Rémy, Épithalame sur le mariage de Monseigneur le duc de Lorraine et de Madame Claude Fille du Roy, chanté par les Nymphes de Seine et de Meuse, Paris : A. Wechel, 1559 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k713025.r=epithalame%20lorraine%20madame%20claude?rk=42918;4

 

AUTEUR : Rémy Belleau

 

EPOQUE : XVI

 

GENRE : Poésie

 

LIEU : Inconnu

 

STRATE : AU BORD / DANS

 

THEMATIQUE 3 : SEINE à LOISIRS

– se baigner

– plaisirs

– amours

 

THEMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • le fleuve

 

Alice BAUDE, Les Eaux mauvaises (collectif), 2019

Les Eaux mauvaises est un recueil de textes composés par de jeunes écrivains à l’occasion d’un séminaire d’écriture au Moulin d’Andé, pendant l’automne 2018. Il s’agissait d’explorer le thème des « fluidités », et d’écrire sur la Seine depuis les rives du fleuve. Alice Baude a immergé ses feuilles dans la Seine. Son texte rend compte d’un fleuve « noir » et d’eaux menacées.

J’ai coulé mon eau d’aquarelle dans le marasme âcre de la Seine après Paris. Ce n’est qu’un peu de pus de plus. Je glisse mes mots ces écailles sous la bruine sur ma feuille l’encre s’efface. J’écris sous l’eau, l’encre perle, l’encre coagule. Il y a rouge il y a vert il y a gris il y a tache. Un cygne plisse la surface.

Par ce brouillard bruineux je t’écris la poiscaille mordue par l’acide.

La goulée petite goulée d’eau de la langue à la glotte je la bois elle claque l’eau saine. Je guette ce qu’elle me dit. Et elle me dit les cagouilles les bétonnades les pisses en continu dans son vivier le passage malin dans les turbines les refroidissements électriques et les synapses nucléaires. Elle me dit la calfeutre dans du plastique la calfeutre dans des berges, des étreintes à l’empoumonade et des dégueulis à même la molécule.

Tu parles d’une vase. […]

Elles ont dû en brasser les eaux, des bouillons de miasmes, des vapeurs méphitiques aux souvenances métropoles. Elles ont dû en brasser, colporter sarcler emmener pétrir, des semelles et des boîtes, des bacs et des plastiques. Les eaux souillées, les eaux mordues à l’acier, pourries à l’intime. 

Alice BAUDE, Les Eaux mauvaises (collectif), Le Havre, Editions de l’ESADHaR, 2019.