Archives par mot-clé : Poésie

Comtesse Mathieu de Noailles, Les éblouissements, 1907

Les éblouissements est un recueil de poésie qui a été écrit par la Comtesse Mathieu de Noailles et publié en 1907. Le poème Les bords de la Seine se situe dans ce recueil et porte sur la vision des bords de la Seine au printemps, pendant une matinée ensoleillée. Le fleuve est décrit par la lenteur de l’écoulement de son eau ainsi que son emplacement et forme, dans ce poème, une atmosphère de plénitude.
 
 
 
 

LES BORDS DE LA SEINE

Calme matin de mai, détendu dans la joie !
Le jour est vert et bleu par l’arbre et par le ciel,
Le pré délicieux fait lui-même son miel,
Tout l’univers s’élance et c’est l’azur qui ploie…

La Seine illustre coule, eau douce qui sourit
Par tous ses lents frissons charmants comme des lèvres,
Eau qui tend un miroir aux collines de Sèvres
Et baigne mollement Saint-Cloud près de Paris.

Ah ! que le jour est beau ! Je crois que je peux prendre
Tout ce bonheur sur moi d’un geste immense et rond.
Comme le jour est doux ! Et l’odeur du goudron
Luit comme une aile noire au-dessus du flot tendre…

Comtesse Mathieu de Noailles, Les éblouissements, éditeurs Calmann-Lévy, 1907, p.201

AUTEUR  : Comtesse Mathieu de Noailles  (Anna da Noailles)
ŒUVRE  : Les éblouissements
GENRE  : Poésie
ÉPOQUE  : XXe
LIEU  : Hors lieux

STRATE  : AU BORD

THÉMATIQUE 4  : HORS-LIEUX

-Le fleuve

La Seine-Patrick Huet

Patrick Huetécrivain et fleuve trotteuril a longé entièrement à pied toute la SeineDans son livre : « La Seine à pied de la source à la mer », l’auteur nous dévoile des photos et nous décrit le chemin exact  passer si un jour nous souhaitons longer une partie ou la totalité de la SeineLe poème si contre est en acrostichece qui signifie que les premières lettres de chaque vers forment un mot quand elles sont lues verticalement.

« Lentement, goutte à goutte, une source se glisse

Au reflet ondoyant d’un feuillage qui plisse.

Sur le clair de ses eaux se promène un soupir

Et la course fragile d’un fleuve à venir.

Imprégnée du désir de toucher l’horizon,

Notre Seine dès lors traverse les vallons

Et atteint l’embouchure aux confins des saisons. »

Patrick Huet

auteur de Publication du livre : « La Seine à pied de la source à la mer »  aux éditions BoD (« Books on Demand »)

site personnel : https://www.patrickhuet.net/

 

Le Sire de Chambley, La légende des sexes, poèmes hystériques et profanes, 1882

La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes est un recueil qui a été écrit par Edmond Haraucourt, dont le pseudonyme est Sire de Chambley et est paru en 1882. Le recueil a été imprimé à Bruxelles dans un nombre très réduit d’exemplaires qui ont tous été signés par l’auteur. Ce n’est cependant qu’après l’impression du recueil que l’écriture du poème L’hymne des noyésqui appartient à cet ouvrage, a été finalisée.

Ce poète présente un hymne qui s’échappe directement de la Seine et se propage dans l’air pour exprimer la parole de ceux qui se sont noyés dans le fleuve. Dans cet hymne, les revenants s’expriment à propos de leur présence qui demeure dans le lieu où ils ont perdu la vie, du thème de la mort ou encore des êtres vivants qu’ils ont pu apercevoir aux alentours de la Seine.

 

L’HYMNE DES NOYÉS

 

La Seine se déploie en frémissements vagues
Où le reflet du gaz agite un rouge éclair,
Tandis qu’un courant fuit dans la fuite des vagues,
Plus opaque et pourtant plus clair ;
Il glisse, lourd comme une lave,
Sur le flanc des piliers qu’il lave,
Et voici qu’un hymne humble et grave
Monte dans l’air.

« Nous sommes les noyés des grandes nuits lascives,
Les doux inachevés, les chauds et courts destins ;
Nous sommes le flot blanc des races convulsives
Qui jaillit des soirs aux matins :
Nous ruisselons comme des fleuves,
Fils de nonnes et fils de veuves,
Fils de vierges prudemment neuves,
Fils de catins.

« Pollen des lits bourgeois et des ennuis nocturnes,
Fleurs d’amour, fleurs sans fruit des soirs sans lendemain,
Nous chantons notre glas dans l’eau froide des urnes,
Au clapotis rose des mains ;
Nous passons sans que nul nous voie,
Mais avant d’être ceux qu’on noie,
Nous noyons dans des mers de joie
Les cœurs humains.

« Nous sommes les enfants ignorés de leurs mères ;
Nés d’un frisson d’amour, nous mourons de frissons,
Et plus que les fœtus nous sommes éphémères,
Nous, leurs frères, qui nous berçons
Dans nos berceaux de porcelaine
Accrochés aux duvets de l’aine,
Comme au long des sentiers la laine
Pend aux buissons.

« Et tous, assassinés par l’onde du baptême
Dans les Saxe et les Chine ou dans les grès rugueux,
Dans les fleurs des faïences ou les fleurs de Bohème,
Nous fluons à l’égout fongueux :
Puis notre flotte erre et navigue
Dans l’écluse, contre la digue
Et sous le pont où la fatigue
Endort les gueux.

« Nous en avons tant vu grelotter sous les arches
Que nous en avons pris en pitié les vivants ;
Tant vu qui regardaient, assis aux bords des marches,
Courir leurs rêves décevants ;
Et mieux vaut le peu que nous sommes
Que d’être devenus des hommes
Essayant de pénibles sommes
À tous les vents !

« Nous aurions pu peupler cent mille fois la terre,
Être héros, rois, dieux, avoir soif, avoir faim ;
Nous étions tout, étant le nombre et le mystère,
L’ébauche du projet divin :
Mais nous roulons, tourbe inféconde,
Vers l’inféconde mer qui gronde,
Vers la mer cuvette du monde,
Sans fond, sans fin ! »

Le sire de Chambley.
 
Le sire de Chambley, La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes, 1882, p. Note-NP.
 

AUTEUR  : Le sire de Chambley
ŒUVRE  : La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes
GENRE  : Poésie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : HORS-LIEUX

STRATE  : DANS / SUR

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-Traverser la Seine

-Remonter la Seine

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-Noyade

 

Francis Carco, Au pied des tours de Notre-Dame, 1952

Francis Carco est un poète, écrivain, journaliste et auteur de chansons. Il s’est rendu à Paris à partir de 1910, lorsqu’il était âgé de 24 ans, a découvert la ville et a donc écrit à son sujet. En 1950, Charles Dumont a arrangé ce poème sous forme de musique.

Au pied des tours de Notre-Dame,
La Seine coule entre les quais.
Ah ! le gai, le muguet coquet !
Qui n’a pas son petit bouquet ?
Allons, fleurissez-vous, mesdames !
Mais c’était toi que j’évoquais
Sur le parvis de Notre-Dame ;
N’y reviendras-tu donc jamais ?
Voici le joli moi de mai…

Je me souviens du bel été,
Des bateaux-mouches sur le fleuve
Et de nos nuits de la Cité.
Hélas ! qu’il vente, grêle ou pleuve,
Ma peine est toujours toute neuve :
Elle chemine à mon côté…

De ma chambre du Quai aux Fleurs,
Je vois s’en aller, sous leurs bâches,
Les chalands aux vives couleurs
Tandis qu’un petit remorqueur
Halète, tire, peine et crache
En remontant, à contre-coeur,
L’eau saumâtre de ma douleur…

Francis Carco, Au pied des tours de Notre-Dame, 1952

AUTEUR : FRANCIS CARCO
ŒUVRE: Au Pied des tours de Notre-Dame
GENRE: POÉSIE
ÉPOQUE : XX
LIEU: Paris

STRATE:
AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR
-Se promener
-naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-loisirs
-métiers


THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS
-Amours
-se promener

Victor Hugo, les contemplations, 1856

Les Contemplations est un recueil de poèmes qui a été écrit par Victor Hugo et publié en 1856. Ce recueil est composé de six livres qui sont eux-mêmes divisés en deux parties. La première partie est nommée Autrefois et la deuxième partie est nommée Aujourd’hui . Le sujet principal du recueil est la mort de la fille du poète, Léopoldine Hugo, qui s’était noyée dans la Seine à Villequier.

Le poème intitulé Charles Vacquerie , qui est le dernier du livre IV (Pauca Meae) rend hommage à Charles Vacquerie, le gendre de Léopoldine Hugo qui avait également perdu la vie après s’être noyé dans la Seine avec elle.

Dans le poème VI de la partie du recueil intitulée À celle qui est restée en France, le poète associe le décès de sa fille et le lieu où l’accident s’était déroulé et il oppose Paris, qui renvoie au vivant à la Seine, Villequier, etc… qui renvoient à la mort et au deuil car, pour lui, sa fille est toujours là où elle s’était noyée.

Livre IV – Pauca  Meae, poème XVII, Charles Vacquerie :

<< Il ne sera pas dit que ce jeune homme, ô deuil !
Se sera de ses mains ouvert l’affreux cercueil
Où séjourne l’ombre abhorrée,
Hélas ! et qu’il aura lui-même dans la mort
De ses jours généreux, encor pleins jusqu’au bord,
Renversé la coupe dorée,

Et que sa mère, pâle et perdant la raison,
Aura vu rapporter au seuil de sa maison,
Sous un suaire aux plis funèbres,
Ce fils, naguère encor pareil au jour qui naît,
Maintenant blême et froid, tel que la mort venait
De le faire pour les ténèbres ;

Il ne sera pas dit qu’il sera mort ainsi,
Qu’il aura, cœur profond et par l’amour saisi,
Donné sa vie à ma colombe,
Et qu’il l’aura suivie au lieu morne et voilé,
Sans que la voix du père à genoux ait parlé
À cette âme dans cette tombe !

En présence de tant d’amour et de vertu,
Il ne sera pas dit que je me serai tu,
Moi qu’attendent les maux sans nombre !
Que je n’aurai point mis sur sa bière un flambeau,
Et que je n’aurai pas devant son noir tombeau
Fait asseoir une strophe sombre !

N’ayant pu la sauver, il a voulu mourir.
Sois béni, toi qui, jeune, à l’âge où vient s’offrir
L’espérance joyeuse encore,
Pouvant rester, survivre, épuiser tes printemps,
Ayant devant les yeux l’azur de tes vingt ans
Et le sourire de l’aurore,

À tout ce que promet la jeunesse, aux plaisirs,
Aux nouvelles amours, aux oublieux désirs
Par qui toute peine est bannie,
À l’avenir, trésor des jours à peine éclos,
À la vie, au soleil, préféras sous les flots
L’étreinte de cette agonie !

Oh ! quelle sombre joie à cet être charmant
De se voir embrassée au suprême moment,
Par ton doux désespoir fidèle !
La pauvre âme a souri dans l’angoisse, en sentant
À travers l’eau sinistre et l’effroyable instant
Que tu t’en venais avec elle !

Leurs âmes se parlaient sous les vagues rumeurs.
– Que fais-tu ? disait-elle. – Et lui, disait : – Tu meurs ;
Il faut bien aussi que je meure ! –
Et, les bras enlacés, doux couple frissonnant,
Ils se sont en allés dans l’ombre ; et, maintenant,
On entend le fleuve qui pleure.

Puisque tu fus si grand, puisque tu fus si doux
Que de vouloir mourir, jeune homme, amant, époux,
Qu’à jamais l’aube en ta nuit brille !
Aie à jamais sur toi l’ombre de Dieu penché !
Sois béni sous la pierre où te voilà couché !
Dors, mon fils, auprès de ma fille !

Sois béni ! que la brise et que l’oiseau des bois,
Passants mystérieux, de leur plus douce voix
Te parlent dans ta maison sombre !
Que la source te pleure avec sa goutte d’eau !
Que le frais liseron se glisse en ton tombeau
Comme une caresse de l’ombre !

Oh ! s’immoler, sortir avec l’ange qui sort,
Suivre ce qu’on aima dans l’horreur de la mort,
Dans le sépulcre ou sur les claies,
Donner ses jours, son sang et ses illusions !… –
Jésus baise en pleurant ces saintes actions
Avec les lèvres de ses plaies.

Rien n’égale ici-bas, rien n’atteint sous les cieux
Ces héros, doucement saignants et radieux,
Amour, qui n’ont que toi pour règle ;
Le génie à l’œil fixe, au vaste élan vainqueur,
Lui-même est dépassé par ces essors du cœur ;
L’ange vole plus haut que l’aigle.

Dors ! – Ô mes douloureux et sombres bien-aimés !
Dormez le chaste hymen du sépulcre ! dormez !
Dormez au bruit du flot qui gronde,
Tandis que l’homme souffre, et que le vent lointain
Chasse les noirs vivants à travers le destin,
Et les marins à travers l’onde !

Ou plutôt, car la mort n’est pas un lourd sommeil,
Envolez-vous tous deux dans l’abîme vermeil,
Dans les profonds gouffres de joie,
Où le juste qui meurt semble un soleil levant,
Où la morte au front pâle est comme un lys vivant,
Où l’ange frissonnant flamboie !

Fuyez, mes doux oiseaux ! évadez-vous tous deux
Loin de notre nuit froide et loin du mal hideux !
Franchissez l’éther d’un coup d’aile !
Volez loin de ce monde, âpre hiver sans clarté,
Vers cette radieuse et bleue éternité,
Dont l’âme humaine est l’hirondelle !

Ô chers êtres absents, on ne vous verra plus
Marcher au vert penchant des coteaux chevelus,
Disant tout bas de douces choses !
Dans le mois des chansons, des nids et des lilas,
Vous n’irez plus semant des sourires, hélas !
Vous n’irez plus cueillant des roses !

On ne vous verra plus, dans ces sentiers joyeux,
Errer, et, comme si vous évitiez les yeux
De l’horizon vaste et superbe,
Chercher l’obscur asile et le taillis profond
Où passent des rayons qui tremblent et qui font
Des taches de soleil sur l’herbe !

Villequier, Caudebec, et tous ces frais vallons,
Ne vous entendront plus vous écrier : « Allons,
Le vent est bon, la Seine est belle ! »
Comme ces lieux charmants vont être pleins d’ennui !
Les hardis goélands ne diront plus : C’est lui !
Les fleurs ne diront plus : C’est elle !

Dieu, qui ferme la vie et rouvre l’idéal,
Fait flotter à jamais votre lit nuptial
Sous le grand dôme aux clairs pilastres ;
En vous prenant la terre, il vous prit les douleurs ;
Ce père souriant, pour les champs pleins de fleurs,
Vous donne les cieux remplis d’astres !

Allez des esprits purs accroître la tribu.
De cette coupe amère où vous n’avez pas bu,
Hélas ! nous viderons le reste.
Pendant que nous pleurons, de sanglots abreuvés,
Vous, heureux, enivrés de vous-mêmes, vivez
Dans l’éblouissement céleste !

Vivez ! aimez ! ayez les bonheurs infinis.
Oh ! les anges pensifs, bénissant et bénis,
Savent seuls, sous les sacrés voiles,
Ce qu’il entre d’extase, et d’ombre, et de ciel bleu,
Dans l’éternel baiser de deux âmes que Dieu
Tout à coup change en deux étoiles ! >>

Victor Hugo, Les Contemplations, éditions classiques, 1972, p.303

 

À celle qui est restée en France, VI :

<< Je ne puis plus reprendre aujourd’hui dans la plaine
Mon sentier d’autrefois qui descend vers la Seine ;
Je ne puis plus aller où j’allais ; je ne puis,
Pareil à la laveuse assise au bord du puits,
Que m’accouder au mur de l’éternel abîme ;
Paris m’est éclipsé par l’énorme Solime ;
La haute Notre-Dame à présent, qui me luit,
C’est l’ombre ayant deux tours, le silence et la nuit,
Et laissant des clartés trouer ses fatals voiles ;
Et je vois sur mon front un panthéon d’étoiles ;
Si j’appelle Rouen, Villequier, Caudebec,
Toute l’ombre me crie : Horeb, Cédron, Balbeck !
Et, si je pars, m’arrête à la première lieue,
Et me dit: Tourne-toi vers l’immensité bleue !
Et me dit : Les chemins où tu marchais sont clos.
Penche-toi sur les nuits, sur les vents, sur les flots !
A quoi penses-tu donc ? que fais-tu, solitaire ?
Crois-tu donc sous tes pieds avoir encor la terre ?
Où vas-tu de la sorte et machinalement ?
Ô songeur ! penche-toi sur l’être et l’élément !
Écoute la rumeur des âmes dans les ondes !
Contemple, s’il te faut de la cendre, les mondes ;
Cherche au moins la poussière immense, si tu veux
Mêler de la poussière à tes sombres cheveux,
Et regarde, en dehors de ton propre martyre,
Le grand néant, si c’est le néant qui t’attire !
Sois tout à ces soleils où tu remonteras !
Laisse là ton vil coin de terre. Tends les bras,
Ô proscrit de l’azur, vers les astres patries !
Revois-y refleurir tes aurores flétries ;
Deviens le grand œil fixe ouvert sur le grand tout.
Penche-toi sur l’énigme où l’être se dissout,
Sur tout ce qui naît, vit, marche, s’éteint, succombe,
Sur tout le genre humain et sur toute la tombe !

Mais mon cœur toujours saigne et du même côté.
C’est en vain que les cieux, les nuits, l’éternité,
Veulent distraire une âme et calmer un atome.
Tout l’éblouissement des lumières du dôme
M’ôte-t-il une larme ? Ah ! l’étendue a beau
Me parler, me montrer l’universel tombeau,
Les soirs sereins, les bois rêveurs, la lune amie ;
J’écoute, et je reviens à la douce endormie. >>

Victor Hugo, Les Contemplations, éditions classiques, 1972, p.534

 

AUTEUR  : VICTOR HUGO

ŒUVRE  : Les contemplations

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : Paris, Rouen, Villequier

STRATE  :

DANS

THÉMATIQUE 4  : SEINE INTERLOPE

-noyade

Hommage à la rivière Rouge, par le poète Sébastien Gaillard, 2021

« Avec son poème La rivière Rouge, le poète Sébastien Gaillard compose un hommage à cet immense cours d’eau qui traverse le paysage urbain de Winnipeg. Dans une performance éclair mise en images, l’auteur nous entraîne dans une oeuvre rythmée et sentie. » © Radio-Canada, Denis Chamberland.

https://ici.radio-canada.ca/atelier-culturel/accueil-nouveautes/document/nouvelles/article/1748523/sebastien-gaillard-poesie-performance-eclair-denis-chamberland-winnipeg

 

Paul Verlaine, L’Aube à l’envers, Jadis et Naguère, 1884

Issus du recueil de poèmes « Jadis et Naguère », écrit et publié en 1884 par Paul Verlaine, « L’Aube à l’envers » nous rappelle avec mélancolie l’épisode de la Semaine Sanglante entre les troupes Versaillaise et la commune de Paris (Le Point-du-Jour étant la porte par laquelle les troupes versaillaises sont entrés dans Paris). Paul Verlaine ayant été un défenseur de la Commune, il se remémore ce moment où sur les bords de Seine l’on tirait et buvait, en attendant l’heure fatidique. Le poème reste toutefois assez obscur car il mêle passé et présent, et parle des évènements de la Commune à demi-mot, laissant un doute sur la temporalité du poème. Louis Dumoulin, à qui il est dédié, pourrait être Louis-Jules Dumoulin, un célèbre artiste français de la fin du 19ème siècle.

 

VII

 

L’AUBE À L’ENVERS

 

À Louis Dumoulin

 

Le Point-du-Jour avec Paris au large,

Des chants, des tirs, les femmes qu’on « rêvait »,

La Seine claire et la foule qui fait

Sur ce poème un vague essai de charge.

 

On danse aussi, car tout est dans la marge

Que fait le fleuve à ce livre parfait.

Et si parfois l’on tuait ou buvait

Le fleuve est sourd et le vin est litharge.

 

Le Point-du-Jour, mais c’est l’Ouest de Paris !

Un calembour a béni son histoire

D’affreux baisers et d’immondes paris.

 

En attendant que sonne l’heure noire

Où les bateaux-omnibus et les trains

Ne partent plus, tirez, tirs, fringuez, reins !

 

Paul Verlaine, L’Aube à l’envers (1884), Jadis et Naguère, Léon Vanier, 1891 (p. 112).

 

AUTEUR : VERLAINE, Paul

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Guerroyer

-métiers

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, 1924

Ecrit entre les deux grandes guerres, Ernest Raynaud nous fait, dans le poème « Seine », issue de son livre « A l’ombre de mes dieux » et écrit en 1924, une ode à la Seine et à Paris. La ville, illuminée de bonheur, ne mettant ainsi que mieux en valeur la Seine.

 

LA SEINE

 

Loin des remous de la cohue et des bruits laids,

Je te regarde luire en ce jour de lumière,

Ô mon fleuve, ô ma Seine ! et glisser, d’une eau fière,

Dans une perspective ouverte de palais.

 

Chaque pont, arche souple, ébloui de reflets,

Clame un nom de victoire avec sa voix de pierre,

Tandis qu’une ombre drue, à la berge ouvrière,

Gazouille un vieux refrain rustique où je me plais.

 

Un renouveau d’espoirs se dénoue en volutes ;

Et, comme l’Âge d’or sommeille au cœur des flûtes,

Tout un bonheur perdu respire en ce tableau.

 

Ici, Paris n’est plus que joie, azur, espace,

Et pour fleurir sa gloire, il y cueille avec grâce

Tous les frissons épars du feuillage et de l’eau.

 

Ernest Raynaud, À l’ombre de mes dieux, Librairie Garnier frères, 1924 (p. 18).

 

 

AUTEUR : RAYNAUD, Ernest

ÉPOQUE : XX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-plaisirs

-amours

André Chénier, Élégie, 1889

Poème écrit en 1819. André Chénier fait de la Seine une divinité/nymphe, reprenant le mythe de Sequana, une déesse mineure gallo-romaine de la Seine. La Seine nous apparait comme une nymphe timide, loin du Pinde (la montagne des Dieux, dédiée aux Muses et proche du Parnasse), qui vient prendre, humblement, sa place de déesse devant l’assemblée de dieux.

 

Mais que les premiers pas ont d’alarmes craintives !

Nymphe de Seine, on dit que Paris sur tes rives

Fait asseoir vingt conseils de critiques nombreux,

Du Pinde partagé despotes soupçonneux

Affaiblis de leurs yeux la vigilance amère.

Dis-leur que sans s’armer d’un front dur et sévère,

Ils peuvent négliger les pas et les douceurs

D’une muse timide, et qui parmi ses sœurs,

Rivale de personne et sans demander grâce,

Vient, le regard baissé, solliciter sa place ;

Dont la main est sans tache, et n’a connu jamais

Le fiel dont la satire envenime ses traits.

 

Œuvres complètes d’André Chénier, 1889 / Élégie, IX

 

AUTEUR : CHENIER, André

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Paris et un lieu indéfini

STRATE : Aucune

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, 1889

Ecrit par André Chénier, un poète du 18ème siècle qui s’est illustré comme un opposant à Robespierre durant la Révolution, et fut guillotiné. « Aux Frères de Pange » fut probablement écrit vers les dernières années de sa vie, peut-être même durant sa captivité, au vu de l’aspect testamentaire du poème. Né à Constantinople/Istanbul, la ville entre deux mers, Chénier montre par son poème l’importance de la mer et des fleuves dans sa vie usant d’un style préromantique et mettant en avant une imagerie hellénistique dont il fut très inspiré. Il conjure ainsi à ses amis, les Pange (famille de la noblesse), de rester heureux et de se souvenir de lui.

 

VI

 

AUX FRÈRES DE PANGE

 

Vous restez, mes amis, dans ces murs où la Seine

Voit sans cesse embellir les bords dont elle est reine,

Et près d’elle partout voit changer tous les jours

Les fêtes, les niveaux, les belles, les amours.

Moi, l’espoir du repos et du bonheur peut-être,

Cette fureur d’errer, de voir et de connaître,

La santé que j’appelle et qui fuit mes douleurs

(Bien sans qui tous les biens n’ont aucunes douceurs),

À mes pas inquiets tout me livre et m’engage.

C’est au milieu des soins compagnons du voyage,

Que m’attend une sainte et studieuse paix

Que les flèches d’amour ne troubleront jamais.

Je suivrai des amis[2] ; mais mon âme d’avance ;

Vous, mes autres amis, pleure de votre absence,

Et voudrait, partagée en des penchants si doux,

Et partir avec eux et rester près de vous.

Ce couple fraternel, ces âmes que j’embrasse

D’un lien qui du temps craignant peu les menaces,

Se perd dans notre enfance, unit nos premiers jours

Sont mes guides encore ; ils le furent toujours.

Toujours leur amitié, généreuse, empressée,

À porté mes ennuis et ne s’est point lassée.

Quand Phébus, que l’hiver chasse de vos remparts,

Va de loin vous jeter quelques faibles regards,

Nous allons, sur ses pas, visiter d’autres rives,

Et poursuivre au Midi ses chaleurs fugitives.

Nous verrons tous ces lieux dont les brillants destins

Occupent la mémoire ou les yeux des humains :

Marseille où l’Orient amène la fortune ;

Et Venise élevée à l’hymen de Neptune ;

Le Tibre fleuve-roi ; Rome fille de Mars,

Qui régna par le glaive et règne par les arts ;

Athènes qui n’est plus, et Byzance ma mère ;

Smyrne qu’habite encor le souvenir d’Homère.

Croyez, car en tous lieux mon cœur m’aura suivi,

Que partout où je suis vous avez un ami.

Mais le sort est secret ! Quel mortel peut connaître

Ce que lui porte l’heure et l’instant qui va naître ?

Souvent ce souffle pur dont l’homme est animé,

Esclave d’un climat, d’un ciel accoutumé,

Redoute un autre ciel, et ne veut plus nous suivre

Loin des lieux où le temps l’habitua de vivre.

Peut-être errant au loin, sous de nouveaux climats,

Je vais chercher la mort qui ne me cherchait pas.

Alors, ayant sur moi versé des pleurs fidèles,

Mes amis reviendront, non sans larmes nouvelles,

Vous conter mon destin, nos projets, nos plaisirs

Et mes derniers discours et mes derniers soupirs.

 

Vivez heureux ! gardez ma mémoire aussi chère,

Soit que je vive encor, soit qu’en vain je l’espère.

Si je vis, le soleil aura passé deux fois

Dans les douze palais où résident les mois,

D’une double moisson la grange sera pleine,

Avant que dans vos bras la voile nous ramène.

Si long-temps autrefois nous n’étions point perdus !

Aux plaisirs citadins tout l’hiver assidus,

Quand les jours repoussaient leurs bornes circonscrites,

Et des nuits à leur tour usurpaient les limites,

Comme oiseaux du printemps, loin du nid paresseux,

Nous visitons les bois et les coteaux vineux,

Les peuples, les cités, les brillantes naïades ;

Et l’humide départ des sinistres pléiades

Nous renvoyait chercher la ville et ses plaisirs,

On souvent rassemblés, livrés à nos loisirs,

Honteux d’avoir trouvé nos amours infidèles,

Disputer des beaux-arts, de la gloire et des belles.

Ah ! nous ressemblions, arrêtés ou flottants,

Aux fleuves comme nous voyageurs inconstants.

Ils courent à grand bruit ; ils volent, ils bondissent ;

Dans les vallons riants leurs flots se ralentissent.

Quand l’hiver accourant du blanc sommet des monts,

Vient mettre un frein de glace à leurs pas vagabonds,

Ils luttent vainement, leurs ondes sont esclaves :

Mais le printemps revient amollir leurs entraves,

Leur frein s’use et se brise au souffle du zéphyr

Et l’onde en liberté recommence à courir.

 

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, Texte établi par Louis Moland, Garnier, 1889, Volume 1 (p. 174-176).

 

 

AUTEUR : CHENIER, André

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Lieux multiples et non définis (Paris, Istanbul, Rome, Lieux hellénistiques imaginé par l’auteur)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-amours

Ernest d’Hervilly, Une jeune femme à la mer, « Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux », 1876

Représentant du mouvement Parnassien, Ernest d’Hervilly nous montre par ce poème l’essence de la thématique des Parnasses : le beau. Usant de Romantisme, d’Hervilly acclame la beauté d’une femme qui regarde la Seine et conseille, avec humour, à la jeune femme de faire attention car la Seine pourrait bien lui voler son reflet/beauté, effrayant les pêcheurs havrais qui la retrouveraient dans leurs filets.

 

UNE JEUNE FEMME A LA MER

 

Suspendue aux rameaux plus qu’obligeants d’un frêne,

Tu t’inclines vers l’eau limpide de la Seine :

Ton visage charmant s’y reflète, et tu ris.

Très-bien. C’est un miroir qui vaut ceux de Paris.

Mais, prends bien garde, enfant ! si tout à coup le fleuve

Te volait ton image exquise et toute neuve,

Et s’en allait, joyeux, la porter à la mer !…

Vois-tu cela d’ici, mon souci le plus cher ?

Si la Seine emportait la radieuse trace

De ton minois rieur… jusqu’au Havre de Grâce !

Ton reflet pourrait bien alors être emmené

Juste près du bateau d’un pêcheur de la Manche,

Qui hale son filet et sur le flot se penche…

 

Hein ! comme il aurait peur, le bon vieux goudronné !

 

Ernest d’Hervilly, Une jeune femme à la mer, Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux, Alphonse Lemerre [Slatkine Reprints], 1876, III. 1876 (p. 196).

 

AUTEUR : D’HERVILLY, Ernest

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poèsie

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se promener

-amours

Henri Chantavoine, La petite Seine, XIX

Il est difficile de donner une localisation précise du lieu, ainsi qu’une date mais Henri Chantavoine, un poète du 20ème siècle, compare dans son poème « La petite Seine », la petite rivière de village (la petite Seine) à la grande Seine, bruyante et mouvementé, de la ville parisienne. En montrant les différences entre la campagne et la ville, et en faisant une ode à la province.

 

La Petite Seine

 

L’humble rivière de chez nous

Ne mène pas un grand tapage ;

Avec un bruit paisible et doux

Elle fait le tour du village.

 

Des saules et des peupliers

Qui sont à peu près du même âge,

Comme des voisins familiers,

Bruissent le long du rivage ;

Et le chuchotement des eaux

Accompagne la voix légère

De la fauvette des roseaux

Qui fait son nid sur la rivière.

 

Ainsi coule de son air doux,

Sans aventure et sans tapage,

En faisant le tour du village,

L’humble rivière de chez nous.

 

Henri Chantavoine, La petite Seine

 

AUTEUR : CHANTAVOINE, Henri

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Indéfini

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-amour

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, « L’Année terrible », 1872

Victor Hugo fait dans son poème, « En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens », écrit en 1872, une description du siège de Paris par la Prusse en 1871. Enfermé dans Paris durant le siège, Hugo fait une ode à la défense parisienne. Les Prussiens s’enhardissent de pouvoir prendre Paris aussi facilement qu’une prostituée, mais Hugo remarque, avec une pointe d’ironie, que s’ils espèrent qu’elle leur « ouvrira ses bras », c’est la Seine qui accueille dans son lit les cadavres des soldats ennemis, jouant ainsi d’ironie et du jeu de mots entre le lit d’une prostituée et celui du fleuve.

V

Oui, vous êtes venus et vous voilà couchés ;
Vous voilà caressés, portés, baisés, penchés,
Sur le souple oreiller de l’eau molle et profonde ;
Vous voilà dans les draps froids et mouillés de l’onde ;
C’est bien vous, fils du Nord, nus sur le flot dormant !
Vous fermez vos yeux bleus dans ce doux bercement.
Vous aviez dit : « – Allons chez la prostituée.
Babylone, aux baisers du monde habituée,
Est là-bas ; elle abonde en rires, en chansons ;
C’est là que nous aurons du plaisir ; ô Saxons,
O Germains, vers le Sud tournons notre œil oblique,
Vite ! en France ! Paris, cette ville publique,
Qui pour les étrangers se farde et s’embellit,
Nous ouvrira ses bras… » – Et la Seine son lit.

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, L’Année terrible, Michel Lévy, frères, 1872 (p. 64)


AUTEUR : HUGO, Victor
ÉPOQUE : XIX
GENRE : Poème
LIEU : Paris 
STRATE : Dans / Au bord

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-guerroyer

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE
-meurtre

Madame Deshoulières , Oeuvres de Madame Deshoulières et de Mlle D. Tome 2, 1672.

Madame Deshoulières est la première femme élue à l’Académie française en 1684. Elle tient un salon de grande renommée dans le milieu des lettres qui réunit les grands écrivains du siècle, dont Voltaire, à qui elle écrit qu’elle boit l’eau de Seine, qui est la source de ses vers, moins élevés que ceux de Voltaire qui boit les eaux d’Hippocrène.

Ce sonnet contraste avec l’attrait tragique de la Seine et de tous les fleuves sur les personnages des œuvres pastorales qui se donnent la mort lorsque l’amour est impossible, par vengeance ou désespoir. La bergère est un personnage qui s’affirme ici dans son individualité et sa vitalité.
La Seine est un miroir qui renvois nettement à l’esprit de la bergère ce que signifie la mort.

La passion vaincue

La bergère Liris, sur le bord de la Seine,
Se plaignait l’autre jour d’un volage berger.
Après tant de serments, peux-tu rompre ta chaîne ;
Perfide, disait-elle, oses-tu bien changer ?

Puisqu’au mépris des dieux tu peux te dégager,
Que ta flamme est éteinte et ma honte certaine ;
Sur moi-même, de toi je saurai me venger,
Et ces flots finiront mon amour et ma peine.

A ces mots, résolue à se précipiter,
Elle hâta ses pas, et, sans plus consulter,
Elle allait satisfaire une fatale envie ;

Mais bientôt, s’effrayant des horreurs de la mort :
Je suis folle, dit-elle, en s’éloignant du bord :
Il est tant de bergers, et je n’ai qu’une vie !

 

Mme et Mlle Deshoulières, La passion vaincue dans Oeuvres de Mme et Mlle D., Paris: Paulin, Libraire-éditeur, 1841. p. 149. Disponible sur: https://archive.org/details/chefsdoeuvrepo00buso/page/n5/mode/2up/search/seine

AUTEUR: Antoinette Deshoulières et Mlle Deshoulières

EPOQUE: XVII

GENRE: Poésie

LIEU: Le bord de la Seine

STRATE: Au bord

 

SEINE A LOISIRS : 

  • amours

SEINE INTERLOPE : 

 

Pierre de Marbeuf, Recueil de vers, 1628

Cet extrait est une mise en abîme de l’inspiration poétique : Pierre de Marbeuf imagine que le cadre du Pont de l’Arche situé entre la Seine et la forêt inspire des vers à son personnage Siluandre, avec l’amour qui le saisit en même temps que son devoir professionnel. Celui-ci s’adresse tantôt au fleuve et tantôt à la forêt, lieux qui abritent typiquement les amours pastoraux, en les priant de fuir car cet amour est un incendie.


Les Amours, les changements et les désespoirs de Siluandre.

L’amour surprit violemment Siluandre à mesme temps que la conservation des forest qu’il a dessous sa charge l’obligeoit à demeurer au Pont de l’Arche. La situation de ce lieu qui s’élève entre la riviere de Seine & la forest luy donna la matiere de ces vers.

Maintenant que l’amour, achevant son dessein
De me rendre amoureux, a mis dedans mon sein
Et la flamme & la fleche :
Seine n’approchez plus si près de mon séjour,
Helas je crains pour vous que le feu d’un amoureux
Trop chaut ne vous asseche.

Et vous cheres forests dont je suis trop prochain,
Pourrez-vous point trouver quelque fatale main
Qui de moy vous recule :
Avecque mes soûpirs j’exale tant de feux,
Que je n’ose éventer ce brasier amoureux
De peur qu’il ne vous brûle.

Pierre de Marbeuf, Les Amours de Siluandre, Ouvrage: Recueil de vers, Rouen: De l’imprimerie de David du Petit Val, 1628. Disponible sur Gallica: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k118331z/f10.item.r=Seine

AUTEUR: Mr DE MARBEUF Pierre

Epoque: XVII

Genre: Poésie

Lieu: Pont de l’Arche

Strate: Au Bord