Archives par mot-clé : Rouen

Guy de Maupassant, Un Normand, 1882

La promenade du narrateur et de son compagnon dans cette nouvelle introduit une vision du paysage normand avec, face à nous, la Seine et sa vie portuaire.

Nous venions de sortir de Rouen et nous suivions au grand trot la route de Jumièges. La légère voiture filait, traversant les prairies ; puis le cheval se mit au pas pour monter la côte de Canteleu. C’est là un des horizons les plus magnifiques qui soient au monde. Derrière nous Rouen, la ville aux églises, aux clochers gothiques, travaillés comme des bibelots d’ivoire ; en face, Saint-Sever, le faubourg aux manufactures qui dresse ses mille cheminées fumantes sur le grand ciel vis-à-vis des mille clochetons sacrés de la vieille cité.
Ici la flèche de la cathédrale, le plus haut sommet des monuments humains ; et là-bas, la « Pompe à feu » de la « Foudre », sa rivale presque aussi démesurée, et qui passe d’un mètre la plus géante des pyramides d’Égypte.
Devant nous la Seine se déroulait, ondulante, semée d’îles, bordée à droite de blanches falaises que couronnait une forêt, à gauche de prairies immenses qu’une autre forêt limitait, là-bas, tout là-bas. De place en place, des grands navires à l’ancre le long des berges du large fleuve. Trois énormes vapeurs s’en allaient, à la queue leu leu, vers le Havre ; et un chapelet de bâtiments, formé d’un trois-mâts, de deux goélettes et d’un brick, remontait vers Rouen, traîné par un petit remorqueur vomissant un nuage de fumée noire.

MAUPASSANT, Guy de, « Un Normand » [1882], Contes de la bécasse [1883], citation extraite de la Bibliothèque électronique du Québec, collection A tous les vents, volume 123 : version 1,02, p. 127.

AUTEUR : Guy de MAUPASSANT

EPOQUE : XIX

GENRE : Nouvelle

LIEU : Entre Rouen et St-Severs

STRATE : Au bord


THEMATIQUE : SE MOUVOIR

– Se promener

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883

Mme Caroline et Mlle Louise Morlent viennent tout juste de Paris pour s’installer dans la petite ville de Z*** au bord de la Seine entre Rouen et Le Havre. Mme Morlent appartient à une famille aristocratique et riche de la Touraine, mais en décidant de se marier à Philippe Morlent, un roturier sans aucune fortune personnelle, elle se trouve déshéritée, coupée de sa noble lignée et faiblement dotée. Or son mari meurt subitement de maladie et désargentées, elles essayent de retrouver une situation dans l’humble condition dans laquelle elles tombent en acquérant un bureau de tabac. Mme Morlent a un important mystérieux entre la tristesse et la peur et s’habitue avec peine au nouveau climat. Elle va être ici frappée d’un accident avec la barre de Seine, qui constitue une nouvelle épreuve pour les deux Morlent.

Elie Berthet nous donne d’abord une information scientifique sur le phénomène de la barre de Seine. Puis il la met en scène dans l’extrait littéraire qui suit.


On sait que la Seine, aux approches de la Manche, est remontée, à chaque marée, par le flux, qu’on appelle « barre » ou « mascaret ». Ce flux, qui se fait sentir jusqu’à Jumièges, quelquefois même jusqu’au dessous de Rouen, acquiert une extrême violence aux marées d’équinoxe et lorsque soufflent certains vents. Alors le courant marin, couronné d’écume blanche, refoule avec une impétuosité irrésistible la majestueuse rivière, qui paraît refluer vers sa source. L’eau douce et l’eau salée se livrent bataille ; une sorte de montagne liquide se précipite, avec un bruit formidable, vers l’intérieur du pays, couvrant les îles, inondant les rives, causant parfois de graves accidents aux habitants du littoral. Par bonheur, ce phénomène ne dure pas longtemps. La barre une fois passée, tout redevient calme ; il faut de l’attention pour remarquer le changement survenu dans le niveau du fleuve. Au bout de quelques heures, l’eau de mer est refoulée à son tour et la Seine reprend son aspect accoutumé.

(…)


– Sauvez-vous ! Prenez garde ! Montez sur la route !

Les deux dames ne savaient toujours pas ce qu’on leur voulait. Enfin, s’étant retournées, elles comprirent la cause de ces démonstrations.
Depuis quelques instants, un bruit sourd et lointain se faisait entendre derrière elles. Ce bruit croissait de minute en minute, jusqu’à former un mugissement formidable ; mais (…) elles n’y avaient donné aucune attention, et ne soupçonnaient pas le péril dont elles étaient menacées.
Sur toute la largeur du fleuve, si calme naguère, glissait une ligne d’écume que le soleil faisait paraître éblouissante. Les eaux brusquement troublées, se redressaient en un immense bourrelet que remontait le courant, avec la rapidité d’un cheval de course et en produisant ce grondement profond, puissant, continuel, assez semblable à celui d’une grandiose cascade. Plusieurs grosses barques, éparses sur la rivière, manœuvraient précipitamment pour ne pas être renversées, tandis que d’autres, plus petites, disparaissaient tout à coup, comme si, surprises par le tourbillon, elles venaient d’être englouties.
Mais ce qui se passait sur les rives devaient surtout préoccuper les promeneuses. La barre d’écume s’avançait avec une majestueuse régularité en travers du fleuve et débordait au loin sur les grèves arides, s’irritant contre les moindres obstacles, rugissant, franchissant les roches, rebondissant dans les airs, sans s’arrêter jamais. Or évidemment, cette vague enragée, poussée par une force irrésistible, allait balayer la plage, et déjà elle frappait à quelque distance le pied des arbres qui bordaient la voie publique.
(…)
La montagne d’eau s’abattit sur Louise et sur elle avec fracas, les engloutit, et sembla devoir les emporter dans son impétueux tourbillon. (…) Le fleuve continua sa marche triomphante, sans s’attarder pour si peu de choses que de misérables existences humaines.

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883, Paris: E. Dentu, Librairie de la société des gens de lettres. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205589g/f188.item.r=Antoinette+Deshoulières.langFR

 

AUTEUR: BERTHET Elie

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Entre Rouen et Le Havre

STRATE: Au bord/ Sur/Dans

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

  • Se promener
  • Naviguer

THEMATIQUE 4: HORS LIEUX

  • Données phénoménales de la barre de Seine
  • Tropes
  • Le fleuve : impétueux 

Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844

Honoré de Balzac a décrit la Seine sous ses angles, à Paris comme à la campagne, dans l’ensemble de son œuvre.
Dans ce roman, il veut faire le tableau d’une ville portuaire et choisit Le Havre.

La vue de la Seine pousse à la méditation et à la réflexion quatre personnages sur le ravissement que donne la nature qui fait l’inspiration poétique et artistique des hommes, comparé à la vision que donne à voir Paris. C’est une comparaison entre la culture parisienne qui porte une forme de vanité et de superficialité, et la nature telle qu’elle se présente originellement.

Balzac décrit encore la Seine à Rouen et au Havre.

Les quatre cavaliers, se trouvant dans un chemin assez large, allèrent de front et gagnèrent le plateau d’où la vue planait sur le riche bassin de la Seine, vers Rouen, tandis qu’à l’autre horizon les yeux pouvaient encore apercevoir la mer.

– Butscha, je crois, avait raison, Dieu est un grand paysagiste, dit Canalis en contemplant ce point de vue unique parmi ceux qui rendent les bords de la Seine si justement célèbres.

– C’est surtout à la chasse, mon cher baron, répondit le duc, quand la nature est animée par une voix, par un tumulte dans le silence, que les paysages, aperçus alors rapidement, semblent vraiment sublimes avec leurs changeants effets.

– Le soleil est une inépuisable palette, dit Modeste en regardant le poète avec une sorte de stupéfaction.

À une observation de Modeste sur l’absorption où elle voyait Canalis, il répondit qu’il se livrait à ses pensées, une excuse que les auteurs ont de plus à donner que les autres hommes.

– Sommes-nous bien heureux en transportant notre vie au sein du monde, en l’agrandissant de mille besoins factices et de nos vanités surexcitées ? dit Modeste à l’aspect de cette coite et riche campagne qui conseillait une philosophique tranquillité d’existence.

– Cette bucolique, mademoiselle, s’est toujours écrite sur des tables d’or, dit le poète.

– Et peut-être conçue dans les mansardes, répliqua le colonel.

Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844, La Bibliothèque électronique du Québec Collection À tous les vents Volume 1074. Disponible sur: https://beq.ebooksgratuits.com/balzac/Balzac-22.pdf

AUTEUR: DE BALZAC Honoré

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Vers Rouen

STRATE: Au bord

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

-Se promener

D. Bussilet, F. Persil, Seine du Passé, 1999

Les deux auteurs livrent, d’après divers écrits personnels ou romancés d’auteurs français du XIX siècle, un tableau littéraire et pictural de la Seine et des villages normands qui la bordent.

Si Paris a ses banlieues (Saint-Cloud, Neuilly, les bords de la Marne…) la Normandie offre mille ressources au promeneur de l’époque. Une des « bonnes adresses », en cette année 1925, pour le Rouennais avides d’air pur, c’est la rive droite de la Seine, avec ses îles, qui sont autant de « restaurants champêtres » (…) et ses auberges. Et il faut voir, le dimanche, les promeneurs débarquer au ponton en rang serrés, venus de Rouen par « vapeur », tandis que les voitures progressent paisiblement sur la route qui longe la Seine. Les plus pauvres d’entre eux se contenteront de remplir leurs yeux et leurs poumons, en se promenant le long du fleuve, en famille ou avec des amis, ou en amoureux, et en s’asseyant dans l’herbe fraîche qui habille les talus. (…) Ici et là, on reconnaît quelques peintres à leur attirail, chevalets et boîtes de couleurs. Ils goûtent un repos bien mérité, après avoir reproduit sur leurs toiles encore fraîches de peinture les brumes matinales et la luminosité douce de ce coin de Normandie ; et peut-être ne résisteront-ils pas, tout à l’heure, à l’envie d’immortaliser les lueurs finissantes du soleil irradiant la Seine et ses méandres. (…)

Laissons Eugène Noel en décrire le site, en 1894, dans son livre : Rouen, Rouennais, Rouenneries :

« Assise poétiquement au bord de la Seine, les pieds dans l’eau, sur un coteau faisant face au midi, la vieille ville, Rouen (autrefois Ratumakos) voit son beau fleuve décrire devant elle ses courbes gracieuses. (…) Que de voyageurs à Rouen, sur cette rive gauche de la Seine, ont été saisis de vertige en visitant ces ateliers immenses où tout s’agite et tourne sous vos yeux, tremble sous vos pas, où l’on a le bruit infernal de centaines de métiers dirigés par des centaines d’ouvriers ou d’ouvrières.

Quel contraste entre cette rive manufacturière, tôt industrialisée, et la vieille rive droite, qui voit, au sortir de Rouen, se blottir les villages fleuris de Croisset, Dieppedalle, Biessard et le Val de La Haye, entre fleuve et falaise. C’est d’ailleurs cette falaise qui fait obstacle à l’envahissement de l’industrie. Certes, quelques usines se sont déjà bien implantées, et cela parait bien normal à une époque où l’industrialisation semble la solution idéale pour le progrès et le bien-être de tous, mais l’ampleur du paysage offert par la Seine, les navires et bateaux à cette rive droite du fleuve tout son charme et son attrait. »

Dominique Bussillet, Fabien Persil, Seine du passé : Promenade littéraire et picturale au fil de la Seine de Rouen au Val de la Haye, Vire : C. Corlet, 1999 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33209763/f3.image.r=Seine%20du%20pass%C3%A9%20%20promenade%20litt%C3%A9raire

 

AUTEUR : Dominique Bussillet, Fabien Persil

EPOQUE : XX

GENRE :  Ecrits de voyages

LIEU 1 : Rouen

LIEU 2 : La Haye

LIEU 3 : Canteleu

Etc

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– nager

– se promener

– naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

métier

– industrie

– commerce

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS

– plaisirs

– canoter

– restaurants et guinguettes

Guy de MAUPASSANT, Bel-Ami [1885]

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

Dans le roman Bel-Ami, Georges Duroy va présenter sa jeune épouse à ses parents à Canteleu. Sur la route, les époux sont saisis par le spectacle panoramique de la ville de Rouen.

« On dominait l’immense vallée, longue et large que le fleuve parcourait d’un bout à l’autre, avec de grandes ondulations. On le voyait venir de là-bas, taché par des îles nombreuses et décrivant une boucle avant de traverser Rouen. Puis la ville apparaissait sur la rive droite, un peu noyée dans la brume matinale, avec des éclats de soleil sur les toits, et ses mille clochers légers, pointus ou trapus, frêles et travaillés comme des bijoux géants, ses tours carrées rondes coiffées de couronnes héraldiques, ses beffrois, ses clochetons, tout le peuple gothique des sommets d’églises que dominait la flèche aigue de la cathédrale […] en face, de l’autre côté du fleuve, s’élevaient, rondes et renflées à leur faîte, les minces cheminées d’usine du vaste faubourg Saint-Sever.

Plus nombreuses que leurs frères les clochers, elles dressaient jusque dans la campagne lointaine leurs longues colonnes de briques et soufflaient dans le ciel bleu leur haleine noire de charbon. […]

Et la Seine, ayant passé entre les deux cités, continuait sa route, longeait une grande côte onduleuse boisée en haut et montrant par places ses os de pierre blanche, puis elle disparaissait à l’horizon après avoir encore décrit une longue courbe arrondie. On voyait des navires montant et descendant le fleuve traînés par des barques à vapeur grosses comme des mouches, et qui crachaient une fumée épaisse. Des îles, étalées sur l’eau, s’alignaient toujours l’une au bout de l’autre, ou bien laissant entre elles de grands intervalles, comme les grains inégaux d’un chapelet verdoyant. »

Guy de MAUPASSANT, Bel-Ami [1885], Romans, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1987, p. 356.

Victor HUGO, Lettre à Adèle Foucher, 13 août 1837

À l’occasion d’un voyage en France et en Belgique, qui le conduit à traverser la Normandie en 1835, Victor Hugo écrit à son épouse Adèle pour lui faire part de son émerveillement devant la beauté des paysages qu’il parcourt.

Dans cette lettre, le poète est arrivé à Rouen, et évoque les villes traversées en bord de Seine, notamment Caudebec-en-Caux, « qui n’est qu’une dentelle de pierres ».

Rouen, 13 août

[…]

Je t’écris avant d’avoir rien vu de Rouen, où je suis arrivé hier à onze heures du soir, par un clair de lune qui, du haut de la côte, m’a fait des ombres de la ville et des clartés de la Seine un admirable paysage.

J’ai vu d’ailleurs, depuis que je t’ai écrit, de magnifiques choses, le clocher roman de Montivilliers, la forêt de mâts du Havre, l’aiguille évidée d’Harfleur; Lillebonne, où il y a trois monuments de trois idées, une église gothique, un donjon féodal, un cirque romain, Tancarville, dont le château ruiné est plus beau qu’un palais debout; Caudebec, qui n’est qu’une dentelle de pierre, Saint-Wandrille, auge magnifique où s’ébat un hideux pourceau dévastateur nommé Lenoir; Jumièges, qui est encore plus beau que Tournus; et, à travers tout cela, la Seine, serpentant sur le tout.

Aujourd’hui je vais voir Rouen.

Tu vois, mon Adèle, qu’aucune de ces belles et bonnes choses ne m’empêche de songer à toi, pauvre amie. Tu es la plus belle des choses qui sont belles, tu es la meilleure des choses qui sont bonnes.- Avec quelle joie je te reverrai ! 

Victor HUGO, Lettre à Adèle Foucher, 13 août 1837, Correspondance. France et Belgique, Alpes et Pyrénées : Voyages et excursions, Œuvres complètes : En voyage vol. II, Paris, Ollendorff, 1910, p. 38.

Les Annales, Flodoar De Reims, Xe

Texte écrit entre 919 et 966, Les Annales de Flodoard de Reims sont un témoignage sur tous les événements de son temps et une source importante d’information sur le Xème siècle après la chute de l’Empire carolingien.  Notant principalement les affaires politiques et militaires majeurs, il rend aussi compte, parfois, des miracles et phénomènes spirituels de son temps.  La Seine, dans cet épisode historique d’une bataille terrible entre les Normands et les Français, est montrée comme une voie de transport et un repère géographique et tactique, rôles fondamentaux des fleuves à cette époque. 

« Ayant assemblé une assez forte troupe en Bourgogne, il se rendit au camp des Normands, sur la Seine, et là se donna un combat à pied entre les Français et les Normands. Mais ceux qui étaient avec le roi, c’est-à-dire la plus grande partie de l’armée, voyant que les Normands ne tentaient pas de forcer le camp, ni de monter sur leurs chevaux, repoussèrent dans leur camp ceux de ces hommes qui étaient sortis pour combattre, en tuèrent beaucoup, et cessèrent le pillage pour placer leur camp à deux ou trois milles de celui des Normands. Hugues, fils de Robert, mit aussi le sien vis-à-vis, sur ce côté-ci de la Seine. Les Français retardaient de jour en jour une attaque plus vive du camp, en attendant des vaisseaux qui devaient venir de Paris; alors, et à ce qu’on rapporte, avec leur consentement, les Normands sortirent secrètement du camp, se retirèrent, passèrent par un bois qui devait protéger leur route, et les nôtres revinrent chez eux. Dans le commencement des jeûnes du carême, Héribert ayant conféré avec Gislebert, et ensuite avec Hugues, appela de Bourgogne le roi, qui partit en hâte et vint à Cambrai au-devant des Lorrains et de Gislebert. Ceux-ci quittèrent l’assemblée qui se tenait alors, vinrent près du roi sur la Meuse, et se donnèrent à lui, ainsi qu’Othon. Les Normands de Rouen rompirent le traité qu’ils avaient fait, et ravagèrent la ville de Beauvais et celle d’Amiens; cette dernière brûla par l’imprudence des fuyards, et celle d’Arras fut consumée aussi par un incendie subit. Les Normands vinrent ravager jusqu’à Noyon, et mirent le feu aux faubourgs; les habitants de la cité sortirent avec ceux des faubourgs, repoussèrent les Normands, en mirent à mort autant qu’ils purent, et délivrèrent une partie des faubourgs. Les bourgeois de Beauvais dévastèrent le pays des Normands en-delà de la Seine. Après cela, les Parisiens eux-mêmes, et avec eux plusieurs fidèles de Hugues, fils de Robert, et les habitants de quelques châteaux, ravagèrent la partie du Rouennais qui est possédée par les Normands d’en deçà de la Seine; ils brûlèrent les bourgs, emmenèrent les troupeaux, et tuèrent beaucoup de Normands. »

GUIZOT François, Collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, Dépot Central de la Librairie, 1835, 

« Collectaque ex Burgundia militum manu non pauca, venit usque ad castra Nortmannorum super Sequanam; ibique ab his qui ex Francia perrexerant pedestri pugna certatum ad castra. Videntes vero, quod illi qui erant cum rege, pars scilicet exercitus maxima, neque castra invadere neque equis desilire temptarent, compulsis in castra Nortmannis qui fuerant ad repugnandum egressi, quibusdam quoque prostratis, a castrorum pervasione discedunt, castraque duobus vel tribus milibus a Nortmannorum castris metantur in girum, Hugone Rotberti filio econtra supra Sequanam hac ex parte castra metato. Ubi propinquiorem castrorum obsidionem procrastinantibus Francis et de die in diem differentibus, naves a Parisio venturas expectando, eruptione clam facta, quorumdam nostrorum veluti fertur assensu, Nortmanni sua castra linquentes, et saltum quendam iter suum tutandi gratia petentes, evadunt; nostrorum vero quique regrediuntur ad sua. Jejuniis itaque coeptis quadragesimalibus, Heribertus, cum Gisleberto indeque cum Hugone locutus, regem accersiit ex Burgundia; qui festinanter adveniens, Camaracum Lothariensibus atque Gisleberto proficiscitur obviam. Quique hoc placitum omittentes, super Mosam ad eum veniunt, suique Gislebertus et Otto efficiuntur.  Nortmanni de Rodomo foedus quod olim pepigerant irrumpentes, pagum Belvacensem atque Ambianensem depopulantur. Ambianis civitas male proviso confugientium igne succensa est; sic et Atrabatis subito exorto conflagravit incendio. Nortmanni usque ad Noviomagum praedatum veniunt, et suburbana succendunt. Castelliani cum suburbanis egredientes, Nortmannos repellunt, sternunt quos poterant, partem suburbii liberant. Bajocenses interim terram Nortmannorum ultra Sequanam depraedantur. Quo comperto Parisiaci, et ipsi quoque cum quibusdam fidelibus Hugonis filii Rotberti, et quorundam castellorum oppidanis, partem quandam pagi Rotomagensis, qui possidebatur a Nortmannis cis Sequanam, depopulati sunt, villis succensis, pecoribus abductis, nonnullis etiam Nortmannorum interfectis. »

DE REIMS Flodoard, Les Annales, Alphonse Picard, 1905, p. 28

Gesta Normannorum Ducum, Guillaume de Jumièges, 1060

La Gesta Normannorum ducum, « Exploits des Ducs Normands », est l’oeuvre du moine Guillaume de Jumièges, retraçant l’histoire de la Normandie et des Normands depuis les invasions vikings. Cette oeuvre à été continuée sur ordre de Guillaume le Conquérant  par Orderic Vital et Robert de Torigni et s’inscrit à la suite du De moribus et actis primorum Normanniae ducum de Dudon de Saint-Quentin. Dans cet ouvrage essentiel aux historiens de la Normandie sont illustrées les utilisations de la Seine comme vecteur de déplacement, de délimitation de territoire, mais aussi d’un point de vue militaire tout en évoquant des instants de vie sur ses rives.

« Tout couverts du sang de ces libations et poussés par un vent favorable, ces hommes donc abordent à un port du Vermandois, l’an 851 de l’Incarnation du Seigneur. S’élançant alors hors de leurs navires, ils livrent aussitôt tout le comté aux feux de Vulcain. Dans leur fureur brutale ils incendient en outre le monastère de Saint-Quentin et commettent sur le peuple chrétien d’horribles cruautés. L’êvéque de Noyon, Emmon, et ses diacres périssent sous leurs glaives et le petit peuple, privé de son pasteur, est massacré. De là allant attaquer les rives de la Seine, Les Danois s’arrêtent avec leur flotte devant Jumièges et commencent à l’assiéger. Ce lieu est à bon droit appelé Gemeticus ; car ils y gémissent sur leurs péchés, ceux qui n’auront point à gémir dans les flammes vengeresses. Quelques-uns pensent qu’il a été appelé ainsi Gemmeticus à raison du mot gemme, pierre précieuse, et parce que la beauté de son site et l’abondance de ses productions le font resplendir comme resplendit  une pierre précieuse sur un anneau. […] »

De Jumièges Guillaume, Histoire des Normands, trad. F. Guizot, Paleo, 2004, Livre I, Chap. 6, p. 22

« Après cela, fendant les eaux du fleuve de la Seine, ces hommes se rendent à Rouen, détruisent cette ville par le  feu, et font  un horrible carnage du peuple chrétien. Pénétrant ensuite plus avant  dans l’intérieur de la France, ils envahissent avec une férocité de Normands presque tout le pays de Neustrie, qui s’étend en ligne transversale depuis la ville d’Orléans jusqu’à Lutèce, cité des Parisiens. […] »

Op. cit. Livre I, Chap. 7, p. 23

« Les choses ainsi terminées, Les Danois et leur duc Rollon livrèrent leurs voiles au vent, et abandonnant le fleuve de l’Escaut pour naviguer à travers la mer, l’an 876 de l’Incarnation du Seigneur, ils entrèrent dans les eaux de la Seine, poussés par un vent favorable, arrivèrent à Jumièges, et déposèrent le corps de la sainte vierge Ameltrude, qu’ils avaient transporté de Bretagne, sur l’autel de la chapelle de saint-Waastn situé au-delà du fleuve. Cette chapelle a porté jusqu’à présent le nom de cette vierge. […] Après cela, les Daces empressés dirigèrent promptement vers les remparts de la ville leurs navires chargés de nombreux chevaliers, et abordèrent à la porte qui touche à l’église de Saint-Martin. Considérant, dans la sagacité de leur esprit, que la citadelle de la ville était bien défendue par terre et par mer, et pouvait être aisément approvisionnée avec les épargnes, ils résolurent d’un commun accord d’en faire la capitale de tout leur comté.

Rollon doc s’étant emparé de Rouen méditait en son cœur artificieux la ruine de la ville de Paris, et s’en occupait avec les siens, semblable à un loup dévorant, et ayant soif dans sa fureur païenne, du sang des Chrétiens. Détachant alors leurs navires, et sillonnant les flots de la Seine, ils vinrent s’arrêter auprès de Hasdans, que l’on appelle aussi Arques. Renaud, duc de toute la France, ayant appris l’arrivée inopinée des Païens, se porta au-devant d’eux sur le fleuve de l’Eure…[…] »

Op. cit. Livre II, Chap. 9, p. 52

« Renaud ne pouvant supporter la honte de sa fuite, rassembla de nouveau une plus grande armée et alla tout à coup attaquer Rollon. Mais celui-ci marchant à sa rencontre fit périr quelques-uns de ses hommes par le glaive, et les autres ayant pris honteusement la fuite, il les poursuivit ; Renaud lui-même tomba mort, percé d’un trait par un pêcheur de la Seine qui s’était donné à Rollon. Alors Rollon levant les ancres, fit force de rames vers Paris, mit le siège autour de cette ville, et y fit conduire le butin enlevé de tous côtés. […] »

Op. cit. Livre II, Chap 12, p. 57

« De là ayant rassemblé de nouveau une multitude de jeunes gens d’élite, et emportant de très grands présents qu’il reçut du roi, il retourna en France, et détachant aussitôt les comtes de son armée, il les envoya par eau, les uns sur le fleuve de le Seine, d’autres sur celui de la Loire, d’autres sur celui de la Gironde, pour qu’ils eussent à dévaster les provinces intermédiaires. Lui-même se rendit ensuite à Paris, recommença le siège de cette ville, et se mit à dévaster le territoire de ses ennemies. […] »

Op. cit. Livre II, Chap. 13, p. 60

 » On raconte encore dans le people au sujet de ce duc beaucoup d’autres choses digne d’être rapportées, mais je me bornerai au fait suivant. Après avoir chassé dans la forêt qui s’élève sur les bords de la Seine tout près de Rouen, le duc, entouré de la foule de ses serviteurs, mangeait et était assis au-dessus du lac que  nous appelons en langage familier la mare, lorsqu’il suspendit à un chêne des bracelets d’or. Ces bracelets demeurèrent trois ans à la même place et intacts, tant on avait une grande frayeur du duc ; et comme ce fait mémorable e passe auprès de la mare, aujourd’hui encore  cette forêt elle-même est appelée la Mare de Rollon. […] »

Op. Cit. Livre II, Chap. 20, p. 70

“Nous savons que Hugues-le-Grand a été longtemps d’intelligence avec les Normands, et c’est pourquoi il convient que tu cherches à le séduire par tes présents. Concède-lui donc le duché de Normandie, depuis la Seine jusqu’à la mer, en te réservant la ville de Rouen, afin que, privée de son assistance, cette race perfide soit enfin forcée à sortir du pays. […] »

Op. cit. Livre IV, Chap. 5, p. 99

« Il fit à celui-ci toutes sortes de promesses pour n’être pas livré en trahison à son ennemi ; et enfin le chevalier cédant aux larmes du Roi le conduisit en secret et le cacha dans une certaine île de la Seine. […] »

Op. cit. Livre IV, Chap 7, p. 105

 » […] Ensuite, au jour fixé, les drapeaux furent dressés dans les airs, les voiles livrées au soufflé favorable des vents, et les navires ayant rapidement traversé la mer, vinrent aborder auprès de l’embouchure de la Seine. Ayant appris leur arrivée, le duc, transporté de joie, alla aussitôt à leur rencontre, et tandis qu’il marchait devant eux, leur navires remontaient à force de rames le fleuve de la Seine; ils arrivèrent promptement au fossé de Givold, et après qu’ils eurent jetés les ancres, on tint conseil sur la destruction de la France. […] »

Op. cit. Livre IV, Chap. 16, p. 118

« L’inconnue de la Seine », Jules SUPERVIELLE, 1929

Tous droits réservés©

Jules SUPERVIELLE (1884-1960) a consacré une nouvelle à la figure emblématique de « L’inconnue de la Seine ». Dans les premières années du XXe siècle, des reproductions du masque mortuaire d’une jeune femme circulent dans les milieux parisiens. On raconte que, sur le Quai de la Râpée, l’employé de la morgue qui a repêché le corps serait tombé amoureux de sa troublante beauté et aurait réalisé le masque. On ne connaîtra jamais l’identité de cette femme, qui inspirera de nombreux écrivains dont Aragon (Aurélien) et Céline (…) 

« Elle allait sans savoir que sur son visage brillait un sourire tremblant mais plus résistant qu’un sourire de vivante, toujours à la merci de n’importe quoi.

Atteindre la mer, ces trois mots lui tenaient maintenant compagnie dans le fleuve.

Les paupières closes, les pieds joints, les bras au gré de l’eau, agacée par les plis que formait un de ses bas au-dessous du genou, la gorge cherchant encore quelque force du côté de la vie, elle avançait, humble et flottant fait divers, sans connaître d’autre démarche que celle du vieux fleuve de France, qui, passant toujours par les mêmes méandres, allait aveuglément à la mer.

Dans la traversée d’une ville (« suis-je à Mantes, suis-à à Rouen ») elle fut maintenue quelques instants par des remous contre l’arche d’un pont et il fallut qu’un remorqueur passât tout près et brouillât l’eau pour qu’elle pût reprendre la route. »

Jules SUPERVIELLE, « L’Inconnue de la Seine », dans L’Enfant de la haute mer, Paris, Gallimard, 1931. Citation extraite de Folio, 1989, p. 66.