Archives par mot-clé : SE BAIGNER

Sur le bord de la Seine, La Chanson française du XVe au XXe siècle, Texte établi par Jean Gillequin, La Renaissance du livre, 1910

Issue d’une compilation de chanson populaire établie par Jean Gillequin en 1910, la chanson « Sur le bord de Seine » nous raconte la beauté des bords de Seine face au deuil de l’auteur.

 

SUR LE BORD DE LA SEINE

 

Sur le bord de la Seine

Me suis lavé les pieds :

D’une feuille de chêne

Me les suis essuyés ;

Que ne m’a-t-on donné

Celui que j’ai tant aimé !

 

D’une feuille de chêne

Me les suis essuyés ;

J’ai entendu la voix

D’un rossignol chanter.

Que ne, etc.

 

J’ai entendu la voix

D’un rossignol chanter.

Chante, rossignol, chante,

Tu as le cœur tant gai.

Que ne, etc.

 

Chante, rossignol, chante,

Tu as le cœur tant gai ;

Tu as le cœur tant gai

Et moi je l’ai navré ;

Que ne, etc.

 

Tu as le cœur tant gai

Et moi je l’ai navré ;

C’est de mon ami Pierre

Qui s’en est en allé ;

Que ne, etc.

 

Sur le bord de la Seine, La Chanson française du XVe au XXe siècle, Texte établi par Jean Gillequin, La Renaissance du livre, 1910 (p. 126).

 

AUTEUR : GILLEQUIN Jean

ÉPOQUE : XX

GENRE : Chanson

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se baigner

-amours

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, XIX

Chanson de cabaret, écrite par Maurice Mac-Nab durant la fin du 19ème siècle, probablement pour se produire au cabaret du Chat Noir à Paris. Elle utilise la saleté de la Seine comme ressort comique à une histoire. La Seine nous est présentée sous toutes ses couleurs face au chanteur qui la remonte patiemment en quête d’une eau claire pour pouvoir nager mais finit par se rendre compte qu’un cadavre de chien se trouve dans les eaux de Billancourt le forçant à abandonner sa quête.

 

La s’maine et surtout l’ dimanche,

Ça devrait pas êt’ permis

De nager et d’ fair’ la planche

Dans l’eau qui coule à Paris.

 

À Paris, la Seine est trouble

Et ça n’est pas drôl’ du tout,

D’ barboter dans du gras double :

J’ m’en vas m’ baigner à Chatou.

 

À Chatou, près d’ la rivière,

Je me transporte aussitôt ;

Mais j’ me dis : « L’eau n’est pas claire,

Allons nous baigner plus haut. »

 

Je marche et j’arrive en face

Du dépotoir de Saint-Ouen ;

Alors je fais un’ grimace,

La Seine est jaun’ comme un coing.

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plus haut, près du pont d’Asnières,

J’ m’apprête à faire un plongeon ;

Mais le fleuv’, chos’ singulière.

Est plus noir que du charbon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Au détour de Courbevoie

Je m’écri’ : « C’est là, parbleu,

Que j’ me baign’rais avec joie,

Mais le liquide est tout bleu ! »

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Bientôt j’arrive à Suresnes

Près d’un site ravissant ;

Mais soudain je vois la Seine

Qui devient couleur de sang !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plein d’une ardeur opiniâtre,

Je pousse jusqu’à Meudon ;

Mais là le fleuve est blanchâtre

Et roul’ des flots d’amidon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Enfin, trouvant l’eau moins grasse,

Je m’ décide à Billancourt :

J’ pique un’ têt’ dans la carcasse

D’un chien crevé d’puis quinz’ jours !

 

Depuis c’ jour-là je m’ méfie

Et, chaqu’ soir, de huit à neuf,

J’ m’en vais sans cérémonie

Tirer ma coup’ sous l’ Pont-Neuf !

 

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, Henri Heugel, s.d. (p. 99-108).

 

 

AUTEUR : MAC NAB, Maurice

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Chanson

LIEU : Paris et région parisienne (Chatou, Billancourt, Meudon, Courbevoie, Asnières, Saint-Ouen, Suresnes)

STRATE : DANS / AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-la Seine putride

Stanislas de Guaita, Rosa Mystica, 1885

Stanislas de Guaita se pose, par ce poème, écrit en 1885, en défenseur de la Seine face aux Parisiens, qui la critiquent alors qu’ils l’enlaidissent par leurs actions.

 

Je me suis dit, (voyant la Seine

Rouler sous les ponts ses flots verts,

Calme, à travers

Tes détritus, cité malsaine,)

Que les poètes, en leurs chants,

Sont bien méchants !

 

Laisse gronder la calomnie,

Ô fleuve ! Si, dans ton miroir

On a pu voir

Les hideurs et la vilenie

Que reflète, avec un sanglot,

Ton triste flot ;

 

Ô tombe errante, es-tu complice,

Quand, sous un ciel noir, l’assassin

Rougit ton sein,

Et, narguant l’affre du supplice,

Jette sa victime au courant

Qui fuit, pleurant ?…

 

Moi, je te sais innocent, Fleuve !

Prolonge ton murmure amer

Jusqu’à la mer !

À ton cours un peuple s’abreuve…

Mais l’enfant mord le sein maigri

Qui l’a nourri !

 

Paris ingrat qui te bafoue

Ne songe point — le gueux pervers —

Que tes flots verts

Lavent son front taché de boue,

Et daignent blanchir, en passant,

Ses mains de sang !

 

Novembre 1883.

 

Stanislas de Guaita, Rosa Mystica, Alphonse Lemerre, éditeur, 1885 (p. 247-249).

 

 

AUTEUR : DE GUAITA, Stanislas

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Paris

STRATE : DANS / AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

– se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-meurtre

-la Seine putride

Remy BELLEAU, Épithalame chanté par les Nymphes de Seine, 1559

 

L’auteur de la Pléiade compose ce chant poétique en invoquant la Nymphe de la Seine, personnification merveilleuse du fleuve, lui permettant par l’entremise de son évocation, de célébrer la fille du roi Henri II, Madame Claude, pour son mariage à venir avec le duc de Lorraine. L’heureux poème offre une Seine enchantée, propice à la fête, aux amours et à la musique.

 Nymphes qui vos tresses blondes

Mignotez dessus les bords,

Des claires et belles ondes,

De la Seine au plis retors,

Si quelque flamme amoureuse

Vous échauffe sous les eaux,

Chantez les chastes flambeaux,

De cette nuit bienheureuse. (…)

 

Serre ta robe ondoyante

D’un long repli blanchissant,

Et d’une agrafe mordante

Ton brodequin jaunissant, (…)

 

Et toi Ciel, que l’on répande

Par l’air un fleuve d’odeurs,

Une moisson de lavande,

De lys, de roses, de fleurs,

Tant que la terre enivrée

Du nectar de ces présents,

Toujours grosse d’un printemps,

Fasse une saison d’orée.

 

Nymphe des eaux citoyennes,

Nymphettes aux beaux talons,

Aux gorges musiciennes,

Dansez dessus vos sablons (…)

 

Autant les Nymphes sacrées,

Les Nymphettes aux yeux vers,

De leur bouchettes sucrées,

Au lit chantèrent ces vers,

Prenant la boucle fatale

De leur belle, et blanche main,

La bouclèrent sous le sein

De cette Nymphe Royale.

 

BELLEAU Rémy, Épithalame sur le mariage de Monseigneur le duc de Lorraine et de Madame Claude Fille du Roy, chanté par les Nymphes de Seine et de Meuse, Paris : A. Wechel, 1559 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k713025.r=epithalame%20lorraine%20madame%20claude?rk=42918;4

 

AUTEUR : Rémy Belleau

 

EPOQUE : XVI

 

GENRE : Poésie

 

LIEU : Inconnu

 

STRATE : AU BORD / DANS

 

THEMATIQUE 3 : SEINE à LOISIRS

– se baigner

– plaisirs

– amours

 

THEMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • le fleuve

 

Simone de BEAUVOIR, La Force de l’âge, 1960

Dans La Force de l’âge, Simone de Beauvoir relate son expérience de professeure de philosophie à Rouen entre 1932 et 1937.

À l’occasion d’une visite de Jean-Paul Sartre, elle visite le Musée des Beaux-arts, et est saisie par le spectacle d’une toile de Luminais représentant la légende des Enervés de Jumièges.

La légende raconte le châtiment que le roi Clovis II a infligé à ses deux fils pour avoir tenté d’usurper le trône alors qu’il était en croisade. Il leur fait trancher les tendons, et, depuis Paris, les laisse dériver sur un bateau sur la Seine. Le bateau finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (A la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

« Je tombai en arrêt devant un tableau dont j’avais vu, enfant, une reproduction sur la couverture du Petit Français illustré et qui m’avait fait une grande impression : Les Énervés de Jumièges. J’avais été troublée par le paradoxe du mot énervé, pris d’ailleurs dans un sens impropre puisqu’on avait en fait tranché les tendons des deux moribonds. Ils gisaient côte à côte sur une barque plate, leur inertie imitait la béatitude alors que, torturés par la soif et la faim, ils glissaient au fil de l’eau vers une fin affreuse. Peu importait que la peinture fût détestable ; je suis restée longtemps sensible à la calme horreur qu’elle évoquait. »

Simone de BEAUVOIR, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, p. 210.

Jules et Edmond de GONCOURT, Manette Salomon (1869)

Dans le roman des frères Goncourt Manette Salomon (1869), le peintre et son modèle, Manette, s’adonnent à une partie de canotage, et traversent la ville de Meudon, sur les rives de laquelle cohabitent plages de baignades et cabarets.

Sur les coteaux, le jour splendide laissait tomber des douceurs de bleu velouté dans le creux des ombres et  le vert des arbres; une brume de soleil effaçait le Mont-Valérien un rayonnement de midi semblait mettre un peu de Sorrente au Bas-Meudon. Les petites îles aux maisons rouges, à volets verts, allongeaient leurs vergers pleins de linges étincelants. Le blanc des villas brillait sur les hauteurs penchées et le long jardin montant de Bellevue. Dans les tonnelles des cabarets, sur le chemin de halage, le jour jouait sur les nappes, sur les verres, sur la gaieté des robes d’été. Des poteaux peints, indiquant l’endroit du bain froid, brûlaient de clarté sur de petites langues de sable; et dans l’eau, des gamins d’enfants, de petits corps grêles et gracieux, avançaient souriants et frissonnants, penchant devant eux un reflet de chair sur les rides du courant. Souvent aux petites anses herbues, aux places de fraîcheur sous les saules, dans le pré dru d’un bord de l’eau, l’équipage se débandait; la troupe s’éparpillait et laissait passer la lourdeur du chaud, dans une de ces siestes débraillées, étendues sur la verdure, allongées sous des ombres de branches, et ne montrant d’une société qu’un morceau de chapeau de paille, un bout de vareuse rouge, un volant de jupon, ce qui flotte et surnage d’un naufrage en Seine.

Jules et Edmond de GONCOURT, Manette Salomon (1869), Paris, Gallimard, 1995, p. 182 (FOLIO)

Gustave FLAUBERT, Correspondance

Dans sa maison de Croisset, Gustave Flaubert aimait s’adonner à la baignade. Dans sa correspondance, il explique à ses destinataires combien nager dans la Seine le console et l’apaise, dans les moments de solitude ou pendant les périodes d’intense travail d’écriture, où il scandait, à voix haute, ses textes. C’est le cas notamment pendant l’été 1876, alors qu’il rédige ce qui va devenir Les trois contes.

À sa nièce Caroline

Il est temps d’aller me plonger dans la Seine. Si ça pouvait me faire dormir ! Mais j’ai le bourrichon monté. La nuit, les périodes qui roulent dans ma cervelle, comme des chars d’empereur romain, me réveillent en sursaut – par leurs cahots et leur grondement continu.

À son ami Adèle Husson

Tous les jours je nage dans les ondes de la Seine comme un jeune homme. C’est ma seule distraction. Le reste du temps je travaille comme un frénétique, et je gueule dans le silence du cabinet, à me décrocher la poitrine (ce qui lui fait du bien). Chaque nuit, ou plutôt chaque matin je vois se lever l’aurore. Bref, j’ai le diable au corps !

À l’écrivain russe Yvan Tourgueniev

Moi, mon bon, je vais très bien ! Je continue à gueuler comme un gorille dans le silence du cabinet. – et même, aujourd’hui, j’en ai une douleur aux poumons. – Avant une quinzaine j’aurai fini l’Histoire d’un cœur simple et je me mettrai à Hérodias.

Ma nièce et son mari sont aux Eaux-Bonnes et n’en reviendront que dans les premiers jours de septembre. – Ma solitude est complète. Comme distraction, j’allonge ma coupe, tous les soirs, dans la Seine. »

Gustave FLAUBERT, Correspondance, Édition électronique de la correspondance de Flaubert, Centre Flaubert de l’université Rouen Normandie, www.flaubert.univ-rouen.fr, 2017.

Guy de Maupassant, « Voyage de Paris à Rouen » [1883], Chroniques. Anthologie

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

Dans une chronique qu’il fait paraître dans le journal Gil Blas en 1883, « De Paris à Rouen » (« Notes de deux navigateurs trouvées dans une bouteille, au fil de l’eau »), Maupassant imagine les péripéties de deux personnages qui parcourent la Seine yole. À Medan, ils descendent saluer Emile Zola, où l’écrivain avait une demeure et recevait ses amis.

Le fleuve s’élargit, peuplé d’îles ravissantes. Des arbres énormes couvrent les petits bras. On sent enfin la campagne. Le courant galope dans les cours d’eau peu profonds ; la yole légère glisse et court, évite les pieux d’un ancien moulin, passe comme un trait sous un petit pont qui paraît, de loin, large comme un trou d’aiguille et fait frissonner les voyageurs.

Deux hommes debout sur la berge nous appellent. Ils cherchent un noyé qu’on a vu traverser Villennes et qui suit le même chemin que nous. On le recommande à nos soins, et nous voilà rôdant le long des buissons des rives, guettant tout ce qui flotte, penchés sur l’eau. Nous ne trouvons pas le macchabée.’

Médan. Nous descendons pour saluer Zola. Il nous apparaît au milieu d’un peuple de maçons et de jardiniers, dirigeant l’installation de sa basse-cour. Il est gai, heureux de voir pousser ses arbres. Car les joies les plus fortes qu’un homme puisse éprouver sont celles que donne la propriété.

Guy de Maupassant, « Voyage de Paris à Rouen » [1883], Chroniques. Anthologie, Paris, Le Livre de Poche, 2008 (« La Pochothèque »)

Rabelais, Gargantua

L’éducation du géant Gargantua, personnage créé par François RABELAIS, exige qu’un soin particulier soit accordé aux exercices physiques, conformément aux principes d’éducation humaniste. Alors Gargantua nage fougueusement dans la Seine. Cet épisode du roman ne bénéficie pas d’une localisation précise. Mais on peut se plaire à s’imaginer que ces séances de nage ont lieu à Boulogne, par exemple, où Ponocrates, le précepteur, conduit parfois son jeune élève pour se reposer de la grande ville.

Ponocrates, pour le reposer de cette violente tension des esprits, choisissait une fois par mois un jour bien clair et serein où ils quittaient la ville au matin pour aller à Gentilly, à Boulogne, à Montrouge, au pont de Charenton, à Vanves ou à Saint-Cloud.

[…]

Gargantua nageait en eau profonde, à l’endroit, à l’envers, sur le côté, de tous les membres, ou seulement des pieds ; avec une main en l’air, portant un livre, il traversait toute la Seine sans le mouiller, en traînant son manteau avec les dents comme faisait Jules César. Puis, à la force du poignet, il montait dans un bateau d’un seul effort ; de là il se jetait de nouveau à l’eau, la tête la première, sondait le fond, explorait le creux des rochers, plongeait dans les trous et les gouffres.

François RABELAIS, Gargantua [1534], Paris, Seuil, 1973, p. 118, 114.

Guy de Maupassant, « Mademoiselle Cocotte » [1883], Clair de lune et autres nouvelles

GUY DE MAUPASSANT, clair de lune
E. Monnier, Paris, 1884
Tous droits réservés ©

 

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

La nouvelle « Mademoiselle Cocotte » (1883) narre la noyade de la chienne Cocotte. Le cocher François est très attaché à Cocotte, même si elle devient embarrassante pour ses maîtres lorsqu’elle met au monde une multitude de chiots envahissant la propriété parisienne. À l’occasion d’un séjour dans la maison que ses maîtres possèdent à Biessard, dans la commune de Canteleu, François, en se baignant dans la Seine, découvre la charogne de sa chienne assassinée.

C’était une charogne énorme, gonflée, pelée, qui s’en venait, les pattes en l’air en suivant le courant.

François s’en approcha en faisant des brasses ; et, continuant ses plaisanteries :

– Cristi ! elle n’est pas fraîche. Quelle prise ! mon vieux. Elle n’est pas maigre non plus.

Et il tournait autour, se maintenant à distance de l’énorme bête en putréfaction.

Puis, soudain, il se tut et il la regarda avec une attention singulière ; puis il s’approcha encore comme pour la toucher, cette fois. Il examinait fixement le collier, puis il avança le bras, saisit le cou, fit pivoter la charogne, l’attira tout près de lui, et lut sur le cuivre verdi qui restait adhérent au cuir décoloré : “Mademoiselle Cocotte, au cocher François.”

La chienne morte avait retrouvé son maître à soixante lieues de leur maison !

Il poussa un cri épouvantable et il se mit à nager de toute sa force vers la berge, en continuant à hurler ; et, dès qu’il eut atteint la terre, il se sauva éperdu, tout nu, par la campagne. Il était fou !

MAUPASSANT, Guy de « Mademoiselle Cocotte » [1883], Clair de lune et autres nouvelles, Citation extraite du volume Folio, 1998, p. 96