Archives par mot-clé : se promener

Pierre Corneille, Poésies diverses, XVII

Ensemble de traductions d’inscriptions latines, composé pour les fontaines de Paris inspiré par des textes anciens et plusieurs fois traduite notamment par Corneille, Périer ou encore Charpentier durant le 17ème siècle. Ces inscriptions semblent faire l’éloge du dieu/déesse de la Seine et expliquent que les fontaines ne sont qu’une extension de celle-ci.

 

LXXVI

 

Sur la pompe du pont Notre-Dame.

Traduction par Pierre Corneille.

 

Que le dieu de la Seine a d’amour pour Paris !

Dès qu’il en peut baiser les rivages chéris,

De ses flots suspendus la descente plus douce

Laisse douter aux yeux s’il avance ou rebrousse :

Lui-même à son canal il dérobe ses eaux,

 

Qu’il y fait rejaillir par de secrètes veines,

Et le plaisir qu’il prend à voir des lieux si beaux,

De grand fleuve qu’il est, le[1] transforme en fontaines.

 

In Sequanæ fontes ex ipso fluvio eductos.

 

Sequana cum primum reginæ[2] allabitur urbi,

Tardat præcipites ambitiosus aquas.

Captus amore loci, cursum obliviscitur, anceps

Quo fluat, et dulces nectit in urbe moras.

Hinc varios implens fluctu subeunte canales,

Fons fieri gaudet, qui modo flumen erat.

 

Traduction par du Périer.

 

Éprise d’un lieu si charmant

Je coule bien plus lentement ;

Je m’arrête partout, et mon onde incertaine

Semble même oublier son cours :

Ainsi ces longs canaux, où je coule sans peine,

Font qu’après mille détours,

De fleuve que j’étois, je me change en fontaine.

 

Autre par Charpentier de l’Académie Française.

 

Aussitôt que la Seine en sa course tranquille

Joint les superbes murs de la royale ville,

Pour ces lieux fortunés elle brûle d’amour :

Elle arrête ses flots, elle avance avec peine,

Et par mille canaux se transforme en fontaine,

Pour ne sortir jamais d’un si charmant séjour.

 

Autre.

 

Aussitôt que la Seine, après ses longs détours,

Baigne enfin de Paris le superbe rivage,

Fière du beau séjour qui lui tombe en partage,

De son onde rapide elle suspend le cours :

L’éclat du lieu l’enchante et la rend incertaine

Où pour n’en point sortir doivent couler ses eaux ;

Enfin s’ouvrant le sein de cent vastes canaux,

Elle y coule, et de fleuve elle devient fontaine.

 

Pierre Corneille, Poésies diverses, Texte établi par Charles Marty-Laveaux, 1862, 10 (p. 242-243).

 

 

AUTEUR : DE SANTEUL, Jean / CORNEILLE, Pierre / Charpentier, François

ÉPOQUE : XVII

GENRE : Transcription latine

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, 1889

Ecrit par André Chénier, un poète du 18ème siècle qui s’est illustré comme un opposant à Robespierre durant la Révolution, et fut guillotiné. « Aux Frères de Pange » fut probablement écrit vers les dernières années de sa vie, peut-être même durant sa captivité, au vu de l’aspect testamentaire du poème. Né à Constantinople/Istanbul, la ville entre deux mers, Chénier montre par son poème l’importance de la mer et des fleuves dans sa vie usant d’un style préromantique et mettant en avant une imagerie hellénistique dont il fut très inspiré. Il conjure ainsi à ses amis, les Pange (famille de la noblesse), de rester heureux et de se souvenir de lui.

 

VI

 

AUX FRÈRES DE PANGE

 

Vous restez, mes amis, dans ces murs où la Seine

Voit sans cesse embellir les bords dont elle est reine,

Et près d’elle partout voit changer tous les jours

Les fêtes, les niveaux, les belles, les amours.

Moi, l’espoir du repos et du bonheur peut-être,

Cette fureur d’errer, de voir et de connaître,

La santé que j’appelle et qui fuit mes douleurs

(Bien sans qui tous les biens n’ont aucunes douceurs),

À mes pas inquiets tout me livre et m’engage.

C’est au milieu des soins compagnons du voyage,

Que m’attend une sainte et studieuse paix

Que les flèches d’amour ne troubleront jamais.

Je suivrai des amis[2] ; mais mon âme d’avance ;

Vous, mes autres amis, pleure de votre absence,

Et voudrait, partagée en des penchants si doux,

Et partir avec eux et rester près de vous.

Ce couple fraternel, ces âmes que j’embrasse

D’un lien qui du temps craignant peu les menaces,

Se perd dans notre enfance, unit nos premiers jours

Sont mes guides encore ; ils le furent toujours.

Toujours leur amitié, généreuse, empressée,

À porté mes ennuis et ne s’est point lassée.

Quand Phébus, que l’hiver chasse de vos remparts,

Va de loin vous jeter quelques faibles regards,

Nous allons, sur ses pas, visiter d’autres rives,

Et poursuivre au Midi ses chaleurs fugitives.

Nous verrons tous ces lieux dont les brillants destins

Occupent la mémoire ou les yeux des humains :

Marseille où l’Orient amène la fortune ;

Et Venise élevée à l’hymen de Neptune ;

Le Tibre fleuve-roi ; Rome fille de Mars,

Qui régna par le glaive et règne par les arts ;

Athènes qui n’est plus, et Byzance ma mère ;

Smyrne qu’habite encor le souvenir d’Homère.

Croyez, car en tous lieux mon cœur m’aura suivi,

Que partout où je suis vous avez un ami.

Mais le sort est secret ! Quel mortel peut connaître

Ce que lui porte l’heure et l’instant qui va naître ?

Souvent ce souffle pur dont l’homme est animé,

Esclave d’un climat, d’un ciel accoutumé,

Redoute un autre ciel, et ne veut plus nous suivre

Loin des lieux où le temps l’habitua de vivre.

Peut-être errant au loin, sous de nouveaux climats,

Je vais chercher la mort qui ne me cherchait pas.

Alors, ayant sur moi versé des pleurs fidèles,

Mes amis reviendront, non sans larmes nouvelles,

Vous conter mon destin, nos projets, nos plaisirs

Et mes derniers discours et mes derniers soupirs.

 

Vivez heureux ! gardez ma mémoire aussi chère,

Soit que je vive encor, soit qu’en vain je l’espère.

Si je vis, le soleil aura passé deux fois

Dans les douze palais où résident les mois,

D’une double moisson la grange sera pleine,

Avant que dans vos bras la voile nous ramène.

Si long-temps autrefois nous n’étions point perdus !

Aux plaisirs citadins tout l’hiver assidus,

Quand les jours repoussaient leurs bornes circonscrites,

Et des nuits à leur tour usurpaient les limites,

Comme oiseaux du printemps, loin du nid paresseux,

Nous visitons les bois et les coteaux vineux,

Les peuples, les cités, les brillantes naïades ;

Et l’humide départ des sinistres pléiades

Nous renvoyait chercher la ville et ses plaisirs,

On souvent rassemblés, livrés à nos loisirs,

Honteux d’avoir trouvé nos amours infidèles,

Disputer des beaux-arts, de la gloire et des belles.

Ah ! nous ressemblions, arrêtés ou flottants,

Aux fleuves comme nous voyageurs inconstants.

Ils courent à grand bruit ; ils volent, ils bondissent ;

Dans les vallons riants leurs flots se ralentissent.

Quand l’hiver accourant du blanc sommet des monts,

Vient mettre un frein de glace à leurs pas vagabonds,

Ils luttent vainement, leurs ondes sont esclaves :

Mais le printemps revient amollir leurs entraves,

Leur frein s’use et se brise au souffle du zéphyr

Et l’onde en liberté recommence à courir.

 

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, Texte établi par Louis Moland, Garnier, 1889, Volume 1 (p. 174-176).

 

 

AUTEUR : CHENIER, André

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Lieux multiples et non définis (Paris, Istanbul, Rome, Lieux hellénistiques imaginé par l’auteur)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-amours

G.Bruno, Le Tour de la France par deux enfants, 1904

Manuel scolaire écrit en 1877 par G. Bruno à des fins éducatives : « Le Tour de France par deux enfants » nous décrit le voyage de deux orphelins fuyant la lorraine suite à l’annexion allemande, à travers la France. Le livre a une visée éducative et nous présente les régions de France ainsi que ses activités mais sert aussi d’exemple aux jeunes écoliers de la IIIème République : les deux orphelins apprennent tout ce dont un citoyen doit connaitre.

 

CXIV. — Paris autrefois et aujourd’hui. — Notre-Dame de Paris.

 

Paris est l’image en raccourci de la France, et son histoire se confond avec celle de notre pays.

 

On quitta les Halles et on se dirigea vers la Cité, qui est une île formée par la Seine au milieu de Paris. Pour s’y rendre on traversa la Seine sur l’un des trente ponts que Paris possède. Au milieu, Frantz fit arrêter les enfants.

— Regardez, leur dit-il, voilà la Cité, le berceau de Paris. C’est là qu’il y a deux mille ans s’élevait une petite bourgade appelée Lutèce : on ne voyait alors en ce lieu qu’une centaine de pêcheurs, s’abritant à l’ombre des grands arbres et de la verdure que fertilisait le limon du fleuve. La Seine leur servait de défense et de rempart, et deux ponts placés de chaque côté du fleuve permettaient de le traverser.

Peu à peu Paris s’est agrandi. Son histoire a été celle de la France. A mesure que la France sortait de la barbarie, Paris, séjour du gouvernement, s’élevait et prenait une importance rapide. Nul événement heureux ou malheureux pour la patrie, dont Paris et ses habitants n’aient subi le contre-coup. Et tout dernièrement encore enfants, rappelez-vous que Paris, mal approvisionné, souffrant de la faim et du froid, a résisté six mois aux Allemands quand on ne le croyait pas capable de tenir plus de quinze jours. Séparé de tout le pays par le cercle de fer des ennemis, il n’avait point d’autres nouvelles de la patrie que celles qui lui arrivaient sur l’aile des pigeons messagers échappés aux balles allemandes.

LUTÈCE OU LE PARIS D’AUTREFOIS. — Lutèce était dans une île de la Seine qui est la Cité d’aujourd’hui. Elle était habitée par une peuplade gauloise appelée les Parisiens, d’où est venu le nom de Paris.

— Oh ! j’aime Paris, dit Julien, et je suis bien content de le connaître… Mon oncle, ajouta-t-il ingénument, quand nous serons aux champs, nous ferons pousser du blé nous aussi pour nourrir la France et le grand Paris.

Tout en causant on avait traversé le pont et l’on arriva en face de Notre-Dame, l’église métropolitaine de Paris. Ce fut le tour d’André de dire ce qu’il savait.

 

G.Bruno, Le Tour de la France par deux enfants, Belin, 1904 (p. 283-285).

 

AUTEUR : FOUILLEE Augustine, appelée G. Bruno

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THEMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THEMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-se promener

Émile Zola, AUX CHAMPS, « Le Capitaine Burle », 1883

Texte issu du recueil de nouvelles « Le capitaine Burle », publié en 1883. Emile Zola nous montre dans « Au Champs », la vie dans les alentours de la Seine. Nouvelle naturaliste, le narrateur redécouvre le plaisir de la vie dans la campagne au bord de Seine. Le narrateur se sent là en paix et montre la beauté et l’importance de la Seine dans cette période de sa vie. Pour autant le lieu exact du nouveau reste assez indéfini. Nous savons que nous trouvons en bord de Seine et le Havre et mentionné, mais, nous n’avons pas le nom du lieu où se trouve l’auteur comme si les bords de Seine était une explication suffisante.

 

LA RIVIÈRE

 

IV

 

Puis, nous nous calmions, nous goûtions le charme profond de la rivière.

Les deux rives s’écartent ; la nappe d’eau s’élargit en un vaste bassin ; et, là, trois îles se présentent de front au courant. La première, à gauche, très longue, descend à près d’une demi-lieue ; la seconde ménage un bras de trois cents mètres au plus ; et, quant à la troisième, elle n’est qu’une butte de gazon, couverte de grands arbres. Derrière, d’autres touffes de verdure, d’autres petites îles, s’en vont à la débandade, coupées par des bras étroits de rivière. Sur la gauche du fleuve, des plaines cultivées s’étendent ; sur la droite, se dresse un coteau, planté au sommet d’un bois chevelu.

Nous remontions le courant, longeant les berges, pour éviter la fatigue ; puis, quand nous étions en haut du bassin, nous prenions le milieu et nous laissions aller notre barque à la dérive. Elle descendait lentement d’elle-même, sans un bruit. Nous, étendus sur les bancs, nous causions, pris de paresse. Mais, chaque fois que la barque arrivait en vue des îles, par les temps calmes, la conversation tombait, un recueillement invincible nous envahissait peu à peu.

En face, au-dessus de l’eau blanche, les trois îles se présentaient sur une même ligne, avec leurs pointes arrondies, leurs proues énormes de verdures. C’étaient, sur le couchant empourpré, trois bouquets d’arbres, au jet puissant, aux cimes vertes, endormies dans l’air. On aurait dit trois navires à l’ancre, trois Léviathans, dont les mâtures se seraient miraculeusement couvertes de feuillages. Et, dans la nappe d’eau, dans le miroir d’argent qui s’étendait, démesuré, sans une ride, les îles se reflétaient, enfonçant leurs arbres, prolongeant leurs rives. Une sérénité, une majesté, venaient de ces deux azurs, le ciel et le fleuve, où le sommeil des arbres était si pur. Le soir surtout, quand pas une feuille ne remuait, quand la nappe d’eau prenait le poli bleuâtre de l’acier, le spectacle s’élargissait encore et faisait rêver d’infini. (…)

 

Émile Zola, AUX CHAMPS, Le Capitaine Burle, G. Charpentier, 1883 (p. 218-230).

 

 

AUTEUR : Emile Zola

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Nouvelle

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-canoter

-plaisir

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, XIX

Chanson de cabaret, écrite par Maurice Mac-Nab durant la fin du 19ème siècle, probablement pour se produire au cabaret du Chat Noir à Paris. Elle utilise la saleté de la Seine comme ressort comique à une histoire. La Seine nous est présentée sous toutes ses couleurs face au chanteur qui la remonte patiemment en quête d’une eau claire pour pouvoir nager mais finit par se rendre compte qu’un cadavre de chien se trouve dans les eaux de Billancourt le forçant à abandonner sa quête.

 

La s’maine et surtout l’ dimanche,

Ça devrait pas êt’ permis

De nager et d’ fair’ la planche

Dans l’eau qui coule à Paris.

 

À Paris, la Seine est trouble

Et ça n’est pas drôl’ du tout,

D’ barboter dans du gras double :

J’ m’en vas m’ baigner à Chatou.

 

À Chatou, près d’ la rivière,

Je me transporte aussitôt ;

Mais j’ me dis : « L’eau n’est pas claire,

Allons nous baigner plus haut. »

 

Je marche et j’arrive en face

Du dépotoir de Saint-Ouen ;

Alors je fais un’ grimace,

La Seine est jaun’ comme un coing.

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plus haut, près du pont d’Asnières,

J’ m’apprête à faire un plongeon ;

Mais le fleuv’, chos’ singulière.

Est plus noir que du charbon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Au détour de Courbevoie

Je m’écri’ : « C’est là, parbleu,

Que j’ me baign’rais avec joie,

Mais le liquide est tout bleu ! »

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Bientôt j’arrive à Suresnes

Près d’un site ravissant ;

Mais soudain je vois la Seine

Qui devient couleur de sang !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plein d’une ardeur opiniâtre,

Je pousse jusqu’à Meudon ;

Mais là le fleuve est blanchâtre

Et roul’ des flots d’amidon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Enfin, trouvant l’eau moins grasse,

Je m’ décide à Billancourt :

J’ pique un’ têt’ dans la carcasse

D’un chien crevé d’puis quinz’ jours !

 

Depuis c’ jour-là je m’ méfie

Et, chaqu’ soir, de huit à neuf,

J’ m’en vais sans cérémonie

Tirer ma coup’ sous l’ Pont-Neuf !

 

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, Henri Heugel, s.d. (p. 99-108).

 

 

AUTEUR : MAC NAB, Maurice

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Chanson

LIEU : Paris et région parisienne (Chatou, Billancourt, Meudon, Courbevoie, Asnières, Saint-Ouen, Suresnes)

STRATE : DANS / AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-la Seine putride

Ernest d’Hervilly, Une jeune femme à la mer, « Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux », 1876

Représentant du mouvement Parnassien, Ernest d’Hervilly nous montre par ce poème l’essence de la thématique des Parnasses : le beau. Usant de Romantisme, d’Hervilly acclame la beauté d’une femme qui regarde la Seine et conseille, avec humour, à la jeune femme de faire attention car la Seine pourrait bien lui voler son reflet/beauté, effrayant les pêcheurs havrais qui la retrouveraient dans leurs filets.

 

UNE JEUNE FEMME A LA MER

 

Suspendue aux rameaux plus qu’obligeants d’un frêne,

Tu t’inclines vers l’eau limpide de la Seine :

Ton visage charmant s’y reflète, et tu ris.

Très-bien. C’est un miroir qui vaut ceux de Paris.

Mais, prends bien garde, enfant ! si tout à coup le fleuve

Te volait ton image exquise et toute neuve,

Et s’en allait, joyeux, la porter à la mer !…

Vois-tu cela d’ici, mon souci le plus cher ?

Si la Seine emportait la radieuse trace

De ton minois rieur… jusqu’au Havre de Grâce !

Ton reflet pourrait bien alors être emmené

Juste près du bateau d’un pêcheur de la Manche,

Qui hale son filet et sur le flot se penche…

 

Hein ! comme il aurait peur, le bon vieux goudronné !

 

Ernest d’Hervilly, Une jeune femme à la mer, Le Parnasse contemporain : Recueil de vers nouveaux, Alphonse Lemerre [Slatkine Reprints], 1876, III. 1876 (p. 196).

 

AUTEUR : D’HERVILLY, Ernest

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poèsie

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se promener

-amours

Guy de Maupassant, Un Normand, 1882

La promenade du narrateur et de son compagnon dans cette nouvelle introduit une vision du paysage normand avec, face à nous, la Seine et sa vie portuaire.

Nous venions de sortir de Rouen et nous suivions au grand trot la route de Jumièges. La légère voiture filait, traversant les prairies ; puis le cheval se mit au pas pour monter la côte de Canteleu. C’est là un des horizons les plus magnifiques qui soient au monde. Derrière nous Rouen, la ville aux églises, aux clochers gothiques, travaillés comme des bibelots d’ivoire ; en face, Saint-Sever, le faubourg aux manufactures qui dresse ses mille cheminées fumantes sur le grand ciel vis-à-vis des mille clochetons sacrés de la vieille cité.
Ici la flèche de la cathédrale, le plus haut sommet des monuments humains ; et là-bas, la « Pompe à feu » de la « Foudre », sa rivale presque aussi démesurée, et qui passe d’un mètre la plus géante des pyramides d’Égypte.
Devant nous la Seine se déroulait, ondulante, semée d’îles, bordée à droite de blanches falaises que couronnait une forêt, à gauche de prairies immenses qu’une autre forêt limitait, là-bas, tout là-bas. De place en place, des grands navires à l’ancre le long des berges du large fleuve. Trois énormes vapeurs s’en allaient, à la queue leu leu, vers le Havre ; et un chapelet de bâtiments, formé d’un trois-mâts, de deux goélettes et d’un brick, remontait vers Rouen, traîné par un petit remorqueur vomissant un nuage de fumée noire.

MAUPASSANT, Guy de, « Un Normand » [1882], Contes de la bécasse [1883], citation extraite de la Bibliothèque électronique du Québec, collection A tous les vents, volume 123 : version 1,02, p. 127.

AUTEUR : Guy de MAUPASSANT

EPOQUE : XIX

GENRE : Nouvelle

LIEU : Entre Rouen et St-Severs

STRATE : Au bord


THEMATIQUE : SE MOUVOIR

– Se promener

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883

Mme Caroline et Mlle Louise Morlent viennent tout juste de Paris pour s’installer dans la petite ville de Z*** au bord de la Seine entre Rouen et Le Havre. Mme Morlent appartient à une famille aristocratique et riche de la Touraine, mais en décidant de se marier à Philippe Morlent, un roturier sans aucune fortune personnelle, elle se trouve déshéritée, coupée de sa noble lignée et faiblement dotée. Or son mari meurt subitement de maladie et désargentées, elles essayent de retrouver une situation dans l’humble condition dans laquelle elles tombent en acquérant un bureau de tabac. Mme Morlent a un important mystérieux entre la tristesse et la peur et s’habitue avec peine au nouveau climat. Elle va être ici frappée d’un accident avec la barre de Seine, qui constitue une nouvelle épreuve pour les deux Morlent.

Elie Berthet nous donne d’abord une information scientifique sur le phénomène de la barre de Seine. Puis il la met en scène dans l’extrait littéraire qui suit.


On sait que la Seine, aux approches de la Manche, est remontée, à chaque marée, par le flux, qu’on appelle « barre » ou « mascaret ». Ce flux, qui se fait sentir jusqu’à Jumièges, quelquefois même jusqu’au dessous de Rouen, acquiert une extrême violence aux marées d’équinoxe et lorsque soufflent certains vents. Alors le courant marin, couronné d’écume blanche, refoule avec une impétuosité irrésistible la majestueuse rivière, qui paraît refluer vers sa source. L’eau douce et l’eau salée se livrent bataille ; une sorte de montagne liquide se précipite, avec un bruit formidable, vers l’intérieur du pays, couvrant les îles, inondant les rives, causant parfois de graves accidents aux habitants du littoral. Par bonheur, ce phénomène ne dure pas longtemps. La barre une fois passée, tout redevient calme ; il faut de l’attention pour remarquer le changement survenu dans le niveau du fleuve. Au bout de quelques heures, l’eau de mer est refoulée à son tour et la Seine reprend son aspect accoutumé.

(…)


– Sauvez-vous ! Prenez garde ! Montez sur la route !

Les deux dames ne savaient toujours pas ce qu’on leur voulait. Enfin, s’étant retournées, elles comprirent la cause de ces démonstrations.
Depuis quelques instants, un bruit sourd et lointain se faisait entendre derrière elles. Ce bruit croissait de minute en minute, jusqu’à former un mugissement formidable ; mais (…) elles n’y avaient donné aucune attention, et ne soupçonnaient pas le péril dont elles étaient menacées.
Sur toute la largeur du fleuve, si calme naguère, glissait une ligne d’écume que le soleil faisait paraître éblouissante. Les eaux brusquement troublées, se redressaient en un immense bourrelet que remontait le courant, avec la rapidité d’un cheval de course et en produisant ce grondement profond, puissant, continuel, assez semblable à celui d’une grandiose cascade. Plusieurs grosses barques, éparses sur la rivière, manœuvraient précipitamment pour ne pas être renversées, tandis que d’autres, plus petites, disparaissaient tout à coup, comme si, surprises par le tourbillon, elles venaient d’être englouties.
Mais ce qui se passait sur les rives devaient surtout préoccuper les promeneuses. La barre d’écume s’avançait avec une majestueuse régularité en travers du fleuve et débordait au loin sur les grèves arides, s’irritant contre les moindres obstacles, rugissant, franchissant les roches, rebondissant dans les airs, sans s’arrêter jamais. Or évidemment, cette vague enragée, poussée par une force irrésistible, allait balayer la plage, et déjà elle frappait à quelque distance le pied des arbres qui bordaient la voie publique.
(…)
La montagne d’eau s’abattit sur Louise et sur elle avec fracas, les engloutit, et sembla devoir les emporter dans son impétueux tourbillon. (…) Le fleuve continua sa marche triomphante, sans s’attarder pour si peu de choses que de misérables existences humaines.

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883, Paris: E. Dentu, Librairie de la société des gens de lettres. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205589g/f188.item.r=Antoinette+Deshoulières.langFR

 

AUTEUR: BERTHET Elie

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Entre Rouen et Le Havre

STRATE: Au bord/ Sur/Dans

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

  • Se promener
  • Naviguer

THEMATIQUE 4: HORS LIEUX

  • Données phénoménales de la barre de Seine
  • Tropes
  • Le fleuve : impétueux 

Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844

Honoré de Balzac a décrit la Seine sous ses angles, à Paris comme à la campagne, dans l’ensemble de son œuvre.
Dans ce roman, il veut faire le tableau d’une ville portuaire et choisit Le Havre.

La vue de la Seine pousse à la méditation et à la réflexion quatre personnages sur le ravissement que donne la nature qui fait l’inspiration poétique et artistique des hommes, comparé à la vision que donne à voir Paris. C’est une comparaison entre la culture parisienne qui porte une forme de vanité et de superficialité, et la nature telle qu’elle se présente originellement.

Balzac décrit encore la Seine à Rouen et au Havre.

Les quatre cavaliers, se trouvant dans un chemin assez large, allèrent de front et gagnèrent le plateau d’où la vue planait sur le riche bassin de la Seine, vers Rouen, tandis qu’à l’autre horizon les yeux pouvaient encore apercevoir la mer.

– Butscha, je crois, avait raison, Dieu est un grand paysagiste, dit Canalis en contemplant ce point de vue unique parmi ceux qui rendent les bords de la Seine si justement célèbres.

– C’est surtout à la chasse, mon cher baron, répondit le duc, quand la nature est animée par une voix, par un tumulte dans le silence, que les paysages, aperçus alors rapidement, semblent vraiment sublimes avec leurs changeants effets.

– Le soleil est une inépuisable palette, dit Modeste en regardant le poète avec une sorte de stupéfaction.

À une observation de Modeste sur l’absorption où elle voyait Canalis, il répondit qu’il se livrait à ses pensées, une excuse que les auteurs ont de plus à donner que les autres hommes.

– Sommes-nous bien heureux en transportant notre vie au sein du monde, en l’agrandissant de mille besoins factices et de nos vanités surexcitées ? dit Modeste à l’aspect de cette coite et riche campagne qui conseillait une philosophique tranquillité d’existence.

– Cette bucolique, mademoiselle, s’est toujours écrite sur des tables d’or, dit le poète.

– Et peut-être conçue dans les mansardes, répliqua le colonel.

Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844, La Bibliothèque électronique du Québec Collection À tous les vents Volume 1074. Disponible sur: https://beq.ebooksgratuits.com/balzac/Balzac-22.pdf

AUTEUR: DE BALZAC Honoré

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Vers Rouen

STRATE: Au bord

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

-Se promener

D. Bussilet, F. Persil, Seine du Passé, 1999

Les deux auteurs livrent, d’après divers écrits personnels ou romancés d’auteurs français du XIX siècle, un tableau littéraire et pictural de la Seine et des villages normands qui la bordent.

Si Paris a ses banlieues (Saint-Cloud, Neuilly, les bords de la Marne…) la Normandie offre mille ressources au promeneur de l’époque. Une des « bonnes adresses », en cette année 1925, pour le Rouennais avides d’air pur, c’est la rive droite de la Seine, avec ses îles, qui sont autant de « restaurants champêtres » (…) et ses auberges. Et il faut voir, le dimanche, les promeneurs débarquer au ponton en rang serrés, venus de Rouen par « vapeur », tandis que les voitures progressent paisiblement sur la route qui longe la Seine. Les plus pauvres d’entre eux se contenteront de remplir leurs yeux et leurs poumons, en se promenant le long du fleuve, en famille ou avec des amis, ou en amoureux, et en s’asseyant dans l’herbe fraîche qui habille les talus. (…) Ici et là, on reconnaît quelques peintres à leur attirail, chevalets et boîtes de couleurs. Ils goûtent un repos bien mérité, après avoir reproduit sur leurs toiles encore fraîches de peinture les brumes matinales et la luminosité douce de ce coin de Normandie ; et peut-être ne résisteront-ils pas, tout à l’heure, à l’envie d’immortaliser les lueurs finissantes du soleil irradiant la Seine et ses méandres. (…)

Laissons Eugène Noel en décrire le site, en 1894, dans son livre : Rouen, Rouennais, Rouenneries :

« Assise poétiquement au bord de la Seine, les pieds dans l’eau, sur un coteau faisant face au midi, la vieille ville, Rouen (autrefois Ratumakos) voit son beau fleuve décrire devant elle ses courbes gracieuses. (…) Que de voyageurs à Rouen, sur cette rive gauche de la Seine, ont été saisis de vertige en visitant ces ateliers immenses où tout s’agite et tourne sous vos yeux, tremble sous vos pas, où l’on a le bruit infernal de centaines de métiers dirigés par des centaines d’ouvriers ou d’ouvrières.

Quel contraste entre cette rive manufacturière, tôt industrialisée, et la vieille rive droite, qui voit, au sortir de Rouen, se blottir les villages fleuris de Croisset, Dieppedalle, Biessard et le Val de La Haye, entre fleuve et falaise. C’est d’ailleurs cette falaise qui fait obstacle à l’envahissement de l’industrie. Certes, quelques usines se sont déjà bien implantées, et cela parait bien normal à une époque où l’industrialisation semble la solution idéale pour le progrès et le bien-être de tous, mais l’ampleur du paysage offert par la Seine, les navires et bateaux à cette rive droite du fleuve tout son charme et son attrait. »

Dominique Bussillet, Fabien Persil, Seine du passé : Promenade littéraire et picturale au fil de la Seine de Rouen au Val de la Haye, Vire : C. Corlet, 1999 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33209763/f3.image.r=Seine%20du%20pass%C3%A9%20%20promenade%20litt%C3%A9raire

 

AUTEUR : Dominique Bussillet, Fabien Persil

EPOQUE : XX

GENRE :  Ecrits de voyages

LIEU 1 : Rouen

LIEU 2 : La Haye

LIEU 3 : Canteleu

Etc

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– nager

– se promener

– naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

métier

– industrie

– commerce

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS

– plaisirs

– canoter

– restaurants et guinguettes

Marie-Joseph de Chenier, La Promenade à Auteuil, 1817

Cette poésie, mêlant lyrisme et politique, dépeint la Seine comme la confidente des déboires du poète qui dans la période troublée de la Restauration, avoue au fleuve son profond désespoir.

Roule avec majesté tes ondes fugitives,

Seine ; j’aime à rêver sur tes paisibles rives,

En laissant comme toi la Reine des Cités.

Ah ! lorsque la Nature, à mes yeux attristés,

Le front orné de fleurs, brille en vain renaissante,

Lorsque du renouveau l’haleine caressante

Rafraîchit l’Univers de jeunesse paré,

Sans ranimer mon front pâle et décoloré,

Du moins, auprès de toi que je retrouve encore

Ce calme inspirateur que le poète implore,

Et la mélancolie errante au bord des eaux !

Jadis, il m’en souvient, du fond de leurs roseaux

Tes Nymphes répétaient le chant plaintif et tendre,

Qu’aux échos de Passi ma voix faisait entendre.

Jours heureux ! Temps lointain, mais jamais oublié !

Où les Arts consolants, où la douce Amitié,

Et tout ce dont le charme intéresse à la vie,

Égayaient mes destins ignorés de l’envie. (…)

Là, Racine évoquait Andromaque et Pyrrhus ;

Contre Néron puissant faisait tonner Burrhus,

Peignait de Phèdre en pleurs le tragique délire :

Ces pleurs harmonieux que modulait sa lyre,

Ont mouillé le rivage, et de ses vers sacrés

La flamme anime encore les échos inspirés. (…)

Et cet astre plus doux, qui luit au haut des cieux,

Argente mollement les flots silencieux.

Ce feu qui me brûlait, a besoin de s’éteindre ;

Ce qui m’en reste encore n’est qu’un morne flambeau,

Éclairant à mes yeux le chemin du tombeau.

Que je repose en paix sous le gazon rustique,

Sur les bords du ruisseau pur et mélancolique ! (…)

 

Marie-Joseph de Chénier, La promenade à Auteuil, élégie composée sous le régime impérial, et trouvée dans un bosquet de cette campagne classique de la poésie française, par un auteur qui se fait reconnaître comme les grands peintres, Paris : Delaunay et Nepveu, 1817 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5450690t?rk=21459;2

 

AUTEUR : Marie-Joseph de Chénier

EPOQUE : XIX

GENRE : Poésie

LIEU : Auteuil

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– se promener

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

– la Seine putride

 

Cassan, La Nymphe de Chanceaux, 1699

Ce poème prête vie à la Seine en nous décrivant de manière détaillée et presque cartographique le cheminement de son cours d’eau, depuis sa source jusqu’à son arrivée à Paris. Après le détail de son parcours dans la capitale, la Seine incarnée sous les traits de la Nymphe, est alors maltraitée par les travaux d’endiguement de la ville.

Du fond d’un petit bois l’on voit sortir la Seine,

Qui d’abord jaillissant par de petits bouillons,

S’en va de quelques champs arroser les sillons, (…)

La Nymphe qui réside au fond de cette source, (…)

Elle sort à l’instant et sous l’ombre des Saules,

Tresse les longs Cheveux flottants sur ses épaules,

Mets sa Robe, et de fruits prends en bouquet en main,

Et quitte son séjour pour se mettre en chemin. (…)

Elle vient à Bagneux, où dans une vallée

Son Canal s’élargit et déjà sur ses Eaux

L’aviron fit voguer quelques légers Bateaux.

Alors de quelques flots élevant la surface,

La Nymphe en un instant se forme un char de glace,

Et Montant sur son siège elle va lentement

Suivre le fil de l’eau par un doux mouvement. (…)

Ainsi tranquillement elle fait son voyage,

Et remarque les lieux, qui bordent son rivage ; (…)

Enfin à la faveur de l’Onde qui la mène

Elle entre dans Paris sans détour ni sans peine, (…)

 

Ainsi se voit de loin la Machine effroyable

Ouvrage de nos jours qui parait incroyable,

Avec tout l’attirail de son corps hérissé

De rouages et de Ponts l’un sur l’autre exhaussé,

Dont les bras s’étendant vers le haut de la Cote

Meuvent les Balanciers comme on voit une Flotte,

Que la Vague entretient dans le balancement,

Incliner tous les Mâts à chaque mouvement :

Quoi dit-elle, en voyant la Machine étonnante,

Serai-je contrainte à poursuivre ma pente,

Et de me faire rouer parmi tous les ressorts,

Que je vois remuer par de si grands efforts ! (…)

Alors par ces efforts, elle sent qu’elle monte

Vers le haut du Coteau dans des tuyaux de fonte,

Qui vont la revomir au prochain réservoir,

Où cent autres Tuyaux viennent la recevoir. (…)

Enfin elle descend par des tuyaux de fer

Dans un long réservoir appelé trou d’Enfer (…)

Cassan, La Nymphe de Chanceaux ou l’arrivée de la Seine au château de Marly, Paris : A. Chrétien, 1699 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54292141.r=la%20nymphe%20de%20chanceaux?rk=21459;2

 

AUTEUR : M. Cassan

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU 1 : Chanceaux

LIEU 2 : Bagneux

LIEU 3 : Paris

Etc

STRATE : DANS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– usine / industrie

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-se promener

-plaisirs

Jacques ROUBAUD, Je suis un crabe ponctuel, Anthologie personnelle, 2016

Le poète contemporain Jacques Roubaud consacre ici un texte à Raymond Queneau, qu’il imagine marchant en bord de Seine à Paris, plongé dans la composition d’un poème combinatoire, fait de lettres et de chiffres. Les feuilles d’automne et les feuilles du carnet à poème prennent pareillement l’eau de novembre et du fleuve.

Queneau en novembre

Je le vois au bord de la Seine

Couleur d’un ciel couleur de l’eau

Il rêve d’un monde rêvé

Où les nombres succombent mieux

Aux manigances du poème

Je vois, les feuilles sont tombées

Aux flaques de basse lumière

Est-ce décembre ou bien novembre ?

Dès que les feuilles sont tombées

On sort son carnet à poèmes

On marche sur le bord de Seine

C’est le soir : la pauvre lumière

Solaire faiblit. Il vaut mieux

Laisser son ombre prendre l’eau

Sous les averses de novembre

En rêvant du nombre rêvé

Notre ombre en automne prend l’eau

Nos pompes ne valent pas mieux

Gluantes des feuilles tombées

Dans les caniveaux de novembre

Le soir dirige sa lumière

Vers le calepin à poème

Où s’inscrit le nombre rêvé

En marchant sur les bords de Seine

[…]

Etait-ce décembre ou novembre

Je le vois sur le bord de Seine

Levant sa page à la lumière

Noircie de chiffres, molle d’eau

Il va sur les feuilles tombées

Il rêve du monde rêvé

Où nombres et mots du poème

Se plaisent et s’accordent mieux

[…]

Envoi

Tombe d’un rêve de novembre

J’ai mis ce poème à l’eau de Seine

Du mieux que j’ai pu, en lumière

Jacques ROUBAUD, Je suis un crabe ponctuel, Anthologie personnelle, Paris, Gallimard, 2016, p. 95.

Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, La Prisonnière [1923]

Dans La Prisonnière de Marcel Proust, le narrateur et Albertine, dont il est éperdument épris, quittent leur appartement de l’ouest parisien pour une promenade au Bois de Boulogne. En chemin, la Seine, et au loin Saint-Cloud, se donnent à contempler.

Ailleurs une bande nombreuse jouait au ballon. Toutes ces fillettes avaient voulu profiter du soleil, car ces journées de février, même quand elles sont si brillantes, ne durent pas tard et la splendeur de leur lumière ne retarde pas la venue de son déclin.

Avant qu’il fût encore proche, nous eûmes quelque temps de pénombre, parce qu’après avoir poussé jusqu’à la Seine, où Albertine admira, et par sa présence m’empêcha d’admirer, les reflets de voiles rouges sur l’eau hivernale et bleue, une maison blottie au loin comme un seul coquelicot dans l’horizon clair dont Saint-Cloud semblait plus loin la pétrification fragmentaire, friable et côtelée, nous descendîmes de voiture et marchâmes longtemps; même pendant quelques instants je lui donnai le bras, et il me semblait que cet anneau que le sien faisait sous le mien unissait en un seul être nos deux personnes et attachait l’une à l’autre nos deux destinées.

À nos pieds, nos ombres parallèles, rapprochées et jointes, faisaient un dessin ravissant. Sans doute il me semblait déjà merveilleux à la maison qu’Albertine habitât avec moi, que ce fût elle qui s’étendît sur mon lit. Mais c’en était comme l’exportation au dehors, en pleine nature, que devant ce lac du Bois que j’aimais tant, au pied des arbres, ce fût justement son ombre, l’ombre pure et simplifiée de sa jambe, de son buste, que le soleil eût à peindre au lavis à côté de la mienne sur le sable de l’allée. Et je trouvais un charme plus immatériel sans doute, mais non pas moins intime, qu’au rapprochement, à la fusion de nos corps, à celle de nos ombres.

Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, La Prisonnière [1923], Paris, Flammarion, 1984, p. 272 (« GF »)

Henry MILLER, « Lettre à Emil, 1er avril 1930 », Lettres à Emil

L’écrivain américain Henry Miller séjourne dans les années 1930 à Clichy. Depuis un restaurant de la ville voisine de Suresnes, il écrit à son ami Emil Schnellock, resté aux États-Unis, à qui il confie ses impressions sur la France, alors qu’il compose son roman « parisien » Tropique du Cancer. Le spectacle de la Seine génère des associations avec d’autres lieux en Amérique, rappelle aussi d’autres voyages et d’autres fleuves, notamment le Rhin.

1er avril 1930

Retaurant Louis Varnier

12 rue du Pont

Suresnes, France

« Bon ! Saint-Cloud. J’y suis ! Comment la décrire ? À moins que tu aies déjà vu une petite ville française au bord d’une rivière, c’est presque impossible de s’en faire une idée. C’est, un tout petit peu, comme chez nous la baie de Sheepshead, sans être aussi coloré. L’activité est réduite sur la Seine, il y a moins de monde. Les ouvriers sont affalés sur la rive et prennent leur repas. Bouteilles, salamis, grosses miches de pain sont déballés. Ils se reposent. Nous ne savons pas ce que ce mot veut dire. Comme ils se reposent ! Cela te rendrait jaloux ! Chalands, péniches, remorqueurs, sont amarrés. L’un de ces bateaux est baptisé Surprise – mais je doute que cela signifie une surprise. On ne sait jamais ce que les mots usuels signifient en fin de compte.

Maintenant je marche. Je marche en direction de la localité voisine. Suresnes. Un court trajet. J’ai emporté mon manuscrit. […] Des gars flemmardent sur la rive, en tricots et pantalons kaki. Ça rappelle le Rhin et l’envie qui me prenaient en regardant les cyclistes qui roulaient au niveau du bateau sur lequel nous voyagions. Oui, il n’y a rien de tel au monde que de voyager – d’aller çà et là, avec un sac à dos et une couverture – peut-être un bout de saucisson et une bouteille de vin rouge. »

Henry MILLER, « Lettre à Emil, 1er avril 1930 », Lettres à Emil [1944, 1995 pour la traduction française], Paris, Christian Bourgeois, 1999, p. 76 (collection « 10/18 »)