Archives par mot-clé : se promener

Alfred Capus, Qui perd gagne, 1900

Qui perd gagne est un récit d’aventure qui a été écrit par Alfred Capus et publié en 1900. Dans cet extrait, un couple parisien décide d’emménager dans une maison située à la campagne, non loin de Mantes et en aval de la Seine. La vie au bord du fleuve attire ainsi ces personnages qui viennent s’installer près de la Seine et qui pourront profiter du paysage ainsi que de plusieurs activités comme le canotage.

<<— Si ça marche encore un peu, lui dit-elle, nous louerons quelque chose sur le bord de la Seine, pendant les grandes chaleurs. Il n’y a rien à faire à Paris, à ce moment-là, et la vie sera plus économique. >>

[…]

<< On leur indiqua, à quatre kilomètres de Mantes, en aval de la Seine, une maison de campagne qui était en location. Ils allèrent la visiter le dimanche suivant. On l’appelait la Maison Verte ; elle appartenait à un peintre qui, ayant été décoré au dernier Salon, devait passer l’été dans des villes d’eaux. Le propriétaire la louait toute meublée. Il y avait, en bas, la cuisine, la salle à manger et une autre petite pièce ; en haut, trois chambres et l’atelier, éclairé par une large baie d’où l’on apercevait la Seine. Le jardin s’étendait jusqu’aux bords du fleuve et contenait un verger, un potager et une tonnelle sous laquelle on pouvait déjeuner. Farjolle déclara que le paysage était beau. En leur montrant la tonnelle, le jardinier leur dit :

— Monsieur l’a mise dans le tableau qui lui a valu la croix de la Légion d’honneur.

Il insista sur les légumes.

— Il y en a pour toute la saison. Monsieur n’en achetait jamais à la ville.

— Ce sera une rude économie, fit observer Farjolle à sa femme.

Emma admira un grand carré de salades. La vue d’un cerisier où plusieurs cerises commençaient à mûrir, les décida. Farjolle accepta le prix : quinze cents francs pour la saison. De plus, les gages du jardinier qu’ils gardèrent à leur service.

— Voici l’adresse de Monsieur, à Paris.

— J’irai le voir demain et nous emménagerons dans huit jours.

Ils visitèrent encore la maison, puis descendirent le jardin jusqu’à la Seine. Au bout de l’allée un ponton servait à amarrer deux canots, compris dans la location, un gros, ventru et court, où l’on était très à son aise, et un plus mince pour la course.

Farjolle n’osa pas monter avec Emma dans celui-ci, « parce que, dit-il, les costumes de ville ne sont pas commodes pour ramer ». Le jardinier leur fit faire une petite promenade dans l’autre. Emma se mouilla en embarquant, ce qui lui causa une véritable joie. >>

Alfred Capus, Qui perd gagne, Librairie Paul Ollendorff, 1900, p.55 et p.141-143

AUTEUR  :  Alfred Capus
ŒUVRE  : Qui perd gagne
GENRE  : Récit d’aventure
ÉPOQUE  : XXe
LIEU  : Mantes

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Loisirs

THÉMATIQUE 3  : SEINE A LOISIRS

-Canoter

Guy de Maupassant, Mouche, 1890

Mouche est une nouvelle issue de L’Inutile Beauté qui a été écrite par Guy de Maupassant et publiée en 1890. Dans le texte ci-dessous, le personnage qui prend la parole exprime son affection pour la Seine. Il remarque dans un premier temps que le fleuve est putride, ce qui ne l’empêche tout de même pas d’y être attaché. Il évoque ensuite plusieurs souvenirs  qui lui sont positifs comme les promenades autour du fleuve, la vision du paysage à différents horaires ou encore les soirées et les aventures qu’il a pu expérimenter avec ses amis.

<< Il nous dit :

En ai-je vu, de drôles de choses et de drôles de filles aux jours passés où je canotais. Que de fois j’ai eu envie d’écrire un petit livre, titré « Sur la Seine », pour raconter cette vie de force et d’insouciance, de gaieté et de pauvreté, de fête robuste et tapageuse que j’ai menée de vingt à trente ans.

J’étais un employé sans le sou ; maintenant, je suis un homme arrivé qui peut jeter des grosses sommes pour un caprice d’une seconde. J’avais au cœur mille désirs modestes et irréalisables qui me doraient l’existence de toutes les attentes imaginaires. Aujourd’hui, je ne sais pas vraiment quelle fantaisie me pourrait faire lever du fauteuil où je somnole. Comme c’était simple, et bon, et difficile de vivre ainsi, entre le bureau à Paris et la rivière à Argenteuil. Ma grande, ma seule, mon absorbante passion, pendant dix ans, ce fut la Seine. Ah l la belle, calme, variée et puante rivière pleine de mirage et d’immondices. Je l’ai tant aimée ; je crois, parce qu’elle m’a donné, me semble-t-il, le sens de la vie. Ah l les promenades le long des berges fleuries, mes amies les grenouilles qui rêvaient, le ventre au frais, sur une feuille de nénuphar, et les lis d’eau coquets et frêles, au milieu des grandes herbes fines qui m’ouvraient soudain, derrière un saule, un feuillet d’album japonais quand le martin-pêcheur fuyait devant moi comme une flamme bleue ! Ai-je aimé tout cela, d’un amour instinctif des yeux qui se répandait dans tout mon corps en une joie naturelle et profonde.

Comme d’autres ont des souvenirs de nuits tendres, j’ai des souvenirs de levers de soleil dans les brumes matinales, flottantes, errantes vapeurs, blanches comme des mortes avant l’aurore, puis, au premier rayon glissant sur les prairies, illuminées de rose à ravir le cœur ; et j’ai des souvenirs de lune argentant l’eau frémissante et courante, d’une lueur qui faisait fleurir tous les rêves.

Et tout cela, symbole de l’éternelle illusion, naissait pour moi sur de l’eau croupie qui charriait vers la mer toutes les ordures de Paris.

Puis quelle vie gaie avec les camarades. Nous étions cinq, une bande, aujourd’hui des hommes graves ; et comme nous étions tous pauvres, nous avions fondé, dans une affreuse gargote d’Argenteuil, une colonie inexprimable qui ne possédait qu’une chambre-dortoir où j’ai passé les plus folles soirées, certes, de mon existence. Nous n’avions souci de rien que de nous amuser et de ramer, car l’aviron pour nous, sauf pour un, était un culte. Je me rappelle de si singulières aventures, de si invraisemblables farces, inventées par ces cinq chenapans, que personne aujourd’hui ne les pourrait croire. On ne vit plus ainsi, même sur la Seine, car la fantaisie enragée qui nous tenait en haleine est morte dans les âmes actuelles. >>

Guy de Maupassant, Mouche, L’Inutile Beauté, Louis Conard, libraire-éditeur, 1908, p.99-101

 

AUTEUR  :  Guy de Maupassant
ŒUVRE  : L’Inutile Beauté
GENRE  : Nouvelle
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Argenteuil

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-canoter

-se promener

-restaurants et guinguettes

-loisirs

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-la Seine putride

 

 

La Seine-Patrick Huet

Patrick Huetécrivain et fleuve trotteuril a longé entièrement à pied toute la SeineDans son livre : « La Seine à pied de la source à la mer », l’auteur nous dévoile des photos et nous décrit le chemin exact  passer si un jour nous souhaitons longer une partie ou la totalité de la SeineLe poème si contre est en acrostichece qui signifie que les premières lettres de chaque vers forment un mot quand elles sont lues verticalement.

« Lentement, goutte à goutte, une source se glisse

Au reflet ondoyant d’un feuillage qui plisse.

Sur le clair de ses eaux se promène un soupir

Et la course fragile d’un fleuve à venir.

Imprégnée du désir de toucher l’horizon,

Notre Seine dès lors traverse les vallons

Et atteint l’embouchure aux confins des saisons. »

Patrick Huet

auteur de Publication du livre : « La Seine à pied de la source à la mer »  aux éditions BoD (« Books on Demand »)

site personnel : https://www.patrickhuet.net/

 

LA FÊTE DE PARIS-HEMINGWAY-1964

La Fête de Paris (A moveable feast) est un récit autobiographique d’Ernest Hemingway. écrit entre 1957 et 1960, l’auteur témoigne de sa première année d’écrivain  à Paris dans les années 1920, un jeune journaliste qui abandonne son travail et tente d’écrire pour gagner sa vie. Lui et sa charmante épouse Hadley Richardson en arrivant dans la capitale française

Les gens de la Seine

À la pointe de l’île de la Cité, au-dessous du Pont-Neuf, où se trouvait la statue d’Henry IV, l’île finissait en pointe comme l’étrave aiguisée d’un navire, et il y avait là un petit parc, au bord de l’eau […] et dans les trous et les remous qu’engendrait le mouvement de l’eau contre les rives, il y avait d’excellents coins pour la pêche. […]

Les endroits poissonneux changeaient selon le niveau du fleuve, et les pêcheurs utilisaient de longues cannes mises bout à bout […] Ils attrapaient toujours quelque chose et faisaient souvent de forts bonnes pêches de goujons. Ceux-ci se mangent frits, tout entiers, et je pouvais en dévorer des platées. Leur chair était tendre et douce, avec un parfum meilleur encore que celui de la sardine fraîche, et pas du tout huileuse, et nous les mangions avec les arêtes, sans rien en laisser.
L’un des meilleurs endroits, pour en manger, était un restaurant en plein air, construit au-dessus du fleuve, dans le Bas-Meudon. Nous y allions quand nous avions de quoi nous payer un petit voyage hors du quartier. On l’appelait « La Pêche miraculeuse » et l’on y buvait un délicieux vin blanc qui ressemblait à un muscadet. Le cadre était digne d’un conte de Maupassant, et l’on y avait une vue sur le fleuve, comme Sisley en a peint. 

People of the Seine

At the head of the Ile de la cité below the Pont Neuf where there was the statue of Henri Quatre, the island ended in a point like the sharp bow of a ship and there, huge and spreading, and in the currents and backwaters that the Seine made flowing past, there were excellent places to fish.

You went down a stairway to the park and watched the fishermen there and under the great bridge. The good spots to fish changed with the height of the river and the fishermen used long,  jointed, cane poles but fished with very fine leaders and light gear and quill floats and experty baited the piece of water that they fished. They alway caught some fish, and often they made excellent catches of the dace-like fish that were called goujons. They ware delicious fried whole and I could eat a plateful. They were plomp and sweaet-fleshed with a finer flavour than bones and all. And were not at all oily, and we ate them bones and all. One of the best places to eat them was at an open-air restaurant built out over the river at Bas Meudon where we would go when we had money for a trip away from our quarter. It was called La Pêche Miraculeuse and has a spendid white wine that was a sort of muscadet. It was a place out of a Maupassant story with the view over the river as Sisley had painted it.

Ernest HEMINGWAY, Paris est une fête, Traduit par Marc Saporta, Paris, Gallimard, 1964. Citation extraite du volume Folio, 1993, p. 58

 

Ernest Renan, Lettres du séminaire (1838-1846)

Cette lettre a été écrite par Ernest Renan à Gentilly, le 25 juillet 1840. Il  s’adresse à sa mère et lui fait part de ses promenades qui se sont déroulées pendant ses vacances. L’auteur y écrit qu’il a choisi de longer la Seine pour se rendre à Saint-Cloud après être allé à Suresnes. Il décrit par la suite le déroulement de la rencontre inattendue qu’il a eu avec le roi au cours de son voyage ainsi que l’impression qu’il en a eu avant de reprendre son trajet, de manger au bord du fleuve et de visiter le village de Sèvres.
 
 

XV

Gentilly, 25 juillet 1840.
<< Très chère et très bonne maman,

Je ne sais pourquoi, depuis que je suis en vacances, j’aime surtout à penser à vous. C’est sans doute parce que mon esprit libre de tout souci se porte naturellement vers ce qu’il aime, ou que mon cœur a besoin de vous voir ce qu’il y a de bien sûr, c’est que mon plus grand plaisir est de penser à vous, et surtout de recevoir de vos lettres. Écrivez-moi souvent, je vous en supplie, très chère maman, c’est mon plus grand bonheur, ne me le refusez pas.

Du reste, bonne et chère maman, je m’amuse beaucoup, grâce aux soins de tous ces messieurs, qui prennent toutes les peines du monde pour nous procurer quelque délassement. Nous avons fait trois grandes promenades du plus grand intérêt. La première, qui a été la moins considérable, a eu pour but le château de Vincennes, cette antique demeure de Saint-Louis. Mais ce qui nous a surtout intéressés, c’est l’exercice d’artillerie dont nous avons été témoins, car derrière le château se trouve un très beau parc d’artillerie. Rien de plus intéressant que de voir ainsi faire l’exercice au boulet ce que nous avons vu peut nous donner une parfaite idée d’un siège aussi y sommes-nous retournés une seconde fois. La seconde promenade nous a encore plus enchantés par son extrême variété. Partis à cinq heures du matin, nous nous sommes d’abord rendus au bois de Boulogne, où nous avons déjeuné sous l’ombrage. Le bois de Boulogne est célèbre par le nombre de ses promeneurs. Aussi à chaque porte du Bois y a-t-il un grand nombre de chevaux pour la commodité des personnes qui veulent y faire des cavalcades. On nous a procuré ce plaisir, et les uns montés sur des chevaux, les autres sur de plus humbles montures (des ânes) nous voilà trottant, galopant à travers les allées de la forêt. Moi-même, ma chère maman, je montais un coursier, mais rassurez-vous, il n’y avait rien à craindre, car vous sentez que ce ne sont pas les chevaux les plus fringants que l’on met ainsi aux portes du bois de Boulogne. De là nous nous sommes rendus au petit village de Suresnes, où nous avons passé la Seine. Ce petit village est situé au pied du Mont-Valérien que nous n’avons pu visiter, car il faut pour cela un billet du ministre, et nous n’avions pas songé à nous en procurer. Nous nous contentâmes donc de côtoyer la Seine qui devait nous mener jusqu’à Saint-Cloud, mais voici le plus bel incident de la promenade. Déjà nous avions remarqué sur la route plusieurs piquets de gendarmerie, plusieurs soldats qui allaient et venaient à cheval. Tout à coup nous entendons partir d’une bouche ce mot Le roi va passer. Et en effet après avoir attendu une heure environ, nous avons vu dans le lointain un nuage de poussière ; c’était la voiture du roi qui allait de Neuilly à SaintCloud. Le roi a une figure assez bonne et surtout très fine, mais il m’a semblé très vieux. Du reste rien de plus ressemblant que son effigie sur les monnaies ; à cela seul on pourrait le reconnaître. Une réflexion m’a frappé en le voyant ainsi réduit à ne pouvoir se promener qu’en voiture, très rapidement, entouré et suivi d’une escorte : c’est qu’un roi de France ne puisse pas seulement se promener tranquillement comme un de ses sujets, de peur des attentats. Voilà un triste sort, et un triste peuple à conduire ! La suite n’est pas très brillante et n’a pas la majesté des anciennes cours. J’ai été bien content d’avoir vu le roi parce qu’après tout c’est un personnage historique dont on parle et dont on parlera beaucoup, et qu’il faut respecter, ou, au moins, la place qu’il occupe, soit justement soit injustement. Aussi Alfred Foulon et moi, nous indignions-nous de voir la majesté royale ainsi avilie et méconnue parmi la nation française, autrefois si fidèle à son roi.

Telles étaient nos réflexions sur les bords de la Seine mais continuons notre route vers Saint-Cloud. Après avoir dîné sous ses charmants ombrages, nous allons visiter la charmante manufacture de Sèvres, d’où sortent ces merveilleuses porcelaines, que les souverains seuls peuvent acheter, tant elles sont précieuses. J’y ai vu des ouvrages d’une délicatesse, d’un fini incroyable. Un petit tableau en porcelaine long tout au plus de trois pieds, large de deux pieds, est estimé cinquante mille francs. Je n’en finirais pas, si je voulais vous faire l’énumération de toutes les pièces curieuses que j’y ai vues, et tout ce que je pourrais vous en dire, ne pourrait guère vous en donner une idée. Les belles terrasses de Meudon ont, après Sèvres, attiré nos pas, et de là nous sommes revenus à Gentilly ; il était onze heures du soir, quand nous nous sommes couchés. >>

Ernest Renan, Lettres du séminaire (1838-1846), Calmann-Lévy, 1902, (p.105-109)

 

AUTEUR  :  Ernest Renan
ŒUVRE  : Lettres du séminaire (1838-1846)
GENRE  : Correspondance
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Suresne / Saint-Cloud / Sèvres

STRATE  : AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS

-se promener

Franchir la Seine : Une variété de ponts

Comme nous le savons, la Seine est un fleuve long de 774,76 kilomètres, et qui arrose Paris, Rouen et Le Havre. La Seine divise souvent les villes, c’est le cas de Paris et de Rouen. Afin de pouvoir franchir et habiter les deux rives, la construction du pont était incontournable.

Ainsi, on dénombre 257 ponts, de différentes sortes (routières, ferrées ou bien piétonnes). Certains sont en ruine ou bien infranchissables, mais d’autres sont inscrits ou classés aux Monuments historiques, ou encore répertoriés dans l’Inventaire général du patrimoine du ministère de la Culture.

Nous pouvons citer des ponts qui se trouvent dans le département de la Seine-Maritime, d’abord des ponts routiers, tel que le pont de Tancarville (Quillebeuf-sur-Seine/Tancarville), le pont de Normandie (Harfleur/LeHavre), le pont de Brotonne ( Arelaune-en-Seine/Rive-en-Seine) ou encore le pont Guillaume-le-Conquérant (Rouen/Rouen).

Pour les voies ferrées, de nombreux viaducs sont construits, pour en citer quelques-uns, il y a le viaduc d’Eauplet (Sotteville-Lés-Rouen/Bonsecour)ou le viaduc de Tourneville (Île aux bœufs/Tourneville-la-rivière).

Et pour terminer en ce qui concerne les ponts pour piéton, nous pouvons en citer de très célèbres, tels que la passerelle de l’Avre (Saint-Cloud/ Paris,16ème), œuvre de Gustave Eiffel ou bien, le Pont des Arts, communément surnommé « le Pont aux cadenas », connu pour représenter l’amour entre deux personnes. Les deux parties gravent sur le cadenas une date qui leur tient à cœur puis, la tradition est de jeter la clé dans le fleuve. Mais en 2015, la structure étant fragilisée par les tonnes de cadenas, la ville décide de remplacer les grillages par des panneaux en verre.

« Passent les jours et passent les semaines ni temps passé ni les amours reviennent sous le pont Mirabeau coule la Seine”- Guillaume Apollinaire.

H. FrèreLes Ponts de Rouen, leur histoire (1025-1868), Rouen, 1868

Henry-Louis DublyPonts de Paris à travers les siècles, Paris, Henri Veyrier, 1973  p. 143-147.

Bernard MarreyLes Ponts modernes. XVIII-XIXe siècles, Paris, Picard Éditeur, 1990 p. 109-112.

Victor Hugo, œuvres complètes de Victor Hugo En voyage, tome II, 1910

Dans cette lettre qui a été écrite à Elbeuf, le 10 septembre 1837, Victor Hugo fait part à sa femme, Adèle Foucher, de son voyage dans plusieurs villes et villages en Normandie. Il lui décrit le trajet qu’il a parcouru, les différents endroits qu’il a visité et insiste sur leur beauté. Victor Hugo a pu voyager sur la Seine entre la ville du Havre et Elbeuf. Il a également pu admirer les bords de la Seine ainsi que son flux au cours de son voyage.
 
 
Elbeuf, 10 septembre, 9 heures du soir.
 

<< Je me hâte, chère amie, de finir cette lettre. De Dieppe je suis allé au Havre, et du Havre je suis descendu jusqu’à Elbeuf par le bateau à vapeur. C’est un beau couronnement à mon voyage que ces admirables bords de la Seine.

Ce matin à quatre heures le bateau sortait du Havre. La mer était houleuse, il faisait encore nuit ; au point du jour nous atteignions Honfleur et au soleil levant Quillebœuf. À midi nous étions à Rouen.

Je n’avais encore vu le cours de la Seine que par la route de terre. Le papier me manque pour te dire combien c’est beau, je te le dirai de vive voix à Paris. Par moments il y a des petites falaises qui imitent les grandes et des petites vagues qui copient les grosses. Ils ont aussi, vers Tancarville, des petites tempêtes et de grands naufrages. Pendant des lieues les collines, hautes et escarpées, ont des ondulations gigantesques. On croirait côtoyer des fosses de Titans.

Je t’ai déjà dit, dans mes autres voyages, combien Rouen est admirable, je ne t’en reparlerai donc pas. J’ai revu Villequier, Caudebec, la Meilleraye. Il y avait un singe dans le bateau, ce qui fait que personne n’a regardé Jumièges.

La sortie de Rouen est magnifique. On longe une série de quinze à vingt énormes collines qui s’enchaînent comme des vertèbres. Tout ce chemin par eau jusqu’à Elbeuf est merveilleux. Il y a ici deux églises, Saint-Jean et Saint-Étienne, fort dégradées. Saint Jean plus encore que Saint-Étienne. Dans toutes deux de beaux vitraux. Dans Saint-Étienne j’en ai remarqué un qui est superbe et qui porte cette inscription : « En l’an mil cinq cent vingt et trois, Pierres Grisel et Marion sa femme on donné cette verrière. Priés Dieu pour leurz âmes. » Au-dessus sont peints les donateurs, Pierre Grisel dans son digne costume d’échevin, accompagné de son fils, tout jeune enfant, et, dans l’autre panneau, sa femme avec ses trois filles. Marion est charmante. — La verrière représente la généalogie de la Vierge, sujet qui est pour les vitraux ce que la descente de croix est pour les tableaux, une chose souvent traitée et presque toujours réussie. — Je ne sais quel architecte stupide a mis aux vieux piliers de Saint-Étienne des couronnes de marquis en guise de chapiteaux.

Il y a encore quelques vieilles maisons dans Elbeuf, entre autres une boucherie à côté de ma fenêtre. Mais les manufactures prospèrent trop pour que les anciennes maisons ne fassent pas place à des maisons blanches dignes d’un siècle de lumière où le plâtre est en honneur.

Je pars demain pour Louviers. Je finis ma lettre en t’embrassant bien tendrement, mon Adèle. Dis bien à ma chère petite Didine que dans quatre jours je serai près de vous. Dis-le bien à tous. >>

Victor Hugo, Œuvres complètes de Victor Hugo En voyage, tome II, texte établi par G. Simon, Librairie Ollendorff, 1910, p.146-147

AUTEUR  : Victor Hugo
ŒUVRE  : Œuvres complètes de Victor Hugo En voyage
GENRE  : Correspondance
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Elbeuf

STRATE  :
AU BORD / SUR

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR
-se promener

-traverser la Seine

-naviguer

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS
-se promener

-plaisirs

Jacques-Imbert Galloix, Les Rêves du passé, 1834

Poésies est un recueil de poésie classique qui a été écrit par Jacques-Imbert Galloix et publié en 1834. Le poème du recueil qui est cité ci-dessous, intitulé Les Rêves du passé, porte sur l’absence des rêves qui, dans le passé, animaient le poète. La disparition de ces rêves est caractérisée par l’opposition du passé, associé au printemps, à l’été et du présent, associé à l’hiver. Dans cet extrait, la Seine est évoquée à la fin de l’avant dernière strophe. Les rives de ce fleuve est associé au présent et ne représente donc pas un endroit qui pourrait soulager la peine du poète.

 

Les Rêves du passé

 

<< Alors les fleurs croissaient dans la verte prairie,
Dans un ciel glorieux triomphait le soleil.
Des songes printanniers erraient dans mon sommeil,
Le ciel n’était pas froid, l’eau n’était pas tarie.
Alors… Mais aujourd’hui tout est morne et glacé ;
Le cœur est desséché, la nature est flétrie !
Où sont les rêves du passé ?


Soleil, tu nous rendras tes splendeurs matinales ;
Astres, vaisseaux du ciel, vous voguerez encor,
Jours d’azur de juillet, verts coteaux, moisson d’or,
Horizon du Léman, vieux monts, Alpes natales,
Comme un aveugle errant, je voudrais vous revoir.
Ô mes jours de bonheur ! ô mes jeunes années !
Entre nous dès long-temps l’adieu s’est prononcé.
J’aime à voir, triste et seul, pâlir mes destinées
Avec les rêves du passé.

Pressy, riant village, asile solitaire,
Le plus cher à mes vœux, le plus doux de la terre,
Sous tes arbres en fleurs n’irai-je plus rêver ?
Blancs rochers du Salève, où j’ai caché des larmes,
Genève si chérie et si pleine de charmes,
N’irai-je pas vous retrouver ?

Hélas ! depuis long-temps je végète et je pleure ;
Depuis long-temps, hélas ! je redis d’heure en heure :
« Encore une heure de malheur ! »

Mais les cieux paternels abritaient mieux ma peine ;
Et l’étranger n’a pas, aux rives de la Seine,
D’asile pour les maux du cœur.

Aux rives de mon lac je croyais à la gloire ;
D’avenir et d’espoir l’amour m’avait bercé.
L’amour ! — Je n’y crois plus. Mon cœur est délaissé ;
La gloire me dédaigne… Oublie, ô ma mémoire,
Les tristes rêves du passé ! >>

Jacques-Imbert Galloix, Poésies, Cherbuliez, 1834, p.189-191

AUTEUR  : JACQUES-IMBERT Galloix
ŒUVRE  : Poésies
GENRE  : Poésie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Hors lieux

STRATE  :
AU BORD

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS
-se promener

 

Pierre Corneille, Poésies Diverses, XVIIème

Poésies diverses est un recueil qui regroupe des inscriptions latines traduites par Pierre Corneille au cours du XVIIème siècle. Cet ouvrage a été publié en 1862 par Charles Marty-Laveaux, un historien littéraire qui a regroupé les textes. Le poème ci-dessous présente une éloge du Louvre, dont la vue est si spectaculaire que les Nymphes de Seine, (qui sont des divinités issues de la mythologie grecque et romaine vivant dans l’eau) voudraient l’apercevoir.

POEME LXXVII


POUR LA FONTAINE DES QUATRE-NATIONS, VIS-À-VIS LE LOUVRE.


TRADUCTION PAR PIERRE CORNEILLE.

<< C’est trop gémir, Nymphes de Seine,
Sous le poids des bateaux qui cachent votre lit,
Et qui ne vous laissoient entrevoir qu’avec peine
Ce chef-d’oeuvre étonnant dont Paris s’embellit,
Dont la France s’enorgueillit.
Par une route aisée, aussi bien qu’imprévue,
Plus haut que le rivage un roi vous fait monter :
Qu’avez-vous plus à souhaiter ?
Nymphes, ouvrez les yeux, tout le Louvre est en vue. >>

INSCRIPTION DE SANTEUL.
<< Sequanides flebant imo sub gurgite Nymphæ,
Cum premerent densæ pigra fluenta rates ;
Ingentem Luparam nec jam aspectare potestas,
Tarpeii cedat cui domus alta Jovis.
Hue alacres, Rex ipse vocat, succedite, Nymphæ :
Hinc Lupara adverso litlore tota patet. >>

Poésies diverses, texte établi par Charles Marty-Laveaux en 1862, page 244.

AUTEUR  : PIERRE CORNEILLE

ŒUVRE  : Poésies diverses

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XVII

LIEU  : Paris

STRATE  : DANS / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-Naviguer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-Se promener

Francis Carco, Au pied des tours de Notre-Dame, 1952

Francis Carco est un poète, écrivain, journaliste et auteur de chansons. Il s’est rendu à Paris à partir de 1910, lorsqu’il était âgé de 24 ans, a découvert la ville et a donc écrit à son sujet. En 1950, Charles Dumont a arrangé ce poème sous forme de musique.

Au pied des tours de Notre-Dame,
La Seine coule entre les quais.
Ah ! le gai, le muguet coquet !
Qui n’a pas son petit bouquet ?
Allons, fleurissez-vous, mesdames !
Mais c’était toi que j’évoquais
Sur le parvis de Notre-Dame ;
N’y reviendras-tu donc jamais ?
Voici le joli moi de mai…

Je me souviens du bel été,
Des bateaux-mouches sur le fleuve
Et de nos nuits de la Cité.
Hélas ! qu’il vente, grêle ou pleuve,
Ma peine est toujours toute neuve :
Elle chemine à mon côté…

De ma chambre du Quai aux Fleurs,
Je vois s’en aller, sous leurs bâches,
Les chalands aux vives couleurs
Tandis qu’un petit remorqueur
Halète, tire, peine et crache
En remontant, à contre-coeur,
L’eau saumâtre de ma douleur…

Francis Carco, Au pied des tours de Notre-Dame, 1952

AUTEUR : FRANCIS CARCO
ŒUVRE: Au Pied des tours de Notre-Dame
GENRE: POÉSIE
ÉPOQUE : XX
LIEU: Paris

STRATE:
AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR
-Se promener
-naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-loisirs
-métiers


THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS
-Amours
-se promener

Auguste de châtillon, promenade à l’île saint-ouen-saint-denis (partant des batignolles), 1857

L’ouvrage << Promenade à l’île de Saint-Ouen-Saint-Denis partant des Batignolles >>, Auguste de Châtillon regroupe plusieurs textes à travers lesquels le lecteur peut se promener sur l’île Saint-Ouen-Saint-Denis.

III

<< À la Maison Blanche on s’arrête.
En descendant de la banquette
À gauche on traverse Saint-Ouen ;
On suit un parc qui s’étend loin
Et jusque vers l’eau se projette.

Lors, c’est un beau spectacle a voir ;
Cette île, ainsi qu’en un miroir,
Dans la Seine au loin se reflète,
Et, comme fait une coquette,
Se mire du matin au soir.

Tout scintille sous la lumière,
Tout retentit sur la rivière,
Tout est musique avec l’écho ;
Le bruit de la rame sur l’eau,
Le battoir de la lavandière.

Malgré l’éclat du pont nouveau,
Je préfère l’ancien bateau
Là, chaque coup de rame berce,
Pendant le temps que l’on traverse
On laisse aller sa main dans l’eau.

Cette île semble un coin de terre
Pour l’amour et pour le mystère…
On doit visiter avec soin
Cette île Saint-Denis-Saint-Ouen !
C’est comme une île de Cythère

Où vont s’éparpiller, nombreux,
De belles grappes d’amoureux
En plein soleil de la jeunesse !
Le temps mûrit, le temps nous presse…
— Aimons pour trois plus que pour deux. >>

Auguste de Châtillon, Promenade à l’île Saint-Ouen-Saint-Denis, imp. de Pilloy, 1875, p.5-6

 

AUTEUR  : AUGUSTE DE CHÂTILLON

ŒUVRE  : Promenade à l’île Saint-Ouen-Saint-Denis (partant des Batignolles)

GENRE  : POESIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : SAINT-OUEN-SAINT-DENIS

STRATE  :

AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 3  : LOISIRS EN SEINE

-Amours

rainer maria rilke, les cahiers de malte laurids brigge, 1926

Dans son récit << Les cahiers de Malte Laurids Brigge >>(1926), Rainer Maria Rilke fait référence au masque de l’Inconnue de la Seine lorsqu’il passe devant la boutique du mouleur Lorenzi dans laquelle il peut apercevoir le masque.

FR : Le mouleur devant la boutique duquel je passe tous les jours a accroché deux masques devant sa porte. Le visage de la jeune noyée que l’on moula à la morgue, parce qu’il était beau, parce qu’il souriait, parce qu’il souriait de façon si trompeuse, comme s’il savait. Et en dessous, l’autre visage qui sait. Ce dur nœud de sens tendus à rompre. Cette implacable condensation d’une musique qui sans cesse voudrait s’échapper. Le visage de celui à qui un Dieu a fermé l’ouïe pour qu’il n’y ait plus de sons hors les siens ; pour qu’il ne sot pas égaré par le trouble éphémère des bruits. Lui qui contenait leur clarté et leur durée ; pour que seuls les sens inaptes à saisir le son ramènent le monde vers lui, sans bruit, un monde en suspens, en expectative, inachevé, d’avant la création du son.

Finisseur du monde, ainsi que ce qui tombe en pluie sur la terre et les eaux, qui, négligemment, par hasard se dépose, se relève de partout, moins visible et joyeux d’obéir à sa loi, et monte et flotte et forme le ciel : de même s’éleva hors de toi la montée de nos chutes, et de musique envoûta le monde.

Ta musique : elle eût pu être autour de l’univers ; non pas autour de nous. On t’eût construit un orgue dans la Thébaïde ; et un ange t’aurait conduit devant l’instrument solitaire, entre les montagnes du désert où reposent des rois, des hétaïres et des anachorètes. Et, brusquement, il aurait pris son vol, de peur que tu ne pusses commencer.

Et alors tu te serais répandu à flots, fluvial, dans le vide, restituant à l’univers ce que seul l’univers peut supporter. Au loin, les bédouins se seraient enfuis sur leurs chevaux, superstitieusement ; mais les marchands se seraient jetés par terre, aux confins de ta musique, comme si tu étais la tempête. Et seuls quelques rares lions, la nuit, auraient rôdé, très loin, autour de toi, effrayés par eux-mêmes, menacés par leur sang agité.

Car à présent qui te retirera des oreilles cupides ? Qui les cassera hors des salles de concert, ces vénaux dont l’ouïe stérile se prostitue et ne reçoit jamais ? voici de la semence qui rayonne, et ils se tiennent en dessous d’elle comme des filles et ils jouent avec elle ; ou bien la laissent tomber comme la semence d’Onan, tandis qu’ils sont couchés dans leurs contentements inachevés.

Mais si jamais, maître, un chaste à l’oreille vierge était étendu contre ton son : il mourrait de félicité, ou il concevrait l’infini, et son cerveau fécondé éclaterait de trop de naissance.

 

Verison oroginale en allemand : Der Mouleur, an dem ich jeden Tag voruberkomme, hat zwei Masken neben seiner Tur ausgehängt. Das Gesischt der jungen Ertränkten, das man in der Morgue abnahm, weil es schön war, weil es lächelte, weil es so täuschend lächelte, als Wußte es. Und darunter sein wissendes Gesicht. Diesen harten knöten aus fest zusammengezogenen Sinnen. Diese unerbittliche Selbstverdichtung fortwährend ausdampfen wollender Musik. Das Antlitz dessen, dem ein Gott das Gehör verschlossen hat, damit es keine Klange gabe, außer seinen. Damit er nicht beirrt wurde duch das Trübe und Hinfällige der Geräusche. Er, in dem ihre Klarheit und Dauer war ; damit nur die tonlosen Sinne ihm Welt eintrugen, lautlos, eine gespannte, wartende Welt, unfertig, vor der Erschaffung des Klanges.

Weltvollendender : wie, was als Regen fällt uber die Erde und an die Gewässer, nachlässig niederfallt, zufällig fallend, – unsichtbarer und froh von Gesetz wieder aufstehend aus allem und steigt und schwebt und die Himmel bildet : so erhob sich aus dir der Aufstieg unserer Niederschlage und umwölbte die Welt mit Musik.

Deine Musik : daß sie hatte um die Welt sein dürfen ; nicht um uns. Daß man dir Hammerklavier erbaut hatte in der Thebais ; und ein Engel hatte dich hingeführt vor das einsame Instrument, durch die Reihen der Wustengebirge, in denen Konige ruhen und Hetaren und Anachoreten. Und er hatte soch hoch geworfen und fort, ängstlich, daß du begannest.

Und dann hattest du ausgestromt, Stromender, ungehört ; an das All zurückgebend, was nur das All erträgt. Die Beduinen waren in der Ferne vorbeigejagt, abergläubisch ; die Kaufleute aber hatten sich hingeworfen am Rande deiner Musik, als warst du der Sturm. Einzelne Löwen nur hatten dich weit bei Nacht umkreist, erschrocken vor sich selbst, von ihrem bewegten Blute bedroht.

Denn wer holt dich jetzt aus den Ohren zurück, die lüstern sind ? Wer treibt sie aus den Musiksalen, die Käuflichen mit dem unfruchtbaren Gehör, das hurt und niemals empfängt ? da strahlt Samen aus, und sie halten sich unter wie Dirnen und spielen damit, oder er fällt, während sie daliegen in ihren ungetanen Befriedigungen, wie Samen Onans zwischen sie all.

Wo aber, Herr, ein Jungfräulicher unbeschafenen Ohrs lage bei deinem Klang : er stürbe an Seligkeit oder er truge Unendliches auss und sein befruchtetes Hirn mußte bersten an lauter Geburt.

 

Paris est une fête-Ernest Hemingway-1964

Dans les années 1920, lorsque Hemingway et sa jeune épouse Hadley sont arrivés dans la capitale,  vous n’aviez pas besoin d’argent pour rendre chaque instant unique.  Que ce soit en se promenant le long de la Seine et en rencontrant des libraires ou au bistrot de Montmartre, l’auteur nous invite à découvrir ce Paris abordable et  où il est facile de faire des  rencontres.

L’un des meilleurs endroits,  pour en manger, était un restaurant en plein air,  construit au-dessus du fleuve, dans le Bas-Meudon. Nous y allions quand nous avions de quoi nous payer un petit voyage hors du quartier.

On l’appelait  » La Pêche miraculeuse » et l’on y buvait un merveilleux vin blanc qui ressemblait à du muscadet.  Le cadre était digne d’un conte de Maupassant, et l’on y avait une vue sur le fleuve, comme Sisley en a peint. Mais ce n’était pas la peine d’aller si loin pour déguster une friture de goujons. Il y en avait de délicieuses dans l’île Saint-Louis.

Je connaissais plusieurs des pêcheurs qui écumaient les coins poissonneux de la Seine,  entre l’île Saint-Louis et la place du Vert-Galant, et parfois,  si le ciel était clair,  il m’arrivait d’acheter un litre de vin,  un morceau de pain et de la charcuterie et je m’asseyais au soleil et lisais l’un des livres que je venais d’acheter et observais les pêcheurs. »

Hemingway Ernest, Paris est une fête, éditions Gallimard, 1964, p 58-59.

Pierre Corneille, Poésies diverses, XVII

Ensemble de traductions d’inscriptions latines, composé pour les fontaines de Paris inspiré par des textes anciens et plusieurs fois traduite notamment par Corneille, Périer ou encore Charpentier durant le 17ème siècle. Ces inscriptions semblent faire l’éloge du dieu/déesse de la Seine et expliquent que les fontaines ne sont qu’une extension de celle-ci.

 

LXXVI

 

Sur la pompe du pont Notre-Dame.

Traduction par Pierre Corneille.

 

Que le dieu de la Seine a d’amour pour Paris !

Dès qu’il en peut baiser les rivages chéris,

De ses flots suspendus la descente plus douce

Laisse douter aux yeux s’il avance ou rebrousse :

Lui-même à son canal il dérobe ses eaux,

 

Qu’il y fait rejaillir par de secrètes veines,

Et le plaisir qu’il prend à voir des lieux si beaux,

De grand fleuve qu’il est, le[1] transforme en fontaines.

 

In Sequanæ fontes ex ipso fluvio eductos.

 

Sequana cum primum reginæ[2] allabitur urbi,

Tardat præcipites ambitiosus aquas.

Captus amore loci, cursum obliviscitur, anceps

Quo fluat, et dulces nectit in urbe moras.

Hinc varios implens fluctu subeunte canales,

Fons fieri gaudet, qui modo flumen erat.

 

Traduction par du Périer.

 

Éprise d’un lieu si charmant

Je coule bien plus lentement ;

Je m’arrête partout, et mon onde incertaine

Semble même oublier son cours :

Ainsi ces longs canaux, où je coule sans peine,

Font qu’après mille détours,

De fleuve que j’étois, je me change en fontaine.

 

Autre par Charpentier de l’Académie Française.

 

Aussitôt que la Seine en sa course tranquille

Joint les superbes murs de la royale ville,

Pour ces lieux fortunés elle brûle d’amour :

Elle arrête ses flots, elle avance avec peine,

Et par mille canaux se transforme en fontaine,

Pour ne sortir jamais d’un si charmant séjour.

 

Autre.

 

Aussitôt que la Seine, après ses longs détours,

Baigne enfin de Paris le superbe rivage,

Fière du beau séjour qui lui tombe en partage,

De son onde rapide elle suspend le cours :

L’éclat du lieu l’enchante et la rend incertaine

Où pour n’en point sortir doivent couler ses eaux ;

Enfin s’ouvrant le sein de cent vastes canaux,

Elle y coule, et de fleuve elle devient fontaine.

 

Pierre Corneille, Poésies diverses, Texte établi par Charles Marty-Laveaux, 1862, 10 (p. 242-243).

 

 

AUTEUR : DE SANTEUL, Jean / CORNEILLE, Pierre / Charpentier, François

ÉPOQUE : XVII

GENRE : Transcription latine

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, 1889

Ecrit par André Chénier, un poète du 18ème siècle qui s’est illustré comme un opposant à Robespierre durant la Révolution, et fut guillotiné. « Aux Frères de Pange » fut probablement écrit vers les dernières années de sa vie, peut-être même durant sa captivité, au vu de l’aspect testamentaire du poème. Né à Constantinople/Istanbul, la ville entre deux mers, Chénier montre par son poème l’importance de la mer et des fleuves dans sa vie usant d’un style préromantique et mettant en avant une imagerie hellénistique dont il fut très inspiré. Il conjure ainsi à ses amis, les Pange (famille de la noblesse), de rester heureux et de se souvenir de lui.

 

VI

 

AUX FRÈRES DE PANGE

 

Vous restez, mes amis, dans ces murs où la Seine

Voit sans cesse embellir les bords dont elle est reine,

Et près d’elle partout voit changer tous les jours

Les fêtes, les niveaux, les belles, les amours.

Moi, l’espoir du repos et du bonheur peut-être,

Cette fureur d’errer, de voir et de connaître,

La santé que j’appelle et qui fuit mes douleurs

(Bien sans qui tous les biens n’ont aucunes douceurs),

À mes pas inquiets tout me livre et m’engage.

C’est au milieu des soins compagnons du voyage,

Que m’attend une sainte et studieuse paix

Que les flèches d’amour ne troubleront jamais.

Je suivrai des amis[2] ; mais mon âme d’avance ;

Vous, mes autres amis, pleure de votre absence,

Et voudrait, partagée en des penchants si doux,

Et partir avec eux et rester près de vous.

Ce couple fraternel, ces âmes que j’embrasse

D’un lien qui du temps craignant peu les menaces,

Se perd dans notre enfance, unit nos premiers jours

Sont mes guides encore ; ils le furent toujours.

Toujours leur amitié, généreuse, empressée,

À porté mes ennuis et ne s’est point lassée.

Quand Phébus, que l’hiver chasse de vos remparts,

Va de loin vous jeter quelques faibles regards,

Nous allons, sur ses pas, visiter d’autres rives,

Et poursuivre au Midi ses chaleurs fugitives.

Nous verrons tous ces lieux dont les brillants destins

Occupent la mémoire ou les yeux des humains :

Marseille où l’Orient amène la fortune ;

Et Venise élevée à l’hymen de Neptune ;

Le Tibre fleuve-roi ; Rome fille de Mars,

Qui régna par le glaive et règne par les arts ;

Athènes qui n’est plus, et Byzance ma mère ;

Smyrne qu’habite encor le souvenir d’Homère.

Croyez, car en tous lieux mon cœur m’aura suivi,

Que partout où je suis vous avez un ami.

Mais le sort est secret ! Quel mortel peut connaître

Ce que lui porte l’heure et l’instant qui va naître ?

Souvent ce souffle pur dont l’homme est animé,

Esclave d’un climat, d’un ciel accoutumé,

Redoute un autre ciel, et ne veut plus nous suivre

Loin des lieux où le temps l’habitua de vivre.

Peut-être errant au loin, sous de nouveaux climats,

Je vais chercher la mort qui ne me cherchait pas.

Alors, ayant sur moi versé des pleurs fidèles,

Mes amis reviendront, non sans larmes nouvelles,

Vous conter mon destin, nos projets, nos plaisirs

Et mes derniers discours et mes derniers soupirs.

 

Vivez heureux ! gardez ma mémoire aussi chère,

Soit que je vive encor, soit qu’en vain je l’espère.

Si je vis, le soleil aura passé deux fois

Dans les douze palais où résident les mois,

D’une double moisson la grange sera pleine,

Avant que dans vos bras la voile nous ramène.

Si long-temps autrefois nous n’étions point perdus !

Aux plaisirs citadins tout l’hiver assidus,

Quand les jours repoussaient leurs bornes circonscrites,

Et des nuits à leur tour usurpaient les limites,

Comme oiseaux du printemps, loin du nid paresseux,

Nous visitons les bois et les coteaux vineux,

Les peuples, les cités, les brillantes naïades ;

Et l’humide départ des sinistres pléiades

Nous renvoyait chercher la ville et ses plaisirs,

On souvent rassemblés, livrés à nos loisirs,

Honteux d’avoir trouvé nos amours infidèles,

Disputer des beaux-arts, de la gloire et des belles.

Ah ! nous ressemblions, arrêtés ou flottants,

Aux fleuves comme nous voyageurs inconstants.

Ils courent à grand bruit ; ils volent, ils bondissent ;

Dans les vallons riants leurs flots se ralentissent.

Quand l’hiver accourant du blanc sommet des monts,

Vient mettre un frein de glace à leurs pas vagabonds,

Ils luttent vainement, leurs ondes sont esclaves :

Mais le printemps revient amollir leurs entraves,

Leur frein s’use et se brise au souffle du zéphyr

Et l’onde en liberté recommence à courir.

 

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, Texte établi par Louis Moland, Garnier, 1889, Volume 1 (p. 174-176).

 

 

AUTEUR : CHENIER, André

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Lieux multiples et non définis (Paris, Istanbul, Rome, Lieux hellénistiques imaginé par l’auteur)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-amours