Archives par mot-clé : Seine

Le métro sous la Seine: L’histoire de la ligne 4

À l’époque de sa constructionla ligne 4 est la première à traverser Paris du nord au sud. Au début du XXème siècle sous la direction de l’ingénieur Fulgence Bienvenüeil ose le défis de franchir la SeinePour la première foisun transport en commun doit réussir le défi de joindre la rive droite et la rive gauche.

Pour pouvoir faire cela deux options se distinguentla première consiste à arrêter la ligne avant la Seinece qui serait considéré comme un échecQuant à la secondeelle consiste à faire passer le métro au-dessus de l’eauPour celaon songe à construire des rails sur le Pont au Change et le Pont Saint-Michel mais il s’agirait alors de modifiervoire défigurerune partie importante du patrimoine de Paris.

L’option qui sera donc choisie et de construire sous la Seine, on utilise des tunnels à submerger, ont les installé sur l’eau, ont vider la cavité en dessous du tunnel, puis on inséré de l’air à très haute pression. Ainsil’eau et la boue ne s’infiltrer plusOn envoie donc des ouvriers qui creusent le sol en dessous et enfuit petit à petit le tunnel au fond de la terre.

Ensuiteles ingénieurs ont eu l’idée de congeler le sol pour le durcir et donc creuser sur les côtés sans risquer de faire tomber les habitationsPour celanous utilisons l’injection de saumurec’est-à-dire une solution aqueuse congelée à 24°. Il n’est plus nécessaire de remuer la bouetout ce que vous avez à faire est de briser la glacePar conséquentles travailleurs peuvent transporter l’énorme pièce métallique tubulaire sur le sol avec eux

La ligne 4, première ligne à relier la rive droite de la Seine à la rive gauche de la Seine par une ligne transversale sous le fleuve, qui a donné lieu à des projets spectaculaires de 1905 à 1907 au cœur de la capitale.

 

Archives France-Premier passage du métro sous la Seine:  https://francearchives.fr/commemo/recueil-2010/39495

A. Dumas, « Le métropolitain de Paris. Situation des nouvelles lignes projetées et état des travaux des lignes en cours d’exécution », dans Le Génie civil, 21 avril 1906, tome XLVIII, no 25, no 1245.

Jean TricoireLe métro de Paris : 1899-1911 : images de la construction, Paris Arles, Paris-Musées RATP Diff. Actes sud, , 215 p.

La Seine-Patrick Huet

Patrick Huetécrivain et fleuve trotteuril a longé entièrement à pied toute la SeineDans son livre : « La Seine à pied de la source à la mer », l’auteur nous dévoile des photos et nous décrit le chemin exact  passer si un jour nous souhaitons longer une partie ou la totalité de la SeineLe poème si contre est en acrostichece qui signifie que les premières lettres de chaque vers forment un mot quand elles sont lues verticalement.

« Lentement, goutte à goutte, une source se glisse

Au reflet ondoyant d’un feuillage qui plisse.

Sur le clair de ses eaux se promène un soupir

Et la course fragile d’un fleuve à venir.

Imprégnée du désir de toucher l’horizon,

Notre Seine dès lors traverse les vallons

Et atteint l’embouchure aux confins des saisons. »

Patrick Huet

auteur de Publication du livre : « La Seine à pied de la source à la mer »  aux éditions BoD (« Books on Demand »)

site personnel : https://www.patrickhuet.net/

 

Il pleut sur la Seine-Maurice Carême

Poème écrit par Maurice Carêmepoète et écrivain belge de langue française. Venant d’une série de 25 poèmes mis en musique dans un cd-livre et chanté par Domitille, ces poèmes regroupent l’imaginaire et les émotions de l’enfance.

« Depuis des semaines,

Il pleut sur la Seine.

Assis sur un banc,

Je chante pourtant

La faridondaine.

Pourquoi m’en ferais-je ?

Qu’il pleuve ou qu’il neige,

J’écoute mon cœur.

Comme moi, il aime

Chanter dans la pluie

De vieilles rengaines

Où il pleut ainsi

Depuis des semaines;

Où il pleut aussi

Au bord de la Seine. »

Il pleut sur la Seine-Maurice Carême

Interprété par Domitille.

Ecoute: https://www.youtube.com/watch?v=LkFxRlAwK4E

 

Front de Seine-Jacques Charpentreau

 Jacques Charpentreau est un poète français, nouvelliste, romancier et écrivain en prose. L’auteur met en lumière la Seine dans un poème condamnant la «réification» du fleuve.

« La Seine a mal au front

Ah! Ce n’est pas de veine

Il lui vient des bétons

De Javel à Grenelle

C’est comme une éruption

Une fièvre malsaine

C’est bête le béton

ça entête la Seine

Car ses démangeaisons

Lui donne la migraine

Bêtise du béton

Malaise de la Seine

Dans son lit de son long 

Elle cache sa peine

Sa honte des bétons

Soyer bon avec elle

La Seine a mal au front. »

Front de Seine-Jacques Charpentreau  » Paris des enfants « 

 

 

 

Congés payés-Jean L’Anselm-1952

Jean l’Anselme, est un poète assez atypique, comme on le dit parfois des auteurs qui déconcertent, celui-ci n’entrent pas dans les catégories normalisées. Ainsi, l’auteur fait référence à la seine à la fin de ce poème de façon original.

« Moi dit la cathédrale je voudrais être coureur à pied pour

pouvoir lâcher mes béquilles

Moi dit le pont je voudrais être suspendu pour pouvoir sauter

A la corde

Moi dit l’imagination je voudrais être riche pour pouvoir

emmener l’Anselme en vacances

Moi dit le Seine je voudrais être mer pour avoir des enfants 

qui jouent dans le sable »

Jean L’Anselme (« Il fera beau demain » -Editions Caractère/ Imprimerie de Poème, 1952)

 

Le crapaud-Robert Desnos

Autodidacte et rêvant de poésie, Robert Desnos est introduit vers 1920 dans les milieux littéraires modernistes et rejoint en 1922 l’aventure surréaliste. Son œuvre comprend un certain nombre de recueils de poèmes publiés de 1923 à 1943 avec des  textes sur l’art, le cinéma ou la musique, regroupés dans des éditions posthumes.

« Sur le bord de la Marne,

Un crapaud il y a,

Qui pleure à chaudes larmes

Sous un acacia.

-Dis-moi pourquoi tu pleures

Mon joli crapaud ?

-C’est que j’ai le malheur

De n’être pas beau.

Sur les bords de la Seine

Un crapaud il y a,

Qui chante à perdre haleine

Dans son charabia

-Dis-moi pourquoi tu chantes

Mon vilain crapaud ?

-Je chante à voix plaisante.

Car je suis très beau,

Des bords de la marne aux bords de la Seine

Avec les sirènes. »

Le Crapaud-Robers Desnos




La Seine (chanson)-Matthieu Chedid-2011

la Seine est une chanson dont les paroles et la musique sont écrite par Matthieu Chedid, interpréter aux prêts de Vanessa ParadisVenant du dessin animé en images de synthèse réalisé par Bibo Bergeron en 2011,  « un monstre à Parisdont Vanessa Paradisest la voix du personnage LucilleL’intrigue se déroule à Paris durant la crue de la Seine de 1910.

« Elle sort de son lit

Tellement sûre d’elle

La Seine, la Seine, la Seine

Tellement jolie, elle m’ensorcelle

La Seine, la Seine, la Seine

Extralucide, la lune est sûre

La Seine, la Seine, la Seine

Tu n’es pas saoul

Paris est sous

La Seine, la Seine, la Seine

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça, la Seine et moi

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça la Seine et moi

Extra Lucille* quand tu es sur

La scène, la scène, la scène

Extravagante quand l’ange est sur

La scène, la scène, la scène

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça, la Seine et moi

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça la Seine et moi

Sur le pont des arts

Mon cœur vacille

Entre deux eaux

L’air est si bon

Cet air si pur

Je le respire

Nos reflets perchés

Sur ce pont

[…] On s’aime comme ça, la Seine et moi (4 fois) »

Paroles et musique de Matthieu Chedid-2011.

Interprétation: Vanessa Paradis.

Ecoute:https://www.youtube.com/watch?v=vlPZLE2g0Kc

 

La Seine et la Tamise (Chanson)-Petula Clark-1961

 

La Tamise est l’un des plus longs chenaux fluviaux avec une longueur totale de 346 kilomètresson chenal est entièrement situé en Angleterre et se termine en mer du NordPoint commun avec la Seine qui se jette dans la mancheTous deux se rejoignent après avoir parcouru de nombreux kilomètreset confluent dans deux mers prochesAinsi Pierre Delanoëparolier français écrit c’est parole qui seront interprétée par Petula Clark en 1961.

« Elles ont toutes deux

La Seine et la Tamise

Les mêmes rives grises

Où l´on va pour rêver

Où l´on va s´embrasser

Elles ont toutes deux

La Seine et la Tamise

Vers le temps des cerises

Des bateaux de badauds

De badauds sur le dos

Elles ne sont pas trop pressées

D´aller mourir en mer

Elles parcourent émerveillées

La France et l´Angleterre

C´est bien vrai qu’elles ont

La Seine et la Tamise

Des grâces de marquises

Quand le vent de l´été

Les invite à danser

Et je mélange dans mon cœur

Le cours de ces rivières

Ici ou là, c´est le bonheur

C´est la même lumière

Car elles ont, c´est vrai,

La Seine et la Tamise

Les mêmes rives grises

Qui seront pour toujours

Mes amours, mes amours

Oui, mes amours (2X) »

paroles de Pierre Delanoë, musique de Petula Clark-1961.

interprétation : Petula Clark.

Ecoute: https://www.youtube.com/watch?v=3NBkxpu9Bog

 

La passe à poissons d’Andrésy: une rivière sur la seine

Creusée à travers l’île Nancy, la passe à poissons d’Andrésy est une rivière artificielle créée au droit du barrage d’Andrésy en 2011. Unique en Île-de-France, cet ouvrage de 180 mètres de long et 10 mètres de large est conçu de manière à recréer des conditions de franchissement proches de celles d’un cours d’eau naturel. Cette alternative artificielle a été réalisée par VNF (voie navigable de France).

Le principe d’une passe à poissons est simple : il s’agit d’attirer les poissons à l’aval du barrage et de les inciter à passer par une voie d’eau artificielle qui contourne ce barrage. Pour qu’une passe puisse être considérée comme efficace, le poisson doit en trouver l’entrée, la franchir sans retard ni blessure préjudiciables à sa migration vers l’amont. Cependant, toutes les espèces migratrices n’ont pas les mêmes capacités physiques. Par conséquent, la conception de la passe à poissons doit tenir compte des exigences biologiques de chaque poisson. En particulier, la vitesse actuelle à l’intérieur du dispositif doit être compatible avec la capacité de nage du poisson. Par conséquent, le saumon préfère les courants forts, tandis que les anguilles préfèrent les eaux calmes. D’autres paramètres environnementaux, tels que le débit, la teneur en oxygène dissous et la température, sont également essentiels pour attirer les poissons.

Les spécialistes recensent actuellement près de 32 espèces de poissons dont 18 courantes dans la Seine. La passe à poissons d’Andrésy, située sur l’île Nancy, contribue au passage d’espèces encore peu présentes dans nos eaux, mais attention la pêche y est totalement interdite.

Le barrage d’Andrésy-Site officiel:https://www.andresy.com/le-barrage-dandresy

La passe à poissons d’Andrésy-Un ouvrage original de rivière artificielle-Direction interrégionale du bassin de la Seine: https://www.andresy.com/sites/default/files/media/2019-10/Plaquette_passe-poisson%20Andr%C3%A9sy_2011.pdf

Jean-Pierre Claris de Florian, La Carpe et les Carpillons, Fables de Florian,1793

Fable de Jean Pierre Claris de Florian, publiée en 1793, « La Carpe et les Carpillons » nous conte l’histoire d’une mère Carpe et de ses Carpillons. Si la mère conjure ses enfants de ne pas approcher les rives et de faire attention, les Carpillons voyant la montée des eaux en avril de la Seine, ceux-ci croyant au déluge n’écoute plus leur mère et se dirige vers les rives. Mais cette montée des eaux du fleuve n’est que de courte durée et les carpillons se retrouve piégés. L’auteur montre ainsi qu’il faut rester humble et écouter ses parents et ainés.

 

FABLE II

La Carpe & les Carpillons

 

Prenez garde, mes fils, côtoyez moins le bord,
Suivez le fond de la rivière ;
Craignez la ligne meurtrière,
Ou l’épervier plus dangereux encor.
C’est ainsi que parloit une carpe de Seine
À de jeunes poissons qui l’écoutoient à peine.
C’étoit au mois d’avril : les neiges, les glaçons,
Fondus par les zéphyrs, descendoient des montagnes.
Le fleuve, enflé par eux, s’élève à gros bouillons,
Et déborde dans les campagnes.
Ah ! ah ! crioient les carpillons,
Qu’en dis-tu, carpe radoteuse ?
Crains-tu pour nous les hameçons ?
Nous voilà citoyens de la mer orageuse ;
Regarde : on ne voit plus que les eaux & le ciel,
Les arbres sont cachés sous l’onde,
Nous sommes les maîtres du monde,
C’est le déluge universel.
Ne croyez pas cela, répond la vieille mère ;
Pour que l’eau se retire il ne faut qu’un instant :
Ne vous éloignez point, &, de peur d’accident,
Suivez, suivez toujours le fond de la rivière.

Bah ! disent les poissons, tu répètes toujours
Mêmes discours.
Adieu, nous allons voir notre nouveau domaine.
Parlant ainsi, nos étourdis
Sortent tous du lit de la Seine,
Et s’en vont dans les eaux qui couvrent le pays.
Qu’arriva-t-il ? Les eaux se retirèrent,
Et les carpillons demeurèrent ;
Bientôt ils furent pris,
Et frits.
Pourquoi quittoient-ils la rivière ?
Pourquoi ? je le sais trop, hélas !
C’est qu’on se croit toujours plus sage que sa mère
C’est qu’on veut sortir de sa sphère,
C’est que… c’est que… je ne finirai pas.

 

Jean-Pierre Claris de Florian, La Carpe et les Carpillons, Fables de Florian, Louis Fauche-Borel, 1793, Volume 9 (p. 37-38).

 

AUTEUR : CLARIS DE FLORIAN, Jean-Pierre

ÉPOQUE : XVIII

GENRE : Fable

LIEU : Seine

STRATE : DANS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-nager

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-pêcher