Archives par mot-clé : seine à loisirs

Alfred Capus, Qui perd gagne, 1900

Qui perd gagne est un récit d’aventure qui a été écrit par Alfred Capus et publié en 1900. Dans cet extrait, un couple parisien décide d’emménager dans une maison située à la campagne, non loin de Mantes et en aval de la Seine. La vie au bord du fleuve attire ainsi ces personnages qui viennent s’installer près de la Seine et qui pourront profiter du paysage ainsi que de plusieurs activités comme le canotage.

<<— Si ça marche encore un peu, lui dit-elle, nous louerons quelque chose sur le bord de la Seine, pendant les grandes chaleurs. Il n’y a rien à faire à Paris, à ce moment-là, et la vie sera plus économique. >>

[…]

<< On leur indiqua, à quatre kilomètres de Mantes, en aval de la Seine, une maison de campagne qui était en location. Ils allèrent la visiter le dimanche suivant. On l’appelait la Maison Verte ; elle appartenait à un peintre qui, ayant été décoré au dernier Salon, devait passer l’été dans des villes d’eaux. Le propriétaire la louait toute meublée. Il y avait, en bas, la cuisine, la salle à manger et une autre petite pièce ; en haut, trois chambres et l’atelier, éclairé par une large baie d’où l’on apercevait la Seine. Le jardin s’étendait jusqu’aux bords du fleuve et contenait un verger, un potager et une tonnelle sous laquelle on pouvait déjeuner. Farjolle déclara que le paysage était beau. En leur montrant la tonnelle, le jardinier leur dit :

— Monsieur l’a mise dans le tableau qui lui a valu la croix de la Légion d’honneur.

Il insista sur les légumes.

— Il y en a pour toute la saison. Monsieur n’en achetait jamais à la ville.

— Ce sera une rude économie, fit observer Farjolle à sa femme.

Emma admira un grand carré de salades. La vue d’un cerisier où plusieurs cerises commençaient à mûrir, les décida. Farjolle accepta le prix : quinze cents francs pour la saison. De plus, les gages du jardinier qu’ils gardèrent à leur service.

— Voici l’adresse de Monsieur, à Paris.

— J’irai le voir demain et nous emménagerons dans huit jours.

Ils visitèrent encore la maison, puis descendirent le jardin jusqu’à la Seine. Au bout de l’allée un ponton servait à amarrer deux canots, compris dans la location, un gros, ventru et court, où l’on était très à son aise, et un plus mince pour la course.

Farjolle n’osa pas monter avec Emma dans celui-ci, « parce que, dit-il, les costumes de ville ne sont pas commodes pour ramer ». Le jardinier leur fit faire une petite promenade dans l’autre. Emma se mouilla en embarquant, ce qui lui causa une véritable joie. >>

Alfred Capus, Qui perd gagne, Librairie Paul Ollendorff, 1900, p.55 et p.141-143

AUTEUR  :  Alfred Capus
ŒUVRE  : Qui perd gagne
GENRE  : Récit d’aventure
ÉPOQUE  : XXe
LIEU  : Mantes

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Loisirs

THÉMATIQUE 3  : SEINE A LOISIRS

-Canoter

LA FÊTE DE PARIS-HEMINGWAY-1964

La Fête de Paris (A moveable feast) est un récit autobiographique d’Ernest Hemingway. écrit entre 1957 et 1960, l’auteur témoigne de sa première année d’écrivain  à Paris dans les années 1920, un jeune journaliste qui abandonne son travail et tente d’écrire pour gagner sa vie. Lui et sa charmante épouse Hadley Richardson en arrivant dans la capitale française

Les gens de la Seine

À la pointe de l’île de la Cité, au-dessous du Pont-Neuf, où se trouvait la statue d’Henry IV, l’île finissait en pointe comme l’étrave aiguisée d’un navire, et il y avait là un petit parc, au bord de l’eau […] et dans les trous et les remous qu’engendrait le mouvement de l’eau contre les rives, il y avait d’excellents coins pour la pêche. […]

Les endroits poissonneux changeaient selon le niveau du fleuve, et les pêcheurs utilisaient de longues cannes mises bout à bout […] Ils attrapaient toujours quelque chose et faisaient souvent de forts bonnes pêches de goujons. Ceux-ci se mangent frits, tout entiers, et je pouvais en dévorer des platées. Leur chair était tendre et douce, avec un parfum meilleur encore que celui de la sardine fraîche, et pas du tout huileuse, et nous les mangions avec les arêtes, sans rien en laisser.
L’un des meilleurs endroits, pour en manger, était un restaurant en plein air, construit au-dessus du fleuve, dans le Bas-Meudon. Nous y allions quand nous avions de quoi nous payer un petit voyage hors du quartier. On l’appelait « La Pêche miraculeuse » et l’on y buvait un délicieux vin blanc qui ressemblait à un muscadet. Le cadre était digne d’un conte de Maupassant, et l’on y avait une vue sur le fleuve, comme Sisley en a peint. 

People of the Seine

At the head of the Ile de la cité below the Pont Neuf where there was the statue of Henri Quatre, the island ended in a point like the sharp bow of a ship and there, huge and spreading, and in the currents and backwaters that the Seine made flowing past, there were excellent places to fish.

You went down a stairway to the park and watched the fishermen there and under the great bridge. The good spots to fish changed with the height of the river and the fishermen used long,  jointed, cane poles but fished with very fine leaders and light gear and quill floats and experty baited the piece of water that they fished. They alway caught some fish, and often they made excellent catches of the dace-like fish that were called goujons. They ware delicious fried whole and I could eat a plateful. They were plomp and sweaet-fleshed with a finer flavour than bones and all. And were not at all oily, and we ate them bones and all. One of the best places to eat them was at an open-air restaurant built out over the river at Bas Meudon where we would go when we had money for a trip away from our quarter. It was called La Pêche Miraculeuse and has a spendid white wine that was a sort of muscadet. It was a place out of a Maupassant story with the view over the river as Sisley had painted it.

Ernest HEMINGWAY, Paris est une fête, Traduit par Marc Saporta, Paris, Gallimard, 1964. Citation extraite du volume Folio, 1993, p. 58

 

Ernest Renan, Lettres du séminaire (1838-1846)

Cette lettre a été écrite par Ernest Renan à Gentilly, le 25 juillet 1840. Il  s’adresse à sa mère et lui fait part de ses promenades qui se sont déroulées pendant ses vacances. L’auteur y écrit qu’il a choisi de longer la Seine pour se rendre à Saint-Cloud après être allé à Suresnes. Il décrit par la suite le déroulement de la rencontre inattendue qu’il a eu avec le roi au cours de son voyage ainsi que l’impression qu’il en a eu avant de reprendre son trajet, de manger au bord du fleuve et de visiter le village de Sèvres.
 
 

XV

Gentilly, 25 juillet 1840.
<< Très chère et très bonne maman,

Je ne sais pourquoi, depuis que je suis en vacances, j’aime surtout à penser à vous. C’est sans doute parce que mon esprit libre de tout souci se porte naturellement vers ce qu’il aime, ou que mon cœur a besoin de vous voir ce qu’il y a de bien sûr, c’est que mon plus grand plaisir est de penser à vous, et surtout de recevoir de vos lettres. Écrivez-moi souvent, je vous en supplie, très chère maman, c’est mon plus grand bonheur, ne me le refusez pas.

Du reste, bonne et chère maman, je m’amuse beaucoup, grâce aux soins de tous ces messieurs, qui prennent toutes les peines du monde pour nous procurer quelque délassement. Nous avons fait trois grandes promenades du plus grand intérêt. La première, qui a été la moins considérable, a eu pour but le château de Vincennes, cette antique demeure de Saint-Louis. Mais ce qui nous a surtout intéressés, c’est l’exercice d’artillerie dont nous avons été témoins, car derrière le château se trouve un très beau parc d’artillerie. Rien de plus intéressant que de voir ainsi faire l’exercice au boulet ce que nous avons vu peut nous donner une parfaite idée d’un siège aussi y sommes-nous retournés une seconde fois. La seconde promenade nous a encore plus enchantés par son extrême variété. Partis à cinq heures du matin, nous nous sommes d’abord rendus au bois de Boulogne, où nous avons déjeuné sous l’ombrage. Le bois de Boulogne est célèbre par le nombre de ses promeneurs. Aussi à chaque porte du Bois y a-t-il un grand nombre de chevaux pour la commodité des personnes qui veulent y faire des cavalcades. On nous a procuré ce plaisir, et les uns montés sur des chevaux, les autres sur de plus humbles montures (des ânes) nous voilà trottant, galopant à travers les allées de la forêt. Moi-même, ma chère maman, je montais un coursier, mais rassurez-vous, il n’y avait rien à craindre, car vous sentez que ce ne sont pas les chevaux les plus fringants que l’on met ainsi aux portes du bois de Boulogne. De là nous nous sommes rendus au petit village de Suresnes, où nous avons passé la Seine. Ce petit village est situé au pied du Mont-Valérien que nous n’avons pu visiter, car il faut pour cela un billet du ministre, et nous n’avions pas songé à nous en procurer. Nous nous contentâmes donc de côtoyer la Seine qui devait nous mener jusqu’à Saint-Cloud, mais voici le plus bel incident de la promenade. Déjà nous avions remarqué sur la route plusieurs piquets de gendarmerie, plusieurs soldats qui allaient et venaient à cheval. Tout à coup nous entendons partir d’une bouche ce mot Le roi va passer. Et en effet après avoir attendu une heure environ, nous avons vu dans le lointain un nuage de poussière ; c’était la voiture du roi qui allait de Neuilly à SaintCloud. Le roi a une figure assez bonne et surtout très fine, mais il m’a semblé très vieux. Du reste rien de plus ressemblant que son effigie sur les monnaies ; à cela seul on pourrait le reconnaître. Une réflexion m’a frappé en le voyant ainsi réduit à ne pouvoir se promener qu’en voiture, très rapidement, entouré et suivi d’une escorte : c’est qu’un roi de France ne puisse pas seulement se promener tranquillement comme un de ses sujets, de peur des attentats. Voilà un triste sort, et un triste peuple à conduire ! La suite n’est pas très brillante et n’a pas la majesté des anciennes cours. J’ai été bien content d’avoir vu le roi parce qu’après tout c’est un personnage historique dont on parle et dont on parlera beaucoup, et qu’il faut respecter, ou, au moins, la place qu’il occupe, soit justement soit injustement. Aussi Alfred Foulon et moi, nous indignions-nous de voir la majesté royale ainsi avilie et méconnue parmi la nation française, autrefois si fidèle à son roi.

Telles étaient nos réflexions sur les bords de la Seine mais continuons notre route vers Saint-Cloud. Après avoir dîné sous ses charmants ombrages, nous allons visiter la charmante manufacture de Sèvres, d’où sortent ces merveilleuses porcelaines, que les souverains seuls peuvent acheter, tant elles sont précieuses. J’y ai vu des ouvrages d’une délicatesse, d’un fini incroyable. Un petit tableau en porcelaine long tout au plus de trois pieds, large de deux pieds, est estimé cinquante mille francs. Je n’en finirais pas, si je voulais vous faire l’énumération de toutes les pièces curieuses que j’y ai vues, et tout ce que je pourrais vous en dire, ne pourrait guère vous en donner une idée. Les belles terrasses de Meudon ont, après Sèvres, attiré nos pas, et de là nous sommes revenus à Gentilly ; il était onze heures du soir, quand nous nous sommes couchés. >>

Ernest Renan, Lettres du séminaire (1838-1846), Calmann-Lévy, 1902, (p.105-109)

 

AUTEUR  :  Ernest Renan
ŒUVRE  : Lettres du séminaire (1838-1846)
GENRE  : Correspondance
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Suresne / Saint-Cloud / Sèvres

STRATE  : AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS

-se promener

Victor Hugo, œuvres complètes de Victor Hugo En voyage, tome II, 1910

Dans cette lettre qui a été écrite à Elbeuf, le 10 septembre 1837, Victor Hugo fait part à sa femme, Adèle Foucher, de son voyage dans plusieurs villes et villages en Normandie. Il lui décrit le trajet qu’il a parcouru, les différents endroits qu’il a visité et insiste sur leur beauté. Victor Hugo a pu voyager sur la Seine entre la ville du Havre et Elbeuf. Il a également pu admirer les bords de la Seine ainsi que son flux au cours de son voyage.
 
 
Elbeuf, 10 septembre, 9 heures du soir.
 

<< Je me hâte, chère amie, de finir cette lettre. De Dieppe je suis allé au Havre, et du Havre je suis descendu jusqu’à Elbeuf par le bateau à vapeur. C’est un beau couronnement à mon voyage que ces admirables bords de la Seine.

Ce matin à quatre heures le bateau sortait du Havre. La mer était houleuse, il faisait encore nuit ; au point du jour nous atteignions Honfleur et au soleil levant Quillebœuf. À midi nous étions à Rouen.

Je n’avais encore vu le cours de la Seine que par la route de terre. Le papier me manque pour te dire combien c’est beau, je te le dirai de vive voix à Paris. Par moments il y a des petites falaises qui imitent les grandes et des petites vagues qui copient les grosses. Ils ont aussi, vers Tancarville, des petites tempêtes et de grands naufrages. Pendant des lieues les collines, hautes et escarpées, ont des ondulations gigantesques. On croirait côtoyer des fosses de Titans.

Je t’ai déjà dit, dans mes autres voyages, combien Rouen est admirable, je ne t’en reparlerai donc pas. J’ai revu Villequier, Caudebec, la Meilleraye. Il y avait un singe dans le bateau, ce qui fait que personne n’a regardé Jumièges.

La sortie de Rouen est magnifique. On longe une série de quinze à vingt énormes collines qui s’enchaînent comme des vertèbres. Tout ce chemin par eau jusqu’à Elbeuf est merveilleux. Il y a ici deux églises, Saint-Jean et Saint-Étienne, fort dégradées. Saint Jean plus encore que Saint-Étienne. Dans toutes deux de beaux vitraux. Dans Saint-Étienne j’en ai remarqué un qui est superbe et qui porte cette inscription : « En l’an mil cinq cent vingt et trois, Pierres Grisel et Marion sa femme on donné cette verrière. Priés Dieu pour leurz âmes. » Au-dessus sont peints les donateurs, Pierre Grisel dans son digne costume d’échevin, accompagné de son fils, tout jeune enfant, et, dans l’autre panneau, sa femme avec ses trois filles. Marion est charmante. — La verrière représente la généalogie de la Vierge, sujet qui est pour les vitraux ce que la descente de croix est pour les tableaux, une chose souvent traitée et presque toujours réussie. — Je ne sais quel architecte stupide a mis aux vieux piliers de Saint-Étienne des couronnes de marquis en guise de chapiteaux.

Il y a encore quelques vieilles maisons dans Elbeuf, entre autres une boucherie à côté de ma fenêtre. Mais les manufactures prospèrent trop pour que les anciennes maisons ne fassent pas place à des maisons blanches dignes d’un siècle de lumière où le plâtre est en honneur.

Je pars demain pour Louviers. Je finis ma lettre en t’embrassant bien tendrement, mon Adèle. Dis bien à ma chère petite Didine que dans quatre jours je serai près de vous. Dis-le bien à tous. >>

Victor Hugo, Œuvres complètes de Victor Hugo En voyage, tome II, texte établi par G. Simon, Librairie Ollendorff, 1910, p.146-147

AUTEUR  : Victor Hugo
ŒUVRE  : Œuvres complètes de Victor Hugo En voyage
GENRE  : Correspondance
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Elbeuf

STRATE  :
AU BORD / SUR

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR
-se promener

-traverser la Seine

-naviguer

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS
-se promener

-plaisirs

Jacques-Imbert Galloix, Les Rêves du passé, 1834

Poésies est un recueil de poésie classique qui a été écrit par Jacques-Imbert Galloix et publié en 1834. Le poème du recueil qui est cité ci-dessous, intitulé Les Rêves du passé, porte sur l’absence des rêves qui, dans le passé, animaient le poète. La disparition de ces rêves est caractérisée par l’opposition du passé, associé au printemps, à l’été et du présent, associé à l’hiver. Dans cet extrait, la Seine est évoquée à la fin de l’avant dernière strophe. Les rives de ce fleuve est associé au présent et ne représente donc pas un endroit qui pourrait soulager la peine du poète.

 

Les Rêves du passé

 

<< Alors les fleurs croissaient dans la verte prairie,
Dans un ciel glorieux triomphait le soleil.
Des songes printanniers erraient dans mon sommeil,
Le ciel n’était pas froid, l’eau n’était pas tarie.
Alors… Mais aujourd’hui tout est morne et glacé ;
Le cœur est desséché, la nature est flétrie !
Où sont les rêves du passé ?


Soleil, tu nous rendras tes splendeurs matinales ;
Astres, vaisseaux du ciel, vous voguerez encor,
Jours d’azur de juillet, verts coteaux, moisson d’or,
Horizon du Léman, vieux monts, Alpes natales,
Comme un aveugle errant, je voudrais vous revoir.
Ô mes jours de bonheur ! ô mes jeunes années !
Entre nous dès long-temps l’adieu s’est prononcé.
J’aime à voir, triste et seul, pâlir mes destinées
Avec les rêves du passé.

Pressy, riant village, asile solitaire,
Le plus cher à mes vœux, le plus doux de la terre,
Sous tes arbres en fleurs n’irai-je plus rêver ?
Blancs rochers du Salève, où j’ai caché des larmes,
Genève si chérie et si pleine de charmes,
N’irai-je pas vous retrouver ?

Hélas ! depuis long-temps je végète et je pleure ;
Depuis long-temps, hélas ! je redis d’heure en heure :
« Encore une heure de malheur ! »

Mais les cieux paternels abritaient mieux ma peine ;
Et l’étranger n’a pas, aux rives de la Seine,
D’asile pour les maux du cœur.

Aux rives de mon lac je croyais à la gloire ;
D’avenir et d’espoir l’amour m’avait bercé.
L’amour ! — Je n’y crois plus. Mon cœur est délaissé ;
La gloire me dédaigne… Oublie, ô ma mémoire,
Les tristes rêves du passé ! >>

Jacques-Imbert Galloix, Poésies, Cherbuliez, 1834, p.189-191

AUTEUR  : JACQUES-IMBERT Galloix
ŒUVRE  : Poésies
GENRE  : Poésie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Hors lieux

STRATE  :
AU BORD

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS
-se promener

 

Paris est une fête-Ernest Hemingway-1964

Dans les années 1920, lorsque Hemingway et sa jeune épouse Hadley sont arrivés dans la capitale,  vous n’aviez pas besoin d’argent pour rendre chaque instant unique.  Que ce soit en se promenant le long de la Seine et en rencontrant des libraires ou au bistrot de Montmartre, l’auteur nous invite à découvrir ce Paris abordable et  où il est facile de faire des  rencontres.

L’un des meilleurs endroits,  pour en manger, était un restaurant en plein air,  construit au-dessus du fleuve, dans le Bas-Meudon. Nous y allions quand nous avions de quoi nous payer un petit voyage hors du quartier.

On l’appelait  » La Pêche miraculeuse » et l’on y buvait un merveilleux vin blanc qui ressemblait à du muscadet.  Le cadre était digne d’un conte de Maupassant, et l’on y avait une vue sur le fleuve, comme Sisley en a peint. Mais ce n’était pas la peine d’aller si loin pour déguster une friture de goujons. Il y en avait de délicieuses dans l’île Saint-Louis.

Je connaissais plusieurs des pêcheurs qui écumaient les coins poissonneux de la Seine,  entre l’île Saint-Louis et la place du Vert-Galant, et parfois,  si le ciel était clair,  il m’arrivait d’acheter un litre de vin,  un morceau de pain et de la charcuterie et je m’asseyais au soleil et lisais l’un des livres que je venais d’acheter et observais les pêcheurs. »

Hemingway Ernest, Paris est une fête, éditions Gallimard, 1964, p 58-59.

G.Bruno, Le Tour de la France par deux enfants, 1904

Manuel scolaire écrit en 1877 par G. Bruno à des fins éducatives : « Le Tour de France par deux enfants » nous décrit le voyage de deux orphelins fuyant la lorraine suite à l’annexion allemande, à travers la France. Le livre a une visée éducative et nous présente les régions de France ainsi que ses activités mais sert aussi d’exemple aux jeunes écoliers de la IIIème République : les deux orphelins apprennent tout ce dont un citoyen doit connaitre.

 

CXIV. — Paris autrefois et aujourd’hui. — Notre-Dame de Paris.

 

Paris est l’image en raccourci de la France, et son histoire se confond avec celle de notre pays.

 

On quitta les Halles et on se dirigea vers la Cité, qui est une île formée par la Seine au milieu de Paris. Pour s’y rendre on traversa la Seine sur l’un des trente ponts que Paris possède. Au milieu, Frantz fit arrêter les enfants.

— Regardez, leur dit-il, voilà la Cité, le berceau de Paris. C’est là qu’il y a deux mille ans s’élevait une petite bourgade appelée Lutèce : on ne voyait alors en ce lieu qu’une centaine de pêcheurs, s’abritant à l’ombre des grands arbres et de la verdure que fertilisait le limon du fleuve. La Seine leur servait de défense et de rempart, et deux ponts placés de chaque côté du fleuve permettaient de le traverser.

Peu à peu Paris s’est agrandi. Son histoire a été celle de la France. A mesure que la France sortait de la barbarie, Paris, séjour du gouvernement, s’élevait et prenait une importance rapide. Nul événement heureux ou malheureux pour la patrie, dont Paris et ses habitants n’aient subi le contre-coup. Et tout dernièrement encore enfants, rappelez-vous que Paris, mal approvisionné, souffrant de la faim et du froid, a résisté six mois aux Allemands quand on ne le croyait pas capable de tenir plus de quinze jours. Séparé de tout le pays par le cercle de fer des ennemis, il n’avait point d’autres nouvelles de la patrie que celles qui lui arrivaient sur l’aile des pigeons messagers échappés aux balles allemandes.

LUTÈCE OU LE PARIS D’AUTREFOIS. — Lutèce était dans une île de la Seine qui est la Cité d’aujourd’hui. Elle était habitée par une peuplade gauloise appelée les Parisiens, d’où est venu le nom de Paris.

— Oh ! j’aime Paris, dit Julien, et je suis bien content de le connaître… Mon oncle, ajouta-t-il ingénument, quand nous serons aux champs, nous ferons pousser du blé nous aussi pour nourrir la France et le grand Paris.

Tout en causant on avait traversé le pont et l’on arriva en face de Notre-Dame, l’église métropolitaine de Paris. Ce fut le tour d’André de dire ce qu’il savait.

 

G.Bruno, Le Tour de la France par deux enfants, Belin, 1904 (p. 283-285).

 

AUTEUR : FOUILLEE Augustine, appelée G. Bruno

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD

 

THEMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THEMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-se promener

Amand Silvestre, En pleine fantaisie, « Ouverture de la pêche », 1884

Le poète défend la sensualité naturelle de l’Homme face à la moralisation publique de la société française du 19e siècle. Sur la Seine, le printemps suscite les rêveries du pêcheur qui repense à ses amours finis, et ces souvenirs trop fragiles affecte l’homme qui se retrouve réveillée en plein dans la vie, sur la vulgaire Seine, ce théâtre banal hors du rêve.

La Seine, la vulgaire Seine de banlieue, avec son horizon d’usines aux formidables tuyaux de pipe et sa flottille de bachots hérissés de lignes, avec ses remorqueurs bruyants qui secouent des chaînes comme les damnés et ses lourdes péniches aux sabords plantés de clématites, voilà le théâtre banal qui s’offrait, seul à mes premiers exploits [la pêche].

(…)

[Le lendemain] Le spectacle du jour levant était le plus beau du monde. Comme d’un œuf qui se brise et dont l’or se répand, le soleil s’élançait de l’horizon en ouvrant ses deux grandes ailes de lumière. Par derrière, et à l’occident encore à demi- noyé dans l’ombre, les vitres des maisons s’incendiaient de reflets éclatants, et l’on eût dit une illumination féérique. Les martinets se poursuivaient sur le fleuve, égratignant l’eau comme des flèches noires et y traçant des arabesques d’argent aussitôt effacés par le courant. (…) L’eau avait des odeurs vivantes comme celle d’une femme qui se réveille ; des musiques lointaines, faites de chants d’oiseaux et de dianes sonnées dans les casernes, exécutaient une aubade tout imprégnée d’espoir et de mélancolie.

(…)

Dans cette atmosphère alourdie et flottante, mon rêve évoqua des visions qui prirent des formes de plus en plus nettes en demeurant aériennes toutefois et prêtes à s’évanouir au premier souffle. La coupe du ciel, coupe de lapis clair et veiné de blanc, les accidents du paysage, les silhouettes de toute choses m’apparaissant retournées dans l’eau, ma propre image s’y déforma et il me sembla que j’étais moi-même, hôte paisible d’une mystérieuse rivière, poursuivi par un pêcheur que je reconnu bien vite [Amour]. (…) Cette fois, mon coeur lui-même était atteint et le pêcheur Amour riait de tout l’éclat méchant de ses dents gourmandes.

 

Amand Silvestre, En pleine Fantaisies, « Ouverture de la pêche », Paris: C. Marpon et E. Flammarion, 1884. P. 135. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/advancedSearch/

AUTEUR: SILVESTRE Amand

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Sur la Seine

STRATE: Sur

THEMATIQUE 3: SEINE A LOISIRS

  • Pêcher
  •  amours

FAIRE EN SEINE : 

  • usine/industrie 
  • naviguer

 

Madame Deshoulières , Oeuvres de Madame Deshoulières et de Mlle D. Tome 2, 1672.

Madame Deshoulières est la première femme élue à l’Académie française en 1684. Elle tient un salon de grande renommée dans le milieu des lettres qui réunit les grands écrivains du siècle, dont Voltaire, à qui elle écrit qu’elle boit l’eau de Seine, qui est la source de ses vers, moins élevés que ceux de Voltaire qui boit les eaux d’Hippocrène.

Ce sonnet contraste avec l’attrait tragique de la Seine et de tous les fleuves sur les personnages des œuvres pastorales qui se donnent la mort lorsque l’amour est impossible, par vengeance ou désespoir. La bergère est un personnage qui s’affirme ici dans son individualité et sa vitalité.
La Seine est un miroir qui renvois nettement à l’esprit de la bergère ce que signifie la mort.

La passion vaincue

La bergère Liris, sur le bord de la Seine,
Se plaignait l’autre jour d’un volage berger.
Après tant de serments, peux-tu rompre ta chaîne ;
Perfide, disait-elle, oses-tu bien changer ?

Puisqu’au mépris des dieux tu peux te dégager,
Que ta flamme est éteinte et ma honte certaine ;
Sur moi-même, de toi je saurai me venger,
Et ces flots finiront mon amour et ma peine.

A ces mots, résolue à se précipiter,
Elle hâta ses pas, et, sans plus consulter,
Elle allait satisfaire une fatale envie ;

Mais bientôt, s’effrayant des horreurs de la mort :
Je suis folle, dit-elle, en s’éloignant du bord :
Il est tant de bergers, et je n’ai qu’une vie !

 

Mme et Mlle Deshoulières, La passion vaincue dans Oeuvres de Mme et Mlle D., Paris: Paulin, Libraire-éditeur, 1841. p. 149. Disponible sur: https://archive.org/details/chefsdoeuvrepo00buso/page/n5/mode/2up/search/seine

AUTEUR: Antoinette Deshoulières et Mlle Deshoulières

EPOQUE: XVII

GENRE: Poésie

LIEU: Le bord de la Seine

STRATE: Au bord

 

SEINE A LOISIRS : 

  • amours

SEINE INTERLOPE : 

 

D. Bussilet, F. Persil, Seine du Passé, 1999

Les deux auteurs livrent, d’après divers écrits personnels ou romancés d’auteurs français du XIX siècle, un tableau littéraire et pictural de la Seine et des villages normands qui la bordent.

Si Paris a ses banlieues (Saint-Cloud, Neuilly, les bords de la Marne…) la Normandie offre mille ressources au promeneur de l’époque. Une des « bonnes adresses », en cette année 1925, pour le Rouennais avides d’air pur, c’est la rive droite de la Seine, avec ses îles, qui sont autant de « restaurants champêtres » (…) et ses auberges. Et il faut voir, le dimanche, les promeneurs débarquer au ponton en rang serrés, venus de Rouen par « vapeur », tandis que les voitures progressent paisiblement sur la route qui longe la Seine. Les plus pauvres d’entre eux se contenteront de remplir leurs yeux et leurs poumons, en se promenant le long du fleuve, en famille ou avec des amis, ou en amoureux, et en s’asseyant dans l’herbe fraîche qui habille les talus. (…) Ici et là, on reconnaît quelques peintres à leur attirail, chevalets et boîtes de couleurs. Ils goûtent un repos bien mérité, après avoir reproduit sur leurs toiles encore fraîches de peinture les brumes matinales et la luminosité douce de ce coin de Normandie ; et peut-être ne résisteront-ils pas, tout à l’heure, à l’envie d’immortaliser les lueurs finissantes du soleil irradiant la Seine et ses méandres. (…)

Laissons Eugène Noel en décrire le site, en 1894, dans son livre : Rouen, Rouennais, Rouenneries :

« Assise poétiquement au bord de la Seine, les pieds dans l’eau, sur un coteau faisant face au midi, la vieille ville, Rouen (autrefois Ratumakos) voit son beau fleuve décrire devant elle ses courbes gracieuses. (…) Que de voyageurs à Rouen, sur cette rive gauche de la Seine, ont été saisis de vertige en visitant ces ateliers immenses où tout s’agite et tourne sous vos yeux, tremble sous vos pas, où l’on a le bruit infernal de centaines de métiers dirigés par des centaines d’ouvriers ou d’ouvrières.

Quel contraste entre cette rive manufacturière, tôt industrialisée, et la vieille rive droite, qui voit, au sortir de Rouen, se blottir les villages fleuris de Croisset, Dieppedalle, Biessard et le Val de La Haye, entre fleuve et falaise. C’est d’ailleurs cette falaise qui fait obstacle à l’envahissement de l’industrie. Certes, quelques usines se sont déjà bien implantées, et cela parait bien normal à une époque où l’industrialisation semble la solution idéale pour le progrès et le bien-être de tous, mais l’ampleur du paysage offert par la Seine, les navires et bateaux à cette rive droite du fleuve tout son charme et son attrait. »

Dominique Bussillet, Fabien Persil, Seine du passé : Promenade littéraire et picturale au fil de la Seine de Rouen au Val de la Haye, Vire : C. Corlet, 1999 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33209763/f3.image.r=Seine%20du%20pass%C3%A9%20%20promenade%20litt%C3%A9raire

 

AUTEUR : Dominique Bussillet, Fabien Persil

EPOQUE : XX

GENRE :  Ecrits de voyages

LIEU 1 : Rouen

LIEU 2 : La Haye

LIEU 3 : Canteleu

Etc

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– nager

– se promener

– naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

métier

– industrie

– commerce

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS

– plaisirs

– canoter

– restaurants et guinguettes

Jean Racine, La Nymphe de la Seine, 1660

Dans cette célébration de la reine Marie-Thérèse d’Autriche, l’auteur présente la Seine personnifiée en une créature merveilleuse, une Nymphe, qui se lamente et dépérit car la guerre à rendue ses eaux troubles et mauvaises. Amour descend des cieux pour mieux lui apprendre que la reine Thérèse et le roi Louis XIV pacifient tous ses bords par leur amour, le fleuve ici deviens le lieu d’accueil de l’amour royal.

Je suis la nymphe de la Seine ;

C’est moi dont les illustres bords

Doivent posséder les trésors

Qui rendoient l’Espagne si vaine.

Ils sont des plus grands rois l’agréable séjour ;

Ils le sont des plaisirs, ils le sont de l’amour ;

Il n’est rien de si doux que l’air qu’on y respire ;

Je reçois les tributs de cent fleuves divers ;

Mais de couler sous votre empire,

C’est plus que de régner sur l’empire des mers. (…)

 

De tant de malheurs affligée,

Je parus un jour sur mes bords,

Pensant aux funestes discords

Qui m’ont si longtemps outragée ;

Lorsque d’un vol soudain je vis fondre des cieux

Amour, qui me flattant de la voix et des yeux :

Triste nymphe, dit-il, ne te mets plus en peine ;

Je te préparer un sort si charmant et si doux,

Que bientôt je veux que la Seine

Rende tout l’univers de sa gloire jaloux. (…)

 

Les dieux mêmes viendront passer ici leurs jours.

Ton repos en durée égalera ton cours.

Mars de ses cruautés n’y fera plus d’épreuves ;

La gloire de ton nom remplira l’univers :

Et la Seine sur tous les fleuves

Sera ce que Thétis est sur toutes les mers.

Jean Racine, La Nymphe de la Seine à la Reyne, ode, Paris : A. Courbé, 1660

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5529720q/f314.image.r=nymphe%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Jean Racine

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU : Inconnu (bord de Seine)

STRATE : AU BORD

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– plaisirs

– amours

Edme boursault, La feste de la Seine, 1694

Dans cette courte pièce de théâtre nous sont présentés au Palais d’Océan divers fleuves orientaux, occidentaux et antiques : tous attendent l’arrivée de la Seine, personnage principal, afin de célébrer sa magnificence. En effet ses eaux sont les seules à couler paisiblement, loin de la souffrance et de la guerre des Hommes. S’il apparaît assez rapidement que le poète honore le règne de Louis XIV, la Seine à qui l’on prête voix se présente comme une source paisible de joies et de jeux amoureux.  

LA SEINE

Que mon sort est heureux !

Je vois en sortant de ma Source

Folâtrer sur mes bords les Amours, et les Jeux :

Et je trouve au bout de ma course

D’autres Plaisirs qui préviennent mes vœux.

Que mon sort est heureux !

 

Tant que dure le jour

Le Rossignol sur mon rivage

Attire à ses accents les Bergers d’alentour :

Et touchez de son doux ramage

A son exemple ils chantent leur amour

Tant que dure le jour. (…)

 

LE GANGE à la Seine

On ne voit sur nos bords que carnage, et qu’horreur :

On ne voit que plaisirs régner sur vos rivages :

Vous goûtez de la Paix la tranquille douceur ;

Et le Ciel nous expose à mille affreux ravages

 

Aimable Nymphe, apprenez-nous

Par quel bonheur, ou par quels charmes,

Vous jouissez d’un sort si doux

Pendant que l’Univers éprouve tant d’alarmes. (…)

 

LE PACTOLE

Nous ne sentons plus l’haleine

Des doux, et charmants Zéphires :

Ce n’est qu’auprès de la Seine

Où règnent tous les Plaisirs. 

Edme Boursault, Méléagre : tragédie, mis en musique ; précédé de La feste de la Seine : petit divertissement en musique, Paris, 1694 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85941w.r=la%20feste%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Edme Boursault

EPOQUE : XVII

GENRE : Théâtre

LIEU : Fictif (dans le palais d’Océan)

STRATE : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

Guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– se baigner

– se promener

– plaisirs

– amours

THÉMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • fleuve
  •  

 

 

Remy BELLEAU, Épithalame chanté par les Nymphes de Seine, 1559

 

L’auteur de la Pléiade compose ce chant poétique en invoquant la Nymphe de la Seine, personnification merveilleuse du fleuve, lui permettant par l’entremise de son évocation, de célébrer la fille du roi Henri II, Madame Claude, pour son mariage à venir avec le duc de Lorraine. L’heureux poème offre une Seine enchantée, propice à la fête, aux amours et à la musique.

 Nymphes qui vos tresses blondes

Mignotez dessus les bords,

Des claires et belles ondes,

De la Seine au plis retors,

Si quelque flamme amoureuse

Vous échauffe sous les eaux,

Chantez les chastes flambeaux,

De cette nuit bienheureuse. (…)

 

Serre ta robe ondoyante

D’un long repli blanchissant,

Et d’une agrafe mordante

Ton brodequin jaunissant, (…)

 

Et toi Ciel, que l’on répande

Par l’air un fleuve d’odeurs,

Une moisson de lavande,

De lys, de roses, de fleurs,

Tant que la terre enivrée

Du nectar de ces présents,

Toujours grosse d’un printemps,

Fasse une saison d’orée.

 

Nymphe des eaux citoyennes,

Nymphettes aux beaux talons,

Aux gorges musiciennes,

Dansez dessus vos sablons (…)

 

Autant les Nymphes sacrées,

Les Nymphettes aux yeux vers,

De leur bouchettes sucrées,

Au lit chantèrent ces vers,

Prenant la boucle fatale

De leur belle, et blanche main,

La bouclèrent sous le sein

De cette Nymphe Royale.

 

BELLEAU Rémy, Épithalame sur le mariage de Monseigneur le duc de Lorraine et de Madame Claude Fille du Roy, chanté par les Nymphes de Seine et de Meuse, Paris : A. Wechel, 1559 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k713025.r=epithalame%20lorraine%20madame%20claude?rk=42918;4

 

AUTEUR : Rémy Belleau

 

EPOQUE : XVI

 

GENRE : Poésie

 

LIEU : Inconnu

 

STRATE : AU BORD / DANS

 

THEMATIQUE 3 : SEINE à LOISIRS

– se baigner

– plaisirs

– amours

 

THEMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • le fleuve

 

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836] (2)

Dans son récit de voyage pittoresque La Seine et ses bords (1836), l’écrivain Charles Nodier suit le cours du fleuve, dont il s’attache à retracer l’histoire et la morphologie, tout en célébrant sa beauté, dans le style en vogue à l’époque romantique.

Il y décrit son arrivée, par bateau à vapeur, dans la ville d’Elbeuf, dont il va brosser l’histoire.

Au-dessous de Pont-de-l’Arche, LA SEINE, après avoir passé au petit port de Criquebeuf, se multiplie pour enceindre plusieurs îles verdoyantes ; puis elle entre, à hauteur de Freneuse, dans le département de la Seine-Inférieure, qu’elle ne doit plus quitter, et se hâte d’aller vivifier la riche et commerçante ville d’Elbeuf. Malgré le coup fatal que la révocation de l’édit de Nantes a porté à son industrie, cette ville a toujours soutenu la réputation qu’elle s’est acquise par ses manufactures de draps, rivales de celle de Louviers. Elle fut longtemps un duché-pairie, appartenant à la maison de Lorraine ; maintenant elle est devenue simple chef-lieu de canton.

Charles NODIER, La Seine et ses bords [1836], Les Éditions de Paris, coll. « Paris insolite », Paris, 1992, p. 142

Henry JAMES, Esquisses parisiennes [1875]

En 1875, l’écrivain américain Henry James séjourne en Europe et adresse au Journal Tribune des chroniques de voyage. 20 textes sont consacrés à Paris et à ses environs, publiés en volume sous le titre Esquisses parisiennes. La Seine, tant par la beauté de ses paysages que par les loisirs qu’elle autorise, émerveille l’auteur. Il est question ici d’une guinguette à Auteuil.

Je me suis livré l’autre jour à une idylle peu coûteuse en prenant le vapeur à deux sous qui descend la Seine jusqu’à Auteuil (une très brève traversée), et en dînant, sur le quai du fleuve, dans ce que l’on appelle en jargon parisien une guinguette. […] La Seine est large à Auteuil ; elle est enjambée par un majestueux viaduc à deux rangs d’arches, qui s’élève vers le ciel d’une manière pittoresque et monumentale. Votre table est dressée sous un treillis qui vous gratte la tête – dressée essentiellement avec une friture de poissons – et un vieil homme qui a l’air d’un exilé politique de grand style se plante devant vous pour pousser une chansonnette plaintive sur le respect dû aux cheveux blancs. Vous attestez, par le don de quelques sous, de l’estime que les siens vous inspirent, et il est rapidement remplacé par un estropié, un manchot, qui vous sert quelque chose de plus gai : « A la bonne heure ! Parlez-moi de ça ! ». Vous rentrez enfin à Paris, sur un fourgon à chevaux.

Henry JAMES, Esquisses parisiennes [1875], Paris, La Différence, 1988, p. 231