Archives par mot-clé : Seine du passé

Les drôles de métiers de la Seine

A la fin du Moyen Âge, de nombreux documents parisiens mentionnent la Seine, dont les activités sont liées aux fleuves: transport fluvial ou grand commerce, utilisation des eaux fluviales (comme la teinture ou le tannage), la pêche et la meunerie. En conséquence, de nombreuses occupations ont lieu le long de la Seine, et les ouvriers sont surnommés «gens du bord de l’eau ».

Comme métier aujourd’hui étonnant, nous pouvons tout d’abord citer la loueuse de sangsues. Cette femme, pour la somme de 30 sous, installait des sangsues sur le corps, cela dans un but thérapeutique. Pour les pécher elle plongeait ses jambes dans la Seine pour que les annélides s’y accrochent.

Les salons de toilettage utilisent aussi l’eau de la Seine. Avant le XXème siècle, c’est au bord de l’eau que les chiens se faisaient toiletter, des hommes tondaient puis lavaient les chiens dans le fleuve.

Mais la Seine comptait aussi des métiers officiels, comme le sablier qui recueillait le sable du fleuve. Comme vous pouvez l’imaginer, pour exercer cette profession, vous devez avoir une autorisation de la ville. De plus, selon un arrêté de 1840, ils devaient se tenir à l’écart du pont: 50 mètres en amont, 30 mètres en aval, mais aussi à l’écart de la berge (12 mètres).

La Seine comptait aussi plusieurs ouvriers, il y avait les ravageurs, qui fouillaient les berges pour y trouver des petites pièces, objets semi-précieux dans les décombres. De même, il y avait les tafouilleux qui ramassaient tout ce qui pouvait dériver sur les flots : bûches, fruits, vêtements, chapeaux…tout ce qui dérivait le long de la Seine. Puis nous pouvons citer les carapatas. Ils allaient de bateaux en bateaux, nageant dans l’eau pour les rejoindre. Ils offraient alors leurs services : aider à franchir les écluses, tirer le bois, rouler des tonneaux, etc.

La Seine regorge de nombreux métiers insolites aujourd’hui disparus.

 

Histoires de Paris-Les travailleurs de la Seine: https://www.histoires-de-paris.fr/travailleurs-de-la-seine/

Erudit-La Seine du crime et les petits métiers parisiens: https://www.erudit.org/fr/revues/arbo/2018-n8-arbo04278/1055882ar/

Vivre Paris-Les métiers parisiens oubliés: https://vivreparis.fr/dictionnaires-des-metiers-parisiens-oublies/

 

D. Bussilet, F. Persil, Seine du Passé, 1999

Les deux auteurs livrent, d’après divers écrits personnels ou romancés d’auteurs français du XIX siècle, un tableau littéraire et pictural de la Seine et des villages normands qui la bordent.

Si Paris a ses banlieues (Saint-Cloud, Neuilly, les bords de la Marne…) la Normandie offre mille ressources au promeneur de l’époque. Une des « bonnes adresses », en cette année 1925, pour le Rouennais avides d’air pur, c’est la rive droite de la Seine, avec ses îles, qui sont autant de « restaurants champêtres » (…) et ses auberges. Et il faut voir, le dimanche, les promeneurs débarquer au ponton en rang serrés, venus de Rouen par « vapeur », tandis que les voitures progressent paisiblement sur la route qui longe la Seine. Les plus pauvres d’entre eux se contenteront de remplir leurs yeux et leurs poumons, en se promenant le long du fleuve, en famille ou avec des amis, ou en amoureux, et en s’asseyant dans l’herbe fraîche qui habille les talus. (…) Ici et là, on reconnaît quelques peintres à leur attirail, chevalets et boîtes de couleurs. Ils goûtent un repos bien mérité, après avoir reproduit sur leurs toiles encore fraîches de peinture les brumes matinales et la luminosité douce de ce coin de Normandie ; et peut-être ne résisteront-ils pas, tout à l’heure, à l’envie d’immortaliser les lueurs finissantes du soleil irradiant la Seine et ses méandres. (…)

Laissons Eugène Noel en décrire le site, en 1894, dans son livre : Rouen, Rouennais, Rouenneries :

« Assise poétiquement au bord de la Seine, les pieds dans l’eau, sur un coteau faisant face au midi, la vieille ville, Rouen (autrefois Ratumakos) voit son beau fleuve décrire devant elle ses courbes gracieuses. (…) Que de voyageurs à Rouen, sur cette rive gauche de la Seine, ont été saisis de vertige en visitant ces ateliers immenses où tout s’agite et tourne sous vos yeux, tremble sous vos pas, où l’on a le bruit infernal de centaines de métiers dirigés par des centaines d’ouvriers ou d’ouvrières.

Quel contraste entre cette rive manufacturière, tôt industrialisée, et la vieille rive droite, qui voit, au sortir de Rouen, se blottir les villages fleuris de Croisset, Dieppedalle, Biessard et le Val de La Haye, entre fleuve et falaise. C’est d’ailleurs cette falaise qui fait obstacle à l’envahissement de l’industrie. Certes, quelques usines se sont déjà bien implantées, et cela parait bien normal à une époque où l’industrialisation semble la solution idéale pour le progrès et le bien-être de tous, mais l’ampleur du paysage offert par la Seine, les navires et bateaux à cette rive droite du fleuve tout son charme et son attrait. »

Dominique Bussillet, Fabien Persil, Seine du passé : Promenade littéraire et picturale au fil de la Seine de Rouen au Val de la Haye, Vire : C. Corlet, 1999 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33209763/f3.image.r=Seine%20du%20pass%C3%A9%20%20promenade%20litt%C3%A9raire

 

AUTEUR : Dominique Bussillet, Fabien Persil

EPOQUE : XX

GENRE :  Ecrits de voyages

LIEU 1 : Rouen

LIEU 2 : La Haye

LIEU 3 : Canteleu

Etc

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– nager

– se promener

– naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

métier

– industrie

– commerce

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS

– plaisirs

– canoter

– restaurants et guinguettes