Archives par mot-clé : Seine Paris

La Seine (chanson)-Matthieu Chedid-2011

la Seine est une chanson dont les paroles et la musique sont écrite par Matthieu Chedid, interpréter aux prêts de Vanessa ParadisVenant du dessin animé en images de synthèse réalisé par Bibo Bergeron en 2011,  « un monstre à Parisdont Vanessa Paradisest la voix du personnage LucilleL’intrigue se déroule à Paris durant la crue de la Seine de 1910.

« Elle sort de son lit

Tellement sûre d’elle

La Seine, la Seine, la Seine

Tellement jolie, elle m’ensorcelle

La Seine, la Seine, la Seine

Extralucide, la lune est sûre

La Seine, la Seine, la Seine

Tu n’es pas saoul

Paris est sous

La Seine, la Seine, la Seine

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça, la Seine et moi

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça la Seine et moi

Extra Lucille* quand tu es sur

La scène, la scène, la scène

Extravagante quand l’ange est sur

La scène, la scène, la scène

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça, la Seine et moi

Je ne sais, ne sais, ne sais pas pourquoi

On s’aime comme ça la Seine et moi

Sur le pont des arts

Mon cœur vacille

Entre deux eaux

L’air est si bon

Cet air si pur

Je le respire

Nos reflets perchés

Sur ce pont

[…] On s’aime comme ça, la Seine et moi (4 fois) »

Paroles et musique de Matthieu Chedid-2011.

Interprétation: Vanessa Paradis.

Ecoute:https://www.youtube.com/watch?v=vlPZLE2g0Kc

 

Les drôles de métiers de la Seine

A la fin du Moyen Âge, de nombreux documents parisiens mentionnent la Seine, dont les activités sont liées aux fleuves: transport fluvial ou grand commerce, utilisation des eaux fluviales (comme la teinture ou le tannage), la pêche et la meunerie. En conséquence, de nombreuses occupations ont lieu le long de la Seine, et les ouvriers sont surnommés «gens du bord de l’eau ».

Comme métier aujourd’hui étonnant, nous pouvons tout d’abord citer la loueuse de sangsues. Cette femme, pour la somme de 30 sous, installait des sangsues sur le corps, cela dans un but thérapeutique. Pour les pécher elle plongeait ses jambes dans la Seine pour que les annélides s’y accrochent.

Les salons de toilettage utilisent aussi l’eau de la Seine. Avant le XXème siècle, c’est au bord de l’eau que les chiens se faisaient toiletter, des hommes tondaient puis lavaient les chiens dans le fleuve.

Mais la Seine comptait aussi des métiers officiels, comme le sablier qui recueillait le sable du fleuve. Comme vous pouvez l’imaginer, pour exercer cette profession, vous devez avoir une autorisation de la ville. De plus, selon un arrêté de 1840, ils devaient se tenir à l’écart du pont: 50 mètres en amont, 30 mètres en aval, mais aussi à l’écart de la berge (12 mètres).

La Seine comptait aussi plusieurs ouvriers, il y avait les ravageurs, qui fouillaient les berges pour y trouver des petites pièces, objets semi-précieux dans les décombres. De même, il y avait les tafouilleux qui ramassaient tout ce qui pouvait dériver sur les flots : bûches, fruits, vêtements, chapeaux…tout ce qui dérivait le long de la Seine. Puis nous pouvons citer les carapatas. Ils allaient de bateaux en bateaux, nageant dans l’eau pour les rejoindre. Ils offraient alors leurs services : aider à franchir les écluses, tirer le bois, rouler des tonneaux, etc.

La Seine regorge de nombreux métiers insolites aujourd’hui disparus.

 

Histoires de Paris-Les travailleurs de la Seine: https://www.histoires-de-paris.fr/travailleurs-de-la-seine/

Erudit-La Seine du crime et les petits métiers parisiens: https://www.erudit.org/fr/revues/arbo/2018-n8-arbo04278/1055882ar/

Vivre Paris-Les métiers parisiens oubliés: https://vivreparis.fr/dictionnaires-des-metiers-parisiens-oublies/

 

La Seine, le XXI ème arrondissement de Paris ?

« La Seine, c’est le XXIe arrondissement », c’est ce que disent les Parisiens. Un lieu à part, certes niché au beau milieu de la ville, mais obéissant à ses propres règles.

À partir du XVIIIe siècle, le bateau en bois appelé péniche devient un lieu de travail et d’habitation des mariniers. Nous avons comme exemple le peintre Charles François Daubigny qui se fit construire Le Botin, une péniche dans laquelle il vécut et travailla tout en explorant la Seine au milieu du XIXème siècle. Par la suite, la population aisée et aristocratique de Paris acquit ce genre de bien et l’améliora en installant un groupe électrogène ou encore des réservoirs sur le toit pour avoir l’eau courante. Alors que de nombreuses zones rurales à cette époque n’étaient pas équipées en électricité, eau, égouts ou téléphone, les péniches jouissaient d’un confort et de la Révolution industrielle. 

En 1929, Georges Simenon fit le tour des canaux français à bord de sa péniche, puis l’installe sur les bords de la Seine parisienne pendant trois ans. Après la Deuxième Guerre mondiale, ce fut au tour des Américains restés à Paris, dont l’acteur Sterling Hayden, de s’établir sur les bords de la Seine.

En 1975, des pénichards parisiens résistant à leur expulsion, créent une association de défense de l’habitat fluvial. Ce n’est que vingt ans plus tard qu’ils obtinrent une certaine reconnaissance et un statut.

Dans les années 1980 et 1990, des personnalités du show-biz et des médias, ainsi que des cadres, des diplomates et bien d’autres se laissèrent séduire par l’habitat fluvial. Cette formule permettait de disposer d’une grande surface habitable au cœur de Paris pour un prix dérisoire.

Aujourd’hui, ce phénomène est en pleine expansion. Le marché de l’habitat flottant se développe alors très vite après les années 1970, pour son aspect marginal et son accessibilité financière. Il permet de résider à « moindre coût » dans les grandes villes, très prisées et où le marché de l’immobilier est exorbitant.

Point judiciaire: selon la loi française, les habitats flottants sont assimilés à de petits bateaux. Ce qui signifie, qu’ils sont liés par les règlements du navire, et s’ils doivent se déplacer, ils doivent se conformer aux règlements de navigation. Pour le coup, il n’est plus nécessaire d’adopter les règles classiques d’habitat terrestre prévues dans la loi sur la construction et le logement .

L’habitat flottant en France : cadre juridique et perspectives – Léa Bréard: https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02095013/document

L’histoire de l’habitat flottant – Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-lhabitat-flottant.html

L’histoire de la « Péniche »- Habitat Fluvial: http://www.habitat-fluvial.net/lhistoire-de-la-peniche.html

 

Francis Carco, Au pied des tours de Notre-Dame, 1952

Francis Carco est un poète, écrivain, journaliste et auteur de chansons. Il s’est rendu à Paris à partir de 1910, lorsqu’il était âgé de 24 ans, a découvert la ville et a donc écrit à son sujet. En 1950, Charles Dumont a arrangé ce poème sous forme de musique.

Au pied des tours de Notre-Dame,
La Seine coule entre les quais.
Ah ! le gai, le muguet coquet !
Qui n’a pas son petit bouquet ?
Allons, fleurissez-vous, mesdames !
Mais c’était toi que j’évoquais
Sur le parvis de Notre-Dame ;
N’y reviendras-tu donc jamais ?
Voici le joli moi de mai…

Je me souviens du bel été,
Des bateaux-mouches sur le fleuve
Et de nos nuits de la Cité.
Hélas ! qu’il vente, grêle ou pleuve,
Ma peine est toujours toute neuve :
Elle chemine à mon côté…

De ma chambre du Quai aux Fleurs,
Je vois s’en aller, sous leurs bâches,
Les chalands aux vives couleurs
Tandis qu’un petit remorqueur
Halète, tire, peine et crache
En remontant, à contre-coeur,
L’eau saumâtre de ma douleur…

Francis Carco, Au pied des tours de Notre-Dame, 1952

AUTEUR : FRANCIS CARCO
ŒUVRE: Au Pied des tours de Notre-Dame
GENRE: POÉSIE
ÉPOQUE : XX
LIEU: Paris

STRATE:
AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR
-Se promener
-naviguer

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-loisirs
-métiers


THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS
-Amours
-se promener

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, « L’Année terrible », 1872

Victor Hugo fait dans son poème, « En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens », écrit en 1872, une description du siège de Paris par la Prusse en 1871. Enfermé dans Paris durant le siège, Hugo fait une ode à la défense parisienne. Les Prussiens s’enhardissent de pouvoir prendre Paris aussi facilement qu’une prostituée, mais Hugo remarque, avec une pointe d’ironie, que s’ils espèrent qu’elle leur « ouvrira ses bras », c’est la Seine qui accueille dans son lit les cadavres des soldats ennemis, jouant ainsi d’ironie et du jeu de mots entre le lit d’une prostituée et celui du fleuve.

V

Oui, vous êtes venus et vous voilà couchés ;
Vous voilà caressés, portés, baisés, penchés,
Sur le souple oreiller de l’eau molle et profonde ;
Vous voilà dans les draps froids et mouillés de l’onde ;
C’est bien vous, fils du Nord, nus sur le flot dormant !
Vous fermez vos yeux bleus dans ce doux bercement.
Vous aviez dit : « – Allons chez la prostituée.
Babylone, aux baisers du monde habituée,
Est là-bas ; elle abonde en rires, en chansons ;
C’est là que nous aurons du plaisir ; ô Saxons,
O Germains, vers le Sud tournons notre œil oblique,
Vite ! en France ! Paris, cette ville publique,
Qui pour les étrangers se farde et s’embellit,
Nous ouvrira ses bras… » – Et la Seine son lit.

Victor Hugo, En voyant flotter sur la Seine des cadavres prussiens, L’Année terrible, Michel Lévy, frères, 1872 (p. 64)


AUTEUR : HUGO, Victor
ÉPOQUE : XIX
GENRE : Poème
LIEU : Paris 
STRATE : Dans / Au bord

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE
-guerroyer

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE
-meurtre