Archives par mot-clé : Sous

Le métro sous la Seine: L’histoire de la ligne 4

À l’époque de sa constructionla ligne 4 est la première à traverser Paris du nord au sud. Au début du XXème siècle sous la direction de l’ingénieur Fulgence Bienvenüeil ose le défis de franchir la SeinePour la première foisun transport en commun doit réussir le défi de joindre la rive droite et la rive gauche.

Pour pouvoir faire cela deux options se distinguentla première consiste à arrêter la ligne avant la Seinece qui serait considéré comme un échecQuant à la secondeelle consiste à faire passer le métro au-dessus de l’eauPour celaon songe à construire des rails sur le Pont au Change et le Pont Saint-Michel mais il s’agirait alors de modifiervoire défigurerune partie importante du patrimoine de Paris.

L’option qui sera donc choisie et de construire sous la Seine, on utilise des tunnels à submerger, ont les installé sur l’eau, ont vider la cavité en dessous du tunnel, puis on inséré de l’air à très haute pression. Ainsil’eau et la boue ne s’infiltrer plusOn envoie donc des ouvriers qui creusent le sol en dessous et enfuit petit à petit le tunnel au fond de la terre.

Ensuiteles ingénieurs ont eu l’idée de congeler le sol pour le durcir et donc creuser sur les côtés sans risquer de faire tomber les habitationsPour celanous utilisons l’injection de saumurec’est-à-dire une solution aqueuse congelée à 24°. Il n’est plus nécessaire de remuer la bouetout ce que vous avez à faire est de briser la glacePar conséquentles travailleurs peuvent transporter l’énorme pièce métallique tubulaire sur le sol avec eux

La ligne 4, première ligne à relier la rive droite de la Seine à la rive gauche de la Seine par une ligne transversale sous le fleuve, qui a donné lieu à des projets spectaculaires de 1905 à 1907 au cœur de la capitale.

 

Archives France-Premier passage du métro sous la Seine:  https://francearchives.fr/commemo/recueil-2010/39495

A. Dumas, « Le métropolitain de Paris. Situation des nouvelles lignes projetées et état des travaux des lignes en cours d’exécution », dans Le Génie civil, 21 avril 1906, tome XLVIII, no 25, no 1245.

Jean TricoireLe métro de Paris : 1899-1911 : images de la construction, Paris Arles, Paris-Musées RATP Diff. Actes sud, , 215 p.

Xavier de Montépin, Les Pirates de la Seine, 1866

L’auteur rapporte dans ce roman deux histoires qui s’entrecroisent, celle des pirates de la Seine, trafiquants, pourchassés par les soldats de la maréchaussée et celle de Pauline, marquise d’Hérouville, malheureuse en son mariage : le fleuve coule, se faisant le complice malicieux de ces destins entremêlés. 

Les bandits, au nombre de quatorze (y compris le
capitaine et le lieutenant) prirent place dans trois
bateaux plats peints en noir. Les avirons, enveloppés
de linges afin de ne produire aucun bruit en frappant
les eaux, furent bordés, Lascars donna le signal et
les embarcations glissèrent, invisibles et muettes, sur
la surface sombre du fleuve. La nuit semblait prêter
au crime résolu sa discrète complicité. Jamais obscurité plus profonde n’avait pesé sur la terre endormie
des ténèbres compactes, impénétrables, –enveloppaient la Seine et ses rives, et nulle lueur phosphorescente ne brillait dans le faible sillage dos trois barques. Lascars fut obligé de se rendre compte par induction du chemin parcouru, et lorsqu’il crut avoir franchi
la distance qui le séparait du château de Port-Marly, il
donna l’ordre d’atterrir et d’amarrer les embarcations.

 

Xavier de Montépin, Les Pirates de la Seine,  Marseille : Roman, Journal des feuilletons illustres, 1866 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5559838k/f5.image.r=la%20Seine%20roman

 

AUTEUR : Xavier de Montépin

EPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : DANS / SUR / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– canoter

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– noyade

– trafic

– la Seine putride

Cassan, La Nymphe de Chanceaux, 1699

Ce poème prête vie à la Seine en nous décrivant de manière détaillée et presque cartographique le cheminement de son cours d’eau, depuis sa source jusqu’à son arrivée à Paris. Après le détail de son parcours dans la capitale, la Seine incarnée sous les traits de la Nymphe, est alors maltraitée par les travaux d’endiguement de la ville.

Du fond d’un petit bois l’on voit sortir la Seine,

Qui d’abord jaillissant par de petits bouillons,

S’en va de quelques champs arroser les sillons, (…)

La Nymphe qui réside au fond de cette source, (…)

Elle sort à l’instant et sous l’ombre des Saules,

Tresse les longs Cheveux flottants sur ses épaules,

Mets sa Robe, et de fruits prends en bouquet en main,

Et quitte son séjour pour se mettre en chemin. (…)

Elle vient à Bagneux, où dans une vallée

Son Canal s’élargit et déjà sur ses Eaux

L’aviron fit voguer quelques légers Bateaux.

Alors de quelques flots élevant la surface,

La Nymphe en un instant se forme un char de glace,

Et Montant sur son siège elle va lentement

Suivre le fil de l’eau par un doux mouvement. (…)

Ainsi tranquillement elle fait son voyage,

Et remarque les lieux, qui bordent son rivage ; (…)

Enfin à la faveur de l’Onde qui la mène

Elle entre dans Paris sans détour ni sans peine, (…)

 

Ainsi se voit de loin la Machine effroyable

Ouvrage de nos jours qui parait incroyable,

Avec tout l’attirail de son corps hérissé

De rouages et de Ponts l’un sur l’autre exhaussé,

Dont les bras s’étendant vers le haut de la Cote

Meuvent les Balanciers comme on voit une Flotte,

Que la Vague entretient dans le balancement,

Incliner tous les Mâts à chaque mouvement :

Quoi dit-elle, en voyant la Machine étonnante,

Serai-je contrainte à poursuivre ma pente,

Et de me faire rouer parmi tous les ressorts,

Que je vois remuer par de si grands efforts ! (…)

Alors par ces efforts, elle sent qu’elle monte

Vers le haut du Coteau dans des tuyaux de fonte,

Qui vont la revomir au prochain réservoir,

Où cent autres Tuyaux viennent la recevoir. (…)

Enfin elle descend par des tuyaux de fer

Dans un long réservoir appelé trou d’Enfer (…)

Cassan, La Nymphe de Chanceaux ou l’arrivée de la Seine au château de Marly, Paris : A. Chrétien, 1699 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54292141.r=la%20nymphe%20de%20chanceaux?rk=21459;2

 

AUTEUR : M. Cassan

EPOQUE : XVII

GENRE : Poésie

LIEU 1 : Chanceaux

LIEU 2 : Bagneux

LIEU 3 : Paris

Etc

STRATE : DANS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– usine / industrie

– transporter

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

-se promener

-plaisirs

La Chute du Pont de bois, Poème en II Chants, 1710

Un auteur anonyme, signant Le Br. écrit un poème de deux chants, mêlant l’épique au burlesque, racontant comment un bateau marchand transportant du vin sur la Seine se fracasse sur un pont en arrivant à Paris. Les hommes à bord, hargneux, somment le dieu Bacchus de venir leur rendre justice : ce dernier convoquant la fureur des vents et de la Seine détruit le pont.

Où la Seine étonnée, arrosant de son onde

Une Ville superbe en merveilles féconde,

Étends deux vastes bras, et par un long détour

Dans ces lieux enchantés prolonge son séjour ;

S’élève un pont formé d’une antique structure :

Dans son industrieuse, et rare architecture,

Qui semble commander à l’humide élément (…)

 

Mille forts Pilotis dans le sable enfoncés

Bravent l’onde écumante, et les vents courroucés. (…)

Ses larges flancs ouverts, comme autant de canaux,

Donnent libre passage aux plus vastes bateaux.

L’un porte dans son sein la liqueur sans pareille,

Par qui l’ennui s’endort, et le plaisir s’éveille,

Et l’autre renfermant de précieux trésors,

Des présents de Cérès vient enrichir nos ports.

 

La Seine dans un lieu si digne de lui plaire

Promène lentement une onde pure, et claire ;

Sur ce rivage orné de verdure, et de fleurs,

Ses eaux n’exhalent point de nuisibles vapeurs. (…)

 

Le bateau heurte une arche, et le brise en éclats.

Les tonneaux dispersés suivant l’eau qui les guide

Flottent au gré des vents sur la plaine liquide (…)

L’un maudissant la Seine, et son cruel rivage,

Fait éclater son zèle et se jette à la nage,

Et l’autre sur les bords content de soupirer,

Regrette tant de biens qu’on ne peut recouvrer.

 

Va, cours, sans différer, sur les bords de la Seine,

Signaler les transports de ta rage inhumaine,

Et secondant l’ardeur de mes ressentiments,

De ce pont que tu vois frappe les fondements (…)

De la Seine bientôt l’onde écume, bouillonne,

Tout frémit d’épouvante, et d’effroi tout frissonne : (…)

Quel désastre fatal ! les Naïades timides

En sentirent trembler leurs cavernes humides.

 

Quand on vit sur les eaux flotter de toutes parts

Les débris de ce pont confusément épars.

De Pilotis brisés la rive était couverte (…)

 

Apprends, nouveau Léandre, apprends vite à nager.

Abrège ton chemin par ce moyen facile,

De la Seine pour toi l’eau deviendra docile. (…)

Le Br., La Chute du Pont de bois, poème en II chants, Paris : G. Lamesle, 1710 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54551482/f2.image.r=pont%20la%20Seine

 

AUTEUR : Anonyme (Le Br.)

EPOQUE : XVIII

GENRE : Poésie

LIEU : Paris

STRATES : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– nager

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– commercer

– transporter

– métiers

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– accident

– noyade

Edme boursault, La feste de la Seine, 1694

Dans cette courte pièce de théâtre nous sont présentés au Palais d’Océan divers fleuves orientaux, occidentaux et antiques : tous attendent l’arrivée de la Seine, personnage principal, afin de célébrer sa magnificence. En effet ses eaux sont les seules à couler paisiblement, loin de la souffrance et de la guerre des Hommes. S’il apparaît assez rapidement que le poète honore le règne de Louis XIV, la Seine à qui l’on prête voix se présente comme une source paisible de joies et de jeux amoureux.  

LA SEINE

Que mon sort est heureux !

Je vois en sortant de ma Source

Folâtrer sur mes bords les Amours, et les Jeux :

Et je trouve au bout de ma course

D’autres Plaisirs qui préviennent mes vœux.

Que mon sort est heureux !

 

Tant que dure le jour

Le Rossignol sur mon rivage

Attire à ses accents les Bergers d’alentour :

Et touchez de son doux ramage

A son exemple ils chantent leur amour

Tant que dure le jour. (…)

 

LE GANGE à la Seine

On ne voit sur nos bords que carnage, et qu’horreur :

On ne voit que plaisirs régner sur vos rivages :

Vous goûtez de la Paix la tranquille douceur ;

Et le Ciel nous expose à mille affreux ravages

 

Aimable Nymphe, apprenez-nous

Par quel bonheur, ou par quels charmes,

Vous jouissez d’un sort si doux

Pendant que l’Univers éprouve tant d’alarmes. (…)

 

LE PACTOLE

Nous ne sentons plus l’haleine

Des doux, et charmants Zéphires :

Ce n’est qu’auprès de la Seine

Où règnent tous les Plaisirs. 

Edme Boursault, Méléagre : tragédie, mis en musique ; précédé de La feste de la Seine : petit divertissement en musique, Paris, 1694 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85941w.r=la%20feste%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Edme Boursault

EPOQUE : XVII

GENRE : Théâtre

LIEU : Fictif (dans le palais d’Océan)

STRATE : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

Guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– se baigner

– se promener

– plaisirs

– amours

THÉMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • fleuve
  •  

 

 

Julio CORTAZAR, El Rio, 1964

XX-CORTÁZAR-El RíO

Dans ce court conte, Julio Cortázar met en scène un couple malheureux. Le monologue du mari dévoile leurs violentes disputes inextricablement mêlées à leur désir sexuel, une routine morbide dans laquelle le couple est enfermé. Le cœur du texte s’attache à unir le corps de l’épouse qui se noie dans la réalité au désir sexuel de son mari, rêvant d’elle dans leur lit. L’auteur par l’intermédiaire du fleuve fusionne à la perfection le moment de la mort et celui de l’amour.

Y sí, parece que es así, que te has ido diciendo no sé qué cosa, que te ibas a tirar al Sena, algo por el estilo, una de esas frases de plena noche, mezcladas de sábana y boca pastosa, casi siempre en la oscuridad o con algo de mano o de pie rozando el cuerpo del que apenas escucha, porque hace tanto que apenas te escucho cuando dices cosas así, eso viene del otro lado de mis ojos cerrados, del sueño que otra vez me tira hacia abajo. Entonces está bien, qué me importa si te has ido, si te has ahogado o todavía andas por los muelles mirando el agua, y además no es cierto porque estás aquí dormida y respirando entrecortadamente, pero entonces no te has ido cuando te fuiste en algún momento de la noche antes de que yo me perdiera en el sueño, porque te habías ido diciendo alguna cosa, que te ibas a ahogar en el Sena, o sea que has tenido miedo, has renunciado y de golpe estás ahí casi tocándome, y te mueves ondulando como si algo trabajara suavemente en tu sueño, como si de verdad soñaras que has salido y que después de todo llegaste a los muelles y te tiraste al agua. (…)
         Pero si es así me pregunto qué estás haciendo en esta cama que habías decidido abandonar por la otra más vasta y más huyente. Ahora resulta que duermes, que de cuando en cuando mueves una pierna que va cambiando el dibujo de la sábana, pareces enojada por alguna cosa, no demasiado enojada, es como un cansancio amargo, tus labios esbozan una mueca de desprecio, dejan escapar el aire entrecortadamente, lo recogen a bocanadas breves, y creo que si no estaría tan exasperado por tus falsas amenazas admitiría que eres otra vez hermosa, como si el sueño te devolviera un poco de mi lado donde el deseo es posible y hasta reconciliación o nuevo plazo, algo menos turbio que este amanecer donde empiezan a rodar los primeros carros y los gallos abominablemente desnudan su horrenda servidumbre. (…) De la sábana que apenas te cubría alcanzo a entrever la ráfaga instantánea que surca el aire para perderse en la sombra y ahora estamos desnudos, el amanecer nos envuelve y reconcilia en una sola materia temblorosa, pero te obstinas en luchar, encogiéndote, lanzando los brazos por sobre mi cabeza, abriendo como en un relámpago los muslos para volver a cerrar sus tenazas monstruosas que quisieran separarme de mí mismo. Tengo que dominarte lentamente (y eso, lo sabes, lo he hecho siempre con una gracia ceremonial), sin hacerte daño voy doblando los juncos de tus brazos, me ciño a tu placer de manos crispadas, de ojos enormemente abiertos, ahora tu ritmo al fin se ahonda en movimientos lentos de muaré, de profundas burbujas ascendiendo hasta mi cara, vagamente acaricio tu pelo derramado en la almohada, en la penumbra verde miro con sorpresa mi mano que chorrea, y antes de resbalar a tu lado sé que acaban de sacarte del agua, demasiado tarde, naturalmente, y que yaces sobre las piedras del muelle rodeada de zapatos y de voces, desnuda boca arriba con tu pelo empapado y tus ojos abiertos.

Julio Cortázar, Final del Juego (El río)Sudamericana, 1964, p. 19

 

AUTEUR : Cortázar, Julio

ÉPOQUE : XX

GENRE : Conte

LIEU : Inconnu (bord de Seine)

STRATE : DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– Suicide par noyade

– Activités sexuelles