Archives par mot-clé : Sur

Alfred Capus, Qui perd gagne, 1900

Qui perd gagne est un récit d’aventure qui a été écrit par Alfred Capus et publié en 1900. Dans cet extrait, un couple parisien décide d’emménager dans une maison située à la campagne, non loin de Mantes et en aval de la Seine. La vie au bord du fleuve attire ainsi ces personnages qui viennent s’installer près de la Seine et qui pourront profiter du paysage ainsi que de plusieurs activités comme le canotage.

<<— Si ça marche encore un peu, lui dit-elle, nous louerons quelque chose sur le bord de la Seine, pendant les grandes chaleurs. Il n’y a rien à faire à Paris, à ce moment-là, et la vie sera plus économique. >>

[…]

<< On leur indiqua, à quatre kilomètres de Mantes, en aval de la Seine, une maison de campagne qui était en location. Ils allèrent la visiter le dimanche suivant. On l’appelait la Maison Verte ; elle appartenait à un peintre qui, ayant été décoré au dernier Salon, devait passer l’été dans des villes d’eaux. Le propriétaire la louait toute meublée. Il y avait, en bas, la cuisine, la salle à manger et une autre petite pièce ; en haut, trois chambres et l’atelier, éclairé par une large baie d’où l’on apercevait la Seine. Le jardin s’étendait jusqu’aux bords du fleuve et contenait un verger, un potager et une tonnelle sous laquelle on pouvait déjeuner. Farjolle déclara que le paysage était beau. En leur montrant la tonnelle, le jardinier leur dit :

— Monsieur l’a mise dans le tableau qui lui a valu la croix de la Légion d’honneur.

Il insista sur les légumes.

— Il y en a pour toute la saison. Monsieur n’en achetait jamais à la ville.

— Ce sera une rude économie, fit observer Farjolle à sa femme.

Emma admira un grand carré de salades. La vue d’un cerisier où plusieurs cerises commençaient à mûrir, les décida. Farjolle accepta le prix : quinze cents francs pour la saison. De plus, les gages du jardinier qu’ils gardèrent à leur service.

— Voici l’adresse de Monsieur, à Paris.

— J’irai le voir demain et nous emménagerons dans huit jours.

Ils visitèrent encore la maison, puis descendirent le jardin jusqu’à la Seine. Au bout de l’allée un ponton servait à amarrer deux canots, compris dans la location, un gros, ventru et court, où l’on était très à son aise, et un plus mince pour la course.

Farjolle n’osa pas monter avec Emma dans celui-ci, « parce que, dit-il, les costumes de ville ne sont pas commodes pour ramer ». Le jardinier leur fit faire une petite promenade dans l’autre. Emma se mouilla en embarquant, ce qui lui causa une véritable joie. >>

Alfred Capus, Qui perd gagne, Librairie Paul Ollendorff, 1900, p.55 et p.141-143

AUTEUR  :  Alfred Capus
ŒUVRE  : Qui perd gagne
GENRE  : Récit d’aventure
ÉPOQUE  : XXe
LIEU  : Mantes

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1  : SE MOUVOIR

-Se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Loisirs

THÉMATIQUE 3  : SEINE A LOISIRS

-Canoter

Guy de Maupassant, Mouche, 1890

Mouche est une nouvelle issue de L’Inutile Beauté qui a été écrite par Guy de Maupassant et publiée en 1890. Dans le texte ci-dessous, le personnage qui prend la parole exprime son affection pour la Seine. Il remarque dans un premier temps que le fleuve est putride, ce qui ne l’empêche tout de même pas d’y être attaché. Il évoque ensuite plusieurs souvenirs  qui lui sont positifs comme les promenades autour du fleuve, la vision du paysage à différents horaires ou encore les soirées et les aventures qu’il a pu expérimenter avec ses amis.

<< Il nous dit :

En ai-je vu, de drôles de choses et de drôles de filles aux jours passés où je canotais. Que de fois j’ai eu envie d’écrire un petit livre, titré « Sur la Seine », pour raconter cette vie de force et d’insouciance, de gaieté et de pauvreté, de fête robuste et tapageuse que j’ai menée de vingt à trente ans.

J’étais un employé sans le sou ; maintenant, je suis un homme arrivé qui peut jeter des grosses sommes pour un caprice d’une seconde. J’avais au cœur mille désirs modestes et irréalisables qui me doraient l’existence de toutes les attentes imaginaires. Aujourd’hui, je ne sais pas vraiment quelle fantaisie me pourrait faire lever du fauteuil où je somnole. Comme c’était simple, et bon, et difficile de vivre ainsi, entre le bureau à Paris et la rivière à Argenteuil. Ma grande, ma seule, mon absorbante passion, pendant dix ans, ce fut la Seine. Ah l la belle, calme, variée et puante rivière pleine de mirage et d’immondices. Je l’ai tant aimée ; je crois, parce qu’elle m’a donné, me semble-t-il, le sens de la vie. Ah l les promenades le long des berges fleuries, mes amies les grenouilles qui rêvaient, le ventre au frais, sur une feuille de nénuphar, et les lis d’eau coquets et frêles, au milieu des grandes herbes fines qui m’ouvraient soudain, derrière un saule, un feuillet d’album japonais quand le martin-pêcheur fuyait devant moi comme une flamme bleue ! Ai-je aimé tout cela, d’un amour instinctif des yeux qui se répandait dans tout mon corps en une joie naturelle et profonde.

Comme d’autres ont des souvenirs de nuits tendres, j’ai des souvenirs de levers de soleil dans les brumes matinales, flottantes, errantes vapeurs, blanches comme des mortes avant l’aurore, puis, au premier rayon glissant sur les prairies, illuminées de rose à ravir le cœur ; et j’ai des souvenirs de lune argentant l’eau frémissante et courante, d’une lueur qui faisait fleurir tous les rêves.

Et tout cela, symbole de l’éternelle illusion, naissait pour moi sur de l’eau croupie qui charriait vers la mer toutes les ordures de Paris.

Puis quelle vie gaie avec les camarades. Nous étions cinq, une bande, aujourd’hui des hommes graves ; et comme nous étions tous pauvres, nous avions fondé, dans une affreuse gargote d’Argenteuil, une colonie inexprimable qui ne possédait qu’une chambre-dortoir où j’ai passé les plus folles soirées, certes, de mon existence. Nous n’avions souci de rien que de nous amuser et de ramer, car l’aviron pour nous, sauf pour un, était un culte. Je me rappelle de si singulières aventures, de si invraisemblables farces, inventées par ces cinq chenapans, que personne aujourd’hui ne les pourrait croire. On ne vit plus ainsi, même sur la Seine, car la fantaisie enragée qui nous tenait en haleine est morte dans les âmes actuelles. >>

Guy de Maupassant, Mouche, L’Inutile Beauté, Louis Conard, libraire-éditeur, 1908, p.99-101

 

AUTEUR  :  Guy de Maupassant
ŒUVRE  : L’Inutile Beauté
GENRE  : Nouvelle
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Argenteuil

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-canoter

-se promener

-restaurants et guinguettes

-loisirs

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-la Seine putride

 

 

Bateaux-Mouches, Eddy de Pretto, 2021

Eddy de Pretto est un auteur-compositeur-interprète et acteur français qui s’est découvert notamment par son album Cure (2018). 

Pour la sortie de son nouvel album À tous les bâtards (2021), il publie « Bateaux-Mouche ». Il revient sur ses petits jobs avant son envol musical, où il chantait sur les bateaux-mouches, le long de balades sur la Seine. 

 

 

 

[Couplet 1]

Quand j’étais gars trop moche, chantant sur bateaux-mouches

Avec rien dans les poches, j’faisais moins la fine bouche

J’prenais toutes les avances, de sourires pas très cash

Fallait bien que je mange pour apaiser ma soif

Entrée, plat et dessert, je reculais l’attente

Des gros ventres a remplir avec chansons badantes

Sur mon estrade en toc que je prenais pour scène

J’me sеntais comme un coq mais j’flottais que sur la Seinе

Maquillé au pinceau, un solo pour mariage, avec costume Celio et l’odeur du fromage

Je posais comme il faut et j’en menais pas large

J’me sentais parfois d’trop entre rêves et noyade

J’étais lui qu’on ne voit pas, qui s’glisse entre les tables

Chantant du Rihanna avec un accent grave

Qui sourit a chaque fois pour faire plaisir mesdames

Faudrait pas que messieurs se sentent dragués par moi

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Couplet 2]

Je découvrais Paris, comme les couples étrangers

Tu viens d’où il fait gris, où on laisse tout trop laid

Des monuments crari, m’emporter comme jamais

J’avais qu’une envie, m’installer sur ce pavé

À chanter toute ma vie, pas les chansons des autres

J’en avait dans le ventre, pas du saumon Lenôtre

J’attendais patiemment, de monter sur le trône

Qu’on reprenne mes chansons, comme je reprend « vie en rose »

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Couplet 3]

J’devais quitter mes Nike, les laisser sous l’bateau

T’étais pas assez classe, pour l’image de ce show

Je n’avais qu’une hâte, de montrer ce que je vaux

Montrer combien je fake, que gentleman à l’eau

Le soir je m’improvisais, la vedette du bateau

En maquillant mes souhaits au parfum du ghetto

Tous les soirs je trinquais, rêvais fou de mon égo

En attendant j’réglais mes grands rêves au chapeau

[Refrain]

Quand j’étais personne, pleins de p’tits taffs d’automne

J’rêvais d’idoles, je me voyais déjà en haut

Quand j’avais personne, qu’une soif qui déborde

J’rêvais des tonnes, j’me voyais déjà en haut et c’était beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début, beau

Début début début

[Outro]

Quand j’étais gars trop moche, chantant sur bateaux-mouches

Avec un rien dans les poches, j’faisais moins la fine bouche

J’prenais toutes les avances, de sourires pas très cash

Fallait bien que je mange pour apaiser ma soif

https://genius.com/Eddy-de-pretto-bateaux-mouches-lyrics

Denis Diderot, L’Encyclopédie, 1re éd, 1751

L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts est des métiers est une encyclopédie française qui a été dirigée par Denis Diderot et Jean Le Rond d’Alembert et dont la première édition a été publiée en 1751.

L’article ci-dessous porte sur les << bachoteurs >> au XVIIIème siècle ; il décrit en quoi consiste leur métier, quelles sont les différentes conditions et les condamnations auxquelles ils peuvent faire face en cas de non-respect des règles.

 

<< * BACHOTEURS, sub. m. (Police.) ce sont des bateliers occupés sur les ports de Paris & en autres endroits des rives de la Seine, à voiturer le public sur l’eau & dans des bachots au-dessus & au-dessous de la ville. Ils sont obligés de se faire recevoir à la ville : ils ne peuvent commettre des garçons à leur place : leurs bachots doivent être bien conditionnés. Il leur est defendu de recevoir plus de seize personnes à la fois ; leurs salaires sont réglés ; ils doivent charger par rang ; cependant le particulier choisit tel bachoteur qu’il lui plaît. Ils sont obligés d’avoir des numeros à leurs bachots. Un officier de ville fait de quinze en quinze jours la visite des bachots ; & il est détendu aux femmes & aux enfans des bachoteurs de se trouver sur les ports. On paye par chaque personne quatre sous pour Seve & S. Cloud ; deux sous pour Chaillot & Passy ; deux sous six deniers pour Auteuil ; & ainsi à proportion de la distance, & à raison de deux sols pour chaque lieue, tant en descendant qu’en remontant. Le bachoteur convaincu d’avoir commis à sa place quelqu’homme sans expérience, ou d’avoir reçu plus de seize personnes, est condamné pour la premiere fois à cinquante livres d’amende, confiscation des bachots, trois mois de prison ; il y a punition corporelle en cas de récidive & exclusion du bachotage. C’est au lieutenant de police à veiller que les bachoteurs ne se prêtent à aucun mauvais commerce. Il leur est enjoint par ce tribunal de fermer leurs bachots avec une chaîne & un cadenat pendant la nuit.>>

Denis Diderot, L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1re éd, texte établi par D’Alembert, Diderot, 1751 (Tome 2, p.8).

AUTEUR  :  Denis Diderot
ŒUVRE  : Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.
GENRE  : Encyclopédie
ÉPOQUE  : XVIII
LIEU  : Paris

STRATE  : SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

-traverser la Seine

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-métiers

-transporter

Le Sire de Chambley, La légende des sexes, poèmes hystériques et profanes, 1882

La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes est un recueil qui a été écrit par Edmond Haraucourt, dont le pseudonyme est Sire de Chambley et est paru en 1882. Le recueil a été imprimé à Bruxelles dans un nombre très réduit d’exemplaires qui ont tous été signés par l’auteur. Ce n’est cependant qu’après l’impression du recueil que l’écriture du poème L’hymne des noyésqui appartient à cet ouvrage, a été finalisée.

Ce poète présente un hymne qui s’échappe directement de la Seine et se propage dans l’air pour exprimer la parole de ceux qui se sont noyés dans le fleuve. Dans cet hymne, les revenants s’expriment à propos de leur présence qui demeure dans le lieu où ils ont perdu la vie, du thème de la mort ou encore des êtres vivants qu’ils ont pu apercevoir aux alentours de la Seine.

 

L’HYMNE DES NOYÉS

 

La Seine se déploie en frémissements vagues
Où le reflet du gaz agite un rouge éclair,
Tandis qu’un courant fuit dans la fuite des vagues,
Plus opaque et pourtant plus clair ;
Il glisse, lourd comme une lave,
Sur le flanc des piliers qu’il lave,
Et voici qu’un hymne humble et grave
Monte dans l’air.

« Nous sommes les noyés des grandes nuits lascives,
Les doux inachevés, les chauds et courts destins ;
Nous sommes le flot blanc des races convulsives
Qui jaillit des soirs aux matins :
Nous ruisselons comme des fleuves,
Fils de nonnes et fils de veuves,
Fils de vierges prudemment neuves,
Fils de catins.

« Pollen des lits bourgeois et des ennuis nocturnes,
Fleurs d’amour, fleurs sans fruit des soirs sans lendemain,
Nous chantons notre glas dans l’eau froide des urnes,
Au clapotis rose des mains ;
Nous passons sans que nul nous voie,
Mais avant d’être ceux qu’on noie,
Nous noyons dans des mers de joie
Les cœurs humains.

« Nous sommes les enfants ignorés de leurs mères ;
Nés d’un frisson d’amour, nous mourons de frissons,
Et plus que les fœtus nous sommes éphémères,
Nous, leurs frères, qui nous berçons
Dans nos berceaux de porcelaine
Accrochés aux duvets de l’aine,
Comme au long des sentiers la laine
Pend aux buissons.

« Et tous, assassinés par l’onde du baptême
Dans les Saxe et les Chine ou dans les grès rugueux,
Dans les fleurs des faïences ou les fleurs de Bohème,
Nous fluons à l’égout fongueux :
Puis notre flotte erre et navigue
Dans l’écluse, contre la digue
Et sous le pont où la fatigue
Endort les gueux.

« Nous en avons tant vu grelotter sous les arches
Que nous en avons pris en pitié les vivants ;
Tant vu qui regardaient, assis aux bords des marches,
Courir leurs rêves décevants ;
Et mieux vaut le peu que nous sommes
Que d’être devenus des hommes
Essayant de pénibles sommes
À tous les vents !

« Nous aurions pu peupler cent mille fois la terre,
Être héros, rois, dieux, avoir soif, avoir faim ;
Nous étions tout, étant le nombre et le mystère,
L’ébauche du projet divin :
Mais nous roulons, tourbe inféconde,
Vers l’inféconde mer qui gronde,
Vers la mer cuvette du monde,
Sans fond, sans fin ! »

Le sire de Chambley.
 
Le sire de Chambley, La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes, 1882, p. Note-NP.
 

AUTEUR  : Le sire de Chambley
ŒUVRE  : La Légende des sexes, poèmes hystériques et profanes
GENRE  : Poésie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : HORS-LIEUX

STRATE  : DANS / SUR

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-Traverser la Seine

-Remonter la Seine

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

-Noyade

 

Victor Hugo, œuvres complètes de Victor Hugo En voyage, tome II, 1910

Dans cette lettre qui a été écrite à Elbeuf, le 10 septembre 1837, Victor Hugo fait part à sa femme, Adèle Foucher, de son voyage dans plusieurs villes et villages en Normandie. Il lui décrit le trajet qu’il a parcouru, les différents endroits qu’il a visité et insiste sur leur beauté. Victor Hugo a pu voyager sur la Seine entre la ville du Havre et Elbeuf. Il a également pu admirer les bords de la Seine ainsi que son flux au cours de son voyage.
 
 
Elbeuf, 10 septembre, 9 heures du soir.
 

<< Je me hâte, chère amie, de finir cette lettre. De Dieppe je suis allé au Havre, et du Havre je suis descendu jusqu’à Elbeuf par le bateau à vapeur. C’est un beau couronnement à mon voyage que ces admirables bords de la Seine.

Ce matin à quatre heures le bateau sortait du Havre. La mer était houleuse, il faisait encore nuit ; au point du jour nous atteignions Honfleur et au soleil levant Quillebœuf. À midi nous étions à Rouen.

Je n’avais encore vu le cours de la Seine que par la route de terre. Le papier me manque pour te dire combien c’est beau, je te le dirai de vive voix à Paris. Par moments il y a des petites falaises qui imitent les grandes et des petites vagues qui copient les grosses. Ils ont aussi, vers Tancarville, des petites tempêtes et de grands naufrages. Pendant des lieues les collines, hautes et escarpées, ont des ondulations gigantesques. On croirait côtoyer des fosses de Titans.

Je t’ai déjà dit, dans mes autres voyages, combien Rouen est admirable, je ne t’en reparlerai donc pas. J’ai revu Villequier, Caudebec, la Meilleraye. Il y avait un singe dans le bateau, ce qui fait que personne n’a regardé Jumièges.

La sortie de Rouen est magnifique. On longe une série de quinze à vingt énormes collines qui s’enchaînent comme des vertèbres. Tout ce chemin par eau jusqu’à Elbeuf est merveilleux. Il y a ici deux églises, Saint-Jean et Saint-Étienne, fort dégradées. Saint Jean plus encore que Saint-Étienne. Dans toutes deux de beaux vitraux. Dans Saint-Étienne j’en ai remarqué un qui est superbe et qui porte cette inscription : « En l’an mil cinq cent vingt et trois, Pierres Grisel et Marion sa femme on donné cette verrière. Priés Dieu pour leurz âmes. » Au-dessus sont peints les donateurs, Pierre Grisel dans son digne costume d’échevin, accompagné de son fils, tout jeune enfant, et, dans l’autre panneau, sa femme avec ses trois filles. Marion est charmante. — La verrière représente la généalogie de la Vierge, sujet qui est pour les vitraux ce que la descente de croix est pour les tableaux, une chose souvent traitée et presque toujours réussie. — Je ne sais quel architecte stupide a mis aux vieux piliers de Saint-Étienne des couronnes de marquis en guise de chapiteaux.

Il y a encore quelques vieilles maisons dans Elbeuf, entre autres une boucherie à côté de ma fenêtre. Mais les manufactures prospèrent trop pour que les anciennes maisons ne fassent pas place à des maisons blanches dignes d’un siècle de lumière où le plâtre est en honneur.

Je pars demain pour Louviers. Je finis ma lettre en t’embrassant bien tendrement, mon Adèle. Dis bien à ma chère petite Didine que dans quatre jours je serai près de vous. Dis-le bien à tous. >>

Victor Hugo, Œuvres complètes de Victor Hugo En voyage, tome II, texte établi par G. Simon, Librairie Ollendorff, 1910, p.146-147

AUTEUR  : Victor Hugo
ŒUVRE  : Œuvres complètes de Victor Hugo En voyage
GENRE  : Correspondance
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Elbeuf

STRATE  :
AU BORD / SUR

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR
-se promener

-traverser la Seine

-naviguer

THÉMATIQUE 3 : SEINE A LOISIRS
-se promener

-plaisirs

Louis-Laurent Simonin, Les Grands Ports de commerce de la France, 1878

Les Grands Ports de commerce de la France a été écrit par Louis-Laurent Simonin et publié en 1878. Cet ouvrage, qui porte sur les différents ports commerciaux français est divisé en quatre parties ; la première partie concerne Marseille et le golfe de Lyon, la deuxième partie concerne Bordeaux et le bassin de la Gironde, la troisième partie porte sur Nantes et la bassin de la Loire et la dernière partie porte sur Le Havre et le bassin de la Seine. L’extrait, qui est issu de la quatrième partie aborde la construction du port du Havre qui est situé à l’embouchure de la Seine, le choix de ce lieu et de ses avantages ainsi que le début des échanges commerciaux qui avaient lieu sur le fleuve.

<< En 1516, il y avait à l’embouchure de la Seine, sur la rive droite, une humble chapelle dédiée à Notre-Dame-de-Grâce ; à côté, un hameau de pêcheurs et un petit port appelé l’Eure (ora, rivage), où avaient jadis existé des salines. Les apports du fleuve ensablaient ces parages et les exhaussaient peu à peu. Cependant on y voyait une sorte de crique qui pénétrait dans l’intérieur des terres. François Ier eut l’idée de tirer parti de cette passe naturelle et de construire là un port « pour y recueillir, loger et maréer les grands navires tant du royaume que aultres des alliés. » Le lieu était plus à proximité, beaucoup plus accessible de Paris que les ports de Saint-Malo, de Dieppe, de Dunkerque, que la France occupait ou avec lesquels elle commerçait dans la Manche. L’endroit semblait aussi mieux choisi, l’atterrissage plus sûr et plus profond qu’à Harfleur et Honfleur, deux havres très anciens que les sables de la Seine menaçaient de combler, mais qui avaient eu et avaient même encore leurs jours de gloire. Le premier, « port souverain de Normandie, » était situé sur la rive droite, le second sur la rive gauche du fleuve, et ils semblaient en garder tous les deux l’embouchure, de part et d’autre du vaste estuaire qu’il forme en arrivant à la mer. Quant au port de Rouen, il manquait aussi de profondeur, et il était situé beaucoup trop avant sur la Seine. De tout temps, toutes ces localités avaient été adonnées au trafic de la mer. Harfleur existait dès l’époque romaine, peut-être dès l’époque gauloise. Il était très florissant au temps de Guillaume le Conquérant, qui préféra cependant partir de Dieppe pour sa descente en Angleterre. Sous les premiers Capétiens, les Castillans, les Pisans, venaient y trafiquer. Le cap de la Hève, que l’on éclairait la nuit, leur signalait l’embouchure de la Seine. Les Castillans apportaient à Harfleur du vin et du blé d’Espagne, de la cire, du sel (les salines de l’Eure avaient disparu), du cuir de Cordoue, — les Pisans les soies et les draps de Florence. Ces marchands rapportaient entre autres choses des laines et des toiles. Au commencement du XVIe siècle, ce commerce s’agrandit singulièrement, […]. >>


Louis-Laurent Simonin, Les Grands Ports de commerce de la France, Revue des Deux Mondes, 3e période, tome 25, 1878, p.834.

AUTEUR  : LOUIS-LAURENT SIMONIN
ŒUVRE  : Les Grands Ports de commerce de la France
GENRE  : Géographie
ÉPOQUE  : XIX
LIEU  : Le Havre

STRATE  :
SUR / AU BORD

THÉMATIQUE 2  : FAIRE EN SEINE
-Commercer
-Transporter

Mac-Nab, Poèmes mobiles ; Monologues, 1890

Mac-Nab a écrit un recueil intitulé Poèmes mobiles ; Monologues qui a été publié en 1890. Ce recueil est divisé en trois parties qui regroupent trois types de récits : la première partie se nomme Poèmes mobiles, la deuxième partie se nomme Monologues en prose et la dernière partie se nomme Simples chansons. La Mort du Poète est une chanson qui se situe à la fin de la dernière partie du livre. Le suicide d’un poète qui se jette dans la Seine depuis le pont des Saint-Pères, à Paris y est mis en scène et la Seine y est décrite comme celle qui lui donne la mort.

 

Simples chansons ;

La Mort du Poète.

A Eugène Mesplès.

C’était un homme long, déhanché, sec et blême,

Vêtu d’un habit vieux autant que l’univers ;

Sa vie était un mythe et sa bourse un problème :

Chacun le croyait fou, car il chantait des vers !

 

Or cet homme, songeant à des jours plus prospères,

S’en allait à pas lents sur le pont des Saint-Pères :

(Ce pont que fait trembler le poids des omnibus

Ainsi qu’un régiment sous le choc des obus !…)

 

Il regardait la Seine, infâme pourvoyeuse

De la mort ! cette Seine à la chanson joyeuse,

Plus perfide que les sirènes de jadis,

Dont le murmure lent n’est qu’un De profundis !

—————————————————————-

Je ne connaissais pas ce malheureux bohème.

Et, pourtant, j’ai pleuré, quand j’ai su le soir même

Qu’on avait retrouvé son cadavre à Puteaux.

<< Homo sum, et nihil humani a me alienum puto ! >>

Mac-Nab, Poèmes mobiles ; Monologue, éditeur des Modernes, édité par Léon Vanier, 1880, p139

 

AUTEUR  : MAC-NAB

ŒUVRE  : Poèmes mobiles ; Monologue

GENRE  : POÉSIE

ÉPOQUE  : XIX

LIEU  : Paris

STRATE  : SUR

 

THÉMATIQUE 4  : LA SEINE INTERLOPE

-Noyade

Jules César, La guerre des Gaules, Antiquité

Dans cet extrait de la guerre des Gaules de Jules César écrit durant le milieu du 1er siècle avant JC, César nous décrit la bataille de Lutèce qui est une bataille pour le contrôle de la région de Lutèce : Les Gaulois et leur chef Camulogène sachant que les Romains excellent dans l’art des sièges, choisissent de mettre en œuvre une stratégie de la terre brûlée et de redoubler les escarmouches sur les légions, mais cela les oblige à se disperser afin de pouvoir réagir ; Cette stratégie fonctionne dans un premier temps, mais un orage empêche de voir l’avancée romaine par la Seine. Face à l’armée romaine concentrée et disciplinée, les Gaulois sont vaincus et sont forcés à fuir.

 

57. Tandis que ces événements se déroulent du côté de César, Labiénus, laissant à Agédincum, pour garder les bagages, les troupes de renfort qu’il venait de recevoir d’Italie part vers Lutèce avec quatre légions. C’est la ville des Parisii, située dans une île de la Seine. Quand l’ennemi sut qu’il approchait, d’importants contingents venus des cités voisines se rassemblèrent. On donne le commandement en chef à l’Aulerque Camulogène; il était presque épuisé par l’âge, mais sa particulière connaissance de l’art militaire lui valut cet honneur. Ayant observé l’existence d’un marais continu qui déversait ses eaux dans la Seine et rendait l’accès de toute la région fort difficile, il s’y établit et entreprit de nous interdire le passage. (…)

61. Là, les éclaireurs ennemis – on en avait disposé tout le long du fleuve – sont surpris par notre arrivée, car un orage avait éclaté soudain, et ils périssent sous nos coups ; l’infanterie et la cavalerie, sous la direction des chevaliers romains à qui Labiénus avait confié cette tâche, sont transportées rapidement sur l’autre rive. A l’aube, l’ennemi apprend presque simultanément qu’une agitation inaccoutumée règne dans le camp romain, qu’une importante colonne remonte le fleuve, que du même côté on entend le bruit des rames, et qu’un peu en aval il y a des navires qui transportent des soldats d’une rive à l’autre. A cette nouvelle, pensant que les légions franchissaient le fleuve en trois endroits et qu’effrayés par la défection des Héduens les Romains préparaient une fuite générale, ils divisèrent, eux aussi, leurs troupes en trois corps. Laissant un poste en face du camp et envoyant un petit détachement dans la direction de Metlosédum, avec mission de n’avancer qu’autant que l’auraient fait les embarcations, ils menèrent le reste de leurs forces à la rencontre de Labiénus.

62. Au lever du jour, tous les nôtres avaient franchi le fleuve, et on voyait en face la ligne ennemie. Labiénus, adressant la parole à ses soldats, les exhorte à se souvenir de leur valeur, si souvent éprouvée et de tant de glorieuses victoires, enfin à se conduire comme si César en personne, lui qui maintes fois les avaient menés à la victoire, assistait à la bataille ; puis il donne le signal du combat. Au premier choc, à l’aile droite, où avait pris position la septième légion, l’ennemi est enfoncé et mis en déroute ; à gauche, où était la douzième, les premiers rangs ennemis avaient été abattus par les javelots ; mais le reste opposait une résistance farouche, et pas un n’eût pu être soupçonné de songer à fuir. Le chef ennemi, Camulogène, était là auprès des siens, et les encourageait. Mais, tandis que la victoire était encore incertaine, les tribuns de la septième légion, ayant appris ce qui se passait à l’aile gauche, firent paraître leur légion sur les derrières de l’ennemi et la portèrent à l’attaque. Même alors, personne ne lâcha pied, mais ils furent tous enveloppés et massacrés. Camulogène partagea le sort commun. Quant à ceux qui avaient été laissés en face du camp de Labiénus, ayant appris que l’on se battait, ils allèrent au secours des leurs et s’emparèrent d’une colline ; mais ils ne purent soutenir le choc de nos soldats victorieux. Ils se mêlèrent donc aux autres Gaulois qui fuyaient, et ceux que les bois et les collines ne dérobèrent pas à notre poursuite furent tués par nos cavaliers. Cette action terminée, Labiénus retourne à Agédincum, où avaient été laissés les bagages de toute l’armée ; puis, avec toutes ses troupes, il rejoint César.

 

Jules César, La guerre des Gaules, traduction par L.-A. Constans en 1926

 

AUTEUR : Jules César

ÉPOQUE : Antiquité

GENRE : Récit de Campagne

LIEU : Région de Lutèce (entre Sens et Paris)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Guerroyer

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, 1889

Ecrit par André Chénier, un poète du 18ème siècle qui s’est illustré comme un opposant à Robespierre durant la Révolution, et fut guillotiné. « Aux Frères de Pange » fut probablement écrit vers les dernières années de sa vie, peut-être même durant sa captivité, au vu de l’aspect testamentaire du poème. Né à Constantinople/Istanbul, la ville entre deux mers, Chénier montre par son poème l’importance de la mer et des fleuves dans sa vie usant d’un style préromantique et mettant en avant une imagerie hellénistique dont il fut très inspiré. Il conjure ainsi à ses amis, les Pange (famille de la noblesse), de rester heureux et de se souvenir de lui.

 

VI

 

AUX FRÈRES DE PANGE

 

Vous restez, mes amis, dans ces murs où la Seine

Voit sans cesse embellir les bords dont elle est reine,

Et près d’elle partout voit changer tous les jours

Les fêtes, les niveaux, les belles, les amours.

Moi, l’espoir du repos et du bonheur peut-être,

Cette fureur d’errer, de voir et de connaître,

La santé que j’appelle et qui fuit mes douleurs

(Bien sans qui tous les biens n’ont aucunes douceurs),

À mes pas inquiets tout me livre et m’engage.

C’est au milieu des soins compagnons du voyage,

Que m’attend une sainte et studieuse paix

Que les flèches d’amour ne troubleront jamais.

Je suivrai des amis[2] ; mais mon âme d’avance ;

Vous, mes autres amis, pleure de votre absence,

Et voudrait, partagée en des penchants si doux,

Et partir avec eux et rester près de vous.

Ce couple fraternel, ces âmes que j’embrasse

D’un lien qui du temps craignant peu les menaces,

Se perd dans notre enfance, unit nos premiers jours

Sont mes guides encore ; ils le furent toujours.

Toujours leur amitié, généreuse, empressée,

À porté mes ennuis et ne s’est point lassée.

Quand Phébus, que l’hiver chasse de vos remparts,

Va de loin vous jeter quelques faibles regards,

Nous allons, sur ses pas, visiter d’autres rives,

Et poursuivre au Midi ses chaleurs fugitives.

Nous verrons tous ces lieux dont les brillants destins

Occupent la mémoire ou les yeux des humains :

Marseille où l’Orient amène la fortune ;

Et Venise élevée à l’hymen de Neptune ;

Le Tibre fleuve-roi ; Rome fille de Mars,

Qui régna par le glaive et règne par les arts ;

Athènes qui n’est plus, et Byzance ma mère ;

Smyrne qu’habite encor le souvenir d’Homère.

Croyez, car en tous lieux mon cœur m’aura suivi,

Que partout où je suis vous avez un ami.

Mais le sort est secret ! Quel mortel peut connaître

Ce que lui porte l’heure et l’instant qui va naître ?

Souvent ce souffle pur dont l’homme est animé,

Esclave d’un climat, d’un ciel accoutumé,

Redoute un autre ciel, et ne veut plus nous suivre

Loin des lieux où le temps l’habitua de vivre.

Peut-être errant au loin, sous de nouveaux climats,

Je vais chercher la mort qui ne me cherchait pas.

Alors, ayant sur moi versé des pleurs fidèles,

Mes amis reviendront, non sans larmes nouvelles,

Vous conter mon destin, nos projets, nos plaisirs

Et mes derniers discours et mes derniers soupirs.

 

Vivez heureux ! gardez ma mémoire aussi chère,

Soit que je vive encor, soit qu’en vain je l’espère.

Si je vis, le soleil aura passé deux fois

Dans les douze palais où résident les mois,

D’une double moisson la grange sera pleine,

Avant que dans vos bras la voile nous ramène.

Si long-temps autrefois nous n’étions point perdus !

Aux plaisirs citadins tout l’hiver assidus,

Quand les jours repoussaient leurs bornes circonscrites,

Et des nuits à leur tour usurpaient les limites,

Comme oiseaux du printemps, loin du nid paresseux,

Nous visitons les bois et les coteaux vineux,

Les peuples, les cités, les brillantes naïades ;

Et l’humide départ des sinistres pléiades

Nous renvoyait chercher la ville et ses plaisirs,

On souvent rassemblés, livrés à nos loisirs,

Honteux d’avoir trouvé nos amours infidèles,

Disputer des beaux-arts, de la gloire et des belles.

Ah ! nous ressemblions, arrêtés ou flottants,

Aux fleuves comme nous voyageurs inconstants.

Ils courent à grand bruit ; ils volent, ils bondissent ;

Dans les vallons riants leurs flots se ralentissent.

Quand l’hiver accourant du blanc sommet des monts,

Vient mettre un frein de glace à leurs pas vagabonds,

Ils luttent vainement, leurs ondes sont esclaves :

Mais le printemps revient amollir leurs entraves,

Leur frein s’use et se brise au souffle du zéphyr

Et l’onde en liberté recommence à courir.

 

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, Texte établi par Louis Moland, Garnier, 1889, Volume 1 (p. 174-176).

 

 

AUTEUR : CHENIER, André

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Lieux multiples et non définis (Paris, Istanbul, Rome, Lieux hellénistiques imaginé par l’auteur)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-amours

Émile Zola, AUX CHAMPS, « Le Capitaine Burle », 1883

Texte issu du recueil de nouvelles « Le capitaine Burle », publié en 1883. Emile Zola nous montre dans « Au Champs », la vie dans les alentours de la Seine. Nouvelle naturaliste, le narrateur redécouvre le plaisir de la vie dans la campagne au bord de Seine. Le narrateur se sent là en paix et montre la beauté et l’importance de la Seine dans cette période de sa vie. Pour autant le lieu exact du nouveau reste assez indéfini. Nous savons que nous trouvons en bord de Seine et le Havre et mentionné, mais, nous n’avons pas le nom du lieu où se trouve l’auteur comme si les bords de Seine était une explication suffisante.

 

LA RIVIÈRE

 

IV

 

Puis, nous nous calmions, nous goûtions le charme profond de la rivière.

Les deux rives s’écartent ; la nappe d’eau s’élargit en un vaste bassin ; et, là, trois îles se présentent de front au courant. La première, à gauche, très longue, descend à près d’une demi-lieue ; la seconde ménage un bras de trois cents mètres au plus ; et, quant à la troisième, elle n’est qu’une butte de gazon, couverte de grands arbres. Derrière, d’autres touffes de verdure, d’autres petites îles, s’en vont à la débandade, coupées par des bras étroits de rivière. Sur la gauche du fleuve, des plaines cultivées s’étendent ; sur la droite, se dresse un coteau, planté au sommet d’un bois chevelu.

Nous remontions le courant, longeant les berges, pour éviter la fatigue ; puis, quand nous étions en haut du bassin, nous prenions le milieu et nous laissions aller notre barque à la dérive. Elle descendait lentement d’elle-même, sans un bruit. Nous, étendus sur les bancs, nous causions, pris de paresse. Mais, chaque fois que la barque arrivait en vue des îles, par les temps calmes, la conversation tombait, un recueillement invincible nous envahissait peu à peu.

En face, au-dessus de l’eau blanche, les trois îles se présentaient sur une même ligne, avec leurs pointes arrondies, leurs proues énormes de verdures. C’étaient, sur le couchant empourpré, trois bouquets d’arbres, au jet puissant, aux cimes vertes, endormies dans l’air. On aurait dit trois navires à l’ancre, trois Léviathans, dont les mâtures se seraient miraculeusement couvertes de feuillages. Et, dans la nappe d’eau, dans le miroir d’argent qui s’étendait, démesuré, sans une ride, les îles se reflétaient, enfonçant leurs arbres, prolongeant leurs rives. Une sérénité, une majesté, venaient de ces deux azurs, le ciel et le fleuve, où le sommeil des arbres était si pur. Le soir surtout, quand pas une feuille ne remuait, quand la nappe d’eau prenait le poli bleuâtre de l’acier, le spectacle s’élargissait encore et faisait rêver d’infini. (…)

 

Émile Zola, AUX CHAMPS, Le Capitaine Burle, G. Charpentier, 1883 (p. 218-230).

 

 

AUTEUR : Emile Zola

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Nouvelle

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-canoter

-plaisir

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, XIX

Chanson de cabaret, écrite par Maurice Mac-Nab durant la fin du 19ème siècle, probablement pour se produire au cabaret du Chat Noir à Paris. Elle utilise la saleté de la Seine comme ressort comique à une histoire. La Seine nous est présentée sous toutes ses couleurs face au chanteur qui la remonte patiemment en quête d’une eau claire pour pouvoir nager mais finit par se rendre compte qu’un cadavre de chien se trouve dans les eaux de Billancourt le forçant à abandonner sa quête.

 

La s’maine et surtout l’ dimanche,

Ça devrait pas êt’ permis

De nager et d’ fair’ la planche

Dans l’eau qui coule à Paris.

 

À Paris, la Seine est trouble

Et ça n’est pas drôl’ du tout,

D’ barboter dans du gras double :

J’ m’en vas m’ baigner à Chatou.

 

À Chatou, près d’ la rivière,

Je me transporte aussitôt ;

Mais j’ me dis : « L’eau n’est pas claire,

Allons nous baigner plus haut. »

 

Je marche et j’arrive en face

Du dépotoir de Saint-Ouen ;

Alors je fais un’ grimace,

La Seine est jaun’ comme un coing.

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plus haut, près du pont d’Asnières,

J’ m’apprête à faire un plongeon ;

Mais le fleuv’, chos’ singulière.

Est plus noir que du charbon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Au détour de Courbevoie

Je m’écri’ : « C’est là, parbleu,

Que j’ me baign’rais avec joie,

Mais le liquide est tout bleu ! »

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Bientôt j’arrive à Suresnes

Près d’un site ravissant ;

Mais soudain je vois la Seine

Qui devient couleur de sang !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plein d’une ardeur opiniâtre,

Je pousse jusqu’à Meudon ;

Mais là le fleuve est blanchâtre

Et roul’ des flots d’amidon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Enfin, trouvant l’eau moins grasse,

Je m’ décide à Billancourt :

J’ pique un’ têt’ dans la carcasse

D’un chien crevé d’puis quinz’ jours !

 

Depuis c’ jour-là je m’ méfie

Et, chaqu’ soir, de huit à neuf,

J’ m’en vais sans cérémonie

Tirer ma coup’ sous l’ Pont-Neuf !

 

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, Henri Heugel, s.d. (p. 99-108).

 

 

AUTEUR : MAC NAB, Maurice

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Chanson

LIEU : Paris et région parisienne (Chatou, Billancourt, Meudon, Courbevoie, Asnières, Saint-Ouen, Suresnes)

STRATE : DANS / AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-la Seine putride

Amand Silvestre, En pleine fantaisie, « Ouverture de la pêche », 1884

Le poète défend la sensualité naturelle de l’Homme face à la moralisation publique de la société française du 19e siècle. Sur la Seine, le printemps suscite les rêveries du pêcheur qui repense à ses amours finis, et ces souvenirs trop fragiles affecte l’homme qui se retrouve réveillée en plein dans la vie, sur la vulgaire Seine, ce théâtre banal hors du rêve.

La Seine, la vulgaire Seine de banlieue, avec son horizon d’usines aux formidables tuyaux de pipe et sa flottille de bachots hérissés de lignes, avec ses remorqueurs bruyants qui secouent des chaînes comme les damnés et ses lourdes péniches aux sabords plantés de clématites, voilà le théâtre banal qui s’offrait, seul à mes premiers exploits [la pêche].

(…)

[Le lendemain] Le spectacle du jour levant était le plus beau du monde. Comme d’un œuf qui se brise et dont l’or se répand, le soleil s’élançait de l’horizon en ouvrant ses deux grandes ailes de lumière. Par derrière, et à l’occident encore à demi- noyé dans l’ombre, les vitres des maisons s’incendiaient de reflets éclatants, et l’on eût dit une illumination féérique. Les martinets se poursuivaient sur le fleuve, égratignant l’eau comme des flèches noires et y traçant des arabesques d’argent aussitôt effacés par le courant. (…) L’eau avait des odeurs vivantes comme celle d’une femme qui se réveille ; des musiques lointaines, faites de chants d’oiseaux et de dianes sonnées dans les casernes, exécutaient une aubade tout imprégnée d’espoir et de mélancolie.

(…)

Dans cette atmosphère alourdie et flottante, mon rêve évoqua des visions qui prirent des formes de plus en plus nettes en demeurant aériennes toutefois et prêtes à s’évanouir au premier souffle. La coupe du ciel, coupe de lapis clair et veiné de blanc, les accidents du paysage, les silhouettes de toute choses m’apparaissant retournées dans l’eau, ma propre image s’y déforma et il me sembla que j’étais moi-même, hôte paisible d’une mystérieuse rivière, poursuivi par un pêcheur que je reconnu bien vite [Amour]. (…) Cette fois, mon coeur lui-même était atteint et le pêcheur Amour riait de tout l’éclat méchant de ses dents gourmandes.

 

Amand Silvestre, En pleine Fantaisies, « Ouverture de la pêche », Paris: C. Marpon et E. Flammarion, 1884. P. 135. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/advancedSearch/

AUTEUR: SILVESTRE Amand

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Sur la Seine

STRATE: Sur

THEMATIQUE 3: SEINE A LOISIRS

  • Pêcher
  •  amours

FAIRE EN SEINE : 

  • usine/industrie 
  • naviguer

 

Prosper Mérimée, Chroniques du règne de Charles IX, 1829

Mérimée expérimente ici le roman historique romantique et l’évocation de la Seine représente le défi particulier pour le romancier de ramener le lecteur à la Seine du 16e siècle. La Seine occupe un véritable rôle : celui de porter les ressorts dramatiques de cette intrigue des guerres de religion du 16e siècle dont le massacre de Saint-Barthélémy. La Seine est présentée comme une frontière à traverser, un axe ténébreux qui scinde la ville en deux mondes distincts pour mieux souligner le contexte de guerre civile entre les catholiques et les protestants, à travers notamment les figures qui lui sont associées, tels que les ponts qui la surplombent et les bateaux qui la traversent. « La Seine de Mérimée et ses ressorts dramatiques » est analysé par Janine Gallant dans la revue Arborescence.

L’avertissement de Béville montre que la Seine revêt tout à fait les couleurs d’un axe central qu’il faut franchir pour passer d’un monde à un autre. Le héros ne l’écoute pas et ne pourra plus s’échapper.

Le passage de la Seine bloquée qui vient ensuite fait du fleuve le symbole brutal de l’événement historique de 1572 en s’imprégnant du sang des victimes, ainsi qu’en convient Mérimée.


Mais déjà le massacre avait commencé ; le tumulte, la presse des assassins, et les chaînes tendues au milieu des rues l’arrêtaient à chaque pas. Il fut forcé de passer auprès du Louvre, et c’était là que le fanatisme déployait toutes ses fureurs. Un grand nombre de protestants habitaient ce quartier, envahi en ce moment par les bourgeois catholiques et les soldats des gardes, le fer et la flamme à la main. Là, selon l’expression énergique d’un écrivain contemporain, le sang courait de tous côtés cherchant la rivière, et l’on ne pouvait traverser les rues sans courir le risque d’être écrasé à tout moment par les cadavres que l’on précipitait des fenêtres. Par une prévoyance infernale, la plupart des bateaux qui d’ordinaire étaient amarrés le long du Louvre avaient été conduits sur l’autre rive ; de sorte que beaucoup de fugitifs qui couraient au bord de la Seine, espérant s’y embarquer et se dérober aux coups de leurs ennemis, se trouvaient n’avoir à choisir qu’entre les flots ou les hallebardes des soldats qui les poursuivaient. Cependant, à l’une des fenêtres de son palais, on voyait, dit-on, Charles IX armé d’une longue arquebuse, qui giboyait aux pauvres passants. Le capitaine, enjambant des corps morts, et s’éclaboussant avec du sang, poursuivait son chemin, exposé à chaque pas à tomber victime de la méprise d’un massacreur. Il avait remarqué que les soldats et les bourgeois armés portaient tous une 166 écharpe blanche au bras et une croix blanche au chapeau. Il aurait pu facilement prendre ce signe de reconnaissance ; mais l’horreur que lui inspiraient les assassins s’étendait jusqu’aux marques qui leur servaient à se faire reconnaître. Sur le bord de la rivière, près du Châtelet, il s’entendit appeler. Il tourna la tête, et vit un homme armé jusqu’aux dents, mais qui ne paraissait pas faire usage de ses armes, portant d’ailleurs la croix blanche à son chapeau, et roulant un morceau de papier entre ses doigts d’un air tout à fait dégagé. C’était Béville. Il regardait froidement les cadavres et les hommes vivants que l’on jetait dans la Seine par-dessus le pont au Meunier.

 

Prosper Mérimée, Chroniques du règne de Charles IX, 1829, Freeditorial, p. 209. Disponible sur : file:///C:/Users/Utilisateur/AppData/Local/Packages/Microsoft.MicrosoftEdge_8wekyb3d8bbwe/TempState/Downloads/CHRONIQUE_DU_RÈGNE_DE_CHARLES_IX%20(1).pdf

 

AUTEUR: MERIMEE Prosper

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Paris

STRATE: Au bord/ Sur

 

THEMATIQUE 4: SEINE INTERLOPE

-Meurtre

-Noyade

-Seine noire

THEMATIQUE 5: HORS LIEUX

-Seine symbolique

-Seine du 16e siècle

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883

Mme Caroline et Mlle Louise Morlent viennent tout juste de Paris pour s’installer dans la petite ville de Z*** au bord de la Seine entre Rouen et Le Havre. Mme Morlent appartient à une famille aristocratique et riche de la Touraine, mais en décidant de se marier à Philippe Morlent, un roturier sans aucune fortune personnelle, elle se trouve déshéritée, coupée de sa noble lignée et faiblement dotée. Or son mari meurt subitement de maladie et désargentées, elles essayent de retrouver une situation dans l’humble condition dans laquelle elles tombent en acquérant un bureau de tabac. Mme Morlent a un important mystérieux entre la tristesse et la peur et s’habitue avec peine au nouveau climat. Elle va être ici frappée d’un accident avec la barre de Seine, qui constitue une nouvelle épreuve pour les deux Morlent.

Elie Berthet nous donne d’abord une information scientifique sur le phénomène de la barre de Seine. Puis il la met en scène dans l’extrait littéraire qui suit.


On sait que la Seine, aux approches de la Manche, est remontée, à chaque marée, par le flux, qu’on appelle « barre » ou « mascaret ». Ce flux, qui se fait sentir jusqu’à Jumièges, quelquefois même jusqu’au dessous de Rouen, acquiert une extrême violence aux marées d’équinoxe et lorsque soufflent certains vents. Alors le courant marin, couronné d’écume blanche, refoule avec une impétuosité irrésistible la majestueuse rivière, qui paraît refluer vers sa source. L’eau douce et l’eau salée se livrent bataille ; une sorte de montagne liquide se précipite, avec un bruit formidable, vers l’intérieur du pays, couvrant les îles, inondant les rives, causant parfois de graves accidents aux habitants du littoral. Par bonheur, ce phénomène ne dure pas longtemps. La barre une fois passée, tout redevient calme ; il faut de l’attention pour remarquer le changement survenu dans le niveau du fleuve. Au bout de quelques heures, l’eau de mer est refoulée à son tour et la Seine reprend son aspect accoutumé.

(…)


– Sauvez-vous ! Prenez garde ! Montez sur la route !

Les deux dames ne savaient toujours pas ce qu’on leur voulait. Enfin, s’étant retournées, elles comprirent la cause de ces démonstrations.
Depuis quelques instants, un bruit sourd et lointain se faisait entendre derrière elles. Ce bruit croissait de minute en minute, jusqu’à former un mugissement formidable ; mais (…) elles n’y avaient donné aucune attention, et ne soupçonnaient pas le péril dont elles étaient menacées.
Sur toute la largeur du fleuve, si calme naguère, glissait une ligne d’écume que le soleil faisait paraître éblouissante. Les eaux brusquement troublées, se redressaient en un immense bourrelet que remontait le courant, avec la rapidité d’un cheval de course et en produisant ce grondement profond, puissant, continuel, assez semblable à celui d’une grandiose cascade. Plusieurs grosses barques, éparses sur la rivière, manœuvraient précipitamment pour ne pas être renversées, tandis que d’autres, plus petites, disparaissaient tout à coup, comme si, surprises par le tourbillon, elles venaient d’être englouties.
Mais ce qui se passait sur les rives devaient surtout préoccuper les promeneuses. La barre d’écume s’avançait avec une majestueuse régularité en travers du fleuve et débordait au loin sur les grèves arides, s’irritant contre les moindres obstacles, rugissant, franchissant les roches, rebondissant dans les airs, sans s’arrêter jamais. Or évidemment, cette vague enragée, poussée par une force irrésistible, allait balayer la plage, et déjà elle frappait à quelque distance le pied des arbres qui bordaient la voie publique.
(…)
La montagne d’eau s’abattit sur Louise et sur elle avec fracas, les engloutit, et sembla devoir les emporter dans son impétueux tourbillon. (…) Le fleuve continua sa marche triomphante, sans s’attarder pour si peu de choses que de misérables existences humaines.

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883, Paris: E. Dentu, Librairie de la société des gens de lettres. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205589g/f188.item.r=Antoinette+Deshoulières.langFR

 

AUTEUR: BERTHET Elie

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Entre Rouen et Le Havre

STRATE: Au bord/ Sur/Dans

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

  • Se promener
  • Naviguer

THEMATIQUE 4: HORS LIEUX

  • Données phénoménales de la barre de Seine
  • Tropes
  • Le fleuve : impétueux