Archives par mot-clé : Sur

Jules César, La guerre des Gaules, Antiquité

Dans cet extrait de la guerre des Gaules de Jules César écrit durant le milieu du 1er siècle avant JC, César nous décrit la bataille de Lutèce qui est une bataille pour le contrôle de la région de Lutèce : Les Gaulois et leur chef Camulogène sachant que les Romains excellent dans l’art des sièges, choisissent de mettre en œuvre une stratégie de la terre brûlée et de redoubler les escarmouches sur les légions, mais cela les oblige à se disperser afin de pouvoir réagir ; Cette stratégie fonctionne dans un premier temps, mais un orage empêche de voir l’avancée romaine par la Seine. Face à l’armée romaine concentrée et disciplinée, les Gaulois sont vaincus et sont forcés à fuir.

 

57. Tandis que ces événements se déroulent du côté de César, Labiénus, laissant à Agédincum, pour garder les bagages, les troupes de renfort qu’il venait de recevoir d’Italie part vers Lutèce avec quatre légions. C’est la ville des Parisii, située dans une île de la Seine. Quand l’ennemi sut qu’il approchait, d’importants contingents venus des cités voisines se rassemblèrent. On donne le commandement en chef à l’Aulerque Camulogène; il était presque épuisé par l’âge, mais sa particulière connaissance de l’art militaire lui valut cet honneur. Ayant observé l’existence d’un marais continu qui déversait ses eaux dans la Seine et rendait l’accès de toute la région fort difficile, il s’y établit et entreprit de nous interdire le passage. (…)

61. Là, les éclaireurs ennemis – on en avait disposé tout le long du fleuve – sont surpris par notre arrivée, car un orage avait éclaté soudain, et ils périssent sous nos coups ; l’infanterie et la cavalerie, sous la direction des chevaliers romains à qui Labiénus avait confié cette tâche, sont transportées rapidement sur l’autre rive. A l’aube, l’ennemi apprend presque simultanément qu’une agitation inaccoutumée règne dans le camp romain, qu’une importante colonne remonte le fleuve, que du même côté on entend le bruit des rames, et qu’un peu en aval il y a des navires qui transportent des soldats d’une rive à l’autre. A cette nouvelle, pensant que les légions franchissaient le fleuve en trois endroits et qu’effrayés par la défection des Héduens les Romains préparaient une fuite générale, ils divisèrent, eux aussi, leurs troupes en trois corps. Laissant un poste en face du camp et envoyant un petit détachement dans la direction de Metlosédum, avec mission de n’avancer qu’autant que l’auraient fait les embarcations, ils menèrent le reste de leurs forces à la rencontre de Labiénus.

62. Au lever du jour, tous les nôtres avaient franchi le fleuve, et on voyait en face la ligne ennemie. Labiénus, adressant la parole à ses soldats, les exhorte à se souvenir de leur valeur, si souvent éprouvée et de tant de glorieuses victoires, enfin à se conduire comme si César en personne, lui qui maintes fois les avaient menés à la victoire, assistait à la bataille ; puis il donne le signal du combat. Au premier choc, à l’aile droite, où avait pris position la septième légion, l’ennemi est enfoncé et mis en déroute ; à gauche, où était la douzième, les premiers rangs ennemis avaient été abattus par les javelots ; mais le reste opposait une résistance farouche, et pas un n’eût pu être soupçonné de songer à fuir. Le chef ennemi, Camulogène, était là auprès des siens, et les encourageait. Mais, tandis que la victoire était encore incertaine, les tribuns de la septième légion, ayant appris ce qui se passait à l’aile gauche, firent paraître leur légion sur les derrières de l’ennemi et la portèrent à l’attaque. Même alors, personne ne lâcha pied, mais ils furent tous enveloppés et massacrés. Camulogène partagea le sort commun. Quant à ceux qui avaient été laissés en face du camp de Labiénus, ayant appris que l’on se battait, ils allèrent au secours des leurs et s’emparèrent d’une colline ; mais ils ne purent soutenir le choc de nos soldats victorieux. Ils se mêlèrent donc aux autres Gaulois qui fuyaient, et ceux que les bois et les collines ne dérobèrent pas à notre poursuite furent tués par nos cavaliers. Cette action terminée, Labiénus retourne à Agédincum, où avaient été laissés les bagages de toute l’armée ; puis, avec toutes ses troupes, il rejoint César.

 

Jules César, La guerre des Gaules, traduction par L.-A. Constans en 1926

 

AUTEUR : Jules César

ÉPOQUE : Antiquité

GENRE : Récit de Campagne

LIEU : Région de Lutèce (entre Sens et Paris)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-Guerroyer

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, 1889

Ecrit par André Chénier, un poète du 18ème siècle qui s’est illustré comme un opposant à Robespierre durant la Révolution, et fut guillotiné. « Aux Frères de Pange » fut probablement écrit vers les dernières années de sa vie, peut-être même durant sa captivité, au vu de l’aspect testamentaire du poème. Né à Constantinople/Istanbul, la ville entre deux mers, Chénier montre par son poème l’importance de la mer et des fleuves dans sa vie usant d’un style préromantique et mettant en avant une imagerie hellénistique dont il fut très inspiré. Il conjure ainsi à ses amis, les Pange (famille de la noblesse), de rester heureux et de se souvenir de lui.

 

VI

 

AUX FRÈRES DE PANGE

 

Vous restez, mes amis, dans ces murs où la Seine

Voit sans cesse embellir les bords dont elle est reine,

Et près d’elle partout voit changer tous les jours

Les fêtes, les niveaux, les belles, les amours.

Moi, l’espoir du repos et du bonheur peut-être,

Cette fureur d’errer, de voir et de connaître,

La santé que j’appelle et qui fuit mes douleurs

(Bien sans qui tous les biens n’ont aucunes douceurs),

À mes pas inquiets tout me livre et m’engage.

C’est au milieu des soins compagnons du voyage,

Que m’attend une sainte et studieuse paix

Que les flèches d’amour ne troubleront jamais.

Je suivrai des amis[2] ; mais mon âme d’avance ;

Vous, mes autres amis, pleure de votre absence,

Et voudrait, partagée en des penchants si doux,

Et partir avec eux et rester près de vous.

Ce couple fraternel, ces âmes que j’embrasse

D’un lien qui du temps craignant peu les menaces,

Se perd dans notre enfance, unit nos premiers jours

Sont mes guides encore ; ils le furent toujours.

Toujours leur amitié, généreuse, empressée,

À porté mes ennuis et ne s’est point lassée.

Quand Phébus, que l’hiver chasse de vos remparts,

Va de loin vous jeter quelques faibles regards,

Nous allons, sur ses pas, visiter d’autres rives,

Et poursuivre au Midi ses chaleurs fugitives.

Nous verrons tous ces lieux dont les brillants destins

Occupent la mémoire ou les yeux des humains :

Marseille où l’Orient amène la fortune ;

Et Venise élevée à l’hymen de Neptune ;

Le Tibre fleuve-roi ; Rome fille de Mars,

Qui régna par le glaive et règne par les arts ;

Athènes qui n’est plus, et Byzance ma mère ;

Smyrne qu’habite encor le souvenir d’Homère.

Croyez, car en tous lieux mon cœur m’aura suivi,

Que partout où je suis vous avez un ami.

Mais le sort est secret ! Quel mortel peut connaître

Ce que lui porte l’heure et l’instant qui va naître ?

Souvent ce souffle pur dont l’homme est animé,

Esclave d’un climat, d’un ciel accoutumé,

Redoute un autre ciel, et ne veut plus nous suivre

Loin des lieux où le temps l’habitua de vivre.

Peut-être errant au loin, sous de nouveaux climats,

Je vais chercher la mort qui ne me cherchait pas.

Alors, ayant sur moi versé des pleurs fidèles,

Mes amis reviendront, non sans larmes nouvelles,

Vous conter mon destin, nos projets, nos plaisirs

Et mes derniers discours et mes derniers soupirs.

 

Vivez heureux ! gardez ma mémoire aussi chère,

Soit que je vive encor, soit qu’en vain je l’espère.

Si je vis, le soleil aura passé deux fois

Dans les douze palais où résident les mois,

D’une double moisson la grange sera pleine,

Avant que dans vos bras la voile nous ramène.

Si long-temps autrefois nous n’étions point perdus !

Aux plaisirs citadins tout l’hiver assidus,

Quand les jours repoussaient leurs bornes circonscrites,

Et des nuits à leur tour usurpaient les limites,

Comme oiseaux du printemps, loin du nid paresseux,

Nous visitons les bois et les coteaux vineux,

Les peuples, les cités, les brillantes naïades ;

Et l’humide départ des sinistres pléiades

Nous renvoyait chercher la ville et ses plaisirs,

On souvent rassemblés, livrés à nos loisirs,

Honteux d’avoir trouvé nos amours infidèles,

Disputer des beaux-arts, de la gloire et des belles.

Ah ! nous ressemblions, arrêtés ou flottants,

Aux fleuves comme nous voyageurs inconstants.

Ils courent à grand bruit ; ils volent, ils bondissent ;

Dans les vallons riants leurs flots se ralentissent.

Quand l’hiver accourant du blanc sommet des monts,

Vient mettre un frein de glace à leurs pas vagabonds,

Ils luttent vainement, leurs ondes sont esclaves :

Mais le printemps revient amollir leurs entraves,

Leur frein s’use et se brise au souffle du zéphyr

Et l’onde en liberté recommence à courir.

 

André Chénier, Élégies, Œuvres poétiques, Texte établi par Louis Moland, Garnier, 1889, Volume 1 (p. 174-176).

 

 

AUTEUR : CHENIER, André

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Poème

LIEU : Lieux multiples et non définis (Paris, Istanbul, Rome, Lieux hellénistiques imaginé par l’auteur)

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-amours

Émile Zola, AUX CHAMPS, « Le Capitaine Burle », 1883

Texte issu du recueil de nouvelles « Le capitaine Burle », publié en 1883. Emile Zola nous montre dans « Au Champs », la vie dans les alentours de la Seine. Nouvelle naturaliste, le narrateur redécouvre le plaisir de la vie dans la campagne au bord de Seine. Le narrateur se sent là en paix et montre la beauté et l’importance de la Seine dans cette période de sa vie. Pour autant le lieu exact du nouveau reste assez indéfini. Nous savons que nous trouvons en bord de Seine et le Havre et mentionné, mais, nous n’avons pas le nom du lieu où se trouve l’auteur comme si les bords de Seine était une explication suffisante.

 

LA RIVIÈRE

 

IV

 

Puis, nous nous calmions, nous goûtions le charme profond de la rivière.

Les deux rives s’écartent ; la nappe d’eau s’élargit en un vaste bassin ; et, là, trois îles se présentent de front au courant. La première, à gauche, très longue, descend à près d’une demi-lieue ; la seconde ménage un bras de trois cents mètres au plus ; et, quant à la troisième, elle n’est qu’une butte de gazon, couverte de grands arbres. Derrière, d’autres touffes de verdure, d’autres petites îles, s’en vont à la débandade, coupées par des bras étroits de rivière. Sur la gauche du fleuve, des plaines cultivées s’étendent ; sur la droite, se dresse un coteau, planté au sommet d’un bois chevelu.

Nous remontions le courant, longeant les berges, pour éviter la fatigue ; puis, quand nous étions en haut du bassin, nous prenions le milieu et nous laissions aller notre barque à la dérive. Elle descendait lentement d’elle-même, sans un bruit. Nous, étendus sur les bancs, nous causions, pris de paresse. Mais, chaque fois que la barque arrivait en vue des îles, par les temps calmes, la conversation tombait, un recueillement invincible nous envahissait peu à peu.

En face, au-dessus de l’eau blanche, les trois îles se présentaient sur une même ligne, avec leurs pointes arrondies, leurs proues énormes de verdures. C’étaient, sur le couchant empourpré, trois bouquets d’arbres, au jet puissant, aux cimes vertes, endormies dans l’air. On aurait dit trois navires à l’ancre, trois Léviathans, dont les mâtures se seraient miraculeusement couvertes de feuillages. Et, dans la nappe d’eau, dans le miroir d’argent qui s’étendait, démesuré, sans une ride, les îles se reflétaient, enfonçant leurs arbres, prolongeant leurs rives. Une sérénité, une majesté, venaient de ces deux azurs, le ciel et le fleuve, où le sommeil des arbres était si pur. Le soir surtout, quand pas une feuille ne remuait, quand la nappe d’eau prenait le poli bleuâtre de l’acier, le spectacle s’élargissait encore et faisait rêver d’infini. (…)

 

Émile Zola, AUX CHAMPS, Le Capitaine Burle, G. Charpentier, 1883 (p. 218-230).

 

 

AUTEUR : Emile Zola

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Nouvelle

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-naviguer

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

-loisirs

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-canoter

-plaisir

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, XIX

Chanson de cabaret, écrite par Maurice Mac-Nab durant la fin du 19ème siècle, probablement pour se produire au cabaret du Chat Noir à Paris. Elle utilise la saleté de la Seine comme ressort comique à une histoire. La Seine nous est présentée sous toutes ses couleurs face au chanteur qui la remonte patiemment en quête d’une eau claire pour pouvoir nager mais finit par se rendre compte qu’un cadavre de chien se trouve dans les eaux de Billancourt le forçant à abandonner sa quête.

 

La s’maine et surtout l’ dimanche,

Ça devrait pas êt’ permis

De nager et d’ fair’ la planche

Dans l’eau qui coule à Paris.

 

À Paris, la Seine est trouble

Et ça n’est pas drôl’ du tout,

D’ barboter dans du gras double :

J’ m’en vas m’ baigner à Chatou.

 

À Chatou, près d’ la rivière,

Je me transporte aussitôt ;

Mais j’ me dis : « L’eau n’est pas claire,

Allons nous baigner plus haut. »

 

Je marche et j’arrive en face

Du dépotoir de Saint-Ouen ;

Alors je fais un’ grimace,

La Seine est jaun’ comme un coing.

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plus haut, près du pont d’Asnières,

J’ m’apprête à faire un plongeon ;

Mais le fleuv’, chos’ singulière.

Est plus noir que du charbon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Au détour de Courbevoie

Je m’écri’ : « C’est là, parbleu,

Que j’ me baign’rais avec joie,

Mais le liquide est tout bleu ! »

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Bientôt j’arrive à Suresnes

Près d’un site ravissant ;

Mais soudain je vois la Seine

Qui devient couleur de sang !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Plein d’une ardeur opiniâtre,

Je pousse jusqu’à Meudon ;

Mais là le fleuve est blanchâtre

Et roul’ des flots d’amidon !

 

Je r’mont’ le cours de la Seine

Toujours sur le bord de l’eau,

En m’ disant tout bas : « Pas d’ veine,

Allons nous baigner plus haut ! »

 

Enfin, trouvant l’eau moins grasse,

Je m’ décide à Billancourt :

J’ pique un’ têt’ dans la carcasse

D’un chien crevé d’puis quinz’ jours !

 

Depuis c’ jour-là je m’ méfie

Et, chaqu’ soir, de huit à neuf,

J’ m’en vais sans cérémonie

Tirer ma coup’ sous l’ Pont-Neuf !

 

Mac-Nab (Maurice Mac-Nab), Chansons du Chat noir, Henri Heugel, s.d. (p. 99-108).

 

 

AUTEUR : MAC NAB, Maurice

ÉPOQUE : XIX

GENRE : Chanson

LIEU : Paris et région parisienne (Chatou, Billancourt, Meudon, Courbevoie, Asnières, Saint-Ouen, Suresnes)

STRATE : DANS / AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

-nager

-se promener

 

THÉMATIQUE 3 : LOISIRS EN SEINE

-se baigner

 

THÉMATIQUE 4 : SEINE INTERLOPE

-la Seine putride

Amand Silvestre, En pleine fantaisie, « Ouverture de la pêche », 1884

Le poète défend la sensualité naturelle de l’Homme face à la moralisation publique de la société française du 19e siècle. Sur la Seine, le printemps suscite les rêveries du pêcheur qui repense à ses amours finis, et ces souvenirs trop fragiles affecte l’homme qui se retrouve réveillée en plein dans la vie, sur la vulgaire Seine, ce théâtre banal hors du rêve.

La Seine, la vulgaire Seine de banlieue, avec son horizon d’usines aux formidables tuyaux de pipe et sa flottille de bachots hérissés de lignes, avec ses remorqueurs bruyants qui secouent des chaînes comme les damnés et ses lourdes péniches aux sabords plantés de clématites, voilà le théâtre banal qui s’offrait, seul à mes premiers exploits [la pêche].

(…)

[Le lendemain] Le spectacle du jour levant était le plus beau du monde. Comme d’un œuf qui se brise et dont l’or se répand, le soleil s’élançait de l’horizon en ouvrant ses deux grandes ailes de lumière. Par derrière, et à l’occident encore à demi- noyé dans l’ombre, les vitres des maisons s’incendiaient de reflets éclatants, et l’on eût dit une illumination féérique. Les martinets se poursuivaient sur le fleuve, égratignant l’eau comme des flèches noires et y traçant des arabesques d’argent aussitôt effacés par le courant. (…) L’eau avait des odeurs vivantes comme celle d’une femme qui se réveille ; des musiques lointaines, faites de chants d’oiseaux et de dianes sonnées dans les casernes, exécutaient une aubade tout imprégnée d’espoir et de mélancolie.

(…)

Dans cette atmosphère alourdie et flottante, mon rêve évoqua des visions qui prirent des formes de plus en plus nettes en demeurant aériennes toutefois et prêtes à s’évanouir au premier souffle. La coupe du ciel, coupe de lapis clair et veiné de blanc, les accidents du paysage, les silhouettes de toute choses m’apparaissant retournées dans l’eau, ma propre image s’y déforma et il me sembla que j’étais moi-même, hôte paisible d’une mystérieuse rivière, poursuivi par un pêcheur que je reconnu bien vite [Amour]. (…) Cette fois, mon coeur lui-même était atteint et le pêcheur Amour riait de tout l’éclat méchant de ses dents gourmandes.

 

Amand Silvestre, En pleine Fantaisies, « Ouverture de la pêche », Paris: C. Marpon et E. Flammarion, 1884. P. 135. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/advancedSearch/

AUTEUR: SILVESTRE Amand

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Sur la Seine

STRATE: Sur

THEMATIQUE 3: SEINE A LOISIRS

  • Pêcher
  •  amours

FAIRE EN SEINE : 

  • usine/industrie 
  • naviguer

 

Prosper Mérimée, Chroniques du règne de Charles IX, 1829

Mérimée expérimente ici le roman historique romantique et l’évocation de la Seine représente le défi particulier pour le romancier de ramener le lecteur à la Seine du 16e siècle. La Seine occupe un véritable rôle : celui de porter les ressorts dramatiques de cette intrigue des guerres de religion du 16e siècle dont le massacre de Saint-Barthélémy. La Seine est présentée comme une frontière à traverser, un axe ténébreux qui scinde la ville en deux mondes distincts pour mieux souligner le contexte de guerre civile entre les catholiques et les protestants, à travers notamment les figures qui lui sont associées, tels que les ponts qui la surplombent et les bateaux qui la traversent. « La Seine de Mérimée et ses ressorts dramatiques » est analysé par Janine Gallant dans la revue Arborescence.

L’avertissement de Béville montre que la Seine revêt tout à fait les couleurs d’un axe central qu’il faut franchir pour passer d’un monde à un autre. Le héros ne l’écoute pas et ne pourra plus s’échapper.

Le passage de la Seine bloquée qui vient ensuite fait du fleuve le symbole brutal de l’événement historique de 1572 en s’imprégnant du sang des victimes, ainsi qu’en convient Mérimée.


Mais déjà le massacre avait commencé ; le tumulte, la presse des assassins, et les chaînes tendues au milieu des rues l’arrêtaient à chaque pas. Il fut forcé de passer auprès du Louvre, et c’était là que le fanatisme déployait toutes ses fureurs. Un grand nombre de protestants habitaient ce quartier, envahi en ce moment par les bourgeois catholiques et les soldats des gardes, le fer et la flamme à la main. Là, selon l’expression énergique d’un écrivain contemporain, le sang courait de tous côtés cherchant la rivière, et l’on ne pouvait traverser les rues sans courir le risque d’être écrasé à tout moment par les cadavres que l’on précipitait des fenêtres. Par une prévoyance infernale, la plupart des bateaux qui d’ordinaire étaient amarrés le long du Louvre avaient été conduits sur l’autre rive ; de sorte que beaucoup de fugitifs qui couraient au bord de la Seine, espérant s’y embarquer et se dérober aux coups de leurs ennemis, se trouvaient n’avoir à choisir qu’entre les flots ou les hallebardes des soldats qui les poursuivaient. Cependant, à l’une des fenêtres de son palais, on voyait, dit-on, Charles IX armé d’une longue arquebuse, qui giboyait aux pauvres passants. Le capitaine, enjambant des corps morts, et s’éclaboussant avec du sang, poursuivait son chemin, exposé à chaque pas à tomber victime de la méprise d’un massacreur. Il avait remarqué que les soldats et les bourgeois armés portaient tous une 166 écharpe blanche au bras et une croix blanche au chapeau. Il aurait pu facilement prendre ce signe de reconnaissance ; mais l’horreur que lui inspiraient les assassins s’étendait jusqu’aux marques qui leur servaient à se faire reconnaître. Sur le bord de la rivière, près du Châtelet, il s’entendit appeler. Il tourna la tête, et vit un homme armé jusqu’aux dents, mais qui ne paraissait pas faire usage de ses armes, portant d’ailleurs la croix blanche à son chapeau, et roulant un morceau de papier entre ses doigts d’un air tout à fait dégagé. C’était Béville. Il regardait froidement les cadavres et les hommes vivants que l’on jetait dans la Seine par-dessus le pont au Meunier.

 

Prosper Mérimée, Chroniques du règne de Charles IX, 1829, Freeditorial, p. 209. Disponible sur : file:///C:/Users/Utilisateur/AppData/Local/Packages/Microsoft.MicrosoftEdge_8wekyb3d8bbwe/TempState/Downloads/CHRONIQUE_DU_RÈGNE_DE_CHARLES_IX%20(1).pdf

 

AUTEUR: MERIMEE Prosper

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Paris

STRATE: Au bord/ Sur

 

THEMATIQUE 4: SEINE INTERLOPE

-Meurtre

-Noyade

-Seine noire

THEMATIQUE 5: HORS LIEUX

-Seine symbolique

-Seine du 16e siècle

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883

Mme Caroline et Mlle Louise Morlent viennent tout juste de Paris pour s’installer dans la petite ville de Z*** au bord de la Seine entre Rouen et Le Havre. Mme Morlent appartient à une famille aristocratique et riche de la Touraine, mais en décidant de se marier à Philippe Morlent, un roturier sans aucune fortune personnelle, elle se trouve déshéritée, coupée de sa noble lignée et faiblement dotée. Or son mari meurt subitement de maladie et désargentées, elles essayent de retrouver une situation dans l’humble condition dans laquelle elles tombent en acquérant un bureau de tabac. Mme Morlent a un important mystérieux entre la tristesse et la peur et s’habitue avec peine au nouveau climat. Elle va être ici frappée d’un accident avec la barre de Seine, qui constitue une nouvelle épreuve pour les deux Morlent.

Elie Berthet nous donne d’abord une information scientifique sur le phénomène de la barre de Seine. Puis il la met en scène dans l’extrait littéraire qui suit.


On sait que la Seine, aux approches de la Manche, est remontée, à chaque marée, par le flux, qu’on appelle « barre » ou « mascaret ». Ce flux, qui se fait sentir jusqu’à Jumièges, quelquefois même jusqu’au dessous de Rouen, acquiert une extrême violence aux marées d’équinoxe et lorsque soufflent certains vents. Alors le courant marin, couronné d’écume blanche, refoule avec une impétuosité irrésistible la majestueuse rivière, qui paraît refluer vers sa source. L’eau douce et l’eau salée se livrent bataille ; une sorte de montagne liquide se précipite, avec un bruit formidable, vers l’intérieur du pays, couvrant les îles, inondant les rives, causant parfois de graves accidents aux habitants du littoral. Par bonheur, ce phénomène ne dure pas longtemps. La barre une fois passée, tout redevient calme ; il faut de l’attention pour remarquer le changement survenu dans le niveau du fleuve. Au bout de quelques heures, l’eau de mer est refoulée à son tour et la Seine reprend son aspect accoutumé.

(…)


– Sauvez-vous ! Prenez garde ! Montez sur la route !

Les deux dames ne savaient toujours pas ce qu’on leur voulait. Enfin, s’étant retournées, elles comprirent la cause de ces démonstrations.
Depuis quelques instants, un bruit sourd et lointain se faisait entendre derrière elles. Ce bruit croissait de minute en minute, jusqu’à former un mugissement formidable ; mais (…) elles n’y avaient donné aucune attention, et ne soupçonnaient pas le péril dont elles étaient menacées.
Sur toute la largeur du fleuve, si calme naguère, glissait une ligne d’écume que le soleil faisait paraître éblouissante. Les eaux brusquement troublées, se redressaient en un immense bourrelet que remontait le courant, avec la rapidité d’un cheval de course et en produisant ce grondement profond, puissant, continuel, assez semblable à celui d’une grandiose cascade. Plusieurs grosses barques, éparses sur la rivière, manœuvraient précipitamment pour ne pas être renversées, tandis que d’autres, plus petites, disparaissaient tout à coup, comme si, surprises par le tourbillon, elles venaient d’être englouties.
Mais ce qui se passait sur les rives devaient surtout préoccuper les promeneuses. La barre d’écume s’avançait avec une majestueuse régularité en travers du fleuve et débordait au loin sur les grèves arides, s’irritant contre les moindres obstacles, rugissant, franchissant les roches, rebondissant dans les airs, sans s’arrêter jamais. Or évidemment, cette vague enragée, poussée par une force irrésistible, allait balayer la plage, et déjà elle frappait à quelque distance le pied des arbres qui bordaient la voie publique.
(…)
La montagne d’eau s’abattit sur Louise et sur elle avec fracas, les engloutit, et sembla devoir les emporter dans son impétueux tourbillon. (…) Le fleuve continua sa marche triomphante, sans s’attarder pour si peu de choses que de misérables existences humaines.

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883, Paris: E. Dentu, Librairie de la société des gens de lettres. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205589g/f188.item.r=Antoinette+Deshoulières.langFR

 

AUTEUR: BERTHET Elie

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Entre Rouen et Le Havre

STRATE: Au bord/ Sur/Dans

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

  • Se promener
  • Naviguer

THEMATIQUE 4: HORS LIEUX

  • Données phénoménales de la barre de Seine
  • Tropes
  • Le fleuve : impétueux 

Jules Claretie, Le Petit Jacques, 1873

Noël Rambert et son fils, le petit Jacques, vivent dans une grande pauvreté jusqu’à ce que l’ouvrier perde son travail suite à un accident. Afin de sauver son fils de la misère, Rambert se laisse accuser d’un meurtre, le coupable ayant promis de donner une solide éducation à son fils. Cet extrait livre une vision de la Seine et de la ville de Paris particulièrement mauvaise, amère et étrange.

Le soir, il se sentit lassé. Il se trouva justement sur ce pont, le pont d’Austerlitz (…) Machinalement Arthez regarda.

Le crépuscule tombait. La Seine roulait livide, avec des remous tristes, éclairée par les derniers reflets du jour, tandis qu’à l’horizon le ciel, où se heurtaient les nuages, s’assombrissait, roux en bas, en haut d’un bleu livide. Une bande brune où rien n’apparaissait parfait du quai, droite et comme tirée au cordeau le long de la rive, tandis qu’elle se découpait de façon bizarre sur le ciel troublé. (…)

A vos pieds le fleuve roule, perdu lui-même, vers Notre-Dame, dans on ne sait quelle ombre noire piquée de scintillements, et coule avec des aspects de mercure, des flots de vif-argent. De grands bateaux s’avancent lentement noirs, avec leur pilote en avant, debout, et dont la silhouette se détache sur l’eau grise, tandis qu’un bateau à vapeur arrive lançant son sillon de fumée cotonneuse, avec deux lumières rouges et une prunelle verte et fixe qui grandit, fantastique.

– C’est Paris, cela ! pensait Arthez. Paris qui ne se doute pas de ses plaies, de ses misères, de ses hontes, de ses crimes : Paris qui danse, qui rit, Paris qui aime, Paris qui oublie, Paris qui chante, Paris qui jouit, Paris qui va s’incendier de mille feux, ouvrir ses théâtres, ses bals, ses cafés, ses gouffres chauds, ses antres de plaisir ; Paris qui ne sait pas que l’injustice veille, que la pauvreté frappe et fauche, que la mort décime, qu’on a faim, qu’on a soif, qu’on est malade, abattu, vaincu, courbé, qu’on appelle, qu’on râle et qu’on meurt, dans cette Babel, Paris qui ne se sent pas inondé comme moi du sang versé hier sur l’échafaud, c’est Paris cela !

Jules Claretie, Le Petit-Jacques, Le Roman : journal des feuilletons marseillais, Marseille : J.-F. Raynaud, 1873

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5552695r/f7.image.r=roman%20la%20Seine?rk=42918;4

 

AUTEUR : Jules Claretie

EPOQUE : XIX

GENRE : Roman

LIEU : Paris

STRATE : AU BORD / SUR

 

THÉMATIQUE 1 : SE MOUVOIR

– naviguer

– se promener

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

– métiers

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– canoter

THÉMATIQUE 4 : LA SEINE INTERLOPE

– la Seine putride

Edme boursault, La feste de la Seine, 1694

Dans cette courte pièce de théâtre nous sont présentés au Palais d’Océan divers fleuves orientaux, occidentaux et antiques : tous attendent l’arrivée de la Seine, personnage principal, afin de célébrer sa magnificence. En effet ses eaux sont les seules à couler paisiblement, loin de la souffrance et de la guerre des Hommes. S’il apparaît assez rapidement que le poète honore le règne de Louis XIV, la Seine à qui l’on prête voix se présente comme une source paisible de joies et de jeux amoureux.  

LA SEINE

Que mon sort est heureux !

Je vois en sortant de ma Source

Folâtrer sur mes bords les Amours, et les Jeux :

Et je trouve au bout de ma course

D’autres Plaisirs qui préviennent mes vœux.

Que mon sort est heureux !

 

Tant que dure le jour

Le Rossignol sur mon rivage

Attire à ses accents les Bergers d’alentour :

Et touchez de son doux ramage

A son exemple ils chantent leur amour

Tant que dure le jour. (…)

 

LE GANGE à la Seine

On ne voit sur nos bords que carnage, et qu’horreur :

On ne voit que plaisirs régner sur vos rivages :

Vous goûtez de la Paix la tranquille douceur ;

Et le Ciel nous expose à mille affreux ravages

 

Aimable Nymphe, apprenez-nous

Par quel bonheur, ou par quels charmes,

Vous jouissez d’un sort si doux

Pendant que l’Univers éprouve tant d’alarmes. (…)

 

LE PACTOLE

Nous ne sentons plus l’haleine

Des doux, et charmants Zéphires :

Ce n’est qu’auprès de la Seine

Où règnent tous les Plaisirs. 

Edme Boursault, Méléagre : tragédie, mis en musique ; précédé de La feste de la Seine : petit divertissement en musique, Paris, 1694 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85941w.r=la%20feste%20de%20la%20Seine?rk=21459;2

 

AUTEUR : Edme Boursault

EPOQUE : XVII

GENRE : Théâtre

LIEU : Fictif (dans le palais d’Océan)

STRATE : SUR / DANS / SOUS

 

THÉMATIQUE 2 : FAIRE EN SEINE

Guerroyer

THÉMATIQUE 3 : SEINE À LOISIRS

– se baigner

– se promener

– plaisirs

– amours

THÉMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • fleuve
  •  

 

 

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006 (2)

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La jeune Paloma est impressionnée par le spectacle industriel de Port-Jerôme, et plus encore par l’existence des oléoducs qui relient la Seine à la mer. Les deux personnages naviguent sur une pilotine.

Plus que les jolies façades du front de Seine du petit village de Quillebeuf, le regard de Paloma, et son odorat, furent attirés par l’autre rive. Elle reste sans voix devant l’incroyable complexe pétrolier de Port-Jérôme… Une véritable forêt de cheminées d’usines… Une incroyable jungle industrielle.

-Un souterrain que Leblanc n’avait pas imaginé, ironisa Bergton.

-Lequel ?

-Un souterrain qui part d’Etretat, court sous le pays de Caux, pour aboutir ici, face à la Seine.

-Lequel ! insista Paloma intriguée.

-Les oléoducs ! les oléoducs qui relient le terminal pétrolier d’Antifer, en front de mer, aux raffineries du bord de Seine… Le plus important complexe en France !

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 113

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, 2013

Pascal QUIGNARD, dans un texte appelé « l’Estuaire » (2013) où il raconte son enfance havraise, évoque la traversée de la Seine à bord d’un bac avant la construction du pont de Tancarville.

Quand on arrive aux enfers la rive des vivants est toujours trop étroite. C’est un ponton de bois. C’est un quai. J’ai quatre ans. On prend le bac pour traverser la Seine déjà mêlée de mer. J’aimais beaucoup monter sur ce bac en bois qui franchissait beaucoup plus lentement l’estuaire. Tout est pâques en ce monde, passage, barque à nocher, bac de rive à rive. Étrange lac crevé que les reflux et les marées meuvent, que les barques et les voilent sillonnent. Ostie. Il est une porte que l’âge ouvre davantage sur l’océan infini parce que la mort, insensiblement, prend le même visage. J’avais quatre ans, j’avais cinq ans, j’aimais être sur le pont de bois du bac avec les vaches, avec les Juvaquatre, les Quatre-chevaux, les chevaux de trait, les poules qui cognaient de la tête dans leur panier d’osier, les porcs qui hurlaient. J’évoque un temps qui se passait avant que le pont de Tancarville fût édifié sur la baie entre Saint-Nicolas-de-la-Taille et le Marais-Vernier. C’était en 1952, en 1953.

Pascal QUIGNARD, « L’Estuaire », Une enfance havraise, Rouen, L’Echo des vagues, 2013.

Jean-Baptiste Del Amo, Une éducation libertine, 2009

Gaspard, personnage principal du roman Une Éducation libertine, quitte sa ville natale quimpéroise après le décès de son père pour monter à la conquête de Paris. Il rencontre la Seine après avoir déambulé dans les rues de la capitale, et c’est un véritable tableau que Jean-Baptiste Del Amo peint sous les yeux « ébahis » de son personnage et de ses lecteurs :

Puis la Seine fut là, son odeur de vase, la monstruosité de son agitation portuaire. Gaspard s’arrêta, ébahi. Le flot noir exhalait une frénésie qui s’étendait, une pieuvre lançant ses tentacules à l’assaut de la ville. Fiacres et carrosses se talonnaient sur les rives. Les cochers, véritables harpies, fouettaient et hurlaient à plein gosier. La populace se massait là, grouillait comme d’une termitière, avançait par vagues sur les berges. À quai, les bateaux dégorgeaient de marchandises dans des caisses de bois que des marins musculeux et braillards soulevaient à bout de bras. […] Au bord de l’eau, les lingères, fichus vissés sur leurs crânes furibonds, plongeaient jusqu’aux coudes draps et haillons, savonnaient, frottaient, essoraient. Elles répandaient une mousse à la couleur indéfinissable qui descendait pesamment le Fleuve. […] Plus loin, on ouvrait les guinguettes, les auberges se vidaient de leurs hôtes à demi reposés et parfaitement fauchés. Montant et descendant les rives, les porteurs d’eau feintaient la cadence infernale, se jetaient à l’eau, emplissaient les seaux, s’arrachaient des flots, couraient en sens inverse. Les passeurs plantaient leurs barques entre les bateaux. Ils embarquaient la foule des travailleurs de l’autre rive, s’engueulaient, frappaient l’eau à grands coups de pagaie, filaient au travers du Fleuve, évitaient l’inévitable : la collision, l’accident, le naufrage. Il n’était pas rare qu’un homme tombât à l’eau, fût entraîné par le courant ou les profondeurs du Fleuve. On usait alors de perches en bois. Mais la longueur et le poids de l’instrument rendaient le maniement périlleux, et il arrivait qu’à défaut de sauver le miséreux, la perche le transperçât ou l’assommât, achevant ainsi d’en faire un noyé.

Jean-Baptiste Del Amo, Une éducation libertine, Gallimard, 2009, p. 37

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, 2006

Dans son roman policier Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Michel Bussi imagine que les romans de Maurice Leblanc dissimuleraient un code secret, donnant accès à un trésor caché en Normandie. Le professeur Roland Bergton, assisté de Paloma, mène l’enquête et parcourt les lieux des boucles de la Seine chers à Arsène Lupin.

La clé de l’énigme se trouve peut-être dans les hauteurs de Caudebec-en-Caux, plus précisément dans la chapelle La Barre-y-va…

Victor Hugo, Maurice Leblanc, Michel Bussi: trois écrivains convoqués autour d’un même lieu.

« -La clé de l’énigme, c’est le fameux phénomène de la Barre-y-va. On l’appelle aujourd’hui plus souvent le mascaret. C’est la marée qui remontait la Seine, jusqu’à Rouen jadis. Jusqu’aux années 1960, lors des grandes marées, le mascaret, ou la Barre-y-va si vous préférez, était un véritable petit raz-de-marée, particulièrement dangereux, inondant les rives, renversant les bateliers imprudents, mouillant les badauds…

-Je me souviens. C’est ainsi que Léopoldine, la fille de Victor Hugo, trouva la mort en face de leur propriété de Villequier.

-Et c’est pour elle qu’il composera son émouvant poème, qui raconte sa marche aveugle sur les rives de la Seine, « demain dès l’aube… ». Mais tous les bateliers craignaient la Barre-y-va. C’est également le nom d’un hameau juste en aval de Caudebec-en-Caux, en face du pilotage de la Seine, où est érigée la fameuse et adorable petite chapelle dont je vous ai parlé tout à l’heure… Et avant elle, sur le même site au-dessus de la Seine, les bateliers priaient la vierge dans une étrange chapelle bleue, qui existe encore…

-Encore des mystères ? »

Michel BUSSI, Code Lupin : un Da Vinci Code normand, Rouen, Editions PTC, 2006, p. 116

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984) (2)

La Seine figure de façon récurrente dans les romans policiers et romans noirs, comme scène de crime ou décor du récit.

L’auteur contemporain Didier Daeninckx, dans Meurtres pour mémoire (1984), revient sur le massacre perpétré à l’encontre de manifestants algériens en octobre 1961, dont les corps furent jetés dans la Seine. Ces événements rappellent que, dans son histoire, la Seine à charrié des hommes et des femmes assassinés pour des raisons politiques, pendant la Saint-Barthélemy ou la Commune. On peut parler alors d’une « Seine sanglante ».

Dans cet extrait, les manifestants se sont regroupés au pont de Neuilly.

Il était près de huit heures. Sur les quais situés en contrebas du pont de Neuilly, deux immenses colonnes formées par les habitants des bidonvilles de Nanterre, Argenteuil, Bezons, Courbevoie, se mirent en mouvement. Des responsables du FLN les encadraient et canalisaient les groupes qui ne cessaient de se joindre à eux. Ils étaient au moins six mille ; les quatre voies du pont ne semblaient pas assez larges pour assurer l’écoulement du cortège. Ils dépassèrent la pointe de l’île de Puteaux, sous leurs pieds, et pénétrèrent dans Neuilly.

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris, Folio Policier, 2016, p. 33

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984)

La Seine figure de façon récurrente dans les romans policiers et romans noirs, comme scène de crime ou décor du récit.

L’auteur contemporain Didier Daeninckx, dans Meurtres pour mémoire (1984), revient sur le massacre perpétré à l’encontre de manifestants algériens en octobre 1961, dont les corps furent jetés dans la Seine. Ces événements rappellent que, dans son histoire, la Seine à charrié des hommes et des femmes assassinés pour des raisons politiques, pendant la Saint-Barthélemy ou la Commune. On peut parler alors d’une « Seine sanglante ».

Dans cet extrait, le personnage se trouve à Aubervilliers et se dirige vers Saint-Denis, en longeant le Saint-Denis, dans un espace où l’ébullition industrielle a cédé la place à une atmosphère d’abandon.

Il lui fallait traverser le canal Saint-Denis et longer les cabanes de bois et de tôle qui avaient envahi les berges. Le pont faisait une bosse, et par temps clair, on voyait le Sacré-Cœur en entier, derrière l’énorme cheminée en brique rouge de Saint-Gobain. Il ralentissait et s’amusait à bouger la tête pour placer la Basilique sur les collines de soufre entreposées dans l’enceinte de l’usine. En contrebas, sur le quai, une grue extrayait des profondeurs d’une péniche des blocs de métal qu’un Fenwick emmenait aussitôt vers les hangars de Prosilor.

Didier Daeninckx, Meurtres Pour Mémoire (1984), Paris, Folio Policier, 2016, p. 14