Archives par mot-clé : Tropes

Jean Cocteau, Paris [1921], Grasset, 2013

Les textes de Jean Cocteau qui composent Paris  proviennent tous de sources différentes et ont été recueillis par Grasset pour le présent volume. Le plus ancien des textes “Le Théâtre nouveau” est extrait d’une Introduction à la vie de Paris publiée en 1921. Les textes issus de cette Introduction étaient adressés à des étrangers cultivés. Il s’agit avant tout de petits guides en prose. La Seine définit, dans cet extrait, par analogie, le boulevard, caractéristique de la capitale. 

Paris a deux fleuves. L’autre est le boulevard. Ce fleuve coule dans un grand désordre, il arrive même qu’il stagne ou remonte vers sa source. Le théâtre dit “théâtre du Boulevard” et qui, maintenant, ne peut plus se localiser sur le boulevard même, se trouve en mauvaise posture. 

Tant de marches à reculons, de stérilité, d’eau croupie, de paludisme, découragent les navigateurs. De temps en temps, un succès de boulevard remue la boue, réveille les crocodiles.  […]

*

À Paris, sur la rive gauche et la rive droite du fleuve Boulevard, deux hommes creusent des citernes d’eau potable. L’un est Jacques Copeau, l’autre son aîné. 

JEAN COCTEAU, PARIS [1921], GRASSET, 2013, p. 45/51

 

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883

Mme Caroline et Mlle Louise Morlent viennent tout juste de Paris pour s’installer dans la petite ville de Z*** au bord de la Seine entre Rouen et Le Havre. Mme Morlent appartient à une famille aristocratique et riche de la Touraine, mais en décidant de se marier à Philippe Morlent, un roturier sans aucune fortune personnelle, elle se trouve déshéritée, coupée de sa noble lignée et faiblement dotée. Or son mari meurt subitement de maladie et désargentées, elles essayent de retrouver une situation dans l’humble condition dans laquelle elles tombent en acquérant un bureau de tabac. Mme Morlent a un important mystérieux entre la tristesse et la peur et s’habitue avec peine au nouveau climat. Elle va être ici frappée d’un accident avec la barre de Seine, qui constitue une nouvelle épreuve pour les deux Morlent.

Elie Berthet nous donne d’abord une information scientifique sur le phénomène de la barre de Seine. Puis il la met en scène dans l’extrait littéraire qui suit.


On sait que la Seine, aux approches de la Manche, est remontée, à chaque marée, par le flux, qu’on appelle « barre » ou « mascaret ». Ce flux, qui se fait sentir jusqu’à Jumièges, quelquefois même jusqu’au dessous de Rouen, acquiert une extrême violence aux marées d’équinoxe et lorsque soufflent certains vents. Alors le courant marin, couronné d’écume blanche, refoule avec une impétuosité irrésistible la majestueuse rivière, qui paraît refluer vers sa source. L’eau douce et l’eau salée se livrent bataille ; une sorte de montagne liquide se précipite, avec un bruit formidable, vers l’intérieur du pays, couvrant les îles, inondant les rives, causant parfois de graves accidents aux habitants du littoral. Par bonheur, ce phénomène ne dure pas longtemps. La barre une fois passée, tout redevient calme ; il faut de l’attention pour remarquer le changement survenu dans le niveau du fleuve. Au bout de quelques heures, l’eau de mer est refoulée à son tour et la Seine reprend son aspect accoutumé.

(…)


– Sauvez-vous ! Prenez garde ! Montez sur la route !

Les deux dames ne savaient toujours pas ce qu’on leur voulait. Enfin, s’étant retournées, elles comprirent la cause de ces démonstrations.
Depuis quelques instants, un bruit sourd et lointain se faisait entendre derrière elles. Ce bruit croissait de minute en minute, jusqu’à former un mugissement formidable ; mais (…) elles n’y avaient donné aucune attention, et ne soupçonnaient pas le péril dont elles étaient menacées.
Sur toute la largeur du fleuve, si calme naguère, glissait une ligne d’écume que le soleil faisait paraître éblouissante. Les eaux brusquement troublées, se redressaient en un immense bourrelet que remontait le courant, avec la rapidité d’un cheval de course et en produisant ce grondement profond, puissant, continuel, assez semblable à celui d’une grandiose cascade. Plusieurs grosses barques, éparses sur la rivière, manœuvraient précipitamment pour ne pas être renversées, tandis que d’autres, plus petites, disparaissaient tout à coup, comme si, surprises par le tourbillon, elles venaient d’être englouties.
Mais ce qui se passait sur les rives devaient surtout préoccuper les promeneuses. La barre d’écume s’avançait avec une majestueuse régularité en travers du fleuve et débordait au loin sur les grèves arides, s’irritant contre les moindres obstacles, rugissant, franchissant les roches, rebondissant dans les airs, sans s’arrêter jamais. Or évidemment, cette vague enragée, poussée par une force irrésistible, allait balayer la plage, et déjà elle frappait à quelque distance le pied des arbres qui bordaient la voie publique.
(…)
La montagne d’eau s’abattit sur Louise et sur elle avec fracas, les engloutit, et sembla devoir les emporter dans son impétueux tourbillon. (…) Le fleuve continua sa marche triomphante, sans s’attarder pour si peu de choses que de misérables existences humaines.

 

Elie Berthet, La Marchande de tabac, 1883, Paris: E. Dentu, Librairie de la société des gens de lettres. Disponible sur: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205589g/f188.item.r=Antoinette+Deshoulières.langFR

 

AUTEUR: BERTHET Elie

EPOQUE: XIX

GENRE: Roman

LIEU: Entre Rouen et Le Havre

STRATE: Au bord/ Sur/Dans

THEMATIQUE 1: SE MOUVOIR

  • Se promener
  • Naviguer

THEMATIQUE 4: HORS LIEUX

  • Données phénoménales de la barre de Seine
  • Tropes
  • Le fleuve : impétueux 

Remy BELLEAU, Épithalame chanté par les Nymphes de Seine, 1559

 

L’auteur de la Pléiade compose ce chant poétique en invoquant la Nymphe de la Seine, personnification merveilleuse du fleuve, lui permettant par l’entremise de son évocation, de célébrer la fille du roi Henri II, Madame Claude, pour son mariage à venir avec le duc de Lorraine. L’heureux poème offre une Seine enchantée, propice à la fête, aux amours et à la musique.

 Nymphes qui vos tresses blondes

Mignotez dessus les bords,

Des claires et belles ondes,

De la Seine au plis retors,

Si quelque flamme amoureuse

Vous échauffe sous les eaux,

Chantez les chastes flambeaux,

De cette nuit bienheureuse. (…)

 

Serre ta robe ondoyante

D’un long repli blanchissant,

Et d’une agrafe mordante

Ton brodequin jaunissant, (…)

 

Et toi Ciel, que l’on répande

Par l’air un fleuve d’odeurs,

Une moisson de lavande,

De lys, de roses, de fleurs,

Tant que la terre enivrée

Du nectar de ces présents,

Toujours grosse d’un printemps,

Fasse une saison d’orée.

 

Nymphe des eaux citoyennes,

Nymphettes aux beaux talons,

Aux gorges musiciennes,

Dansez dessus vos sablons (…)

 

Autant les Nymphes sacrées,

Les Nymphettes aux yeux vers,

De leur bouchettes sucrées,

Au lit chantèrent ces vers,

Prenant la boucle fatale

De leur belle, et blanche main,

La bouclèrent sous le sein

De cette Nymphe Royale.

 

BELLEAU Rémy, Épithalame sur le mariage de Monseigneur le duc de Lorraine et de Madame Claude Fille du Roy, chanté par les Nymphes de Seine et de Meuse, Paris : A. Wechel, 1559 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k713025.r=epithalame%20lorraine%20madame%20claude?rk=42918;4

 

AUTEUR : Rémy Belleau

 

EPOQUE : XVI

 

GENRE : Poésie

 

LIEU : Inconnu

 

STRATE : AU BORD / DANS

 

THEMATIQUE 3 : SEINE à LOISIRS

– se baigner

– plaisirs

– amours

 

THEMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • le fleuve

 

Guy de MAUPASSANT, Bel-Ami [1885]

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

Dans le roman Bel-Ami, Georges Duroy va présenter sa jeune épouse à ses parents à Canteleu. Sur la route, les époux sont saisis par le spectacle panoramique de la ville de Rouen.

« On dominait l’immense vallée, longue et large que le fleuve parcourait d’un bout à l’autre, avec de grandes ondulations. On le voyait venir de là-bas, taché par des îles nombreuses et décrivant une boucle avant de traverser Rouen. Puis la ville apparaissait sur la rive droite, un peu noyée dans la brume matinale, avec des éclats de soleil sur les toits, et ses mille clochers légers, pointus ou trapus, frêles et travaillés comme des bijoux géants, ses tours carrées rondes coiffées de couronnes héraldiques, ses beffrois, ses clochetons, tout le peuple gothique des sommets d’églises que dominait la flèche aigue de la cathédrale […] en face, de l’autre côté du fleuve, s’élevaient, rondes et renflées à leur faîte, les minces cheminées d’usine du vaste faubourg Saint-Sever.

Plus nombreuses que leurs frères les clochers, elles dressaient jusque dans la campagne lointaine leurs longues colonnes de briques et soufflaient dans le ciel bleu leur haleine noire de charbon. […]

Et la Seine, ayant passé entre les deux cités, continuait sa route, longeait une grande côte onduleuse boisée en haut et montrant par places ses os de pierre blanche, puis elle disparaissait à l’horizon après avoir encore décrit une longue courbe arrondie. On voyait des navires montant et descendant le fleuve traînés par des barques à vapeur grosses comme des mouches, et qui crachaient une fumée épaisse. Des îles, étalées sur l’eau, s’alignaient toujours l’une au bout de l’autre, ou bien laissant entre elles de grands intervalles, comme les grains inégaux d’un chapelet verdoyant. »

Guy de MAUPASSANT, Bel-Ami [1885], Romans, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, Gallimard, 1987, p. 356.