Archives par mot-clé : Voyager

Alexandre DUMAS, Pauline, [1838]

Au Havre, l’estuaire de la Seine est parfois évoqué en tant qu’il sépare la Seine-Maritime du Calvados. Alors, ce sont aussi Trouville, Deauville et Honfleur qui sont évoqués.

Dans le roman d’Alexandre Dumas, Pauline (1838), le narrateur arrive au Havre où il doit embarquer pour l’Amérique. Apprenant que deux de ses amis de trouvent à Trouville, « de l’autre côté de la Seine », il décide de les y rejoindre pour leur faire ses adieux.

Au Havre j’appris que Dauzats et Jadin étaient de l’autre côté de la Seine, dans un petit village nommé Trouville : je ne voulus pas quitter la France sans serrer la main à deux camarades d’atelier. Je pris le paquebot ; deux heures après j’étais à Honfleur et le lendemain matin à Trouville : malheureusement ils étaient partis depuis la veille.

Tu connais ce petit port avec sa population de pêcheurs ; c’est un des plus pittoresques de la Normandie. J’y restai quelques jours, que j’employai à visiter les environs ; puis, le soir, assis au coin du feu de ma respectable hôtesse, Mme Oseraie, j’écoutais le récit d’aventures assez étranges, dont, depuis trois mois, les départements du Calvados, du Loiret et de la Manche étaient le théâtre.

Alexandre DUMAS, Pauline, [1838], La Bibliothèque électronique du Québec, Collection Littérature québécoise, Volume 1363: version 1.0, Édition de référence Michel Lévy Frères, 1863, p. 20-21

Guy de Maupassant, « Voyage de Paris à Rouen » [1883] (2)

La Normandie a souvent servi de décor aux récits de Guy de Maupassant. La fascination de l’écrivain pour l’eau, incarnée par exemple par son goût du canotage, est très palpable dans les descriptions, noires ou lumineuses, qu’il consacre à la Seine.

Les villes bordant le fleuve sont si très nombreuses dans l’œuvre, qu’il est possible de dessiner un fil rouge reliant Paris au Havre en naviguant d’un récit à un autre.

Dans une chronique qu’il fait paraître dans le journal Gil Blas en 1883, « De Paris à Rouen » (« Notes de deux navigateurs trouvées dans une bouteille, au fil de l’eau »), Maupassant imagine les péripéties de deux personnages qui parcourent la Seine yole.

Les deux compères arrivent dans la ville d’Elbeuf, qui frappe par son industrie. Ils y sont royalement reçus.

Nous déjeunons à Elbeuf, patrie du drap. Partout des cheminées qui fument dans le ciel, des égouts qui crachent au fleuve des eaux vertes, rouges, jaunes ou bleues. Les vastes bâtiments tremblent, secoués par des roues qui tournent ; la terre frémit, agitée par la fièvre des chaudières, par les hoquets de la vapeur, par le battement des machines. Tout ronfle, palpite, sue et halète.

L’industrie règne ici.

Nous sommes reçus par le président du cercle des Commerçants, un ami charmant et spirituel, et un des plus raffinés amateurs et connaisseurs de vins qui soient sur terre.

Jacques Dérive déclare en le quittant : si on ne l’aimait pas pour lui, on l’aimerait pour sa cave.

Guy de Maupassant, « Voyage de Paris à Rouen » [1883], Chroniques. Anthologie, Paris, Le Livre de Poche, 2008 (« La Pochothèque »)

Victor HUGO, Lettre à Adèle Foucher, 13 août 1837

À l’occasion d’un voyage en France et en Belgique, qui le conduit à traverser la Normandie en 1835, Victor Hugo écrit à son épouse Adèle pour lui faire part de son émerveillement devant la beauté des paysages qu’il parcourt.

Dans cette lettre, le poète est arrivé à Rouen, et évoque les villes traversées en bord de Seine, notamment Caudebec-en-Caux, « qui n’est qu’une dentelle de pierres ».

Rouen, 13 août

[…]

Je t’écris avant d’avoir rien vu de Rouen, où je suis arrivé hier à onze heures du soir, par un clair de lune qui, du haut de la côte, m’a fait des ombres de la ville et des clartés de la Seine un admirable paysage.

J’ai vu d’ailleurs, depuis que je t’ai écrit, de magnifiques choses, le clocher roman de Montivilliers, la forêt de mâts du Havre, l’aiguille évidée d’Harfleur; Lillebonne, où il y a trois monuments de trois idées, une église gothique, un donjon féodal, un cirque romain, Tancarville, dont le château ruiné est plus beau qu’un palais debout; Caudebec, qui n’est qu’une dentelle de pierre, Saint-Wandrille, auge magnifique où s’ébat un hideux pourceau dévastateur nommé Lenoir; Jumièges, qui est encore plus beau que Tournus; et, à travers tout cela, la Seine, serpentant sur le tout.

Aujourd’hui je vais voir Rouen.

Tu vois, mon Adèle, qu’aucune de ces belles et bonnes choses ne m’empêche de songer à toi, pauvre amie. Tu es la plus belle des choses qui sont belles, tu es la meilleure des choses qui sont bonnes.- Avec quelle joie je te reverrai ! 

Victor HUGO, Lettre à Adèle Foucher, 13 août 1837, Correspondance. France et Belgique, Alpes et Pyrénées : Voyages et excursions, Œuvres complètes : En voyage vol. II, Paris, Ollendorff, 1910, p. 38.

Le Miracle de Sainte Bautheuch (3)

L’Abbaye de Jumièges abrite une légende diffusée à partir du XIIe siècle. Elle raconte le châtiment que le roi Clovis II et son épouse Bathilde, future sainte, ont infligé à leurs deux fils pour avoir tenté d’accaparer le trône : ils leur font brûler les tendons, et, depuis Paris, les laissent dériver sur une barque sur la Seine. La barque finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (À la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

Au Moyen Âge, plusieurs versions du récit ont été composées. Au XIVe siècle, le Miracle de Sainte Bautheuch propose une version une version théâtralisée de la légende. Dans le texte qui suit, le fils aîné racontent leur histoire, et leur pénible sur la Seine (« l’iaue de Saine ») à Saint-Philibert, fondateur de l’abbaye de Jumièges.

L’AINSNÉ

Pére, nostre estat vous veuil dire :

C’est voir que nous deux jounes hommes

Enfans du roy de France sommes,

Qui si orgueilleux devenismes

Qu’a tort guerroier le voulsismes

Et jetter de son regne hors,

Et en la guerre nous prist lors.

Or devez vous, sire, savoir,

De nous venjance voult avoir ;

Mais nulz ne nous osoit jugier,

Quant nostre mére, pour purgier

Ce qu’avions envers eulx mespris,

Nous jugea, qui estions pris,

Que jamais ne tendrions terre ;

Oultre, pour le fait de la guerre,

Que perdrions les vertuz des corps :

Si nous cuit on les jarrez lors ;

Et après elle a ordené

Qu’en ce batel fumes mené,

Puis nous laissa, a brief parler,

Aval l’iaue de Saine aler

Sanz perche et sanz gouvernement,

Fors que de Dieu tant seulement,

Qui nous a saux amenez ci.

Sire, si vous requier merci,

Qu’a l’onneur Dieu premiérement,

Et au salut secondement

De noz ames vous nous veilliez

Adviser, et nous conseilliez

Que pourrons faire.

Miracle de Sainte Bautheuch dans Les Miracles de Nostre Dame par personnages, édition de Gaston Paris et Ulysse Robert, F. Didot pour la Société des Anciens Textes Français, 1881, t. 6, p. 163-164, v. 2504-2534

LE MIRACLE DE SAINTE BAUTHEUCH (2)

L’Abbaye de Jumièges abrite une légende diffusée à partir du XIIe siècle. Elle raconte le châtiment que le roi Clovis II et son épouse Bathilde, future sainte, ont infligé à leurs deux fils pour avoir tenté d’accaparer le trône : ils leur font brûler les tendons, et, depuis Paris, les laissent dériver sur une barque sur la Seine. La barque finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (A la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

Au Moyen Âge, plusieurs versions du récit ont été composées. Au XIVe siècle, le Miracle de Sainte Bautheuch propose une version théâtralisée de la légende. Dans le texte qui suit, la Reine Bathilde demande à un valet d’accompagner ses fils jusqu’à la Seine (« l’iaue de Saine »), et de leur laisser des vivres, pour qu’ils puissent survivre s’ils trouvent un asile et le salut.

BAUTHEUCH

Je veuil qu’avec mes filz alez

En l’aventure ou il iront.

Je ne scé s’il y fineront,

Mais n’aront que vous seulement ;

Si que servez les bonnement,

Ainsi comme a euls appartient.

Et toutesvoies s’ils avient

Que Dieu par my l’iaue de Saine

A port de salut les amaine,

Que tantost le me veignés dire.

Alons veoir noz enfans, sire,

Et savoir comment partiront,

Ne se jamais il nous verront

Après ce jour.

Miracle de Sainte Bautheuch dans Les Miracles de Nostre Dame par personnages, édition de Gaston Paris et Ulysse Robert, F. Didot p

Le Miracle de Sainte Bautheuch (1)

L’Abbaye de Jumièges abrite une légende diffusée à partir du XIIe siècle. Elle raconte le châtiment que le roi Clovis II et son épouse Bathilde, future sainte, ont infligé à leurs deux fils pour avoir tenté d’accaparer le trône : ils leur font brûler les tendons, et, depuis Paris, les laissent dériver sur une barque sur la Seine. La barque finit sa course à Jumièges, où le fondateur de l’abbaye les recueille.

Cette légende a fait l’objet de nombreuses représentations picturales, elle a aussi inspiré les écrivains, et est évoqué par Ronsard (La Franciade), Proust (A la Recherche du temps perdu), Maurice Leblanc (La Comtesse de Cagliostro), Guy de Maupassant (Fort comme la mort), Dominique Noguez (Dandy de l’an 2000), entre autres.

Au Moyen Âge, plusieurs versions du récit ont été composées. Au XIVe siècle, le Miracle de Sainte Bautheuch propose une version une version théâtralisée de la légende. Dans le texte qui suit, le personnage de Genais annonce aux deux fils qu’ils vont devoir quitter le royaume par la Seine.

GENAIS

Pour Dieu ne vous desplaise pas,

Seigneurs, il me fault entremettre

De vous faire en un batel mettre

Qui en Seine est.

GENAIS

Seigneurs, je dois me charger

De vous faire porter dans un bateau

Qui se trouve sur la Seine

 

 

Miracle de Sainte Bautheuch dans Les Miracles de Nostre Dame par personnages, édition de Gaston Paris et Ulysse Robert, F. Didot pour la Société des Anciens Textes Français, 1881, t. 6, p. 159, v. 2386-2389

Nous remercions Gabrielle Grandcamp pour cet extrait.

Lettre à Adèle Foucher, 10 septembre 1837, Victor HUGO, 1910

Lettre à Adèle Foucher, 10 septembre 1837

« Je me hâte, chère amie, de finir cette lettre. De Dieppe je suis allé au Havre, et du Havre je suis descendu jusqu’à Elbeuf par le bateau à vapeur. C’est un beau couronnement à mon voyage que ces admirables bords de la Seine. Ce matin à quatre heures le bateau sortait du Havre. La mer était houleuse, il faisait encore nuit ; au point du jour nous atteignions Honfleur et au soleil levant Quilleboeuf. À midi nous étions à Rouen. Je n’avais encore vu le cours de la Seine que par la route de terre. Le papier me manque pour te dire combien c’est beau, je te le dirai de vive voix à Paris. Par moments il y a des petites falaises qui imitent les grandes et des petites vagues qui copient les grosses. Ils ont aussi, vers Tancarville, des petites tempêtes et des grands naufrages. Pendant des lieues les collines, hautes et escarpées, ont des ondulations gigantesques. On croirait côtoyer des fosses de Titans. »


Victor HUGO, Lettre à Adèle Foucher, 10 septembre 1837, Correspondance. France et Belgique, Alpes et Pyrénées : Voyages et excursions, Oeuvres complètes : En voyage vol. II, Paris, Ollendorff, 1910, p. 141