Archives par mot-clé : XVIe

Remy BELLEAU, Épithalame chanté par les Nymphes de Seine, 1559

 

L’auteur de la Pléiade compose ce chant poétique en invoquant la Nymphe de la Seine, personnification merveilleuse du fleuve, lui permettant par l’entremise de son évocation, de célébrer la fille du roi Henri II, Madame Claude, pour son mariage à venir avec le duc de Lorraine. L’heureux poème offre une Seine enchantée, propice à la fête, aux amours et à la musique.

 Nymphes qui vos tresses blondes

Mignotez dessus les bords,

Des claires et belles ondes,

De la Seine au plis retors,

Si quelque flamme amoureuse

Vous échauffe sous les eaux,

Chantez les chastes flambeaux,

De cette nuit bienheureuse. (…)

 

Serre ta robe ondoyante

D’un long repli blanchissant,

Et d’une agrafe mordante

Ton brodequin jaunissant, (…)

 

Et toi Ciel, que l’on répande

Par l’air un fleuve d’odeurs,

Une moisson de lavande,

De lys, de roses, de fleurs,

Tant que la terre enivrée

Du nectar de ces présents,

Toujours grosse d’un printemps,

Fasse une saison d’orée.

 

Nymphe des eaux citoyennes,

Nymphettes aux beaux talons,

Aux gorges musiciennes,

Dansez dessus vos sablons (…)

 

Autant les Nymphes sacrées,

Les Nymphettes aux yeux vers,

De leur bouchettes sucrées,

Au lit chantèrent ces vers,

Prenant la boucle fatale

De leur belle, et blanche main,

La bouclèrent sous le sein

De cette Nymphe Royale.

 

BELLEAU Rémy, Épithalame sur le mariage de Monseigneur le duc de Lorraine et de Madame Claude Fille du Roy, chanté par les Nymphes de Seine et de Meuse, Paris : A. Wechel, 1559 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k713025.r=epithalame%20lorraine%20madame%20claude?rk=42918;4

 

AUTEUR : Rémy Belleau

 

EPOQUE : XVI

 

GENRE : Poésie

 

LIEU : Inconnu

 

STRATE : AU BORD / DANS

 

THEMATIQUE 3 : SEINE à LOISIRS

– se baigner

– plaisirs

– amours

 

THEMATIQUE 5 : HORS LIEUX 

  • tropes 
  • le fleuve

 

Pierre de Ronsard, La Franciade

Pierre de RONSARD écrit la Franciade (1572), poème épique inachevé qui conte la fondation de la monarchie française par Francus, fils d’Hector. Paris est le « siège royal » de France, pourtant, ce n’est pas sans épreuves et combats sanglants que Francus devra conquérir la ville bordée par la Seine.

Tout flamboyant en l’esclair du harnois,

Descampera du rivage gaulois ;

Comme un torrent qui s’enfle et renouvelle,

Viendra couvrir les champs de la Mozelle

Puis, en l’honneur de son oncle Pâris,

Aux bords de Seine ira fonder Paris,

Siege royal d’un sceptre si superbe.

Or, ce Paris, qui maintenant n’est qu’herbe,

Isle serrée entre deux flots tortuz,

Dedans le ciel envoirra ses vertuz

Et ses maisons en marbre elabourées

Voisineront les estoiles dorées.

Devant le mur maint combat se fera ;

Seine de meurtre à bouillons s’enflera,

Tournant sanglante, à courses vagabondes

Hommes, chevaux et armes sous ses ondes.

Pierre de Ronsard, Œuvres complètes de P. de Ronsard (Nouvelle édition, publiée sur les textes les plus anciens avec les variantes et des notes), Gallica, BNF, 1857-1867, p. 50

Rabelais, Gargantua

L’éducation du géant Gargantua, personnage créé par François RABELAIS, exige qu’un soin particulier soit accordé aux exercices physiques, conformément aux principes d’éducation humaniste. Alors Gargantua nage fougueusement dans la Seine. Cet épisode du roman ne bénéficie pas d’une localisation précise. Mais on peut se plaire à s’imaginer que ces séances de nage ont lieu à Boulogne, par exemple, où Ponocrates, le précepteur, conduit parfois son jeune élève pour se reposer de la grande ville.

Ponocrates, pour le reposer de cette violente tension des esprits, choisissait une fois par mois un jour bien clair et serein où ils quittaient la ville au matin pour aller à Gentilly, à Boulogne, à Montrouge, au pont de Charenton, à Vanves ou à Saint-Cloud.

[…]

Gargantua nageait en eau profonde, à l’endroit, à l’envers, sur le côté, de tous les membres, ou seulement des pieds ; avec une main en l’air, portant un livre, il traversait toute la Seine sans le mouiller, en traînant son manteau avec les dents comme faisait Jules César. Puis, à la force du poignet, il montait dans un bateau d’un seul effort ; de là il se jetait de nouveau à l’eau, la tête la première, sondait le fond, explorait le creux des rochers, plongeait dans les trous et les gouffres.

François RABELAIS, Gargantua [1534], Paris, Seuil, 1973, p. 118, 114.

La Franciade, Pierre de Ronsard, 1572

 

     La Franciade devait être le Magnus opus du grand auteur du XVIème. Mais le soudain décès de son commanditaire, Henri II, poussa son auteur, Pierre de Ronsard a cessé son œuvre, puis, de disgrâce, l’écriture. Dans cet extrait du quatrième et dernier livre, Ronsard évoque un épisode de la vie de Clovis II : celui de la tentative de renversement, orchestrée par ses fils, ancrée dans l’imaginaire collectif,  notamment grâce au tableau des Énervés de Jumièges d’Évariste-Vital Luminais. Les fils, remis par leur mère à la Seine comme à la providence après la brûlure de leurs nerfs, dérivèrent jusqu’à l’Abbaye de Jumièges où ils furent reconnus et accueillis par son fondateur Saint-Philibert. De cet épisode légendaire Ronsard tire une leçon pour les enfants, ne pas aller à l’encontre de ses géniteurs, où la Seine est le lieu de l’abandon, d’une épreuve mais aussi de la preuve d’une miséricorde divine.

     “Outre la mer bien loin de sa patrie
Tiendra des juifs l’heureuse seigneurie,
Et son ost brave et luy brave à la main
Boiront sept ans les ondes du Jourdain :
Puis retourné pour quelque trouble en France,
De ses enfants punira l’arrogance,
Qui par flateurs par jeunes gens deceus
Vers celle ingrats qui les avoit conceus
De tout honneur degraderont leur mere,
Et donneront la bataille à leur père.
     Leur mere adonc, ah ! mere sans merci,
Fera bouillir leurs jambes, et ainsi
Tous mehaignez les doit jetter en Seine.
Sans guide iront où le fleuve les meine
A l’abandon des vagues et des vens :
Grave supplice ! à fin que les enfans
Par tel exemple apprennent à ne faire
Chose qui soit à leurs parens contraire.”

Pierre de Ronsard, Œuvres Complètes vol. I, La bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1993, p. 1143 (v1417-1434)